Version classiqueVersion mobile

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 4. Les sociétés du Rift, peuplement et histoire

Chapitre 25. Anciennes sociétés de pêcheurs dans l’Afrique « médiane » et dans le Rift

John E. G. Sutton

Texte intégral

photo > Un pêcheur maasaï sur le lac Baringo (Kenya).

  • 1 Cette expression d’ » Afrique médiane » traduit celle de « Middle Africa » forgée par l’auteur pour (...)

1Les prairies de la vallée du Rift et les hautes terres qui la bordent sont célèbres pour leurs communautés pastorales – en particulier les Maasaï, dont le territoire est à cheval sur l’équateur. Plus au nord, on rencontre les Turkana, les Gabra, les Oromo Borana, les Danakil ou Afars… tous également éleveurs nomades, dont l’attachement au bétail, aux chèvres et aux moutons (ainsi qu’aux dromadaires dans la partie septentrionale plus sèche) est célèbre à travers le monde. Dans les zones les plus fertiles du Rift et sur ses contreforts élevés, ce pastoralisme tend à se combiner avec l’agriculture. Sur presque toute sa longueur, depuis les rives bien arrosées du lac Nyasa jusqu’au nord de la Tanzanie, comme dans les hautes terres kényanes et dans le nord de l’Éthiopie, on trouve des régions agricoles aux densités de population parfois très élevées, fruit d’un intérêt récent porté à l’agriculture. Il existe cependant dans la région plusieurs populations, beaucoup plus anciennes, relativement isolées, qui pratiquent une agriculture très intensive et spécialisée. Terrasses pour préserver le sol de l’érosion, bétail nourri en stabulation, fumier remployé pour maintenir la fertilité des champs, systèmes complexes d’irrigation pour pallier l’irrégularité des pluies ou prolonger la saison agricole pendant la période sèche : ces communautés se sont adaptées et ont évolué pendant des siècles dans des lieux spécifiques, le long du Rift et dans les régions de collines adjacentes, depuis la Tanzanie centrale vers le nord jusqu’en Éthiopie. Moins célèbres sont les communautés de cette région qui vivent en environnement lacustre ; leur mode de vie est une survivance d’une période méconnue de la préhistoire récente de l’Afrique, lorsque les lacs du Rift, et plus généralement ceux de l’« Afrique médiane »1, étaient beaucoup plus élevés qu’ils ne sont aujourd’hui.

Des communautés de pêcheurs des lacs et des rivières

2On rencontre ici ou là des communautés qui dépendent de la pêche pratiquée dans les lacs de la vallée du Rift et les quelques rivières occasionnellement importantes qui s’y jettent (l’Omo à l’extrémité nord du lac Turkana, en particulier). Par leur habitat à proximité de l’eau, leur appétence pour le poisson, les types de bateaux qu’elles utilisent et leur matériel de pêche, elles semblent manifester un attachement ancien à ce mode de vie. La petite communauté des Elmolo, qui habite les îles et les rivages de la moitié sud du lac Turkana, en est un exemple. Une partie des Chamus (également connus dans la littérature sous le nom de Njemps), qui résident sur une île du lac Baringo, fait usage, tant pour la pêche que pour le transport, de canoës en ambatch (voir encadré). Il s’agit là de traces d’une tradition identique à celle des Elmolo (et cela en dépit de la capacité de ces Chamus à se tourner vers l’agriculture irriguée quand les conditions s’y prêtent, et de leur inclination pour le bétail quand les pâturages voisins ne sont pas utilisés par leurs rivaux). D’autres communautés, dont la vie s’organise autour des bateaux et de la pêche, sont présentes sur les lacs éthiopiens et sur les rives et les îles du lac Victoria. Il ne s’agit pas là simplement de cas d’exploitation opportuniste des ressources disponibles, manifestant une économie de survie. L’attachement à ces eaux, aux poissons et aux autres produits qui en sont issus est profondément ancré dans ces communautés, autant au plan culturel qu’économique. Leur religion et les rituels qui y sont attachés mettent en scène les esprits des rivières et des lacs : il faut gagner leur faveur afin de s’assurer de bonnes prises et se prémunir contre tempêtes, naufrages et noyades. C’est ainsi que l’on peut lire, à propos des rites d’une population installée au sud-ouest du lac Victoria :

3« Cette activité est présidée par Mugasha, “l’esprit du lac”. Personne ne l’a jamais vu ou ne sait comment il est, mais il est responsable du temps, des tempêtes, des calmes, et des prises bonnes ou mauvaises. S’il est en colère, les hommes âgés savent comment l’apaiser. Au départ de chaque sortie sur le lac, on lui rend hommage de la manière suivante : une hutte miniature, habituellement formée de trois bâtons placés en tripode, mesurant à peu près 2 pieds de haut [60 cm] et couverte de façon sommaire, est construite sur la plage d’embarquement et pourvue d’un tapis d’herbe soigné (comme les sanctuaires des ancêtres ordinaires). Chaque fois qu’ils partent, les pêcheurs font une génuflexion devant le sanctuaire et prient Mugasha de leur porter chance. À leur retour, ils étalent leurs poissons devant le sanctuaire pour les présenter à Mugasha. S’ils négligent ce rite, ils seront châtiés la fois suivante par de mauvaises prises (…).

4Lorsque Mugasha prend une victime [i.e. si quelqu’un se noie] et que le corps est retrouvé, celui-ci est enterré au bord de l’eau s’il y a une plage sablonneuse à proximité de son village ; si les plages sont rocailleuses, des pierres sont attachées à son cou et à ses pieds, et la victime est “enterrée au large”. Si ses parents désirent l’enterrer dans sa maison, sur la terre ferme, il est nécessaire de sacrifier une chèvre à Mugasha.

  • 2 H.A. Fosbrooke, “Some aspect of the Kimwani fishing culture”, Journal of the Royal Anthropological (...)

5Les esprits de tous les pêcheurs décédés vont résider avec Mugasha […]. Tard la nuit, ils peuvent être entendus, chantant leurs chansons de marin […]. Ces esprits naviguent sur les “esprits” des canoës qui ont été perdus dans le lac, et pêchent les esprits des poissons [i.e. des poissons qui sont morts]. »2

Vivre au bord de l’eau : une adaptation ancienne

6L’existence de ces communautés de pêcheurs est, semble-t-il, le témoignage d’une adaptation ancienne et réussie aux lacs et aux rivières, qui s’est produite, il y a quelque 10 000 ans dans toute l’« Afrique médiane », c’est-à-dire dans la région qui s’étend entre le désert du Sahara et les forêts équatoriales, et dans le bassin du Nil jusqu’aux rifts d’Afrique de l’Est. À cette époque, connue sous le nom d’Holocène inférieur dans l’histoire de la Terre, le climat était plus humide. Les pluies abondantes sur les bassins versants avaient gonflé les lacs au point que plusieurs d’entre eux débordèrent. Ainsi, plusieurs bassins lacustres distincts se sont trouvés connectés par l’intermédiaire d’importantes rivières. Aujourd’hui, ces cours d’eau ne coulent qu’épisodiquement – quand ils coulent encore. Dans l’ouest de l’Afrique centrale, par exemple, le lac Tchad reçut tant d’eau des rivières provenant de tous les côtés de son large bassin qu’il connut une énorme expansion. En se combinant avec des lacs saisonniers et des dépressions du sud du Sahara, il couvrait alors peut-être cent fois sa superficie actuelle. Cette expansion résulta de saisons des pluies plus longues (et de taux d’évaporation plus faibles) dans la ceinture de savane. La montée des eaux ne cessa que lorsqu’elle atteignit le niveau permettant un déversement dans la rivière Bénoué, phénomène qui rattacha ce lac « Mega-Tchad » (et son réseau d’affluents) au bassin du Niger et à sa faune. De même, dans le Rift est-africain, l’augmentation des précipitations à la même époque eut pour conséquence momentanée la hausse du niveau du lac Turkana. Lorsqu’il atteignit 80 m au-dessus de son niveau actuel, il submergea les barrières au nord-est et alimenta des affluents du Nil Blanc. Dans l’autre direction se déversaient dans le lac Turkana les lacs gonflés de la partie équatoriale de la vallée du Rift (Baringo, Bogoria, Elmenteita et Nakuru). À cette époque, le niveau des deux derniers de ces lacs fut à ce point élevé qu’ils se rejoignirent pour couvrir toute la largeur de cette partie élevée du Rift kényan, atteignant un niveau de déversement de 150 m au-dessus du niveau actuel. Aujourd’hui, ces lacs (notamment au Kenya et dans le nord de la Tanzanie) sont réduits à l’état d’étendues de soude, et ils sont trop alcalins pour permettre la survie de la plupart des organismes vivants. Mais à cette époque, les importants volumes de précipitations et l’existence de déversoirs ont permis l’apparition de lacs d’eau plus douce ; ceux-ci pouvaient alors héberger des poissons et d’autres animaux aquatiques (dont des crocodiles et des hippopotames) qui ont profité de ces interconnexions pour coloniser les étendues d’eau les plus éloignées.

Figure 1. Les principaux grands bassins lacustres à l’Holocène inférieur (d’après Sutton, 1974).

7Ces poissons et d’autres animaux ont constitué à leur tour une source de nourriture exploitée par des communautés pionnières qui durent ajuster leurs pratiques alimentaires à ce nouveau milieu. Ces communautés mirent au point des équipements adaptés et développèrent le savoir-faire requis pour la pêche et la navigation. Cette époque étant bien antérieure à la maîtrise du fer, les outils, notamment ceux destinés à la pêche et à la chasse, étaient constitués de pierre et d’os, taillés pour produire des pointes délicates et des bords tranchants, qui devaient s’insérer dans des manches en bois pour servir en particulier de lances et de flèches. Cette époque est bien sûr antérieure à l’apparition de l’agriculture et de l’élevage (en Afrique comme partout dans le monde) ; ceux qui se tournèrent vers les lacs et les rives des cours d’eau durent donc s’adapter aux conditions aquatiques et développèrent des techniques de pêche adéquates et efficaces. Qui étaient ces groupes qui se firent pêcheurs ? Ils étaient sans doute issus d’une ou de plusieurs populations de chasseurs-cueilleurs africains de la fin du Paléolithique récent (Late Stone Age).

Témoignages archéologiques

8Les traces archéologiques de ces communautés de pêcheurs africains très répandues il y a 10 000 à 5 000 ans consistent en deux types principaux d’artefacts : des pointes de harpon taillées dans de l’os (ou à l’occasion dans de l’ivoire, provenant peut-être de dents d’hippopotame) et des tessons de pots en terre cuite. Les harpons étant attachés à des lances, ils étaient destinés de façon évidente à pêcher des poissons de bonne taille (et peut-être d’autres animaux aquatiques). Ils pouvaient être utilisés soit à partir de bateaux, soit debout sur la berge ou dans de l’eau peu profonde. Ces harpons et d’autres indices sur la pêche pratiquée et les équipements utilisés, comme les filets et les bateaux, qui sont tous deux directement attestés et déduits par l’archéologie, seront décrits après que l’on aura considéré les poteries et leur signification.

La poterie, témoignage d’une révolution alimentaire, agent de la sédentarisation

9L’invention de la poterie date de 9 000 ou 10 000 ans sur les rives de la partie la plus haute du Nil moyen (dans la région de Khartoum). Cette innovation, dont la diffusion est attestée par les tessons trouvés dans les sites archéologiques, témoigne d’une révolution culinaire et alimentaire dans ces sociétés. Désormais, les récipients en céramique peuvent être utilisés pour chauffer des liquides. Grâce à eux, on peut cuisiner des ragoûts et de la soupe – à base de poissons et aussi de légumes et d’herbes collectées dans la nature – ainsi que des gruaux de céréales plus digestes. Auparavant, la cuisson était limitée au rôtissage. D’un point de vue nutritif et gastronomique, et par conséquent démographique et social, les implications sont très importantes. Non seulement les habitants des rivages des lacs et des rivières purent exploiter une réserve de nourriture riche et assurée toute l’année (sans les incertitudes et les pénuries saisonnières qui attendent en permanence les chasseurs-cueilleurs de la savane), mais ils ont également, avec leur régime riche en protéines et leur cuisine adaptée, accru l’importance de la maison et du foyer dans leur camp permanent (ou tout au moins saisonnier).

10En effet, l’importance nouvelle prise par la vie sédentaire est d’abord attestée par les poteries elles-mêmes. Fragiles, ces ustensiles ne conviennent pas à la vie nomade ; ils sont adaptés aux établissements humains stables et à la cuisine domestique. En conséquence, un site archéologique présentant une concentration significative de tessons de poterie ne correspond probablement pas à un simple campement, mais doit plutôt être interprété comme un lieu d’habitation régulier sinon permanent. Cela peut inclure des bords de rivière où une communauté (ou du moins ses groupes d’âges les plus actifs) retourne annuellement pour la pêche saisonnière de certaines espèces de poissons.

Sédentarité et mutations sociales

11Par ailleurs, le savoir-faire nécessaire à la fabrication de la poterie et les conditions de la production des récipients en terre cuite (se fournir en argile, cuire les pots, etc.) nécessite également une certaine stabilité. Peut-être s’agit-il d’une famille, d’un petit groupe ou d’une guilde de femmes qui résident dans des établissements humains au bord d’une rivière ou d’un lac, à proximité d’une source adéquate d’argile, ou qui s’y rassemblent annuellement pour la saison de fabrication des pots. Une partie des produits finis peut ensuite être transportée et vendue par bateau, le long de la rivière ou autour du lac, avec plus de sécurité et d’efficacité que si elle devait être transportée à la main ou sur la tête par voie de terre.

12De cette situation découle une autre observation. La mobilité réduite, l’augmentation de la sécurité alimentaire, la possibilité de préparer des plats cuits plus variés et plus digestes à la maison permettent aux femmes de raccourcir l’intervalle entre les naissances. Elles disposent également, pour élever et sevrer leurs enfants, d’une alimentation plus riche, susceptible de faire baisser la mortalité infantile et d’augmenter la population totale. Grâce à un régime spécifique pour les convalescents, les adultes et les jeunes, malades ou victimes d’un accident, ont également plus de chance de se rétablir et de continuer à contribuer à la vie et à la reproduction de la société. Ce succès démographique des peuples adaptés à la vie des rivages des lacs et des rivières s’ajoute à la possibilité de s’étendre et de communiquer sur de grandes distances sur l’eau. Cela explique sans doute leur domination culturelle croissante sur les chasseurs-cueilleurs qui, d’un côté, parcourent les plaines et, de l’autre, sont confinés dans les forêts épaisses.

  • 3 Il est difficile d’être précis dans cet exercice de datation car il dépend surtout de mesures carbo (...)

13L’adoption de la poterie sur les hautes terrasses fluviales du Nil moyen, c’est-à-dire de la confluence du Nil Blanc et du Nil Bleu (à Khartoum) à la confluence du Nil et de l’Atbara, s’est produite il y a un peu moins de 10 000 ans, c’est-à-dire durant le VIIe millénaire sinon le VIIIe millénaire avant J.-C.3 Il s’agit principalement de pots larges et évasés destinés à la cuisine et au stockage. Les archéologues les classent habituellement sous le nom de céramique à décors de ligne ondulée (wavy line) ou de ligne ondulée pointillée (dotted wavy line), en raison des motifs décoratifs qui dominent sur leur face extérieure. Certains experts tendent à regrouper ces deux catégories, ainsi que d’autres variantes, sous le nom de style ou tradition de Khartoum. Cependant cette tentative de regroupement masque sans aucun doute des variations subtiles à l’intérieur de la tradition. Elle masque également une évolution qui, à ce qu’il semble, commence avec les céramiques à décors en vagues « simples » auxquelles ont ensuite été ajoutés les « pointillés » et d’autres variantes. Les motifs sont exécutés à la main à l’aide de peignes délicats, souvent confectionnés à partir d’une colonne vertébrale de poisson-chat. L’impression globale que donnent ces motifs semble imiter la vannerie, en particulier dans le cas des formes de décorations les plus anciennes.

Figure 2. Tessons de céramique à décor de ligne ondulée (wavy line) et de ligne ondulée pointillée (dotted wavy line) de sites du Nil moyen (d’après Arkell, 1949).

Le premier pot : une invention de pêcheur ?

14Cette observation a pu amener à supposer que l’invention de la poterie s’était produite par hasard, un panier tapissé d’argile s’étant trouvé mis au feu par accident, peut-être dans un four à sécher le poisson. Même si cette théorie est du domaine de la spéculation, la ressemblance, tant dans la forme que dans les décorations, entre les pots les plus anciens et les larges paniers qui permettent de rapporter le poisson à la maison, par bateau ou sur la tête, est évidente. Cette ressemblance souligne la relation intime qu’entretiennent tous les aspects de la culture, de l’économie et des biens matériels chez ces communautés riveraines des cours d’eau. Des roseaux et du jonc collectés au bord des rivières et dans les bras morts marécageux auraient été les matériaux utilisés pour la fabrication de ces paniers – et sans doute aussi de nattes tressées destinées autant à couvrir le sol des maisons sur les berges sablonneuses ou caillouteuses, qu’à étaler les poissons et autre nourriture pour le séchage ou le service. Des variétés spécifiques de ces plantes auraient aussi fourni le chaume pour la couverture des maisons, et les tiges les plus résistantes ont peut-être servi pour en construire les murs.

Récolte de joncs pour fabriquer des paniers dans les marais de l’Akagera (Nil, Rwanda).

  • 4 Voir Sutton (1974 et 1977).

15Après environ un millénaire, la distribution des sites de la tradition de la céramique à décors de ligne ondulée (pointillée ou non) commence à s’étendre de la région du Nil moyen vers l’ouest, c’est-à-dire vers le lac Mega-Tchad et d’autres lacs présents à cette époque dans le sud du Sahara et la ceinture sahélienne ; cette expansion a lieu également en direction du sud-est, c’est-à-dire vers la vallée du Rift est-africain. Dans les deux directions, l’expansion a sans aucun doute mis à profit le réseau de rivières et les chenaux de débordement des crues apparus en raison des conditions climatiques humides qui prévalent alors. De quelque site que provienne la poterie de cette période – il y a 7 000 ou 9 000 ans –, sa relation stylistique avec celle du Nil moyen apparaît clairement, en dépit des variantes régionales de style et de l’accroissement de la différenciation au cours du temps. Au vu de la cohérence des localisations – sur de hautes terrasses fluviales ou sur les anciennes berges des lacs – et de l’association de ces poteries, dans une grande partie des sites, avec des arêtes de poissons et des spécimens de harpons taillés, on conclut que leur diffusion fut liée à la fréquentation assidue des plans d’eau, à la pêche, et à la circulation le long des voies d’eaux. Ce mode de vie a été baptisé « aqualithique » par les archéologues4.

16Dans la vallée du Rift est-africain, seules quelques pièces de poterie de cette tradition ont jusqu’à présent été découvertes. La majorité provient de sites en bordure du lac Turkana, comme par hasard le long des anciennes berges, à 80 m environ au-dessus du niveau actuel du lac. Les spécimens de poterie sont trop petits et trop peu nombreux pour permettre une comparaison détaillée avec ceux des sites du Nil, mais leur relation générale est claire – et la connexion culturelle est en outre confirmée par la présence de harpons en os dans plusieurs des sites du Turkana. Plus au sud, un autre type de poterie célèbre (qui appartient sans doute à la même tradition) a été découvert dans un abri rocheux creusé par les vagues – nommé Gamble’s Cave – au niveau du déversoir du lac Nakuru-Elmenteita. Il a été découvert par Louis Leakey lors de fouilles conduites dans les années 1920, c’est-à-dire bien avant que le travail d’Arkell à Khartoum ne commence à dessiner le contexte de telles découvertes. En outre, on trouve à Gamble’s Cave des arêtes de poisson et des spécimens de harpons en os à dents de scie, qui datent peut-être de 8 000 ans. Dans le cadre des connaissances actuelles, ce site situé juste au sud de l’équateur, au Kenya, marque l’expansion méridionale maximale de ces artefacts aqualithitiques distinctifs. Élément peut-être significatif, à cette époque où les conditions climatiques étaient les plus humides, entraînant les plus hauts niveaux des lacs et les connexions fluviales les plus longues, le lac Nakuru-Elmenteita constituait également l’expansion la plus méridionale du bassin du Nil. Car bien que le lac Naivasha, non loin de là au sud, ait également débordé, sa connexion avec les étendues d’eau combinées du lac Nakuru-Elmenteita est empêchée par le mont Eburru (situé en travers de la vallée du Rift). L’excès d’eau du lac Naivasha durant cette période humide s’écoulait donc dans la direction opposée, créant les célèbres gorges de Njorowa ou Hell’s Gate (« portail de l’enfer »), qui, en longeant la vallée du Rift vers le sud, mènent aux lacs alcalins de la frontière entre Kenya et Tanzanie.

Marché aux poissons, bord du lac Abaya (Éthiopie).

Indices ethnographiques d’un mode de vie ancien : les embarcations

17Une autre éminence domine le lac Nakuru – aujourd’hui peu profond – et ses étendues de soude ; elle est appelée Lion Hill (sans doute à cause de sa forme qui rappelle celle d’un lion tapi). Vers son sommet se trouve un abri dont l’examen archéologique a été conduit par Louis Leakey dans les années 1920, tout comme Gamble’s Cave, située non loin de là. Ici, aucun harpon et aucune céramique n’ont été trouvés, mais une grande quantité d’ossements, résultant des rejets alimentaires des occupants humains de la même période, y ont été découverts. Beaucoup de ces restes appartiennent à des damans, un petit mammifère qui colonise facilement ce genre d’endroit rocheux et qui est facile à chasser, mais d’autres proviennent de poissons. L’importance de l’abri de Lion Hill ne tient pas uniquement au fait qu’il s’agit là encore, dans cette partie élevée de la vallée du Rift équatorial, d’un site de la culture aqualithique, mais de sa localisation durant l’Holocène inférieur sur une île éloignée des bords du lac par plusieurs kilomètres d’eau profonde et souvent agitée. On peut en déduire que les gens qui autrefois habitaient cette île ou la fréquentaient pour pêcher et camper (et chasser les damans piégés sur l’île) possédaient des embarcations. La fabrication et l’utilisation de radeaux et de pirogues sont, en réalité, implicites. De nombreux indices témoignent de ce mode de vie répandu, impliquant l’exploitation du poisson – y compris les grosses prises comme la perche du Nil (ou du Niger), Lates niloticus, qui hante les eaux plus profondes – et un attachement aux rivages, avec leurs innombrables petites anses, les péninsules et les îles, lieux favorables aux camps saisonniers comme aux établissements permanents. Malgré le danger que représentent les crocodiles et les hippopotames, certains chenaux peuvent avoir été franchis à la nage ou à gué. Il est cependant indéniable que ce mode de vie nécessite un moyen de transport efficace afin de traverser les étendues d’eau les plus importantes et de suivre les rivières les plus grosses. Il ne fait pas de doute que, dans un tel contexte, les bateaux et les techniques de construction sont une partie intégrante de la culture et de l’économie de ces sociétés. À côté des radeaux, construits en fixant ensemble des troncs d’arbres à l’aide de roseaux ou de fibres d’écorces, deux principaux types de bateaux peuvent être imaginés – ou plutôt suggérés par des exemples ethnographiques actuels ou récents. L’un serait une embarcation légère constituée de bottes de roseaux, de papyrus ou d’ambatch (qui pousse en eau peu profonde) nouées ensemble. On en connaît des exemples aujourd’hui ou il y a peu de temps encore sur le lac Baringo au Kenya, sur le lac Tana en Éthiopie et dans le bassin du haut Nil.

  • 5 Extrait de E.B. Worthington, “Primitive craft of the central African lakes”, The Mariner’s Mirror, (...)

Les embarcations en ambatch
« Les bateaux sont essentiels pour les Njemps habitant l’île du lac Baringo, non seulement pour la pêche, mais aussi pour transporter vers la terre ferme leurs poissons séchés ou d’autres objets à troquer.
Le matériau de ces embarcations consiste en branches desséchées d’ambatch, un arbre qui pousse en quantité dans un ou deux pieds d’eau au bord du lac Baringo. Le canoë mesure un peu plus de 10 pieds [3 m] de long et à peu près 2 pieds et demi [75 cm] de large. Le fond de la barque est très épais, il est composé de couches de branches d’ambatch superposées, chacune de 3 ou 4 pouces [7-10 cm] de diamètre. Ces branches sont fermement fixées les unes aux autres avec des cordages en herbe, attachées à peu près tous les 8 pouces [20 cm]. Le fond remonte fortement à la poupe et à la proue. Les bords sont fixés sur le fond du bateau, chacun est composé de 4 branches supplémentaires attachées de la même manière l’une sur l’autre. L’embarcation a une forme fuselée vers la poupe et vers la proue où des branches plus fines sont fixées de telle manière que la poupe et la proue se projettent vers le haut et légèrement vers l’intérieur, les pointes étant à peu près à un pied [30 cm] au-dessus du niveau des bords.
Chaque canoë est capable de transporter deux personnes et une bonne quantité de poisson séché ou d’une autre cargaison. Un rameur pagaye, positionné à la proue. Les rames sont des objets assez uniques puisqu’elles n’ont pas de poignée ; elles consistent en de simples écopes en bois, concaves d’un côté, convexes de l’autre. Le pagayeur a un de ces instruments dans chaque main et propulse l’embarcation en balayant alternativement avec ses deux bras, donnant ainsi un mouvement au bateau très similaire à celui du canard. Le bois d’ambatch est plus léger que le liège, mais il est un peu poreux, si bien qu’après une traversée de 2 ou 3 miles, de l’île à la terre ferme, il devient plus ou moins imprégné d’eau. Avant que le retour puisse être effectué, l’embarcation doit être tirée sur la plage et mise à sécher au soleil. »5

Pirogue en ambatch sur la rive du lac Bogoria (Kenya).

18L’autre type d’embarcation aurait été la pirogue, construite à partir d’un tronc d’arbre évidé. Des arbres de bonne taille sont nécessaires pour ces bateaux. Si les berges des lacs de la vallée du Rift ne présentaient pas aujourd’hui un paysage d’étendues de soude brûlées et stériles, on imaginerait sans mal l’abondance d’arbres de savane, voire les authentiques forêts, qui s’élevaient durant cette période humide. La principale difficulté liée à la construction des pirogues fut sans doute la quantité de travail nécessaire pour façonner et évider un tronc d’arbre d’une taille respectable à l’aide d’éclats de pierre, de piques, de haches et d’herminettes. Peut-être est-ce là la destination des gouges soigneusement taillées et polies trouvées sur les sites du Nil moyen.

19Cependant, ces outils de pierre plus évolués ne semblent pas avoir été disponibles dans les établissements de pêcheurs des rivages les plus anciens il y a 10 000 à 8 000 ans. Dans leurs premières tentatives d’évidage des troncs d’arbre, peut-être les hommes de l’époque n’eurent-ils d’autre choix que d’employer des outils plus rudimentaires, aidés peut-être par l’utilisation du feu. Ces pirogues – longues de 5 à 10 m si l’on se base sur des analogies contemporaines – pouvaient être déplacées soit avec des pagaies, soit avec des perches. Un exemple de cette période a récemment été mis au jour accidentellement (durant le creusement d’un puits) dans un chenal souterrain : il ne provient cependant pas de la vallée du Rift ou du bassin du Nil, mais de la berge sud-ouest de l’ancien lac Mega-Tchad (c’est-à-dire dans le nord-est du Nigeria). Il a été daté de 7 000, ou plus probablement 8 000 ans, quand ce lac avait atteint son extension la plus grande. Il s’agit d’une embarcation élégamment travaillée, mesurant 8,4 mètres de long et un demi-mètre de large, avec des extrémités en pointe et un intérieur évidé avec soin. Même si l’on doit bien sûr se garder de trop extrapoler à partir d’un seul spécimen découvert à l’autre bout du continent, celui-ci confirme les prédictions et fournit une indication forte quant aux méthodes de transport sur l’eau utilisées à travers l’Afrique à cette époque où les rivières et les lacs connaissaient leur niveau maximal.

Fabrication d’une pirogue à partir d’un tronc évidé (Rwanda).

Techniques de pêche et équipements

20Afin d’exploiter efficacement les ressources du milieu aquatique, et en particulier pour en tirer des provisions suffisantes et régulières de poisson, les populations riveraines ont naturellement accumulé une connaissance détaillée et globale de l’écologie, des cycles de reproduction et de migrations saisonnières des différentes espèces utiles. Armés de ces connaissances, ils ont affiné leurs techniques pour attraper les poissons, que ce soit dans de l’eau peu profonde, sur le bord ou en s’aventurant plus loin avec différents types de bateaux ou de radeaux. Certaines des armes les plus évidentes – simples massues, épieux en bois aiguisés, utilisés surtout dans les roseaux des zones marécageuses et dans l’eau peu profonde lorsque les poissons frayent – ne nous sont pas parvenues en tant que spécimens archéologiques clairement identifiables. Certaines traces d’équipements plus sophistiqués ont été préservées sur les berges et dans les dépôts archéologiques des plages ; ils permettent de se faire une image des méthodes de pêche et de la vie lacustre en général.

Figure 3. Têtes de harpons en os découvertes à Lowasera, ancien haut rivage du lac Turkana, partie sud-est du bassin (d’après Phillipson, 1977).

Indices de l’emploi de filets

21On peut penser que des gens par ailleurs habiles, comme nous l’avons dit plus haut, dans le balles de céramique rainurées, ou encore de pièces de céramique délibérément perforées et lissées. Ce sont là, probablement, des poids destinés à lester les filets, lesquels devaient être fabriqués à partir de roseaux, d’écorces ou d’autres fibres. On peut imaginer qu’ils étaient déployés avec des piquets en bois dans les parties peu profondes des bords de lac ou dans les bras morts des rivières.

22On peut s’attendre également à ce que des peuples fabriquant des filets utilisent la ligne et l’hameçon pour pêcher, depuis les berges ou à partir d’embarcations, des poissons d’une certaine taille. Il est vrai, cependant, qu’aucun véritable hameçon n’a été identifié comme se rapportant aux périodes les plus ancienne de la culture « aqualithique ». Sur le Nil moyen, où des amas de coquilles d’escargot paraissent témoigner des appâts qui étaient employés, des spécimens d’hameçons joliment façonnés à partir d’arêtes de poisson ont été découverts pour une période plus tardive. Qui plus est, l’art de la fabrication des hameçons perdure jusqu’à aujourd’hui, bien que durant les 2 000 dernières années, ils aient été en fer plutôt qu’en os.

Des têtes de harpon très anciennes

23Les têtes de harpon taillées dans l’os sont particulièrement célèbres. Elles mesurent généralement cinq à dix centimètres de long. Leur forme habituelle – comme on en trouve sur les sites du lac Turkana et sur le Nil moyen (ainsi que près des anciens lacs et cours d’eau du Sahara) – est constituée d’une languette plate aiguisée, polie sur ses faces, des dents de scie formant sur l’un des côtés une rangée de barbelures (dans certaines régions, ces pièces peuvent avoir des barbillons sur les deux côtés, ou même sur trois côtés). Ces pièces en os peuvent être interprétées simplement comme des armatures devant être emmanchées, formant ainsi des lances destinées à transpercer poissons et petits animaux, les barbillons empêchant les victimes de se libérer. Bien que ce type d’utilisation soit parfois avéré, il est clair que la technologie a dû évoluer de la lance à pointe inamovible à l’invention du harpon, c’est-à-dire à une tête détachable liée à une cordelette. Cela est attesté par les modèles les plus complets dont nous disposons : certaines de ces pointes en os à dents de scie ont en effet une encoche ou une rainure près de leur base arrondie, clairement destinée à y attacher une cordelette (des formes plus tardives sur le Nil moyen ont un trou percé à cet endroit). Ces harpons durent être des armes très efficaces avec lesquelles transpercer puis maintenir et tirer des poissons de taille importante tels que la perche du Nil et les plus grosses espèces de tilapia et de poissons-chats (y compris les Clarias et Synodontis). Ils sont utilisables depuis les bateaux comme depuis les berges et dans de l’eau peu profonde – et peut-être aussi permettent-ils, de façon collective et avec beaucoup de précaution, de s’attaquer aux crocodiles et aux hippopotames.

24Dans la vallée du Rift principal, ces harpons sont le mieux représentés – dans les limites des connaissances archéologiques actuelles – sur des sites datant de 9 000 ans environ sur les deux rives du lac Turkana. Comme nous l’avons noté, durant la période la plus humide de l’Holocène inférieur, ce lac a gonflé jusqu’à se déverser vers le nord-ouest et rejoindre le bassin du Nil Blanc. En conséquence, les convergences archéologiques – en ce qui concerne les poteries anciennes et les harpons – entre les sites correspondant au niveau le plus haut du lac Turkana et les sites du Nil moyen ne sont pas surprenantes. Il doit exister des sites à découvrir dans la région intermédiaire, celle des affluents du haut Nil et celle qui constitue aujourd’hui la zone frontière entre le Soudan et l’Éthiopie. Au sud du lac Turkana, au Kenya, les découvertes de harpons sont jusqu’à présent plutôt rares, mais ceux qui ont été signalés – dans le bassin de la Suguta comme à Gamble’s Cave surplombant le lac Nakuru – appartiennent clairement à la même tradition.

La tradition « aqualithique » : invention ou survivance ?

25Il n’est pas nécessaire de conclure de ces comparaisons et de ces interconnexions avec les sites du Nil moyen (autour de Khartoum) que les harpons auraient été inventés dans cette dernière région et qu’ils se seraient ensuite diffusés à partir de là le long des voies d’eau. Car bien que la fabrication de céramique (de la tradition à décor de lignes ondulées), qui souvent accompagne ces harpons, soit peut-être apparue dans le Nil moyen, il est possible que la tête de lance à dents de scie et son évolution vers le harpon aient résulté d’un développement technologique plus ancien en Afrique. Il aurait simplement été adopté par les communautés de pêcheurs s’installant au bord du haut Nil et des lacs situés à l’ouest lorsque les conditions favorables encouragèrent ce mode de vie voilà 10 000 ou 9 000 ans.

26Un autre raisonnement, qui rejoint le précédent, est suggéré par les découvertes effectuées près du lac Édouard et de la haute Semliki, c’est-à-dire sur l’équateur, dans la vallée du Rift occidental, à proximité du réseau fluvial boisé du fleuve Congo. Ici, deux groupes de sites anciens – connus sous le nom de Ishango et Katanda – ont livré nombre de harpons en os. Il n’y a pas de céramique associée et, d’après les indications de datation, ces sites sont bien trop vieux pour cela – beaucoup plus vieux que ceux de la vallée du Nil, du sud du Sahara et du bassin du lac Turkana que nous avons considérés jusqu’à présent. Qui plus est, la forme des harpons du lac Édouard et de la Semliki est différente par certains aspects, présentant fréquemment, à Ishango, des doubles rangées de barbillons en dents de scie, bien que, pour la forme générale et la méthode de fabrication, ils paraissent appartenir à la même tradition. Sans doute représentent-ils une phase plus ancienne. La datation de ces sites n’a pas été sans problème, surtout en raison de difficultés techniques liées à l’interprétation de dates carbone 14 pour des échantillons provenant de dépôts lacustres – difficultés qui ont nourri le scepticisme des archéologues lorsqu’ils se sont trouvés confrontés à des résultats de laboratoire inattendus. À Ishango, les couches archéologiques semblent en effet dater d’environ 20 000 ans. C’est deux fois plus vieux que les sites à harpons connus par ailleurs. Mais il faut tout de même noter que cette date les place dans une autre période humide de l’histoire, antérieure à celle dont nous parlons. Il a été avancé que la tradition des harpons aurait ainsi persisté durant 10 000 années de relative sécheresse, dans une zone assez favorisée, celle du réseau fluvial du Congo dans la forêt équatoriale. D’après des découvertes récentes au Katanga, des dates supposées, de l’ordre de 90 000 ans, sont plus surprenantes encore ; nous sommes là dans des profondeurs de temps largement au-delà de ce qui est généralement imaginé dans cette région pour des gisements contenant des harpons. Ces résultats se basent sur une combinaison de tests scientifiques (excluant le carbone 14 en raison de l’ancienneté apparente des dépôts) ; s’ils sont corrects, ils indiquent qu’une technique avancée de travail de l’os (une matière qui n’est pas souvent préservée dans des sites aussi anciens) aurait été développée en Afrique centrale durant le Paléolithique moyen (Middle Stone Age). Quoi qu’il en soit, même si l’on ne retient pas pour l’instant les datations du Katanga, celles d’Ishango, dans la même aire, suggèrent une tradition très ancienne de pêche et de chasse au harpon, près des lacs et des rivières de cette région équatoriale. Dans ce cas, son adoption dans des sites dispersés au début de l’Holocène représente non pas une invention, mais un renouveau et une expansion d’une technologie déjà ancienne en Afrique centrale.

Une origine nilo-saharienne, des identités aujourd’hui fragmentées

27Ces considérations soulèvent la question de l’identité de ces anciennes communautés de pêcheurs de la vallée du Rift et de l’« Afrique médiane », en particulier durant la période la mieux représentée, celle de l’Holocène inférieur, il y a environ 10 000 à 7 000 ans. Il ne faudrait pas imaginer l’existence d’une unique identité culturelle, dans le sens restreint d’une « tribu » étendue d’est en ouest à travers toute l’Afrique et qui se serait maintenue en tant que telle au cours d’une si longue période. En ce qui concerne leurs langues et d’innombrables autres aspects de leur culture, ces populations s’adaptèrent sans doute constamment, évoluèrent localement et se diversifièrent. Néanmoins, les signes archéologiques et environnementaux d’une expansion large et assez rapide probablement en provenance de la vallée du Nil moyen et s’étendant vers l’ouest comme vers le sud-est jusqu’à la vallée du Rift suggèrent que cette expansion a pu résulter d’une dynamique culturelle adaptée à un environnement lacustre et à l’exploitation des poissons et d’autres ressources des rivières, lacs et marais. N’excluons pas d’autres éléments, non lacustres, de la culture et de l’économie, comme la chasse aux animaux de savane et la collecte de fruits et d’autres végétaux, pratiquées en parallèle avec la pêche ou, en saison, au cours des expéditions par voie de terre. Mais une orientation marquée vers les lacs et les rivières et la prédilection pour des établissements humains à proximité de l’eau est frappante. Pour des raisons déjà avancées, les groupes pratiquant ce mode de vie ont dû – signe de leur adaptation réussie et de leur expansion – rapidement croître en nombre en même temps qu’ils assimilaient les populations déjà présentes dans les différentes régions.

Tradition « aqualithique » et dynamique de peuplement nilo-saharienne

28L’association de ces anciennes populations lacustres et de leurs dynamiques culturelles avec l’émergence et l’expansion géographique d’une famille linguistique connue sous le nom de « nilo-saharienne » a été avancée. Les locuteurs de ces langues apparentées de façon lointaine ont aujourd’hui une distribution fragmentée à travers l’« Afrique médiane » – du pays Songhaï de la boucle du Niger jusqu’au pays Toubou au centre-est du Sahara et aux différents groupes linguistiques désignés sous l’appellation « soudanique-oriental » (incluant les langues nilotiques), qui s’étend de la haute Égypte aux hautes terres d’Afrique de l’Est en traversant le bassin du Nil. D’une certaine manière, cette distribution géographique peut induire en erreur. Certains sous-groupes nilo-sahariens, par exemple ceux inclus dans la branche nilotique, se sont dispersés à une époque relativement récente, durant le dernier millénaire. Certains de ces segments de population à l’expansion récente sont caractérisés par un éthos pastoral et un attachement fort au bétail (et, dans certains cas, par un mépris affiché pour la pêche et les habitants des bords de lacs ou de rivières). Mais, lorsque l’on analyse plus précisément la distribution des langues nilo-sahariennes, elle reflète une situation historique résultant d’une expansion de peuples culturellement apparentés (même s’ils se différencient rapidement) datant de plusieurs milliers d’années. Le prestige et le succès originel de ces peuples reposent sur l’exploitation des ressources aquatiques, sur la capacité à se déplacer au bord de l’eau et à s’installer durablement sur les berges.

29Au cours du temps, l’homogénéité de ce groupe s’est fragmentée. Comme les conditions variaient d’une région à l’autre, et que le climat changeait aussi, des ajustements économiques et culturels séparés ont prévalu. Par exemple, dans certaines régions, des groupes de langue nilo-saharienne ont par la suite abandonné les bords de rivières et migré vers les prairies où ils ont adopté avec succès l’élevage de bovins, d’ovins et de caprins. Ailleurs, dans des poches assez limitées, du lac Tchad à l’ouest jusqu’à certaines communautés des lacs est-africains, l’attachement à un mode de vie lacustre perdure dans de petites communautés, en dépit de leur assimilation à des groupes de langue nouvelle. Ils appartiennent aux sociétés de cultivateurs et d’éleveurs voisins, car ces derniers devinrent ultérieurement dominants régionalement. Ainsi, dans la vallée du Rift, les Chamus (Njemps), pêcheurs du lac Baringo, et les Elmolo du lac Turkana parlent des dialectes maasaï septentrionaux, bien que les pasteurs maasaï en tant que tels, avec leur langue qui appartient à une branche de l’ensemble nilotique, ne s’y soient installés que depuis quelques siècles.

Les millénaires intermédiaires : variété des formes d’adaptation à la régression lacustre

30Si certaines communautés de pêcheurs actuelles peuvent être considérées comme des reliques d’une tradition culturelle bien plus ancienne qui a prospéré dans la vallée du Rift – et à travers l’« Afrique médiane » – il y a 10 000 à 7 000 ans, quels liens peuvent être identifiés durant les millénaires intermédiaires ? Au cours de cette période, le climat et en particulier les précipitations ont oscillé de façon brutale, si bien que les niveaux des lacs de la vallée du Rift baissèrent et remontèrent, retombant finalement, il y a environ 3 000 ans, à peu près à leur très bas niveau actuel. On peut rattacher à l’un des épisodes les plus humides, au cours duquel les lacs ont atteint un niveau relativement haut, il y a environ 5 000 ans, un groupe de sites archéologiques situés dans le bassin des lacs Nakuru-Elmenteita et dans celui du lac Turkana, le long de l’ancienne berge située entre le niveau le plus haut (celui du débordement) de la période humide ancienne et le niveau des lacs actuels. Ils sont caractérisés par un type de poterie très spécifique (appelé « Gumban A » par Louis Leakey, puis plus récemment « Nderit Ware »). Ces poteries rappellent un panier, non seulement par leur forme mais également par l’ensemble de leur saisissante décoration externe et, de manière totalement inhabituelle, par la présence de stries (ou de cannelures imprimées par des tiges lors de la cuisson) sur la face interne.

31Les pots ou les paniers qu’ils imitent ont peut-être été utilisés pour des activités de pêche au bord du lac. Cette hypothèse est renforcée par la découverte d’arêtes de poisson dans et à proximité de certains de ces sites. Globalement cependant, le contexte de ces pots et la nature originale de ces sites – qu’il s’agisse de campements permanents ou temporaires (ou même dans certains cas de cimetières) – n’ont pas été déterminés de façon claire. Leur datation reste controversée. En outre, aucune pièce d’équipement de pêche identifié comme tel n’y a été découverte. Néanmoins, leur localisation sur ou à proximité des rives, dans deux bassins lacustres distincts, constitue de façon plausible une manifestation tardive ou un renouveau régional de la culture aqualithique.

32Il existe un autre groupe de poteries archéologiques spécifiques qui aide à marquer la continuité de la tradition de pêche est-africaine. Ces poteries sont rares dans la vallée du Rift ; elles ont été découvertes principalement autour du lac Victoria-Nyanza. Baptisées Kansyore, d’après le nom d’une île de la rivière Kagera qui se déverse dans le côté ouest du lac (et constitue aujourd’hui la frontière entre l’Ouganda et la Tanzanie), elles datent d’environ 3 000 ans et sont intimement liées à des établissements humains en bordure de l’eau et à une dépendance à l’égard du poisson. Parmi les localisations typiques se trouvent non seulement les rivages du lac, les abris qui le dominent mais aussi les berges des rivières qui se jettent dans le lac à l’est comme à l’ouest, à des points où les rapides et des barrières rocheuses forment des bassins propices pour les frayères – et par-là propices à la pêche. Une telle exploitation des bords de rivières et des lacs à cette époque ne serait sans doute pas remarquable en soi si la décoration de cette poterie – malgré l’imprécision de sa datation, elle appartient certainement à une époque bien antérieure à l’âge du fer (Iron Age) – ne semblait perpétuer l’ancienne tradition des décors de ligne ondulée pointillée du Nil moyen. Dans ce cas, les sites de pêche présentant des poteries de tradition Kansyore indiqueraient une longue adaptation autour du lac Victoria et des connexions historiques plus anciennes à travers la région du haut Nil (celle qui inclut le nord de l’Ouganda et le sud du Soudan). Cela est plausible si l’on prend en compte le fait que le Nil Blanc, déversoir du lac Victoria, augmenté d’un vaste bassin versant qui inclut la vallée du Rift occidental, a continué à couler tout au long des millénaires, et même au cours des épisodes les plus secs (contrairement aux connexions fluviales de la vallée du Rift oriental, qui comme nous l’avons vu, n’ont fonctionné qu’aux périodes les plus humides). Il existe effectivement au Sud-Soudan des indices archéologiques qui étayent peut-être cette idée, bien que la recherche archéologique dans cette région ait été trop inégale pour apporter pour l’instant une image claire.

33À l’est du bassin du lac Victoria, les derniers pêcheurs utilisant des poteries Kansyore sont rejoints il y a quelque 2 000 ans par des pasteurs possédant des chèvres et des vaches, puis par les premiers agriculteurs utilisant le fer (parlant probablement une langue bantu). Peut-être y eut-il chevauchement, ou même coopération entre ces différents groupes en dépit de leurs différences linguistiques, leur origine culturelle et leurs spécialisations économiques. Mais, avec le temps, les communautés de pêcheurs du lac Victoria et de ses affluents ont disparu, sans doute assimilées par les populations agricultrices en expansion. La tradition survit néanmoins, car le poisson est demeuré un élément important de l’alimentation, les savoir-faire et l’équipement pour les capturer s’étant également conservés – et ayant même connu des améliorations grâce à la technologie du fer. Souvent, la navigation et la pêche sont perçues comme une spécialisation et le domaine réservé de groupes spécifiques ou de guildes.

34Ailleurs – dans d’autres régions où la pêche et l’adaptation aquatique avaient été dominantes à l’époque des plus hauts niveaux et des plus longues rivières –, des changements parallèles se sont produits, mais différents selon chaque cas. Près du Nil moyen, par exemple, l’expérimentation liée à de nouvelles opportunités est évidente durant la période de fluctuation climatique il y a 7 000 à 5 000 ans. En particulier, de plus en plus d’efforts ont été mis dans la cueillette systématique de végétaux comestibles dans les plaines inondables, en particulier le sorgho, et dans des méthodes pionnières pour moudre le grain et produire par exemple une farine de millet pour la cuisson. D’autres populations combinèrent l’élevage de chèvres et de moutons, ou s’éloignèrent de leurs habitations permanentes au bord de l’eau pour garder leurs troupeaux de gros et de petit bétail dans les prairies. Les modalités de cette adaptation, conduisant à des modulations importantes dans les aspects culturels liés au milieu aquatique, sont encore perceptibles aujourd’hui.

Une trace en négatif chez les sociétés actuelles : le tabou sur le poisson

35Quant à la vallée du Rift oriental, l’héritage des anciens pêcheurs y est moins immédiatement apparent. En effet, plusieurs des lacs y sont maintenant alcalins ou réduits à l’état d’étendues de soude. Ceux qui contiennent encore de l’eau douce sont assez petits, à part le lac Turkana et le lac Abaya en Éthiopie, et les connexions entre leurs bassins ont été coupées il y a plusieurs milliers d’années par le début de la péjoration des conditions climatiques. Dans une grande partie de la vallée du Rift oriental, comme nous l’avons vu, le mode de vie dominant est devenu un mode de vie pastoral, si bien que la dépendance à l’égard du bétail et l’exploitation et la gestion des pâturages ont remplacé l’art et l’éthique d’un mode de vie basé sur l’exploitation des ressources aquatiques. Les pasteurs tendent à s’éloigner de ce qui reste d’étendues d’eau. Ils ridiculisent et méprisent les groupes arriérés qui vivent sur les rivages et se nourrissent de leur pêche, au point que certains anthropologues identifient de véritables tabous concernant le poisson chez certains groupes pastoraux d’Afrique de l’Est. C’est particulièrement le cas de ceux dont la langue appartient au groupe couchitique, ou encore chez certains groupes nilotiques fortement influencés par des éléments couchitiques plus anciens. Que cette aversion vis-à-vis du poisson soit réellement considérée comme un tabou, dans le sens d’une prohibition sociale et religieuse, ou qu’il s’agisse plutôt d’une mise à distance culturelle et de l’affirmation d’une préférence pour son propre régime alimentaire quotidien, elle met en relief un monde opposé, celui de peuples historiques et actuels, en particulier dans le bassin du Nil et dans celui du lac Victoria, dont la culture repose sur la pêche et la vie au bord de l’eau. Ainsi, une tradition établie il y a 10 000 ans constitue encore une part de l’héritage culturel des habitants actuels de l’Afrique de l’Est et mérite d’être rappelée dans l’histoire de la vallée du Rift.

Bibliographie

Références

Arkell A. J., 1949 – Early Khartoum. Oxford, Oxford University Press.

Arkell A. J., 1953 – Shaheinab. Oxford, Oxford University Press.

Barthelme J., 1977 – Holocene sites north-east of lake Turkana. Azania, vol. XII : 33-41.

Breuning P., 1996 – « The 8000 year old dugout canoe from Dufuna (NE Nigeria) ». In Pwiti G., Soper R., eds : Aspects of African Archaeology : 10th Congress of the Panafrican Association for Prehistory, Harare : 461-468.

Camps-Fabrer F., 1966 – Matière et art mobilier dans la préhistoire nord-africaine et saharienne. Mém. CRAPE, V, Paris.

Chapman S., 1967 – Kantsyore Island. Azania, vol. II : 165-191.

Cole S., 1963-1964 – The prehistory of East Africa. 2nd ed., New York, 1963, London, 1964.

Fosbrooke H. A., 1934 – Some aspects of the Kiwani fishing culture. Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. LXIV : 1-22.

Haaland R., 1992 – Fish, pots and grains : early and mid-Holocene adaptation in the central Sudan. African Archaeological Review, vol. X : 43-64.

Haaland R., 1993 – Aqualithic sites of the Middle Nile. Azania, vol. XXVIII : 47-83.

Heinzelin (de) J., 1957 – Les fouilles d’Ishango. Explorations du parc national Albert, fasc. 2, Inst. des parcs nationaux du Congo Belge, Bruxelles.

Heinzelin (de) J., 1962 – Ishango. Scientific American, CCVI : 106-116.

Hornell J., 1946 – Water transport : origins and early evolution. Cambridge.

Huard P., 1964 – Harpons en os et céramique à décor en vague [wavy line] au Sahara Tchadien. Bulletin de la Société préhistorique française, LXI : 105-123.

Leakey L. S. B., 1931 – The Stone Age Cultures of Kenya Colony. Cambridge.

Mohammed Ali A. S., Khabir A.-R. M., 2003 – The wavy line and dotted wavy line pottery in the prehistory of the central Nile and the Sahara-Sahel belt. African Archaeological Review, vol. XX : 25-58.

Monod T., Mauny R., 1957 – « Découvertes et nouveaux instruments en os dans l’Ouest africain ». In Clark J. D., Cole S., eds : Third Panafrican Congress on Prehistory, Livingstone 1955, London.

Mostley P. N., Davison S., 1992 – Ugunja : a new Kansyore (Oltome) site. Azania, vol. XXVII : 129-134.

Phillipson D. W., 1977 – The later prehistory of Eastern and Southern Africa. Nairobi and London.

Phillipson D. W., 1977 – Lowasera. Azania, vol. XII : 1-32.

Robbins L. H., 1967 – A recent archaeological discovery in the Turkana district of northern Kenya. Azania, vol. II : 69-73.

Sutton J. E. G., 1974 – The aquatic civilisation of middle Africa. Journal of African History, vol. XV : 527-546.

Sutton J. E. G., 1977 – The African aqualithic. Antiquity LI : 25-34.

Sutton J. E. G., 1998 – Hyrax Hill and later archaeology of the Central Rift Valley of Kenya. Azania, vol. XXXIII : 73-112.

Worthington E. B., 1933 – Primitive craft of the central African lakes. The Mariner’s Mirror, vol. XIX : 146-163.

Yellen J. E., 1998 – Barbed bone points : tradition and continuity in Saharan and Sub-Saharan Africa. African Archaeological Review, vol. XV : 173-198.

Notes

1 Cette expression d’ » Afrique médiane » traduit celle de « Middle Africa » forgée par l’auteur pour désigner la vaste région formée par les bassins du Niger, du lac Tchad et du Nil, jusqu’aux lacs du Rift.

2 H.A. Fosbrooke, “Some aspect of the Kimwani fishing culture”, Journal of the Royal Anthropological Institute, LXIV (1934), p. 1-22 ; citation, p. 3-4.

3 Il est difficile d’être précis dans cet exercice de datation car il dépend surtout de mesures carbone 14 qui sont effectuées non sur les tessons de poteries eux-mêmes mais sur des os ou des coquillages découverts sur le même site. Pour des raisons techniques, ce type d’échantillon n’est pas toujours idéal. Hélas, en raison de la nature du site, les associations supposées entre tessons et éléments servant à la datation ne sont pas toujours parfaites. Néanmoins, les progrès de la recherche depuis les fouilles éclairantes d’Arkell, qui ont mis au jour le site de l’hôpital de Khartoum dans les années 1940, et l’accumulation d’un corpus de datations au carbone 14 depuis lors permettent de discerner un ensemble de datations cohérent et assez fiable.

4 Voir Sutton (1974 et 1977).

5 Extrait de E.B. Worthington, “Primitive craft of the central African lakes”, The Mariner’s Mirror, XIX (1933), p. 156.

Table des illustrations

Légende photo > Un pêcheur maasaï sur le lac Baringo (Kenya).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figure 1. Les principaux grands bassins lacustres à l’Holocène inférieur (d’après Sutton, 1974).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 2. Tessons de céramique à décor de ligne ondulée (wavy line) et de ligne ondulée pointillée (dotted wavy line) de sites du Nil moyen (d’après Arkell, 1949).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Récolte de joncs pour fabriquer des paniers dans les marais de l’Akagera (Nil, Rwanda).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Marché aux poissons, bord du lac Abaya (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1782/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Pirogue en ambatch sur la rive du lac Bogoria (Kenya).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1782/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Légende Fabrication d’une pirogue à partir d’un tronc évidé (Rwanda).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1782/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Figure 3. Têtes de harpons en os découvertes à Lowasera, ancien haut rivage du lac Turkana, partie sud-est du bassin (d’après Phillipson, 1977).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1782/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 474k

Auteur

Archéologue, British Institute in Eastern Africa

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search