Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 4. Les sociétés du Rift, peuplement et histoire

Chapitre 24. Le berceau d’Ève

François Bon et Asamerew Dessie

Texte intégral

photo > Bifaces acheuléens en obsidienne (station de Bole, lac Langano, Éthiopie).

Une lente entrée en matière

1Quel préhistorien, quel amateur de préhistoire n’a souhaité se pencher sur le berceau d’Ève ? L’Afrique de l’Est et, particulièrement, la région du Rift où reposent les ancêtres de l’Homme fait rêver. Depuis plusieurs décennies en effet, cette partie du monde s’est imposée comme une région clé, où se laisse observer une préhistoire qui se compte en millions d’années.

  • 1 Théorie de l’« East side story », voir Coppens (1983), et Senut et Pickford, cet ouvrage.

2L’Afrique n’est pas seulement le décor qui a vu apparaître et se développer les premiers hominidés, avant que ces derniers ne gagnent, peu à peu, d’autres parties du monde. Elle est un acteur à part entière de cette évolution, si l’on en croit l’hypothèse la plus couramment admise1, selon laquelle ses paysages ouverts de savane arborée auraient favorisé l’adoption ou, tout du moins, la lente spécialisation du mode de locomotion bipède. La bipédie serait, en quelque sorte, une réponse à un environnement dans lequel la forêt cède la place à un paysage où le fait de se tenir debout apparaît comme une solution adaptative déterminante. C’est le tribut payé par les premiers hominidés à la sélection naturelle, selon les conditions imposées par un tel environnement. La station bipède aurait, ensuite, déterminé les conditions permettant à d’autres modifications morphologiques (induites, comme on le sait, par des mutations génétiques aléatoires) de prendre corps. Il en est ainsi des modifications intervenues sur les membres antérieurs, le crâne, et ainsi de tout l’équilibre fonctionnel de l’organisme.

L’ardent buisson de l’évolution

  • 2 Cette géographie des premiers hominidés doit toutefois être complétée par la découverte effectuée (...)
  • 3 À ces fossiles, il faut ajouter le témoignage apporté par « Orrorin » (Orrorin tugenensis, découve (...)

3C’est en effet en Afrique orientale (dès environ 4,5 millions d’année) puis, conjointement, en Afrique australe (dès 3,5 Ma) qu’apparaissent les premiers hominidés, réunis sous l’appellation d’australopithèques2. Cette appellation générique s’applique à une famille à l’intérieur de laquelle de nombreuses variations anatomiques ont été relevées, suggérant l’existence de plusieurs espèces parentes, soulignant la multiplicité des voies évolutives empruntées au cours d’une période d’où émergera l’humanité (Homo habilis et Homo rudolfensis, vers 2,5 Ma). Dans cette enquête, l’Éthiopie livre des témoignages très importants : qu’il s’agisse de la découverte, en 1994, de ce qui apparaît comme l’un des premiers hominidés (Ardipithecus ramidus, provenant d’un site localisé dans le cours moyen du fleuve Awash, et datant d’environ 4,4 Ma), ou encore, bien sûr, de la définition d’Australopithecus afarensis, espèce ayant vécu entre 3,7 et 2,9 Ma, et dont la plus célèbre représentante est Lucy, découverte en 1974 à Hadar, dans l’Afar éthiopien (fig. 1)3.

Figure 1. Carte des principaux sites mentionnés dans le texte.

  • 4 A noter que certains d’entre eux, auparavant dénommés Australopithecus robustus, reçoivent désorma (...)

4Les australopithèques, sous plusieurs formes biologiques apparentées, perdurent jusque vers 1 Ma4. Bien avant ce terme apparaît le premier Homo. Ou, devrait-on dire, les premiers représentants du genre Homo. En effet, à l’instar des australopithèques, il semble que l’émergence du genre Homo soit le fait de plusieurs espèces, dont les degrés de parenté entre elles et, plus largement, avec les différents australopithèques (ceux qui les précèdent, tels Australopithecus afarensis ou africanus, comme leurs contemporains, tels les Paranthropus boisei et robustus) sont l’objet de nombreux débats. Homo habilis et Homo rudolfensis, dont les restes s’échelonnent en Afrique de l’Est (par exemple à Hadar ou dans la vallée de l’Omo en Éthiopie pour le premier, et Koobi Fora au Kenya pour le second) et du Sud (par exemple à Sterkfontein pour habilis), auraient conjointement vécu entre 2,4 et 1,8 Ma environ.

Intelligence technique et adaptation humaine

5Si H. habilis et H. rudolfensis se disputent la place de premier Homo et, partant, d’ancêtre fondateur de la lignée, on pourrait, en quelque sorte, dire qu’ils sont armés pour le faire. En effet, dès 2,5 Ma, la sélection naturelle opérée en faveur de certaines aptitudes mécaniques voit, à ses côtés, agir un autre critère de sélection : celui de l’intelligence. Entendons-nous sur ce terme. L’intelligence de la vie en société, de l’entraide et du partage est certainement inscrite depuis fort longtemps dans le comportement des premiers hominidés. Elle a, sans aucun doute, pleinement joué son rôle pour favoriser certaines voies adaptatives. Sans doute, dès ces périodes reculées, cette intelligence repose-telle sur des comportements acquis et non seulement innés – y compris, dans une certaine mesure, la bipédie –, inaugurant les fondements d’une dimension culturelle de l’Homme. Mais, à partir d’environ 2,5 Ma, apparaît une intelligence technique qui ancre, bien davantage encore, l’Homme dans son humanité. C’est en effet l’apparition des premiers outils en pierre, simples galets percutés l’un contre l’autre tant pour aménager un tranchant que pour récupérer les éclats ainsi produits, et profiter également de leurs bords coupants. Dans cette première étape de l’histoire technique de l’Homme, le Rift éthiopien tient, une nouvelle fois, une place centrale : c’est à Hadar, sur les bords de la rivière Kada Gona, ainsi que dans la vallée de l’Omo qu’ont été recueillis les plus anciens objets de pierre taillée actuellement connus (2,6-2,3 Ma).

6Qui sont les auteurs de ces premières industries, qualifiées d’oldowayennes (« tradition » technique qui couvre plus de 1 Ma, entre 2,6 et 1,3 Ma) ? H. habilis et/ou H. rudolfensis en sont-ils les seuls artisans, partagent-ils ce trait de comportement, éminemment culturel (fabriquer des outils est le fruit d’une transmission acquise), avec leurs cousins Paranthropes ? Quoi qu’il en soit, au cours de cette période, on peut considérer que le fait de s’armer d’outils devient un caractère systématique dont héritera une forme biologique beaucoup plus proche de la nôtre, apparue vers 2 Ma, Homo ergaster.

7Avant d’aborder les évolutions capitales introduites par Homo ergaster, il faut souligner plusieurs faits, en particulier dans le domaine de l’alimentation des premiers hominidés. Si les australopithèques mangeaient essentiellement des plantes, racines et fruits, sans doute ne dédaignaient-ils pas la consommation occasionnelle de viande. Ce comportement omnivore est nettement affirmé par H. habilis et H. rudolfensis et l’on peut y voir un trait important des facultés d’adaptation de l’Homme : cette absence de spécialisation alimentaire est un atout majeur pour expliquer les facultés de l’Homme à s’adapter à différents environnements. En outre, la recherche de viande, bien qu’il s’agisse sans doute essentiellement, au cours de ces périodes anciennes, d’une activité de charognage et non d’une chasse active, fait appel à des comportements collectifs, illustrant certaines aptitudes sociales.

Quitter l’Afrique

  • 5 Le terme d’Homo ergaster est appliqué ici pour qualifier, dans leur ensemble, des populations biol (...)

8Les différents traits de comportement que nous avons tour à tour envisagés (souplesse alimentaire – sociabilité – développement d’un comportement technique), constituent des pré-requis sans doute indispensables pour expliquer la faculté qu’a eue Homo ergaster de quitter l’Afrique et, au cours de la période comprise entre 2 et 1 Ma, de s’adapter aux environnements très différents qu’il rencontre, tant le long de l’océan Indien jusqu’en Indonésie, qu’au travers du Proche-Orient jusqu’en Eurasie. Vers 1 Ma, l’Ancien Monde, exception faite de ses marges septentrionales (grosso modo au nord du 50e parallèle), est peuplé par des populations d’Homo ergaster, artisans de l’Acheuléen (confectionnant des bifaces) ou, selon les régions concernées, conservant davantage au galet aménagé son statut d’outil de prédilection (cf. infra)5.

La « sapiensisation » des H. ergaster africains

  • 6 Précision terminologique : dans ce texte, l’appellation d’Homme moderne (avec un « H », afin de di (...)
  • 7 Citons également l’homme de Kabwe (Broken Hill) en Zambie, daté d’environ 400 000 BP, ceux de Ndut (...)

9Si l’Afrique a vu naître les premiers Hommes, avant que ceux-ci ne conquièrent peu à peu le reste de la planète, ce continent va de nouveau jouer un rôle décisif lors du dernier épisode de l’évolution biologique de la lignée humaine. En effet, à partir d’environ 500 000 ans avant le présent (= BP), l’évolution des populations de H. ergaster africains semble introduire des caractères anatomiques façonnant peu à peu, au fil de milliers de générations, une morphologie qui sera acquise sur ce continent entre 200 000 et 100 000 ans BP : celle de l’Homme moderne, Homo sapiens sapiens6. Une nouvelle fois, l’Afrique orientale et, notamment, l’Éthiopie fournissent des documents à cette enquête : l’homme de Bodo, daté d’environ 600 000 ans BP, fait figure de premier jalon, tandis que deux crânes découverts dans la vallée de l’Omo (Omo 1 et 2), aux alentours de 200 000 ans, exprimeraient le terme de cette évolution, à l’instar du fossile de Herto, récemment découvert dans la région du Middle Awash et daté, lui, de 160 000 ans7. Bien sûr, les fossiles demeurent peu nombreux, leurs datations sont souvent imprécises (c’est notamment le cas des crânes de la vallée de l’Omo), mais la « sapiensisation » des Homo ergaster africains n’en est pas moins certaine aux yeux de la grande majorité des anthropologues.

Un biface acheuléen en obsidienne corrodé par les millénaires (station de Bole, lac Langano, Éthiopie).

10Ce thème de l’origine africaine de l’Homme moderne a été, au cours des vingt dernières années, abordé par les études génétiques. Selon la théorie de l’Ève africaine (également popularisée sous l’expression de « Out of Africa »), fondée sur une comparaison du patrimoine génétique des populations actuelles (en particulier l’ADN mitochondrial) et de leurs écarts respectifs, combinée à des modèles visant à évaluer la vitesse nécessaire pour que s’accomplissent certaines des modifications relevées, l’Homme moderne serait apparu en Afrique autour de 200 000 BP. Pour les généticiens défendant l’hypothèse de l’Ève africaine, ce continent serait le seul berceau d’apparition de l’Homme moderne, sous la forme d’une espèce distincte des autres hommes occupant alors la planète : les H. ergaster évolués d’Asie (rebaptisés ici erectus) ne seraient pas des H. sapiens ni ne conduiraient vers eux, pas plus que les Néandertaliens européens, fruit d’une évolution particulière des H. ergaster ayant peuplé cette partie du monde. Ce scénario implique que, à partir de 500 000 BP, les populations humaines, séparées les unes des autres, auraient emprunté des voies évolutives parallèles induisant l’apparition, autour de 200 000 BP, d’autant d’espèces distinctes. Une seule, hégémonique, aurait survécu : l’Homo sapiens africain, accomplissant entre 150 000 et 50 000 BP un nouvel exode mondial, aurait supplanté toutes les autres formes humaines.

  • 8 Sur les origines de l’Homme moderne, voir Hublin et Tillier (1991) ; voir également : Coppens et P (...)

11Cette théorie est largement critiquée par certains anthropologues, mais aussi par des généticiens, qui considèrent que l’isolement des populations nécessaire au processus de spéciation invoqué est non seulement très peu probable (sur un plan théorique) mais aussi irréaliste sur la base de comparaison de fossiles africains et asiatiques. Pour les tenants d’une vision multi-régionaliste d’apparition de l’Homme moderne, ce dernier serait apparu de façon beaucoup plus globale sur la majeure partie de la planète entre 200 000 et 100 000 BP, grâce au brassage génétique impliquant de nombreuses populations. Néandertal était-il de la danse (entre-t-il dans la variabilité de l’espèce sapiens ou s’agit-il d’une autre espèce, fruit d’une évolution parallèle) ? Cette hypothèse divise les multi-régionalistes eux-mêmes8.

Évolution culturelle et modernité comportementale

  • 9 Autour de ce thème, voir notamment : McBrearty et Brooks (2000) ; D’Errico et Backwell (2005) ; Ko (...)

12Face à ces différentes questions, que nous apprennent les données de la culture des groupes impliqués dans cette évolution biologique ? Les « cultures » identifiées en Afrique vers 200 000 BP apportent-elles des arguments en faveur d’un isolement de certaines populations ? La comparaison des données africaines avec celles du Proche-Orient et de l’Europe appuient-elles, au contraire, la thèse de contacts entre les populations, créant les conditions nécessaires à une évolution de type multi-régional ? Pour aborder cette question, sans doute est-il nécessaire d’introduire un thème qui est l’objet de nombreux débats parmi les préhistoriens : celui de la naissance et du développement de comportements qualifiés de modernes. Par comportement moderne, on entend le plus souvent un ensemble de caractères qui, tout à la fois, forment un trait d’union entre l’ensemble des cultures actuelles (si des universaux existent, les voilà) et ne sont pour autant pas un héritage atavique remontant aux tréfonds de notre ancrage animal. Parmi les domaines concernés, le plus représentatif est sans doute celui des productions artistiques. Ces dernières font appel à des impératifs culturels désignant une société soucieuse de communiquer, de se distinguer, d’exprimer ses croyances, de penser le monde qui l’entoure, bref, d’une société introduisant une relation codifiée entre les individus qui la composent, entre elle et les autres, entre elle et son milieu. Il en est de même du rapport à la mort. L’art, la parure ou le fait d’accorder un soin aux défunts ne sont pas les seules expressions de ce que nous appelons ici modernité : la complexité des structures sociales (partage des tâches, structures de la parenté), dont on peut tenter, dans le domaine de l’archéologie, de lire les stigmates parmi les règles mises en œuvres dans la confection de l’outillage, de l’armement, de la gestion des territoires, ou encore de l’organisation de l’espace habité, participent également de cette définition. Rejoignant les deux brins de notre enquête, la question devient alors : quand et où apparaissent les premiers comportements qualifiables de modernes ? Cette modernité est-elle le fait du seul Homme anatomiquement moderne ? En d’autres termes, si Homo sapiens apparaît en Afrique plus tôt qu’ailleurs, peut-on y déceler des comportements modernes plus précoces ?9

Scénarios inter-continentaux

13En Europe comme au Proche-Orient, on assigne le plus souvent à la période correspondant à la transition entre le Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur (entre 40 000 et 30 000 BP) l’apparition de la majeure partie des comportements qualifiés de modernes, lesquels seraient associés à l’arrivée d’Homo sapiens dans cette partie du monde. En Europe, ce phénomène serait le fait d’une migration de ces populations, s’appropriant peu à peu l’espace jusqu’alors occupé par les sociétés néandertaliennes. Nous partirons de cette notion pour entreprendre une comparaison des données africaines, européennes et proche-orientales, en tentant de répondre à la question suivante, prolongeant celles posées plus haut : peut-on mettre en parallèle les changements survenus entre le Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur en Europe et des phénomènes comparables en Afrique ? Dans le contexte africain, ces derniers se sont-ils développés à la fois plus tôt et de façon plus graduelle, attestant de l’émergence sur place de tels comportements, et non de leur introduction, fruit de l’arrivée de populations nouvelles, comme cela semble être le cas en Europe ?

14Ces questions, nous allons tenter d’y répondre en empruntant comme fil conducteur les mots employés par les préhistoriens de ces deux continents pour qualifier les sociétés humaines concernées par de tels phénomènes.

Les termes de l’évolution

15Les grandes divisions chronologiques de la Préhistoire mondiale ont été élaborées il y a déjà plusieurs décennies (fin xixe–début xxe siècle, selon les parties du monde concernées). Elles sont, dans une certaine mesure, les héritières des conceptions évolutionnistes qui régnaient alors (une certaine vision du progrès de l’Humanité se combinant à la recherche d’une stricte équation entre identités biologiques et expressions culturelles), postures intellectuelles vis-à-vis desquelles les recherches actuelles ont appris à être très critiques. Tout du moins, ces dernières ne cessent d’en interroger les fondements sans les considérer comme un postulat de départ. Quoi qu’il en soit, la préhistoire mondiale est couramment divisée en trois périodes (Paléolithique, le temps des chasseurs-cueilleurs nomades – Mésolithique, les derniers chasseurs-cueilleurs, nomades ou sédentaires selon les régions – Néolithique, le temps des éleveurs et des agriculteurs), chacune d’entre elles connaissant à son tour des divisions, le plus souvent par rythme de trois (la valse des temps). Ainsi, on reconnaît en Europe un Paléolithique inférieur, auquel succèdent un Paléolithique moyen puis supérieur. À première vue, l’emploi des termes Early, Middle et Late Stone Age dans le domaine africain suggère que l’on peut sans difficulté les traduire et les superposer aux appellations – et aux notions que recouvrent ces appellations – en usage dans le contexte européen. Nous allons voir que la situation est en réalité bien plus complexe, en particulier pour les phases récentes de cette chronologie.

Paléolithique inférieur et Early Stone Age

  • 10 Le terme de nucleus désigne le volume de matière première dont sont détachés des éclats destinés à (...)

16En Afrique, le Paléolithique débute par le Early Stone Age, lui-même divisé en deux grandes traditions successives : l’Oldowayen (2,6 - 1,3 Ma) et l’Acheuléen (1,4 - 0,2 Ma). La première de ces traditions est caractérisée par l’usage de galets aménagés (qui sont à la fois des outils et des nucléus à éclats10) ; la seconde correspond à l’emploi d’outils façonnés tels que bifaces et hachereaux, associés à des débitages d’éclats généralement peu élaborés, les produits de ces débitages pouvant être utilisés bruts ou bien après avoir été retouchés. Bien sûr, une aussi longue période connaît bien des changements dans les pratiques comportementales et techniques des groupes humains concernés, et cette description est hautement simplificatrice. Toutefois, de nombreux auteurs soulignent la relative monotonie de ces traditions techniques, de même que l’on constate la grande parenté de l’Acheuléen africain avec son homologue proche-oriental et européen. Ainsi, sans oublier que le Early Stone Age débute beaucoup plus tôt en Afrique que partout ailleurs dans le monde, il est légitime de le mettre en parallèle avec le Paléolithique inférieur tel que nous le connaissons en Europe ou au Proche-Orient.

Paléolithique moyen et Middle Stone Age

17À première vue, cette équation peut être prolongée entre le Paléolithique moyen d’Europe et du Proche-Orient et le Middle Stone Age africain. L’une et l’autre de ces périodes débutent autour de 250 000 BP, pour s’achever entre 40 000 et 20 000 BP. Surtout, les critères de distinction entre les industries associées au Paléolithique moyen et au Middle Stone Age par rapport à un Acheuléen dont il a été souligné le caractère supra-continental, sont, dans leurs grandes lignes, les mêmes. Dans ces différents domaines géographiques, on assiste au développement de débitages d’éclats dont la forme est clairement prédéterminée par le tailleur. Cela signifie qu’aux débitages d’éclats le plus souvent peu élaborés de l’Acheuléen succèdent des débitages correspondant à une mise en forme spécifique des nucléus, permettant l’obtention d’éclats dont la forme (éclats larges, pointus ou allongés) a été souhaitée comme telle. Ces éclats peuvent être utilisés bruts, bénéficiant de morphologies alors intentionnellement conçues pour tel ou tel usage, ou bien être retouchés pour fabriquer une panoplie d’outils tels que racloirs, pointes, denticulés, etc. (fig. 2).

Figure 2. Échantillon d’industrie Middle Stone Age en obsidienne de Gademotta, région du lac Ziway, Éthiopie (d’après Wendorf et Schild, 1974 ; dessins : I. Niewiadomska et H. Wieckowska).

  • 11 Pour une récente et riche synthèse sur le Paléolithique moyen européen, voir Jaubert (1999).
  • 12 De telle sorte que la date de 250 000 BP proposée ici pour marquer les débuts du Paléolithique moy (...)
  • 13 Voir par exemple Clark (1988).

18Ces débitages illustrent le haut degré d’anticipation et, par là même, d’abstraction dont font montre les artisans de ces industries11. Bien sûr, ce phénomène s’inscrit dans la tradition de l’Acheuléen, dans celle de la recherche de formes (concepts de forme, notion de symétrie) dont témoignent les bifaces et hachereaux de cette période (lesquels, du reste, perdurent au cours du Paléolithique moyen et au début du Middle Stone Age). Également, dans l’emploi de types de débitages dont les prémices sont clairement perceptibles au cours de l’Acheuléen. De fait, en Afrique comme en Europe ou au Proche-Orient, la transition entre les deux périodes s’établit sur une très longue durée : il faut en réalité envisager l’avènement du Middle Stone Age et du Paléolithique moyen comme l’aboutissement d’un processus au cours duquel les tailleurs affirment, dans leurs choix techniques, celui de produire des outils dont la forme est totalement pensée12. Il faut à présent insister sur un point. Ce développement de débitages d’éclats de forme prédéterminée s’accompagne de beaucoup de variabilité : si le débitage dit Levallois fait figure d’archétype des productions de cette période, non seulement celui-ci correspond à un concept susceptible d’être décliné sous des formes différentes mais, en outre, de nombreuses autres formes de débitage existent au cours de cette période (discoïde, Quina, laminaire, etc.). Cette prolifération de savoir-faire techniques projette beaucoup de complexité sur cette période dont, en Afrique comme en Europe ou au Proche-Orient, tous les auteurs soulignent la variabilité, insistant sur la difficulté de cerner des faciès aux contours clairement définis dans le temps comme dans l’espace13. Toutefois, la variabilité enregistrée sur l’un et l’autre des continents se recouvre suffisamment pour justifier la mise en parallèle du Paléolithique moyen et du Middle Stone Age – tout du moins, comme nous allons le voir, pour leurs phases anciennes.

Paléolithique supérieur et Late Stone Age

  • 14 Avec, conjointement, dans le domaine africain, la question de l’utilisation de poisons, dont on sa (...)

19Notre démarche de traduction se complique dès lors que l’on aborde le Paléolithique supérieur (40 000-10 000 BP en Europe et au Proche-Orient) au regard du Late Stone Age africain. Ce dernier, qui débute autour de 25 000 à 20 000 BP en Afrique orientale comme dans d’autres parties de ce continent, est avant tout caractérisé par le développement d’un débitage non plus d’éclats, mais de lames et surtout de lamelles de petite dimension. Ce microlithisme a été mis en parallèle, non avec le Paléolithique supérieur européen, mais avec l’Epipaléolithique et le Mésolithique de ce continent (plus tardif, entre 12 000 et 6 000 BP). Dans les deux cas en effet, les industries sont dominées par la recherche de microlithes géométriques confectionnés sur lamelles. Une retouche, le plus souvent abrupte, portée sur une lamelle entière ou tronçonnée, sert à créer des formes diverses (segment de cercle, trapèze, etc. ; fig. 3). La diversité des méthodes employées (tant pour produire les lamelles que pour les retoucher) ainsi que des formes de microlithes participe à la définition de très nombreux faciès culturels. En Europe comme en Afrique, le développement de ces objets interprétés comme servant à armer des flèches est souvent mis en relation avec celui de l’arc14.

  • 15 Pour une synthèse sur la question du Néolithique dans la Corne de l’Afrique, voir Lesur (2007).

20Précisons en passant que l’homologie entre le Late Stone Age africain et l’une ou l’autre des divisions chronologiques identifiées en Europe et au Proche-Orient s’obscurcit encore si l’on considère que celui-ci, non content d’équivaloir à l’Epipaléolithique et au Mésolithique européen, se prolonge ultérieurement par une évolution en mosaïque, où se côtoient populations de chasseurs-cueilleurs nomades et agro-pasteurs assimilables au Néolithique – et cela jusqu’à une date très récente (cf. infra)15.

Figure 3. Échantillon d’industrie Late Stone Age en obsidienne de Waso Hill, région du lac Ziway, Éthiopie (d’après Humphreys, 1978).

21Où se dissimule, dès lors, l’équivalent du Paléolithique supérieur européen dans le contexte africain ? Cette question est d’autant plus importante que, en Europe comme au Proche-Orient, l’avènement du Paléolithique supérieur s’accompagne de modifications très importantes par rapport au Paléolithique moyen : comme nous l’avons évoqué, c’est au Paléolithique supérieur que l’on assigne le statut de vecteur de comportements modernes (art, parure, développement de l’artisanat de l’os et de l’ivoire, etc.).

Paléolithique supérieur et Middle Stone Age

  • 16 Voir les récentes synthèses sur la préhistoire d’Afrique australe : Deacon et Deacon, (1999) ; Mit (...)
  • 17 C’est en particulier le cas dans des industries antérieures à celle d’Howieson’s Poort, qualifiées (...)

22Pour de nombreux chercheurs travaillant sur la préhistoire africaine, l’émergence de comportements modernes trouve sa source à l’intérieur même du Middle Stone Age. Si les cultures africaines antérieures à environ 100 000 BP correspondent à la définition générale que nous avons brossée précédemment, laquelle s’applique tant au Middle Stone Age qu’au Paléolithique moyen d’Europe et du Proche-Orient, certains sites africains datés de la période comprise entre 100 000 et 50 000 BP illustreraient l’émergence de nouvelles pratiques, de nouveaux comportements. C’est particulièrement le cas d’une culture décrite en Afrique du Sud, dénommée Howieson’s Poort16. Cette culture, qui occupe une période comprise entre 80 000 et 60 000 BP, livre des témoignages susceptibles de préfigurer ce que l’on identifie, plus tard, tant dans le Late Stone Age africain que dans le Paléolithique supérieur européen : la fabrication d’objets en pierre assimilables, peut-être, à des armatures de chasse (pointes à dos courbe et trapèzes confectionnés sur éclats et sur lames) ; la présence d’objets relevant d’une activité symbolique (peut-on parler d’art ?), en l’occurrence sous la forme de blocs d’hématite et de coquilles d’œufs d’autruche portant des incisions (en particulier à Wonderwerk Cave) ; l’attestation, enfin, de parures corporelles, sous la forme de coquillages perforés. Ajoutons à cela que d’autres faciès du Middle Stone Age d’Afrique australe comportent des objets confectionnés en os (notamment des « poinçons »)17. Ces créations nouvelles se développeraient sur le substrat traditionnel du Middle Stone Age, à savoir des formes de débitage d’éclats entrant dans la variabilité de celles décrites précédemment.

23La prise en compte de ces données et leur interprétation conduit à formuler l’hypothèse suivante : les derniers millénaires du Middle Stone Age africain verraient l’émergence de nouvelles pratiques, correspondant à des comportements modernes. En Afrique, leur apparition serait le fait de populations locales, qui les inscrivent graduellement dans leurs pratiques, tandis qu’en Europe et au Proche-Orient, elles marqueraient une rupture, conséquence du déplacement de populations, et justifiant de distinguer un Paléolithique moyen et un Paléolithique supérieur.

Le Late Stone Age, un passé toujours présent

  • 18 Voir Newman (1995).
  • 19 Voir : « The Late Stone Age as Khoisan history » in Deacon et Deacon (1999) ; à cela s’ajoute le f (...)

24Quant au Late Stone Age, il illustrerait l’avance prise, une nouvelle fois, par les sociétés africaines par rapport à des développements comparables mais documentés plus tardivement ailleurs. Le statut de ce dernier adopte toutefois, en Afrique, une signification très différente de celle qu’a le Mésolithique européen : trait d’union entre la préhistoire et la période actuelle sur le continent africain (les populations de chasseurs-cueilleurs actuelles et subactuelles de ce continent seraient les héritières directes du Late Stone Age de ces mêmes régions), tandis qu’en Europe et au Proche-Orient, les peuples du Mésolithique sont relégués dans un passé à jamais révolu. C’est ainsi que l’industrie de type Wilton (7 000-3 500 BP environ), identifiée dans toute l’Afrique australe et le long des côtes de l’océan Indien jusque dans la moitié sud-est de l’Éthiopie18, est souvent perçue comme le fait d’une culture qui serait l’ancêtre directe de celle des bushmen d’Afrique australe19.

25En résumé, Homme moderne et modernité correspondraient, en Europe, à la marque d’une rupture entre Paléolithique moyen et supérieur, tandis qu’en Afrique, on assisterait à un processus évolutif graduel, tant biologique que culturel, le Middle Stone Age étant le creuset d’une modernité propagée, ensuite, dans d’autres parties du monde.

Une documentation qui n’est pas à la hauteur des enjeux

  • 20 Voir Wadley (1993) ; Deacon et Deacon (1999) ; Mitchell (2002). Pour l’Afrique orientale, voir Cla (...)

26Le principal écueil du modèle tel qu’il vient d’être présenté réside, comme c’est souvent le cas en archéologie, dans les lacunes de la documentation dont nous disposons. Ainsi, la présentation très générale que nous avons faite, englobant des continents entiers, traversant des millénaires sans escales, lisse la disparité des informations. L’écart de documentation exploitable entre, d’une part, l’Europe et le Proche-Orient et, d’autre part, l’Afrique orientale est très important pour la période qui nous intéresse ici (soit entre 200 000 et 10 000 BP). Des centaines de sites fouillés d’un côté, analysés selon des protocoles modernes d’études pluridisciplinaires (intégrant l’analyse des industries en pierre à celle des pratiques de chasse, etc.), s’opposent à de rares exemples en ce qui concerne l’Afrique de l’Est. En réalité, la vision que nous avons des phénomènes ayant eu cours dans cette partie de l’Afrique est surtout nourrie d’informations provenant d’Afrique australe20. Or, l’Éthiopie est plus proche des rives de la Méditerranée que du Cap de Bonne-Espérance… Ainsi est-il légitime d’inférer que la présence d’objets annonçant, peut-être, le développement de comportements qualifiés de modernes dans certains contextes du Middle Stone Age d’Afrique australe (Howieson’s Poort en particulier) est représentatif d’un phénomène attendu en Afrique de l’Est ?

Une préhistoire éclatée et recomposée

  • 21 Quelques sites éthiopiens fournissent des références solides pour le Late Stone Age récent de cett (...)

27Il y a quelque cinquante ans, alors que toute la lumière était loin d’être faite sur l’origine africaine des premiers hominidés et que d’autres parties du monde étaient candidates à l’accueil des prémices de l’humanité, on prêtait à l’abbé Breuil l’expression de « berceau à roulette » pour exprimer le fait que le point d’origine se déplaçait sur la planète en fonction des chercheurs et de leur nationalité. Si le berceau a désormais trouvé en Afrique une terre d’asile, on pourrait en revanche qualifier « d’histoire sur roulettes » la narration qui est faite des temps préhistoriques. La plupart des ouvrages sur la préhistoire consacrent, comme il se doit, de larges développements à l’Afrique orientale pour traiter des origines de l’humanité. Le Early Stone Age, bien documenté dans cette partie du monde, bénéficiant de sites de références tels qu’Olduvai (Tanzanie) comme dans la région du lac Turkana (Kenya) ou bien encore à Melka Kunture (Éthiopie) pour ne citer que trois contextes parmi les plus célèbres, se voit également réserver une large place. Les fossiles documentant le passage graduel entre Homo ergaster et Homo sapiens sont également universellement connus. En revanche, les cultures du Middle Stone Age sont comparativement délaissées, et il faut attendre la fin du Late Stone Age pour, de nouveau, voir apparaître une documentation détaillée (c’est à cette phase, postérieure à 10 000 BP, qu’appartient la majeure partie des sites datés portés sur la figure 4)21.

  • 22 Wendorf et Schild (1974) ; Katja Douze, thèse en cours. Aux côtés de cette immense station de plei (...)

28Pourtant, les quelques missions de terrain conduites afin d’enrichir notre connaissance de ces périodes comprises entre 250 et 10 000 BP ont toutes conclu au très grand potentiel de cette région du monde et, pour ne considérer que le cas de l’Éthiopie et du Middle Stone Age, des sites spectaculaires ont été recensés, à l’exemple de celui de Gademotta22. Ces documents isolés servent de jalons face aux informations, beaucoup plus riches, issues d’Afrique australe (nous y avons déjà fait allusion) et, dans une moindre mesure, d’Afrique du Nord (relatives au Moustérien et à l’Atérien du Maghreb). Mais, quelle que soit la place accordée aux cultures du Middle Stone Age africain, la narration intègre surtout, pour aborder la question de la mise en place de comportements modernes, les données européennes : les cultures du Paléolithique supérieur européen donnent le « la » de la modernité paléolithique. Phénomène d’autant plus paradoxal qu’en Europe, ces cultures sont censées être intrusives, supplantant les cultures néandertaliennes du Paléolithique moyen au fil d’une migration dont le point d’origine pourrait être recherché… en Afrique.

Figure 4. Carte des principaux sites du Late Stone Age éthiopien.
1 Stations du Tigray occidental
2 Gobedra, Anqqer Baahti, Baahti Nebait, Tembien (région d’Aksum)
3 Stations du Tigray oriental et de la région d’Ala : Quiha, Gurgussom
4 Gorgora, Lalibela, Natchabiet (Lac Tana)
5 Porc Epic, Laga Oda, Goda Ondji, Rachid Hussein, Sourré-Kabanawa, Aladi Springs, Saka Sharifa
6 Hofi, Balchit, Kella (environs de Melka Kunture)
7 Waso Hill, Macho Hill, Agadima, stations de la rivière Bulbula (Lac Ziway)
8 Lac Beseka, stations de la rivière Mojo, K’one
9 Stations de la rivière Billate
10 Tuto Fela
11 Stations de la rivière Omo
12 Yavello
13 Logghia

Quelques outils Middle Stone Age en obsidienne jonchant le sol de la station de Gademotta, lac Ziway, Éthiopie.

Vers une modernité partagée

  • 23 Voir Clottes (2001) ; Lorblanchet (1999).

29Le relatif manque de données que nous venons de souligner implique-t-il de balayer tout espoir de résoudre actuellement les questions que nous posions plus haut, toute possibilité de tester le modèle d’une origine africaine de l’Homme moderne (dans tous les sens du terme, tant d’un point de vue biologique que culturel) ? Reprenons les données concernant le Paléolithique supérieur européen. En l’état actuel, aucun modèle expliquant son avènement n’est parfaitement satisfaisant. Si les premières cultures du Paléolithique supérieur (en particulier l’Aurignacien) semblent introduire une rupture par rapport à celles qui les précèdent (en particulier le Moustérien), justifiant l’idée d’un Paléolithique supérieur intrusif, nous ne connaissons pas leur éventuel point d’origine. En tout état de cause, les données africaines ne peuvent efficacement appuyer l’hypothèse selon laquelle ces cultures auraient été forgées sur ce continent. Faute de documentation ? Peut-être. Mais, plus fondamentalement, le problème soulevé n’est pas tant celui des faits que des méthodes pour les interpréter : cerner l’évolution d’une culture, comprendre les mécanismes d’apparition de tel ou tel comportement, de telle ou telle pratique s’avère très difficile et, le plus souvent, nous constatons un fait à l’issue d’un processus qui demeure, lui, invisible. Cette soudaine apparition peut conditionner l’interprétation diffusionniste, le recours à la migration de populations pour expliquer les changements constatés masquant alors un déficit méthodologique pour documenter la mutation interne d’une société. Il en est ainsi des arts plastiques : leur brutale apparition en Europe autour de 35 000-30 000 BP (peintures de la grotte Chauvet, statuettes en ivoire des sites aurignaciens du Jura souabe) nous laisse muet face à la question de la genèse de telles pratiques23. Ces manifestations originaires d’Europe de l’Ouest sont, actuellement, plus anciennes que les premières figurations peintes africaines (celles d’Apollo 11 en Namibie, datée d’environ 27 000 BP). Tout au plus pouvons-nous relever l’existence de rares objets susceptibles d’illustrer les prémices d’une démarche symbolique (nous l’avons vu au travers de quelques objets africains dans le contexte de la culture Howieson’s Poort). Mais le fossé entre ces objets et les œuvres d’art appartenant aux premiers millénaires du Paléolithique supérieur européen demeure important. Tout au plus peut-on constater la présence de manifestations spirituelles à une date antérieure, sous la forme de sépultures. Mais ces dernières appartiennent au Paléolithique moyen d’Europe et du Proche-Orient (les plus anciennes sépultures attestées sont celles de Qafzeh et de Skuhl, en Israël, datées des environs de 90 000 BP) et non au Middle Stone Age africain.

Partage des savoir-faire

  • 24 Voir Teyssandier et al. (sous presse) ; Bon (sous presse).

30Dans le domaine des industries, que constate-t-on ? Le Paléolithique supérieur est marqué par le développement du débitage de lames et de lamelles, qui remplacent les technologies les plus couramment rencontrées dans les industries du Paléolithique moyen (débitages d’éclats, pièces bifaciales). Si une partie de l’outillage sur lames remplace des objets préalablement confectionnés sur éclats pour accomplir des tâches vraisemblablement identiques (grattoirs sur lames et lames retouchées remplaçant le racloir pour le traitement des peaux, le travail du bois, etc.), certains objets confectionnés sur ces produits mais surtout sur des lamelles répondent, vraisemblablement, à un besoin nouveau : celui d’armer des projectiles. La chasse existe depuis bien longtemps et le Paléolithique moyen (tout comme le Middle Stone Age) est l’œuvre de chasseurs qui n’hésitent pas à traquer de puissants gibiers (les bisons, aurochs et autres rhinocéros laineux des plaines européennes figurent à leur tableau de chasse). Pour y parvenir, sans doute ont-ils eu recours à des techniques de chasse collective (battue, traque) ainsi que, bien sûr, à des armes. Des armes d’estoc (épieu) mais aussi, sans doute, des lances. Toutefois, on ne connaît guère d’exemple d’objets susceptibles d’avoir été employés comme armatures en pierre montées à l’extrémité de ces lances. Avec le Paléolithique supérieur, la production de telles armes occupe désormais une place centrale : qu’il s’agisse de pointes en silex montées à l’extrémité de sagaies ou bien de lamelles assemblées le long de leur fût, qu’il s’agisse d’explorer d’autres solutions techniques, comme celle de l’utilisation du bois de renne pour fabriquer des pointes de trait, consacrant au passage la naissance d’un nouvel artisanat, celui du travail de l’os, les armes de chasse semblent être une préoccupation majeure des Hommes du Paléolithique supérieur, et l’emploi de microlithes constitue l’une des solutions les plus couramment adoptées. Et ceci, quelque 25 000 ans avant le Mésolithique européen, bien avant également le Late Stone Age africain. Sans doute, face à la question des productions culturelles associées à l’Homme moderne et consacrant sa modernité, cette réflexion sur le statut des armes de chasse peut sembler bien terre à terre. Elle constitue cependant, peut-être, une voie prometteuse ; elle procède tout du moins d’une démarche davantage fondée sur les réalités archéologiques. De plus, cette analyse ne se borne pas à écrire une page de l’histoire des techniques, si l’on considère la signification socio-économique de cette activité et les valeurs inscrites dans les équipements destinés à cette activité24. Quand et où débutent ces préoccupations ? Puisent-elles leurs racines dans des cultures du Middle Stone Age africain (à l’image de la culture Howieson’s Poort) ? Certaines cultures du Paléolithique moyen européen partagent-elles de telles préoccupations, en particulier celles prenant part à la transition entre Paléolithique moyen et supérieur ? Voilà une piste concrète qu’il faut sans doute suivre.

Station de Gademotta, lac Ziway, Éthiopie.

Partage des gènes

31Nous venons de voir que la naissance des comportements qualifiés de modernes réclame encore bien des approfondissements. Il apparaît cependant qu’en Europe comme en Afrique, de tels comportements sont bien l’œuvre d’Homo sapiens, ce qui nous renvoie à un autre volet de notre enquête : ce dernier a-t-il vu le jour en Afrique et nulle part ailleurs ? La conséquence de ces observations d’ordre culturel dans le domaine de l’évolution biologique de l’Homme nous semble être la suivante : l’existence de caractères fédérateurs entre le Middle Stone Age africain et le Paléolithique moyen européen et proche-oriental, et ce dès leurs origines, soit autour de 250 000 BP, plaide en faveur de contacts maintenus dans le temps comme dans l’espace entre les sociétés humaines peuplant ces deux continents. Échanges, contacts de proche en proche, multipliés au cours de centaines de générations, peuvent expliquer un tel phénomène. Les migrations, peut-être, ont eu leur rôle, mais sans doute bien moins que des réseaux complexes unissant chaque groupe humain à ses voisins et les reliant ainsi, de façon sans doute parfaitement inconsciente, à une vaste mosaïque culturelle. Cette vision plaide bien davantage en faveur d’une évolution multirégionale que de celle impliquant une séparation des groupes humains.

32Faut-il chercher un point d’origine précis à la modernité ? Parions plutôt sur l’existence d’un lent processus impliquant, précisément, la notion de très nombreux contacts. Et forgeons les méthodes et les référentiels pour tester cette hypothèse plus ambitieuse du point de vue de l’effort intellectuel qu’elle suppose. Pour cela, un impératif nous conduit de nouveau dans le Rift, face à la nécessité de mieux connaître le comportement des premiers Hommes modernes dans cette partie, centrale, de leur monde.

33Remerciements : nous remercions Katja Douze, François-Xavier Fauvelle-Aymar, Corinne Lavagne et Clément Ménard pour leurs relectures et conseils.

Bibliographie

Références

Ambrose S. H., 1998 – Chronology of the Later Stone Age and food production in East Africa. Journal of Archaeological Science, 25 : 377-392.

La Recherche, 1997 – « Aux origines de la diversité humaine ». n° 302, octobre.

Barut Kusimba S., 1994 – Middle and Later Stone Age lithic technology and Land use in East African savannas. African Archaeological Review, 12 : 43-72.

Barut Kusimba S., 1999 – Hunter-Gatherer land use patterns in Later Stone Age East Africa. Journal of Anthropological Archaeology, 18 : 165-200.

Bon F., Asamerew Dessie, Mensan R., Fauvelleaymar F.-X., 2006 – Mission de prospection en archéologie préhistorique (LSA) dans la région des lacs d’Éthiopie (Koka, Ziway, Langano, Abijata). Annales d’Éthiopie, vol. XXII : 85-129.

Bon F., sous presse 2009 – Préhistoire. La fabrique de l’homme. Paris, éditions du Seuil, coll. « L’Univers historique ».

Brandt S., 1986 – The Upper Pleistocene and Early Holocene prehistory of the Horn of Africa. African Archaeological Review, 4 : 41-82.

Clark J. D., 1954 – The Prehistoric cultures of the Horn of Africa : an analysis of the stone age cultural and climatic succession in the Somalilands and Eastern parts of Abyssinia. Cambridge, Cambridge University Press.

Clark J. D., 1988 – The Middle Stone Age of East Africa and the Beginnings of Regional Identity. Journal of World Prehistory, 2 (3) : 235-303.

Clark J. D., Williams M. A. J., 1978 – Recent archaeological research in southeastern Ethiopia (1974-1975). Annales d’Éthiopie, vol. XI : 19-41.

Clottes J., 2001 – La grotte Chauvet, l’art des origines. Paris, éditions du Seuil.

Cole S., 1964 – The prehistory of East Africa. London, Weinfeld and Nicholson.

Coppens Y., 1983 – Le singe, l’Afrique et l’homme. Paris, Fayard.

Coppens Y., Picq P., dir., 2001 – Aux origines de l’Humanité. Paris, Fayard.

Deacon H. J., Deacon J., 1999 – Human Beginnings in South Africa, uncovering the secret of the Stone Age. Londres-Walnut Creek-New Delhi, Altamira Press.

D’Errico F., Backwell L., 2005 – From tools to symbols : From Early hominids to Modern humans. Johannesburg, Witwatersrand University Press.

Grimaud-Herve D., Serre F., Bahain J.-J. et al., 2001 – Histoire d’Ancêtres, la grande aventure de la Préhistoire. Paris, Artcom’, « Musées/ Homme ».

Finneran N., 2007 – The archaeology of Ethiopia. New York, Routledge.

Hublin J.-J., Tillier A.-M., dir., 1991 – Aux origines d’Homo sapiens. Paris, PUF.

Humphreys G., 1978 – A preliminary report of some Late Stone Age occurrences in the Lake Ziway area of the Central Ethiopian Rift valley. Annales d’Éthiopie, vol. XI : 45-53.

Jaubert J., 1999 – Chasseurs et artisans du Moustérien. Paris, La Maison des Roches.

Johanson D., Edgar B., 1996 – From Lucy to Language. Johannesburg, Witwatersrand University Press.

Kozlowski J. K., Sacchi D., eds, 2006 – Naissance de la pensée symbolique et du langage. Numéro spécial de la revue Diogène, avril-juin, 214.

Lesur J., 2007 – Chasse et élevage dans la Corne de l’Afrique entre le Néolithique et les temps historiques. Oxford, Archaeopress, BAR 1602.

Lorblanchet M., 1999 – La naissance de l’art : genèse de l’art préhistorique. Paris, Errance.

McBrearty S., Brooks A. S., 2000 – The revolution that wasn’t : a new interpretation of the origin of modern human behaviour. Journal of Human Evolution, 39 : 453-563.

Mitchell P., 2002 – The archaeology of Southern Africa. Cambridge, Cambridge University Press.

Newman J. L., 1995 – The peopling of Africa. A geographic interpretation. New Haven-Londres, Yale University Press.

Phillipson D.W., 1977 – Special number on the Late Stone Age in Eastern Africa. Azania, vol. XII.

Pleurdeau D., 2005 – Human Technical Behavior in the African Middle Stone Age : The Lithic Assemblage of Porc-Epic Cave (Dire Dawa, Ethiopia). African Archaeological Review, vol. 22 : 177-197.

Teyssandier N., Bon F., Bordes J.-G., sous presse (2010) – Within projectile range : Some thoughts on the appearance of the Aurignacian in Europe. Journal of Anthropological Research, 66.

Wadley L., 1993 – The Pleitocene Late Stone Age south of the Limpopo River. Journal of World Prehistory, 7 : 243-296.

Wendorf F., Schild R., dir., 1974 – A Middle Stone Age Sequence from the central Rift Valley, Ethiopia. Wroclaw, Ossolineum.

Notes

1 Théorie de l’« East side story », voir Coppens (1983), et Senut et Pickford, cet ouvrage.

2 Cette géographie des premiers hominidés doit toutefois être complétée par la découverte effectuée en 1995 à Koro Toro au Tchad d’un vestige daté de 3,3 Ma (« Abel », alias Australopithecus bahrelghazali). Cette région a par ailleurs livré les restes de l’énigmatique « Toumaï » (Sahelanthropus tchadensis), découvert en 2001 également par Michel Brunet et daté des environs de 7 Ma.

3 À ces fossiles, il faut ajouter le témoignage apporté par « Orrorin » (Orrorin tugenensis, découvert au Kenya), dont les restes, limités à une dizaine d’ossements, sont datés des environs de 6 Ma.

4 A noter que certains d’entre eux, auparavant dénommés Australopithecus robustus, reçoivent désormais l’appellation de Paranthropes. Pour une description détaillée des principaux fossiles et des interprétations auxquelles il est fait référence dans ce texte, voir les chapitres rédigés par B. Senut, M. Brunet et P. Picq in Coppens et Picq (2001) ; Johanson et Edgar (1996) ; Grimaud-Herve et al. (2001). Voir également : Senut et Pickford, cet ouvrage.

5 Le terme d’Homo ergaster est appliqué ici pour qualifier, dans leur ensemble, des populations biologiques à l’intérieur desquelles les anthropologues distinguent des différences à valeur régionale et/ou chronologique, justifiant l’emploi de plusieurs termes. C’est ainsi que le terme d’erectus désigne aujourd’hui les seuls spécimens asiatiques (ex-Pithécanthrope), les termes de georgicus, antecessor, heidelbergensis ou rhodesiensis s’appliquant à différentes formes européennes et africaines.

6 Précision terminologique : dans ce texte, l’appellation d’Homme moderne (avec un « H », afin de distinguer l’espèce du genre) désigne l’identité biologique, incarnée par Homo sapiens, d’individus anatomiquement modernes ; elle ne fait pas référence à des Hommes comportementalement modernes et pouvant appartenir à d’autres formes humaines, tel que cela peut être le cas de Néandertal (cf. infra).

7 Citons également l’homme de Kabwe (Broken Hill) en Zambie, daté d’environ 400 000 BP, ceux de Ndutu en Tanzanie, de Salé au Maroc ou encore de Florisbad et Klasies River Mouth en Afrique du Sud (ce dernier daté d’environ 90 000 BP), tous formant des jalons importants de cette évolution.

8 Sur les origines de l’Homme moderne, voir Hublin et Tillier (1991) ; voir également : Coppens et Picq, (op. cit.), en particulier les chapitres rédigés par B. Vandermeersch, V. Barriel et J.-J. Hublin, et La Recherche, 1997, n° 307, « Aux origines de la diversité humaine ».

9 Autour de ce thème, voir notamment : McBrearty et Brooks (2000) ; D’Errico et Backwell (2005) ; Kozlowski et Sacchi (2006).

10 Le terme de nucleus désigne le volume de matière première dont sont détachés des éclats destinés à être utilisés (bruts ou après avoir été retouchés). Il s’agit d’une activité de débitage, qui s’oppose à celle de façonnage, dans laquelle c’est le bloc de matière première qui est transformé en outil (exemple : galet aménagé, biface) par des enlèvements qui sont, eux, principalement des déchets.

11 Pour une récente et riche synthèse sur le Paléolithique moyen européen, voir Jaubert (1999).

12 De telle sorte que la date de 250 000 BP proposée ici pour marquer les débuts du Paléolithique moyen et du Middle Stone Age est en réalité une valeur moyenne résumant un processus de transition technologique embrassant une immense période, étalée en Europe comme en Afrique entre 300 000 et 200 000 BP.

13 Voir par exemple Clark (1988).

14 Avec, conjointement, dans le domaine africain, la question de l’utilisation de poisons, dont on sait qu’ils sont un élément important des armes utilisées par les actuels chasseurs bushmen.

15 Pour une synthèse sur la question du Néolithique dans la Corne de l’Afrique, voir Lesur (2007).

16 Voir les récentes synthèses sur la préhistoire d’Afrique australe : Deacon et Deacon, (1999) ; Mitchell (2002).

17 C’est en particulier le cas dans des industries antérieures à celle d’Howieson’s Poort, qualifiées de MSA2 ou Stillbay, comme sur le site sud-africain de Blombos. Ces objets font écho à des pointes barbelées confectionnées en os découvertes à Katanda (vallée de Semliki, Congo) et qui seraient datées d’environ 90 000 BP (une certaine réserve devant toutefois être maintenue sur la datation de ces objets) ; voir McBrearty et Brooks (op. cit.) pour une synthèse de ces données.

18 Voir Newman (1995).

19 Voir : « The Late Stone Age as Khoisan history » in Deacon et Deacon (1999) ; à cela s’ajoute le fait, évoqué plus haut, que le Late Stone Age ne désigne pas seulement des populations de chasseurs-cueilleurs, comme c’est le cas du Mésolithique dans le contexte européen et proche-oriental, mais également des populations d’agro-pasteurs néolithiques qui, elles aussi, sont venues frapper à la porte de l’histoire récente, à l’exemple des Khoekhoe de cette même Afrique australe.

20 Voir Wadley (1993) ; Deacon et Deacon (1999) ; Mitchell (2002). Pour l’Afrique orientale, voir Clark (1954), qui demeure l’un des principaux travaux de référence sur le sujet ; Cole (1964) ; Brandt (1986) ; Finneran (2007).

21 Quelques sites éthiopiens fournissent des références solides pour le Late Stone Age récent de cette partie de l’Afrique, à l’image des stations fouillées près du lac Beseka (voir Brandt, op. cit ; Clark et Williams, 1978), dans la région du lac Ziway (Humphreys, 1978 ; Bon et al., 2006) ou dans les environs d’Aksum (Finneran, op. cit.) ; dans une perspective chronologique et géographique plus large, voir l’exemple des études menées sur le site kényan de Lukenya Hill : Barut Kusimba (1994 et 1999) ; voir également Phillipson (1977) ; Ambrose (1998).

22 Wendorf et Schild (1974) ; Katja Douze, thèse en cours. Aux côtés de cette immense station de plein air ayant livré les plus anciennes attestations du Middle Stone Age est-africain (site ETH-72-8B, daté autour de 300 000 BP ; cf. fig. 2), plusieurs sites en abri ou en grotte occupés lors de cette même période sont également connus sur le territoire éthiopien, à l’image de Moche Borago (Brandt et Fisher, étude en cours) et du Porc Epic (Pleurdeau, 2005). Ce dernier fut l’un des premiers sites identifiés dans ce pays, grâce aux travaux précurseurs conduits par P. Teilhard de Chardin et H. Breuil dans les années 1930.

23 Voir Clottes (2001) ; Lorblanchet (1999).

24 Voir Teyssandier et al. (sous presse) ; Bon (sous presse).

Table des illustrations

Légende photo > Bifaces acheuléens en obsidienne (station de Bole, lac Langano, Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Figure 1. Carte des principaux sites mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1779/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Un biface acheuléen en obsidienne corrodé par les millénaires (station de Bole, lac Langano, Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1779/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Figure 2. Échantillon d’industrie Middle Stone Age en obsidienne de Gademotta, région du lac Ziway, Éthiopie (d’après Wendorf et Schild, 1974 ; dessins : I. Niewiadomska et H. Wieckowska).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1779/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Figure 3. Échantillon d’industrie Late Stone Age en obsidienne de Waso Hill, région du lac Ziway, Éthiopie (d’après Humphreys, 1978).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1779/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 4. Carte des principaux sites du Late Stone Age éthiopien.1 Stations du Tigray occidental2 Gobedra, Anqqer Baahti, Baahti Nebait, Tembien (région d’Aksum)3 Stations du Tigray oriental et de la région d’Ala : Quiha, Gurgussom4 Gorgora, Lalibela, Natchabiet (Lac Tana)5 Porc Epic, Laga Oda, Goda Ondji, Rachid Hussein, Sourré-Kabanawa, Aladi Springs, Saka Sharifa6 Hofi, Balchit, Kella (environs de Melka Kunture)7 Waso Hill, Macho Hill, Agadima, stations de la rivière Bulbula (Lac Ziway)8 Lac Beseka, stations de la rivière Mojo, K’one9 Stations de la rivière Billate10 Tuto Fela11 Stations de la rivière Omo12 Yavello13 Logghia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1779/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 969k
Légende Quelques outils Middle Stone Age en obsidienne jonchant le sol de la station de Gademotta, lac Ziway, Éthiopie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1779/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Station de Gademotta, lac Ziway, Éthiopie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1779/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540