Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 4. Les sociétés du Rift, peuplement et histoire

Introduction

Francois-Xavier Fauvelle-Aymar

Texte intégral

  • 1 Cinq années de recherches archéologiques en Éthiopie. Paris, Paul Geuthner, 1931.

1Juillet 1926. Le père Azais et l’archéologue R. Chambard, inlassables arpenteurs de l’Éthiopie orientale et méridionale, auteurs d’un monument de la recherche archéologique dans ce pays1, parviennent aux abords du lac Langano, soit à l’extrémité nord du goulot que forment, en se rejoignant, les plateaux de l’Éthiopie occidendate et du Tchertcher. C’est la vallée du Rift, bordée de ses deux remparts. Laissons-les nous relater la vue qu’ils en ont, ou plutôt, laissons-les l’imaginer :

  • 2 Cinq années de recherches..., p. 203.

2« Au nord, c’est le lac Zway, dont on distingue très bien la communication topographique avec le lac Langano. Au sud, c’est ce dernier et son voisin le lac Chala, séparés seulement par une petite bande de terre submergée au temps des fortes pluies. Tous trois, ils commencent la série de ce qu’on a nommé “la grande faille des lacs éthiopiens”, lesquels, comme de gigantesques écluses, se succèdent à des altitudes décroissantes, depuis le lac Zway situé à 1 600 mètres jusqu’au lac Rodolphe [Turkana] à 700, en passant par les bassins des lacs Langano, Chala, Awasa, Margherita [Abaya], Chamo et Stéphanie [Chaw Bahir], pour se continuer hors de l’Abyssinie par les lacs Victoria [Nyanza], Albert, Nyanza [sic, sans doute Nyasa, i.e. Malawi], etc. Cette faille constitue un couloir naturel ouvert aux émigrations, et permet un peu d’expliquer toutes les choses singulières que nous allons rencontrer au sud [...] »2.

3Le Rift des géologues existe ; le Rift des paléontologues existe ; le Rift des naturalistes existe. Des formations géologiques et une histoire tectonique et sédimentaire propre font de ce couloir de failles tout à la fois un observatoire privilégié de l’histoire de la Terre, un conservatoire de l’histoire de l’hominisation et un laboratoire pour l’étude des paysages naturels ou anthropisés. Et nous voudrions que, dans l’histoire des sociétés humaines, disons au cours des dernières dizaines de milliers d’années, ou plus encore depuis le début de l’Holocène (il y a dix mille ans), le Rift fût ce « couloir naturel » courant du nord au sud de l’Afrique, cette gouttière de peuplement empruntée, depuis son entrée nord, par un majestueux défilé de peuples marchant droit au sud, porteurs de bannières identifiables à l’ethnologue ou à l’historien, pour venir l’un après l’autre s’immobiliser à leur place actuelle comme en leur vitrine de musée.

4Le Rift, un champ de parade des peuples ? Une fois seulement, peut-être, la grande vallée du Rift, tantôt étroite, tantôt plus spacieuse, s’offrit comme une avenue aux migrations venues du nord : lorsqu’une fois passé le dernier épisode aride, il y a environ 3 000 ans, des populations productrices de leur nourriture (par opposition aux populations pratiquant la chasse, la cueillette, la pêche) s’y engouffrèrent, continûment et jusqu’à un passé récent, profitant des prairies revenues et des altitudes qui empêchaient la prévalence des maladies du bétail.

5Cet événement – le déblocage du verrou que représente le goulet d’étranglement du nord du Rift – n’est pas rien. De lui, ou plutôt de la série des faits de peuplement qu’il engendre, vient une grande part de la diversité ethnique de cette partie de l’Afrique, que l’on aime à contempler comme un paysage figé. Et pourtant, que de dynamiques sous-jacentes dans cette histoire apparemment simple et continue ! Rencontres entre populations d’éleveurs, puis d’agriculteurs, et de plus anciens occupants du sol, dont on ne peut qu’imaginer les modalités : contacts violents, cohabitation pacifique, spécialisation économique des groupes en présence ; absorption d’individus appartenant à des groupes dominés par les groupes conquérants et, par suite, changements d’identité et de langue ; échanges et emprunts dans les domaines de la culture matérielle (formes d’habitat, parures, ustensiles ménagers et outils, ces derniers laissant les plus nombreuses traces archéologiques), dans l’organisation politique, dans les formes d’exploitation du territoire et dans le domaine des idées, bien sûr, à commencer par celui des récits de fondation et des mythes.

  • 3 Les clicks sont des sons aspirés produits par le clapement de la langue contre diverses parties du (...)
  • 4 Voir par exemple Christopher Ehret, The Historical Reconstruction of Southern Cushitic Phonology a (...)
  • 5 Karim Sadr, The Development of Nomadism in Ancient Northeast Ethiopia, Philadelphia, University of (...)

6Combien de cultures ont été englouties dans le creuset où se sont formées de nouvelles sociétés ? De ces dynamiques de disparition et de création, il nous reste des traces : de deux isolats de langues à clicks3 en Tanzanie, on déduit la présence d’un substrat de populations de langues khoisan dans toute l’Afrique sub-équatoriale, peut-être même jusqu’aux abords de la Corne de l’Afrique. En Éthiopie existent encore des traditions de débittage de grattoirs en obsidienne, qui témoignent d’une très longue durée dans la transmission de ces savoir-faire. Des langues couchitiques et nilo-sahariennes disparues ont survécu dans les emprunts que leur ont faits des langues arrivées après elles : on sait reconstituer des pans de leur lexique4. Mais faut-il seulement parler de survivances ? Comme s’il fallait céder à la nostalgie des mondes perdus, et ne songer qu’à ce qui franchit intact, par miracle, l’épreuve du temps. À vrai dire, c’est aux processus de transfigurations des sociétés du Rift qu’il faut prêter attention. La cohabitation, le contact permanent, le voisinage de sociétés si diverses par la langue, la culture, l’organisation, l’économie n’ont pas fait que réunir une collection pittoresque de témoignages posthumes ; ils ont créé les conditions d’une invention identitaire permanente, dans laquelle les forces concourant à la préservation des cultures jouent un rôle moindre que celles concourant à la fabrique de la différence. Des groupes qui, les niveaux des lacs revenus à leur étiage actuel, tournent le dos aux plans d’eau et s’éloignent des berges adoptent, peut-être sous l’influence de nouveaux venus de nouvelles solutions de production de nourriture et développent dans le même temps un tabou du poisson, comme pour renier leur condition antérieure ou se choisir d’autres ancêtres. On a aussi montré que l’orientation de certains groupes néolithiques de l’Afrique du Nord-Est – qui disposaient au départ (il y a quelque 7 000 ans) d’une économie mixte – vers une pratique exclusive du nomadisme et de l’élevage était le résultat de la mise en place d’une relation symbiotique, à l’échelle régionale, avec des populations d’agriculteurs, les unes et les autres se spécialisant dans un domaine de production spécifique, d’un côté le lait et la viande, de l’autre les céréales5. Le système des classes d’âge, si fréquent dans la région, est quant à lui peut-être moins une relique d’un type ancien d’organisation sociale qu’une innovation originale adaptée à une soif de conquête.

7Dans cette histoire d’appropriation et de différenciation, de rapprochements et de mises à distance, nous avons sans doute peu de marqueurs fiables, de fossiles matériels ou immatériels qui nous permettraient à coup sûr d’identifier des « paquets culturels » associant tel groupe de langues à tel type d’organisation politique et à tel inventaire des restes domestiques. Rendons-nous à l’évidence : la séquence du peuplement du Rift n’a pas produit un catalogue des peuples tranquillement feuilletable, mais un palimpseste dont les strates s’interpénètrent, contribuant à la reconfiguration permanente des cultures, des territoires et des identités.

8Ces strates, qui percolent les unes dans les autres telles des coulées de magma, ne les sondons pas seulement dans le Rift. Si cette vallée et ses remparts s’offrent à nos investigations comme des archives du peuplement, ce n’est pas parce que les processus décrits plus haut ne se seraient manifestés qu’en ce lieu, mais parce que là, présentant une stratigraphie spécialement longue et complexe, ils sont plus visibles, mieux discriminés qu’ailleurs, à l’instar des quatre familles linguistiques africaines que nous trouvons toutes en présence. La configuration du Rift en un couloir de prairies ne fut que rarement le déterminant unique des mouvements de peuplement : il n’est que de considérer les nappes que forment à l’échelle plus vaste du continent les différents épisodes culturels qui concernent en particulier le Rift (développement du microlithisme caractérisant le Late Stone Age de l’Éthiopie à l’Afrique du Sud, complexe « aqualithique » au début de l’Holocène dans toute l’Afrique médiane, extension linguistique des populations couchitiques et nilo-sahariennes dans l’Afrique orientale, etc.). Mais la variété dans l’espace et la variabilité dans le temps des conditions écologiques qu’offre le Rift en font, dans la longue durée, un environnement rendant possibles de multiples choix d’adaptation des sociétés, un espace de fixation de la diversité, et par conséquent un élément majeur de formation du paysage humain.

Notes

1 Cinq années de recherches archéologiques en Éthiopie. Paris, Paul Geuthner, 1931.

2 Cinq années de recherches..., p. 203.

3 Les clicks sont des sons aspirés produits par le clapement de la langue contre diverses parties du palais.

4 Voir par exemple Christopher Ehret, The Historical Reconstruction of Southern Cushitic Phonology and Vocabulary, Berlin, Dietrich Reimer Verlag, 1980 ; ou encore A Historical-Comparative Reconstruction of Nilo-Saharan, Cologne, Rüdiger Köppe Verlag, 2001.

5 Karim Sadr, The Development of Nomadism in Ancient Northeast Ethiopia, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1991.

Auteur

Historien, CNRS (TRACES, université Toulouse-le-Mirail)

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540