Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 3. L’homme et la nature dans le Rift

Chapitre 23. Les Konso du sud-ouest de l’Éthiopie

Des montagnards à la conquête des basses terres

Élise Demeulenaere

Texte intégral

photo > Village konso.

1Comme beaucoup des peuples installés le long du Rift, la société konso se nourrit des oppositions et des complémentarités entre hautes et basses terres. Les premières, au cœur du territoire, sont depuis toujours les plus valorisées et les plus exploitées. Si les secondes apportent aussi quelques ressources essentielles, elles sont surtout le lieu de pratiques rituelles nécessaires au maintien de la cohérence du territoire et au fonctionnement de la société.

2Les évolutions récentes, démographiques, environnementales ou politiques, n’ont pas remis en cause le statut de ces deux grandes catégories spatiales, mais elles contribuent à en redéfinir les rôles respectifs.

Le pays konso : un archipel de collines

3Au sein de l’ensemble linguistique couchitique, les Konso forment un groupe de 200 000 personnes vivant dans des collines en bordure du Rift éthiopien, où ils bâtissent les bourgs fortifiés qui ont fait leur célébrité.

4Des dépressions, dues à une faille transverse, à l’est comme à l’ouest et une profonde vallée au sud font du pays konso un îlot volcanique culminant à 2 000 m entouré de plaines et de vallées entre 1 200 et 1 000 m d’altitude.

5Leurs plus proches voisins sont des éleveurs nomades et semi-nomades (tels les Burji et les Borana) qui conduisent leurs troupeaux dans les savanes arbustives des basses terres.

6Les Konso distinguent dans leur territoire deux grandes zones auxquelles sont associés des valeurs et des usages différents. En altitude, le xonso, autonyme de l’ethnie, est l’espace central : densément peuplé, il constitue le cœur géographique de l’identité konso. À moindre altitude, le kommeyta, plus périphérique, moins contrôlé, domaine reconnu de la faune sauvage, est aussi la zone de contact avec les peuples voisins.

Le pays konso, archipel de collines entouré de basses terres. Les villages fortifiés sont le plus souvent bâtis sur les hauteurs.

Un espace d’altitude : le xonso

7Le xonso correspond aux plus hautes terres. L’essentiel des habitations, bourgs (paleta) et fermes isolées se concentre en effet au-dessus de 1 400 m.

8Les terres du xonso sont mises en valeur par une agriculture intensive, sans jachère, pratiquée sur une multitude de petites parcelles individuelles, disposées en terrasse et entièrement cultivées à la houe et au bâton à fouir.

9Des murets en pierre sèche (kawwatta), d’ingénieux systèmes d’irrigation associés à la culture d’espèces mélangées (céréales, légumineuses et tubercules) sous un couvert arboré diversifié permettent de tirer le meilleur parti des pluies capricieuses (550 mm annuels, en deux saisons), tout en limitant l’érosion due à la violence des rares orages.

Terrasses cultivées du xonso.

Savane arborée du kommeyta.

10La proximité des habitations permet l’entretien et la surveillance régulière des structures, un désherbage méticuleux des parcelles et un constant apport en fumure provenant des étables.

Un espace des basses terres, le kommeyta

11Le kommeyta correspond aux basses terres périphériques. Il commence vers 1 300-1 400 m d’altitude et s’étend jusque dans les profondes vallées, aux confins du pays konso.

Un kanta, habitation sommaire dans le kommeyta, entouré d’un enclos pour le bétail.

Un paysan, armé d’un fusil pour abattre les singes qui dévorent régulièrement ses récoltes, mais aussi pour se protéger des autres éventuels dangers du kommeyta, fait visiter son champ à des membre d’une ONG soutenant un projet de développement de l’irrigation dans les basses terres.

12Quelques champs saisonniers, en culture extensive, sont périodiquement gagnés sur la savane et produisent maïs, sorgho et haricot. Ils sont à proximité d’habitations sommaires, les kanta, occupées de façon temporaire au moment des semailles et des récoltes.

13L’utilisation principale du kommeyta est le pâturage : bovins, ovins et caprins, habituellement gardés à l’étable dans les villages d’altitude, sont conduits régulièrement dans les basses terres où ils pâturent dans la savane herbeuse.

14Le kommeyta fournit aussi bois de chauffe et matériaux de construction. On y cueille aussi nombre de plantes à usages médicinaux et alimentaires, notamment en cas de famine. Enfin, le kommeyta est le lieu par excellence des chasses, en particulier celles qui sont liées aux rituels de la passation de pouvoir entre générations.

Les waka, statues funéraires des Konso, célèbrent l’héroïsme des défunts au combat ou à la chasse.

15Le kommeyta n’est pas perçu comme un endroit où il fait bon vivre. La chaleur y est souvent excessive et les pluies peu abondantes. Paludisme et trypanosomiase y sont endémiques. La faune sauvage, autrefois très abondante, menace hommes, cultures et troupeaux. Les pasteurs nomades sont toujours soupçonnés d’y mener des rapines.

16Vivre en permanence dans le kommeyta est jugé impossible. Lorsque par la force des choses – le manque de terre par exemple – un Konso y habite depuis plusieurs décennies, il continue d’estimer que ce séjour n’est que provisoire et il aspire toujours à un retour dans le xonso, seul endroit concevable pour couler une vieillesse heureuse et être enterré dans les champs de ses ancêtres.

En bordure de l’axe routier reliant Konso à Arba Minch, la savane arborée du kommeyta est devenue en quelques décennies un vaste champ planté d’arbres utiles.

17Dans la société konso, tuer un ennemi ou, de nos jours, un des grands fauves (lion, léopard, buffle...) qui vivent dans le kommeyta est une preuve de bravoure très valorisée qui permet d’acquérir le statut envié, et transmissible, de héros (hedalayta), honoré notamment au travers de statues funéraires, les waka.

18Dans cette société régie par un système de classe de génération, cet acte héroïque individuel est indispensable au fonctionnement social, puisqu’il est la condition essentielle du passage de toute une classe au statut de « guerrier » (xela), c’est-à-dire d’adulte à part entière.

19Pour pallier la raréfaction de la faune du kommeyta konso, les chasseurs qui veulent que leur classe générationnelle soit consacrée sont maintenant obligés de pénétrer dans les parcs et réserves voisines.

20Certains produits des chasses rituelles, émanations des forces mauvaises du kommeyta, sont symboliquement dangereux pour le xonso et ne peuvent y pénétrer : ainsi, les têtes des lions abattus sont réunies à l’entrée du xonso, dans un même lieu, lors d’un rituel de retour de la chasse.

Une tendance forte : la descente dans les basses terres

21Il y a à peine plus d’un siècle, la société konso fonctionnait de façon presque autarcique, entretenant seulement quelques liens commerciaux avec les populations voisines productrices de matières premières indispensables : le sel extrait par les Borana ou le fer produit par les habitants du Gofa. La perception des basses terres était tellement négative que ces échanges s’opéraient préférentiellement en empruntant les routes des hautes terres.

22Depuis les années 1980, la croissance démographique a amené la saturation des terres de xonso et les politiques étatiques volontaristes de mise en valeur des basses terres ont modifié leur usage effectif. L’installation de plantations irriguées, la construction de routes, le développement de carrefours commerciaux et de centres urbains ont progressivement fait des basses terres un front pionnier pour l’agriculture. Les Konso y étendent de plus en plus leur système cultural agroforestier. La raréfaction de la faune dangereuse, les progrès sanitaires et la pacification des conflits locaux ont largement contribué à adoucir l’image négative du kommeyta.

23Pour chaque bourg konso, l’accès au kommeyta devient, encore plus qu’avant, une condition essentielle de survie. Les quelques bourgs situés au cœur du xonso qui n’avaient pas d’accès direct aux basses terres développent plus que jamais des stratégies palliatives : plantation de ligneux pour le bois de feu, intensification des cultures et enfin alliance privilégiée avec certains villages de la périphérie, dotés en basses terres. Finalement, on assiste à une redéfinition du statut du kommeyta, qui tend à prendre une place centrale dans l’organisation territoriale de la société konso.

Table des illustrations

Légende photo > Village konso.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Le pays konso, archipel de collines entouré de basses terres. Les villages fortifiés sont le plus souvent bâtis sur les hauteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1774/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende Terrasses cultivées du xonso.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1774/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Savane arborée du kommeyta.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1774/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Un kanta, habitation sommaire dans le kommeyta, entouré d’un enclos pour le bétail.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1774/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Un paysan, armé d’un fusil pour abattre les singes qui dévorent régulièrement ses récoltes, mais aussi pour se protéger des autres éventuels dangers du kommeyta, fait visiter son champ à des membre d’une ONG soutenant un projet de développement de l’irrigation dans les basses terres.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1774/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Les waka, statues funéraires des Konso, célèbrent l’héroïsme des défunts au combat ou à la chasse.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1774/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende En bordure de l’axe routier reliant Konso à Arba Minch, la savane arborée du kommeyta est devenue en quelques décennies un vaste champ planté d’arbres utiles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1774/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1774/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 542k

Auteur

Ethnobotaniste, CNRS, Muséum national d’histoire naturelle

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540