Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 3. L’homme et la nature dans le Rift

Chapitre 22. Les pentes du Rift

Une complémentarité à multiples facettes

Élisabeth Chouvin

Texte intégral

photo > Marché des hautes terres dans la région du Mänz (Éthiopie).

1Massifs montagneux parfois très élevés, vallées encaissées, escarpements abrupts, toute la Corne de l’Afrique porte l’empreinte des bouleversements géologiques qui ont accompagné l’apparition et le fonctionnement des rifts.

2Tout le long de ces dépressions, parfois profondes, les populations riveraines savent tirer le meilleur parti des complémentarités altitudinales pour leurs activités agricoles, d’élevage et de cueillette. On observe certes quelques constantes liées aux conditions écologiques : une agriculture tempérée en altitude, tournée vers les céréales et les légumineuses ; un élevage extensif et la culture du sorgho et du coton dans les basses terres ; une transhumance altitudinale saisonnière. Cependant, chaque situation demeure singulière et reflète d’abord les particularités socioculturelles et historiques locales.

3À moins de 200 km au nord-est d’Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, ce qui se passe sur le vertigineux escarpement qui plonge des hauts plateaux centraux vers le fond du Rift, quelque 3 000 m plus bas, fournit une illustration particulièrement explicite et emblématique des paysages de l’Est africain.

Des conditions écologiques diversifiées, des cultures humaines variées

4Dans l’Éthiopie centrale, la rencontre entre des conditions écologiques contrastées et des cultures humaines tout aussi multiples a permis la mise en place de systèmes agraires très divers (FAYE, 1994). Là, sur des distances extrêmement courtes, les terres tempérées d’altitude cèdent la place, dans les vallées, à des zones tropicales plus ou moins sèches. Aux lambeaux de forêts à conifères sempervirents et aux prairies montagnardes succèdent les buissons plus ou moins hauts et touffus des pentes. Viennent ensuite, dans les basses terres, des savanes arborées piquetées d’acacia.

5Tandis que dans les hautes terres vivent des agriculteurs éleveurs chrétiens se disant Amhara (fig. 1), les flancs de coteaux abritent des populations oromo ou amhara, tiraillées entre le christianisme, l’islam et les cultes aux génies agrestes. Elles pratiquent sur ces terres fertiles et arrosées la culture céréalière (orge, blé et tef, une fine graminée originaire de ces contrées) et l’élevage bovin (Mesfin Woldemariam, 1991). Enfin, dans les basses terres habitent des communautés musulmanes de nomades afar et d’agropasteurs oromo et argobba, qui pratiquent élevage, cueillette et cultures irriguées.

Figure 1. Localisation des différents groupes humains sur le dénivelé.
Sources topographiques : Ethiopan Mapping Authority, Ethiopan Government.

6Lorsque l’on parcourt les 40 km qui séparent le bourg d’Ankobär, situé en bordure du plateau, à 2 960 m d’altitude, du bourg de Duläca, localisé à 1 040 m à la lisière de la plaine Afar, on observe une humanisation marquée des paysages, traduction de la forte densité d’occupation de l’espace. Un chapelet de hameaux de cases de différentes tailles, la plupart circulaires, se succèdent en continu jusqu’au bourg d’Aliyu Amba, établi à 1 740 m d’altitude, sur une de ces nombreuses plateformes basaltiques qui surplombent la plaine. Comme bien d’autres localités situées sur les flancs de la dépression, Aliyu Amba fut plusieurs siècles durant un lieu de transit, de rencontre, d’échange et d’innovation pour les populations de la région. Sa seule existence témoigne aujourd’hui encore des nombreux liens de complémentarité et de concurrence que les différentes communautés paysannes installées sur les contreforts montagneux ont su tisser, entretenir ou abandonner au cours du temps.

Le Rift pour les paysans : trois niveaux d’altitude complémentaires

7Un élément frappant des bords du Rift éthiopien est la spécialisation des activités agricoles selon l’altitude. Si celle-ci résulte pour partie des conditions physiques du milieu, elle dépend également de la manière dont les communautés paysannes des bords du Rift perçoivent et classent leur environnement naturel.

8Pour les paysans des hautes terres et des étages intermédiaires, trois termes majeurs servent au découpage de l’espace qui les entoure : däga, wäyna däga et qolla. Les représentations associées à chacun des niveaux d’altitude qu’ils désignent intègrent aussi bien les caractères topographiques, climatiques et les particularités du sol que les traits culturels, socio-économiques et politiques des populations qui y vivent. Ces trois catégories sont relatives : d’un lieu à l’autre, elles n’ont pas toujours exactement les mêmes limites altitudinales.

9Le däga correspond aux hautes terres et aux étages soumis au froid, voire au gel. Qualifié de « pays de l’âge » pour son air « sain » car peu favorable aux esprits et aux génies malveillants, c’est aussi le lieu où vivent les producteurs de fève, de blé, de lin et d’orge qui pratiquent l’élevage de moutons noirs : cette race des hautes terres, très prisée pour sa chair, est spécialement réservée pour les sacrifices de février dédiés aux esprits woqabé, anges gardiens présents dans chaque foyer (Mercier, 1979). Tous les paysans, y compris ceux des basses terres, viennent l’acheter pour ces festivités. C’est également dans les étages du däga que croissent les vastes pairies couvertes de toseñ, un thym dont les vertus médicinales sont fort appréciées des occupants de tous les niveaux altitudinaux.

10Au däga s’oppose le qolla, terres basses, arides et chaudes comme le suggère l’étymologie du terme : moqol signifie « chauffer » en amharique. Pour les agriculteurs des autres étages, le qolla est le domaine des bons pâturages, des pasteurs nomades et des agropasteurs. C’est aussi une contrée hostile, couverte par endroits d’une végétation buissonnante, épineuse et parfois très dense, où règnent maladies, génies et bêtes sauvages. Il ne fait pas bon y séjourner longuement et il est rarement question d’y établir sa maison. C’est dans le qolla que sont pratiquées la culture du coton, du maïs et du sorgho de décrue et que prospèrent des vergers irrigués.

11Entre le däga et le qolla, on trouve enfin les terres du wäyna däga. Pour les agriculteurs de ces zones intermédiaires, elles offrent les meilleures conditions de vie : les températures y sont le plus agréablement tempérées, les pluies suffisantes et les sols fertiles. La pratique de l’agriculture y est la plus développée, ses produits les plus diversifiés. On comprend alors que ce sont les terres les plus convoitées et les plus peuplées. À côté des cultures de maïs, de sorgho et de noug (Guizotia abyssinica, une oléagineuse locale), on trouve aussi des parcelles d’orge et de blé. Les cultures de légumineuses, de graines oléagineuses et de tubercules, comme les taros ou les pommes de terre, viennent souvent compléter les céréales dans des proportions et des combinaisons dont les spécialistes se plaisent à souligner la diversité (Faye, 1994). Ces associations variées reflètent fort bien la diversité des stratégies agricoles adoptées par les paysans pour mieux tirer parti des nombreux microclimats créés par les accidents du relief et pour pallier les contraintes dues à l’exiguïté des parcelles et l’érosion des sols (Gallais, 1989).

Oromo « amharisés » entre Ankobär et Aliyu Amba.

12Les complémentarités entre les divers niveaux d’altitude au bord du Rift et les concurrences entre les communautés paysannes qui se côtoient à un même niveau s’expriment de manière tout à fait typique par l’existence, surtout dans l’étage intermédiaire, de très petites zones spécialisées dans certaines productions comme le sésame, le carthame, le coton… Appelées « agär » en amharique, ce que l’on peut traduire par « pays » (Chouvin, 2003), elles sont densément habitées et présentent chacune un paysage souvent très policé, reflet de leur originalité.

Des cultures au commerce : tout change selon l’altitude

13Dans la plupart des territoires restés longtemps sous la domination amhara, le découpage en trois étages que nous venons de décrire a très nettement déterminé la distribution des activités d’élevage et d’agriculture et l’exploitation des flores et des faunes spontanées. Concernant l’élevage, c’est l’association bovin-ovin qui caractérise les étages du däga tandis que l’association bovin-camelin est réservée au qolla ; quant au wäyna däga, il se signale par la faiblesse de son élevage face à l’importance de la céréaliculture.

14En pays « amharisé », certaines plantes sont emblématiques de l’étage où elles sont cultivées : l’orge, le blé, le lin sont l’apanage du däga alors que le coton, le maïs, le carthame et le sésame sont, dans l’esprit des gens, plutôt associés au qolla. Parmi les végétaux de la flore spontanée que l’homme respecte, favorise ou même cultive, le genévrier d’Éthiopie nommé ted (Juniperus procera) est présenté comme l’arbre des hautes terres par excellence alors qu’un autre conifère, zegba (Afrocarpus gracilior), est plutôt associé au wäyna däga, l’étage intermédiaire, et que diverses espèces d’Acacia au port en ombrelle (graar) sont la marque des paysages de basse terre.

Argobba de Gacené.

15En Éthiopie centrale, l’olivier d’Afrique est quasi exclusivement présent dans l’étage intermédiaire, où on le rencontre souvent en petits peuplements étonnamment denses, à proximité des églises. Cette espèce est pourtant susceptible de s’étendre sur un gradient d’altitude plus grand. En fait, sa répartition actuelle est complètement soumise à l’action humaine. Sa présence résulte des pratiques religieuses et des interdits autrefois imposés par le clergé. Beaucoup des terres du wäyna däga, très convoitées, appartenaient autrefois à l’Église, qui a joui d’une grande autorité jusqu’à la révolution de 1974 (Gascon, 1995). Elle interdisait l’abattage de l’olivier, considéré comme « l’arbre de Marie ». Si ses fruits n’ont pas l’intérêt de ceux de son cousin méditerranéen, les rameaux de cette essence sont recherchés comme bâtonnet à curer, son bois sert souvent de parfum à brûler et, quand il vient du tronc, il peut fournir une huile utilisée à des fins religieuses ou médicinales. Les techniques d’extraction sont connues des seuls lettrés, qui voient en lui « l’arbre de la vie » (Mercier, 1979). Des pieds porte-graine étaient préservés pour fournir de jeunes arbres susceptibles d’être replantés sur les tombes des paroissiens décédés, selon une coutume répandue dans toute l’Éthiopie chrétienne (Chouvin, 2003).

16En attribuant des caractéristiques agro-écologiques différentes aux trois étages qui composent le dénivelé, la vision populaire du milieu met l’accent sur les complémentarités altitudinales. Celle-ci existe aussi bien dans le domaine de l’agriculture que dans d’autres activités comme le commerce et l’artisanat. Plus globalement, elle se traduit au niveau de l’organisation des territoires et des relations politiques.

17Les Argobba, dont les hameaux sont situés, pour la plupart, dans les piémonts ont de tout temps joué le rôle essentiel de médiateurs entre les agriculteurs sédentaires des étages supérieurs et les nomades afar, qui se cantonnent aux basses terres du fond de la dépression. Ils entretiennent des liens privilégiés et anciens avec les Afar, dont ils partagent le mode de vie et le territoire. À la fois agropasteurs, tisserands et marchands, ils commercialisaient jusqu’au milieu du siècle dernier, auprès des populations des étages supérieurs, les produits (textiles, sel, parfums, encens) rapportés des ports de la mer Rouge par les caravanes (ABIR, 1966). Depuis que la traite caravanière a considérablement chuté, l’agriculture est devenue essentielle à leur survie. Elle n’en reste pas moins une activité fort peu prisée : comme par le passé, les Argobba continuent à recourir aux paysans des étages supérieurs pour effectuer le travail des labours et entretenir leurs terres.

Un fort dénivelé qui induit des réseaux d’échanges et de solidarité

18Jouer sur la complémentarité des niveaux d’altitude implique des échanges. Leur organisation nécessite la mise en place de réseaux de relations et le recours à diverses formes de solidarité entre groupes comme à l’intérieur de ceux-ci. De nombreux faits et pratiques en témoignent.

19À l’échelle du dénivelé, les liens multiples entre paysans constituent ainsi un maillage socio-économique étroit. Des réseaux font appel aux alliances matrimoniales : des mariages entre des paysans des étages intermédiaires et des femmes des basses terres permettent notamment d’obtenir des lopins dans les étages de qolla, d’accroître ainsi les surfaces cultivées et de diversifier les productions au niveau de chaque unité d’exploitation. D’autres réseaux de solidarité reposent sur des congrégations paroissiales, sur des sociétés vouées à un saint patron ou sur des regroupements autour de grands possédés ou de magiciens guérisseurs dévoués aux génies zar.

L’organisation d’un däbo.

20Basés sur ces réseaux, des échanges de graines s’opèrent dans le cadre de stratégies d’amélioration des semences. En cas d’excès ou de retard de pluies, voire de sécheresse, qui n’affectent pas uniformément les différents étages, les paysans font également appel aux agriculteurs des autres niveaux pour retrouver les semences qui leur manquent.

21Ces liens d’entraide pourront être sollicités dans le cadre du travail collectif nommé däbo, organisé pour les grosses opérations agricoles telles que la moisson du tef, du sorgho ou du blé. C’est le moment de mobiliser le voisinage, de recourir aux liens de parenté du lignage ou à des amitiés vieilles de plusieurs générations, pour accomplir le travail et fêter ensemble la récolte.

22Une autre occasion de s’entraider apparaît à l’époque des transhumances : en groupe – nommé woudag, correspondant à des congrégations de zar –, les paysans du wäyna däga descendent dans les basses terres pour faire pâturer leur bétail et se protéger des nomades. Moyennant certains accords avec les agriculteurs, les nomades peuvent en retour remonter en saison sèche sur le dénivelé pour trouver de l’herbe verte à donner à leur bétail.

Échanges et spéculations sur les marchés du Rift

23Dans l’économie domestique des populations du Rift, la complémentarité entre les niveaux d’altitude est très intégrée, au point que la plupart des paysans spéculent sur les échanges de denrées, de semences ou encore de bétail.

24Un grand nombre de transactions s’opèrent sur les marchés des villages de l’étage intermédiaire comme Aliyu Amba. Éleveurs du däga et agropasteurs du qolla apprécient de se rencontrer pour discuter, s’informer et négocier la vente de leurs produits. Le beurre baratté par les Afar est vendu par les femmes. S’il ne répond pas entièrement aux critères gustatifs des paysans des hautes terres, il est en tout cas moins cher. Tandis que les agriculteurs éleveurs des hautes terres viennent vendre leurs moutons noirs, leurs fèves ou leur orge, les paysans des basses terres apportent de leurs vergers irrigués bananes, mangues et papayes. Les peaux de bêtes sont vendues aux tanneurs du däga ainsi que les graines de ricin utiles à cette activité, qui ont été soigneusement cultivées et sélectionnées dans les jardins du wäyna däga.

25Les prix varient selon les saisons et l’altitude, ce qui permet les spéculations. En pleine période de production, un volume de sésame ou de carthame rapporté du qolla est troqué contre le même volume de blé, de sorgho ou de tef produit dans le däga ou le wäyna däga. Hors saison ou lors des mauvaises années, certains produits deviennent plus précieux. Nombre de paysans des hautes terres spéculent sur ces fluctuations et engagent les transactions avant même que les récoltes ne soient achevées. D’autres jouent aussi sur la variation des prix du coton, produit dans le qolla, et plus cher sur le plateau que dans les basses terres. Des paysans des étages intermédiaires descendent ainsi au moment des récoltes pour constituer des stocks qu’ils choisissent d’écouler plus tard dans l’année et par petites mesures sur les marchés du däga. Les meilleurs profits s’obtiennent pendant la grande saison humide lorsque les pluies rendent les pistes peu praticables, provoquent un ralentissement des échanges et favorisent l’inflation.

Les bords du Rift : un espace dynamique

26Quoique anciennes, les complémentarités altitudinales n’ont jamais été figées. Au contraire, elles n’ont cessé d’évoluer. Parmi les phénomènes qui ont contribué à transformer les échanges, signalons le désenclavement des campagnes produit par la construction de nouvelles pistes. Celles-ci permettent à nombre de commerçants citadins de venir se ravitailler sur les marchés ruraux. À Aliyu Amba, l’arrivée depuis quelques années de ces nouveaux acheteurs tend à faire disparaître le troc. Par ailleurs, l’ouverture vers l’extérieur des marchés locaux entraîne une chute de la valeur marchande de certains produits agricoles.

27Autrefois, les caravanes venant de la mer Rouge écoulaient leurs cargaisons dans les bourgs des étages intermédiaires et repartaient chargées de denrées à destination de la côte. Ces caravanes n’existent quasiment plus.

28Certains flux ont tendance à s’inverser. Jadis, le coton n’était pas produit sur place mais provenait des marchés des hauts plateaux, tandis que le maïs était transporté, à dos d’âne ou de chameau, des basses terres où il était cultivé jusque sur le plateau. Dans les années 1960, des communautés argobba et afar, partiellement sédentarisées, ont été incitées à cultiver le coton sur de vastes parcelles : c’est ce coton désormais qui alimente les marchés du bord du Rift. À l’inverse, le maïs provient maintenant du plateau : des véhicules l’apportent directement du marché central d’Addis-Abeba.

29Dans ce contexte de désenclavement, de plus en plus d’agriculteurs des hautes terres ont choisi de se consacrer au commerce entre les centres urbains et les bourgs des bords du Rift. D’autres ont adopté de nouvelles stratégies agricoles. Plus de place a été accordée aux cultures de rente face à l’ouverture de ces nouveaux marchés. Sur les étages intermédiaires, les cultures de caféiers et de kat ont ainsi fortement progressé. Afin de satisfaire leurs besoins en fumure, les paysans s’efforcent, en les nourrissant, de retenir quelques jours les mules, les ânes et les bovins qui font route vers les marchés : cette pratique ancienne connaît de nos jours un certain regain.

30Enfin, un dernier signe d’évolution majeur est l’arrivée d’agriculteurs des niveaux d’altitude supérieurs dans les basses terres. Le qolla a toujours attiré les paysans des hautes terres : on allait y chasser, on en rapportait des trophées, on y installait des champs plus ou moins temporaires. Il est devenu maintenant un front pionnier pour ces agriculteurs qui s’y installent définitivement, ce qui provoque, au-delà de l’affaiblissement des anciennes solidarités liées à la descente saisonnière dans les basses terres, de plus en plus d’affrontements entre les nouveaux arrivants et les nomades. Les anciens remarquent que le qolla, sauvage et hostile, recule de plus en plus bas. La complémentarité entre étages a tendance à s’atténuer.

Bibliographie

Références

Abir M., 1966 – Salt, Trade and Politics in Ethiopia in the “Zämänä Mäsafent”. Journal of Ethiopian Studies, vol. IV, n° 2, Haile Selassie I University, Institute of Ethiopian Studies, Addis Abeba : 1-10.

Chouvin E., 2003 – Gestion des ressources végétales et pratiques paysannes en Éthiopie centrale. Le cas des oléagineux. Thèse de doctorat du Muséum national d’histoire naturelle.

Faye B., 1994 – « Systèmes pastoraux, agro-pastoraux et agricoles d’Éthiopie ». In : Dynamique des Systèmes agraires. À la croisée des parcours. Pasteurs, éleveurs, cultivateurs, Paris, Orstom, coll. Colloques et Séminaires : 269-287.

Gallais J., 1989 – Une géographie politique de l’Éthiopie. Le poids de l’État. Paris, Economica, coll. Tiers Mondes.

Gascon A., 1995 – La Grande Éthiopie, une utopie africaine. Paris, éditions CNRS, coll. Espaces & Milieux, Mémoires et documents de géographie.

Mercier J., 1979 – Approche de la médecine des debteras. Abbay, 10, éditions du CNRS : 111-127.

Mesfin W., 1991 – Suffering under god’s environment. A vertical study of the predicament of peasant in North-Central Ethiopia. The African Mountains Association and Geographical Bernensia, Institute of Geography, University of Berne, Switzerland.

Table des illustrations

Légende photo > Marché des hautes terres dans la région du Mänz (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Figure 1. Localisation des différents groupes humains sur le dénivelé.Sources topographiques : Ethiopan Mapping Authority, Ethiopan Government.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1772/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Oromo « amharisés » entre Ankobär et Aliyu Amba.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1772/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Afar de Duläca.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1772/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Légende Argobba de Gacené.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1772/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende L’organisation d’un däbo.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1772/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

Auteur

Ethnobotaniste, chargée de mission « environnement » EDF GDF-Suez

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540