Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 3. L’homme et la nature dans le Rift

Chapitre 21. Le lait, le sang et la viande du désert

L’élevage camélin dans la Corne de l’Afrique

Bernard Faye

Texte intégral

photo > Chamelle laitière à Dorale, sur les bords de la mer Rouge, dans la zone périurbaine de Djibouti.

1Les camélidés qui vivent dans la Corne de l’Afrique appartiennent tous au genre Camelus et à l’espèce C. dromedarius, le dromadaire ou chameau à une bosse. Il s’oppose en cela à C. bactrianus, le chameau de Bactriane à deux bosses, originaire du cœur de l’Asie centrale.

2Le succès exceptionnel qu’il a rencontré dans cette partie du monde tient certes à des particularités biologiques remarquables, qui lui permettent de survivre dans les climats pour le moins hostiles qui font des dépressions du Rift septentrional un véritable « pôle » de chaleur du globe ; mais il a aussi eu la chance de rencontrer, tout au long de son expansion dans la région, une diversité de populations humaines qui ont su l’utiliser pour valoriser des espaces qui paraissaient voués à la plus totale désolation.

L’arrivée du dromadaire dans la Corne de l’Afrique

3Le dromadaire aurait été domestiqué, il y a 4 000 à 5 000 ans, dans ce qui s’appelle aujourd’hui l’Hadramaout, au sud de la péninsule Arabique. Les premiers individus domestiqués ont été introduits dans le Sahara qui finissait de se désertifier, au début de l’ère chrétienne, en passant par le désert du Sinaï : pas un seul hiéroglyphe égyptien n’en fait mention.

4En revanche, son arrivée dans la Corne de l’Afrique est beaucoup plus précoce, puisqu’on a la preuve de sa présence sur l’île de Socotra, au large de la Somalie, dès 1500 av. J.-C. Il occupa d’abord les régions côtières, où règnent des conditions climatiques très proches de celles de sa région d’origine, et très vite, il devint indispensable à l’activité caravanière qui relie les ports de la mer Rouge et de l’océan Indien à leurs arrière-pays de montagne.

La place actuelle de l’élevage camélin

5Le dromadaire est élevé pour sa force de travail et sa capacité à transporter des marchandises, mais aussi pour son lait et sa viande. Une part considérable de cette production étant auto-consommée, il faut considérer les chiffres mentionnés dans le tableau 1 avec une certaine réserve. Ils montrent la place essentielle de l’Afrique orientale dans la production de lait (près de 85 %) et de viande caméline (75 %) de l’ensemble du continent africain.

Tableau 1. Production de viande et de lait de dromadaire dans la Corne de l’Afrique.

Tableau 1. Production de viande et de lait de dromadaire dans la Corne de l’Afrique.

6La consommation de lait de chamelle est culturellement importante chez les populations pastorales de la Corne (Somali, Afar, Rendile notamment). En revanche, les grands bassins de consommation de la viande caméline se situent – à l’exception du Soudan – hors de la zone, au Machrek (Libye, Égypte) et surtout dans les pays de la péninsule Arabique, ce qui conduit à des courants d’exportation de viande sur pied, en particulier depuis le Soudan vers l’Égypte et surtout depuis la Somalie vers les pays du Golfe. Les ports de la mer Rouge et de l’océan Indien (Djibouti, Berbera) sont des plaques tournantes de l’exportation par bateau vers les pays de Proche-Orient.

7Même s’il est difficile d’obtenir des chiffres fiables, il est indéniable que la Corne de l’Afrique peut s’enorgueillir d’être la terre de prédilection des dromadaires. La Somalie concentre près des deux tiers du cheptel de cette région (carte 1). Viennent ensuite le Soudan, le Kenya et enfin l’Éthiopie, qui à eux trois ont une population comparable à celle de la Somalie.

Figure 1. Effectifs camélins dans la Corne de l’Afrique.
Source : FAOSTAT 2007.

8L’évaluation de ce qui revient au chameau dans la biomasse totale des herbivores domestiques élevés donne une image plus juste de son importance relative au sein de l’ensemble du cheptel. En Somalie et à Djibouti, où la part caméline atteint respectivement 55 % et 32 %, l’élevage camélin occupe une place centrale dans l’économie d’élevage. Au Soudan, cette part tombe à 15 % : de nombreuses et vastes régions lui sont, en effet, peu propices. En Érythrée (3,5 %), en Éthiopie (8 %) et au Kenya (7,5 %), où les terres arides ne représentent qu’une partie limitée du territoire, la place relative des dromadaires est amoindrie par l’existence d’un cheptel bovin important.

9Les effectifs actuels paraissent stables depuis plus de deux décennies avec parfois une légère régression dans certains pays (Kenya, Éthiopie) en raison de problèmes sanitaires, d’évolutions climatiques et de choix politiques. L’estimation officielle des transferts entre pays conclut, sur l’ensemble de la Corne, à une croissance faible de l’ordre de 0,3 à 0,4 % par an.

Les races décrites dans la Corne de l’Afrique

10Contrairement aux autres espèces domestiques, les races de dromadaires reconnues par les éleveurs sont vraisemblablement plus proches de populations « naturelles » que de produits issus de sélections. Pour certains spécialistes, le terme de « race » ne convient pas, et il vaut mieux parler de « type » ou de « variété ».

11Au total, plus d’une dizaine de races sont répertoriées (carte 2). Pour chacune, de nombreuses appellations locales existent, correspondant à des noms de groupes humains, de clans et de familles, témoins de l’étroitesse des relations entre les sociétés et le dromadaire.

12Chaque race a ses particularités : certaines, comme la race Dankali, ont des vocations laitières, d’autres, telle la race Somali, sont réputées pour la qualité des carcasses à l’abattoir. Les races soudanaises sont appréciées pour leur puissance, mise à profit dans le transport caravanier, voire dans les courses d’endurance.

Dromadaire de race Gabbra utilisé pour le transport de l’eau. Mare de Buya, en pays borana.

Figure 2. Principales races de dromadaires dans la Corne de l’Afrique.

Les atouts de l’élevage camélin

13Le dromadaire permet aux populations pastorales de survivre dans un environnement hostile. Cette capacité, due autant à l’adaptation remarquable de l’animal qu’au savoir-faire des éleveurs, fait de l’élevage camélin un atout irremplaçable pour le développement économique local.

Un animal adapté

14Les dromadaires de la Corne ne sont pas différents de leurs congénères d’Afrique ou d’Asie. Ils disposent de particularités anatomiques et de dispositions physiologiques qui leur permettent de résister à des températures extraordinairement élevées et variables, ainsi qu’à la rareté des ressources en eau et en pâturage.

15Les adaptations sont si nombreuses qu’il ne peut être question d’en dresser ici une liste exhaustive. Citons les plus connues : maintien de la fluidité du sang à forte température, diminution de l’activité thyroïdienne et variation de la température interne en fonction de la chaleur externe, toison isolante et morphologie générale favorisant la circulation de l’air autour de l’abdomen, comportement visant à présenter le minimum de surface de peau face au soleil, préférence pour les ligneux pendant les heures chaudes pour brouter à l’ombre, mécanismes de réduction des pertes hydriques par arrêt de la sudation et diminution de la production d’urine – par ailleurs très concentrée –, diminution du métabolisme de base et stockage de graisse dans la bosse, mobilisée et reconvertie en sucres et protéines en cas de jeûne, recyclage de l’urée et meilleure absorption du calcium et du phosphore…

Abreuvement du cheptel camélin dans la région de Dora (Djibouti).

Le savoir-faire des chameliers

16Aux remarquables adaptations qui font la réputation proverbiale du dromadaire s’ajoute le savoir-faire des pasteurs, qui partagent ses dures conditions d’existence et qui savent tirer le meilleur parti des ressources qu’il offre.

Un lait de grande qualité nutritionnelle

17Le lait de chamelle représente une spéculation centrale. La productivité est beaucoup plus élevée que celle de toutes les races bovines dans les mêmes conditions d’élevage. Le potentiel de certaines races est remarquable Les chamelles Hoor de Somalie produisent jusqu’à 8 litres par jour pendant 8 à 16 mois, soit une production de 2 000 litres par lactation. Les Dankali donnent en deux traites 4 à 5 litres de lait par jour.

18Le lait de chamelle est apprécié pour ses qualités nutritionnelles. Il est moins chargé en matières grasses que le lait de vache, et l’analyse fine de sa composition montre une plus grande teneur en acides gras poly-insaturés, donc plus digestibles. Les protéines ont une composition qui rend difficile le barattage et la confection de fromage. Du reste, ces transformations ne sont pas observées en milieu traditionnel.

19Pauvre en acide butyrique, la matière grasse du lait de chamelle donne un beurre de mauvaise qualité qui n’est vraiment utilisé que comme cosmétique capillaire, à défaut de beurre de vache. Au Kenya, plusieurs essais ont permis d’obtenir du beurre clarifié (ghee).

Reproduction assistée de dromadaires Dankali à Soublali (Djibouti).

20Ce qui rend ce lait remarquable, c’est sa richesse exceptionnelle en vitamine C, en éléments probiotiques et antibactériens ; il peut se garder à température ambiante pendant un temps bien plus long que tous les autres laits connus. Sa conservation est prolongée par le fumage des récipients de traite, qui lui donne un goût âcre de fumée très caractéristique.

Un potentiel de production de viande

21La production de viande de qualité est une particularité de la Corne de l’Afrique. La viande de dromadaire est réputée pour sa saveur suave et sa texture qui rappelle celle de la viande de bœuf, ainsi que pour sa maigreur et sa richesse relative en protéines.

22Une part est auto-consommée à l’occasion d’évènements familiaux ou religieux : la taille de l’animal se prête au partage communautaire de la viande, comme c’est le cas chez les Afar au moment de la gdaasiga, cérémonie de sacrifice et de partage égalitaire de la viande lors des évènements sociaux tels que mariages, baptêmes et enterrements. Pour différer la consommation, il existe des techniques de conservation par séchage au soleil : la viande boucanée kounta des Afar en est un exemple.

23La consommation de sang frais de dromadaire est l’une des originalités de la région. Elle reste certes anecdotique mais joue un rôle culturel important pour quelques populations pastorales des confins de l’Éthiopie, du Soudan et du Kenya. La veine jugulaire ou la veine faciale sont incisées pour récupérer 5 à 7 litres de sang, au moins 2 ou 3 fois par an. Le sang est consommé frais ou mélangé au lait. Il apporte protéines et énergie mais surtout, il est censé donner vigueur et santé. La pratique de la saignée ne semble pas affecter l’animal s’il est bien nourri.

24Le marché d’exportation, actif dans la région, est nourri par une tradition d’embouche, spécialité des pasteurs Somali. La région de l’Ogaden est particulièrement réputée pour fournir des animaux bien engraissés. Pesant jusqu’à 800 kg et âgés de 7 à 8 ans, ils sont capables de supporter les longs trajets à pied qui les mènent jusqu’aux ports d’exportation de la mer Rouge ou de l’océan Indien.

Consommation de lait de chamelle par un berger afar à Doho (Éthiopie).

Un potentiel économique

25Contrairement à ce qui se passe en Afrique de l’Ouest, les productions de lait et de viande camélines s’inscrivent de plus en plus dans une logique marchande, au détriment de l’activité caravanière. On assiste au développement d’un élevage laitier péri-urbain et à la mise en place d’un circuit performant d’exportation de la viande.

26Le commerce du lait n’est pas propre à la Corne de l’Afrique, mais il y est ancien. Autour de Djibouti se sont sédentarisés depuis l’Indépendance des pasteurs Issa qui disposent d’un cheptel de chamelles en lactation à proximité de la ville. La fourniture de lait se fait directement du producteur aux consommateurs, ceux-ci venant par leurs propres moyens remplir leur récipient (généralement une bouteille d’eau minérale) auprès des bergers. Le prix du lait de chamelle, très rémunérateur (350 Fd le litre), assure le succès de ces circuits d’approvisionnement, mais le maintien de ce troupeau pose des problèmes d’accès aux ressources alimentaires, liés à la concentration des animaux. Une certaine complémentarité s’installe entre le cheptel en production, confiné à la périphérie de la ville, et la partie improductive du troupeau qui reste sur les parcours à quelques dizaines de kilomètres, voire plus.

27Le second point est plus spécifique, compte tenu de la vocation exportatrice de la zone, à destination en particulier des pays arabes du Golfe. Il est difficile d’évaluer l’importance réelle de ce commerce car on ne dispose malheureusement que de statistiques parcellaires : une part de ce marché (notamment celui passant par voie terrestre) est informel. La situation politique actuelle (instabilité politique et insécurité en Somalie, conflit érythréo-éthiopien) a tendance à faire du port de Djibouti une des plaques tournantes du commerce régional de bétail.

Les principales contraintes au développement de l’élevage camélin

Des contraintes politiques et humaines

28La production et l’exportation de chameaux sont très perturbées par l’instabilité politique régionale et les conflits qui en découlent. En Somalie, le nombre de dromadaires exportés dépassait 35 000 têtes à la fin des années 1970 ; il est tombé en dessous de 6 000 vers la fin des années 1990. Ce déclin s’est encore accentué avec la difficulté de mener une activité économique durable dans des villes comme Mogadiscio ou Kismaayo, théâtres de conflits armés incessants, même si la relative stabilité du Somaliland actuel permet de distinguer des signes de reprise depuis le port de Bosaso.

Abattage d’un dromadaire dans la région de Shashamane (Éthiopie).

29En amont du frein à l’exportation, les troubles politiques génèrent des risques pour les éleveurs eux-mêmes et pour leurs troupeaux. Les zones frontalières deviennent difficilement franchissables pour des pasteurs qui en ignorent les tracés et sont les premières victimes notamment des champs de mines, pléthoriques dans cette région du monde.

Un accès problématique aux ressources

30Les sécheresses, alternant parfois avec des épisodes de pluviosité excessive, ont gravement perturbé le milieu dans lequel évoluent les pasteurs et leurs troupeaux. Certes, les éleveurs chameliers ont mieux résisté à la sécheresse que les propriétaires exclusifs de bovins, mais la dégradation des parcours affecte néanmoins toutes les espèces. Dans certaines zones, les troupeaux ne doivent leur survie qu’à l’existence de pâturages de repli. Par exemple, sur la côte d’Obock (Djibouti), les ressources pastorales sont rares et les mangroves, milieux fragiles en voie de dégradation et de bien piètre qualité nutritionnelle, sont devenues pourtant les seules sources alimentaires pour les dromadaires. L’émondage des branches de palétuviers pour apporter un fourrage vert est devenu une pratique courante. Chez les Afar et les Somali d’Éthiopie, la dégradation de l’environnement augmente les tensions entre groupes : les conflits ne sont pas rares et peuvent se traduire par des pertes en vies humaines.

Des contraintes sanitaires

31Les maladies les plus répandues restent la trypanosomose, la gale et le parasitisme gastrointestinal. La région a connu deux épisodes dramatiques récents. Le premier est la flambée de fièvre de la Vallée du Rift liée aux pluies diluviennes provoquées par les effets du phénomène climatique El Niño. Cette maladie transmise par les moustiques entraîne notamment des avortements fréquents. Elle se transmet parfois à l’homme, chez qui elle peut être mortelle. Les pays du Golfe et l’Arabie Saoudite, importateurs de dromadaires, ont décidé d’un embargo sur les animaux en provenance de la Corne de l’Afrique pendant plusieurs années.

32Le second épisode a été provoqué par une « nouvelle maladie » du dromadaire, apparue pour la première fois en mai 1995 dans le nord de l’Éthiopie. Une véritable épidémie a touché le Soudan, Djibouti, l’Érythrée et la Somalie : près de 90 % des dromadaires ont été contaminés, et la maladie a provoqué de 5 à 70 % de mortalité, selon les zones et la capacité de réponse thérapeutique des éleveurs et des vétérinaires. Toux, larmoiement, jetage nasal, difficulté respiratoire et diarrhée en étaient les principaux symptômes. L’agent pathogène a été identifié : il intrigue et inquiète chercheurs et vétérinaires, puisqu’il semble qu’il s’agisse de la combinaison du virus de la peste des petits ruminants avec une bactérie, agent de la gourme du cheval. Aujourd’hui, si la situation est maîtrisée, une résurgence de la maladie est toujours possible.

Convoi d’un troupeau de 300 dromadaires éthiopiens pour l’exportation sur pied. Route de Nazareth (Éthiopie).

33Pour résumer et conclure, répétons que si la Corne de l’Afrique n’est pas l’aire d’origine du dromadaire, l’animal y a trouvé une place prépondérante qui fait de cette région la principale zone d’élevage du monde. Les incertitudes politiques – tout particulièrement dans ce véritable « pays du chameau » qu’est la Somalie – et les aléas sanitaires des périodes récentes ont hypothéqué un avenir pourtant prometteur. Cependant, là comme ailleurs, les systèmes de production dans lesquels le chameau s’inscrit sont sans doute appelés à évoluer vers des formes plus intensives, intégrées de plus en plus dans des logiques marchandes. Vraisemblablement, le dromadaire tend à sortir de l’image désuète du « vaisseau du désert » pour entrer dans la modernité : c’est désormais un animal zootechnique capable de satisfaire les besoins en lait, viande et énergie du plus grand nombre, aussi bien dans la Corne de l’Afrique qu’au Proche-Orient.

Table des illustrations

Légende photo > Chamelle laitière à Dorale, sur les bords de la mer Rouge, dans la zone périurbaine de Djibouti.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Tableau 1. Production de viande et de lait de dromadaire dans la Corne de l’Afrique.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1771/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Figure 1. Effectifs camélins dans la Corne de l’Afrique.Source : FAOSTAT 2007.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1771/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Légende Dromadaire de race Gabbra utilisé pour le transport de l’eau. Mare de Buya, en pays borana.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1771/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Figure 2. Principales races de dromadaires dans la Corne de l’Afrique.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1771/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
Légende Abreuvement du cheptel camélin dans la région de Dora (Djibouti).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1771/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Reproduction assistée de dromadaires Dankali à Soublali (Djibouti).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1771/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Consommation de lait de chamelle par un berger afar à Doho (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1771/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Abattage d’un dromadaire dans la région de Shashamane (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1771/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Convoi d’un troupeau de 300 dromadaires éthiopiens pour l’exportation sur pied. Route de Nazareth (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1771/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540