Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 3. L’homme et la nature dans le Rift

Chapitre 20. L’élevage dans le Rift

Tradition et modernité

Bernard Faye et Christian Meyer

Texte intégral

photo > Animal emblématique dans un troupeau de zébus Boran de la région de Turmi (Éthiopie).

1S’il est une activité humaine emblématique des régions traversées par le Rift, c’est bien l’élevage : les bergers afar des bords de la mer Rouge, les troupeaux maasaï au pied du Kilimandjaro ou les cargaisons de chameaux embarquant pour l’Arabie sont autant d’images associées à cette partie de l’Afrique.

2Nombre des pays traversés par le Rift africain possèdent des traditions d’élevage qui sont parmi les plus riches du continent. L’Éthiopie, avec ses 35 millions de bovins et ses 20 millions de chèvres et de moutons, est de loin le pays le plus « éleveur » de toute l’Afrique. La Somalie détient plus de 60 % du cheptel africain de dromadaires (tabl. 1).

Tableau 1. Effectifs estimés du bétail (en milliers) dans les pays du Rift.

Tableau 1. Effectifs estimés du bétail (en milliers) dans les pays du Rift.

Source : FAOSTAT, 2007

3 Le Kenya, la Somalie et l’Éthiopie sont parmi les plus importants producteurs de lait et de viande de toute l’Afrique (tabl. 2). La plupart de ces pays sont aussi le berceau de grandes races de bovins qui occupent aujourd’hui de vastes territoires. Le Boran, originaire du sud de l’Éthiopie, est un zébu blanc réputé pour la qualité de sa viande. L’Ankolé, métis taurin-zébu, caractérisé par sa robe rouge et son cornage impressionnant, est largement répandu dans l’Afrique des Grands Lacs. Il ne faut pas oublier le zébu Shorthorn, qui constitue la base génétique de la plupart des cheptels de la partie orientale de l’Afrique (carte 1).

4Ces traditions d’élevage sont à mettre en relation avec deux traits culturels associés aux habitudes alimentaires de la région. D’une part, l’importance alimentaire et culturelle du lait chez certaines populations, particulièrement celles à vocation pastorale, comme les Afar, les Maasaï, les Tutsi ou les Somali ; d’autre part, la forte consommation de viande, en particulier liée à des cérémonies, religieuses comme profanes. Dans ce cadre, le mouton joue un rôle capital, tant chez les musulmans (le mouton de l’Ayd el kebir) que chez les chrétiens (l’agneau de Pâques en Éthiopie).

Tableau 2. Production de lait et de viande (en tonnes) dans les pays du Rift.

Tableau 2. Production de lait et de viande (en tonnes) dans les pays du Rift.

Source : FAOSTAT, 2007.

5Le long du Rift, la diversité des systèmes d’élevage reflète une multitude de situations environnementales plus ou moins favorables à cette activité. Un ensemble de reliefs particulièrement élevés permet des climats tempérés, propices à une intéressante agriculture montagnarde. Ces reliefs peuvent être proches de zones basses parfois très chaudes. Selon la latitude, ces basses terres sont tantôt arides, comme dans les zones côtières de la mer Rouge, tantôt semi-arides, avec deux saisons des pluies, comme dans le sud de l’Éthiopie ou le nord du Kenya et de l’Ouganda, ou encore humides et verdoyantes, comme dans le sud de l’Ouganda, à proximité de la grande forêt équatoriale, ou en Tanzanie et au Mozambique.

6Sur une carte du Rift, on voit très bien le chapelet de lacs qui jalonnent les dépressions, du nord au sud. Leur présence a des conséquences évidentes pour l’élevage : source d’approvisionnement en eau douce pour le bétail et les populations locales, maintien de parcours pastoraux sous irrigation naturelle, source potentielle de parasitisme.

7À ces contraintes et données environnementales s’ajoute une population humaine très diversifiée, dont les cultures, les religions, les habitudes alimentaires façonnent une variété infinie de modes d’élevage. On ne s’étonnera donc point de voir associer le Rift africain à une diversité de systèmes d’élevage qui recouvre largement tout ce que l’on peut observer sur l’ensemble du continent africain.

8Dans cette partie de l’Afrique, la très grande variété des systèmes d’élevage peut être ramenée à quatre grands types, qui différent tant par la nature des troupeaux et leur vocation (domestique, commerciale ou sociale) que par les conditions d’élevage (ressources alimentaires et accès) et les particularités des groupes sociaux qui les élèvent

Les systèmes pastoraux

9La conduite des troupeaux est l’activité centrale à laquelle le groupe humain se consacre et par laquelle il se structure en priorité. Les pasteurs adoptent diverses stratégies contre les risques climatiques, sanitaires ou politiques. Ils ont recours à la mobilité des troupeaux (transhumance ou nomadisme) pour mieux tirer parti des espaces et des pâturages. Ils dispersent leur cheptel grâce au « confiage », qui s’appuie sur un réseau relationnel souvent familial, ce qui répartit les risques dans le temps : un retour de « confiage » après une hécatombe permet de reconstituer un troupeau. Enfin, les bergers prennent soin de diversifier les espèces et les races élevées, afin notamment d’exploiter au mieux toutes les ressources disponibles.

Le pastoralisme Afar

10Dans la branche septentrionale du Rift, qui s’élargit en un triangle englobant Djibouti et le nord de la Somalie, la partie Afar de l’Éthiopie et de l’Érythrée, chaleur et sécheresse se combinent pour conférer à la région une aridité que seul l’élevage extensif d’animaux adaptés à des conditions extrêmes est capable de valoriser.

11Les troupeaux sont constitués de bovins, camé-lins, ovins et caprins qui produisent de la viande et du lait et servent accessoirement, pour les camélins, de moyen de transport. Les équidés, en particulier les ânes, peuvent y être également nombreux.

12Les bovins sont des zébus de race Afar aux longues cornes en lyre, les moutons sont en majorité de race Adale, mais il existe aussi un fort noyau de race Somali à tête noire. Localement, au nord de Djibouti, on trouve le mouton du Moussa Ali, recherché pour ses qualités de croissance et de rusticité. Il n’existe pas de races bien déterminées chez les chèvres, abondantes et résistantes. En revanche, les camélidés sont surtout des animaux laitiers de race Dankali. Le lait, surtout destiné à l’autoconsommation, ne donne lieu qu’à un commerce marginal.

Figure 1. Principales races bovines (types zébu et sanga) le long du Rift africain.

13Les Afar sont des éleveurs mobiles, comme dans tous les systèmes pastoraux extensifs, mais leur mouvement saisonnier relève plus de la transhumance que d’un réel nomadisme. Les distances parcourues sont plutôt faibles (40-80 km) et les trajets quasi immuables amènent hommes et bêtes depuis les rives du fleuve Awash et de ses affluents jusqu’aux piémonts des hauts plateaux. La première zone constitue un repli pendant les périodes de « soudure » : le bassin du fleuve, avec ses inondations saisonnières, abrite des pâturages abondants. La seconde zone permet aux troupeaux de rentrer en contact avec des agricultures de piémont où prédominent sorgho et oléagineux.

14Dans les deux situations, des conflits peuvent naître. Sur les limons irrigués des rives de l’Awash, les grandes fermes privées ou étatiques alignent les plantations d’orangers, de bananiers, de coton et d’oignon qui ont peu à peu grignoté les meilleurs parcours de repli. À l’autre extrémité, sur les piémonts, les récentes sécheresses et l’extension des défrichements vers le bas ont fait que les troupeaux occupent des espaces cultivés à des périodes gênantes pour les activités agricoles. Enfin, des conflits entre éleveurs existent aussi : les pasteurs Issa, appartenant au groupe Somali, ont des tendances expansionnistes qui les font se heurter parfois violemment aux éleveurs de la partie méridionale du pays afar.

Troupeaux de petits ruminants, mare de Margoïta au pied du Moussa Ali (Djibouti).

15À Djibouti, les déplacements saisonniers sur de très courtes distances s’observent entre les dépressions souvent salées (plaine de Hanlé et lac Allol par exemple) et les massifs montagneux arides du Mabla ou du Goda.

Le pastoralisme Borana

16Les Borana appartiennent au groupe Oromo et occupent un assez vaste territoire au sud de l’Éthiopie et au nord du Kenya. Un régime des pluies bimodal et une altitude moyenne autorisent dans cette région un élevage principalement bovin, marqué par une mobilité sur de courtes distances et essentiellement gouverné par l’accès à l’eau. Une des particularités du système borana consiste en une astucieuse gestion de l’eau pour abreuver les bovins, en majorité de race Boran.

17Les parcours pastoraux (meda) sont aménagés autour de mares, temporaires ou semi-permanentes. Leurs rives sont creusées de remarquables abreuvoirs qui empêchent les troupeaux d’accéder directement à l’eau et de la souiller. Chaque propriétaire est même tenu de retirer les déjections animales au-delà du niveau d’étiage supérieur afin d’empêcher les eaux montantes de se polluer. Toute infraction à ces pratiques (bétail entrant dans la mare, déjections non retirées) peut conduire l’Abba Ela (littéralement le « maître du puits »), gestionnaire attitré du point d’eau, à exiger l’abattage d’une des meilleures bêtes du troupeau fautif et son partage entre les usagers du puits.

18L’exhaure de l’eau se fait par une chaîne humaine transférant des calebasses de main en main jusqu’aux abreuvoirs. Pour contrôler – voire limiter – l’accès aux puits, une organisation communautaire draconienne fixe le rythme de leur remplissage.

19L’activité pastorale des Borana est tournée vers l’embouche bovine et, plus accessoirement, ovine. Les animaux engraissés sont acheminés à pied ou en camion vers les bassins de consommation comme la capitale Addis-Abeba. Une part du cheptel bovin est vouée aux travaux agricoles dans la périphérie des villes du pays borana, comme à Yavello.

Le pastoralisme omotique et nilotique

20Occupant le bassin du fleuve Omo et du lac Turkana, au sud-ouest de l’Éthiopie, au Nord-Kenya, au Nord-Ouganda et au Sud-Soudan, les populations omotiques sont constituées de chasseurs-cueilleurs qui pratiquent une agriculture itinérante et un élevage caractérisé par des mouvements réduits du bétail. Les systèmes d’élevage de ces populations, atomisées en de multiples groupes parfois ennemis, sont destinés quasi exclusivement à l’autoconsommation.

Mare d’Arobeki en pays borana près de Yavello (Éthiopie).

21Les pasteurs nilotiques du Kenya et de Tanzanie, dont l’archétype est le berger maasaï, sont, quant à eux, des éleveurs purs, essentiellement de bovins, et, pour les plus pauvres, d’ovins et de caprins. La vache, bien plus que les petits ruminants, et, plus rarement, le dromadaire, y joue un rôle social éminent, notamment au niveau cérémoniel. Le bétail est la valeur suprême, et la mort de l’animal ne peut être que ritualisée. Parce que l’animal domestique est assuré d’une proximité « consubstantielle » avec l’homme, il est investi de valeurs multiples, économiques, culturelles et religieuses, qui en font le pivot de la reproduction sociale.

22Dans ces systèmes, la redistribution du bétail au travers de mécanismes d’assistance mutuelle (« confiage », don, pré-héritage, dot), bien que remise en cause du fait d’une paupérisation généralisée, est une obligation culturelle très forte, bien décrite notamment chez les Maasaï. Un autre trait marquant est la faiblesse, voire l’absence d’un pouvoir décisionnel central fort. C’est ce caractère qui, selon les spécialistes, distingue le « pastoralisme oriental » des autres systèmes existant en Afrique de l’Ouest ou en Afrique centrale. Il induit un certain égalitarisme, encore renforcé par les mécanismes de redistribution du cheptel.

Le pastoralisme dans l’Afrique des Grands Lacs

23Les pasteurs ont souvent été limités dans leur expansion par la trypanosomose, maladie du sommeil affectant bêtes et hommes, transmise par les mouches tsé-tsé. Les zébus (Bos indicus) sont beaucoup plus sensibles à la maladie que les taurins d’Afrique de l’Ouest (Bos taurus). Les vaches Ankolé, auxquelles le sang taurin permet de bénéficier d’une capacité de résistance plus grande à cette maladie, ont permis l’installation de l’activité pastorale dans des zones équatoriales du Rift, où les pluies abondantes rendent la maladie endémique. Dans le sud de l’Ouganda par exemple, la partie orientale du district de Mbarara offre une savane arbustive qui, pour des raisons pédologiques, ne conserve pas aisément les eaux de surface et devient de ce fait peu propice à l’agriculture. On y pratique donc un pastoralisme sédentaire ou transhumant, avec du bétail Ankolé traditionnel ou métissé avec des races européennes, destiné à la production de viande ou de lait.

24Les éleveurs de cette partie de l’Afrique sont comme partout ailleurs culturellement très attachés à leur bétail. Citons par exemple, chez les Tutsi, une certaine catégorie de bétail (les Inyambo), destinée aux dignitaires, sélectionnée sur des critères de beauté : grande taille, forme élancée, cornage très long, en lyre ou en croissant, robe rouge. On ne consomme d’ailleurs jamais la viande d’un tel animal. On l’entoure des soins les plus attentifs : ses cornes sont polies avec du sable, sa robe est lustrée avec du beurre, sa peau soigneusement déparasitée, et ses bouses sont évacuées pour éviter toute souillure.

Jeune femme nyangatom abreuvant son bétail (zébus Toposa) dans le lit de l’oued Nakua (frontière éthio-soudanaise).

Troupeau de Sanga Ankolé près de Mburo (Ouganda) dans la zone pastorale.

25Contrairement aux formes de pastoralisme précédemment évoquées, une certaine différenciation sociale est perceptible dans les sociétés pastorales des Grands Lacs. Des « ranchers » possédant de grands troupeaux se spécialisent parfois dans la production de viande ou de lait et privatisent certaines ressources, notamment les pâturages. Ils cohabitent avec de petits éleveurs traditionnels attachés à l’usage communautaires des pâturages et des points d’eau.

Les systèmes agropastoraux

26Même si l’agriculture n’est pas absente des grandes zones pastorales évoquées ci-dessus, la vocation agricole y est historiquement récente. En revanche, les régions mieux arrosées, souvent situées à des altitudes moyennes, sont de longue date vouées à l’agriculture. Cependant, l’élevage n’en est pas absent et peut même y devenir un indispensable complément aux activités agricoles, même si ces deux productions sont plus parallèles que réellement associées.

27Dans le Rift, ces systèmes agropastoraux s’observent dans les zones de piémont, à l’interface des régions pastorales et des hauts plateaux ou des massifs montagneux, mais également dans les zones d’altitude moyenne, en particulier dans l’Afrique des Grands Lacs (Ouganda, Rwanda, Burundi).

Les piémonts semi-arides

28Dans ces zones au climat tropical, situées aussi bien dans l’hémisphère Nord (Éthiopie, Kenya) que dans l’hémisphère Sud (Tanzanie, Mozambique), on pratique une céréaliculture extensive (sorgho et, de plus en plus, maïs) qui fait un large usage de la traction attelée et de la fumure animale sur jachère. Les troupeaux sont surtout composés de bovins pour le trait, parfois de quelques vaches laitières, et de petits ruminants, constituant tout à la fois une épargne sur pied et une source de nourriture pour l’autoconsommation. Les chèvres prédominent lorsque les pentes sont fortes. Les équidés (ânes et chevaux, mais aussi mules) peuvent être abondants dans ces zones escarpées où ils jouent un rôle essentiel dans le transport des hommes et des marchandises. En Éthiopie, la population équine est particulièrement abondante.

29Les troupeaux bovins peuvent être mobiles. Il s’agit dans ces cas-là de petites transhumances en direction de zones pastorales plus basses en altitude, ou de pâture sur les chaumes et les friches des zones agricoles voisines. Ces déplacements, dans tous les cas, peuvent être source de conflits. Les cultures fourragères sont très rarement pratiquées et la divagation des troupeaux est limitée par un gardiennage rapproché dans lequel les enfants jouent un rôle prépondérant.

30Dans les piémonts plus arrosés, comme sur la marge occidentale du haut plateau éthiopien, l’élevage des herbivores est souvent très réduit : on peut y voir notamment la conséquence de la présence de sites à glossines (mouche tsé-tsé). En revanche, le petit élevage (volailles, rarement porcs) peut devenir une spéculation intéressante pour permettre l’accès à des protéines animales pour des populations se nourrissant essentiellement de céréales ou de tubercules.

31Dans certains piémonts, comme ceux où vivent les Konso d’Éthiopie, les densités humaines sont si fortes, de l’ordre de 350 habitants au km2, que l’intensification agricole, qui se traduit par exemple par la mise en place de terrasses cultivées avec grand soin, ne laisse que fort peu de place à l’élevage : il est surtout représenté par quelques troupeaux mixtes, bovins et petits ruminants dans les basses terres non cultivées et par des bœufs de case, élevés dans leur étable.

L’élevage traditionnel sur les collines équatoriales

32La densité rurale observée chez les Konso est encore plus élevée dans les pays de collines (Rwanda, Burundi, sud de l’Ouganda) situés sous l’équateur. Favorisées par un climat tempéré par l’altitude et des pluies abondantes, ces régions associent une agriculture souvent basée sur une plante unique – café ou banane plantain dite matooké en Ouganda – et un élevage à caractère pastoral sans qu’il y ait une réelle interaction, sauf lorsque le fumier est récupéré. Dans la plupart des cas, les propriétaires de troupeaux sont des agriculteurs qui ont choisi de diversifier leur production en investissant dans l’élevage une part des revenus tirés de l’agriculture. Ce type de système peut d’ailleurs se retrouver au-delà de l’Afrique des Grands Lacs.

33Les troupeaux sont composés de caprins ou de bovins Ankolé de type sanga, croisement ancien de taurin et de zébu, très appréciés pour leur rusticité. Les animaux sont sous la garde des enfants pendant la journée, dans des pâturages naturels de qualité variable selon la saison. La présence des tiques et des maladies qu’elles transmettent (la theileriose notamment) représente un frein évident à la pleine expansion de cette forme d’élevage. En Tanzanie, au Kenya, au Mozambique, au Malawi, en Éthiopie, l’élevage sur parcours naturels associé à la monoculture du café, du thé, du tabac, de la pomme de terre ou de l’ensète (faux-bananier) est localement répandu sur les piémonts du Rift.

Les systèmes d’intégration agriculture-élevage

34Contrairement à ce qui se passe dans les systèmes agropastoraux, l’intégration agriculture-élevage implique une plus forte interaction des activités : le bétail est employé au travail de la terre et contribue à sa fertilisation ; une part des surfaces agricoles est consacrée aux cultures fourragères ; l’énergie animale permet le transport des récoltes ; les sous-produits de l’agriculture alimentent le bétail.

35Ce schéma est présent en plusieurs endroits du Rift africain, bien entendu dans les milieux naturels favorables à un tel équilibre, souvent dans des régions à forte densité humaine. On ne s’étonnera pas de les rencontrer dans la partie centrale du Rift. Deux exemples seront exposés ici : les étables « fumières » du Burundi et les systèmes polyculture-élevage d’Éthiopie.

Les étables « fumières »

36Au Burundi, au Rwanda, dans le sud de l’Ouganda, mais aussi à l’est de la République démocratique du Congo et sur les bords du lac Victoria, au nord de la Tanzanie, l’agriculture est confrontée à une forte contrainte foncière, du fait d’une densité démographique particulièrement élevée. Le schéma classique est celui d’une intensification conjointe de l’agriculture et de l’élevage. S’agissant de polyculture, la parcellisation de l’espace contribue à créer un paysage agricole de type « jardiné ».

37Dans ce dispositif, le pâturage disponible est réduit à sa plus simple expression. La stabulation y est donc sinon permanente, du moins prépondérante. L’apport de ressources s’appuie sur des cultures fourragères ou sur l’utilisation de sous-produits agricoles. Dans les étables de fortune, bovins et petits ruminants, parfois porcs et volailles sont claustrés afin de disposer d’une litière cumulée. La principale spéculation de l’élevage devient le fumier, indispensable pour maintenir une productivité accrue des céréales, oléagineux et tubercules qui représentent la production cible. Au Burundi, une politique déjà ancienne d’amélioration de la production laitière, s’appuyant sur des croisements avec des races européennes (surtout montbéliardes), a permis une augmentation significative de la quantité de lait disponible pour la commercialisation. En dépit de ce progrès quantitatif indéniable, les producteurs considèrent le lait comme un produit secondaire par rapport au fumier, produit principal, apport indispensable au maintien de la fertilité de ces agro-écosystèmes fortement sollicités. Les synergies engendrées par cette forme d’intensification autorisent le maintien d’une densité rurale parmi les plus élevées d’Afrique.

Troupeau de bovins Ankolé de type sanga sous la garde d’un berger dans les collines de la région de Kabalé (Ouganda).

Les systèmes polyculture-élevage d’Éthiopie

38Sur les régions d’altitude moyenne aux abords du Rift éthiopien, comme dans la région du Harargue ou du Sidamo, la paysannerie a su construire un paysage bocager remarquable associant des cultures diversifiées et un élevage de bovins voués principalement ici aux travaux agricoles. L’araire éthiopienne (aresha) est un outil ancestral utilisé depuis la Haute Antiquité dans cette partie du continent. L’animal est utilisé pour le hersage, les labours, le transport, le foulage des grains de tef (Eragrostis tef) ou d’orge selon l’altitude, et bien entendu pour le fumier. Dans ces milieux à forte densité humaine, le troupeau, de petite taille, se réduit souvent à quelques unités attachées au piquet à proximité de l’habitation ou dans des zones de pâturages collectifs sur des sols hydromorphes peu cultivables.

39À proximité des hauts plateaux, à la limite du Rift, les températures ne permettent guère que les cultures de céréales comme le blé ou l’orge. Les producteurs s’adonnent alors à l’élevage de quelques vaches laitières, de bœufs destinés aux travaux des champs et de moutons adaptés au climat d’altitude comme la race du Menz. Une autre caractéristique remarquable de ces systèmes est l’intensité des échanges d’animaux, en particulier pour les labours, sous forme de prêts contractuels rémunérés en nature (lait, fumier) ou en espèces.

Les systèmes intensifs spécialisés

40La croissance de la demande en produits laitiers et plus généralement en protéines animales dans les villes des pays tropicaux est un phénomène qui dépasse le Rift africain. Mais dans une région où la consommation moyenne par habitant, par exemple pour le lait (60 kg/hab./an) est largement supérieure à celle observée en Afrique de l’Ouest (12 kg en moyenne), seuls des systèmes d’élevage plus performants peuvent répondre à de telles évolutions. Ces systèmes s’appuient sur des races métisses, voire, lorsque les conditions climatiques, alimentaires et prophylactiques le permettent, sur des races européennes pures où dominent les vaches Holstein, réputées pour leur productivité laitière.

Zébus Horro à l’araire dans la région de Burgi (Éthiopie).

41Dans ces exploitations, que l’on rencontre généralement en altitude (Kenya, Tanzanie, Ouganda, Éthiopie), l’élevage devient l’activité unique du producteur. Il s’agit donc de systèmes spécialisés, soit pour le lait, soit aussi pour la viande (feed-lots) et qui concernent principalement les bovins, bien que l’on puisse observer localement des élevages caprins laitiers installés à la suite de projets de développement. À titre d’exemple, on peut citer deux cas particuliers d’élevages spécialisés intensifs : les élevages « modernistes » d’Ouganda et les élevages périurbains d’Éthiopie.

42Dans le cas ougandais, une poignée d’éleveurs installés entre les lacs Victoria et Édouard se livrent à un élevage laitier de type intensif avec des animaux importés de type Frison ou Holstein. L’alimentation provient de cultures fourragères et parfois aussi de concentrés pour satisfaire les exigences alimentaires des races élevées. Le troupeau est rarement de grande taille pour des raisons de main-d’œuvre et d’espace disponible. La proportion des vaches traites dans le troupeau est très élevée comparée à celle des troupeaux plus traditionnels, et les rendements laitiers autorisent une plus-value bien supérieure. Les exploitations de ce type peuvent produire jusqu’à 25 000 litres de lait par an. Pour éviter les problèmes de qualité dus aux transports trop longs, elles se situent fréquemment à proximité des centres de collecte.

43Cette nécessaire proximité avec les marchés de consommation est parfaitement illustrée par les élevages urbains et périurbains d’Éthiopie. Comme pour d’autres productions (maraîchage, porcs, volailles, petits ruminants), on observe dans les grandes et moyennes villes, et leur périphérie, un accroissement sensible du nombre des exploitations périurbaines. C’est le cas par exemple à Addis-Abeba, mais aussi à Debre-Zeit ou à Nazareth, villes situées en bordure du Rift éthiopien. En zone urbanisée, la contrainte foncière est telle que les producteurs n’ont pas la possibilité de pratiquer des cultures fourragères ou de faire pâturer leurs animaux. La production est donc assurée avec des vaches métisses ou améliorées et en achetant des aliments provenant du milieu rural ou du commerce pour ce qui concerne les concentrés, dont la part augmente dans la ration. Les producteurs sont rarement des éleveurs purs, et la pluri-activité est fréquente. Parfois fonctionnaire ou commerçant, le propriétaire du troupeau considère l’activité d’élevage comme une forme d’investissement qui lui permet de compléter confortablement ses revenus. De plus, la proximité de la ville et donc des services (vétérinaire, commerce des aliments pour bétail, distributeurs) assure une gestion plus aisée d’un certain nombre de contraintes liées à la nature hors-sol de l’exploitation.

Le Rift, couloir de migrations et zone d’échanges

44Ce bref aperçu, pourtant loin d’être exhaustif, des systèmes d’élevage témoigne de leur remarquable diversité dans l’ensemble du Rift africain. À ces multiples façons d’élever des animaux dans cette région d’Afrique s’ajoute une autre caractéristique qui lui est propre. Ces vallées qui traversent toute la partie orientale du continent africain du nord au sud ont joué et jouent encore un rôle de facilitation dans les échanges entre les populations riveraines. De part et d’autre du Rift, les montagnes et les hauts plateaux entaillés de vallées profondes ont pleinement assuré leur rôle de refuge pour les peuples assiégés. À l’inverse, le Rift a représenté à tel ou tel moment de l’histoire un formidable couloir de migrations pour les hommes et leurs bêtes, comme en témoignent les déplacements au cours des siècles des populations pastorales d’origine nilotique vers les régions plus méridionales. Aujourd’hui encore, le Rift est l’axe privilégié des mouvements de troupeaux destinés à la commercialisation. Sur les routes provenant du pays borana à destination du marché d’Addis-Abeba, on peut encore croiser ces immenses troupeaux de zébus Boran, accompagnés de convoyeurs expérimentés. Le chapelet de lacs à étape régulière constitue une autre condition propice aux échanges entre les zones de production et les zones de consommation. Ces lacs apparaissent comme autant de points d’eau le long des pistes à bétail, qui s’allongent parallèles à la route asphaltée ou à la piste. De la même façon qu’on évoque à l’envie le « couloir rhodanien » en France, on pourrait parler du « couloir du Rift » dans bien des pays concernés, voie d’échange plutôt que barrière aussi bien entre les peuples qu’entre les systèmes d’élevage, comme l’illustre, pour ne prendre que l’un des exemples les plus emblématiques, l’Éthiopie.

Table des illustrations

Légende photo > Animal emblématique dans un troupeau de zébus Boran de la région de Turmi (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Tableau 1. Effectifs estimés du bétail (en milliers) dans les pays du Rift.
Légende Source : FAOSTAT, 2007
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Tableau 2. Production de lait et de viande (en tonnes) dans les pays du Rift.
Légende Source : FAOSTAT, 2007.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Figure 1. Principales races bovines (types zébu et sanga) le long du Rift africain.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1768/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Légende Troupeaux de petits ruminants, mare de Margoïta au pied du Moussa Ali (Djibouti).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1768/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 903k
Légende Mare d’Arobeki en pays borana près de Yavello (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1768/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Jeune femme nyangatom abreuvant son bétail (zébus Toposa) dans le lit de l’oued Nakua (frontière éthio-soudanaise).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1768/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Troupeau de Sanga Ankolé près de Mburo (Ouganda) dans la zone pastorale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1768/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Légende Troupeau de bovins Ankolé de type sanga sous la garde d’un berger dans les collines de la région de Kabalé (Ouganda).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1768/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Zébus Horro à l’araire dans la région de Burgi (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1768/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540