Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 3. L’homme et la nature dans le Rift

Chapitre 19. Le café arabica en Afrique de l’Est

L’exceptionnelle histoire d’une plante indigène

Bernard Charlery de la Masselière

Texte intégral

photo > Maison du café – Buna bet (Éthiopie).

1Comme son nom scientifique ne l’indique pas, l’espèce de café Coffea arabica est originaire d’Afrique de l’Est, plus précisément du Kaffa, région forestière du sud-ouest de l’Éthiopie. Elle est actuellement cultivée dans la plupart des pays riverains du Rift africain. Cette omniprésence n’est pas due à sa diffusion à partir de son lieu de domestication mais à sa réintroduction au temps colonial à partir des jardins botaniques de l’île Bourbon. Ces pérégrinations sont déjà anciennes et le café fait désormais partie des paysages de plusieurs régions, et surtout de l’histoire des sociétés qui y vivent.

2Cette trajectoire exceptionnelle est étroitement liée au rôle social, économique et politique qu’a joué et joue encore dans la région – mais pour combien de temps ? – le petit grain « d’or brun ».

3Y a-t-il un lien entre le café et les vallées du Rift ? Même à petite échelle, les aires de production apparaissent très dispersées. Il faut une connaissance précise de la complexité de la topographie liée aux différents mouvements tectoniques à l’origine de la formation du Rift africain, plus particulièrement de sa branche orientale, pour effectivement associer le chapelet discontinu des régions caféicoles et la fabuleuse vallée du « matin du monde » (Maes, 1996).

  • 1 Sauf celui de l’Imbo au Burundi, au cœur de la Rift Valley, mais il n’a pas résisté à la guerre ci (...)

4En revanche, cette même analyse minutieuse conduit à exclure le café des plaines inter-lacustres d’altitude moyenne (1 000-1 500 mètres) qui, sur de vastes superficies, bordent le lac Victoria au nord (Buganda et Busoga en Ouganda) et à l’ouest (Bukoba en Tanzanie), ainsi que celui des plateaux du sud-ouest de l’Ouganda : même si l’altitude de ces hauts plateaux est liée à la surrection d’ensemble du socle au moment de la formation du Rift, on est ici en dehors des éléments topographiques, escarpements, revers, horst ou volcans, qui en constituent l’architecture élémentaire. Ce faisant, on exclut tout le café robusta (Coffea canephora)1 pour ne retenir que le café arabica (Coffea arabica) de la catégorie « doux de Colombie », dont on sait qu’elle est sensible à la sécheresse et aux fortes températures. L’altitude tempérant les effets thermiques de l’inter-tropicalité tout en favorisant les précipitations, la distribution inégale des zones caféicoles, des hauts plateaux du sud de l’Éthiopie aux bastions surplombant le lac Malawi, serait donc plus ou moins déterminée par les conditions physiques.

5Cette sorte de filiation entre le Rift et le café arabica semble confirmée par le fait que l’on situe l’origine géographique de cette espèce dans les hauts plateaux d’Abyssinie, où elle se trouve en peuplements forestiers plus ou moins spontanés autour de Jimma, comme au Nord-Kenya dans l’isolement climatique de Marsabit. Le nom d’arabica lui est attaché car c’est vraisemblablement au Yémen que l’habitude de boire des décoctions de graines de café s’est propagée, d’abord dans le monde arabo-musulman ; et les premières plantations importantes furent mises en place dans les colonies arabes de la région de Harar ; c’est également à partir des ports de la mer Rouge (Moccha, Aden) que le caféier a commencé son long voyage vers l’île Bourbon ou vers les Antilles aux xviie et xviiie siècles.

6Cependant, il n’y a pas de déterminisme physique à la répartition des cultures d’arabica, sinon on ne comprendrait pas pourquoi l’Afrique du Rift a mis si longtemps avant de devenir une des plus grandes régions productrices, même si en volume la production d’arabica ne constitue qu’à peine 10 % de la production mondiale, toutes variétés confondues. On aurait pu imaginer que les plantations de caféiers se soient diffusées vers le sud le long des branches du Rift depuis l’Éthiopie, où, dès les xviie et xviiie siècles, elles alimentaient un courant d’exportation vers les régions de consommation – Moyen-Orient, Empire ottoman et Europe – où la demande était en constante augmentation. Or, il faut attendre le xxe siècle pour que la caféiculture soit réintroduite en Afrique de l’Est à partir de plants venant d’Aden et de l’île Bourbon. Il y a donc une coupure géographique dans l’histoire du café : d’un côté, le café éthiopien, depuis longtemps boisson « nationale » largement consommée sur place et intégrée dans la vie sociale et religieuse ; de l’autre, les cafés est-africains, fruits d’un « moment » colonial, vecteurs de l’intégration nationale, sources de développement et de modernisation, mais rarement goûtés par les producteurs eux-mêmes. Dans l’un et l’autre cas, le café est ou est devenu avant tout une affaire paysanne : certes il existe de grandes plantations, mais la production est en très grande partie assurée par des millions de petites exploitations agricoles, la plupart du temps dispersées sur les collines ou les versants

7Depuis une quinzaine d’années, le marché mondial du café est entré dans une ère troublée, marquée par la fin des mécanismes de régulation et par la libéralisation des filières nationales. La région elle-même a connu de graves conflits qui ont perturbé les équilibres des systèmes de production. Les prix ne sont plus rémunérateurs. Le café disparaît de certaines vieilles régions productives, et avec lui sans doute une part de cette image de fertilité associée aux terres d’altitude surplombant les vallées du Rift.

Le café et la mise en valeur des hautes terres fertiles

8L’aspect tourmenté des paysages du Rift africain a favorisé l’isolement des populations et leur concentration sur les espaces les plus fertiles, en particulier là où les sols volcaniques (Abyssinie, hautes terres kényanes, piémonts des grands volcans) autorisaient une riche polyculture. Le caféier arabica est cultivé en altitude, entre 1 100 et 2 100 mètres, mais avec un étage de prédilection entre 1 500 et 1 900 mètres où les pluies sont abondantes. Les forts contrastes qui caractérisent tout le Rift expliquent que la caféiculture est-africaine soit discontinue dans l’espace. Elle escalade souvent les premières pentes des escarpements ou le piémont des volcans, mais les plus grandes superficies couvrent en général le relief collinaire plus massif des revers ou des bastions qui forment les marges du système du Rift. C’est le cas par exemple des hautes terres du Sud-Ouest éthiopien, région la plus arrosée du pays en situation « au vent » par rapport aux flux humides en provenance de l’Atlantique.

9En Afrique de l’Est, les caféiers se sont diffusés dans des régions de haute altitude, déjà fortement peuplées et marquées par des systèmes de production intensifs orientés presque exclusivement vers l’autosubsistance des collectivités rurales. Les conditions climatiques favorables et diversifiées ont permis le développement d’une polyculture caractérisée par la richesse des associations végétales, la complémentarité des niveaux d’altitude et l’étendue des saisons agricoles. L’exploitation agricole s’organise en général autour d’un habitat dispersé qui permet une valorisation optimale des différentes facettes écologiques des versants : on y trouve un éventail équilibré de céréales, légumineuses et tubercules, très largement associées à une bananeraie composite et riche en différents types de cultivars. Bananiers à fruits ou ensète (faux- bananier à farine) et caféiers se disputent la faveur du cultivateur et sont peut-être même au cœur d’un conflit domestique entre l’homme et la femme. Plantations permanentes et sources de revenus, ces deux cultures matérialisent l’installation d’une paysannerie montagnarde attachée à ses racines. Elles s’imposent dans le paysage chacune à leur manière : elles s’associent quelquefois (comme en pays chagga, sur ce qu’on appelle la ceinture café-banane), se côtoient par nécessité et marquent plutôt la distance quand la disponibilité en terre le permet. Chaque solution apportée aux difficultés du milieu naturel montre l’efficacité, la logique et la souplesse, appliquées aussi bien au temps qu’à l’espace, de ces systèmes intensifs qui prennent ici le caractère de véritables faits de civilisation : les Chagga du Kilimandjaro ont développé un système complexe et original d’irrigation et d’approvisionnement en eau permettant l’utilisation optimale de leur terre d’élection ; c’est également le cas dans la région de Harar, plus sèche et où s’est développé un système d’irrigation à base de petits réservoirs ; les Matengo de la région de Ruvuma, au sud de la Tanzanie, ont réduit les risques d’érosion des sols par la mise en place d’un système de rotation ; au Rwanda, d’importants aménagements fonciers permettent de conserver le capital sol ; au Kenya, en pays kikuyu, ou encore sur le mont Elgon, en Ouganda, c’est l’existence d’une véritable agroforesterie qui marque l’intensité de la mise en valeur du terroir. Ces systèmes de production préexistaient à la diffusion du caféier qui a dû en intégrer la logique vivrière, et qui en caractérise un moment particulier d’évolution.

Cerises vertes de Coffea arabica (café amaro d’Éthiopie).

10Les agriculteurs ont été amenés à ajuster leur système de production aux contraintes imposées par la croissance démographique et par la pression de l’État et du marché. Le caféier a pris sa place dans ce processus, surtout quand le divorce initial entre le café et les systèmes paysans s’est estompé. La diversité des formes d’intégration du caféier à chaque situation locale témoigne de ses qualités proprement paysannes et marque son originalité par rapport à d’autres cultures d’exportation. Au centre de l’espace vivrier, là où la densité d’occupation est la plus forte, le caféier s’est intercalé dans la mosaïque des champs vivriers, en petites parcelles qui, en moyenne, dépassent rarement quelques ares. L’extension de la plantation est fonction des disponibilités en terres de chaque exploitant et les écarts sont importants. La situation géographique du caféier dans le territoire de l’exploitation est significative de la fonction complexe qu’il peut y jouer : chez les Wanyiha du plateau de Mbozi en Tanzanie, où le café a représenté une réelle conquête sociale, les caféiculteurs les plus riches avaient construit leur maison sur le modèle des cottages anglais, entourant leurs parcelles de caféiers par des pins et des eucalyptus ; quand le système vivrier est suffisamment solide et qu’il y a peu d’alternatives à l’activité agricole, les caféières peuvent en revanche être reléguées sur les terres marginales ou impropres aux cultures vivrières, etc.

11La plantation est menée en culture pure ou en association. Ce sont soit des caféières de plein soleil (Rwanda, Burundi, Kenya, Sud-Tanzanie), soit des caféières d’ombrage (Nord-Tanzanie, Ouganda). L’âge des caféiers, en général élevé (de 30 à 50 ans), reflète l’expérience accumulée par le planteur. Assimilé sur une déjà longue durée aux systèmes vivriers, le caféier est devenu une plante traditionnelle là où il ne l’était pas, comme en Éthiopie.

Café et pouvoir

12Dans toute la région, le café a servi le pouvoir et vice-versa. Des régions anciennement peuplées ont utilisé le café pour renouveler leur position centrale, d’autre, plus périphériques ou moins peuplées, se sont retrouvées grâce au café – mais aussi à d’autres cultures de rente –, à l’origine et au cœur du développement de l’État moderne. Les vallées du Rift et leurs composantes montagneuses sont ainsi, grâce en partie au café, devenues des régions centrales, objets souvent de conflits pour l’accès aux ressources. Ainsi en Éthiopie, dès la fin du xix siècle, le pouvoir central, dans sa marche vers le sud, va peu à peu intégrer la richesse caféière (Bart in Tulet et al., 1994). La société gedeo vivait essentiellement du faux-bananier ensète, le café était en périphérie. Le rattachement à l’État éthiopien créa des conditions nouvelles : l’arrivée de migrants et la construction de routes suscitèrent une dynamique d’ouverture vers l’extérieur ; la région est devenue une composante importante de l’espace caféicole national. Comme ailleurs, le café a été un élément de l’intégration politique de la domination des paysans par les classes dirigeantes.

Étal de café avec petites trieuses.

13Pour les autres pays d’Afrique de l’Est, c’est à partir des années 1930 que se met en place à destination des producteurs africains un processus de modernisation agricole conduit par l’administration coloniale : appuyé par le développement des centres de recherche agronomique, basé sur l’intensification de la production des cultures d’exportation et sur la diffusion du progrès technique (nouvelles variétés, méthodes de cultures…), encadré par de nouvelles institutions de type coopératif (comme la Kilimandjaro Native Cooperative Union en Tanzanie, ou la Meru African Cooperative Union au Kenya) ou par des organismes parapublics comme l’Office des Cafés Indigènes du Ruanda-Urundi, ce processus touche principalement la caféiculture et contribue au développement des zones d’altitude moyenne, où l’arbre peut prospérer. De nouvelles formes de différenciation des unités de production naissent avec la diffusion inégale de la caféiculture. Mais partout, le café consolide les systèmes de production et accompagne l’accroissement démographique ; il peut également servir de support à des stratégies de promotion sociale entre la campagne et la ville ou les nouveaux centres du pouvoir. Ardemment convoité d’un côté (Kenya, Tanzanie), violemment ou silencieusement rejeté d’un autre (Rwanda, Burundi), le café finit par s’imposer au cœur des stratégies familiales mais aussi politiques. Il a permis une sorte de compromis entre l’expansion nécessaire des systèmes vivriers et l’irruption de la modernité.

Cérémonie du café, un rituel de consommation en Éthiopie.

14L’État s’est pendant longtemps approprié une part importante des revenus du café, à travers son contrôle direct ou indirect sur les structures de commercialisation et d’encadrement. Le café est une ressource essentielle : en Ouganda, pendant les années de troubles politiques, sa part dans les recettes d’exportations a dépassé les 90 % pour osciller entre 56 % et 76 % ces dernières années selon la variation des cours ; pour l’Éthiopie, on atteint un taux moyen de 60 % ; au Kenya, le café a été longtemps le premier produit agricole d’exportation avant d’être dépassé aujourd’hui par l’horticulture et le thé ; pour le Rwanda et le Burundi, le café est, avec le thé – et l’aide internationale – une des seules sources de revenus. La mainmise de l’État sur le système café, que les producteurs ont bien été contraints d’accepter, relève également de ce compromis national entre les différents acteurs de la filière, qui a longtemps assuré son succès. Pendant les périodes de forte augmentation des cours mondiaux, dans les années 1950 et 1970, l’argent du café a créé des dynamiques d’investissements publics ou privés. Si les agriculteurs ont plus ou moins accepté la ponction de l’État – qui, excepté au Kenya, pouvait être très importante, jusqu’à 75 % du cours mondial c’est parce que l’État redistribuait, même si c’était de façon inégalitaire.

15Le café a ainsi participé directement à la construction d’un territoire national intégrateur des espaces locaux et ouvert sur l’international. L’intégration des petits producteurs dans le système dominé par les élites s’est réalisée à travers un contrôle étroit sur les filières. À cause du café, les dynamiques engendrées par la colonisation – la mise en place d’États centraux et l’expansion des cultures de rente – ont trouvé le long de la vallée du Rift (au sens large) un terrain d’expression privilégié. Cependant, cette apparente unité fondée sur des ressources agro-écologiques similaires ne masque pas l’hétérogénéité, la diversité et la discontinuité des situations.

Séchage du café dans une petite exploitation de Yirgacheffe (Éthiopie).

La crise du café

La libéralisation des filières

16Le processus de libéralisation des filières café, inauguré au début des années 1990, s’est d’abord attaqué au monopole des organismes de transformation et de commercialisation du produit – Marketing Board en Ouganda, Kenya Planters Cooperative Union au Kenya pour la transformation (le Coffee Board of Kenya conservant le monopole de l’exportation), Tanzania Coffee Marketing Board – dont la gestion et l’efficacité laissaient à désirer. Les résistances face à ces réformes (encore inachevées au Kenya, au Rwanda et au Burundi) appuyées par les bailleurs de fonds témoignent des implications socio-politiques de telles mesures, qui bouleversent les rapports établis entre l’État, la bourgeoisie d’affaires, les grands planteurs et les petits fermiers. C’est l’Ouganda qui a lancé le processus en 1991 en attribuant des licences d’exportation aux unions de coopératives et aux industriels privés, laissant libre la détermination du rapport entre le prix à l’exportation et celui payé au producteur ; l’État a cependant dû rétablir des mécanismes de régulation et d’arbitrage, et à travers l’Uganda Coffee Development Authority maintient son rôle dans le développement de la production. C’est en 1992 que le Kenya s’est lancé dans le même processus, qui a fait l’objet d’une intense compétition politique, d’où son inachèvement dont les petits producteurs et le système coopératif ont fait les frais. En Tanzanie, où l’État a conservé un certain contrôle sur les prix et l’exportation à travers le Tanzania Coffee Board, tous les acteurs (État, multinationales, grands planteurs, union de coopératives) sont engagés dans de difficiles et longues négociations qui doivent redéfinir les règles du jeu et permettre la promotion du café tanzanien à l’extérieur du pays. Au Burundi, où la production et la commercialisation sont très affectées par la guerre civile, des usines privées de traitement du café ont vu le jour au centre du pays, mais sans véritable incidence sur la fragilité actuelle du système. En Éthiopie, le processus reste embryonnaire, tant l’État reste omniprésent sur une ressource essentielle.

Un avenir sombre

17La caféiculture correspond à un moment particulier de l’histoire agricole de l’Afrique de l’Est qui avait placé la montagne et les systèmes paysans au cœur du développement en s’appuyant sur leur diversité et leur richesse. Cependant, l’envers de la fertilité agronomique et démographique est la clôture territoriale produite par la saturation des terroirs ; elle porte en elle et à terme le principe d’une sortie du système. Les parcelles de caféiers sont aujourd’hui encerclées par les cultures vivrières et les possibilités d’extension sont quasi nulles. Au fil des partages, les plantations se divisent, entrant par là dans cette logique d’implosion qui menace l’espace vivrier. L’intensification elle-même a peu marqué les techniques agricoles du café : les rendements restent bas en secteur paysan. Que ce soit au cœur des systèmes vivriers, où l’espace est saturé et l’équilibre entre les différents types de cultures plus ou moins atteint, ou sur les terres marginales, où la baisse des cours et des rendements limite la rentabilité d’une pratique extensive, tout gain de production devrait procéder d’une intensification et d’une rénovation des plantations. Mais pour cela, il faut des possibilités d’investissement et un accès au crédit que n’ont pas les petits paysans. Dans les régions proches des centres urbains, bien desservies et bien reliées aux grandes voies de communication nationales, le café cède le pas devant le regain de la production vivrière commerciale : là où il y a de l’eau, le long des routes et des pistes le maraîchage fleurit. Cependant, pour la grande majorité des paysans, le café s’inscrit dans un simple processus de stabilisation économique de leurs exploitations, orientées vers la satisfaction des besoins du groupe familial, qui ne peut plus compter seulement sur l’autofourniture alimentaire. Il suffit cependant qu’une autre source de revenus, plus constante ou plus rémunératrice, se développe pour que la caféiculture régresse : ici, dans la zone altitudinale de transition entre le caféier et le théier (1 700-1 900 m), c’est ce dernier qui gagne du terrain ; là, ce sont des revenus féminins tirés de la poterie, et liés à la présence très localisée d’une certaine argile, qui viennent non seulement compenser la baisse des cours du café mais donner ou redonner à la femme un rôle central dans l’unité familiale ; là encore, c’est la banane traditionnelle ou le haricot vert d’exportation bénéficiant de stratégies nouvelles et offensives, qui se posent en grands rivaux du caféier…

Vers d’autres spéculations ?

18Dans l’Afrique de l’Est et l’Éthiopie moderne, l’aspiration à la continuité et à l’unité a encouragé les États à conduire des politiques d’intégration, soit à travers des actions de conquêtes, soit par le biais de plans de développement ou d’accords régionaux.

19Dans une certaine mesure, le développement de la caféiculture a parfaitement servi cet objectif : en se pérennisant et en s’étendant, elle a permis aux petits producteurs d’occuper les espaces et d’intégrer les modes de fonctionnement et les codes du développement. En valorisant les richesses agro-écologiques des hautes terres qui bordent le Rift africain, la culture du café a finalement utilisé cet ensemble structural comme un axe majeur le long duquel s’est réalisé son développement spatial et temporel.

20Cependant, nous sommes placés aujourd’hui dans un autre moment de l’histoire de l’articulation des sociétés et des espaces africains au marché mondial, et de leur propre structuration interne. D’autres ressources sont nécessaires, et elles ne seront plus simplement naturelles et liées à un certain type d’environnement.

21Certes, la montagne continue à produire et reste globalement source d’abondance ; certaines cultures résistent bien, comme le théier ou le maïs, d’autres se développent sur des axes privilégiés, comme le bananier ou les légumes. De par leur héritage démographique, les territoires montagnards offrent toujours un intérêt politique dans le cadre de la compétition électorale.

22Mais les hautes terres pâtissent de leurs rigidités historiques, dans le partage des terres par exemple, et leur place au niveau du marché national et international est devenue plus marginale. La déliquescence des niveaux d’encadrement traditionnel, les multiples conflits qui affectent le processus de libéralisation, l’incapacité des politiques à articuler efficacement l’économie morale des sociétés locales à un nouveau projet de société dans le cadre territorial de l’État moderne, le désintérêt des opérateurs privés vis-à-vis de l’espace local, tout cela interdit pour le moment la recomposition socio-politique et économique des territoires montagnards où prospère le café. L’Afrique de l’Est a encore besoin de lui, mais elle ne le conservera qu’au prix d’une vraie révolution dans les modes d’organisation de la filière et dans l’expression de la solidarité entre tous les acteurs : la dépression du Rift, comme axe géographique majeur, peut-elle servir ce lien entre les territoires et les paysanneries qui les habitent ?

Bibliographie

Références

Bart Fr., Charlery de la Masselière B., Calas B., 1998 – Caféicultures d’Afrique orientale. Territoires, enjeux et politiques. Paris, Karthala/IFRA, 310 p.

Charlery de la Masselière B., 2001 – Petits planteurs et construction territoriale en Afrique noire. Quels enjeux pour les cultures pérennes ? Revue OCL, vol. 8, n° 6, novembre/décembre : 1-6.

Charlery de la Masselière B., 2002 – « Montagnes d’Afrique de l’Est, hautes terres agricoles ». In Bordessoule E. : Question de Géographie. Les montagnes, Paris, Éditions du Temps : 298-320.

Charlery de la Masselière B., 2003 a – « La difficile libéralisation des filières agricoles au Kenya : ses conséquences sur les petits producteurs des hautes terres ». In : Crises et mutations des agricultures de montagne, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, Ceramac, 20 : 121-134.

Charlery de la Masselière B., 2003 b – « Entre hauts et bas : les estates du Kilimandjaro à la recherche du temps perdu ». In Bart F., Mbonile M.-J., Devenne F., dir. : Kilimandjaro, Montagne, mémoire, modernité, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. Espaces tropicaux n° 17 : 299-324.

François A., 1998 – Café, terre et sociétés aux sources du Nil. Thèse de doctorat de géographie, université de Paris X-Nanterre, 394 p.

Hatungimana A., 2005 – Le café au Burundi au xxe siècle. Paysans, argent, pouvoir. Paris, Karthala, 512 p.

Maes Fr., 1996 – « Production agricole des hauts plateaux ». In : Aethiopia, Peuples d’Ethiopie, Gordon & Breach Arts International : 36-52.

Tulet J.-Ch., Charlery B., Bart Fr., Pilleboue J., 1994 – Paysanneries du café des hautes terres tropicales. Paris, Karthala, 368 p.

Uwizeyimana L., 1996 – Crise du café, faillite de l’État et implosion sociale au Rwanda. Géodoc n° 42, université de Toulouse-Le Mirail, 134 p.

Uwizeyimana L., 2001 – « La caféiculture au Rwanda : stratégies paysannes et logiques étatiques ». In Bart F., Morin S., Salomon N. : Les montagnes tropicales. Identités, mutations, développement, Talence, Dymset/CRET, coll. Espaces tropicaux, 16 : 579-594.

Notes

1 Sauf celui de l’Imbo au Burundi, au cœur de la Rift Valley, mais il n’a pas résisté à la guerre civile.

Table des illustrations

Légende photo > Maison du café – Buna bet (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1766/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Légende Cerises vertes de Coffea arabica (café amaro d’Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1766/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Étal de café avec petites trieuses.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1766/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Cérémonie du café, un rituel de consommation en Éthiopie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1766/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Légende Séchage du café dans une petite exploitation de Yirgacheffe (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1766/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M

Auteur

Géographe, université de Toulouse-le-Mirail

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540