Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 3. L’homme et la nature dans le Rift

Chapitre 18. L’archipel des jardins du Rift

Diversité et continuité

Hubert Cochet

Texte intégral

photo > Jardin en lanière, qui s’étend du haut jusqu’au bas des collines, en pays basketo (sud de l’Éthiopie).

1L'architecture montagneuse engendrée par le Rift est-africain, en créant de vas tes massifs à la fois mieux arrosés que les dépressions environnantes et protégés des hautes températures favorables aux grandes pandémies tropicales, a favorisé la constitution historique de foyers de fortes concentrations humaines. Du bastion éthiopien aux montagnes du Malawi en passant par les milles collines du Rwanda et du Burundi, cette « dorsale » de fortes densités démographiques n’est interrompue que par l’échancrure aride de la dépression du lac Turkana entre Éthiopie et Afrique des Grands Lacs, d’une part, et par le corridor tanzano-zambien au sud, lui aussi nettement moins peuplé, d’autre part (fig. 1). Ce peuplement très dense n’est que peu imputable aux villes, à l’exception peut-être de Nairobi. Il s’agit bien davantage de densités rurales et agricoles, car plus des trois quarts de la population active de ces régions sont constitués d’agriculteurs.

2Trois grands ensembles se dessinent alors du nord au sud : d’abord les campagnes des hauts plateaux abyssins et des massifs plus morcelés du sud de l’Éthiopie, puis un vaste ensemble allant des rebords du Rift occidental – Rwanda, Burundi, Kivu – jusqu’aux versants du mont Elgon en passant par tout le pourtour du lac Victoria, et enfin, beaucoup plus au sud, les plateaux et montagnes du Malawi sur les rebords du Rift dont le fond est, ici encore, occupé par un lac. Malgré l’extrême diversité des paysages et des agricultures de cet immense chapelet agricole, une impression commune se dégage : celle de campagnes largement humanisées, soigneusement cultivées, parfois véritablement jardinées.

Figure 1. Densités rurales dans l’Afrique du Rift (1990).

La montagne cultivée

3Comme l’écrivait déjà le géographe Pierre Gourou dans les années 1950, les conditions climatiques sont depuis longtemps invoquées pour expliquer à propos du Ruanda-Urundi les densités humaines exceptionnelles, et fort anciennes, de ces massifs montagneux. Et il est vrai qu’au regard des dépressions environnantes, les montagnes sont attirantes à plus d’un titre. Les précipitations augmentent presque toujours avec l’altitude, de sorte qu’à l’exception des hauts plateaux du nord de l’Éthiopie et de l’Érythrée, la plupart de ces régions bénéficient d’un climat relativement favorable à l’agriculture : souvent plus de 1 000 millimètres de pluies par an, parfois nettement plus, et surtout une répartition saisonnière des précipitations qui limite la longueur de la saison sèche à 4 ou 6 mois et autorise parfois la réalisation de deux cycles agricoles chaque année.

4Le relief, la pente et les dénivelés constituent aussi un ensemble de facteurs plutôt favorables au développement d’une agriculture diversifiée. Redoutable obstacle à la mécanisation de l’agriculture dans les pays du Nord et responsable de ce fait de l’abandon de régions entières à la friche, la pente ne constitue pas forcément un obstacle à l’épanouissement de systèmes agricoles reposant surtout sur des outils manuels. Quant aux risques d’érosion et de ruissellement, ils n’ont pas toujours la gravité qu’on leur prête, les agriculteurs tentant par de multiples procédés d’en atténuer la force. Et il est même des versants aux sols « rajeunis » par une certaine érosion et parfois plus fertiles que ceux développés en zone plane. Le dénivelé, quant à lui, est source de diversité, synonyme d’accès à des ressources variées et à des conditions de sol et de climat favorables à la dispersion des risques encourus. L’étagement de nombreux systèmes agricoles et leur aptitude à tirer partie de cette diversité n’est plus à démontrer (voir dans ce volume les contributions d’Elisabeth Chouvin et d’Elise Demeulenaere).

5L’altitude, enfin, en limitant l’élévation des températures, met bêtes et gens à l’abri de certaines endémies, comme nous l’avons déjà signalé, et facilite aussi la conservation des récoltes, ouvre la voie à la mise en culture de certaines plantes qui ne supporteraient pas la « pression parasitaire » des hautes températures (pomme de terre, haricots par exemple). Les terres d’altitude sont aussi plus favorables à l’installation des pâturages et à leur conservation relative même lorsque la saison sèche est déjà avancée. Enfin, parce que la minéralisation de la matière organique est ralentie par la fraîcheur des températures, cette ressource essentielle se conserve elle aussi plus longtemps dans les sols cultivés, ce qui améliore leur structure et leur capacité de rétention de l’eau ; elle peut, plus facilement qu’en climat tropical chaud, être stockée et transformée (fumier, compost) en vue d’un usage différé et localisé.

6Ces précieuses qualités disparaissent quelque peu dans les très hautes altitudes. Il y règne en général des conditions contraignantes : restriction des possibilités culturales, risques sanitaires dus au froid humide, trop faible minéralisation de la matière organique… Les hauts plateaux du nord de l’Éthiopie (l’étage däga des géographes éthiopiens) ne sont donc pas vraiment concernés par l’analyse proposée dans ce chapitre. Quand il sera fait référence à ce pays, il s’agira surtout des massifs montagneux de la moitié sud.

7La descente vers les terres chaudes est toujours synonyme de risques sanitaires que de nombreux paysans des hautes terres hésitent encore à prendre, même quand la « surcharge » démographique de leurs terroirs d’origine les y encourage. Elle s’accompagne le plus souvent d’une restriction importante de l’éventail des possibles en matière d’espèces et de variétés cultivées, et d’une distanciation importante des relations étroites établies plus haut entre culture et élevage. C’est pourquoi ces immenses espaces des basses terres, aux formes et paysages moins variés et si peu peuplés au regard des hautes terres, semblent séparer les uns des autres les grands foyers de concentration paysanne d’altitude. Chacun de ces pôles fortement humanisés apparaît alors comme une montagne isolée au-dessus de la plaine, où se concentrent champs cultivés et jardins. Ces reliefs qui, le long du Rift oriental, sont souvent de grands volcans isolés constituent ainsi de véritables archipels verts.

Au cœur de l’unité de production, le jardin-verger

8Les pouvoirs publics ont trop souvent considéré que l’habitat dispersé constituait en soi un obstacle insurmontable au développement et devait de ce fait être tout simplement remplacé par la constitution planifiée et autoritaire de villages en bonne et due forme. Des politiques de « villagisation » forcée ont été entreprises en Éthiopie (entre 1979 et 1990, pendant la période Menguistu), au Burundi (sous la IIe République entre 1976 et 1987), en Tanzanie à partir de 1973, etc. Pourtant, les paysanneries du Rift semblent profondément attachées à l’habitat dispersé, au point que lorsque la pression politique en faveur du regroupement se relâche, la plupart des villages se vident – seul un embryon de petit centre administratif demeure parfois – et les familles s’empressent de reconstruire sur leur ancienne parcelle… Comme les promesses en matière d’adduction d’eau, d’électrification, de scolarisation et de dispensaire médical furent rarement tenues, pourquoi rester dans ces villages sans âme et sans histoire alors que, du point de vue des activités agricoles, la dispersion est, de loin, moins contraignante et plus efficace ?

9Autour de la maison, le plus souvent située en hauteur au voisinage des sommets de collines ou le long des crêtes, s’organise en effet le jardin, quelques dizaines d’ares au cœur de l’unité de production, véritable concentré de diversité et auquel les soins les plus attentifs sont apportés. C’est ici, dans le fouillis apparent des mélanges d’espèces de toutes tailles et de toutes formes, que sont souvent rassemblées espèces vivrières et cultures de rentes, épices et plantes médicinales, arbres fruitiers ou pourvoyeurs de matériaux divers.

Jardin circulaire autour de la maison dans la région de la coffee forest (Bonga, près de Jimma).

10Dans l’Éthiopie du Sud, par exemple dans les montagnes du Wellega, du Wollayta ou de la région de Jimma, au sud-ouest, l’habitat s’entoure souvent d’un espace clos (haies vives ou morte) abritant les espèces potagères (choux, haricot, etc.), une ou deux parcelles de céréales – généralement maïs ou sorgho –, des racines et tubercules (pomme de terre, patate douce, taro) ainsi qu’une ou plusieurs touffes de bananiers ou d’ensète (ce « faux » bananier, Ensete ventricosum, dont on extrait du bulbe et des gaines foliaires une pulpe et un jus très nutritifs), quelques plants de café (destiné aussi, et c’est chose rare dans les pays producteurs de café, à l’autoconsommation), parfois de tabac ou de khat ou tchat, Catha edulis, plante stimulante dont on mastique la feuille, et presque toujours, en bordure, des eucalyptus.

11Au Burundi et au Rwanda, l’enclos, le rugo (lorsqu’il est encore présent), n’abrite que la maison, la cour et l’arrière-cour, et c’est au-delà de la palissade qui le compose que s’étend la bananeraie, véritable pilier de l’exploitation agricole. Il s’agit ici de bananiers « à bière », c’est-à-dire de variétés dont le fruit est presque exclusivement consommé sous forme de jus de banane fermenté. Outre ce rôle nutritif et social (la boisson est toujours partagée), la bananeraie est surtout un réservoir inégalé de fertilité et abrite de multiples cultures associées, au premier rang desquelles se trouve le taro qui y prospère à l’ombre, et aussi, les haricots grimpants, le piment, les courges, ainsi que nombre d’arbres fruitiers (avocatiers, goyavier, agrumes), des Ficus, des eucalyptus et des Grevillea…

12Tout le pourtour du lac Victoria constitue aussi un vaste ensemble de paysages fortement marqués par la bananeraie, en particulier sa façade ougandaise à l’emplacement de l’ancien royaume du Buganda. Dans ce cas, il s’agit surtout de bananes-légume à cuire, consommées cette fois sous forme de pâte ou de bouillie, et dans une moindre mesure de bananes-fruit.

13Parce que ces jardins-vergers, si riches d’espèces de toutes natures, entourent la maison et constituent de véritables lieux de vie, ils bénéficient de soins quotidiens et l’on y concentre à leur profit une grande partie ou la totalité de la fertilité disponible. Outre les déchets domestiques et les cendres du foyer qui y sont rejetés, c’est là que l’on répand la fumure animale qu’un élevage souvent associé permet de récupérer. C’est toujours le cas dans les petites exploitations agricoles des hautes terres du Burundi et du Rwanda, quand un petit troupeau est encore présent sur l’exploitation. Il en est de même des plantations d’ensète si présentes dans une large frange de l’Éthiopie du Sud : il n’est guère de fumure plus méthodiquement appliquée que celle dont bénéficie chaque plant depuis la pépinière jusqu’à sa maturité en passant par tous les stades de sa croissance et les étapes successives de sa transplantation. Si le bétail passe la nuit dans une petite étable à proximité de la maison ou même à l’intérieur de cette dernière – comme c’est souvent le cas en Éthiopie –, un véritable fumier peut être produit et répandu sur les parcelles. Quand les animaux passent la nuit attachés au piquet ou enfermés dans un enclos, on récupère quotidiennement les déjections produites, ou l’on déplace l’enclos régulièrement pour assurer ainsi une fumure « tournante ».

Successions culturales et associations

14Au-delà des jardins, par-delà les haies vives, en s’éloignant des bananeraies, commence le domaine des parcelles semées de plantes annuelles, céréales et légumineuses principalement, parfois aussi racines et tubercules. Malgré la proximité du jardin – la frontière entre les deux espaces n’est d’ailleurs pas toujours très nette –, on entre ici dans un autre monde, celui des successions culturales pluriannuelles, parfois encore entrecoupées de période de jachère, lorsque la surface de l’exploitation l’autorise encore.

Autour du tef

15Dans le massif éthiopien, les conditions climatiques, pluies et températures, et la qualité des sols, la surface disponible pour ce type de champs (rarement plus de quelques hectares, parfois beaucoup moins), la disponibilité en semences et la possession ou non d’un attelage complet (un araire et une paire de bovins) conditionnent alors les rotations mises en place. Elles sont souvent à base de tef (ou teff, Eragrostis tef), petite céréale emblématique des montagnes éthiopiennes, de blé et d’orge dans les régions les plus élevées. Elles associent le tef, le sorgho et le maïs dans les étages intermédiaires. Le nug (Guizotia abyssinica), oléagineuse originaire d’Éthiopie ou les légumineuses (fèves, pois) viennent parfois s’intercaler entre deux céréales, de même que la patate douce ou la pomme de terre (en altitude). Ces champs, ouverts en général, occupent la plus grande partie de l’unité de production et s’étendent sur les versants en contrebas des jardins.

16Les agriculteurs les mieux lotis peuvent encore y pratiquer des rotations culturales assez diversifiées (incluant légumineuses et oléagineuses) et laisser, après quelques années de culture, la végétation herbacée reprendre ses droits pendant de longues périodes de jachère. Au bas de l’échelle sociale, au contraire, ou dans les régions les plus densément peuplées, laisser une parcelle sans culture n’est plus envisageable ; les rotations s’accélèrent tout en se simplifiant, la jachère disparaît. Contrairement aux jardins qui sont les grands favoris de la fumure animale, les champs ouverts en sont rarement pourvus et leur fertilité est de plus en plus tributaire de l’usage des engrais chimiques, donc des possibilités financières des agriculteurs… Il est bien rare que les rendements y dépassent les 10 quintaux de grains par hectare et par an, quand ils ne plafonnent pas à la moitié de ce chiffre.

Autour des tubercules

17Au-delà de la bananeraie associée qui caractérise les exploitations burundaises ou rwandaises, on tombe aussi dans le domaine des cultures annuelles, céréales, légumineuses et tubercules, elles aussi privées de fumure animale. Ici, l’araire est inconnue et un minutieux jardinage manuel s’impose encore. La culture associée est systématique, et le mélange des espèces cultivées sur la même parcelle remplace, en quelque sorte, leur succession pluriannuelle. Comme la longueur de la saison des pluies permet le plus souvent de réaliser deux cycles par an, la culture associée se double ici d’une succession très rapide de cycles de culture sur la même parcelle. Il n’est pas rare, par exemple, de voir installés ensemble maïs et haricot (tous deux semés au début de la saison des pluies, en octobre), patate douce et manioc (bouturés quelques semaines plus tard entre les plantules de maïs et de haricot), ainsi qu’une nouvelle association mise en place quelques mois plus tard (après une première phase de récolte) et comprenant cette fois du sorgho, des haricots (un deuxième cycle) ainsi que le manioc et les patates douces déjà en place. Ici, plus question de jachère ; seule la pauvreté extrême (le manque de semences) ou la maladie peuvent expliquer la présence ici ou là de parcelles sans culture…

Céréaliculture d’altitude : champs de tef et d’orge sur les hauts plateaux centraux d’Éthiopie.

18Sur les hauts plateaux du Malawi méridional, à l’extrême sud du Rift, la culture associée est aussi de règle. Au-delà du petit verger qui entoure souvent la maison s’étendent en effet les associations culturales reposant sur le maïs (mélangé aux pois cajan, au sorgho, aux courges et à la patate douce) et celles où le tabac – la culture de rente – côtoie le manioc, les pois cajan, le maïs et les courges dans de savants mélanges.

Requiem pour les pâturages ; de nouveau, des arbres…

19Que reste-t-il des pâturages qui dans beaucoup de ces régions occupaient encore de vastes espaces il n’y a pas si longtemps ? L’inexorable accroissement des besoins en terres de culture a entraîné partout leur réduction. Leur rôle est pourtant encore essentiel dans beaucoup de ces systèmes agraires, car ils sont le support des troupeaux, essentiellement bovins, que les agriculteurs ont toujours souhaité développer – lorsque cela était envisageable – ou simplement conserver le plus longtemps possible. Contrairement à bien des régions d’Afrique de l’Ouest ou aux régions basses et moins peuplées qui viennent interrompre le corridor montagneux des rifts, l’élevage est ici très fortement lié aux activités de culture, bien davantage en tout cas que l’image qui en est donnée trop souvent.

Les plantations d’ensète ont besoin d’un constant transfert de fertilité : jardin-verger gamo autour des maisons dans la région de Sawla (Éthiopie méridionale).

20L’association agriculture-élevage fut pendant très longtemps le pilier du système agraire ancien du Burundi et du Rwanda, tous groupes ethniques confondus (Cochet, 2001), car seule la stabulation nocturne des animaux dans l’enclos et la récupération minutieuse de la fumure a permis la mise en place d’une culture continue de céréales et de légumineuses : elle comprenait deux cycles de récolte par an, un premier de haricot et de maïs au terme de la première moitié de la saison des pluies, un cycle de sorgho dans la deuxième moitié. Puis, alors que les surfaces cultivées gagnaient du terrain sur les pâturages et que les grands troupeaux se faisaient de plus en plus rares, on réserva la fumure animale encore disponible aux parcelles les plus proches de la maison pour y étendre les jardins à bananier, actuellement si présents dans le paysage. Aujourd’hui encore, et malgré la réduction considérable des pâturages, conserver un petit troupeau (parfois seulement quelques chèvres ou moutons conduits au piquet dans les interstices non cultivés du terroir) permet de planter de nouveau bananiers (et d’étendre ainsi le jardin-verger) et ouvre la voie à un net accroissement des rendements sur les quelques parcelles de cultures annuelles qui pourront encore bénéficier d’un peu de fumure animale.

21Dans l’Éthiopie du Sud, la plantation d’ensète ne survivrait pas longtemps à une interruption durable des transferts de fertilité qui s’opèrent à son profit. Et il n’y a guère de plantation d’ensète qui ne soit de ce fait étroitement tributaire d’un élevage associé pourvoyeur de fumure animale et vecteur de transferts de fertilité en provenance des autres parcelles de l’exploitation ou de pâturages communs.

22Si les pâturages, et a fortiori les résidus de formations buissonnantes ou arborées qui occupaient jadis les fonds de talweg ou les pentes les plus escarpées se sont réduits presque partout comme peau de chagrin, les arbres sont pourtant présents. Mais il s’agit là d’espèces plantées : arbres fruitiers de toute nature dans les jardins-vergers, eucalyptus en bordure de parcelle, le long des chemins, ou plantés en petits bosquets dans d’anciens pâturages, Grevillea, Casuarina ou genévriers et cyprès.

23Enfin, les plantations de café contribuent en maints endroits à accroître cette impression boisée, que les caféiers soient disposés en petites parcelles à proximité des hameaux et des jardins, qu’ils soient mélangés aux bananiers comme sur les versants du Kilimandjaro, au point de former une véritable coffee/banana belt ou qu’ils soient, comme on l’observe si fréquemment dans l’Éthiopie du Sud, plantés en bas de versants et dans les talwegs, à l’ombre des grands arbres qui furent astucieusement épargnés lors de la plantation (du genre Albizia) ou plantés pour étendre l’ombrage. À l’ouest de Jimma, de véritables agroforêts à caféiers (coffee forest) occupent même encore la majorité des versants, et confèrent au paysage une allure bien éloignée de l’image parfois suggérée par de fortes densités humaines…

Toujours davantage de travail par unité de surface : le moteur de l’intensification ?

24Les bastions les plus densément habités de l’Afrique du Rift sont donc caractérisés, à l’exception des hauts plateaux du nord de l’Éthiopie, par une sorte de polyculture jardinée où la « brousse », pour reprendre une expression ouest-africaine, aurait depuis longtemps disparu. Jardins-vergers au voisinage de l’habitat, parcellaire de champs jointifs au-delà et jusque dans les bas-fonds, plantations pérennes et arbres aux multiples usages ont peu à peu gagné l’ensemble du finage et fait disparaître du paysage résidus forestiers et savanes, friches, jachères et parfois pâturages. Le feu ne joue plus le rôle qu’il conserve ailleurs dans les techniques de défrichement et de préparation du sol, son usage se limitant le plus souvent au brûlis des petits tas de mauvaises herbes arrachées ou au reverdissement des derniers pâturages en fin de saison sèche. Les pratiques culturales sont ici intensives, non qu’elles fassent appel aux intrants dits « modernes » (semences améliorées, engrais chimiques, produits phytosanitaires) et moins encore à la mécanisation, mais parce qu’elles incorporent au processus de production une très grande quantité de travail par unité de surface.

25L’extension dans l’espace des jardins-vergers à étages des bananeraies ou des plantations d’ensète, des associations de cultures de plus en plus complexes et des plantations caféières signifie toujours davantage de travail réalisé par unité de surface ou, ce qui revient au même, concentration de la force de travail familiale sur des surfaces rendues de plus en plus modestes par la pression démographique. La multiplication et la complexification des associations culturales relèvent aussi d’une même dynamique d’intensification. Contrairement à l’image parfois chaotique que suggère leur enchevêtrement, s’y dissimule une logique plus agronomique qu’il n’y paraît. Un tel mélange désarçonne l’agronome, prompt à condamner « l’archaïsme » des pratiques « traditionnelles », alors que cet agencement est le fruit d’ajustements successifs qui ont permis, en regroupant sur le même espace des cultures autrefois réalisées sur des parcelles différentes, d’optimiser l’utilisation du facteur qui devenait de plus en plus rare, la terre.

26Il n’est pas douteux que la pression démographique rende le changement technique et l’intensification nécessaires. En réaction aux courants néomalthusiens et à la suite d’Ester Boserup (1970), la croissance démographique est désormais perçue par certains analystes comme le véritable moteur du changement technique. Pour autant, elle ne saurait suffire et ne permet pas d’expliquer, à elle seule, l’ampleur des transformations opérées dans les systèmes de culture. Car ces changements ont été bien souvent considérables, contrairement à l’image immuable et statique que renvoie trop souvent une observation hâtive des campagnes.

27Pour s’en convaincre, il suffit de mesurer l’importance des emprunts réalisés à d’autres continents, en matière d’espèces et de variétés cultivées, par les agriculteurs de cette région du monde. Dans le paysage des collines du Burundi et du Rwanda, par exemple, pratiquement toutes les plantes cultivées sont nouvelles, et étaient inconnues dans l’ancienne agriculture : maïs, haricot, manioc et patate douce venus d’Amérique il n’y a pas si longtemps, bananiers et taro en provenance d’Asie, et, bien sûr, café, thé, ainsi que les arbres australiens (eucalyptus, Grevillea) ou ceux introduits par les missionnaires (avocatiers, goyaviers, agrumes…). L’histoire approfondie de la généralisation du maïs à toutes les agricultures paysannes du Rift reste à écrire, celle de la progression de la patate douce et du manioc est encore vivante en Éthiopie du Sud quand les paysans du Wollayta et du Wellega expérimentent aujourd’hui ces cultures et en découvrent les vertus nutritives… Les paysans ont su s’emparer d’espèces et de variétés végétales et animales originaires de tous les continents pour en faire leur outil de travail et ont réussi à en combiner l’utilisation dans des systèmes de culture de plus en plus complexes. Si les outils ont souvent peu évolué, leur maniement s’est perfectionné et a été adapté à la diversification des tâches à accomplir.

28Malgré l’amenuisement considérable des exploitations agricoles – des millions de paysans est-africains ne peuvent avoir accès à plus d’un hectare de terre –, cette intensification a permis dans certains cas (au Burundi par exemple) le maintien d’une relative sécurité vivrière tout en autorisant l’accroissement de la production de café. On atteint parfois des charges démographiques considérables (200 à 500 hab./km2, parfois davantage) sans que ces régions exceptionnellement denses ne soient forcément les plus mal loties. C’est là que les processus d’intensification évoqués plus haut ont été poussés le plus loin, comme sur certaines collines burundaises entièrement couvertes de bananeraies associées et de caféières, ou dans le pays gouragué (au sud d’Addis-Abeba) lorsque les plantations d’ensète ont conquis la moitié des versants… Ailleurs au contraire, l’évolution actuelle n’est pas toujours aussi favorable. L’amenuisement excessif de l’unité de production, la baisse de fertilité des sols engendrée par la diminution de l’élevage et du couvert arboré ou encore le déplacement intempestif de l’habitat imposé par les pouvoirs publics dans le cadre de la « villagisation » fragilisent au plus haut point cette agriculture paysanne.

29Alors que les moyens de production d’origine industrielle deviennent de plus en plus inaccessibles aux agriculteurs à cause de la restriction drastique des subventions publiques et de la diminution tendancielle des prix agricoles, toutes deux imposées par les politiques de libéralisation, l’avenir des jardiniers du Rift semble suspendu à l’approfondissement par tous les moyens des processus d’intensification qui reposent surtout sur la force de travail de la famille. Encore faudrait-il que ces dynamiques ne soient pas entravées par les pouvoirs publics, trop souvent soucieux de décider du bon et du mauvais à la place des producteurs eux-mêmes, et que les politiques agricoles décidées en haut lieu accompagnent et favorisent ces processus d’intensification, plutôt que de tenter de remodeler paysages et pratiques culturales selon des modèles élaborés à l’autre bout du monde.

Bibliographie

Références

Boserup E., 1970 [1965] – Évolution agraire et pression démographique. Paris, Flammarion.

Cochet H., 2001 – Crise et révolution agricole au Burundi. Paris, Karthala.

Table des illustrations

Légende photo > Jardin en lanière, qui s’étend du haut jusqu’au bas des collines, en pays basketo (sud de l’Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 1. Densités rurales dans l’Afrique du Rift (1990).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1764/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 746k
Légende Jardin circulaire autour de la maison dans la région de la coffee forest (Bonga, près de Jimma).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1764/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Céréaliculture d’altitude : champs de tef et d’orge sur les hauts plateaux centraux d’Éthiopie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1764/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Les plantations d’ensète ont besoin d’un constant transfert de fertilité : jardin-verger gamo autour des maisons dans la région de Sawla (Éthiopie méridionale).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1764/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540