Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 3. L’homme et la nature dans le Rift

Chapitre 17. Le rôle du Rift dans l’origine des plantes cultivées

Un creuset méconnu

Michel Chauvet

Texte intégral

photo > Fruit de la kororima, maniguette endémique d’Éthiopie, Aframomum corrorima.

1C'est en Afrique orientale que le Russe N. I. Vavilov, célèbre botaniste-généticien du début du xxe siècle, situa l’un des huit centres mondiaux de diversité et de domestication des plantes cultivées.

2Trop souvent ignorée, la contribution est-africaine à la panoplie actuelle des plantes cultivées est pourtant essentielle. Elle est à la fois le résultat de la convergence d’influences extérieures, venues notamment de l’Inde, de conditions environnementales particulières et de l’existence de populations très diverses, qui ont su domestiquer et sélectionner les plantes, créant des multitudes de variétés nouvelles adaptées à leurs propres besoins.

3Plusieurs raisons peuvent être invoquées pour expliquer cette injuste méconnaissance. Les données archéologiques sont certes peu nombreuses et les sources historiques écrites sont relativement récentes. Mais l’histoire reste surtout biaisée par l’accent quelque peu excessif mis sur le rôle du Croissant fertile d’où sont issus les plantes, les animaux, les techniques et les traits culturels qui ont façonné l’Europe vers l’ouest, mais aussi l’Égypte et l’Éthiopie vers le sud, ainsi que le bassin de l’Indus et la civilisation harappéenne vers l’est.

4En comparaison, très peu d’historiens se sont penchés sur l’Afrique de l’Est et sur ses relations avec le Proche-Orient et l’Inde. Pourtant, celles-ci semblent bien plus anciennes qu’on ne le croit généralement. Les plantes dont nous allons présenter une histoire sommaire sont là pour le prouver.

L’expansion du complexe proche-oriental en Éthiopie

5Grâce à leurs climats tempérés, les montagnes de l’Afrique orientale, et tout particulièrement les hauts plateaux éthiopiens, ont pu recevoir très tôt, dès 3000-4000 avant J.-C., tout un cortège des plantes cultivées fondatrices de l’agriculture du Croissant fertile. On y trouve des céréales telles l’orge (Hordeum vulgare) et l’amidonnier (Triticum turgidum subsp. dicoccum), des légumineuses comme la fève (Vicia faba), le pois (Pisum sativum), le pois-chiche (Cicer arietinum) et la lentille (Lens culinaris), enfin diverses autres espèces utiles : le lin (Linum usitatissimum), le fenugrec (Trigonella foenum-graecum) et la coriandre (Coriandrum sativum).

6Au fil des siècles et des millénaires, sont venus s’y ajouter le blé dur (Triticum turgidum subsp. durum), la gesse (Lathyrus sativus), la moutarde noire (Brassica nigra) et le chou (Brassica oleracea). Ces deux derniers se sont probablement hybridés en Éthiopie pour donner la moutarde d’Abyssinie (Brassica carinata), qui est restée endémique à l’Éthiopie où elle est surtout cultivée pour ses graines oléagineuses.

7L’Afrique orientale a pu recevoir ces plantes au travers de l’Égypte ou du Yémen. Du fait des climats très contrastés de la région et de sa diversité ethnique, une diversité génétique considérable s’est développée au cours des millénaires. Nikolaï Vavilov en a été tellement impressionné lors de ses prospections dans les années 1920 qu’il n’a pas hésité à faire de l’Éthiopie un centre d’origine du blé dur : on sait maintenant qu’il n’en est rien.

Des plantes endémiques

8Dans le même temps, la diversité des sociétés agraires et des flores spontanées, liée à celle des climats et des sols, explique qu’un nombre assez important de plantes cultivées ait vu le jour dans cette partie de l’Afrique. Le caractère « d’île bio-géographique » des massifs montagneux a fait que la plupart sont restées endémiques de cette région jusqu’à l’époque moderne. C’est le cas d’une céréale à très petit grain, le tef (Eragrostis tef), dont le rôle alimentaire est fondamental dans toute l’Éthiopie. On peut citer aussi deux oléagineux, le nug (Guizotia abyssinica) et le crambe (Crambe abyssinica). De nombreux tubercules originaux sont cultivés dans de toutes petites régions et y conservent encore une importance alimentaire ou culturelle forte : en Éthiopie, l’Amorphophallus abyssinicus des Konso ou le Plectranthus edulis des pays gamo et oromo sont les plus connus.

Le tef, Eragrostis tef, est une céréale domestiquée en Éthiopie, essentielle sur les hauts plateaux du pays.

9Une grande plante à allure de bananier, dont la tige renflée est source de féculent, mérite une mention toute particulière : l’ensète (Ensete ventricosum) est si abondant dans les paysages des versants sud-ouest des montagnes de la Corne de l’Afrique et sa place dans les pratiques agricoles et les usages locaux est si grande que cette région est souvent appelée « la ceinture de l’ensète ».

10Enfin, il faut signaler que de nombreux condiments, aromates et plantes stimulantes sont originaires de cette partie du monde : citons la maniguette d’Éthiopie (Aframomun corrorima), le café (Coffea arabica), le khat (Catha edulis) ou encore le curieux gesho (Rhamnus prinoides), dont l’écorce et les feuilles sont très utilisées en Éthiopie pour stimuler la fermentation et aromatiser les boissons alcoolisées, bières et hydromels.

L’ensète, Ensete ventricosum, est une Musacée originaire d’Éthiopie qui produit fibres et farine. Il est très abondant dans les jardins gouragué d’Éthiopie.

De nombreuses énigmes

11Plusieurs plantes présentes depuis fort longtemps dans l’Afrique du Rift sont aussi cultivées dans d’autres régions du monde, et leur origine exacte reste encore controversée, même si la génétique moderne et la biologie moléculaire apportent peu à peu de nouveaux éléments.

12Le gombo (Abelmoschus esculentus) est un légume condimentaire de la famille des Malvacées, très apprécié en Afrique, en Inde et dans tout le pourtour méditerranéen pour le goût et la consistance gluante qu’il donne aux préparations culinaires qui le contiennent. C’est une espèce dont les deux parents putatifs sont A. tuberculatus, espèce sauvage du nord de l’Inde (Uttar Pradesh) et A. ficulneus, dont l’origine est indéniablement africaine. Il a donc fallu que les deux espèces se rencontrent pour que l’hybride apparaisse. Il se trouve que A. ficulneus donne des fruits comestibles et que ses graines sont utilisées par les Arabes pour parfumer le café. En Inde, il semble qu’il soit cultivé pour ses fibres. Ce serait donc lui qui aurait été introduit d’Afrique en Inde, où il se serait alors hybridé avec A. tuberculatus. La culture du gombo n’est pas très ancienne en Inde, comme le laisse penser l’absence de nom sanscrit. Il faut donc considérer qu’il aurait d’abord été introduit d’Inde en Afrique tropicale, où il s’est largement répandu pour ensuite revenir dans le pays qui l’a vu naître. Contrairement à ce qui a été jadis affirmé, il n’était pas connu de l’Égypte ancienne, et n’apparaît dans le Bassin méditerranéen qu’au xiiie siècle, où Ibn al-Beithar le décrit.

13L’éleusine (Eleusine coracana) est une petite céréale tropicale qui est très utilisée de nos jours dans la fabrication de diverses boissons fermentées. Elle ressemble à un millet et se reconnaît à ses épis disposés comme les doigts d’une main. D’après les données archéologiques, l’éleusine aurait été déjà cultivée vers 3000 avant J.-C. à Kadero au Soudan et Axoum en Éthiopie, ce qui en fait la céréale africaine la plus ancienne. L’éleusine possède un nom sanscrit, rajika : elle aurait atteint l’Inde au Ier millénaire avant J.-C.

14Il existe une espèce indienne sauvage, E. indica : elle possède un nombre de chromosomes qui ne lui permet pas de se croiser avec E. coracana. En revanche, une éleusine africaine sauvage possède un nombre de chromosomes compatible avec celui de la forme cultivée : leur croisement donne une mauvaise herbe gênante. Cette espèce, maintenant appelée E. coracana subsp. africana, est considérée comme l’ancêtre de l’éleusine domestique. Elle est abondante de l’Ouganda à l’Éthiopie, et on récolte son grain en temps de disette.

15L’histoire des cotonniers est plus obscure. Si la plupart des cotons cultivés actuellement sont des variétés d’une espèce américaine, Gossypium barbadense, deux espèces sont cependant originaires de l’Ancien Monde, et chacune s’est diversifiée en plusieurs groupes de cultivars. Les premières attestations sûres de la culture et de l’usage du coton Gossypium arboreum remontent à la civilisation harappéenne de la vallée de l’Indus, vers 1800 avant J.-C. Ces « arbres porteurs de laine » auraient été introduits en Assyrie vers 694 avant J.-C., et étaient probablement ceux cultivés au tournant de notre ère à Méroé, en Nubie, où le filage et le tissage du coton sont attestés pour la première fois en Afrique. Ils se sont répandus en Afrique subsaharienne avant l’islam. L’autre espèce, Gossypium herbaceum, se trouve à l’état sauvage en Afrique du Sud. Un groupe primitif de cultivars aurait été domestiqué en Éthiopie ou dans le sud de l’Arabie, sans que l’on sache comment il est arrivé d’Afrique du Sud. Les musulmans l’ont ensuite diffusé jusqu’en Afrique de l’Ouest.

16La plupart des espèces sauvages proches du sésame cultivé (Sesamum indicum), petite graine oléagineuse, sont africaines. Cependant quelques-unes sont indiennes, comme S. mulayanum dans le sud, et surtout S. malabaricum dans le nord. Cette dernière présente des formes sauvages et adventices, et pourrait bien être l’ancêtre du sésame cultivé. Les plus anciens restes archéologiques attribués à cette plante proviennent du bassin de l’Indus, entre le IIIe et le IIe millénaire. Au Proche-Orient, les restes sont peu nombreux et plus tardifs (Ier millénaire). Les textes cunéiformes babyloniens contiennent des références nombreuses à la culture du sésame et à son huile. En Égypte, on en a trouvé des graines dans la tombe de Toutankhamon (1343 avant J.-C.). À l’époque classique, les Grecs le mentionnent fréquemment comme une plante d’Orient. Le sésame serait donc originaire de l’Inde, et se serait ensuite diffusé vers la Mésopotamie et l’Afrique, où il est maintenant largement cultivé.

17L’histoire des bananiers est particulièrement complexe et incertaine. Les diverses espèces de Musa peuvent être maintenant distinguées au niveau de la structure de leur équipement chromosomique (leur génome). Les bananiers cultivés en Afrique proviennent de deux espèces sauvages d’Asie du Sud-Est, Musa acuminata (qui a donné le génome AA) et Musa balbisiana (qui a donné le génome BB). Les cultivars sont des clones habituellement stériles et leur évolution ne peut donc se faire que par mutations somatiques et pas par croisement : l’histoire de chaque groupe génomique est donc distincte de celle des autres.

18Les bananes dessert, aux fruits sucrés que l’on peut consommer crus, appartiennent surtout au groupe AAA et leur diffusion mondiale est très récente (xixe siècle). Il n’en est pas de même pour deux types de bananes africaines. L’un est constitué par les « bananes à bière » du groupe AAA, sous-groupe Lujugira-Mutika, qui sont répandues sur les plateaux d’Afrique de l’Est. D’autres bananes du groupe AAB, appartenant au sous-groupe Plantain, se sont diversifiées dans tout le bassin du Congo : on sait maintenant que ces plantains, gros fruits se consommant cuits, sont originaires de l’Inde du Sud.

19Certains ont attribué l’introduction des bananes en Afrique aux navigateurs malais qui ont peuplé Madagascar avant l’An Mil. Leur diversification en Afrique laisse penser que cette introduction est bien plus ancienne. De Langhe situe ainsi l’introduction des plantains vers 1000 avant J.-C. et celle des bananiers à bière vers le début de notre ère, mais toujours par des navigateurs malais. Les agronomes estiment en effet que les besoins en eau du bananier sont tels qu’il lui serait difficile de survivre dans les régions arides du sud de l’Arabie et de la côte africaine, dans l’hypothèse d’une diffusion de proche en proche. Mais rien n’interdit de penser qu’il existait dès avant notre ère des jardins irrigués et des oasis dans ces régions.

Des plantes africaines dans le Bassin méditerranéen et en Asie

20L’origine africaine de certaines espèces est indéniable, mais leur diffusion s’est déroulée si tôt qu’une bonne part de leur diversification s’est effectuée ailleurs, en Asie ou dans le Bassin méditerranéen. C’est le cas du niébé (Vigna unguiculata), originaire d’Afrique de l’Ouest, qui était le haricot de l’Ancien Monde avant d’être supplanté par les Phaseolus américains. Le lablab (Lablab purpureus) est originaire d’Afrique de l’Est, mais il est présent en Inde dès le iie siècle avant J.-C., et c’est là qu’il s’est le plus diversifié.

21Le melon (Cucumis melo) et la pastèque (Citrullus lanatus) sont également originaires d’Afrique, mais étaient déjà présents en Égypte aux temps bibliques et se sont répandus dans toute l’Eurasie.

22Le mil à chandelle (Pennisetum glaucum), originaire de l’Afrique sahélienne, semble avoir été introduit en Inde vers 4000 avant J.-C. Les sorghos (Sorghum bicolor) sont également originaires de l’Afrique des savanes et de l’Éthiopie, et plusieurs types ont été introduits en Inde. L’un d’eux a donné le groupe Durra (à panicule compacte souvent courbée en crosse) dans le sud-ouest de l’Asie, et ce groupe a ensuite été réintroduit dans le nord-est de l’Afrique avec l’expansion islamique : on en fait des galettes qui nourrissent encore une grande partie des populations des terres chaudes de la Corne de l’Afrique.

23Un palmier à sucre, Borassus flabellifer, est cultivé en Inde du Sud depuis au moins deux millénaires, et s’est diffusé en Asie du Sud-Est avec le bouddhisme : le limbe de ses feuilles a servi à fabriquer les ola sur lesquels sont écrits les textes sacrés. Cette espèce aurait comme ancêtre le rônier d’Afrique, B. aethiopum, très répandu dans les savanes. On ignore quand et comment cette introduction a pu se faire mais elle est manifestement fort ancienne.

Bananier à fruits sucrés du groupe AAA. Jardins basketo, Éthiopie méridionale.

24Le caféier (Coffea arabica) a quant à lui une histoire unique, car il est longtemps resté une plante endémique de l’Éthiopie, avant de passer au Yémen. Les textes ne le mentionnent qu’à partir du xve siècle, mais cette introduction est probablement antérieure de plusieurs siècles. Diffusé d’abord par les Arabes, il est rapidement adopté par les Européens qui vont lui faire faire le tour du monde au travers des jardins botaniques.

Des plantes asiatiques en Afrique

25Parmi les plantes asiatiques introduites anciennement en Afrique, on notera le pois d’Angole (Cajanus cajan), domestiqué en Inde. Hormis les bananiers, on peut signaler trois autres espèces multipliées par bouture. L’igname asiatique (Dioscorea alata) est originaire de l’Asie du Sud-Est et a atteint l’Inde ; les immigrants indo-malais semblent l’avoir introduite à Madagascar avant l’an Mil. Le taro (Colocasia esculenta) vient également d’Asie du Sud-Est. Il était probablement présent en Égypte au début de notre ère, et a pu être introduit en Afrique à plusieurs reprises. La canne à sucre (Saccharum barberi), originaire du nord de l’Inde, a dû attendre le viie siècle pour que les Arabes l’introduisent de Perse.

Petit commerce d’épices sur le marché de Guidolé en Éthiopie.

26Remarquons pour conclure que les historiens ont eu trop souvent tendance à limiter leur champ d’étude à la navigation maritime et au commerce de masse. Pour Sheriff Abdul, par exemple, « les témoignages historiques les plus anciens relatifs à l’océan Indien occidental suggèrent que, contrairement à ce qu’indiquent habituellement les manuels, il n’existait aucune relation commerciale, directe ou autre, entre l’Afrique orientale et l’Inde avant le viie siècle de notre ère. Même le commerce entre l’Inde et le Moyen-Orient à l’époque du Périple semble avoir été limité à quelques produits de luxe ».

27D’autres auteurs insistent sur le caractère tardif de la maîtrise des vents de mousson pour le commerce avec l’Inde. Mais il convient ici de rappeler que la diffusion des plantes cultivées s’est souvent faite de façon anonyme et de proche en proche. C’est particulièrement vrai pour les plantes à graines « orthodoxes », autrement dit celles qui se conservent longtemps une fois bien séchées. Et c’est encore plus vrai quand le produit commercial est constitué par les mêmes graines. Nul besoin alors que le commerçant ait eu l’intention de semer ces graines à l’arrivée. N’importe quel curieux peut le faire.

28Les plantes multipliées par des tubercules, des organes charnus ou des graines « récalcitrantes », à germination délicate, posent des problèmes différents. Il faut les protéger pendant le transport, et les replanter rapidement. Elles doivent, à chaque étape, trouver un milieu favorable pour croître et se reproduire. De ce point de vue, l’aridité des côtes du sud de l’Arabie et de la Corne de l’Afrique constitue un obstacle naturel.

29Les rares données historiques disponibles indiquent que le royaume de Saba (viiie siècle avant J.-C. jusqu’au vie siècle après J.-C.) avait maîtrisé des techniques d’irrigation qui permettaient le développement de l’agriculture dans de vastes oasis. Si l’on ajoute à cela le flux et le reflux des états et des empires au fil des siècles, on conclut que les plantes pouvaient voyager, à un rythme certes bien plus lent que celui des époques modernes, mais sans véritable entrave.

30Il reste à suivre tous ces processus à la trace, comme nous pouvons le faire dans le Bassin méditerranéen grâce à la densité des fouilles archéologiques. Mais il faudra bien des recherches pour sortir de l’oubli l’ouest de l’océan Indien.

Bibliographie

Références

Bedigian D., 2003 – Evolution of sesame revisited : domestication, diversity and prospects. Genetic Resources and Crop Evolution, 50 : 779-787.

De Langhe E., Swennen R., Vuylsteke D., 1996 – « Plantain in the early Bantu world ». In Sutton J. E. G., ed. : The growth of farming communities in Africa from the Equator southwards, Proceedings of a conference of the British Institute in Eastern Africa and the African Studies Centre of Cambridge University, Cambridge, Nairobi, BIEA : 147-160.

Engels Jan M. M., Hawkes J. G., Worede M., eds, 1991 – Plant genetic resources of Ethiopia. Cambridge, Cambridge Univ. Press. 383 p.

Harlan J. R., De Wet J. M., Stemler A. B. L., eds., 1976 – Origins of African plant domestication. La Haye, Mouton, vol. XIII.

Portères R., Barrau J., 1980 – « Débuts, développement et expansion des techniques agricoles ». In Ki-Zerbo J., éd. : Histoire générale de l’Afrique. Volume I : Méthodologie et préhistoire africaine, Paris, Unesco/Jeune Afrique/Stock : 725-744.

Sheriff Abdul M. H., 1980 – « La côte d’Afrique orientale et son rôle dans le commerce maritime ». In Mokhtar G. (éd.) : Histoire générale de l’Afrique. Volume II : Afrique ancienne, Paris, Unesco/Jeune Afrique/Stock : 595-611.

Smartt J., Simmonds N. W., eds, 1995 – Evolution of crop plants. London, Longman, 2e edit.

Zohary D., Hopf M., 2000 – Domestication of plants in the Old World. The origin and spread of cultivated plants in West Asia, Europe and the Nile Valley. Oxford, Oxford Univ. Press., 3e édit., vol. XI.

Table des illustrations

Légende photo > Fruit de la kororima, maniguette endémique d’Éthiopie, Aframomum corrorima.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Le tef, Eragrostis tef, est une céréale domestiquée en Éthiopie, essentielle sur les hauts plateaux du pays.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende L’ensète, Ensete ventricosum, est une Musacée originaire d’Éthiopie qui produit fibres et farine. Il est très abondant dans les jardins gouragué d’Éthiopie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Bananier à fruits sucrés du groupe AAA. Jardins basketo, Éthiopie méridionale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Petit commerce d’épices sur le marché de Guidolé en Éthiopie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540