Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 3. L’homme et la nature dans le Rift

Chapitre 13. Les Éthiopiens, des hommes qui plantent des arbres

Alain Gascon

Texte intégral

photo > Dans les villages des hauts plateaux de l’Éthiopie centrale, les ligneux les plus fréquents actuellement sont les eucalyptus.

1Dans les années 1970-1985, la répétition des déficits pluviométriques, à l’origine de deux grandes famines, est présentée comme la conséquence de la disparition du couvert forestier sur les hautes terres d’Éthiopie. Le discours des gouvernements de Hailé Sélassié comme de Mengistu reportent sur les paysans la responsabilité de la gestion « hasardeuse » des crises de subsistance (RRC, 1995) : face à la croissance des besoins d’une population qui a doublé en trente ans, les paysans, poussés par la nécessité d’étendre leurs champs, détruisent les forêts et les arbres censés retenir les sols et alimenter les nuages en humidité. De la même façon, les services officiels successifs dénoncent l’inconscience d’agriculteurs et d’éleveurs engagés dans une exploitation « minière » de l’environnement Depuis les premiers contacts réguliers avec l’Éthiopie au xixe siècle, les Européens, unanimes, n’ont cessé eux aussi de dénoncer les abattages et les incendies.

2Ces dernières années, cette belle unanimité a laissé place à des questions différentes. À titre d’exemple, Mesfin Wolde Maryam, qui en 1972 participait à ce concert d’accusations, écrit vingt ans après : « Il y a des arbres résiduels dans pratiquement tous les champs cultivés. » (Mesfin, 1991 : 41). Actuellement, les accusations se portent davantage sur les réticences du pouvoir à libérer le marché de la terre. En effet, faute de propriété privée du sol, les agriculteurs éthiopiens ne seraient pas incités à intensifier leur production. Cette nouvelle tendance n’a pourtant pas réussi à chasser des esprits l’image des Éthiopiens destructeurs de la forêt, qui a encore quelques propagandistes (Ambroise Rendu, 2001).

3Comment expliquer la persistance du procès d’intention fait aux agriculteurs, procès qui ne résiste pourtant pas à un examen critique (Gascon, 1998) ? L’instruction à l’encontre de la paysannerie n’est pas close : elle est aujourd’hui menée par les programmes d’aide, qui insistent sur la nécessité d’inculquer les notions de protection de l’environnement et de développement durable à une population à laquelle elles seraient étrangères.

4L’observation des paysages des deux rives montagneuses du Rift révèle pourtant combien les arbres sont présents aussi bien dans les campagnes que dans les villes d’Éthiopie et d’Érythrée. Sur ces hautes terres, les habitants ne sont pas plus qu’ailleurs les « ennemis des arbres » : ils favorisent la croissance d’espèces particulières en fonction de leurs besoins et de l’urgence. La maîtrise de la production de bois a d’ailleurs largement contribué, dès le début du xxe siècle, à faire du petit royaume chrétien, replié à Gondar, la Grande Éthiopie.

Un procès d’intention

5Tous les auteurs évaluent la part de la forêt entre 3 et 5 % du territoire éthiopien. Selon Huffnagel (1961), les 72 000 km2 de forêts se répartissaient en 1955 principalement entre les régions basses (44 %) et le sud-ouest du pays (35 %). En 1986, Wood (1990) donne un chiffre de 35 000 km2 de forêts, dont les quatre cinquièmes sont localisés dans l’Ouest et le Sud. On pourrait en première analyse conclure à un net recul de la forêt, mais les données de 1955 comptabilisaient les plantations urbaines et les basses terres, alors que l’on ne sait pas s’il en a été de même en 1986.

Figure 1. Les forêts en Éthiopie et en Érythrée, 1985.

6C’est à partir de ces évaluations, maintes fois reprises sans que les auteurs ne s’interrogent sur leur pertinence, qu’on a déduit qu’il y a trente, quarante, cent ans ( ?), les hautes terres étaient couvertes de forêts. Remarquons tout de suite que ce raisonnement fait fi des basses terres et ne tient pas compte de la dissymétrie Nord-Sud ni de l’opposition entre le Sud-Est, sec et dépourvu de forêt, et le Sud-Ouest, humide, qui concentre la plus grande partie des couverts arborés éthiopiens (Gascon, 1998).

7Que note-t-on en consultant les récits de voyageurs des xixe et xxe siècles ou en feuilletant les cartes italiennes ? Au nord d’Addis-Abeba et jusqu’à Asmara, les openfields céréaliers couvraient les plateaux, ne laissant subsister que des bois relictuels sur les versants raides et au voisinage des sanctuaires. Les photographies prises en 1868 par le corps expéditionnaire de Lord Napier, conservées à l’Istituto Universitario Orientale de Naples, nous montrent l’actuelle Érythrée, le Tigré et le Wollo plus nus encore qu’un siècle plus tard car les eucalyptus n’ont pas encore été introduits à cette époque.

8Au sud de la capitale, certains voyageurs ont constaté les traces des conquêtes de Ménélik II (à la fin du xixe siècle) : villages et récoltes brûlés, troupeaux et populations razziés. Ils ont noté, chez les peuples soumis, l’utilisation du défrichement par le feu en fin de saison humide, et l’existence de feux rituels à la même période chez les Oromo (Martial de Salviac, 1902). Un peu hâtivement, ils en ont déduit qu’il s’agissait de pratiques régulières et forcément primitives, oubliant le brûlage des chaumes ou l’écobuage, techniques communes en Europe.

9Comme tous les colonisateurs, les Italiens, prétendaient protéger les forêts à l’aide d’une Milicia forestale. À la recherche des résistants à la colonisation, ils ont cartographié les couverts ligneux (AAOI, 1939). Leurs limites de cette époque ne diffèrent guère de celles que l’on retrouve cinquante ans plus tard sur les cartes de l’Atlas national de 1988. Cependant, une certaine stabilité sur le temps long n’empêche pas des attaques brutales à l’encontre des forêts comme lors des guerres, des réinstallations et de la politique de villagisation menée sous Mengistu, ou lors des défrichements « spontanés » constatés ces dernières années.

10Alors que les premières couvertures aériennes systématiques du territoire éthiopien datent de la fin des années 1960 et que la cartographie à grande échelle a été achevée dans les années 1980, comment des auteurs ont-ils pu accréditer le mythe de la grande forêt éthiopienne (Gascon, 1998) ? Plusieurs raisons, en dehors de la paresse intellectuelle, expliquent cette unanimité : certains auteurs avaient d’autres visées, et la plupart ignoraient qu’il n’y avait pas coïncidence entre leur propre conception de la forêt et celle des Éthiopiens. En effet, les termes vernaculaires que l’on peut traduire par « forêt » englobent aussi bien les forêts denses, claires que les savanes boisées ou arborées. Ils désignent des espaces en marge sur les pentes, dans les vallées plus ou moins impaludées où le contrôle des pouvoirs se relâche et où se réfugient les rebelles plus ou moins bandits (shefta). Nous sommes donc loin des belles futaies de l’Europe actuelle aux troncs bien droits, et bien plus proches des forêts du Moyen Âge européen, des bois touffus, terrains de pacages parsemés de charbonnières, où vivaient les irréguliers. Mais peu importait aux dénonciateurs de la déforestation : il fallait trouver une justification d’abord à la colonisation, à la dépossession des paysans, ou plus tard à l’échec des politiques agricoles autoritaires menées au nom de la modernisation ou du socialisme, et pour finir, ajouter au dossier d’accusation – déjà chargé – de Mengistu le crime écologique (Gascon, 1998).

11Un certain naturalisme, qui sacralise l’arbre et surtout la forêt, a justifié, en Éthiopie aussi, l’« ingérence écologique » et ses pires errements (Rossi, 2000). Le Pnud et la FAO ont ainsi englouti 20 millions de dollars US dans les provinces du Choa-Nord et du Wollo lors de la construction de 1 000 000 km de murettes, de 500 000 km de terrasses, dans la mise en défens de 80 000 ha de bois et le reboisement de 300 000 ha (Rossi, 2000 : 193). L’administration, le Parti unique et les ONG ont embrigadé les paysans, pourtant déjà bien éprouvés par la famine de 1984-1985, dans un Food for Work Programme. Les techniciens, sûrs de leur fait, n’ont tenu aucun compte des réticences des paysans. Dix ans plus tard, il ne reste plus rien des murettes car elles s’opposaient à la remue des troupeaux de moutons le long des versants.

Des arbres, partout !

12Les experts et autres journalistes qui exprimaient si vivement leur souci de voir disparaître l’arbre de l’Éthiopie ont-ils seulement regardé par le hublot de leur avion ? Ils auraient constaté que les villes éthiopiennes, et en particulier la capitale, disparaissent sous de denses couverts boisés. Mais ils sont surtout constitués d’eucalyptus ! Contrairement à ce que l’on a souvent écrit, ces essences, originaires d’Australie, n’ont pas été introduites par le Français Mondon-Vidailhet : certaines étaient déjà présentes à son arrivée (Rouaud, 1997). Les espèces introduites en Éthiopie sont accusées de tous les maux par les protecteurs de la nature : rubéfaction, stérilisation, assèchement et érosion des sols. Elles n’en connaissent pas moins un grand succès auprès des paysans. Les branches et les troncs fournissent du bois d’œuvre et, avec les feuilles et même les fruits, ils sont employés comme combustible. On cultive ces espèces, appréciées pour leur croissance rapide, en pépinière ; on les plante en bois ou en haies ; on les coupe jeunes et on les laisse rejetées de souche, ce qui contribue au maintien des sols. L’« Arbre d’outre-mer » (bahr zaf) a été adopté par toutes les familles éthiopiennes, à la ville comme à la campagne.

13Les arbres indigènes n’ont pas pour autant disparu. On les retrouve dans les enclos des églises, le long des rivières, sur les pentes des gorges ou sur les flancs les plus élevés des montagnes. Les bruyères géantes couronnent les sommets. Jusqu’à 3 000 m poussent les koso aux grappes rouges puis, plus bas, les ted, genévriers, et les zegba. Sur les plateaux, on rencontre divers oliviers et d’immenses figuiers sycomores qui ont conservé, même chez les chrétiens et les musulmans, un caractère sacré et sont les autels de certains cultes appelés adbar. Plus nombreux vers le sud et surtout plus bas en altitude, prolifèrent les acacias en ombrelle (graar) et les euphorbes arborescentes (qulqwal). Chaque essence a des usages multiples, depuis les fruits du koso, ténifuge redoutable, jusqu’au bois des oliviers et des acacias, qui sert à confectionner les araires, et à celui des figuiers, utilisé pour les sièges. Les fleurs ont un rôle très important pour l’apiculture.

Plateaux d’altitude en Éthiopie méridionale (région de Sawla). Les ligneux sont une composante essentielle des paysages : bois, haies des champs, jardins agroforestiers.

14Trois petits ligneux ont acquis une grande importance : le caféier Arabica d’origine éthiopienne ; la bourdaine, gésho, dont les feuilles séchées entrent dans la fabrication des bières et du täj, boisson à base d’hydromel ; et surtout le khat, un stupéfiant dont les musulmans « broutent » (mâchent) les jeunes pousses fraîches. Deuxième source de devises à l’exportation derrière le café, cette drogue est vendue à Djibouti, au Yémen et en Somalie.

15Finalement, comme la plupart des paysans dans le monde, les Éthiopiens sont amenés à protéger, sélectionner et planter des arbres. Ceux qui les ont qualifiés d’« ennemis des arbres » ont focalisé leurs observations sur les openfields céréaliers des plateaux du Nord, travaillés à l’araire, où, comme en Europe, les bois et les taillis sont repoussés sur les marges des terroirs. Ils ont négligé l’importance des arbres résiduels des enclos d’églises et des jardins, qui satisfont les besoins matériels, alimentaires, cultuels voire esthétiques des communautés (Chouvin, 2003). Dès le xixe siècle, les éthiopisants avaient noté l’aspect bocager des terroirs des planteurs d’ensète (le faux bananier à farine) sur les rebords orientaux et occidentaux du Rift, au sud d’Addis-Abeba (Stielher, 1948). Ils avaient décrit ces huttes installées dans des vergers de faux bananiers et de fruitiers sous le couvert desquels poussent café, condiments, plantes alimentaires locales et fleurs. Au Harar, le café en coltora promiscua a été remplacé par le khat qui gagne peu à peu les terroirs caféiers de l’Ouest. Alors que l’on a écrit sur le brûlage (gäyy) pour le déplorer, on a négligé de s’intéresser à la pratique de l’amendement des sols par enfouissement des feuilles d’arbres maintenus dans les champs, comme à Aliyu Amba, près d’Ankober (Chouvin, 2003) et chez les Konso (Roussel et Chouvin, 1999). De même, les brousses arbustives des basses terres et les forêts claires à acacia du fossé lacustre au sud de la capitale ont rarement été prises en compte, alors que l’on en a chassé éleveurs et agropasteurs pour y découper d’énormes périmètres hydro-agricoles (Gascon, 1994). En à peine trente ans, une irrigation mal conduite a entraîné la stérilisation par le sel d’un tiers des surfaces plantées en coton ou en canne à sucre, dommages beaucoup plus étendus que ceux entraînés par les champs défrichés par abattis-brûlis, la fabrication du charbon de bois pour les villes ou le broutage des arbres par les chèvres ou les dromadaires.

16The density of planted trees was often proportionnal to the number of houses : the greater the number of houses, the more trees and the more forested-like appearance the settlements or towns had” (Mesfin, 1991 : 41). Cette citation, que l’on pourrait abréger en “More people, more trees” (« plus de gens, plus d’arbres »), résume l’esprit des conclusions des travaux récents. Elle rappelle le titre d’un livre iconoclaste paru en 1994 : More people, Less erosion (Plus de gens, moins d’érosion).

Tableau 1. Identification des arbres et des arbustes cités dans le texte (d’après Strelcyn, 1973).

Tableau 1. Identification des arbres et des arbustes cités dans le texte (d’après Strelcyn, 1973).

La Grande Éthiopie est fille des arbres

17Il est donc urgent de réviser ces jugements abrupts à l’encontre des agriculteurs (et des éleveurs) éthiopiens. L’observation des paysages agraires montre à l’évidence que les arbres en sont un élément omniprésent. Les enquêtes sur les systèmes agraires confirment l’importance de l’utilisation raisonnée des arbres et des arbustes. Pourtant, étrangers et Éthiopiens peinent à débarrasser leur esprit de ces verdicts définitifs, qui fournissent des explications simples.

18Les développeurs ne comprennent pas que les communautés rurales s’opposent à la mise en défens d’espaces en cours de reboisement au nom de la sauvegarde des arbres. En 1986, à Ambo, au Métcha, à l’ouest d’Addis-Abeba, les paysans « villagisés » durent trouver des pieux pour construire le nouveau village sous peine de graves sanctions. De nuit, ils allèrent couper les jeunes cyprès de Lusitanie plantés par la coopération néerlandaise et officiellement protégés comme symbole de la lutte du régime de Mengistu contre le déboisement (Gascon, 1995). Cette situation caricaturale rappelle l’abandon, signalé plus haut, des murettes et des terrasses reboisées et édifiées de force par les paysans du Wollo et du Choa (Rossi, 2000). D’innombrables rapports ont dénoncé comme un gaspillage l’utilisation de la bouse des bovins comme combustible, ce qui épargne malgré tout le bois. Si l’on voulait vraiment économiser le bois et amender les sols avec les déjections, il faudrait que le coût du réchaud à gaz ne soit pas rédhibitoire pour le paysan. Les Éthiopiens, qui rendent un culte aux génies des arbres (adbar), des sources ou des rivières, ne comprennent pas que des étrangers matérialistes par ailleurs accordent un caractère quasi sacré à ces mêmes créatures végétales. On raconte partout l’histoire de cette femme surprise en train d’écorcer un arbre dans une réserve et qui aurait répondu aux « experts » que si l’arbre mourait, on pourrait en planter un autre, mais que si son enfant mourait faute de nourriture chaude, on ne pourrait le remplacer.

19Dans la période récente, la formation de la Grande Éthiopie durant le règne de Ménélik II (1889-1913) n’aurait sans doute pas été possible si le pouvoir politique nomade n’avait pas réussi à se stabiliser dans une ville principale, Addis Abeba, dont l’influence était répercutée aux frontières des conquêtes par un réseau de villes fortes, les kätäma. Certes, le chemin de fer, qui fonctionnait d’ailleurs au charbon stocké à Djibouti pour le ravitaillement des navires, a contribué à fixer la capitale à Addis-Abeba, mais cette ville est bien « fille de l’arbre », comme l’a écrit É. Berlan (1962). Les plantations d’eucalyptus ont permis de résoudre la question de la consommation du bois. Auparavant, les négus installaient les tentes de leurs armées dans une région jusqu’à épuisement des forêts. En 1902, Ménélik s’apprêtait à quitter Addis-Abeba – déboisée comme le montrent les photos de l’époque – pour Addis Alem, située 60 km à l’ouest. Les protestations des ingénieurs ont été d’autant plus entendues que les premières plantations d’eucalyptus fournissaient déjà beaucoup de bois d’œuvre et de chauffe. Très rapidement, les eucalyptus (bahr zaf) gagnèrent les garnisons, qui drainèrent par un réseau de routes et de pistes les produits des nouvelles provinces, notamment le café. Ce furent ces exportations qui donnèrent aux négus modernisateurs les moyens matériels d’accéder à la reconnaissance internationale. La Grande Éthiopie, qui repoussa les colonisateurs, est donc aussi fille des arbres.

20De nos jours, n’y a-t-il pas lieu de s’alarmer devant les perspectives de croissance démographiques qui annoncent plus de 100 millions d’Éthiopiens en 2025 ? Dans les terroirs des planteurs d’ensète, les densités rurales dépassent 300 hab./km2 (500 au Gédäo et à Soddo-Zuriya) et la situation alimentaire est tendue, moins que dans le Nord, mais elle s’aggrave (CSA, 2000). En 1970, le recensement comptait 25 millions d’habitants en Éthiopie-Érythrée et les estimations de 2003 donnent pour les deux États le triple de cet effectif. C’est presque un miracle que l’Éthiopie n’ait connu que deux famines dans de telles conditions. Le rythme de la croissance naturelle est en baisse et l’exode rural augmente, mais l’échéance de 100 millions est proche. On signale, localement, des défrichements qui s’attaquent aux forêts du Sud-Ouest, déjà entamées par les réinstallations de la période de Mengistu (EIS, 1999). Peut-être la saturation définitive des terroirs sera-t-elle atteinte quand les eucalyptus controversés seront à leur tour abattus ?

Bibliographie

Références

Ambroise Rendu M., 2001 – Pour survivre, l’Éthiopie dévore son capital naturel. Combat Nature, 134 : 44-48.

Berlan E., 1962 – Addis-Abeba, la plus haute ville d’Afrique. Grenoble.

Chouvin E., 2003 – Gestion des ressources végétales et pratiques paysannes en Éthiopie Centrale. Le cas des oléagineux. Thèse, Muséum national d’histoire naturelle.

EIS-SSA (Environmental Information Systems in Sub-Saharan Africa), 1999 – Ethiopia : Extent and Dynamics of Deforestation in Ethiopia. EIS News, Addis Ababa.

Ethiopian Mapping Authority, 1988 – National Atlas of Ethiopia. Addis Ababa.

Gascon A., 1994 – Les enjeux des aménagements hydro-agricoles en Éthiopie et en Érythrée. Les Cahiers de la Recherche-Développement, dossier « Systèmes irrigués », n° 38 : 33-48.

Gascon A., 1995 – La Grande Éthiopie, une utopie africaine. Éthiopie ou Oromie, l’intégration des hautes terres du Sud. Paris, CNRS Éditions, Espaces et milieux.

Gascon A., 1998 – « La forêt perdue d’Éthiopie, un mythe contemporain ». In Chastanet M., dir. : Plantes et paysages d’Afrique. Une histoire à explorer, Paris, Karthala/CRA : 383-409.

Guida d’Italia della Consociazione Turistica Italiana, 1938 – Africa Orientale Italiana. Milano.

Huffnagel H. P., 1961 – Agriculture in Ethiopia. Rome, FAO.

Martial de Salviac P., 1902 – Un peuple antique au pays de Ménélik, les Galla (dits d’origine gauloise), grande nation africaine. Paris, H. Oudin éditeur.

Mesfin Wolde M., 1972 – An Introductory Geography of Ethiopia. Addis Ababa, Berhanena Selam H. S. I. Printing Press.

Mesfin Wolde M., 1991 – Suffering under God’s Environment. A Vertical Study of the Predicament of Peasants in North-Central Ethiopia. Berne, African Mountains Association and Geographica Bernensia.

Ministero dell’Africa Italiana, 1939 – Gli Annali dell’Africa italiana. Verona/Roma, Mondadori.

The Relief and Rehabilitation Commission (RRC), 1985 – The Challenges of Drought. Ethiopia’s Decade of Struggle in Relief and Rehabilitation. Addis Ababa/London, RRC/H&L Communications Ltd.

Rossi G., 2000 – L’ingérence écologique. Environnement et développement rural du Nord au Sud. Paris, CNRS Éditions, Espaces et milieux.

Rouaud A., 1997 – Casimir Mondon-Vidailhet. Pionnier de l’amitié franco-éthiopienne. Pioneer of the French-Ethiopian Friendship (1847-1910). Addis-Abeba/Paris, MÉÉ/(Céraoc) Inalco.

Roussel B., Chouvin E., 1999 – Première approche du paysage végétal Konso. Vers la description d’un patrimoine naturel. Rapport de mission (novembre 1998). Paris/Addis-Abeba, Laboratoire d’ethnobiologie-biogéographie-MNHN/ CFÉÉ.

Stielher W., 1948 – Studien zur Landswirtschaftu. Siedlungsgeographie Äthiopiens. Erdkunde, vol II : 257-282.

Strelcyn S., 1973 – Médecine et plantes d’Éthiopie. II. Enquête sur les noms et l’emploi des plantes en Éthiopie. Napoli, Istituto Universitario Orientale.

Wood A. P., 1990 – « Natural Resource Management and Rural Development ». In Pausewang S., Fanta Cheru Brüne S., Eshetu Chole, dir. : Ethiopia : Options for Rural Development, London, Zed Books : 187-198.

Tiffen M., Mortimore M., Gichuki F., 1994 – More people, Less erosion. Environmental Recovery in Kenya. Chichester, John Wiley and Sons, London.

Table des illustrations

Légende photo > Dans les villages des hauts plateaux de l’Éthiopie centrale, les ligneux les plus fréquents actuellement sont les eucalyptus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Légende Figure 1. Les forêts en Éthiopie et en Érythrée, 1985.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1754/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Légende Plateaux d’altitude en Éthiopie méridionale (région de Sawla). Les ligneux sont une composante essentielle des paysages : bois, haies des champs, jardins agroforestiers.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1754/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1015k
Titre Tableau 1. Identification des arbres et des arbustes cités dans le texte (d’après Strelcyn, 1973).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1754/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540