Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 3. L’homme et la nature dans le Rift

Chapitre 10. Flore et végétation du Rift

Contrastes, diversité et continuité transcontinentale

Henry Noël Le Houérou

Texte intégral

photo > Peuplement d’Acacia tortilis au bord du lac Challa (Éthiopie).

1Les rifts africains et leur continuité asiatique constituent l’un des accidents majeurs de l’écorce terrestre, visible même sur les images satellitaires à petite échelle. Ces vallées structurales, essentiellement mises en place depuis le Miocène, s’étendent, du nord au sud, sur plus de 7 500 km, depuis le pied du massif des Taurus, en Turquie, jusqu’aux chutes du Zambèze, en Afrique australe. Elles traversent 23 pays, 16 africains et 7 asiatiques et, en Tanzanie, se scindent en deux branches séparées par le lac Victoria et le mont Elgon. C’est la branche orientale qui remonte le plus au nord, puisqu’elle atteint la mer Rouge, le Yémen, Israël, la Jordanie, la Syrie et même la Turquie.

2Le fond des rifts n’est pas à la même altitude partout. La zone la plus déprimée de la mer Rouge descend à -392 m sous le niveau de la mer ; la plus haute ne dépasse pas 1 500 m. Parce qu’ils multiplient les situations basses, les planchers des rifts abritent un impressionnant chapelet de plus de 35 lacs aux eaux douces, saumâtres ou parfois même hypersalées, comme la mer Morte, le lac Abhé ou le lac Asal. Depuis une soixantaine d’années, les études des variations de niveau et des sédiments qui s’y sont accumulés constituent le fondement des connaissances de la géologie du quaternaire africain et des sciences connexes comme la palynologie, la paléoclimatologie et enfin la paléoanthropologie.

3Décrire la diversité des végétations et des flores le long des rifts est une gageure. Certes, de tout temps, les rifts africains comme celui des vallées de l’Araba, du Jourdain, de la Bekaa et de l’Oronte libano-syro-turque ont constitué des voies de communication et d’invasion qu’ont su emprunter aussi bien les plantes et les animaux que les hommes. Évoquons, par exemple, les migrations des ethnies nilotiques en Afrique de l’Est. Il n’en reste pas moins que chacun des tronçons garde encore une originalité forte et une diversité impressionnante, qu’elle soit naturelle ou créée par l’homme. Il ne faut pas oublier que cette partie du monde a vu naître quelques-unes des plus anciennes civilisations agraires, agropastorales et pastorales, que ce soit le long des rifts africains ou dans les vallées du Proche-Orient.

Une remarquable diversité bioclimatique

4Pour rendre compte des conditions climatiques qui règnent dans les rifts africains et mesurer l’importance des variations observées tout le long de son trajet, il faut se pencher sur les profils ombrothermiques qui associent les données météorologiques de températures moyennes et de hauteurs de pluies mensuelles (Walter et Lieth, 1960 ; Le Houérou et Popov, 1981 ; Le Houérou et al., 1993).

5Dans la partie méridionale du Rift, Zambie, Zimbabwe, Malawi, Mozambique et sud de la Tanzanie, le climat est de type tropical, humide et sub-humide, avec une seule saison des pluies, assez comparable à ce que l’on trouve dans la zone soudanienne, au nord de l’équateur.

6Le climat de la branche occidentale du Rift septentrional comporte, quant à lui, une deuxième saison pluvieuse qui atténue quelque peu les effets de la saison sèche. Il règne sur une zone qui va du lac Tanganyka au lac Albert et jusqu’aux frontières du Congo, du Soudan et de l’Ouganda (Pratt et Gwynne, 1977).

7Les climats du Rift central oriental, Kenya, Éthiopie, Somalie et Yémen, entre les latitudes 10° S et 10° N, sont de type équatorial avec deux saisons humides. Toutes les nuances existent entre des climats sub-humides, où les pluies compensent largement l’évapotranspiration, et les zones arides et hyper-arides, où les températures élevées et la faible hauteur des pluies provoquent un énorme déficit hydrique. (Le Houérou et Popov, 1981).

8Le rift de la mer Rouge centrale, entre 10° et 25° de latitude N, est soumis à des climats tropicaux arides et hyper-arides, aux hivers très chauds. Les rives sud de la mer Rouge, du golfe de Suez jusqu’à Massawa, sont soumises à un régime pluviométrique méditerranéen tandis que le régime thermique est toujours de type tropical, à hiver très chaud. Une telle contradiction trouve sa traduction dans la végétation : elle est de type tropical, assez semblable à celle du Sahara méridional et du Sahel septentrional. Cette particularité se retrouve aussi le long du golfe Arabo-Persique et dans les vallées de l’Araba et du bas Jourdain et de la Mésopotamie (Le Houérou, 2003).

9Le rift de la mer Rouge septentrionale, entre les latitudes 20° et 32° N., connaît des bioclimats méditerranéens hyper-arides, à hivers très chauds (Le Houérou, 2003). C’est aussi le cas de la vallée de l’Araba et du golfe d’Aqaba jusqu’à la mer Morte où les pluies ne tombent que pendant une seule et courte saison humide, parfois inexistante (Danin, 1983).

10Le rift de la vallée du Jourdain, de Jéricho au lac de Tibériade, possède un bioclimat de type méditerranéen aride puis semi-aride à hiver doux (Zohary, 1973). Celui de la Bekaa et des vallées du Litani et de l’Oronte est méditerranéen semi-aride, à une seule saison des pluies : les hivers y sont plus ou moins doux ou frais, en fonction de l’altitude et de la continentalité. Enfin, le rift du golfe d’Antioche offre un bioclimat méditerranéen du même type semi-aride doux mais pouvant aller jusqu’à l’étage subhumide (Quézel et Barbéro, 1985).

11En définitive, les spécialistes distinguent au moins neuf grandes zones bioclimatiques dans la région des rifts. En entrant quelque peu dans le détail, on pourrait en distinguer une dizaine de plus, ce qui n’a rien de surprenant pour une zone qui s’étend sur au moins 1 125 000 km2, c’est-à-dire plus de deux fois la superficie de la France. Nous nous contenterons de préciser que le climat du plancher des rifts constitue, en raison d’un effet d’encaissement dû aux fortes dénivellations, des variantes plus chaudes et plus arides que les zones qui les entourent.

La flore des rifts, une réalité difficile à cerner

12La flore des rifts, c’est-à-dire les espèces végétales qu’on y rencontre, n’a jamais été recensée ni analysée comme un ensemble unique. Elle est, à n’en point douter, relativement riche de plusieurs dizaines de milliers d’espèces de plantes supérieures, traduction de la diversité des biotopes et des climats.

13Pour estimer cette richesse, il faut réunir les seules données disponibles qui se trouvent incorporées dans les nombreux ouvrages consacrés aux flores nationales et régionales le long des rifts : Flora Zambeziaca, Flora of Tropical East Africa (FTEA), Flore du Congo, Flore d’Éthiopie et de la Corne de l’Afrique, etc. On peut avancer un ordre de grandeur en partant des évaluations locales existantes : 6 500 espèces pour la Flora Zambeziaca, 12 000 dans le bassin du Congo ; 10 000 dans la Corne de l’Afrique… Si l’on estime raisonnable, compte tenu de la surface des territoires concernés, que la flore des rifts représente chaque fois un tiers environ de celle des territoires considérés, un chiffre de 21 000 espèces de plantes supérieures peut être avancé, en plus des 2 000 ou 3 000 espèces des rifts du Proche-Orient. En rapportant ce chiffre aux 1,2 million de km2 qu’occupent les rifts, on obtient une richesse aréale de 200 espèces par 10 000 km2. Cette valeur est certes inférieure à celles obtenues pour Madagascar, pour l’Afrique du Sud et même pour l’Est africain dans son ensemble, mais elle est tout à fait plausible et comparable à celles calculées pour la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest (Le Houérou, 1997).

14Plus délicate est l’évaluation, au sein de ces 24 000 espèces, de la part occupée par les endémiques, c’est-à-dire celles qui sont propres aux rifts. Le taux d’endémisme moyen, habituel dans ces régions, est de 33 %, ce qui conduit, faute d’études plus précises, au chiffre de 7 000 espèces endémiques. Précisons pour finir qu’il n’y a que quelques dizaines d’espèces communes aux rifts africains et asiatiques.

Des végétations diverses, reflets des différents bioclimats

15Les données concernant la végétation, c’est-à-dire la façon dont les plantes s’organisent au sein du tapis végétal, sont assez peu nombreuses, mais elles sont beaucoup mieux ciblées que celles concernant la flore.

16Le Rift méridional fait partie du Miombo, qui est l’équivalent oriental de la végétation soudanienne de l’Afrique de l’Ouest avec laquelle il partage de nombreuses espèces (et des bioclimats similaires, comme nous le suggérons plus haut). Il s’en différencie nettement par une savane arborée ou une forêt ouverte dominées par des arbres à feuilles caduques ou semi-caduques. Les espèces les plus remarquables et les plus nombreuses sont des légumineuses, plantes reconnaissables à leurs fruits en gousses : mentionnons par exemple, les Afzelia, les Albizia, les Brachystegia, les Julbernardia, les Parkia ou encore Prosopis africana et le tamarinier, Tamarindus indica (White, 1993).

17La branche orientale du Rift abrite essentiellement une savane arborée dite à Acacia-Commiphora qui couvre des centaines de milliers de km2 depuis la Tanzanie jusqu’au Yémen et à l’Arabie saoudite en passant par l’Éthiopie, le Kenya, la Somalie, Djibouti, l’Érythrée et le Soudan. Ce type de végétation n’est guère original. Il est répandu dans toute l’Afrique intertropicale aride et semi-aride, et renferme une cinquantaine d’espèces d’acacias arbustifs et arborescents, dont le port typique en parapluie est emblématique de ces paysages monotones de savanes arides et semi-arides. Y croissent aussi de nombreuses espèces de Commiphora (dont on extrait les myrrhes) et quelques Boswellia (qui produisent d’autres résines odorantes, les encens). On y trouve également beaucoup de plantes résistances à la sécheresse, buissonnantes et épineuses, aux feuilles réduites et coriaces (des Balanites et des Dobera, des jujubiers, Ziziphus, et nombre de plantes appartenant à la famille des câpriers : Boscia, Cadaba et Capparis). S’y ajoutent quelques plantes grasses, notamment les célèbres grandes euphorbes cactiformes des rifts éthiopiens et kényans.

18Dans les zones les plus arrosées du Rift oriental, la savane cède la place à une formation plus fournie, une forêt-savane dominée par les végétaux à grandes feuilles caduques et qui est caractérisée par un mélange de diverses légumineuses arborescentes (des Acacia, Albizia, Delonix et, souvent, Faidherbia albida) et d’arbres et arbustes d’une famille très importante dans toute l’Afrique, les Combrétacées, représentée ici par plusieurs espèces de Terminalia et de Combretum. Cette végétation assure la transition entre la savane à Acacia-Commiphora et la forêt sèche d’altitude où l’on rencontre notamment des oliviers comme Olea chrysophylla et de nombreux autres ligneux à feuillage persistant (Pratt et Gwynne, 1977 ; LE Houérou, 1984, 2003).

19Le Rift oriental comprend aussi des savanes herbeuses, liées en général aux caractères particuliers de certains substrats : sols inondables, squelettiques, à fentes de retrait, etc. On connaît bien sûr les vastes étendues herbeuses d’Amboseli, du Serengeti et du N’gorongoro où vit la grande faune qui fait le succès du tourisme de safari. Ces végétations, plus ou moins hautes selon les saisons, le passage des feux de brousse et l’alimentation en eau, abritent nombre de grandes herbes vivaces qui ont à la fois un haut potentiel productif et une grande résistance à la sécheresse. Cette rare combinaison explique le succès de ces espèces dans les programmes de production fourragère intensive des pays tropicaux arides et semi-arides du monde entier (Le Houérou, 1997) : on peut par exemple citer des Andropogon, des Cenchrus des Chrysopogon, des Hyparrhenia, des Panicum et des Pennisetum.

Savane arborée du fond du Rift (plaine d’Arba Minch).

20On ne peut terminer la description des végétations du Rift oriental africain sans signaler l’existence de formations très originales. Elles n’occupent que des étendues réduites au bord des lacs du Nord-Kenya et du sud de l’Éthiopie (le lac Turkana, et le « désert » de Chalbi) mais leur physionomie et leur composition sont très originales : ce sont des steppes sub-désertiques à buissons bas, contenant des espèces bien adaptées aux conditions hydriques drastiques et aux fortes minéralisations des sols : on peut citer Duosperma eremophilum, Indigofera spinosa ou encore Acacia reficiens subsp. misera.

21La végétation des plaines littorales de la mer Rouge a été récemment analysée (Le Houérou, 2003). Elle est constituée en grande partie de formations désertiques et halophytiques, c’est-à-dire supportant les fortes teneurs en sel. On y compte une centaine d’espèces qui sont halophiles ou qui tirent profit des nappes phréatiques : parmi elles, vingt sont endémiques. On y note aussi la présence d’espèces tropicales désertiques communes au Sahara méridional qui trouvent sous ces climats aux pluies méditerranéennes des températures hivernales suffisamment élevées pour leur permettre de prospérer. Cette intrusion du tropical se remarque également le long du golfe Arabo-Persique et dans la vallée d’Araba. La végétation de cette dernière contient par exemple un mélange de 450 espèces irano-touraniennes, c’est-à-dire liées aux steppes de l’Asie du Sud-Ouest, et d’espèces tropicales, bien que le climat soit de type méditerranéen hyper-aride (Danin, 1983). Parmi les espèces à affinité tropicale, on trouve des Acacia, des Balanites, Calotropis procera, Moringa peregrina et un jujubier. Leur présence a conduit les phytogéographes israéliens (Zohary, 1973 ; Danin, 1983) à distinguer un district « soudanien » dans cette partie du monde. Le terme est, à notre sens, quelque peu exagéré, car les espèces tropicales ne représentent qu’une faible proportion (moins de 5 %) de la flore de cette zone ; de plus, beaucoup d’entre elles sont rares et aucune n’est dominante.

22Dans la vallée du Jourdain, de Jéricho au lac de Tibériade, le caractère tropical de la végétation s’atténue progressivement vers le nord, au fur et à mesure que l’altitude s’élève, que la pluviosité augmente et que les températures hiverna les diminuent. La haute vallée de la Bekaa et la vallée de l’Oronte n’ont plus ce caractère tropical et abritent une végétation irano-touranienne steppique à armoises, pistachiers, chênes et amandiers (Zohary, 1973 ; Quézel et Barbéro, 1985). Dans les zones les plus basses des environs d’Antioche, on trouve un maquis méditerranéen à caroubier, laurier, myrte et oléastre.

Les rifts et la migration de la Rand Flora

23Le concept de Rand Flora a été défini pour la première fois par Christ (1892) et évoqué par divers phytogéographes dont Maire et Quézel. Il correspond à une flore panafricaine des milieux arides dont on trouve de nombreux éléments au Sahara mais aussi dans les déserts de l’Asie du Sud-Ouest et les steppes ibéro-maghrébiennes et irano-touraniennes.

24Nous l’avons analysé avec un certain détail (Le Houérou, 1995) et nous avons montré que cette Rand Flora, qui correspond par exemple à 13 % des 2 600 espèces de la flore ibéro-maghrébienne, est formée de lignées d’espèces de plantes supérieures adaptées aux climats secs. Ces lignées appartiennent à des groupes botaniques représentés par un petit nombre d’espèces, voire une seule, alors qu’en Afrique du Sud, ces mêmes groupes occupent une plus grande place dans la flore et sont bien plus riches en espèces. Les genres et espèces de la Rand Flora sont donc isolés et leurs plus proches parents sont localisés en Afrique australe (Afrique du Sud, Botswana, Namibie), notamment dans les végétations du Karoo et du Namaqualand.

Forêt claire à cactiformes, euphorbes et acacias parasols (fond du Rift, région des lacs, Éthiopie).

25La migration de cette flore du Sud africain vers le nord, au Sahel et au Sahara, paraît assez récente, probablement plio-quaternaire. Certaines espèces semblent même s’être déplacées à une période encore plus récente, sans doute au cours de la période historique (Gillet, 1968).

26Le problème posé par la migration de cette flore est de savoir si elle s’est effectuée lors des épisodes arides du Quaternaire, au travers d’une forêt humide fragmentée en Afrique centrale ou occidentale, ou si, au contraire, les migrations se sont opérées au cours des interpluviaux arides par la voie des rifts, notamment du Rift oriental. La seconde hypothèse nous apparaît plus simple et plus vraisemblable, car les zones non arides des rifts méridionaux ne s’étendent pas, du nord au sud, sur plus de 1 000 km. On peut donc imaginer qu’elles aient pu se restreindre considérablement, voire totalement disparaître, pendant les périodes les plus sèches, facilitant ainsi les migrations. On peut d’ailleurs suivre les espèces à la trace dans les zones actuellement arides et semi-arides du centre de la Tanzanie, du Kenya, de l’Éthiopie, de la Somalie et du Soudan. Par l’autre voie, il faudrait qu’elles aient effectué une improbable traversée des zones hyper-humides et humides portant les forêts et les savanes guinéo-congolaises et soudaniennes, avant d’atteindre, 2 500 km plus au nord, les premières zones arides du Sahel.

Conclusion

27La continuité structurale intercontinentale que constituent les rifts afro-asiatiques présente en fait une grande diversité de climats et de milieux qui se traduit par une certaine hétérogénéité mais aussi par une relative richesse des flores et des végétations. Il est difficile de faire émerger des points communs entre les différentes régions du Rift. On peut toutefois remarquer la place importante qu’y prennent les éléments adaptés à des contextes arides, voire hyperarides.

28Par ailleurs, le Rift oriental africain semble avoir joué un rôle capital dans la migration de la flore sèche panafricaine de son berceau de l’Afrique australe vers le Sahel, le Sahara et même le pourtour méditerranéen.

Bibliographie

Références

Christ H., 1892 – Exposé sur le rôle que joue dans le domaine de nos flores la flore dite « ancienne africaine ». Archives des Sciences Physiques et Naturelles de Genève, n° 3, XXVIII : 1-48 et 369-374.

Danin A., 1983 – Desert vegetation of Israel and Sinaï. Jérusalem, Cana Publishing House, 148 p.

Gillet H., 1968 – La végétation du massif de l’Ennedi. Paris, Imprimerie Nationale, 208 p.

Le Houérou H. N., 1984 – Aperçu écologique de l’Éthiopie. Journal d’Agriculture Traditionnelle et de Botanique Appliquée, XXXI, 3-4 : 211-233.

Le Houérou H. N., 1995 – Bioclimatologie et biogéographie des steppes arides du nord de l’Afrique. Options Méditerranéennes, 2 (10) : 1-396.

Le Houérou H. N., 1997 – Biodiversité végétale et ressources génétiques en Afrique. Sécheresse, 8 (21) : 117-122.

Le Houérou H. N., 2003 – Bioclimatology and Phytogeography of the Red Sea and Aden Gulf Basins. A Monograph (with a Particular Reference to the Highland Evergreen Sclerophylls and the Lowland Halophytes). Journal of Arid land Research and Development, 17 : 177-256.

Le Houérou H. N., Popov G. F., 1981 – An Eco-Climatic Classification of Inter-Tropical Africa. Rome, FAO, Plant Production Papers, n° 31, 40 p.

LE Houérou H. N., Popov G. F., See L., 1993 – Agro-Bioclimatic Classification of Africa. Rome, FAO, Agroclimatic Papers, n° 6, 227 p.

Pratt D. J., Gwynne, eds, 1977 – Rangeland Management and Ecology in East Africa. London, Hodder & Stoughton, 310 p.

Quézel P., Barbéro M., 1985 – La végétation potentielle de la région méditerranéenne. Paris, CNRS, Méditerranée orientale, Feuille 8, n° 1, 89 p.

Walter H., Lieth H., 1960 – Klimadiagramm Weltatlas. Jena, Gustaf Fisher Verlag.

White F., 1993 – The AETFAT chorological classification of Africa : history, methods and applications. Bulletin du Jardin Botanique National de Belgique, 62 : 255-281.

Zohary M., 1973 – Geobotanical Foundation of the Middle East. Stuttgart, Gustav Fisher, 2 vol.

Table des illustrations

Légende photo > Peuplement d’Acacia tortilis au bord du lac Challa (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Savane arborée du fond du Rift (plaine d’Arba Minch).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Forêt claire à cactiformes, euphorbes et acacias parasols (fond du Rift, région des lacs, Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1748/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M

Auteur

Géographe, consultant international sur l’écologie, la gestion et développement des régions arides

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540