Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 2. Le Rift, laboratoire des origines

Chapitre 9. L’évolution de l’homme

Brigitte Senut

Texte intégral

photo > Dans le Rift, les dépôts des Tugen Hills près du lac Bogoria recèlent des sites très riches en fossiles de grands singes et d’hominidés anciens.

1Si, il y a vingt ans à peine, les plus anciens hominidés étaient recherchés aux confins du Pliocène (aux alentours de 4-5 millions d’années), il semble bien que leur histoire paléontologique soit plus ancienne et remonte au Miocène supérieur (vers 10 Ma, voire plus). L’Afrique a probablement été le berceau des hominidés, comme celui du genre Homo, il y a près de 2,5 millions d’années, et de l’homme moderne il y a quelques centaines de milliers d’années. Aujourd’hui, le débat s’avère intense sur l’origine des hominidés : sont-ils nés au Tchad, en Afrique orientale, en Afrique australe ou en Eurasie ? Les données actuelles convergent toutes vers une origine africaine et non pas européenne. Au sein de l’Afrique, l’Afrique orientale apparaît comme un très bon candidat, même si certains auteurs considèrent que l’Afrique saharienne serait mieux placée. En dehors du débat concernant l’attribution de Sahelanthropus (un hominoïde vieux peut-être de 7 Ma environ) à un hominidé ou un Gorillidae et l’âge ancien de celui-ci, il demeure que les premières preuves incontestées de bipédie proviennent des dépôts du Rift est-africain, très bien calés chronologiquement à 6 millions d’années. En près de quatre-vingts ans de recherches, les descendants directs de ces hominoïdes, représentés par les fossiles pliopléistocènes (4 à 1,8 Ma environ) sont exclusivement africains et à plus de 80 % est-africains. Il n’y a de consensus ni sur leur systématique, ni sur leurs relations de parenté, en partie en raison de la multiplication des découvertes au cours des dix dernières années, et les questions posées s’avèrent beaucoup plus complexes qu’on ne l’imaginait.

2Actuellement, trois problématiques suscitent des débats animés dans la communauté internationale : l’origine des hominidés, l’origine du genre Homo et enfin l’origine de l’Homo sapiens. L’Afrique s’avère un continent clé pour traiter les trois. Mais nous n’avons pas de certitudes, car ce domaine est en plein bouillonnement. La paléontologie est, par définition, une science d’accumulation des connaissances ; chacun apporte sa contribution pour combler petit à petit les lacunes dans ces savoirs, mais il est évident que seul l’avenir pourra juger des scénarios proposés.

L’origine des hominidés

3Les grands singes actuels se différencient facilement des hominidés par leur morphologie crânienne, dentaire et locomotrice. Toutefois, plus on recule dans le temps, plus les différences s’estompent, et les tout premiers hominidés ont conservé certains caractères des grands singes miocènes (notamment dans leurs dents), caractères qui étaient moins spécialisés que ceux de leurs descendants, d’où le débat actuel.

4Pendant longtemps, les dates de divergence entre les grands singes africains et l’homme ont varié : de 2 Ma pour certains biologistes moléculaires jusqu’à près de 18 Ma pour certains paléontologues. Jusqu’à la fin des années 1990 a prédominé l’hypothèse selon laquelle cette dichotomie entre l’homme et les grands singes devait se situer vers 6 millions d’années. Mais la découverte en 2000 d’Orrorin tugenensis, daté de 6 Ma, témoigne du fait que la divergence doit être encore plus ancienne. Puis celles d’Ardipithecus ramidus kadabba et de Sahelanthropus tchadensis sont venues confirmer cette ancienneté. Ces découvertes ont également permis de remettre en cause la tendance classique anglo-américaine d’attribuer à des hominidés, ou même plus précisément à des australopithèques, toutes les pièces d’hominoïdes datées entre 9 et 4 Ma. Si l’on accepte cette idée, il faut donc supposer que du creuset constitué par la grande diversité des hominoïdes est-africains, une seule lignée aurait survécu, et que cette dernière aurait donné exclusivement naissance à l’homme selon une évolution graduelle rectiligne. On s’aperçoit aujourd’hui que la diversité est bien plus grande qu’on ne le pensait, d’où les discussions ; on peut, toutefois, tenter aujourd’hui d’esquisser un scénario un peu plus complet. Qui sont donc ces plus anciens hominidés du Rift ?

La formation de Lukeino au Kenya. Ses dépôts rouges très riches en fossiles ont livré des restes d’hominidés vieux de 6 Ma (Orrorin tugenensis).

Les hominidés les plus anciens

Les hominidés de la formation de Lukeino (6 Ma) : Orrorin tugenensis

5Connus depuis 1974 sur le site de Cheboit, les hominidés de la formation de Lukeino sont bien représentés aujourd’hui sur quatre sites. Leur anatomie dentaire et postcrânienne présente des caractères clairs d’hominidés (molaires, incisives, forme de la symphyse mandibulaire, adaptation à la bipédie), tout en conservant des caractères plus archaïques (comme la morphologie des canines ou des prémolaires).

Ardipithecus kadabba

6Pour son inventeur, Haïlé-Sélassié, cette espèce d’Ardipithecus pourrait être un hominidé ancien bipède. Cependant, même si certains caractères dentaires semblent rappeler certaines dents d’hominidés, trop peu d’éléments (quelques dents isolées et quelques phalanges) sont conservés pour pouvoir conclure avec certitude aujourd’hui.

Les hominidés de la formation de Mabaget (5,1-4,5 Ma) : Australopithecus praegens

7Dans les collines Tugen, plusieurs gisements ont livré des restes d’hominidés. Celui de Mabaget (connu aussi sous le nom de Chemeron Northern Extension), situé dans la partie inférieure de la formation de Mabaget (5,1 Ma), a livré en 1980 un fragment d’humérus qui fut à l’origine attribué à Australopithecus afarensis. Mais l’aspect fragmentaire de la pièce invite à la prudence : on peut le considérer comme un hominoïde au sens large. À Pelion, Sagatia et Ngetabkwony, ce sont des dents isolées et un fragment de vertèbre que l’on peut rapporter à des hominidés.

8Les dépôts de la partie supérieure de la formation de Mabaget (4,5 Ma) à Tabarin ont livré en 1984 un fragment de mandibule. La forme du corps mandibulaire, large et bas, et la morphologie interne de l’os ont conduit les auteurs à l’attribuer à Australopithecus afarensis. Toutefois, la mandibule est plus petite que celles rapportées généralement à cette espèce. En outre, les dimensions des molaires semblent plus proches de celles de Proconsul africanus (un grand singe du Miocène inférieur du Kenya). Plus récemment, Ferguson (1989) a créé un nouveau taxon, Australopithecus praegens, à partir de cette mandibule. Puis la pièce a été rapportée à Ardipithecus ramidus (1998) en raison de la faible épaisseur de l’émail aux molaires et de l’étroitesse de ces dernières. Si cela s’avérait exact, l’espèce ramidus deviendrait synonyme de praegens, créée antérieurement.

L’hominidé indéterminé de Lothagam

9En 1967, Patterson trouve à Lothagam, au sud-ouest du lac Turkana, une mandibule fragmentaire d’un hominoïde avec les alvéoles de plusieurs dents et une molaire. On a cru pendant longtemps que cette pièce était vieille de 7 millions d’années, mais, selon des datations récentes et plus précises, son âge est plus probablement situé entre 4,2 et 5 Ma. Elle a été attribuée à Australopithecus cf. africanus sur la base de sa taille et de sa morphologie. Cependant, au milieu des années 1970, Eckhardt conclut que la pièce se rapproche des dryopithèques. Plus tard, des auteurs suggèrent que la mandibule pourrait appartenir à Australopithecus afarensis en se fondant sur la morphologie de la face interne et la présence d’une dépression sur la face externe de l’os. Le spécimen étant fragmentaire, il apparaît plus prudent de l’attribuer à un hominoïde indéterminé. Des recherches plus récentes conduites sur ce site ont permis de préciser la stratigraphie et l’âge du gisement et ont livré 2 nouvelles dents : une troisième molaire supérieure gauche et une première incisive inférieure droite provenant du membre supérieur de la formation de Nawata, dont l’âge est estimé à 5,23 Ma. La mandibule proviendrait du membre d’Apak vieux de 4,22 ± 0,03 Ma. Mais son statut précis n’est pas encore clair.

Les données éthiopiennes du site d’Aramis : Ardipithecus ramidus

10À l’automne 1994, White et son équipe annoncent la découverte d’une nouvelle espèce d’hominidé à Aramis en Éthiopie, Australopithecus ramidus, considérée comme l’ancêtre de tous les hominidés ultérieurs (Australopithecus et Homo). Puis, quelques mois plus tard, dans un corrigendum dans la revue Nature, les mêmes auteurs attribuent leur matériel à un nouveau genre, Ardipithecus. Le matériel provenait de sédiments vieux de 4,4 millions d’années. Différent d’Australopithecus, notamment par la mégadontie post-canine plus faible, des canines relativement plus larges par rapport à l’ensemble des prémolaires et des molaires, la première molaire de lait étroite et allongée, un émail relativement plus mince aux canines et aux molaires, une première prémolaire supérieure asymétrique et la morphologie temporomandibulaire, Ardipithecus semble se rapprocher des hominidés par la position haute de l’épaulement aux canines et par les modes d’usure. Toutefois, lorsque l’on considère globalement les caractères, il apparaît que par ses variations métriques et morphologiques, Ardipithecus tombe dans la variation des bonobos modernes. En outre, Ardipithecus serait bipède comme le suggérerait un squelette découvert à Aramis, toutefois, ce dernier n’est toujours pas publié et en l’absence de preuves, il faut être prudent avec cette affirmation.

La bipédie : un caractère clé des hominidés
Définir l’homme n’est pas une tâche aisée, mais de tous les caractères proposés, la bipédie est bien celui qui paraît le plus robuste. En effet, si on considère la taille du cerveau, elle apparaît encore petite chez les australopithèques, et peu différente de celle des chimpanzés ou des gorilles. Si c’est l’aplatissement de la face qui est pris en compte, il faut être prudent, car cet aplatissement peut avoir plusieurs causes (dimorphisme sexuel, locomotion arboricole, notamment). La petite taille de la canine a été largement utilisée pour définir les hominidés ; toutefois, là encore, on peut émettre quelques réserves car petite canine est souvent liée à dimorphisme sexuel. Finalement, l’adaptation à la bipédie mérite d’être retenue. Certes, tous les primates sont bipèdes de manière au moins occasionnelle, mais seul l’homme et ses proches parents fossiles (que l’on regroupe dans les hominidés) sont bipèdes de façon quasi permanente. Toutes les données fossiles recueillies à ce jour suggèrent que la bipédie est bien un caractère incontournable de la définition de l’homme.

Restes de fémur d’Orrorin tugenensis. Parmi les caractères de bipédie, on peut noter l’os du fémur, plus épais à la base qu’au sommet, comme chez l’homme et les australopithèques.

11Les premières traces de bipédie sont attestées chez Orrorin tugenensis provenant de la formation de Lukeino, vieille de 6 Ma, avec la découverte de plusieurs restes de fémurs qui présentent les caractères définis chez l’homme : un col fémoral long et aplati antéro-postérieurement, une tête fémorale assez grande par rapport au col, la présence d’une gouttière pour le muscle obturateur externe (présente chez l’homme et absente chez les grands singes) et la répartition particulière de l’os cortical, épais à la base du col et fin à la partie supérieure. Cette première bipédie est liée à une forme de grimper, probablement héritée des ancêtres. Les australopithèques, bien que bipèdes, présentent une bipédie différente de celle d’Orrorin et également distincte de celle de l’homme, notamment par des proportions de la tête fémorale par rapport au col différentes, mais aussi par des insertions musculaires différentes. En outre, comme Orrorin, ils restent en partie inféodés aux arbres. En effet, au cours de l’évolution des primates, l’arbre apparaît comme un élément clé de la survie des animaux qui y trouvent nourriture et protection. Avec l’assèchement du milieu, on observe des êtres dont la bipédie est plus affirmée, jusqu’à ce que les hominidés se libèrent totalement du milieu arboré.

Les australopithèques

12Le groupe des Australopithèques, ou « pré-humains », comme ils sont quelquefois mentionnés, reste un groupe qui a connu son heure de gloire au xxe siècle. Ils ont été considérés pendant près de soixante-dix ans comme des ancêtres directs de l’homme, mais leur position phylogénétique semble moins assurée aujourd’hui et elle est très discutée. Toutefois, un certain nombre d’anthropologues les acceptent toujours comme des ancêtres immédiats. Pour caractériser les australopithèques, on les a pendant longtemps différenciés en graciles et robustes ; mais ces appellations n’ont plus cours aujourd’hui. Certains auteurs ont même suggéré que A. africanus était la femelle de A. robustus ; mais si cela était exact, il faudrait admettre que les femelles seraient apparues avant les mâles (au moins 1,2 million d’années plus tôt), et qu’elles auraient habité des sites différents de ces derniers !

13On regroupe aujourd’hui sous le nom général d’australopithèques les genres Australopithecus, Paranthropus et certains autres comme Kenyanthropus ou même pour certains Ardipithecus. Toutefois, il n’y a pas de réel consensus au sein des chercheurs. Le groupe des australopithèques apparaît très diversifié. Les australopithèques ont vécu entre 4,5 et 1,4 millions d’années environ, exclusivement en Afrique où ils ont été concentrés le long du Rift entre la mer Rouge et le Transvaal, et on les trouve aussi bien en Éthiopie, au Kenya, en Tanzanie qu’au Malawi, et jusqu’en Afrique du Sud avec les célèbres gisements du Gauteng (ex-Transvaal). En dehors de l’Afrique australe et orientale, une seule espèce est connue au Tchad (fig. 1).

Figure 1. Carte des sites à australopithèques, un groupe exclusivement africain.

Qui sont les australopithèques ?

14C’est à Raymond Dart, anatomiste à l’université du Witwatersrand à Johannesburg, que l’on doit leur reconnaissance, avec la publication en 1925 de l’espèce Australopithecus africanus, qu’il a créée à partir d’un crâne partiel d’enfant découvert dans une carrière de calcaire située dans le Bechuanaland en Afrique australe. Avec cette découverte, Dart met à bas les dogmes de l’époque sur l’origine des hominidés : ces derniers n’étaient pas nés sur le continent asiatique ; la capacité crânienne était estimée à 520 cm3 (plus grande que celle d’un chimpanzé, mais inférieure à celle d’un gorille) ; les dents s’avéraient plus humaines que simiesques ; la face n’était pas aussi saillante que celle des chimpanzés, le bourrelet sus-orbitaire était absent et la position du trou occipital laissait supposer que cette créature marchait sur ses deux pattes de derrière.

15Dart était persuadé qu’il avait trouvé le mythique « chaînon manquant », pas tout à fait homme et pas vraiment singe. Ces résultats ont été très discutés par les « leaders » dogmatiques de l’anthropologie de l’époque : ce n’était ni le continent, ni les caractères attendus ! Cette fabuleuse découverte ne recevra ses lettres de noblesse que plusieurs années plus tard avec la découverte du premier australopithèque adulte dans les grottes de Sterkfontein dans le Transvaal. Depuis lors, les découvertes se sont multipliées au Kenya, en Éthiopie, au Malawi et en Tanzanie, mais aussi en Afrique du Sud, où le squelette quasi complet d’un australopithèque, non encore nommé scientifiquement, mais surnommé « Little Foot », a été découvert en 1995.

16Malgré plusieurs annonces de la présence d’australopithèques en Asie, qui se sont révélées erronées, ce groupe n’est connu qu’en Afrique, et en 1995, son aire de répartition s’est agrandie au Tchad. On peut aujourd’hui mettre en évidence un buissonnement très fort de ce groupe, qui est représenté par huit espèces dont les limites et les relations de parenté ne sont pas toujours claires, d’où un intense débat au sein de la communauté des chercheurs : Australopithecus anamensis, A. afarensis, A. africanus, A. bahrelgazahli, A. garhi, A. robustus, A. aethiopicus et A. boisei, dont les trois dernières, les plus robustes, sont parfois rattachées au genre Paranthropus. Certaines de ces espèces ont pu cohabiter. Pour certains, A. afarensis est l’ancêtre de tous les autres australopithèques et de l’homme, pour d’autres, cette espèce aurait déjà cohabité avec les premiers hommes. En outre, un crâne écrasé découvert en 2001 au Kenya et publié sous le nom de Kenyanthropus platyops pourrait être rapporté à la même espèce que celle de Lucy, décrite à Hadar, Australopithecus afarensis.

17De cerveau d’une taille peu différente de celle des grands singes, les australopithèques se différencient de ces derniers par une face large au niveau des pommettes et par un système masticateur relativement puissant. Les molaires et prémolaires sont en général bien à fortement développées, recouvertes d’un émail épaissi, et le trou occipital est placé plus antérieurement. Enfin, ils pratiquent tous une bipédie fréquente associée à une forme de grimper.

Les différentes espèces

18À la fin des années 1930, l’explorateur allemand L. Kohl-Larsen découvre en Tanzanie à Garusi (dans la région de Laetoli) un fragment de maxillaire portant les prémolaires et les molaires, qui fut formellement nommé en 1955 Praeanthropus africanus par Senyürek. Ce dernier relève de nombreuses différences avec les australopithèques connus à l’époque, différences qui lui suggèrent que Praeanthropus est bien un genre à part. Ce genre fut un peu oublié jusqu’à la découverte en 1974 dans l’Afar éthiopien de la fameuse « Lucy », rapportée à Australopithecus afarensis, espèce à laquelle est attribué le matériel de Garusi.

19En 1966, Patterson découvre à Kanapoi au Kenya un humérus fragmentaire appartenant à un hominidé vieux de 4 millions d’années. À cette époque, on connaissait encore peu de chose sur les os du membre supérieur des hominidés anciens d’Afrique orientale. Comme l’os appartenait à un hominidé et qu’il était assez âgé, il fut naturellement attribué à Australopithecus. Avec les nombreuses découvertes d’os des membres d’australopithèques en Afrique orientale et en Afrique australe, il fut possible de faire une révision des spécimens. La morphologie de l’humérus de Kanapoi était vraiment très humaine et se démarquait de celle des australopithèques.

20À l’été 1995, un nouveau matériel fossile provenant des gisements de Kanapoi (sud-ouest du lac Turkana), vieux de 4,2 Ma, et d’Allia Bay (dans l’Est Turkana) un peu plus jeune (3,2 Ma), a permis de créer une nouvelle espèce d’australopithèque, Australopithecus anamensis. Les mâchoires présentent des caractères que l’on retrouve chez certains spécimens de A. afarensis (différents de Lucy) de Hadar en Éthiopie et sur le fameux spécimen de Garusi. Or ce dernier avait déjà un nom, Praeanthropus africanus, et les découvertes récentes suggéraient que ce dernier nom était parfaitement valide. La synonymie entre Australopithecus anamensis et Praeanthropus africanus fut alors proposée. Plusieurs restes postcrâniens ont été récoltés, et notamment un tibia quasi complet, à l’aspect très humain, qui indique une bipédie bien établie chez cet hominidé et différente de celle des australopithèques classiques. Cette espèce apparaît donc très humaine par son squelette et moins humaine par ses dents. De nombreux paléontologues considèrent A. anamensis comme l’ancêtre de tous les autres australopithèques et de l’homme, mais d’autres le considèrent comme un australopithèque particulier. Toutefois, la présence d’un squelette locomoteur orienté vers la bipédie permet de considérer ce matériel comme un témoignage vieux de 4 Ma de la lignée humaine. Ainsi, A. anamensis pourrait appartenir au genre Praeanthropus plutôt qu’au genre Australopithecus et témoignerait de la présence ancienne de la lignée humaine.

Laetoli : des traces à suivre ?

21Découvertes par Mary Leakey en 1978 à Laetoli en Tanzanie, les fameuses traces de pas de plusieurs hominidés vieilles de 3,8 Ma sont toujours au centre d’un débat. Ces empreintes ont été imprimées dans un sol humide qui a été figé par des cendres volcaniques. D’où leur excellente conservation. Mais à qui appartiennent-elles ? De nombreux auteurs considèrent qu’elles sont la marque d’australopithèques proches de ceux qui vivaient dans la région de l’Afar en Éthiopie. Cette interprétation est fondée sur le fait que ces auteurs considèrent que ces hominidés étaient capables de marcher et de courir comme nous. Or, de nombreux travaux ont montré que les hominidés de l’Afar étaient capables de grimper aux arbres, alors que ces empreintes s’avéreraient trop « humaines » : un caractère notamment mis en avant est la divergence du gros orteil. D’autres scientifiques ont considéré que les empreintes n’étaient pas très humaines et qu’elles présentaient de nombreux caractères simiesques.

22Que devons-nous en penser ? Il est toujours délicat de travailler sur des restes ichnologiques, car les impressions peuvent être déformées par le substrat, par l’érosion et la fossilisation. Cependant, on peut proposer plusieurs éléments de réflexion. Le premier porte sur le fait que la plupart des travaux menés chez l’homme actuel n’ont pas tenu compte de ce qu’aujourd’hui nos pieds sont déformés par le port de chaussures ; les empreintes que nous laissons ne sont donc pas totalement « naturelles ». Un autre élément repose sur le fait que la plupart des analyses réalisées en laboratoire l’ont été sur un sol plan. Bien sûr, on peut faire marcher des individus sur des substrats différents, mais une empreinte peut également être déformée par les aspérités du sol (fréquentes dans la nature) et ses variations morphologiques ne sont pas des caractères simiesques. Dans un travail très intéressant, un auteur a utilisé comme matériel de comparaison plus de 400 empreintes d’Amérindiens actuels qui marchent pieds nus. Effectivement, le gros orteil est légèrement écarté des autres orteils, mais c’est un caractère classique observé chez les gens qui ne portent pas habituellement de chaussures. Les empreintes de pas de Laetoli auraient donc bien pu être laissées par des hominidés plus humains que les australopithèques, et pourquoi pas par des praeanthropes ?

Kenyanthropus platyops : une pièce au statut incertain

23Le gisement de Lomekwi sur la rive occidentale du lac Turkana, au Kenya, a livré le crâne écrasé d’un hominidé dans des sédiments vieux de 3,2 à 3,5 Ma. Ce dernier a été attribué à un genre nouveau et une espèce nouvelle d’hominidés, Kenyanthropus platyops, en raison de l’aplatissement marqué de la face ; toutefois, ce dernier est largement dû à l’écrasement et à la déformation de la région faciale ; la prudence est donc de mise. Si les caractères du crâne diffèrent de ceux des représentants anciens du genre Homo (H. habilis et H. rudolfensis), leur différenciation de ceux des australopithèques est moins évidente. En effet, les traits utilisés pour créer la nouvelle espèce apparaissent variables chez ceux-ci. C’est pourquoi ce crâne a été rapporté récemment à un mâle d’Australopithecus afarensis. Les niveaux dans lesquels il a été découvert sont plutôt boisés et humides, montrant une fois de plus que les hominidés anciens ne sont pas des habitants exclusifs des savanes.

Empreintes de pas fossilisées de plusieurs hominidés, datées de 3,8 Ma, découvertes à Laetoli en Tanzanie.

Australopithecus afarensis : Lucy et les siens

24Australopithecus afarensis est l’espèce d’australopithèque probablement la plus célèbre de ces trente dernières années, grâce aux découvertes d’une équipe franco-américaine : un genou complet en 1973 (le fameux genou de Claire), puis celle, exceptionnelle, en 1974 d’un squelette complet à 40 %, baptisé Lucy, devenue une mascotte de la paléontologie humaine. Ces australopithèques sont connus aujourd’hui entre 4,4 et 2,6 Ma en Éthiopie, en Tanzanie et peut-être au Kenya. Les sites principaux sont, du plus ancien au plus récent, Fejej (4 Ma), Laetoli (3,6 Ma environ), Maka (3,4 Ma) et Hadar (3,2 à 2,8 Ma).

25Australopithecus afarensis est un être de taille plutôt petite (1,10 m en moyenne), possédant une boîte crânienne de la taille de celle d’un chimpanzé (la capacité crânienne de Lucy est de 360 cm3). Les incisives centrales sont larges (un peu comme chez les chimpanzés), les molaires plus massives que celles des grands singes africains et recouvertes d’un émail plutôt épaissi, ce qui laisse supposer que cette espèce était adaptée à un régime composé de fruits plus coriaces que ceux qui entrent dans l’alimentation des grands singes. Le bourrelet sus-orbitaire est peu marqué chez Lucy, mais plus fortement chez d’autres individus. La différence de taille entre les mâles et les femelles serait bien marquée. Les proportions corporelles de A. afarensis sont très particulières : en effet, ses membres inférieurs sont encore assez courts, par rapport à des membres supérieurs qui paraissent donc assez longs. La reconstruction de la position du centre de gravité de Lucy montre que celui-ci est déplacé vers le bas sans être en position identique à celle de l’homme. Comme la plupart des autres australopithèques, ces premiers hominidés sont adaptés à un mode de locomotion particulier : une forme de bipédie un peu claudicante, associée à un grimper arboricole. Lorsqu’elle fut formalisée à la fin des années 1970, l’hypothèse d’un grimper chez les australopithèques a été très discutée (et ce encore aujourd’hui), mais avec l’avancée des travaux et l’étude de nouveaux fossiles, elle est aujourd’hui acceptée par une grande majorité de paléontologues. Le squelette du jeune enfant de Dikika découvert en Éthiopie, publié l’automne 2006, confirme cette adaptation au grimper.

Figure 2. Reconstitution des australopithèques de Hadar. L’étude du reste de squelette de Lucy, comme de nombreux autres restes, montre que les australopithèques de Hadar vivaient dans des milieux où les arbres étaient présents.

26Cette espèce est très variable en taille, mais aussi en morphologie (notamment dans les éléments du squelette, mais aussi dans les dents) ; c’est ce qui a conduit plusieurs chercheurs à proposer la présence de deux espèces, voire deux genres mélangés sous A. afarensis. Bien évidemment, cette hypothèse fait l’objet de débats souvent animés, mais elle ne peut, a priori, être écartée.

Australopithecus africanus : les premiers découverts

27Mise au jour en Afrique du Sud, dans des gisements vieux de 3,2 à 2,8 Ma (Taung, Sterkfontein, Makapansgat, Gladysvale, Cooper’s site), Australopithecus africanus est la première espèce d’hominidés à avoir été décrite par Dart en 1925. Un squelette partiel, découvert en 1947 à Sterkfontein par Broom, a permis d’estimer la taille et le poids de cette espèce : en moyenne, un peu plus grande que A. afarensis (1,30 m) et un peu plus lourde (40 kg environ). Le crâne, plus globuleux que celui de l’espèce précédente et plus grand (485 cm3 en moyenne), possède un bourrelet au-dessus des orbites, une face allongée vers l’avant (prognathisme) et concave, des prémolaires et des molaires massives et pas d’espaces entre les dents (diastèmes). Bipède certes, cet australopithèque pouvait encore grimper aux arbres et vivait dans un milieu plus humide qu’on ne le pense généralement, puisque des restes de palmiers ont été découverts à Makapansgat et une liane à Sterkfontein. Cette capacité à l’arboricolie a été confirmée par une découverte récente en Afrique du Sud sur le site de Sterkfontein : « Little Foot », décrit en 1995, montre en effet que, dans des niveaux datant de 3,2 Ma (ou peut-être plus), le pied des hominidés anciens possédait d’indéniables caractères d’adaptation à la saisie, et révèle que ces derniers étaient probablement de bons grimpeurs. En 1998, Clarke découvre le reste du squelette, qui s’avère aussi complet que celui de Lucy en Afrique orientale, mais dont l’étude n’est pas terminée : son statut systématique n’est pas encore clairement établi.

Australopithecus bahrelghazali : la seule espèce d’Afrique centrale

28Cette découverte est importante, car elle représente la seule espèce trouvée en dehors de la zone classique est- et sud-africaine, à près de 2 000 km donc de la région reconnue d’évolution des hominidés anciens. C’est en 1995 que fut annoncée la découverte du premier australopithèque au Tchad (baptisé Abel). D’âge similaire à celui de Lucy en Éthiopie (3 Ma à 3,5 Ma environ), il est représenté par un seul fossile, une mandibule dont les caractères s’avèrent étranges pour des australopithèques : implantation des dents antérieures, forme de la symphyse mandibulaire, morphologie dentaire. Ces caractères suggèrent que cet hominidé serait plus évolué qu’un australopithèque classique, et pourrait être un praeanthrope évolué ou un Homo ancien. On a voulu voir dans cette découverte la preuve que la fameuse « East Side Story » d’Yves Coppens était obsolète. Or, selon cette hypothèse, il est admis que la différenciation entre les grands singes et les hommes se serait passée vers 8 Ma, voire 10 Ma. Une pièce vieille de 3 millions d’années ne peut donc logiquement remettre en cause un scénario établi à 8 millions d’années.

Australopithecus garhi : australopithèque ou homme ancien ?

29Le site de Bouri, dans la vallée moyenne de l’Aouache en Éthiopie, vieux de 2,5 millions d’années environ, a livré un crâne fragmentaire ; à proximité de celui-ci, on a trouvé des fragments de squelettes, un autre crâne fragmentaire et deux mandibules (dont une complète). Pour ce matériel, une nouvelle espèce d’australopithèque a été créée, Australopithecus garhi. Le crâne est petit (capacité crânienne de 450 cm3), les mandibules ont des branches parallèles ou peu divergentes vers l’arrière et une face très projetée vers l’avant. Parmi les caractères surprenants de l’espèce, il faut noter des prémolaires et des molaires très grandes situées dans la limite de variation de celles des A. robustus (de même âge). Toutefois, les autres caractères s’accordent bien avec des êtres plus humains. Un fragment d’humérus et un fragment de fémur (s’ils appartiennent à A. garhi) montreraient que les proportions huméro-fémorales s’éloignent de celles des australopithèques antérieurs pour se rapprocher de celles des représentants du genre Homo, avec un bras raccourci et une cuisse allongée. Serait-ce un descendant des australopithèques, l’ancêtre des premiers Homo, ou bien le représentant d’une branche à part ? À Bouri même, des restes d’antilopes portant des marques de décarnisation ont été retrouvés, mais pas d’outils. Ces derniers ont été découverts dans des niveaux de même âge au Kada Gona, mais on ne connaît pas leur artisan avec certitude.

Paranthropus aethiopicus, P. robustus et P. boisei : le groupe des robustes

30Classiquement considérées comme les australopithèques robustes, ces espèces n’ont encore jamais été trouvées au-delà de 2,5 Ma. L’étude fine des caractères dentaires a conduit plusieurs paléontologues à rassembler ces espèces dans un genre différent d’Australopithecus, le genre Paranthropus, déjà proposé en 1948 sur des pièces trouvées à Swartkrans en Afrique du Sud. Toutefois, cette attribution est encore discutée.

31La plus ancienne, P. aethiopicus, a été découverte en 1967, dans la vallée de l’Omo, par Arambourg et Coppens dans des niveaux vieux de 2,5 Ma. Elle était représentée par une mandibule assez massive portant d’énormes dents. Plus récemment (1985), un crâne découvert à l’ouest du lac Turkana au Kenya dans la formation de Nachukui (2,6 à 2,3 Ma) a été attribué à cette même espèce. Le crâne, plutôt bas, est extrêmement massif ; la puissance des crêtes sagittale et nucale est à remarquer et se rapproche de celle des P. boisei. Le palais, plat et peu profond, comme la face très prognathe sont souvent rapprochés de ceux d’Australopithecus afarensis. Toutefois, la combinaison originale de l’ensemble de ses caractères justifie la création d’une nouvelle espèce, P. aethiopicus.

32P. robustus est un peu plus récent, puisqu’il daterait d’environ 2 à 1,8 Ma, et il est exclusivement sud-africain (Kromdraai, Swartkrans et Drimolen). P. boisei, est-africain, connu entre 2,4 et 1,2 Ma, est la plus robuste des trois espèces et elle est souvent appelée hyper-robuste.

33P. boisei n’est signalé qu’en Afrique de l’Est : au Kenya, en Tanzanie (avec le fameux zinjanthrope découvert en 1959 dans la gorge d’Olduvai), en Éthiopie (Konso notamment) et au Malawi à Malema.

Mandibule de Paranthropus boisei, datée de 1,8 Ma environ, provenant de Peninj (Tanzanie). On remarque la massivité des molaires et des prémolaires qui deviennent énormes dans cette lignée, probablement en liaison avec son alimentation à base de plantes coriaces.

34Leurs caractères morphologiques étant très proches, on peut penser que ces deux espèces résulteraient d’une variation géographique. Il faut remarquer, toutefois, que les espèces est-africaines sont hyper-robustes. Les australopithèques dits robustes se distinguent par une ossature extrêmement massive et des superstructures fortement marquées, notamment chez les mâles : crêtes sagittale et nucale fortes, saillie forte des arcades zygomatiques témoignant d’une musculature masticatrice puissante ; leurs molaires et prémolaires sont généralement grosses à énormes chez les espèces les plus tardives, et les mâchoires sont très massives. On peut noter, toutefois, certaines différences, en particulier dans la région frontale, dans la morphologie des orbites ou l’architecture du torus sus-orbitaire. Ils sont plus grands (1,55 m en moyenne), plus lourds (environ 50 kg) et leur crâne est plus gros (535 cm3 en moyenne). La variation sexuelle est forte, comme l’ont montré certains crânes provenant du Turkana oriental au Kenya ou de Drimolen en Afrique du Sud.

Les cohabitations

35Tout au long de l’histoire des premiers hominidés, on s’aperçoit qu’il n’y a pas d’évolution linéaire, comme on l’a pensé trop souvent. Il y a eu cohabitation entre différentes espèces, voire différents genres d’hominidés. À y regarder de plus près, cela paraît logique lorsque l’on prend en compte la diversité des milieux : on se trouve souvent en présence de milieux composites, et certains hominidés sont restés inféodés à un milieu plus boisé, alors que d’autres s’en allaient chercher leur subsistance ailleurs. Ainsi, les différences entre ces différents hominidés apparaissent moins marquées dans la morphologie dentaire, puisque les espèces cohabitantes mangent plus ou moins la même chose ; en revanche, elles sont plus nettes dans les adaptations locomotrices, car le moyen d’accéder à la nourriture est différent. On peut ainsi penser que les praeanthropes ont eu l’avantage de posséder une démarche bipède plus efficace leur permettant de se déplacer plus loin et plus longtemps pour aller chercher leur nourriture, et peut-être également diversifier leur alimentation ; alors que les australopithèques, quant à eux, encore bons grimpeurs, sont restés dans les niches écologiques plus boisées.

L’origine du genre Homo

36Reconnus avec certitude dès 2,5 Ma, les premiers hommes pourraient avoir été présents bien avant, vers 4 Ma, avec les praeanthropes. Les tout premiers représentants du genre Homo ont été découverts en Afrique orientale (Kenya, Tanzanie, Ouganda, Malawi et Éthiopie), en Afrique australe, et au Malawi. Comme dans le cas des australopithèques, trois ou quatre espèces sont connues, mais pas forcément acceptées par tous : il s’agit de Homo habilis, Homo rudolfensis, Homo ergaster et Homo erectus.

Homo habilis et Homo rudolfensis

37La plus ancienne espèce créée d’Homo ancien est Homo habilis, définie en 1964 à partir de restes découverts en 1960 sur le site d’Olduvai en Tanzanie : une mandibule, deux pariétaux, des os des mains et d’un pied presque complet. Les fragments de pariétaux permettent d’estimer la capacité crânienne qui s’avère bien supérieure à celles des australopithèques de l’époque (760 cm3), ce qui trouble les chercheurs. En outre, la mandibule est plutôt gracile et non pas massive comme celle des australopithèques, et les os des pieds et des mains semblent plutôt humains. C’est cet assemblage de caractères qui a suggéré aux chercheurs qu’un hominidé ancien, plus évolué que l’australopithèque, avait vécu en Afrique, où il est connu à Olduvai en Tanzanie, dans l’Afar et dans la vallée de l’Omo en Éthiopie, en Afrique du Sud à Sterkfontein, à Chemeron et à Koobi Fora au Kenya.

Mandibule d’Homo habilis, découverte dans la gorge d’Olduvai (Tanzanie) en 1960. Elle constitue le spécimen type d’Homo habilis. Le fait que la troisième molaire sur le côté gauche, plus complet, ne soit pas encore sortie indique que la pièce appartient à un individu juvénile.

38C’est au Kenya qu’un crâne célèbre (KNM ER 1470) daté de 1,8 Ma, est récolté en 1972. Puis, en 1978, après un réexamen du matériel, l’anthropologue russe V. P. Alexeev propose sur la base de ce crâne une nouvelle espèce, Homo rudolfensis. Il note en particulier la position très haute des orbites, la forte étroitesse de l’ouverture nasale et la morphologie du bourrelet sus-orbitaire, différente des autres hominidés. Il s’est avéré qu’il y avait deux espèces d’Homo ancien : Homo habilis (2,4 à 1,5 Ma) et Homo rudolfensis (2,5 à 1,8 Ma). La systématique de ces premiers Homo est encore très discutée, mais il semble plausible que Homo habilis soit représenté à Olduvai, en Afrique du Sud, et par quelques spécimens de Koobi Fora au Kenya. Quant à Homo rudolfensis, il serait présent à Koobi Fora et au Malawi sur le site d’Uraha.

39Comparés aux australopithèques, les premiers hommes sont de morphologie dentaire plus gracile, le palais est plus creux, le crâne plus arrondi, les arcades zygomatiques moins saillantes et la face un peu plus plate sans être droite. Il faut remarquer que ces premiers Homo ont côtoyé les australopithèques, mais que, par leur anatomie dentaire et postcrânienne, ils étaient adaptés à des niches écologiques un peu différentes.

Homo ergaster et Homo erectus

40Le premier Homo erectus (le fameux Pithecanthropus erectus) fut mis au jour à Java à la fin du xixe siècle et son âge a considérablement vieilli, puisqu’en l’espace d’une vingtaine d’années, il est passé de 800 000 ans à 1,7 Ma (mais a-t-on bien daté les niveaux qui ont livré les hommes anciens ?). Puis il est trouvé sur le continent africain dans les années 1960 avec la fameuse calotte crânienne d’Olduvai, OH 9. Des spécimens sont aujourd’hui connus sur tout le continent africain, et principalement en Afrique orientale. Si, dans les années 1970, on croyait encore que les Homo habilis s’étaient transformés vers 1,7 Ma en Homo erectus qui allaient envahir tout l’Ancien Monde vers 1,5 Ma, le scénario apparaît aujourd’hui bien plus complexe.

41Les découvertes de terrain se multipliant, l’espèce erectus était devenue une sorte de fourre-tout où l’on entassait toute pièce postérieure à 2 millions d’années et qui ne pouvait pas être classée dans les australopithèques ou rapportée à Homo habilis.

42Puis, en 1975, des paléontologues créent une nouvelle espèce, H. ergaster, à partir d’une mandibule trouvée à Koobi Fora dans le Turkana oriental. On y rapporte généralement les pièces les plus anciennes (1,8 à 1,5 Ma), les pièces les plus récentes restant attribuées à H. erectus (1,2 à 0,5 Ma). Certains auteurs préconisent de n’utiliser le terme d’Homo erectus que pour les fossiles asiatiques.

43En résumé, ces attributions sont loin de faire l’unanimité aujourd’hui car la distinction notamment entre les deux espèces H. ergaster et H. erectus est loin d’être claire. Le groupe des Homo erectus-Homo ergaster dans le Rift est représenté par des crânes kényans (KNM ER 3733 et KNM ER 3883) ainsi que par de très nombreux fragments à Olduvai en Tanzanie, par le squelette quasi complet de Nariokotome dans le Turkana occidental, par un crâne complètement écrasé provenant de Nyabusosi en Ouganda et par plusieurs restes de Melka Kunturé en Éthiopie. Les Homo erectus se répartissent sur tout le continent du nord au sud : on les retrouve en Afrique du Sud (Swartkrans), en Afrique du Nord (au Maroc avec l’Homme de Rabat et en Algérie à Ternifine) vers 500 000 ans.

44Actuellement, la multiplication des espèces d’Homo anciens met surtout en évidence nos différentes perceptions de la spéciation. De plus, les restes sont encore trop peu nombreux pour permettre de maîtriser les variations intérêt intra-spécifiques pour ces périodes anciennes. Par ailleurs, les limites entre espèces sont souvent très floues. Certains caractères d’Homo erectus sont assez clairs : crâne bas, aplatissement de la région frontale et nucale, parois crâniennes épaisses (celles de l’Homme de Nyabusosi en Ouganda sont épaisses de 11 mm), capacité crânienne beaucoup plus importante que celle des autres hominidés anciens. Leur bipédie est clairement attestée. Une pièce pose aujourd’hui problème : il s’agit d’un très beau crâne trouvé en Érythrée par une équipe italienne, le fameux Homme de Buia. Daté de 1,4 million d’années, il ne présente pas de caractères classiques d’Homo erectus, qu’ils soient africains ou asiatiques ; ainsi la pièce érythréenne a une forme en tente aux parois crâniennes divergentes vers le bas et l’épaisseur de l’os est faible. S’agirait-il d’un très ancien Homo sapiens ? Quoi qu’il en soit, il semble bien qu’Homo erectus se soit adapté à des milieux très différents. Ainsi, les différences observées entre les diverses pièces ne sont pas forcément des variations spécifiques, mais peut-être tout simplement des adaptations à des environnements et/ou des habitats différents.

Les sorties d’Afrique

45À la vue de nombreuses données nouvelles, il apparaît difficile de penser que ce serait un Homo erectus qui le premier aurait quitté l’Afrique pour envahir tout l’Ancien Monde. En effet, les premiers H. erectus asiatiques sont vieux de 1,7 million d'années, époque des premiers H. ergaster en Afrique. En outre, les plus anciens hommes attestés sur le continent eurasiatique proviennent de Géorgie, où le site de Dmanisi a livré plusieurs pièces exceptionnellement bien conservées (en particulier deux crânes et une mandibule) dans des niveaux vieux de près de 2 Ma. Les comparaisons effectuées entre les Homo erectus provenant de Sangiran et Zhoukoudian en Asie, les Homo erectus ou ergaster d’Afrique orientale (Turkana oriental et occidental, Olduvai, Tighenif et carrière Thomas au Maroc), les Homo habilis d’Olduvai, les Homo rudolfensis du Turkana oriental au Kenya et les pièces européennes de Mauer en Allemagne, de l’Arago en France ou d’Atapuerca en Espagne suggèrent que les fossiles géorgiens (attribués à Homo georgicus) présentent des caractères proches des espèces africaines : ils renforceraient donc l’idée d’une origine africaine. Mais quel est ce migrant ? Serait-ce Homo habilis ? Homo rudolfensis ? Il y a encore trop peu de fossiles connus dans la période considérée pour établir un scénario clair. Surtout qu’avec l’avancée des travaux de terrain, des hommes anciens sont maintenant connus à la frontière du million d’années en Italie et en Espagne. Dans la péninsule Ibérique en particulier vit aux environs de 800 000 ans un homme ancien particulier, Homo antecessor, connu sur le site de Gran Dolina dans la Sierra de Atapuerca, qui permet de mieux documenter le peuplement de l’Europe. Des hommes anciens sont également présents à Oubeideiya, en Israël, aux alentours de 700 000 ans voire 1,4 Ma. Ils sont reconnus depuis peu en Syrie dans des niveaux vieux de 550 000 ans. Enfin, de nouveaux sites archéologiques sont venus perturber les ordres plus ou moins bien établis : en France, dans le Massif central, des outillages de près de 2 Ma ont été mis au jour. En Sibérie, d’autres sites font encore l’objet de controverses. Tout cela est très discuté à l’heure actuelle.

L’origine de l’homme moderne, ou le passage à l’Homo sapiens

Des Homo sapiens archaïques

46Entre 500 000 et 100 000 ans, on voit émerger en Europe, en Asie et en Afrique toute une série de pièces qui pour la plupart ont été attribuées à l’origine à Homo erectus, mais qui ont été regroupées plus récemment sous le nom d’Homo sapiens archaïque. Ces fossiles présentent un grand développement cérébral tout en conservant de fortes superstructures qui rappellent celles des Homo erectus. Homo sapiens est généralement caractérisé par un encéphale très volumineux et un squelette plutôt gracile. Mais l’attribution de ces pièces est fort discutée, notamment par une partie des chercheurs qui préfèrent les référer à une nouvelle espèce, Homo heidelbergensis, créée à partir de la célèbre mandibule de Mauer en Allemagne. Ces différences d’opinion correspondent aussi à deux concepts d’approche de l’origine de l’homme moderne : une origine unique ou multirégionale. En Europe occidentale, les Homo heidelbergensis auraient évolué, depuis 400 000 ans environ, vers les hommes de Néandertal, dont la répartition est clairement liée à l’extension de la calotte glaciaire. Ces derniers seront remplacés, petit à petit, aux alentours de 40 000 ans, par des hommes modernes venus de l’Est et les Néandertaliens vrais s’éteindront vers 32 000 ans. Leur présence la plus tardive est attestée sur la péninsule Ibérique, où ils ont peut-être été protégés par la barrière naturelle que formaient les Pyrénées. Mais d’où venaient donc ces hommes modernes ?

Une origine unique de l’homme moderne ?

47D’où viennent les hommes modernes ? Probablement d’Afrique, où un autre scénario se fait jour. Nous garderons ici le concept généralement adopté par les spécialistes de l’Afrique, celui d’Homo sapiens archaïques. Ainsi, on peut suivre sur ce continent le développement progressif de formes plus modernes d’hommes. Ces derniers sont encore mal connus sur le sol africain. Les plus anciens ont été trouvés en Tanzanie à Ndutu dans des niveaux vieux de 400 000 ans, mais ils sont également présents en Tanzanie à Eyasi (300 000 ans) et Ngaloba (130 000 ans), au Soudan à Singa, en Afrique du Sud à Florisbad (plus de 200 000 ans), à Klasies Rivier Mouth (80 000 à 100 000 ans), à Border Cave (plus de 300 000 ans), en Namibie avec l’Homme de la Rivière Oranje (50 000 à 100 000 ans), au Kenya dans le Turkana oriental (270 000 ans environ) et à Eliye Springs (100 000 à 200 000 ans), en Zambie à Kabwe (200 000 ans environ) et en Éthiopie, avec les fameux crânes de l’Omo datés de 125 000 ans environ.

48Il y a peu de temps ont été annoncées plusieurs découvertes bien datées en Éthiopie, à Herto (160 000 ans) et à Aduma (79 000 à 105 000 ans). La première est représentée par trois crânes (deux adultes et un enfant) qui ressemblent fortement aux hommes de type moderne comme ceux de Qafzeh en Israël ; toutefois, certains caractères, comme une boîte crânienne allongée ou un torus sus-orbitaire fort, ont conduit ses inventeurs à créer une sous-espèce différente de celle de l’homme moderne (Homo sapiens sapiens), Homo sapiens idalto ; ces fossiles représenteraient les plus anciens sapiens avant l’arrivée des hommes modernes. Aduma a livré quatre fragments de crâne dont la morphologie les rapproche des hommes de type moderne. Toutes ces découvertes laissent donc penser que l’homme moderne serait apparu en Afrique.

49Depuis plusieurs décennies, les scientifiques débattent de nos origines récentes. Y aurait-il eu transition locale entre Homo erectus et Homo sapiens sur le continent africain comme sur le continent asiatique ? L’homme moderne serait-il donc né en plusieurs endroits du globe selon l’hypothèse multirégionale ? Ou bien l’homme serait-il apparu en un endroit unique (plutôt l’Afrique), à partir duquel il se serait répandu à travers le monde, en remplaçant au passage les populations anciennes, selon l’hypothèse « Out of Africa » ? Alors, origine multirégionale ou origine unique ? Ces deux concepts s’affrontent depuis des dizaines d’années et, dans de nombreux cas, les datations incertaines des fossiles ne permettent pas de trancher entre les deux hypothèses. L’apport de la génétique et celui de la linguistique semblent confirmer l’origine africaine, mais les limites des méthodes et des résultats ne permettent pas de conclure avec certitude. Certains chercheurs s’orientent aujourd’hui vers un compromis, lié à la possibilité d’un métissage entre populations anciennes et populations plus récentes. En fait, il y aurait migration et croisement. Toutefois, dans ce cas aussi, on manque de données paléontologiques mieux étayées. C’est pourquoi, dans ce contexte, les découvertes intervenues en Éthiopie sont les bienvenues et permettent d’insuffler au débat un souffle nouveau. Si les découvertes de Herto sont bien interprétées, il est clair que l’hypothèse africaine a le vent en poupe. Mais il faudra la confirmer par d’autres témoignages dans la zone de migration entre l’Éthiopie et le Proche-Orient. La présence attestée en Syrie d’une industrie « typique d’Homo sapiens » entre 250 000 et 100 000 ans pourrait marquer la trace d’un couloir de migration précoce.

Culture, société et milieu

50L’étude du comportement animal a transformé l’idée de culture chez les hominidés. On sait aujourd’hui que de nombreux animaux (chimpanzés, loutres, etc.) manipulent des objets, mais l’homme reste le seul à retailler la pierre. En revanche, dans la forêt de Thai en Côte d’Ivoire, la découverte exceptionnelle d’un site d’utilisation de pierres (où sont préservés de nombreux éclats) associé à l’activité de chimpanzés pourrait être considérée comme celle d’un véritable site archéologique et apporterait ainsi une lumière nouvelle à la compréhension de l’origine des outillages. On a ainsi observé des chimpanzés transportant des « enclumes », mais aussi utilisant des pierres pour casser des noix. Cette pratique du « casse-noix » est maintenant également signalée au Liberia et en Guinée. Fait peut-être plus remarquable, certains amoncellements d’éclats liés au cassage de noix sont concentrés près d’un objet dur ou stable, comme une racine, par exemple. Plus intéressant encore, certains de ces éclats ressemblent fort à certains artéfacts récoltés dans la gorge d’Olduvai en Tanzanie. Ce qui permettrait d’envisager que les hominidés d’Olduvai aient pu, eux aussi, casser des noix à l’aide de cailloux dont on retrouverait les éclats. Ces données permettront peut-être de comprendre comment sont nées les industries primitives. Les plus anciennes traces d’outillage sont attestées en Éthiopie dans les niveaux du Kada Gona, vieux de 2,6 Ma, où a été mise en évidence une véritable industrie du galet aménagé. On sait que dans des sites proches, comme à Bouri, des antilopes portaient des marques de décarnisation. Australopithecus garhi a-t-il été l’artisan de ces outillages ? La plus ancienne culture dite oldowayenne, car décrite à Olduvai (ou Oldoway, Tanzanie), et attestée dès 2 Ma, est représentée par des outils obtenus par simple percussion pour détacher des éclats, ce qui produit un tranchant (galets aménagés). Classiquement attribuée à Homo habilis, cette industrie pourrait très bien avoir été manufacturée par une autre espèce, voire un autre genre d’hominidé (ce qui paraît plausible quand on considère le buissonnement d’hominidés vivant aux environs de 2 millions d’années). En outre, dans la vallée de l’Omo (Éthiopie), des éclats de quartz ou de roches basaltiques ont été décrits dans des niveaux de près de 3 Ma où cohabitent des représentants du genre Homo et des australopithèques. Il semblerait aussi que l’anatomie de la main d’australopithèques robustes sud-africains leur permettait de manufacturer des outils. Les premières structures d’habitat ou protections remontent à 1,8 Ma environ, et pourraient être l’œuvre des premiers Homo ; elles sont connues à Olduvai (Tanzanie) et, un peu plus tard, à Melka Kontouré (Éthiopie) ou encore à Nyabusosi en Ouganda. Les outillages diversifiés ainsi que ces structures impliquent une vie sociale déjà organisée il y a près de 2 Ma, ce qui a été prouvé récemment dans le Turkana occidental au Kenya.

51Avec Homo erectus apparaissent les premières industries acheuléennes à bifaces (où une forme oblongue est obtenue par percussion alternative sur les deux faces de l’objet) et hachereaux (où on prépare un tranchant transversal) ; puis le feu sera maîtrisé (mais l’âge est encore débattu) et les manifestations artistiques apparaîtront. Notre évolution, principalement physique jusqu’à l’arrivée d’Homo sapiens, est devenue ensuite largement dominée par la culture. L’homme, partie intégrante d’un milieu naturel et intimement soumis aux variations de ce dernier pendant plusieurs millions d’années, en est devenu le maître. Pour quel futur ?

Conclusion

52Les recherches internationales et, plus précisément, françaises menées en Afrique sur l’aube de notre famille sont très dynamiques, comme l’ont montré les nombreuses découvertes des dix dernières années, et elles sont aujourd’hui en plein essor. Le Rift a joué un rôle primordial dans l’histoire de la famille de l’homme et de ses ancêtres, et les nombreuses découvertes qui y ont été réalisées ont bouleversé les schémas classiques. Toutefois, les mythes ou dogmes tombent progressivement : la divergence entre les grands singes africains et les hommes doit être recherchée aux confins du Miocène supérieur et peut-être encore avant, et non pas vers 6 millions d’années comme le prédisait l’horloge moléculaire il y a à peine dix ans ; la diversité des espèces d’hominidés fossiles est bien plus grande qu’on ne le pensait ; la fameuse « savannah hypothesis », qui supposait un homme se redressant dans la savane, s’avère obsolète, puisque les nouvelles données montrent qu’à l’aube de l’humanité les environnements étaient bien plus humides et boisés qu’on ne l’avait imaginé. On a trop longtemps essayé de comprendre notre histoire en isolant l’homme de son milieu, mais il est essentiel pour la reconstituer de tenir compte de ce dernier, puisque l’homme en est, depuis ses origines, partie intégrante. Plusieurs scénarios sur la phylogénie de l’homme sont proposés et âprement discutés ; toutefois, il apparaît évident que toute nouvelle découverte permet d’acquérir un nouveau jalon dans nos connaissances, qui affine ou bouleverse les précédentes. Pour nous paléontologues, l’os et la dent sont les témoins tangibles de l’évolution et il faut bien garder en mémoire que ces restes partiels sont interprétés en fonction de nos cultures scientifiques. C’est cette diversité d’opinions qui fait la richesse de notre discipline, mais personne ne peut affirmer posséder la vérité sur cette histoire complexe qui est la nôtre.

Bibliographie

Références

Archéologies. Vingt ans de recherches françaises dans le monde, 2005 – Paris, ministère des Affaires étrangères, Maisonneuve et Larose, ADPF ERC : 284-288.

Comptes rendus Palevol., 1-2, 2006 – Climats, cultures, sociétés aux temps préhistoriques. 472 p.

Dutour O., Hublin J. J., Vandermeersch B., éd., 2005 – Origine et évolution des populations humaines. Paris, Éditions du CTHS, coll. Orientations et méthodes, 8.

Galley A., éd., 1999 – Comment l’homme ? À la découverte des premiers hominidés d’Afrique de l’Est. Paris/Genève, Éditions Errances/Géodécouverte.

Grimaud-Hervé D., Marchal F., Vialet A., Détroit F., 2002 – Le Deuxième homme en Afrique : Homo ergaster, Homo erectus. Paris, Artcom, coll. Guides de la préhistoire mondiale, 264 p.

Guides de la préhistoire mondiale, coll. Paléontologie humaine, dir. de collection Grimaud-Hervé D., Serre F., Paris, Artcom.

Coppens Y., éd., 2001 – Origine de l’homme : réalité, mythe, mode. Actes du colloque du Collège de France, Paris, Artcom.

Table des illustrations

Légende photo > Dans le Rift, les dépôts des Tugen Hills près du lac Bogoria recèlent des sites très riches en fossiles de grands singes et d’hominidés anciens.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende La formation de Lukeino au Kenya. Ses dépôts rouges très riches en fossiles ont livré des restes d’hominidés vieux de 6 Ma (Orrorin tugenensis).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1744/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Restes de fémur d’Orrorin tugenensis. Parmi les caractères de bipédie, on peut noter l’os du fémur, plus épais à la base qu’au sommet, comme chez l’homme et les australopithèques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1744/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 1. Carte des sites à australopithèques, un groupe exclusivement africain.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1744/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Empreintes de pas fossilisées de plusieurs hominidés, datées de 3,8 Ma, découvertes à Laetoli en Tanzanie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1744/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Légende Figure 2. Reconstitution des australopithèques de Hadar. L’étude du reste de squelette de Lucy, comme de nombreux autres restes, montre que les australopithèques de Hadar vivaient dans des milieux où les arbres étaient présents.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1744/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Mandibule de Paranthropus boisei, datée de 1,8 Ma environ, provenant de Peninj (Tanzanie). On remarque la massivité des molaires et des prémolaires qui deviennent énormes dans cette lignée, probablement en liaison avec son alimentation à base de plantes coriaces.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1744/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Mandibule d’Homo habilis, découverte dans la gorge d’Olduvai (Tanzanie) en 1960. Elle constitue le spécimen type d’Homo habilis. Le fait que la troisième molaire sur le côté gauche, plus complet, ne soit pas encore sortie indique que la pièce appartient à un individu juvénile.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1744/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1744/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 936k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540