Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Partie 2. Le Rift, laboratoire des origines

Introduction

Brigitte Senut

Texte intégral

1Façonné par une histoire géologique originale, le Rift est-africain porte dans ses entrailles les traces de notre passé. Les soubresauts tectoniques et les éruptions volcaniques y ont engendré la formation de bassins où les actions combinées de l’érosion et de la sédimentation ont créé un véritable conservatoire naturel paléobiologique. Le Rift renferme la plus forte diversité et la plus grande richesse en grands singes et en hommes fossiles de l’Afrique, préservés dans les kilomètres de dépôts sédimentaires entrecoupés de niveaux volcaniques et qui s’échelonnent dans le temps entre 25 Ma et l’Actuel. Des premiers hominoïdes comme Ugandapithecus ou Proconsul aux premiers Homo sapiens en passant par Orrorin, premier hominidé bipède de 6 Ma et les australopithèques, on suit pas à pas notre histoire évolutive, celle des environnements (des plus humides aux plus secs) et donc des climats.

2La richesse de ses dépôts fait du Rift est-africain une référence mondiale pour la paléobiologie non seulement africaine mais aussi mondiale.

3Les textes qui suivent présentent les différentes facettes de l’histoire paléontologique du Rift.

Le Rift, un laboratoire pour l’évolution géobiologique

4Le Grand Rift, reconnu par John Walter Gregory en 1892, est une région privilégiée pour comprendre notre histoire évolutive et celle des environnements associés au cours des 25 derniers millions d’années grâce aux dépôts fossilifères entrecoupés de niveaux volcaniques qui permettent de suivre pas à pas les changements dans les faunes, les flores et donc les environnements et les climats. Les restes paléobiologiques y sont connus depuis le début du xxe siècle et donnèrent lieu à une véritable « Ruée vers l’os », de l’Éthiopie au Kenya en passant par la Tanzanie, dans laquelle les chercheurs français ont joué un rôle non négligeable. On peut considérer le Rift comme un véritable laboratoire géobiologique, qui sert aujourd’hui de référence mondiale pour la reconstitution de la vie passée, y compris celle de l’homme. C’est là qu’en 2000, les paradigmes concernant nos origines ont été bouleversés par la découverte d’hominidés datés de près de 6 Ma.

Le Rift, le plus grand conservatoire paléontologique d’Afrique

5Près de 70 % des fossiles du continent africain proviennent du Rift. Lorsque l’on parle de cette région, on pense intuitivement aux grands mammifères et souvent même aux restes d’hominidés anciens, mais les collections fossiles sont bien plus riches et renferment des milliers de restes de plantes (si les pollens sont assez bien connus, les restes de feuilles et de fruits sont malheureusement peu étudiés), d’invertébrés (mollusques, arthropodes) comme de vertébrés. C’est dans ce conservatoire géant que l’on trouve les éléments nécessaires pour reconstituer l’histoire de la vie passée. Les données sont tellement riches que l’on a bâti une échelle faunique de référence pour le Néogène et le Quaternaire de l’Afrique sur les successions fauniques du Rift.

Les paléoenvironnements dans le Rift

6L’histoire géologique du Rift y a grandement conditionné celle des environnements. En raison de l’interaction de phénomènes globaux (comme les ceintures écoclimatiques), régionaux (régimes des pluies à l’échelle du continent) ou locaux (barrière de pluies liée aux reliefs), ces derniers sont extrêmement variés et procurent des habitats très diversifiés aux communautés biologiques. La grande étendue de dépôts du Rift bien datés permet de suivre l’évolution de ces environnements au cours des 25 derniers millions d’années. Plusieurs bouleversements fauniques ont été mis en évidence dans les couches sédimentaires, certains lents, d’autres plus rapides liés au jeu des immigrations, d’évolution sur place de lignées ou d’extinctions. La rapidité et l’ampleur des changements suggèrent que le Rift a été un véritable creuset de l’évolution. Sans oublier que les variations ont aussi une cause plus globale, liée notamment à la mise en place des calottes polaires à des époques différentes.

Les grands singes et leur évolution

7Bien que tout au long de leur histoire les grands singes aient eu une répartition panafricaine, il apparaît que le Rift a joué un rôle important dans leur évolution au cours des derniers 25 millions d’années. Mais la richesse des dépôts est aussi liée au fait que ces derniers ont été très prospectés et les découvertes y sont donc beaucoup plus nombreuses que dans le reste de l’Afrique. Ainsi, près de 99 % des restes de grands singes fossiles africains en proviennent. Le Rift reste une région clé pour étudier l’évolution des grands singes avec lesquels nous partageons toute une partie de notre histoire. C’est là que furent découverts les premiers grands singes fossiles africains, avec le fameux Proconsul du Miocène inférieur de Koru au Kenya, et que, plus récemment, ont été mises au jour des formes rapprochées des gorilles et/ou des chimpanzés au Kenya et en Éthiopie.

L’évolution de l’homme

8Après la découverte du premier australopithèque en Afrique du Sud en 1924, l’Afrique orientale est devenue dans les années 1950 la cible des « chasseurs d’os » et, notamment, d’hominidés. Ainsi, les fossiles du Rift contribuent largement au débat concernant l’origine des hominidés (sensu stricto), mais aussi celle du genre Homo et enfin celle d’Homo sapiens, notre espèce zoologique. C’est dans le Rift que les premières preuves incontestées de bipédie de type humain ont été démontrées chez Orrorin, provenant des collines Tugen au Kenya, et ce dès 6 millions d’années. C’est aussi dans les dépôts du Rift que l’on trouve un buissonnement de formes qui montrent bien que notre évolution n’est pas linéaire mais qu’elle est bien plus complexe qu’on ne le pense généralement.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540