Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Rift est-africain

 | 
Bertrand Hirsch
, 
Bernard Roussel

Préface

Yves Coppens

Texte intégral

1« Rift », terme anglais utilisé également en français, signifie « faille », « fossé », « cassure ». Mais lorsqu’on lui adjoint un simple article, qu’il soit d’ailleurs masculin ou féminin (le ou la Rift, sous-entendu la Rift Valley, ou vallée du Rift), il s’agit toujours du Grand Rift est-africain.

2Ce Rift dont nous parlons s’étend de l’Éthiopie au Mozambique, ses deux bras s’épanouissant autour du lac Victoria. La cassure de la mer Rouge qui n’est déjà plus totalement est-africaine se poursuit quant à elle par le golfe d’Akaba, la mer Morte, le Jourdain, l’Oronte, qui ne sont plus du tout est-africains, et voilà le prolongement de notre Rift jeté à la mer, mais à la mer Méditerranée !

3Lors d’une émission à la Télévision suisse romande, un cosmonaute américain me dit un jour : « Tu sais, ton Rift, je l’ai vu de la Lune… » Une balafre de 6 000 kilomètres sur une planète qui n’en fait que 20 000 en projection, cela ne m’a pas étonné, mais cela m’a plu ! J’ai été très fier qu’il le fasse mien…

4Quelle belle idée de faire un livre sur le Rift, un sujet dont la cohérence apparaît immédiate dans ses parties géophysique, géologique et par suite paléontologique, moins évidente à première vue mais intéressante à cerner dans ses parties écologique, archéologique, ethnologique. L’essentiel a été de faire écrire ensemble les meilleurs connaisseurs du Rift, c’était là sans doute le plus bel élément unificateur que l’on puisse imaginer. Il faut saluer ici les initiateurs de ce projet, Yves de la Croix, du ministère des Affaires étrangères, à l’origine de cette aventure, et à sa suite Thomas Mourier, de l’IRD, qui a porté le projet éditorial.

5Je ne vais évidemment pas résumer cet ouvrage sans précédent, mais je voudrais en saluer les quatre parties, en commençant par la très belle, très érudite première partie géophysique et géologique que ses cinq auteurs, grâce à leurs démonstrations, ont rendue si intelligemment accessible.

6Je voudrais y mettre mon « petit grain de séisme », sans prétention aucune. J’ai présidé quelques années le Comité scientifique international de l’État djiboutien ; je me suis alors rendu assez souvent dans cette Corne de l’Afrique (que je préfère pour ma part appeler « hanche ») ; j’ai eu plaisir alors à rendre visite aux collègues de la station géophysique de Harta, une très belle installation à l’écoute de la Terre. Zone de confluence de trois grands systèmes de failles, dorsale du golfe d’Aden, dorsale de la Mer rouge et Rift est-africain, Djibouti est en effet joliment placé pour mesurer les tensions de la région et ma curiosité a chaque fois été comblée : aux alentours de 100 secousses par jour et une concentration spectaculaire des secousses tout le long de la faille qui ouvre le golfe de Tadjourah d’environ 2 centimètres par an !

7Consacrée à la paléontologie et à la paléoanthropologie, sciences si généreusement alimentées par les découvertes faites dans les dépôts sédimentaires fluvio-lacustres accumulés dans le Rift, la deuxième partie de l’ouvrage a été rédigée par deux « compagnons du Rift » de troisième génération.

8J’adresse ici à Brigitte Senut et Martin Pickford, auteurs exclusifs de cette deuxième partie, mes « compagnons du Rift », un clin d’œil flatteur et mérité. Cette Afrique de l’Est a vu défiler un certain nombre de grands anciens, allemands ou anglais en fonction des vicissitudes politiques de la région, qui ont véritablement ouvert la voie de la recherche des fossiles et des « pierres taillées » : citons Hans Reck, Ludovic Kohl Larsen, Arthur Tindell Hopwood, Camille Arambourg, Louis et Mary Leakey, les compagnons de la première génération. Et puis, sous l’impulsion de Louis et Mary Leakey, a suivi une deuxième vague, particulièrement active vingt ans durant et dont j’ai eu l’honneur et le bonheur de faire partie (dix ans de campagne dans la vallée du fleuve Omo, six ans en Afar, en Éthiopie) ; Bill Bishop, Yves Coppens, Francis Clark Howell, Glynn Isaac, Donald Johanson, Richard Leakey, Maurice Taieb, nous tous, nous avons été ces compagnons du Rift de la deuxième génération. Brigitte Senut – qui m’a dit combien de fois, étudiante, elle rêvait devant nos récits d’expédition –, Martin Pickford, Friedemann Schrenck, Yohannes Hailé Selassie, Berhane Asfaw, Tim White, Hélène Roche, Meave Leakey, Henry de Lumley ont pris notre relais et représentent donc depuis les années 1980, 1990 la troisième génération. La quatrième génération, avec Jean-Renaud Boisserie, Alemseghed Zeresenay…, se met en place.

9Après avoir introduit un petit grain de séisme, je voudrais à présent ajouter mon « petit grain fossile ».

10D’abord, saluer la mémoire de Louis Leakey et par la même occasion toute sa famille, sans qui l’Afrique de l’Est ne se serait pas offerte si généreusement à la recherche internationale et n’aurait pas livré en cinquante ans la moisson que l’on connaît.

11Je voudrais ensuite rappeler que l’East Side Story que j’ai proposée un jour de 1982 lors d’un congrès à Rome comme une solution simple au problème qui se posait alors à nous est évidemment à abandonner. Selon cette hypothèse, née de l’inégale répartition des fossiles de grands singes et d’hominidés de part et d’autre du Rift, les populations de grands singes qui vivaient à l’ouest de la fracture, dans un milieu arboré, auraient donné naissance aux grands singes africains actuels, alors que les populations à l’est du Rift, qui vivaient dans un milieu de plus en plus sec, proche de la savane, auraient été contraintes de s’adapter en se redressant. Ces bipèdes auraient enclenché alors la longue ligne d’une évolution menant jusqu’à l’homme moderne. Les découvertes de Michel Brunet au Tchad montrent bien les limites de cette hypothèse. Le Rift, superbe monument tectonique que l’on ne peut certes pas barrer d’un trait de plume, a dû jouer successivement et simultanément le rôle d’une vraie barrière, mais aussi d’un filtre ou d’une mauvaise passoire, en fonction des époques et des groupes zoologiques considérés.

12Une autre hypothèse, que j’ai appelée l’événement de l’Homo ou (H)Omo event, est toujours debout. Formulée à partir des données collectées dans les sédiments de la basse vallée de l’Omo, elle associe l’origine de l’homme et le Rift et démontre que l’émergence du genre Homo est due à la nécessité d’adaptation d’un préhumain à un changement climatique.

13La troisième partie est, quant à elle, consacrée à la faune, à la flore et aux hommes dans leurs liens avec l’environnement. Des thématiques fascinantes pour moi parce que j’y ai retrouvé, au moins un peu, ce paradoxal mélange de liens et d’isolement que l’histoire des dix derniers millions d’années de cette région m’a enseigné. Même si le Rift a subi des phases d’extension qui remontent au Trias (200 millions d’années), l’ouverture de la mer Rouge, il y a 12 millions d’années, l’affaissement qui s’étend sur 2 500 kilomètres de l’Éthiopie à la Tanzanie il y a 11 millions d’années, et le début du rehaussement (1 000 mètres) de certains blocs il y a 8 millions d’années découpent les écosystèmes, créent les isolats et les phénomènes d’endémisme qui en découlent, ainsi que le couloir qui parfois les réunit.

14Je souhaite glisser ici un « grain de vicariance ». La mise en place des phylums modernes et la multiplication des espèces de Suidae, Bovidae, Proboscidea, Hippopotamidae, et dans une certaine mesure, Homininae – ce que j’appelle ailleurs des « bouquets » – au cours du Miocène, du Pliocène et du Pléistocène trouve son explication dans cette enfilade de bassins et dans les coupures de flux géniques qui font les spéciations ; quant aux mouvements de ces espèces vers l’ouest (ou à partir de l’ouest) et vers le sud, ils trouvent leur explication dans le fait que ces bassins s’égrènent parfois en corridors. L’excellente et généreuse introduction et les communications de cette troisième partie dévoilent avec compétence et talent les endémismes botaniques et le rôle de barrière que joue parfois la topographie dans leur conservation, les endémismes animaux, celui extraordinaire des poissons par exemple, mais aussi la manière dont l’altitude (par les divisions classiques en étages mais parfois aussi « en lanières » perpendiculaires aux étages) est intervenue dans la distribution des espèces. Les hommes ont bien sûr, comme souvent, subi ces situations naturelles mais ont su aussi les mettre à profit dans leurs activités agricoles, horticoles, d’élevage et dans l’écoulement de leurs productions. Les liens avec le prolongement proche-oriental du Rift ne sont d’ailleurs pas les moins intéressants. Pour beaucoup de sujets traités, la spécificité du Rift, même si elle n’est pas aussi évidente qu’en géologie et en paléontologie, représente tout de même ici encore une certaine réalité.

15La quatrième partie est totalement consacrée à l’homme « culturel », à ses sociétés, ses langues, ses activités, sa protohistoire, son histoire politique, religieuse et intellectuelle, architecturale et artistique. Comme à chaque fois que l’homme intervient, apparaissent mouvements, luttes d’influence, conflits, débordements ou contractions de territoires. En un mot, il devient impossible de contenir l’homme dans le Rift et le Rift dans le livre ! Si on cherchait à colorier les niches ethnologiques, économiques, territoriales, on ne parviendrait pas à maîtriser à la fois les couleurs et leurs limites ; les unes déborderaient sur les autres comme dans une mauvaise impression. Pourtant, la qualité de l’impression n’est pas en cause, les hommes ont bel et bien tendance à s’agiter au-delà des bornes que leur propose la nature…

16Après avoir profité de ma position privilégiée de préfacier pour glisser mon grain de science, d’abord un tout petit grain de séisme, puis un plus gros grain fossile, un grain opportuniste de vicariance, je finirai par un nouveau petit grain fossile ou subfossile, comme on dit bien maladroitement. J’adore l’Afrique, j’adore l’Afrique de l’Est, je suis devenu « Riftien » et « riftologue », mais je ne suis pas totalement convaincu par l’Ève africaine que l’on veut aussi offrir au Rift. Je ne vois pas bien les Homo sapiens ou Homo sapiens sapiens partir du même berceau que le premier Homo, reprendre, il y a 200 000 ans, le même chemin que celui emprunté deux millions d’années plus tôt, et cette fois se trouver confronté dans tout l’Ancien Monde aux peuplements antérieurs. Mais ce n’est là qu’un regard ; le débat n’est pas clos, même si la majorité plaide pour Ève à grand renfort de génétique.

17Quoi qu’il en soit, allez voir la vallée du Rift, elle est somptueuse ! Allez la découvrir entre Nairobi et Nakuru et plongez dedans, allez voir la muraille qui jaillit le long du sombre lac Tanganyika, les immenses perspectives du lac Asal, tout blanc de sel et de chaleur, progressez vers l’ouest jusqu’à apercevoir les escarpements qui vous barreront la route, le somalien et l’éthiopien.

18À l’issue de cet ouvrage, le Rift déborde de ses limites et en sort encore grandi. Il n’est plus simplement saignée de la Terre, mais décor, il n’est plus limite, mais horizon, il n’est plus effondrement, mais érection. C’est, n’en doutons plus, le plus beau de nos fuseaux, la plus belle de nos méridiennes.

Auteur

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540