Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ressources vivrières et choix alimentaires dans le bassin du lac Tchad

 | 
Christine Raimond
, 
Éric Garine
, 
Olivier Langlois

Approvisionnements vivriers et sécurité alimentaire thème 5

Modification des habitudes alimentaires en milieu urbain

Evolution du prix de la viande bovine (Nord-Cameroun, 1993-2002)

Changing food habits in the urban setting. The evolution of beef prices in Northern Cameroon from 1993 to 2002

Michel Tchotsoua et Paul Djeumene

Résumé

Avec environ 3  000 000 de têtes, soit près de 51 % du cheptel bovin national, le grand Nord-Cameroun est l’un des domaines d’élevage bovin les plus importants du pays. Seulement, de 1993 à 2002, le prix du kilogramme de cette viande a connu une hausse remarquable sur les marchés urbains de cette région. Dans cette communication, les auteurs expliquent les causes de cette hausse et mettent en évidence ses conséquences sur les habitudes alimentaires des populations urbaines de Maroua, Garoua et Ngaoundéré. Ils ont procédé par enquêtes auprès de 300 acteurs à raison de 121 éleveurs, 119 consommateurs et 60 bouchers répartis proportionnellement aux populations des trois régions. Ils ont également procédé à l’étude des pâturages et des modes d’élevage.

With 3000000 heads of cattle, about 51% of national livestock, the Northern part of Cameroon is one of the most important cattle raising area of the country. But, from 1993 to 2002, the price for a kilogram of beef faced a dramatic rise on the urban markets of this region. In this paper, the authors explain reasons for this rise and highlight its consequences on the food habits of the urban populations of Maroua, Garoua and Ngaoundéré. In order to achieve these objectives, they proceeded by investigations with 300 actors (121 breeders, 119 consumers and 60 butchers) proportionally distributed according to the population of the three regions. They also proceeded to the survey of grazing and pastoral methods.

Texte intégral

Introduction

1Le Nord-Cameroun est le domaine d’élevage le plus important du pays. Au dernier recensement de 1987, ses trois provinces avaient presque 3,2 millions d’habitants constitués essentiellement de chrétiens et de musulmans. Cette population est inégalement répartie avec une forte concentration dans les villes. Parmi ses besoins alimentaires les plus importants, ceux liés à la viande bovine sont les plus pressants. Mais depuis 1993, le prix de cette denrée augmente de façon exponentielle sans que cela semble faire l’objet d’une préoccupation particulière de la part des décideurs et/ou des chercheurs. Pourtant, les implications de cette hausse des prix sont nombreuses ; notamment la modification des habitudes alimentaires.

  • 1 Une revue comme Les marchés tropicaux a fait de l’évolution des prix des produits de base son domai (...)
  • 2 La prépondérance des produits de base dans la littérature se justifie par le fait qu’ils font l’obj (...)

2Le désintérêt des chercheurs en économie pour ce thème semble lié au fait que ce produit, comme la plupart des produits alimentaires, ne fait pas l’objet de transactions boursières. Une revue de la littérature1 consacrée à l’évolution des marchés et par conséquent des prix montre, en effet, plutôt une prolifération des titres concernant les produits de base2 : le bois tropical, le cacao, le café, le blé, la bauxite pour ne citer que ceux-là ; les produits d’origine animale comme le lait, la viande ne faisant l’objet d’aucune attention.

  • 3 Les spécialistes sont unanimes sur le fait que l’absence prolongée d’une alimentation équilibrée en (...)
  • 4 La viande de brousse ne fait l’objet d’aucun contrôle de qualité de la part des services vétérinair (...)

3La forte augmentation du prix de la viande bovine au Nord-Cameroun entre 1993 et 2002 a des répercussions fondamentales sur le plan économique et social. Si le prix est si élevé que sa consommation dans les ménages baisse substantiellement et n’est pas remplacée par des substituts équivalents en protéine, on peut craindre une recrudescence de la malnutrition3 qui constitue un frein au développement humain et par conséquent un indicateur de la pauvreté. Si, au contraire la baisse de consommation de la viande bovine est compensée par l’augmentation de la consommation de la viande de brousse, il y a un risque d’intensification du braconnage et par conséquent de détérioration de l’équilibre des écosystèmes, sans parler du risque d’épidémie4.

  • 5 Dans l’analyse du comportement de consommation, on distingue deux axes. Le premier concerne l’attit (...)

4Il est donc question de rechercher les causes profondes de la montée exponentielle du prix de la viande bovine dans la partie septentrionale du Cameroun (paradoxalement secteur présentant le plus grand cheptel bovin au Cameroun) au cours de la période 1993-2002. Nous analysons ses conséquences en terme de modification du comportement réel5 de consommation pour la population urbaine de cette région habituée à la consommation de la viande bovine.

Cadres de l’étude et collecte des données

Cadre physique et humain

5Le Nord-Cameroun est constitué de deux hautes terres (Adamaoua et Mandara) et de quatre plaines : Bénoué, Diamaré, Kalfou et Logone (Dongmo, 1998). La végétation doit s’accommoder de longs mois d’aridité durant lesquels l’évaporation est active. La cuvette de la Bénoué porte des savanes arborées et des forêts claires sèches. Il s’agit d’étendues herbeuses, souvent discontinues, entourant des bouquets d’arbres : au nord de Garoua, la savane s’appauvrit et fait place progressivement à une steppe à épineux formée d’espèces rabougries aux feuilles coriacées. La vallée du Logone, inondée en saison des pluies, ne laisse subsister que les « Yaérés » ou prairies marécageuses, domaine de transhumance. L’Adamaoua porte une savane herbeuse et/ou arborée.

6Cette région compte plus de 4 millions d’individus en 2003, avec près du tiers concentrés dans les villes. En milieu rural, la population diversifie ses activités en investissant dans l’agriculture. Ce qui influence particulièrement la production animale.

Cadres théorique et méthodologique

  • 6 C’est une expression utilisée par B. Coriat et O. Weinstein (1995) pour désigner la théorie économi (...)

7Selon la théorie néoclassique standard6, le prix est l’expression de l’équilibre entre l’offre et la demande du marché. Le marché ici reste une forme abstraite d’organisation des échanges qui se doit d’être libre. Ce cadre néoclassique permet de faire une première hypothèse selon laquelle les capacités d’offre en viande bovine du Nord-Cameroun, n’ont pas été suffisantes pour répondre à la demande faite à cette région depuis 1993.

8Au-delà de l’explication de l’évolution du prix de la viande bovine, le cadre d’analyse néoclassique standard permet également de prévoir le comportement du consommateur dans cette région prenant en compte la notion du prix relatif. En effet, une augmentation du prix d’un produit par rapport aux prix des produits substituts potentiels, a pour conséquence de provoquer la substitution de ces derniers au premier ; ce qui peut, dans ce cas précis, conduire à une modification des habitudes alimentaires des consommateurs s’il n’y a pas un accroissement de revenu permettant de compenser la hausse de prix. La modification des habitudes alimentaires nous paraît plus probable que celle de la réduction des dépenses pour l’achat de viande : dans un contexte de crise économique, le Cameroun a procédé à une baisse drastique des salaires en 1993, concomitamment avec la dévaluation du franc CFA.

9Toutefois, la modification des habitudes et des goûts étant toujours traitée de façon exogène dans le modèle d’équilibre, ce dernier se révèle alors insuffisant pour traiter des conséquences d’une hausse persistante du prix au-delà du phénomène de substitution. D’où le recours aux modèles marketing de comportement du consommateur qui prennent en considération les variables socio-psychologiques, notamment les habitudes alimentaires.

10Aussi, la deuxième hypothèse de ce travail stipule que l’augmentation vertigineuse du prix du kilo de viande bovine a conduit à la diminution de la fréquence et des quantités consommées par les populations urbaines de la région.

La collecte des données

11La collecte des données s’est faite à travers des enquêtes auprès des différents acteurs et opérateurs de la filière. Deux types d’enquêtes ont été ainsi menés : les enquêtes exploratoires et les enquêtes de validation.

12Les premières, semi-directives, ont été menées auprès des organismes d’encadrement et autres associations d’acteurs. Elles ont permis de cerner l’importance de ce secteur d’activité dans l’alimentation des populations et l’économie de la région. Elles ont aussi permis d’avoir une vision large de la situation de la filière viande bovine au Nord-Cameroun et plus particulièrement dans les villes de Ngaoundéré, Garoua et Maroua et d’identifier les potentiels produits de substitution pour la population visée.

13Ces enquêtes ont surtout ciblé les responsables des institutions et des administrations publiques comme les délégations du ministère de l’Élevage et des Industries animales (Minepia), les services spécialisés s’occupant des domaines relatifs à la production et à l’encadrement des acteurs de la filière viande bovine, les organismes privés, les coopératives, les groupements d’initiative communautaire et quelques groupes d’acteurs (commerçants et éleveurs).

14Les enquêtes de validation ont porté sur trois groupes d’acteurs principaux : les éleveurs, les consommateurs et les commerçants. L’enquête orientée vers les éleveurs cherchait surtout à établir les éléments de l’offre de bovins, notamment les coûts de production (évolution de la supplémentation animale : tourteaux, pailles, etc.), l’accroissement naturel des troupeaux, les alternatives de vente de bétail (marché local, marché extérieur) et le prix moyen de vente d’un bœuf. En l’absence d’une base de données et dans l’impossibilité d’en constituer au préalable, l’échantillon retenu est de convenance et comprend 121 éleveurs répartis de la façon suivante : Adamaoua, 56 ; Nord, 23 et Extrême Nord, 42. Cette répartition tient compte de l’importance du cheptel bovin par province.

  • 7 Une grappe est une unité géographique dans laquelle, on retrouve regroupés, les individus de la pop (...)

15L’enquête auprès des bouchers a surtout visé à appréhender la perception qu’ils ont de l’évolution de la demande qui s’adresse à eux, des raisons qu’ils donnent à propos de l’évolution du prix. En raison du fait qu’ils sont généralement regroupés dans les marchés et qu’on ne dispose pas d’une base de données ressortant leurs adresses, nous avons considéré les points de regroupement comme étant des « grappes »7 (Evrard et al., 1997). Dans chaque « grappe » retenue, on a procédé à une enquête systématique qui a permis d’interroger un total de 60 bouchers dans les trois villes objets d’analyse.

16Enfin, l’enquête concernant les consommateurs visait à saisir la modification de leur comportement réel de consommation, notamment la fréquence hebdomadaire de consommation, les produits substituts adoptés et leur appréciation de l’évolution des prix. Nous avons utilisé, comme pour les acteurs précédents, un guide d’entretien étant donné qu’un questionnaire auto-administré aurait été difficilement réalisable dans la mesure où la majorité de nos enquêtés sont analphabètes. Bien plus, dans l’impossibilité de constituer une base d’échantillonnage exhaustive, nous avions adopté plutôt un échantillonnage empirique. Il a consisté à combiner la méthode aréolaire fondée sur le découpage des villes visées en quartiers et la méthode des itinéraires comme le préconisent Evrard et al. (1997) dans ce type d’enquête. Nous avons retenu trois quartiers par ville à savoir un quartier peuplé à prédominance musulmane, un autre mixte et enfin un quartier à prédominance chrétienne et animiste. Ce choix tient au fait que les musulmans ne consomment pas la viande de brousse qui, dans l’enquête exploratoire, s’est révélée être un substitut important.

  • 8 Dans les familles musulmanes, ce sont les chefs de famille qui sont les répondants en raison du fai (...)

17Pour choisir les habitations objets de l’enquête, nos enquêteurs avaient pour consigne de parcourir les différentes rues (itinéraires) en interrogeant les ménagères8 des deux premières maisons à intervalle de 20 maisons jusqu’au bout de la rue (Chirouze et al., 1993). Cela permet conformément à la méthode des itinéraires d’obtenir, pour chaque quartier, un nombre de répondants reflétant la taille de la population dudit quartier compte tenu de sa densité. La combinaison de ces deux méthodes nous a permis d’obtenir au total 119 répondants pour les trois villes au titre de l’enquête consommateur. Cependant, il faut noter que ces enquêtes ont connu quelques problèmes de réalisation à cause de la résistance et même du refus de certains acteurs de participer à cet exercice parce que, pour eux, ces enquêtes ne peuvent viser qu’à leur nuire. Les logiciels Excel et SPSS ont permis l’analyse des données et la réalisation des figures.

Les résultats

18Il s’agit de présenter et d’analyser les résultats relatifs à l’évolution du prix du kilo de viande bovine, de présenter et de faire ressortir les causes principales de cette hausse du prix et enfin d’analyser les réactions des consommateurs en milieux urbains.

L’évolution du prix du kilogramme de viande bovine dans les trois principales villes du Nord-Cameroun

19Le prix du kilo de la viande bovine est passé de 450 F CFA en 1993 à 1 200 F CFA en 2002 pour la viande avec os et de 600 à 1 500 pour la viande sans os au Nord-Cameroun ; soit plus d’un doublement de prix sur une période de 10 ans. Pour mieux apprécier l’importance de cette évolution, nous avons procédé à l’analyse de l’indice de prix en prenant pour base l’année 1993 et en situant cette évolution par rapport à celle des autres produits de la même catégorie tel que le poisson frais, etc. Ces évolutions sont présentées dans la figure 1.

  • 9 L’indice des prix est égal au prix de l’année n divisé par le prix de l’année de base (1993) multip (...)

20On peut généralement relever au vu de ce graphique, que l’évolution de l’indice du prix9 de la viande bovine (sans os ou avec os) se situe au-dessus de l’indice synthétique du prix des produits alimentaires et de l’évolution du prix de tous les autres biens figurant dans la même catégorie. Les courbes de l’évolution de l’indice de prix de la viande bovine exhibent deux principales phases d’augmentation : 1998 et 2000. Si la période de 1998 semble correspondre à la réduction drastique des importations de viande congelée suite au phénomène de la vache folle, celle de 2000 correspond à l’ouverture officielle de la filière viande bovine aux marchés des pays voisins, notamment le Gabon. Il ressort que l’ampleur de l’évolution du prix de la viande bovine n’a pas respecté la tendance des prix en ce qui concerne la catégorie du produit, dans la mesure où pour l’année 2000, son indice dépasse de 99 points l’indice des produits alimentaires pour la ville de Garoua et de plus de 167 points celui du poisson frais. Ceci traduit le caractère exceptionnel de l’évolution du prix de la viande bovine dans les régions considérées dans cette étude. D’où la question de savoir ce qui peut expliquer une telle augmentation du prix.

Note * Autres : poisson fumé, cube Maggi, viande de brousse.
Figure 1. Evolution des indices des prix du kilogramme de viande de boeuf et des produits proches au Nord-Cameroun.

Les causes de l’évolution du prix du kilogramme de la viande bovine

21L’augmentation du prix du kg de la viande bovine qui affecte en particulier la région septentrionale s’explique par des causes multiples et combinées agissant à la fois sur l’offre et la demande de la viande bovine.

La dégradation des pâturages

22Depuis une vingtaine d’années, grâce à l’éradication des mouches tsé-tsé, le cheptel des Hautes Terres de l’Adamaoua en particulier, et du Nord-Cameroun en général, a augmenté régulièrement sans problème sanitaire grave. Cette augmentation est également le résultat d’investissements privilégiés de la part des « détenteurs citadins » de capitaux. Actuellement, la plupart des responsables s’accordent à estimer que le cheptel de la région atteint des effectifs records. Au début, cette augmentation des cheptels a profité du bon état des pâturages qui étaient mis en repos forcé en raison de la présence des mouches tsé-tsé. Aujourd’hui, cet avantage n’existe plus dans beaucoup de secteurs. Dès lors, les pâturages sont exploités au maximum de leurs possibilités et même au-delà. Cette situation se traduit par :

  • un tapis herbacé complètement arasé en fin de saison des pluies ;

  • un développement des processus d’érosion en particulier sur les parcours et aux abords des points d’abreuvement ;

  • un développement général du couvert ligneux et des espèces végétales non appétées. Toutes les espèces sont concernées mais certaines sont plus envahissantes que d’autres. C’est par exemple le cas du Chromolaena odorata (Bokasa grass) qu’on rencontre dans la partie sud de la région, des Mimosa asperata (Gi’é) qui colonisent les pâturages aux environs de Wakwa, des Harungana madagascariensis (Burgal), une espèce de forêt, qui se dissémine dans les pâturages surchargés. Cette surcharge des pâturages est amplifiée par l’accroissement démographique que connaît la région et par les baisses de salaire dues à la crise économique qui entraîne la croissance du tissu urbain et l’investissement des citadins dans l’agriculture tant en ville qu’à sa périphérie.

23L’état des pâturages du Nord-Cameroun est d’autant plus inquiétant que les essais d’amélioration au cours des années 1980 ne sont plus poursuivis (création des pâturages artificiels avec des espèces fourragères introduites, essais de fabrication de foin). Même les ranchs qui avaient bénéficié des aides du Fonader ont abandonné ces pratiques. La dégradation des pâturages entraîne donc le développement de l’utilisation des tourteaux de coton dans l’alimentation du bétail. Pour 70 têtes, l’éleveur des environs de Maroua, Garoua et Ngaoundéré qui dispose de moyens financiers achète en moyenne 140 sacs durant la saison sèche pour compléter l’alimentation de son bétail. Ceci a pour conséquence d’augmenter le coût supporté pour son troupeau. Ce coût se situe, en moyenne, à 715 663 F CFA par an avec pour valeur modale 500 000 F CFA. Il se situe au minimum à 50 000 F CFA et au maximum à 4 000 000 de F CFA. D’après cette illustration, on comprend bien que l’augmentation du prix du kilogramme de viande tient à l’augmentation du coût de production de la viande bovine dans la partie septentrionale.

L’accroissement démographique

  • 10 Ces chiffres sont obtenus en multipliant la consommation individuelle par l’effectif de la populati (...)

24La population du Nord-Cameroun a été multipliée par 5 depuis 1960. Les taux d’accroissement sont particulièrement élevés dans les provinces de l’Extrême Nord (5 %), et du Nord (4 %). Quant à l’Adamaoua, considérée pendant longtemps comme une simple voie de passage entre les métropoles de Yaoundé et Garoua (Ndamé, 2000), elle connaît depuis une dizaine d’années, un net regain démographique après une longue stagnation (tableau 1). Au-delà de la conséquence déjà évoquée, cette croissance démographique n’est pas sans effet sur la demande en viande bovine. La demande de viande interne à la région aurait donc augmenté. Pourtant, à cause des effets combinés de la crise économique, de la dévaluation du F CFA, on assiste plutôt à une diminution de la demande intérieure de la région. A titre d’illustration, la consommation intérieure de l’Adamaoua qui était de 11 305 000 kg en 1996 est passée à 7 356 070 kg en 200010.

Les mutations du contexte économique

25Depuis le milieu des années 1980, on assiste à la modification du contexte économique national et international. Du point de vue national, le contexte est marqué par la crise économique qui contribue globalement à la baisse du pouvoir d’achat du consommateur camerounais qui a suivi celle des salaires des fonctionnaires, ceux-ci représentant une fraction importante des travailleurs en activité au Cameroun. Cette diminution fut amplifiée par la dévaluation du F CFA qui intervint et entraîna l’augmentation du coût des produits importés.

Source : Minpat, 2002. RGPH 1987 et projection
Tableau 1. Evolution de la population du Nord-Cameroun par province.

26Mais cette dévaluation a accru la compétitivité du Cameroun par rapport aux autres économies de la région et provoqua une augmentation des exportations du bétail vers le Nigeria. Aux dires des acteurs de la filière, ces exportations seraient d’une grande importance. La dévaluation du F CFA, le licenciement des travailleurs, etc. ont entraîné la diminution de la proportion du budget alloué à la consommation de la viande.

27Bien qu’il soit assez difficile d’avoir des chiffres fiables sur l’accroissement des troupeaux (les éleveurs ne donnant pas toujours la composition exacte de leur cheptel ni le nombre de naissances annuelles par crainte des mesures fiscales), toutes les statistiques s’accordent cependant sur une augmentation soutenue. Les données obtenues grâce à nos enquêtes donnent une moyenne de 10 troupeaux par éleveur soit environ 700 têtes de bovins, avec un maximum de 5 600 têtes pour les grands ranchs et un minimum de 140 têtes pour les groupes de petits éleveurs ; la valeur modale se situant à environ 3 500 têtes de bovins. De plus, les troupeaux connaissent en moyenne 12 naissances par an. En considérant la moyenne de 10 troupeaux par groupe de petits éleveurs, soit environ 120 naissances par éleveur ou par groupe de petits éleveurs au cours d’une année, nous obtenons au total, pour notre échantillon d’éleveurs, 14 520 naissances, chiffre qui être considéré comme la moyenne d’augmentation naturelle du cheptel selon nos enquêtes.

28Cette augmentation aurait pu satisfaire la demande régionale et peut être, stabiliser les prix, si la région n’était pas devenue pourvoyeuse des grands marchés du sud et même des pays voisins. Cette ouverture aux marchés des pays voisins et l’augmentation des coûts des intrants expliquent, en grande partie, la montée des prix qui agit directement sur la demande urbaine, en réduisant celle-ci et en modifiant, finalement, les habitudes alimentaires des populations urbaines.

La modification des habitudes alimentaires comme réponse à la hausse du prix de la viande bovine

  • 11 Cette expression est utilisée en économie pour signifier qu’on considère les autres variables prése (...)

29Les ajustements des habitudes alimentaires en réponse à la variation du prix considérée comme irréversible par le consommateur, prennent généralement deux formes qui seront traitées comme des alternatives, mais qui dans la réalité peuvent coexister. Certains consommateurs cherchent tout d’abord à maintenir le niveau de consommation antérieur en procédant plutôt à un ajustement de la dépense. Ceci se manifeste par une modification du pourcentage des dépenses de consommation par rapport au revenu. Dans cette forme d’ajustement de comportement, l’augmentation de la part de consommation dans le revenu est compensée par la diminution de la part de l’épargne steris paribus11. En fait, ce type d’ajustement est dû à ce qu’on appelle en macro-économique l’effet de cliquet et qui n’est rien d’autre que l’irréversibilité de la fonction de consommation.

30L’autre forme d’ajustement consiste à maintenir le montant des dépenses de consommation, en baissant simplement la quantité consommée. Dans le cas où le produit a des substituts plus compétitifs, la baisse peut se révéler très importante parce que progressivement, le ménage a fait recours à ces produits de substitution.

La baisse des quantités et de la fréquence de la consommation de la viande bovine

31L’ajustement du comportement de consommation que les ménages des centres urbains de la partie septentrionale du Cameroun ont effectué en réponse à la hausse spectaculaire du prix de la viande a consisté à réduire la consommation de ce produit. En effet, bien qu’ils aient continué à cuisiner les mets nécessitant absolument de la viande, la fréquence de la consommation de la viande bovine a sensiblement diminué. A cet égard, pour les 118 ménages de notre échantillon ayant fourni une réponse à la question de savoir comment a évolué la fréquence hebdomadaire de leur consommation de viande bovine, 69,5 % déclarent qu’elle a diminué, 23,7 % qu’elle est restée constante alors que seulement 5,9 % la déclarent avoir augmenté. Il apparaît donc évident que la grande majorité des ménages a dû revoir à la baisse sa fréquence de consommation de viande bovine. La majorité estime que cette diminution est liée à l’augmentation « exagérée » du prix de cette denrée.

32Bien entendu, nous n’avons pas pu éliminer l’effet de prestige qui conduit certains répondants à l’exagération. Par exemple, dans un ménage où le chef de famille est instituteur on nous a déclaré consommer de la viande bovine 7 fois par semaine Cela nous semble résulter de cet effet de prestige. Nous avons apporté des corrections posant comme hypothèse que la profession du chef de famille était un indicateur pertinent du revenu du ménage.

33Il est important de préciser que nous avons évité de travailler sur les quantités car il nous a semblé plus aisé pour le répondant de se souvenir du nombre de consommation que des quantités. D’ailleurs, la fréquence de consommation hebdomadaire est lui aussi un indicateur approprié pour apprécier la baisse des quantités consommées. Sur la base des données tirées de l’annuaire statistique et complétées par les travaux de N. Issa (2000) et les résultats de nos enquêtes, nous avons établi la figure 2 qui montre clairement la diminution de la consommation par habitant, corroborant ainsi les déclarations de nos répondants quant à la baisse de leurs fréquences hebdomadaires.

34L’estimation de la consommation a été faite à partir de données collectées dans les abattoirs de ces trois principales villes et d’enquêtes menées auprès des consommateurs.

35Le rapport du secteur élevage estime la consommation moyenne de viande par habitant au Cameroun à 14-15 kilogrammes par an en 1995 dont 6 à 9 kilogrammes de viande bovine, alors que les statistiques de la FAO, citées par Koussou (1999), situent cette consommation à 10,98 kg de viande dont 5,69 kg de viande bovine. Dans les trois principales villes, la consommation moyenne est de 11,3 kg par an soit 15,62 pour Ngaoundéré, 10,71 pour Maroua et 8,49 pour Garoua. Ces valeurs restent largement supérieures à la moyenne de la FAO. On constate toutefois une plus faible consommation de la viande bovine à Garoua que dans les deux autres villes.

Figure 2. Evolution de la consommation par habitant de la viande dans les trois principales villes du Nord-Cameroun.

36Ces chiffres, quoiqu’en baisse, nous indiquent la part importante que représente la consommation de la viande bovine dans les apports en protéines animales pour les populations de cette région. Ces apports représentent plus de la moitié des apports en protéines animales, le reste étant assuré par des protéines provenant des viande ovine et caprine, de volailles, d’animaux sauvages et des ressources d’origine halieutique.

La propension à la consommation des produits substituts à la viande bovine

  • 12 Nous ne parlons pas ici de compensation en terme de quantité de protéine parce que nous n’avons auc (...)

37La diminution de la consommation de la viande bovine pour notre échantillon trouve sa compensation12 dans l’augmentation de la consommation de produits substituts (figure 3). En effet, les ménages de notre échantillon ont trouvé comme substituts à la viande principalement quatre produits : le poisson sec, le poisson frais, l’épice dite Cube Maggi et la viande de brousse.

Figure 3. Le classement des substituts à la viande de boeuf.

38La viande de brousse (sauvage) apparaît dans ce graphique en deuxième position des substituts à la viande bovine.

39Il y a lieu de souligner que son pourcentage a été calculé sur la base de l’échantillon total (les 119 répondants) alors qu’en fait, seule la sous-population constituée de chrétiens et d’animistes consomme de la viande de brousse. Ainsi, en déterminant son pourcentage pour cette seule sous population, elle viendrait en tête des substituts à la viande bovine.

Conclusion

40Finalement, l’hypothèse selon laquelle, l’offre de la viande bovine n’a pas été en mesure de s’adapter, à prix stable, à la demande se trouve vérifiée. La dégradation des pâturages, l’ouverture de la filière aux marchés des pays voisins et l’augmentation du coût des intrants sont nettement explicatives de l’augmentation du prix du kilogramme de viande bovine. La réaction des consommateurs urbains a consisté à diminuer les quantités consommées et la fréquence de consommation hebdomadaire et à augmenter nettement la consommation des produits substituts qui sont, par ordre d’importance croissante, l’épice Cube Maggi, la viande de brousse et le poisson. Nos craintes par rapport au risque de recrudescence de la malnutrition et de la détérioration de la biodiversité se trouvent donc bien fondées. Le rétablissement de l’équilibre entre les effectifs des cheptels et les possibilités des pâturages par la relance des actions d’amélioration et d’entretien des pâturages s’avère donc nécessaire.

Bibliographie

Bibliographie

Boutrais J., 1978 — Deux études sur l’élevage en zone tropicale humide (Cameroun). Paris, Orstom : 11-32.

Boutrais J., 1995 — Hautes terres d’élevage au Cameroun. Paris, Orstom, Etudes et thèses.

Chirouze Y., 1993 — Le marketing : les études préalables à la prise de décisions. Paris. Ellipses.

Coriat B., Weinstein O., 1995 — Les nouvelles théories de l’entreprise. Paris, multigr.

Derbaix C, 1975 — Les réactions des consommateurs à la communication publicitaire et la hiérarchie des effets. Revue française du Marketing (58) : 7-26.

Djonwe G., 2000 — Rapport annuel de la délégation départementale de l’élevage des pêches et des industries animales du Mayo-tsanaga 1998/1999

Dongmo J.-L, 1998 — « Human impact on the degradation of the vegetation in North Cameroun ». In J. Clarke et D. Noin (eds) : Population and environnement in arid regions. Unesco, Man and Biosphiere series 19 : 45-60.

DSCN- Annuaire statistique 1998/1999.

Evrard Y., Pras B., Roux E., Market, 1997 — Etudes et recherches en marketing. Paris, Nathan, 2e édition.

Fourastie J., 1989 — Le grand espoir du xxe siècle. Paris, Gallimard.

Helleppe Kotler, Dubois B., 2000 — Marketing management. Paris, Publi-union, 10e édition.

Hurault J., 1975 — Surpâturage et transformation du milieu physique l’exemple des hauts plateaux de l’Adamaoua. Paris, IGN.

Issa N., 2000 — Consommation de la viande bovine à Garoua par suivi de l’abattoir. Rapport de stage préprofessionnel, Minepia.

Kotler Ph., Dubois B., 1986 — Marketing Management. Paris, Publi-Union, 5e édition : 126-132.

Koussou m.o., 1999 — Synthèse bibliographique sur le commerce de viande entre les pays de la sous région d’Afrique centrale.

labonne M., 2000 — La circulation du bétail dans les provinces du Nord-Cameroun. Minepia, Garoua.

Lacoeuihe J., 1998 — Contribution à l’étude des facteurs affectifs dans l’explication du comportement répétitif d’achat : vers une approche intégrative de la fidélité à la marque. Rapport du XIVe Congrès international de l’AFM à Bordeaux : 617-637.

Mian Oudanang K., 1999 — Le commerce de viande entre les pays de la sous-région d’Afrique centrale : Exemples de courants d’échanges entre le Cameroun, la république centrafricaine, le Tchad et le Nigeria : Synthèse bibliographique. DESS production animales en régions chaudes INA-PG, Paris, Cirad-EMVT, Montpellier.

Ndame, J.P., 2000 — L’Adamaoua, une région camerounaise en pleine mutation. Revue Ngaoundéré-Anthropos, vol. V : 127-148.

Tchotsoua M., 1999 — L’homme et la dynamique des paysages sur la dorsale de l’Adamaoua. Flamboyant (50), juin 1999 : 17-24.

Zajonc R.-B., Markus H., 1982 — Affective and cognitive factors in preferences. Journal of Consumer Research (9) : 123-131.

Notes

1 Une revue comme Les marchés tropicaux a fait de l’évolution des prix des produits de base son domaine de prédilection, et constitue de nos jours une référence incontournable. Les bulletins du Cnuced font également de temps en temps les analyses de même genre.

2 La prépondérance des produits de base dans la littérature se justifie par le fait qu’ils font l’objet des transactions boursières. Par ailleurs, ce sont des produits relativement homogènes dans le temps et leurs prix sont donnés pour des unités de mesure standardisées. De plus, ils constituent l’essentiel des exportations de nombreux pays du Sud et la connaissance de l’évolution de leurs prix alimente le débat concernant l’endettement de ces pays et plus particulièrement l’existence de l’échange inégal entre le Sud et le Nord. Or, la plupart des produits qui concernent notre alimentation quotidienne, notamment les produits vivriers, même s’ils sont relativement homogènes dans le temps, n’ont pas des prix fixés par rapport à des unités de mesure standardisées et identiques dans l’espace et dans le temps. Ce qui complique considérablement l’analyse de l’évolution de leur prix.

3 Les spécialistes sont unanimes sur le fait que l’absence prolongée d’une alimentation équilibrée en protéine pour les enfants freine considérablement leur croissance et, par conséquent, prolonge le temps précédant leur accès dans le système productif et conduit donc à la pauvreté.

4 La viande de brousse ne fait l’objet d’aucun contrôle de qualité de la part des services vétérinaires. De plus, dans la république du Zaïre aujourd’hui appelée république du Congo, lors que la fièvre Ebola apparut particulièrement meurtrière, on soupçonna la consommation de la viande de brousse comme source de contamination.

5 Dans l’analyse du comportement de consommation, on distingue deux axes. Le premier concerne l’attitude du consommateur à l’égard du produit étudié, ce qui n’est pas notre préoccupation dans le présent travail. Le second concerne le comportement réel dont l’indicateur est l’utilisation et la fréquence d’utilisation du produit en question. C’est ce second axe fréquemment emprunté par Kotler et Dubois (2000) que nous adoptons dans cette étude.

6 C’est une expression utilisée par B. Coriat et O. Weinstein (1995) pour désigner la théorie économique de l’équilibre.

7 Une grappe est une unité géographique dans laquelle, on retrouve regroupés, les individus de la population d’étude. Il peut s’agir d’un quartier, d’un bâtiment ou d’une entreprise. Dans le cas présent, la grappe est le marché où on retrouve les bouchers.

8 Dans les familles musulmanes, ce sont les chefs de famille qui sont les répondants en raison du fait qu’ils sont responsables des achats de leur ménage.

9 L’indice des prix est égal au prix de l’année n divisé par le prix de l’année de base (1993) multiplié par 100.

10 Ces chiffres sont obtenus en multipliant la consommation individuelle par l’effectif de la population.

11 Cette expression est utilisée en économie pour signifier qu’on considère les autres variables présentes dans l’analyse comme ne subissant aucune variation.

12 Nous ne parlons pas ici de compensation en terme de quantité de protéine parce que nous n’avons aucune équivalence à cet égard.

Table des illustrations

Légende Note * Autres : poisson fumé, cube Maggi, viande de brousse.Figure 1. Evolution des indices des prix du kilogramme de viande de boeuf et des produits proches au Nord-Cameroun.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Source : Minpat, 2002. RGPH 1987 et projectionTableau 1. Evolution de la population du Nord-Cameroun par province.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1685/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 2. Evolution de la consommation par habitant de la viande dans les trois principales villes du Nord-Cameroun.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1685/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 3. Le classement des substituts à la viande de boeuf.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1685/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540