Version classiqueVersion mobile

Le risque en agriculture

 | 
Michel Eldin
, 
Pierre Milleville

Postface

Michel Sebillotte

Texte intégral

Digressions sur le risque en forme de dialogue

1Le risque en agriculture : un sujet passionnant mais périlleux !

2Il faut saluer ce travail dû à l’initiative de M. ELDIN et P. MILLEVILLE, et l’intérêt des études qu’ils ont réunies en quatre thèmes, chacun étant précédé d’une introduction en forme de synthèse. De tels ouvrages sont trop rares même si l’on peut regretter que les exemples soient essentiellement tropicaux.

3Mais pourquoi une postface en forme de digressions ?

  • 1 Schoemaker Paul (J. H.), 1982. — The Expected Utility Model : Its Varaints, Purposes, Evidence and (...)

4De très nombreux travaux ont été réalisés sur la décision et sur le risque en situation d’aléa et d’incertitude ; dans un premier temps ce sont des mathématiciens et des économistes qui se sont penchés sur ces questions. Il s'agissait de formaliser des procédures de décision et la recherche opérationnelle a largement contribué à leur développement. Mais relativement vite de nombreux problèmes se sont posés sur le plan théorique et d’autres disciplines sont intervenues dans le débat, en particulier les psychologues. On trouve ainsi d’intéressantes mises au point sur les hypothèses sous-jacentes aux divers modèles, le type d’acteur considéré, sa rationalité, les objectifs poursuivis (décrire, prédire, prescrire...)1.

5Pourtant une certaine insatisfaction se dégage de la lecture de ces travaux face à notre attente pour comprendre les comportements des agriculteurs, leurs pratiques et donc pour pouvoir les conseiller, dégager des politiques de développement... On ressent un décalage entre ce que l’on observe, par exemple ce qui est rapporté dans cet ouvrage, et les outils théoriques qui sont proposés. Certains aspects du risque dont on pressent l’importance dans les pratiques des acteurs n’apparaissent guère ou ne sont développés que sur des exemples.

6Je ne puis avoir l’ambition ici de tenter une présentation théorique et plus unitaire du risque en agriculture. Je prendrai donc le parti de « visiter » certains « points de vue » en acceptant délibérément que mes prospections apparaissent contradictoires et incomplètes ! On comprendra alors les raisons du choix de digressions. J’espère toutefois contribuer ainsi à l’élaboration d’une « grille d’analyse » sur le risque qu’il faudra bien produire, sans pour autant paraphraser l’ouvrage qui précède.

DES ACTEURS ET DES SPECTATEURS. CAS DE L'AGRICULTEUR

7A. — “Je me souviens d’un livre de TRINTIGNANT, pilote de course, dans lequel il raconte comment il gagna le Grand Prix de Monaco contre FANGIO. Celui-ci, « mordait », à chaque tour, sur le trottoir de l’un des nombreux virages de ce circuit. TRINTIGNANT, étonné d’un tel comportement (qui lui semblait très risqué) chez un pilote aussi chevronné, pensa qu’il n’avait qu’à attendre que la voiture de son adversaire, pourtant plus puissante, casse. Et il gagna !

8B. — Je suis surpris du choix de ce souvenir à propos du risque en agriculture. Vous auriez pu évoquer votre vie sur la ferme familiale dans le Sud tunisien avec une pluviométrie annuelle de 200 mm, très irrégulière, et l’ensemble des moyens mis en oeuvre pour y faire face : association agriculture-élevage, cultures annuelles-cultures pérennes, capture des eaux de ruissellement, travail du sol, mis en défens des pâturages et, enfin, irrigation.

9 Oui, pourquoi la course automobile ? Peut-être parce que je ne suis pas sûr d’une spécificité de l’agriculture. Par ailleurs l’exemple est, somme toute et en apparence du moins, relativement simple, probablement évocateur pour chacun. Les débats sur les risques que prennent les pilotes de course et sur ceux qu’on leur impose sont fréquents dans tous les mass-médias. L’automobile fait aussi penser aux assurances et aux divers types de risques qui sont couverts : ceux que l’on fait courir aux autres en cas d’accident et ceux que l’on court soi-même. Elle permet enfin d’évoquer des attitudes psychologiques fréquentes « les accidents ça n'arrive qu’aux autres » ou encore des travaux qui montrent que l’on sous-estime les risques de mort en prenant soimême le volant par rapport à ceux que l'on encourt en utilisant un autre mode de transport comme l’avion ou le train. Je me réfèrerai donc à cet exemple à plusieurs reprises.

10Mais quand même, ne trouvez-vous pas qu'il fallait « oser » entreprendre cet ouvrage ?

11— Oser », c’est la troisième des idées retenues par le dictionnaire « Petit Robert » pour définir le mot risque. Mais M. ELDIN et P. MILLEVILLE se sont-ils glissés dans le rôle de J. L. TRINTIGNANT ou, comme M. FANGIO, ont-ils pris trop de risques ?

12— Ah ! Qui déclarera « la victoire », qui dira s’ils ont eu raison, et surtout quel en sera le critère ? C’est une des questions centrales de notre sujet. Dans le cas d'une course, le juge est connu et admis, le critère de réussite est d’arriver le premier, ce qui justifie a postériori les risques pris par le vainqueur ! Mais, agriculteur sur mon exploitation, je suis à la fois juge (c’est moi qui fixe les règles d'évaluation de mes résultats) et partie (c’est moi qui « cours », qui supporte les résultats).

13— Cette dernière opinion est-elle exactement acceptable ? L’agriculteur est-il seul à fixer les critères de jugement ? N’est-il pas possible, et souhaitable, de trouver des critères « externes » pour évaluer les résultats de ses activités, par exemple l’évolution de son revenu ou sa contribution à la pollution des nappes par les nitrates ?

14— Je vous le concède : il y a deux jugements possibles. Mais il me semble important d’insister sur la différence de point de vue de ces deux jugements et donc sur l’impossibilité de négliger le premier, celui de l’acteur, comme cela est couramment pratiqué au nom d’une objectivité qui, là, devient douteuse. On doit s'interroger sur l’écart observé, in fine, entre le résultat et ce qui était visé car il commandera les comportements ultérieurs. Il faut donc toujours considérer les points de vue respectifs de l’acteur et du spectateur (celui qui est extérieur, qui porte un jugement statistique).

15Reprenons l’exemple de la course automobile : FANGIO prend des risques que son expérience, incontestable, nous incite précisément de l’extérieur à penser « calculés ». TRINTIGNANT, qui a une voiture moins rapide, ne peut qu'attendre tout en espérant la panne chez son adversaire. Il s'agit donc d’une course de vitesse entre l’accumulation progressive de fatigue par la voiture la plus rapide vis-à-vis d’une seuil fatidique d’une part, et le parcours du cadran par l’aiguille de l'horloge d’autre part. Mais que sait-on au juste dans cette situation sur le risque encouru, si ce n’est le sens de variation des phénomènes : le temps s’écoule et la fatigue s’accumule ?...

16Quelles sont alors les positions des différents protagonistes face à ce risque ? Le comportement de FANGIO peut être interprété comme découlant de la prévision : « ma voiture tiendra ». TRINTIGNANT, lui, qui nous relate lui-même ce qui se passe dans sa tête, parie que la voiture de son adversaire ne « tiendra » pas et a donc pour objectif d’être présent à l’arrivée immédiatement derrière le favori il avait admis qu’il ne pouvait pas gagner contre cet adversaire et sur ce circuit. Son risque, si l’on peut dire, est de peut-être gagner la course ! Quant aux spectateurs les supporters, les journalistes, la foule il ont tous le même favori : FANGIO, dont le risque est de perdre la course ! Les positions des deux coureurs sont donc différentes parce que « tout le monde », acteurs comme observateurs extérieurs, a la même opinion en ce qui concerne le vainqueur ! On regrette de ne pas savoir, dans ces conditions, pourquoi FANGIO « mordait » sur le trottoir.

17Risque de gagner, risque de perdre : deux facettes qui ne sont qu’en apparence celles d’un même jeu ! Ayant des véhicules de puissances différentes, les deux acteurs, qui sont pourtant dans la même course, ont des stratégies différentes. Adoptant simultanément plusieurs points de vue, celui d’acteurs et celui de spectateurs, on peut « interpréter » les comportements, faire des pronostics. Remarquons d’ailleurs que le public ne savait pas, durant la course, que FANGIO prenait des risques ; sa vision de la situation était tronquée.

18 Mais nos réflexions sur le risque ne sont-elles pas, implicitement, trop liées à l’acte même de la décision ? Face à des événements tels que cyclone ou tremblement de terre nous observons le plus souvent que les habitants des régions concernées par ces phénomènes sont dans l’expectative. Pouvons-nous, pour autant, dire qu’il n’y a plus de risque ? Ils agiront, certes, mais uniquement lorsque la menace deviendra certaine et en prenant la fuite. Nous aurions ainsi des acteurs cherchant à réduire les effets d’événements probables, d'autres cherchant à s’y soustraire une fois leur occurrence devenue certaine (il n’y a plus de risque, ou plutôt il est déplacé : ils peuvent périr, s’ils n’ont pas le temps de s’enfuir), et enfin des spectateurs non impliqués qui décrivent !

19Trois questions se posent alors :

  1. Comment caractériser le milieu dans lequel nous nous trouvons, notre environnement, en estimant des probabilités d’occurrence d’événements ?
  2. quelles solutions mettre en oeuvre si ces événements se produisent ?
  3. dans une situation donnée, devons-nous nous prémunir ? Comment en estimer l’intérêt ? Sommes-nous en mesure de le faire ?

20 L’ordre des questions peut se discuter. Mais il est vrai qu’il y a ceux qui n’aborderont la troisième que si une réponse existe à la seconde et les autres qui procéderont dans l'ordre inverse. N’est-ce pas comme cela que l'on peut tenter d’expliquer que les agriculteurs et leurs conseillers utilisent si peu les études climatiques fréquentielles ? Faute de pouvoir changer le climat, ou faute de pouvoir déterminer à l’avance les jours calendaires où Ton peut travailler, et donc organiser en conséquence son travail, on n’aurait que faire de ces études ? L’agriculteur est souvent en situation d’attente du cyclone. ”

L’AMBIVALENCE DU MOT RISQUE ET LE POIDS DE NOS « VALORISATIONS »

21B. — Nos propos n’évoquent le risque qu’en termes négatifs ! Or n’êtes-vous pas frappé par la profonde ambivalence du mot risque ? Le dictionnaire déjà cité nous renvoie : à danger, hasard, péril, assurance pour le nom ainsi qu'à aventurer, s’assurer mais aussi oser, entreprendre, pour le verbe. De leur coté les proverbes nous disent : « Qui ne risque rien n’a rien » mais « L’excès en tout est un défaut »...

22Mais on pourrait voir également, dans cette ambivalence, l’expression d’une appréciation sociale s’appliquant à tout décideur. Il y aurait un « bon » niveau de risque auquel il faudrait se situer ! En allant plus loin, ne découvrirait-on pas l’idée d’un jugement moral encouru par tout acteur potentiel ?

23Ne néglige-t-on pas trop le poids de ces représentations sociales sur les acteurs, leurs influences sur la manière dont, acteur ou spectateur, on se situe par rapport au risque ? A titre d’exemple, le législateur n’a pas hésité à introduire dans le statut du fermage français l’expression de la vie courante : « gérer en bon père de famille » !

24Par ailleurs le risque ne semble pas peser de la même manière selon qu’il s'agit de dépasser ou de ne pas atteindre l’objectif visé. Par exemple en matière d’apport d’intrants les agriculteurs préfèrent, le plus souvent, mettre plus que moins, ne voulant pas (s’ils en ont les moyens) risquer d’avoir limité leurs rendements face aux potentialités de l’année.

  • 2 Lefort (G.), Sebillotte (M.), 1964. — Construction d’un programme linéaire pour l’étude du meilleu (...)

25On rejoint par là vos travaux avec G. LEFORT2 dans lesquels vous recherchiez une meilleure prise en compte des risques climatiques dans la détermination du système de production optimal pour une exploitation agricole. Plutôt que de fixer a priori (comme cela se faisait couramment) un seuil pour l’utilisation des jours de travaux disponibles qui permette la réalisation du calendrier cultural quasiment tous les ans vous avez proposé une programmation linéaire en aléatoire. Elle fournit un système de production certain et des règles d’action pour les années dont les conditions climatiques ne permettent pas la réalisation complète de certains blocs de travaux du système certain. Vous avez donc considéré également le risque de perdre par non réalisation des travaux et celui de ne pas valoriser des ressources en jours disponibles les années où les conditions climatiques sont très favorables. Vous avez d’ailleurs insisté, depuis, sur la nécessité de considérer, dans l’analyse du fonctionnement des exploitations agricoles, les atouts aussi bien que les contraintes.

26A. Oui quand nous employons le mot « risque », qu’y mettons-nous au juste ? Quelles sont nos propres « valorisations » (au sens de Bachelard) ? Nous pensonsnous acteur ou spectateur (et alors peut-être juge) ? Ces valorisations sont en permanence au travail et cette prégnance de la connotation négative est étonnante. Comment oublions-nous, par exemple, notre pratique du calcul statistique qui nous incite, en permanence, à tenir compte de risques de première et de deuxième espèces.

L’ANALYSE DU PASSÉ PEUT-ELLE SERVIR À PRÉDIRE LE FUTUR ?

27B. Ne faudrait-il pas évoquer les nombreuses études consacrées à la notion de probabilité, en particulier sur son caractère objectif ou subjectif ?

28A. Oui, oui. Mais est-ce bien le problème pincipal ? Certes en énonçant trois questions il y a un instant, je distinguais en apparence une connaissance objective de l’environnement celle d’un observateur extérieur qui serait capable d’affecter une probabilité objective à la réalisation d’un ensemble d’événements —, d’une appréciation subjective de cet environnement celle de l’acteur qui les ayant placés sur une échelle de préférence juge les effets de l’occurrence de ces divers événements pour prendre ses décisions. Mais qu’est-ce qu'une connaissance objective de son environnement ? Regardez les exemples qui sont donnés : des hauteurs de pluie, des prix, en définitive quelques variables faciles à quantifier. Est-ce cela la représentation que l’acteur se fait de son environnement, ce qui conditionne ses actions et ses réactions ?

29 En semblant rejeter ainsi une certaine formulation mathématique des problèmes, ne craignez-vous point de perdre le bénéfice d’une analyse plus fine qui permettait de préciser les étapes du processus décisionnel de l’acteur est de définir sa rationalité ?

30N’est-ce pas ce type de démarche qui a permis l’introduction dans certains modèles décisionnels sophistiqués d’hypothèses d’évolution de l’environnement dans le futur, par exemple en ce qui concerne les prix ?

  • 3 Cazès (E.), 1986. — Histoire des futurs. Seghers, Paris, 475 p.

31 Ces tentatives me paraissent certes très intéressantes. Mais je ne puis souscrire à l’idée qu’aujourd’hui c'est à travers des réflexions opposant subjectif à objectif que l’on progressera. Le jeu de l’objectif et du subjectif n’est-il pas avant tout le résultat de la coupure qu’introduisent dans le processus décisionnel ces deux étapes-clés que sont d’une part l’évaluation d’un risque (le jugement affecté à une probabilité d’occurrence d’un événement) et d’autre part la prise de décision. Le passage de la première à la seconde étape suppose de préjuger du futur, par essence incertain3.

32Mais il est vrai que, bien souvent, le futur nous paraît de même nature que le passé et nous semble le prolonger ; c'est ce qui nous amène à penser qu’il est possible de cerner ses états probables en utilisant les lois que nous dégageons de l’analyse du passé.

33Remarquez que considérer plusieurs hypothèses d’évolution de l’environnement ne prémunit, au mieux, que vis-àvis d’erreurs d’estimation des paramètres nécessaires aux calculs. Mais les « fourchettes » de valeurs ne remettent pas en cause l’essence même des phénomènes que l’on suppose à l’oeuvre, ni leur combinaison : le futur est toujours, plus ou moins l’aujourd’hui !

34Je vous accorde que la difficulté est bien réelle. Ainsi n’affirmait-on pas que le climat ne varie pas à une échelle de temps humaine, qu’il faut donc plusieurs décennies d’observations pour établir des « normales » et effectuer des calculs fréquentiels ? Or on évoque aujourd’hui, à la suite d'une diminution assez systématique des pluies depuis près de 15 ans, la possibilité d’un changement climatique dans le Sahel au sud du Sahara !

35— Vous voyez bien que parler du risque est difficile, que cela postule, résolue, toute une série de problèmes ! Pour des caractéristiques aussi simples que celles du climat on ne sait plus sur quelles bases prévoir, quelle période du passé utiliser comme référence.

36— A ce propos je voudrais souligner quelques difficultés dans la connaissance du passé qui concernent notre débat sans m’attarder sur les cas où l’information manque tout simplement. En effet de quels événements veut-on étudier les occurrences : une chute de pluie, un état des prix ou leurs conséquences respectives sur le comportement du sol, sur celui des agriculteurs ? Qu’observe-t-on, qu’enregistre-t-on en réalité pour décrire le passé ?

37L’observateur intervient ici de manière prépondérante. Pour dégager des lois, il doit mettre en évidence des régularités et donc répondre à la question suivante : « aije le droit de considérer comme des répétitions d'un même phénomène les faits successifs que j’observe ? » Ou, si l’on songe à une action ultérieure : « ces faits ont-ils la même cause ? ». Le plus souvent la réponse ne pourra qu’être négative car l’observation porte sur des systèmes complexes et l’observateur n’a pas les moyens de démêler les jeux des interactions en oeuvre, n’a pas enregistré les états initiaux du systéme. C’est ce qui rend si difficile l’accumulation d’une expérience valide par les acteurs et quasiment impossible (hormis dans des conditions voisines de celles de la recherche, et encore seulement pour quelques domaines disciplinaires) le test de cette expérience puisque les conditions de son utilisation ultérieures seront presque certainement différentes.

38Mais, a contrario, c'est ce qui permet de conserver des représentations erronnées sous le prétexte qu’elles sont le fruit de l’expérience !

  • 4 Schärlig (A.), 1985. — Décider sur plusieurs critères, Panorama de l’aide à la décision multicritè (...)

39Je suis très sensible à ces effets pervers du réalisme en y ajoutant une raison supplémentaire : ils permettent, trop souvent, d’éluder toute interrogation sur la manière dont on prétend rendre compte des comportements des acteurs. Plus grave encore, ils masquent les conséquences de la vision personnelle du chercheur ou du donneur de conseils en les prétendants externes et objectifs. Les travaux sur la rationalité des acteurs dans l’analyse de la prise de décision illustrent bien ce problème. Il a fallu beaucoup de temps pour aller des méthodes d’optimisation aux méthodes multicritères,... pour que les théoriciens acceptent le réel4 !

40— Sous-jacentes à toutes les questions évoquées jusqu’ici ne retrouve-t-on pas celles des objectifs concernés par l’estimation des risques, et de la période du futur prise en compte ?

41— Il faudrait pouvoir démêler l’écheveau de la prévision mécaniste et de la caractérisation probabiliste qui s’enchaînent intimement :

42- parce que le passé a été construit au jour le jour et qu’il doit être écoulé pour donner lieu à des calculs probabilistes,

43- parce qu’à chaque instant on pense simultanément à aujourd’hui, à demain et à après-demain !

44Ainsi, pour moi, toute probabilité que l'on fait intervenir dans un processus décisionnel a, en dernier ressort et par nécessité, un caractère subjectif.

DE LA NÉCESSAIRE PRISE EN COMPTE DES OBJECTIFS ET DE L’ORGANISATION DU TRAVAIL DANS L’ANALYSE DU RISQUE

45B. “Est-il vrai que l’on pense simultanément sur plusieurs échelles de temps ?

46A. Cela demanderait a être mieux établi mais divers travaux suggèrent une certaine généralité de ce point de vue. Ce n’est pas pour nous surprendre, car l’agriculteur à ce statut particulier d’agir en permanence à plusieurs niveaux d’organisation de son système producteur et donc de ne pouvoir séparer, dans ses processus cognitifs, ses décisions tactiques de ses décisions stratégiques. C’est un peu pour cela que je ne suis pas sûr que les méthodes multicritères soient suffisantes pour résoudre les problèmes de l’agriculteur. Sa situation est différente de ce qui se produit dans une grande organisation où la liaison entre acteurs des divers niveaux décisionnels est appréhendée essentiellement par les resposables qui utilisent ces méthodes, sans réelle interaction, sans apprentissage. Par ailleurs SCHÄRLING, déjà cité, remarque que les cas d’application réelle sont rares et il se demande si la raison n’en est pas qu’il faut un accord participatif du décideur ce qui suppose qu’il accepte la méthode, et « donc qu’il en comprenne au moins l’essentiel. Or la complexité est telle... », complexité qui me semble encore plus grande ici. En fin de compte l’agriculteur est en permanence et FANGIO et toute l’entreprise de construction automobile pour laquelle il court !

47 Vous réintroduisez donc, au moins partiellement, une certaine spécificité de l’agriculture ! Il est vrai que j’ai toujours été frappé du fait que les travaux sur la décision dans le risque concernent, le plus souvent, soit des organisations de grande taille, soit des acteurs a-historiques et n'intervenant que sur un type de niveau décisionnel, tactique ou stratégique. Je remarque aussi qu’il serait nécessaire de je pencher sur la distinction entre tactique et stratégie. A force de la considérer comme classique, on oublie q’une réalité il y a un « continuum » de niveau de décisions avec néanmoins, très probablement, des ensembles de décisions, partiellement isolables, dans lesquels se feraient des régulations « locales », ce qui implique tout un ensemble de boucles de rétroaction.

48La crainte de n’être pas objectif, au sens traditionnel, a conduit (conduit encore) à ne pas s’interroger sur les objectifs des acteurs et à vouloir des démarches quantitatives, avec emploi de modèles mathématiques. Il a fallu du temps pour que leurs hypothèses sous-jacentes multiples soient confrontées aux résultats obtenus dans d’autres disciplines : psychologie, intelligence artificielle... Dans notre domaine c’est la « découverte » de la diversité des agriculteurs, souvent consécutive à l’échec des modèles de développement uniformes et statiques, qui a, entre autres, permis l’émergence de nouvelles approches.

49— Je voudrais insister sur les dimensions stratégiques et tactiques des risques et sur notre propension, malgré les apparences me semble-t-il, à estimer de manière chiffrée principalement des risques de niveau stratégique (l’emploi des méthodes de programmation linéaire y est-il pour quelque chose ?). Je prendrai l’exemple du climat. Lorsque l’on introduit des probabilités basées sur son étude fréquentielle, c’est une approche stratégique. Quand on se demande quel sera le climat de la semaine prochaine pour organiser le travail sur son exploitation, c’est une question tactique. Or, tant que l’on n’a pas tenu compte des conséquences de cette organisation du travail au quotidien dans la manière d’estimer les jours de travail disponibles à travers les données climatiques, on instaure une coupure radicale entre les deux préoccupations. Ce faisant, on contredit ce que révèle l'analyse des prises de décision des agriculteurs qui ne décident de nouveaux équipements qu’à la suite d’une accumulation d’insatisfactions dans le quotidien. De même le climat statistique n’est donné qu’a posteriori, lorsque les enchaînements quotidiens des événements l’ont produit.

50— Il est vrai que trop de travaux sur ces questions semblent négliger le fait que la réalité a déjà une organisation qui s'impose, qu’il y a un état initial. Les décideurs devraient s’interroger sur le risque qu’ils prennent de ne pas cerner correctement cet état et les méthodes d’aide à la décision devraient comporter de manière plus développée des simulations concernant les répercussions d’erreurs sur les valeurs qu’on lui affecte, qu'il s’agisse des acteurs eux-mêmes ou de leur environnement. Il y a là un problème de fond pour les modèles de simulation (on rejoint la question des analyses de sensibilité)”.

DU FONCTIONNEMENT HOMÉOSTATIQUE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

51A. “L’agriculteur gère un système finalisé, disonsnous fréquemment, et l'on distingue différents niveaux d’objectifs. Il me semble essentiel de dégager.les compartiments et les relations du système où il identifie des risques et de déterminer la façon dont il les considère, positivement ou négativement (question de l’ambivalence, du poids accordé aux effets par rapport à l’atteinte des objectifs).

  • 5 Milleville (P.), 1980. — Étude d’un systéme de production agropastoral sahélien de Haute-Volta, le (...)

52Ainsi, tactiquement, l’agriculteur de la Mare d’Oursi, dans le nord de Burkina Faso5 sème du mil sur une pluie précoce dès qu’il l’estime suffisante pour assurer la germination-levée, même s’il court le risque d’une sécheresse consécutive qui annihilera sa culture. En effet, cela ne lui coûte guère ni en temps ni en semence, et il peut s’assurer, stratégiquement (à l’échelle de l'année), une meilleure soudure alimentaire en fin de saison des pluies parce qu’à un semis précoce correspond, en fréquence, un rendement supérieur. La régulation de la surface semée dans ces conditions se fait par la vitesse de dessication de l'horizon de sol mouillé par la pluie face à la vitesse de semis : on exploite tant qu’on peut une situation ! Plus tard c’est la même attitude qui le conduira à semer une grande surface, le plus souvent supérieure à celle qu’il pourra entretenir, surface dont il ne connaît pas la taille précise lors du semis. En effet, celle-ci résultera de la confrontation entre les forces de travail disponibles pour les sarclages et la vitesse de croissance des mauvaises herbes, qui, comme la date des sarclages, est tributaire du climat.

53De même, il y a à peine une trentaine d’années, l’éleveur français de bovins laitiers s’efforçait d’avoir toujours deux années de stock de foin dans ses granges. De cette manière, il savait qu’il supprimait les conséquences les plus fâcheuses des aléas climatiques sur l'alimentation de son troupeau et qu’ainsi, une régulation entre ses surfaces fourragères et la taille de son troupeau pouvait s’établir.

54B. Selon vous, donc, chaque agriculteur organiserait, « trufferait » ainsi, son système de toute une série de processus visant à supprimer (tout au moins réduire) ou bien exploiter différents risques ?

55— C’est ce que je crois. Le concept qui conviendrait serait celui d’« homéostasie » comme pour un être vivant. L’agriculteur organise des régulations de toutes sortes, par exemple sur le plan physique (rôle des stocks...), sur le plan du travail (échanges internes à la famille, relations avec le voisinage...), sur le plan monétaire (rôle de l’élevage capital facilement transformable et d’utilisation souple surtout s’il s’agit de petit bétail, rôle des relations familiales...). Il organise une double complexité : celle des écosystèmes qu’il pilote (et qui leur est plus ou moins intrinsèque) et celle qu’il a créée sur le plan socioéconomique à travers ses stratégies économiques et sociales (politiques matrimoniale, patrimoniale,...). Cette double complexité se traduit, entre autres, par l’association quasiment insécable de l’outil de « production » et de la famille, tout au moins dans de nombreuses situations agricoles. Cette « homéostasie » est commandée et organisée par les objectifs de la famille, eux-mêmes complexes, contradictoires, mais dont l’explication est nécessaire pour « interpréter » les comportements. Sa connaissance, jointe à celle des objectifs, constitue le seul moyen de différencier une politique familiale visant à s’assurer contre des risques (idée de solidarité) d’une autre politique familiale visant une diversification économique et la capture de nouveaux débouchés, ce qui suppose une prise de risque.

  • 6 Shackle (G. L. S.), 1967. — Décision, Déterminisme et Temps. Dunod, Paris, 266 p.
  • 7 Sebillotte (M.), 1979. — Analyse du fonctionnement des exploitations agricoles. Trajectoire d’évol (...)

56— Je suis d’accord avec vous, si l’on précise fortement que ces objectifs6 dépendent de l’histoire de chaque groupe familial ainsi que de l’environnement socioéconomico-politique et de son évolution. Cet examen « homéostatique » (qui constitue une partie de l’analyse de ce que vous appelez le fonctionnement des exploitations agricoles7) permet alors, par exemple, de comprendre les évolutions différentes des systèmes associant agricultureélevage, entre les régions du semi-aride supérieur tunisien et celle du semi-aride inférieur (plus sec) tunisien ou égyptien. Dans le premier cas les ovins sont conservés car ils constituent le volant de sécurité que l’on reconstitue après chaque sécheresse nécessitant d’y puiser, dans le second on a réalisé ce capital pour se lancer dans les cultures arbustives et annuelles.

NÉCESSITÉ D’UN MODÈLE GÉNÉRAL DE CONDUITE POUR RENDRE COMPTE DU COMPORTEMENT DES ACTEURS

57B. — “Cette conception systémique rend inadéquate l’approche habituelle de la rationalité. Les méthodes multicritères elles-mêmes buttent sur l’agrégation des multiples objectifs poursuivis par l’acteur, dont le caractère souvent contradictoire est d’autant plus fort que l’on veut traiter les différents objectifs avec un même degré de prégnance à chaque instant, ce qui semble très discutable.

58A. Notre acteur doit être abordé dans son histoire, comme quelqu’un qui, à travers son expérience personnelle (quelle qu’en soit la valeur comme outil de connaissance de son environnement), à travers les représentations sociales dans lesquelles il baigne (et qu’il contribue à forger) utilise au maximum chaque situation pour atteindre une série d'objectifs auxquels il confère des priorités, selon une échelle de préférences qui varie dans le temps et selon les circonstances. Par exemple quand il a le temps, parce qu’on est tôt dans la saison, de bien faire un semis, il accorde une grande attention aux conditions de travail du sol ; plus tard il acceptera de mettre en terre des graines dans des conditions beaucoup moins favorables. D’une certaine manière l’agriculteur est en perpétuel apprentissage.

  • 8 Cerf (M.), Sebillotte (M.), 1988. — Le concept de modèle général et la prise de décision dans la c (...)

59— Vous élargissez ici, me semble-t-il, les travaux menés dans votre équipe sur le concept de modèle général de conduite8. L’idée serait qu’à travers un va-et-vient constant entre des représentations d’origines individuelle, familiale et sociale s’élabore un modèle des conduites à adopter qui comprenne les objectifs retenus, leur hiérarchie, un programme d’actions et un ensemble de règles pour les réaliser. Ces règles sont élaborées, par tâtonnements, de manière à ce que l’agriculteur tire ce qu’il pense être le meilleur profit de la situation (satisfaction de ce qui lui apparaît désirable), c’est-à-dire compte tenu des risques tels qu’il a pu les appréhender dans les années passées. L’agriculteur a, de cette manière, construit un réseau de régulations, de processus anti-risques. Mais il s’agit bien d’un apprentissage puisque le contexte étant toujours en évolution, l’agriculteur n’a aucune garantie de trouver dans son expérience des éléments lui permettant d’agir aujourd’hui. Par ailleurs il a tendance à valoriser son expérience récente : il choisit dans son passé les périodes les plus proches ou celles qui l'ont particulièrement marqué : « l’année de la plus grande sécheresse » par exemple (Cf.SCHACKLE, 1967) !

60— Ah ! « L'Année de la Grande Sécheresse » de Rachel deQUEIROS, quel livre poignant (Stock, 1986). Comme on y voit bien la différenciation des risques entre les habitants du Sertào brésilien selon leur situation initiale et l’impossibilité pour les plus pauvres de se prémunir. Ceux-là ne peuvent alors (sauf à quitter le pays) qu’attendre, subir et mourir ou essayer de s’enfuir jusqu'au retour des pluies. Pardonnez cet intermède, mais vous savez combien je pense qu’une fréquentation plus explicite de la littérature nous serait utile, écho de mon souhait d’un intérêt plus fort pour les représentations socio-culturelles dans l’analyse des décisions et du risque. ”

DES EFFETS PERVERS D’UNE ANALYSE TROP CENTRÉE SUR LE SYSTÈME

61A. — “Pour gérer les risques les acteurs mettent donc en jeu des régulations. Mais comme leurs systèmes sont ouverts ces régulations sont-elles suffisantes ? Prenons un nouvel exemple. Parce que l’azote est le principal facteur limitant du rendement du blé en Europe, les agriculteurs avaient tendance à toujours en apporter plus que nécessaire, courant par là, le risque tangible de la verse et donc d’une diminution de rendement. Cette verse jouait un rôle de régulation. L’introduction des régulateurs de croissance (substances anti-verse) a rendu ce risque négligeable la plupart du temps. Comme le coût de ces substances et de l’azote était faible en regard du prix de vente du blé, une grande partie de la régulation «spontanéenée » a disparu. Et l’on a pu constater un accroissement déraisonnable des doses d’engrais, avec pour conséquence une participation à la pollution des nappes aquifères par les nitrates. Aujourd’hui les agriculteurs sont menacés d’une réglementation impérative et d'application aveugle !

62Un autre exemple nous sera utile. Dans les steppes d’Afrique du Nord, le maintien des pâturages résultait traditionnellement de la régulation des effectifs du cheptel qu’entraînaient les hécatombes consécutives aux sécheresses. Lorsque les aménagements de points d'eau, une meilleure protection sanitaire, la fourniture de fourrages d’appoint en période de sécheresse... ont été mis en oeuvre, on a supprimé la régulation et, aussi sûrement, contribué à la dégradation des pâturages faute d’avoir été capable d’instaurer une régulation d’un autre type. Ajoutons d’ailleurs que, cruellement pour les chercheurs qui voulaient trouver des méthodes de gestion plus rationnelles, déterminer des potentialités fourragères et des niveaux de charges optimales face aux aléas climatiques, les dynamiques agraires ont entraîné la défriche des steppes par les nomades en vue, entre autres, d'une appropriation ! La possession individuelle de la terre était plus immédiatement urgente qu’un meilleur usage collectif qui ne semblait pas assurer, aux yeux des acteurs, leur reproduction socio-économique (la mise en culture ne l’assurera pas, non plus, à terme) !

63Voilà deux exemples typiques des effets pervers d’une prise en compte insuffisante de la complexité du système sur lequel on agit et d’une approche trop individuelle de la décision, trop centré sur ce système et négligeant ses relations avec son propre environnement. Insistons à nouveau sur les échelles de temps : il n’y a régulation dans de nombreux cas que lorsque des rétroactions deviennent tangibles. Les exemples montrent aussi que l’origine des régulations n’est pas forcément internes au système : c’est le lieu où la rétroaction devient perceptible en premier qui commandera ; il en est de même des risques. Il faudrait ainsi évoquer les mesures anti-risques pour l’agriculteur que constitue l’organisation des marchés permettant par exemple de garantir des prix minimaux. Plus le système que gère l’agriculteur est ouvert, plus les régulations s’imposent de « loin » si l’on peut dire, et plus la lutte contre les risques se tranforme. Le contrôle de la production céréalière en Europe et dans le monde en est un bon exemple.

64B. Pour gérer des risques dans des systèmes complexes, il faut donc :

  • soit se trouver dans une situation stable permettant l’émergence d’une expérience valide,
  • soit disposer d’un corps de connaissance très important et suffisamment modélisé pour pouvoir opérer des simulations anticipant sur le futur, interne et externe à l’exploitation. Mais, comme celui-ci est incertain, ces simulations n’éviteront pas une conduite du système constamment réajustée.

LES RISQUES : UNE QUESTION DE RELATIONS À L’ENVIRONNEMENT

  • 9 Cf. les contributions très intéressantes de la dernière parution du « Journal of Post Keynesian Ec (...)

65A.“L’étude des risques consisterait, pour en revenir directement à notre propos, à exprimer le plus complétement possible la façon dont un acteur perçoit ses relations avec son environnement9, et ceci quelles que soient ses propres représentations et leurs causes. Le risque, produit d’un jeu d’inter-relations, serait essentiellement subjectif même si les moyens mis en oeuvre pour l’accepter et le valoriser, ou le refuser et le réduire, sont eux objectivables, au sens d’observables.

66B. Donc vous admettriez finalement que pour qu’il y ait risque, un (ou des) acteur(s) doit(vent) être concerné(s) ?

67— Oui, mais à condition que l'on puisse raisonner aussi par rapport à des acteurs potentiels. J’entends, par là, qu’à partir du moment où l'on suppose la présence d’êtres vivants, ayant pour finalité minimale la reproduction de l’espèce, on peut parler de risque. Il y a risque s’il y a objectifs et si leur atteinte peut être remise en cause du fait des relations entretenues avec l’environnement au sens large (physique comme économique, social et politique). C’est bien à cette condition que cela a un sens de parler de risques de pollution ou d’érosion, de vouloir prévenir ces événements par des mesures adéquates. C’est bien aussi ce qui permet d’expliquer que, progressivement ou subitement, des phénomènes émergent comme risques dans la conscience individuelle ou collective.

68— Ainsi pour définir certains risques il est nécessaire de considérer qu’un jour on soit susceptible de devenir concerné ? C’est en cela que l’on serait acteur potentiel ?

69— Oui le risque résulte, alors, de la possibilité d’un changement de l’environnement, ou de notre relation à lui, qui rende inadéquates les stratégies et les tactiques mises en oeuvre pour atteindre nos objectifs. C'est comme cela que l’on doit, face à des investissements « lourds » nécessitant un amortissement sur une longue période, considérer que l’on court le risque d’un changement des conditions économiques.

70Il est de même temps d'évoquer l’idée de rétro-action des effets possibles de nos décisions sur notre e, vironnement. Mais l’acteur n’en tiendra compte que si vitesse de manifestation de ces rétro-actions est suffissante au regard des horizons qu’il se fixe, ou bien, s’il accorde une crédibilité suffisante à leur manifestation, que s'il ne suppute pas l’apparition plus rapide d’un remède. D’ailleurs la recherche de solution débute, parfois, par anticipation de risques auxquels on accorde une très forte probabilité d’apparition. C’est même une des fonctions de la recherche d’anticiper sur les besoins.

71 Peut-être faut-il redire un mot de l’art du chef d’entreprise qui doit « deviner » (on est en univers incertain) ce qui va devenir une demande du marché, demande qu’il aura, d’ailleurs, pu contribuer à créer ! Le risque porte sur le comportement inconnu des autres acteurs économiques qui peuvent changer les états de l’environnement qui avait justifié les décisions. La plus grande rapidité actuelle de diffusion des informations sur l’état des marchés... pose dans des termes nouveaux l'analyse des risques en agriculture, déplace les lieux où des mesures anti-risque doivent être prises. Mais, et on l’oublie peut-être trop, pour l’agriculteur et sa famille la reproductibilité de l’exploitation reste bien l’enjeu majeur et ces conditions nouvelles d’insertion dans le tissu socioéconomique impose une gestion dans laquelle les risques, et donc les décisions, doivent être réexaminés en permanence. Aux risques d’autrefois, dominés par l’aléa climatique, s’ajoutent, voire les masquent, ceux du marché et des exigences sociales, dominés par l’incertitude.”

PERCEPTION, CONSTRUCTION DE LA RÉALITÉ

72B. “Mais ne sommes-nous pas ramenés à notre point de départ ? Nous constatons, en effet, que du fait :

73- de la complexité du système que gère l’agriculteur (en particulier parce que dans de nombreuses situations, les éléments de sa prise de décision englobent les membres de sa famille entre lesquels existent des relations extrêmement compliquées qui jouent directement dans les décisions à prendre, puisqu’il en résulte une division des fonctions et une répartition des pouvoirs),

74- de l'incertitude « croissante » (si j’ose dire) sur l’avenir, la mise en évidence des objectifs est difficile. C’est une différence fondamentale avec la course entre FANGIO et TRINTIGNANT. Comment opérer puisque telle est bien la question en dernier ressort ?

75A. Tout le problème est de savoir ce que vous poursuivez lorsque vous travaillez sur cette question du risque : comprendre les comportements, conseiller ou prétendre que les acteurs ont tel type de rationalité !

76Si l'on est dans le domaine de l’aide à la décision, par exemple, il ne s’agit pas de prouver quoique ce soit mais « d’aider des responsables à clarifier leurs propres sentiments devant plusieurs possibilités » (SCHÄRLIG, op. cit.). Et nous rajoutons que ces possibilités, l’acteur non seulement ne les connaît pas toutes mais qu’il doit les inventer, en partie en réaction à nos questions et à nos propositions concernant d’autres relations entre lui et son environnement. On peut oser affirmer qu’il faut l’aider à savoir ce qu’il dit du risque !

77Mais ces dernières réflexions conduisent à remarquer que les objectifs seront d’autant « plus flous » que l’échéance retenue sera lointaine et que le programme du modèle général de conduite déjà évoqué est en perpétuelle évolution. Du fait de l’incertitude qui pèse sur l’avenir, les stratégies ne pourront être formulées en terme de programme mais devront l’être en termes d’aspirations, d’intentions ou de refus, termes qui, s’ils ne changent pas, « baliseront » le champ des choix possibles dans chaque « nouvel avenir », imprévisible aujourd'hui.

  • 10 Dirigé par P. Watzlawick, 1988, Le Seuil, Paris.
  • 11 Courbon (J. C.), 1982. — Processus de décision et aide à la décision. Économ. et Soc., Série Sci. (...)

78— La perception de la réalité pose beaucoup de problèmes. Si je comprends bien, vous ne rejetez pas les approches constructivistes, comme celles rapportées dans « L’Invention de la Réalité »10, qui n’admettent pas l’idée d’une réalité réelle que certaines théories, idéologies ou convictions personnelles refléteraient plus justement que d’autres. « Notre environnement, tel que nous le percevons, est notre invention... ». De même dans vos travaux vous faites appel à l’idée d'action virtuelle définie par COURBON11 comme étant l’action du décideur sur ses représentations.

79— Eh ! oui. Vous voyez bien que poser la question du risque en terme de relations entre un (des) acteur (s) et son (leur) environnement est « lourd » de conséquences sur les problématiques d’étude. La construction des articulations entre niveaux stratégique et tactique, entre court et moyen termes, est, entre autres, au coeur du débat sur le risque. TRINTIGNANT a eu raison d’attendre mais... on construit des véhicules toujours plus puissants et peut-être aujourd’hui perdrait-il la course !”

IRRÉVERSIBILITÉ

  • 12 O. Favereau aborde quelques uns de ses problèmes dans « Analyse coût-avantage des conséquences irr (...)

80A. — “Dans les relations de l’acteur avec son environnement y a-t-il des conséquences irréversibles ? Voici deux exemples. Le premier concerne une attitude fréquente face aux expèces en voie de disparition. Si elles n’apparaissent pas directement utiles on ne s’intéresse pas à leur devenir, le risque n'existe alors que pour celui qui considère leur présence comme nécessaire, au nom de préoccupations écologiques, d’options philosophiques... ; les conséquences ne sont irréversibles que pour ce dernier. A contrario, c’est l’apparition de souches de champignons parasites résistantes aux produits phytosanitaires qui a rendu possible dans la vulgarisation les messages insistant sur l’urgence d’une lutte plus raisonnée ! Le risque d’une impossibilité de contrôle de ces parasites concernait chacun, une solidarité de fait pouvait se développer. L’irréversibilité, au moins momentanée, s’est imposée. La prise en compte des risques d’ordre écologique, toujours de dimension collective, pose le redoutable problème d’ordre méthodologique de savoir comment relier les différents niveaux de prise de décision du système «Mondede » !12.

81B. Malgré tout vous avez peu utilisé le mot d’irréversibilité et cela m’étonne ?

  • 13 Cf. Fertilité et Systèmes de production, 1989. — Dir. M. Sebillotte. Coll. ECAR, INRA, Paris.

82 Pour être franc le rôle de Cassandre ne m’attire pas et trop souvent les prévisions alarmantes ne me semblent pas reposer sur des connaissances suffisamment convaincantes. Regardez les discours sur la dégradation de la fertilité : que d’idéologie13 ! Mais ceci ne veut pas dire que ces préoccupations d’ordre écologique doivent être rejetées, tant s’en faut !

83Peut-être aussi qu’en dehors des situations très fragiles, où les phénomènes sont clairement interprétables, je ne ressens pas l’irréversibilité sur le terrain en tant que telle mais plutôt à travers l’écoulement du temps ou l’augmentation éventuelle des coûts ou ses dimensions « sociologiques ». Peut-être aussi suis-je trop implicitement convaincu que les hommes finissent toujours par mettre en place des régulations. Ne commence-t-on pas à prendre des mesures pour sauvegarder notre couche d’ozone en haute atmosphère. Qui aurait cru cela possible il y a cinq ans ? Pendant le même temps combien de savoir-faire auront disparu !

  • 14 Par exemple, Brunner (J.), 1975. — Le troupeau aveugle. Laffont, Paris, pour la traduction françai (...)

84 Pourtant, pourtant... Mais peut-être la littérature de science-fiction n’est-elle pas de celles que vous appelez de tous vos voeux ! Je pense à tous les romans consacrés aux catastrophes que notre gestion actuelle ferait courir à notre environnement naturel, voire à l’avenir même de notre espèce14. Il est vrai qu’irréversibilité renvoie à reproductibilité ce qui suppose de définir de quoi il s’agit : reproductibilité d’une exploitation donnée ou de l'activité agricole, par exemple.

  • 15 Dockès (P.), Rosier (B.), 1988. — L’Histoire Ambigüe. Croissance et développement en question. PUF (...)

85L’appréciation de ce type de risques, si l’on se base sur l’histoire agricole de nombreux pays depuis la seconde guerre mondiale, apparaît a posteriori délicate. « L’histoire est ambigüe » nous disent P. DOCKÈS et B. ROSIER15.

86 Vous voyez bien qu’il ne fallait oser que des digressions et par là revendiquer le droit à l’erreur, celui d’être incomplet tout en osant cheminer lentement sur quelques aspects d’un univers qui reste à construire ! L'approche du risque sera toujours nouvelle puisqu'elle résulte de notre présence et de nos activités futures, comme de la présence des autres et de leurs propres activités. Il y faudra d’autres livres mais celui-ci aura apporté sa contribution. ”

UNE GRILLE D’ANALYSE DU RISQUE EN AGRICULTURE... EST-CE BIEN RAISONNABLE ?

87B. — “De ce dialogue, de ces disgressions, qui soulignent la nécessité de beaucoup de nuances, que peut-on retenir pour l’élaboration d’une grille d’analyse du risque en agriculture ? Puisqu’il le faut risquons une première synthèse. L’analyse devrait retenir, me semble-t-il, les points suivants :

  • Quels sont les systèmes considérés : système de production, système famille-exploitation... ?
  • Quels sont leurs degrés d’ouverture sur leur environnement et comment se manifestent les échanges avec cet environnement ? De manière plus générale comment fonctionnent-ils ? Quels sont les risques de rétro-actions ?
  • Quels sont les objectifs poursuivis ? De quels acteurs parle-t-on : actifs, passifs, potentiels ou de quel point de vue regarde-t-on ? De quelles représentations et de quelles nécessités ces objectifs sont-ils le fruit ?
  • Comment se définissent les risques par rapport à ces objectifs, positivement ou négativement, et à quels niveaux du système considéré se placent-ils ?
  • Ces systèmes comportent-ils des sous-systèmes sans échange direct avec l’environnement et, alors, comment les risques y sont-ils perçus et combattus (ici le risque ne peut être perçu que de manière négative !) ?
  • Dans les parties « ouvertes » quels sont les processus anti-risques : création de « relations positives » (capture de l'information...), ou recherche de suppression de « relations négatives » (assurance, solidarité, annihilation du risque par transformation du système...) avec l’environnement ?
  • Quel est le coût de ces moyens et leur fiabilité ?
  • Comment les acteurs ont-ils évolué, au cours de leur histoire, quant à leur vision du risque ? Pourquoi ? Comment peut-on penser que ces visions du risque ont été intégrées dans les décisions ?
  • Comment a évolué la vision que les acteurs ont du monde et leurs manières de penser leurs relations à lui ?
  • 16 Cf. Winograd (T), Florès (F.), 1989. — L’intelligence artificielle en question. PUF, Paris, avec u (...)
  • 17 Cf. Gargani (A. G.), 1988. — L’étonnement et le hasard. Chemin de Ronde, Edition de l’éclat, Marse (...)

88Mais une grille unique est-elle possible ? Il faudrait, maintenant, examiner plus avant les fondements épistémologiques et philosophiques implicites à ces digressions qui, par exemple, ne semblent pas remettre en cause la possibilité d’une décision ni le rôle des représentations16. Si nous ne décidions jamais les risques encourus ne dépendraient que des seules variations de l'environnement ! Sur le plan philosophique, il y aurait aussi beaucoup à dire17. C'est un domaine que l’on néglige par trop dans nos champs disciplinaires habituels. Et nous retombons à nouveau sur la question fondamentale : « Pourquoi nous intéressons-nous au risque ? ».”

89Paris, le 25 février 1989

Notes

1 Schoemaker Paul (J. H.), 1982. — The Expected Utility Model : Its Varaints, Purposes, Evidence and Limitations. Journ. of Econom. Literat., vol. XX : 529-563.

2 Lefort (G.), Sebillotte (M.), 1964. — Construction d’un programme linéaire pour l’étude du meilleur système de production d’une exploitation agricole et de son adaptation aux aléas climatiques. Acad. Agric. de Fr. : 932-945.

3 Cazès (E.), 1986. — Histoire des futurs. Seghers, Paris, 475 p.

4 Schärlig (A.), 1985. — Décider sur plusieurs critères, Panorama de l’aide à la décision multicritères. Presses Polyt. Rom., Lausanne, 304 p.

5 Milleville (P.), 1980. — Étude d’un systéme de production agropastoral sahélien de Haute-Volta, le système de culture. Doc. multigr., ORSTOM, Paris, 66 p.

6 Shackle (G. L. S.), 1967. — Décision, Déterminisme et Temps. Dunod, Paris, 266 p.

7 Sebillotte (M.), 1979. — Analyse du fonctionnement des exploitations agricoles. Trajectoire d’évolution, typologie. In « Éléments pour une problématique de recherche sur les systèmes agraires et le développement. C. R. Assemblée Const. départ. SAD, INRA, Paris : 20-30.

8 Cerf (M.), Sebillotte (M.), 1988. — Le concept de modèle général et la prise de décision dans la conduite d’une culture. C. R. Acad. Agric. Fr., 74, 4 : 71-80.
Duru (M.), Papy (F.), Soler (L. G.), 1988. — Le concept de modèle général et l’analyse du fonctionnement de l’exploitation agricole. C. R. Acad. Agric. Fr., 74, 4 : 81-93.
Sebillotte (M.), Soler (L. G.), 1988. — Le concept de modèle général et la compréhension du comportement de l’agriculteur. C. R. Acad. Agric. Fr., 74, 4 : 59-70.

9 Cf. les contributions très intéressantes de la dernière parution du « Journal of Post Keynesian Economics », Fall 1988, vol. XI, 1, sur les fondements épistémologiques de l’analyse économique ; en particulier Lawson T. « Probability and uncertainty in economic analysis » : 38-65, « La probabilité (serait pour Keynes) une caractéristique de la manière dont nous pensons le monde » et Cardim de Carvalho (F. J.), « Keynes on probability, uncertainty and decision making » : 67-81.

10 Dirigé par P. Watzlawick, 1988, Le Seuil, Paris.

11 Courbon (J. C.), 1982. — Processus de décision et aide à la décision. Économ. et Soc., Série Sci. de Gestion, 3, tome XVI, 12 : 1456-1476.

12 O. Favereau aborde quelques uns de ses problèmes dans « Analyse coût-avantage des conséquences irréversibles des décisions d’investissement public ». CRES-Université de Paris XNanterre, 1977, 116 p.

13 Cf. Fertilité et Systèmes de production, 1989. — Dir. M. Sebillotte. Coll. ECAR, INRA, Paris.

14 Par exemple, Brunner (J.), 1975. — Le troupeau aveugle. Laffont, Paris, pour la traduction française.

15 Dockès (P.), Rosier (B.), 1988. — L’Histoire Ambigüe. Croissance et développement en question. PUF, Paris.

16 Cf. Winograd (T), Florès (F.), 1989. — L’intelligence artificielle en question. PUF, Paris, avec une préface stimulante de L. Sfez dont on pourrait citer les propres ouvrages mais il faudrait, alors, donner la parole aux tenants des positions opposées et surtout mettre beaucoup de nuances !

17 Cf. Gargani (A. G.), 1988. — L’étonnement et le hasard. Chemin de Ronde, Edition de l’éclat, Marseille. On y trouve « La décision se donne dans une auto-organisation qui lui est propre (...) — Les représentations sont elles aussi décidées (...) — Nous appelons souvent faux tout ce que nous ne voulons plus (...un tel terme est, alors,) le signal au moyen duquel les hommes annoncent une nouvelle décision à laquelle ils tendent ou qu’ils entreprennent d’assumer ».

Auteur

Professeur d'Agronomie INA-PG, 16, rue Claude Bernard 70005 Paris

© IRD Éditions, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search