Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du social hors la loi

 | 
Yann Guillaud
, 
Frédéric Létang

Avant-propos

Texte intégral

1Ce livre est né d’un choc, la disparition si soudaine et prématurée, le 9 mars 2001, d’un ami, d’un collègue, l’anthropologue Christian Geffray. Entretenant de multiples relations suivies et aussi variées que les champs d’études qu’il parcourait, nombreux sont ceux qui, en lecteurs attentifs de ses travaux, ont voulu d’une manière ou d’une autre lui rendre hommage, en revenant sur des terrains qu’il a parfois lui-même explorés, pour montrer en quoi ses écrits les influencent, entrent en résonance avec leurs propres analyses, ou simplement les interpellent.

2C’est que son œuvre occupe une place singulière, qui n’a pas fini de déconcerter au regard des découpages ordinaires du champ de l’anthropologie, découpages parfois marqués par de vraies rivalités d’écoles, mais résultant le plus souvent d’un tracé de frontières assez lâche à travers la diversité des approches et des problématiques (anthropologie symbolique, économique, cognitiviste, etc.). Or la configuration des références théoriques de Geffray est à vrai dire inédite, associant l’anthropologie économique, dans sa version française longtemps influencée par le marxisme, et la psychanalyse dans son idiome lacanien, au risque de décontenancer, au sens propre, les tenants de l’une et de l’autre. Sans compter que ses « terrains » transcendent les aires culturelles et ouvrent sur deux continents, l’Afrique et l’Amérique latine, des pistes peu explorées in vivo par les anthropologues : bandes armées, paternalisme mafieux, réseaux liés à la drogue…

3Ces différents thèmes et perspectives, avec la diversité des lectures et des réactions à son œuvre font la matière de ce livre, produisant un ouvrage collectif qui nous semble assez original dans sa conception, et certainement peu conforme aux canons en cours. La préhistoire du livre explique la nature hétérogène des textes ici réunis.

4Certains d’entre nous ont, le 6 juin 2001, organisé au Centre culturel Calouste Gulbenkian, à Paris, le lancement posthume de Trésors, le dernier livre de Christian Geffray. Nous avons ensuite été nombreux à vouloir continuer, dans un cadre plus approprié, les discussions entamées. C’est ainsi que s’est tenu, les 14 et 15 décembre 2002 à Aubervilliers (Usine Liquide), le colloque intitulé « Institutions, identifications, violence : atelier autour des recherches de Christian Geffray ». Ce livre en est l’aboutissement, mais n’en constitue pas de simples actes, comme nous l’avons enrichi pour mettre en relief les enjeux débattus et mieux diffuser les travaux de Christian Geffray auprès d’un public plus large que ses lecteurs habituels.

  • 1 Le colloque était organisé en quatre demi-journées autour des thèmes suivants, par ordre chronolog (...)

5Si l’ouvrage est organisé en quatre parties comme le colloque1, leur ordre a été réorganisé pour rendre plus accessibles des concepts d’anthropologie analytique, également très présents dans deux autres parties (l’oppression paternaliste ; l’État). Les textes qui composent ces quatre parties ont été présentés lors du colloque, mais leurs auteurs les ont révisés et, pour certains, considérablement augmentés en vue de cette publication. Pour ne pas alourdir l’ouvrage en multipliant les mêmes références bibliographiques à Geffray, nous les avons regroupées en fin de volume pour ne conserver, en notes de bas de page, que les autres références. Comme des discussions ont soulevé des questions peu ou pas développées dans les présentations, cela nous a incité à les publier en fin de chaque partie. La sélection des interventions – à partir d’une retranscription des enregistrements audio supervisée par Frédéric Létang –, leur synthèse thématique et leur réécriture ont été effectuées par Yves Goudineau, Yann Guillaud, Patrick Leduc, Frédéric Létang et Emmanuelle Kadya Tall. Yann Guillaud en a fait une révision finale. Nous remercions les intervenants pour la confiance qu’ils nous ont accordée pour retranscrire, si ce n’est l’oralité et la lettre, du moins l’esprit de leurs propos. La répartition thématique des débats n’est qu’indicative, dans la mesure où les problématiques discutées s’entrecroisent fréquemment. Une seule partie ne retranscrit aucune discussion, mais ce n’est pas par manque de débats sur l’oppression paternaliste, mais plutôt du fait que les auteurs les ont pris en compte dans leur texte publié. Pour mieux saisir les enjeux débattus dont ce livre se fait l’écho, et faciliter un va-et-vient entre la parole de Geffray ayant servi, ou servant implicitement de toile de fond aux discussions, chacun des thèmes abordés au fil de l’ouvrage est introduit par un texte de Geffray, permettant au lecteur de le lire ou de le relire. Nous remercions d’ailleurs chaleureusement les revues ayant publiées initialement ces articles de nous laisser les reproduire.

6Quiconque lit Christian Geffray comprend que, pour lui, ses choix théoriques comme ceux de ses enquêtes étaient guidés par une sorte de nécessité. Aller défricher des pans du social peu fréquentés par les anthropologues (le crime, la guerre, etc.) ne relevait jamais chez lui d’un défi gratuit à la marge de la pratique disciplinaire, mais d’une conviction – en apparence seulement paradoxale – que certains mécanismes fondamentaux de la vie en société se révèlent peut-être plus facilement dans ce « social hors la loi », que dans des contextes plus normalisés. La première partie, « De la guerre et autres objets sensibles de recherche », discute des singularités liées à ces terrains, notamment la position du chercheur face à la demande sociale, à l’illégalité ou à la guerre – thèmes auxquels il a constamment été confronté.

  • 2 Plusieurs mois avant sa mort, Christian Geffray avait commencé à travailler sur le génocide des Tu (...)

7Or après toute recherche empirique, il n’a eu de cesse de réinterroger, à chaque nouveau seuil atteint par son travail, ce qui restait pour lui l’énigme majeure constitutive des sciences sociales, que ses praticiens oblitèrent ou oublient habituellement en chemin : qu’est-ce qui constitue l’essence du lien social ? Peu d’œuvres anthropologiques contemporaines sont aussi délibérément « déterminées », et pourrait-on dire opiniâtres, dans la volonté de forger un cadre de compréhension du social. La question est d’autant plus pertinente que ce « lien », parfois, tient dans des situations d’inégalité ou d’oppression extrêmes. Et, inversement, qu’est-ce qui fait que des institutions, tel l’État, peuvent tout à coup se déliter, et l’ordre social qu’elles semblaient fermement cimenter se dissoudre pour l’entraîner, par exemple, dans la guerre civile, le génocide2 ? La méthode de l’anthropologie économique lui a permis d’analyser certains mécanismes socioéconomiques de la domination, sorte de base objective pour établir le lien social dans la diversité de ses formes inégalitaires, y compris parentales. Mais c’est la psychanalyse, dont il propose un développement original – tiré directement d’un texte de Freud, mais s’appuyant sur ses prolongements lacaniens – qui lui a permis de théoriser, à travers des notions comme celles de la souffrance et de l’amour, ce qui fait que ce lien peut se pérenniser. D’où la deuxième partie, « Identification et engagement du sujet dans sa parole », qui traite du cœur de sa démarche scientifique, la constitution d’une anthropologie analytique dont la méthode, les fondements théoriques et, pour certains, les limites sont ici discutés.

8Pour comprendre la domination il faut penser la sujétion, c’est-à-dire ce qui fonde le support de liens sociaux communément jugés insupportables. Or la singularité du travail de Geffray réside certainement dans la relation explicite qu’il a établie entre la question de la reconnaissance du sujet, l’amour qu’on lui porte ou son absence, qui fonde sa propre valeur ou sa souffrance, et la circulation des biens comme support à une exploitation qu’il nomma « paternaliste », où l’absence d’une loi indépendante des maîtres fonde la dépendance, et même l’amour des assujettis envers les dominants. Ces thèses sont discutées dans la troisième partie, intitulée « Circulation des biens, fictions imaginaires et oppression paternaliste ».

9La sujétion, pourtant, est fréquemment considérée comme insupportable par les dominés eux-mêmes, posant la question de la pérennité de la domination, de la capacité à la remettre en cause et au nom de quoi, ou de qui, cela se fait-il. La justice de l’ordre social, des institutions qui le soutiennent et du nom qu’on lui donne sont au cœur des interrogations de la quatrième et dernière partie, intitulée « État, loi et criminalisation », qui traite de l’existence d’un idéal du bien public (ou de l’État) qui, aussi dévoyé soit-il, comporterait la possibilité de s’extraire de la domination, mais dont les voies sont souvent, historiquement, hors-la-loi.

10Le livre s’ouvre par le texte d’Yves Goudineau et de Patrick Leduc retraçant les axes fondamentaux de l’itinéraire de Christian Geffray, puis se poursuit par les hommages – légèrement adaptés – effectués lors du lancement posthume de Trésors par des chercheurs renommés, Françoise Héritier, Moustapha Safouan et Claude Meillassoux, à un étonnant et brillant cadet trop tôt disparu. Il se clôt avec la bibliographie annotée de Christine Messiant, véritable guide de lecture pour appréhender l’ensemble du parcours et des publications de Geffray.

11Les textes ici regroupés – assurément disjoints dans leurs perspectives, et parfois encore sous le choc des rapprochements opérés entre elles par l’œuvre de Geffray – viennent bien marquer ce que sont, non pas les étapes, mais plutôt certaines des lignes de force qui traversent sa recherche. Dans le coffre à outils fort disparates des sciences dites humaines, Christian Geffray a sélectionné librement, en bon artisan, sans se préoccuper des dires des fabricants mais sans naïveté aucune, les instruments qu’il estimait les mieux adaptés à ses enquêtes et à ses questions. Il ne confondait cependant pas l’instrumental et ce qui – dans une ambition affirmée sans affectation, comme une exigence morale – restait pour lui le « fondamental », à savoir la volonté de proposer une pensée neuve de la vie sociale.

Notes

1 Le colloque était organisé en quatre demi-journées autour des thèmes suivants, par ordre chronologique : « État, loi, criminalisation » ; « Circulation, valeur, dominations » ; « Chercher sur des sujets sensibles, déontologie, méthodologies, la guerre » ; « Acteurs et structure : identification et engagement du sujet dans sa parole ».

2 Plusieurs mois avant sa mort, Christian Geffray avait commencé à travailler sur le génocide des Tutsi au Rwanda, pour approfondir ce qui rendait possible, comme il le disait, « de massacrer ses voisins ». Nous disposons de près de deux cents pages dactylographiées de notes de lectures, de commentaires et d’interrogations, établissant des liens avec ses réflexions théoriques précédentes et préfigurant des pistes qu’il aurait, probablement, explorées. Une publication critique de ce matériel reste donc à effectuer.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site