Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ressources vivrières et choix alimentaires dans le bassin du lac Tchad

 | 
Christine Raimond
, 
Éric Garine
, 
Olivier Langlois

Usages anciens et contemporains des ressources alimentaires sauvages thème 1

Usages alimentaires du parc arboré sélectionné (Duupa, massif de Poli, Nord-Cameroun)

Food uses of farmed parkland tree species (Duupa, Poli Mountains, Northern Cameroon)

Éric Garine, Aboubakar Moussa, Christine Raimond, Edmond Dounias et Kouami Kokou

Résumé

La présence récurrente d’arbres dans les parcelles cultivées par les paysans est une caractéristique des terroirs duupa. Beaucoup des essences sélectionnées ont un rôle alimentaire. Elles fournissent des fruits comestibles, mais surtout des feuilles utilisées comme légumes, notamment pendant la saison sèche. Combinées au grand nombre de cultures intercalaires de légumes, présents dans les champs de céréales en saison pluviale (mil et sorgho), les produits des arbres du parc arboré contribuaient en 1991 de manière significative à la diversité et à l’équilibre du régime alimentaire. Les dix dernières années ont vu apparaître des changements importants dans l’organisation du système de production duupa, suite à l’adoption des cultures commerciales rendues possibles grâce à l’implantation récente de la Sodécoton (compagnie industrielle d’exploitation de la culture cotonnière) dans la région. L’analyse du cortège d’arbres reconduite dix ans après (2001) révèle une baisse significative de la diversité du parc arboré de piémont, tant en densité qu’en richesse spécifique.

En revanche, dans les terroirs de montagnes plus conservateurs et épargnés par les changements, le parc arboré semble s’être plutôt enrichi. Les arbres à brèdes sont des signatures persistantes du parc arboré duupa sans nécessairement être les espèces qui prédominent d’un point de vue écologique. L’introduction de nouvelles cultures commerciales a certes atténué la diversité biologique disponible dans l’agrosystème de piémont, mais n’a pas pour autant amoindri la valeur culturelle des espèces majeures du parc duupa. Cette analyse diachronique à la lueur des changements intervenus confirme le rôle d’appoint alimentaire du parc duupa, encore important dans les villages de plaine et de montagne, ainsi que la persistance de pratiques conservatoires qui visent à maintenir l’accès aux ressources anciennes.

Leaving trees on farms is a common practice for Duupa peasants of Northern Cameroon. Many selected species have food uses: edible fruits, and fresh leaves used as pot herbs for relishes, especially during the dry season.

In 1991, the products of trees, combined with many greens intercropped in millet fields, contributed significantly to the diversity of the nutritional cystem. Important changes happened during the last ten years with the adoption of cotton as a commercial crop. This shift of the agrarian System is commonly viewed as leading to genetic erosion due to monocropping and the loss of folk knowledge of minor intercropped species. How did the Duupa parkland get through such a dramatic change? The data concerning the inventory of trees in cultivated fields of two duupa villages show that parkland remain in the agrarian landscape, and its products are still a complementary resource.

Texte intégral

Introduction

1Bien que la notion de « parc arboré » ait été l’objet de travaux dans plusieurs disciplines, les interprétations de cette pratique agroécologique répandue au sud du Sahara demeurent souvent centrées sur un aspect précis tel que les mécanismes écologiques de leur genèse, leur répartition dans le paysage ou encore leurs vertus agronomiques. L’utilisation d’espèces particulières a été documentée en de nombreux endroits, mais les études sont plus rares sur les perceptions et les savoirs paysans qui sous-tendent la mise en place des parcs et, surtout, sur les usages réels qui sont faits des produits qu’ils fournissent, notamment dans le domaine de l’alimentation. C’est l’objet du présent chapitre consacré à une communauté paysanne particulière : les Duupa, qui occupent le nord-est du massif de Poli (département du Faro, nord du Cameroun).

Le parc arboré des géographes

2« La présence régulière, systématique, ordonnée, des arbres au milieu des champs » (Sautter, 1968, p. 23) constitue un phénomène classique de l’organisation agro-écologique des communautés agraires au Sud du Sahara, que l’on désigne couramment sous le terme de « parc arboré ».

3Depuis que ce thème a été mis à l’agenda des travaux de l’école de géographie tropicaliste française (Pélissier, 1954, 1980, 1995), diverses études ont proposé une analyse descriptive irremplaçable du rôle des arbres dans la structure des paysages, qui permet de repérer dans certains cas une véritable « signature » culturelle des sociétés agraires sur les environnements biologiques qu’elles façonnent. La démonstration magistrale en a été faite au Sénégal (Pélissier, 1966), mais aussi dans le bassin du lac Tchad (Seignobos, 1978, 1982 a, 2000).

Le parc arboré des disciplines biotechniques

4La notion de parc arboré a aussi connu un certain succès au-delà des frontières de la géographie stricto sensu. Diverses disciplines de l’agronomie ou de la foresterie ont notamment envisagé le rôle agronomique du parc et les effets positifs, virtuels ou avérés, des arbres sur la fertilité des sols (Kherkoff, 1990 ; Ouedraogo et Alexandre, 1994), sur la réhabilitation des sols dégradés (Baumer, 1987 ; Harmand, 1997 ; Libert, 1992 ; Peltier, 1990) ou plus généralement dans le maintien global de la productivité des écosystèmes (Van Noordwijk et Ong, 1999). Beaucoup de ces travaux ont été focalisés sur l’étude d’essences particulières avant d’adopter une approche plus systémique et de constituer une véritable sous-discipline connue sous le terme d’agroforesterie dans le cadre de laquelle de nombreux travaux sont produits aujourd’hui (Boffa, 1999 ; Alexandre, 2002).

Le parc arboré des ethnobotanistes

5Les recherches contemporaines sur les usages de Produits forestiers non ligneux sont présentées comme une nouvelle approche, mais elles ne sont guère différentes dans leur propos des travaux d’eth-nobotanique anciens qui, depuis le début de la période coloniale, visent à établir l’inventaire des espèces utiles, les termes vernacu-laires qui les désignent, et les usages et savoirs locaux qui leur sont attachés.

6Il apparaît de ces travaux, anciens ou récents, que la liste des différents usages de nombreuses essences est fort longue (Busson, 1965 ; Dalziel, 1987 ; Burkill, 1985-2000 ; Dounias, 2000) ce qui témoigne de la connaissance fine que les sociétés ont des ressources naturelles. Pourtant, si les discours sur les savoirs concernant les plantes sont de mieux en mieux répertoriés en différents points de l’Afrique (Baumer, 1975 ; Gauthier-Béguin, 1992 ; Ag Sidiyene et Le Floc’h, 1996), l’usage réel qui en est fait est moins bien documenté, notamment pour les produits qui n’ont pas de valeur vénale.

Quel parc arboré chez les Duupa ?

7Pourquoi, selon eux, les paysans maintiennent-ils des arbres dans leurs champs ? Existe-t-il une théorie indigène qui justifie de cet usage agro-écologique ?

8Il ne semble pas qu’il soit toujours facile de mettre au jour un discours paysan « explicite » sur les pratiques conservatoires vis-à-vis des arbres. C’est le cas chez les Duupa, société agraire occupant le massif de Poli et ses alentours dans le nord du Cameroun. D’une manière générale, ils réfèrent à cette pratique comme à une habitude ancestrale sans plus de spécification. Certes, certaines espèces sont connues pour améliorer la fertilité (Faidherbia albida ou Prosopis africana) mais tous les paysans duupa consultés ne sont pas aussi diserts à leur sujet. Certains arbres sont laissés pour fournir de l’ombre aux travailleurs pour qu’ils puissent se reposer pendant les longues journées de travail de la saison pluvieuse, ou pour y partager la bière de mil que l’on sert lors des travaux collectifs. D’autres demeurent en place parce qu’ils sont trop difficiles à couper, ou que le cultivateur n’a pas eu le temps de le faire avant que ne commence la période des sarclages. D’autres enfin ne sont pas coupés parce qu’ils fournissent des produits utiles, ayant, ou non, une valeur marchande.

9Même en l’absence d’une théorie locale de l’écologie des parcs arborés, les arbres du parc duupa fournissent plusieurs catégories de produits : bois de feu, bois d’œuvre, fourrage, pharmacopée, alimentation, etc. On s’intéressera ici particulièrement aux espèces utilisées pour l’alimentation humaine et à leur contribution dans le régime alimentaire des Duupa.

Quel rôle alimentaire des produits du parc arboré chez les Duupa ?

10Quelques auteurs ont envisagé le rôle « nourricier » des arbres en Afrique soudano-sahélienne, notamment Bergeret (1990) qui présente un corpus rare de données quantifiées sur la consommation alimentaire. Les géographes se sont un temps intéressés à dresser des typologies des différents parcs (Seignobos, 1978 ; Seignobos, 1982 a ; Raison, 1988), selon les modalités de leur construction, ou selon celles de leurs usages. C’est selon ce dernier critère que l’on a proposé de distinguer des parcs répondant aux besoins en bois, des parcs d’appoints agronomiques (en particulier ceux à Faidherbia albida), des parcs « vestimentaires » (Khaya senegalensis pour son huile, ou Ficus spp. pour leurs feuilles) et, pour les usages alimentaires, des parcs « vignobles » (dominés par les espèces fournissant du vin de palme), des parcs à huile (Karité – Vitellaria paradoxa), des parcs d’appoints alimentaires (fournissant divers aliments provenant d’espèces comme le baobab – Adansonia digitata, le néré – Parkia biglobosa, etc.) ou encore des parcs de famine offrant des produits susceptibles de modérer l’acuité de l’insécurité alimentaire.

  • 1 Voir critique qui en est faite par Levang et al., 2003.

11Cette fonction du couvert arboré est apparue centrale à certains auteurs pour qui les parcs sont une véritable « assurance » contre les déficiences des agrosystèmes face à une insécurité chronique liée aux conditions climatiques ou politiques (Seignobos, 1979, 1989 ; Baumer 1987). C’est du reste une interprétation fréquente des pratiques de cueillette, de plantes ligneuses, herbacées ou des tubercules, qui subsistent bien souvent dans les modes de subsistance des sociétés agricoles (Portères, 1951 ; O’Shea, 1989 ; Zinyama et al., 1990) : elles sont considérées de façon négative, comme un pis aller auquel on recourt en période de crise. Ce point de vue apparaît également dans certaines analyses économiques récentes qui considèrent les produits forestiers non ligneux comme « safety net », donc comme un capital sur pied dans lequel le paysan ne puiserait, faute de mieux, qu’en situation de crise (Wollenberg, Ingles, 1998 ; Belcher, Ruiz-Pérez, 2001)1.

12La démonstration est convaincante pour certaines espèces qui remplissent certainement cette fonction (I. de Garine, 1993, et dans cet ouvrage), mais toutes les plantes de cueillette ne sont pas des plantes de famine. Cet argument sera développé à propos des plantes à brèdes chez les Duupa.

13Le parc duupa, particulièrement éclectique du point de vue de sa composition et de ses usages, pourrait être considéré simultanément dans plusieurs de ces classes, sauf que les arbres ne fournissent pas de boissons fermentées ni de matières grasses alimentaires, le karité étant peu exploité (E. Garine, dans cet ouvrage).

Agrosystème et parc arboré duupa

  • 2 Voir la présentation générale de la société Duupa et de son système alimentaire, dans cet ouvrage ( (...)

14L’agrosystème des Duupa2 est traditionnellement polarisé par la production des céréales, qui jouent en outre un rôle symbolique et social particulièrement important (Garine, 2002). De nombreuses autres espèces sont produites en association dans les champs de mil (sorgho et mil pénicillaire) et la biodiversité manipulée est particulièrement élevée (Garine, 1995 ; Garine et al., 2003). Les arbres du parc jouent à cet égard un rôle significatif.

15Depuis quelques années, dans certains villages de la plaine, la culture cotonnière a fait son apparition et commence à modifier certaines des caractéristiques agro-écologiques des terroirs, en particulier la présence des arbres sur les parcelles. En effet, les directives très strictes en matière d’itinéraire technique, avec notamment l’utilisation de la charrue pour les labours, sarclages et buttages, vont à l’encontre des techniques locales exclusivement manuelles. On peut se demander si elles ne vont pas influencer le maintien des arbres dans les champs. Toutefois, nous n’en sommes qu’au début du processus et cette production, vulgarisée selon un modèle agronomique moderne, n’a pas totalement oblitéré les techniques traditionnelles et les ajustements écologiques qu’elles créent.

16Les Duupa pratiquent majoritairement la culture itinérante sur brûlis : de nouveaux champs sont défrichés chaque année et exploités cinq ans environ avant d’être laissés en jachère pendant une période qui peut durer de quelques années à plusieurs décennies. Dans la mesure où de nombreux villages duupa occupent les mêmes territoires depuis plus d’un siècle, les mêmes portions d’espace sont défrichées de manière cyclique, mais sans qu’une périodicité régulière ne soit prescrite de manière explicite.

17Toute personne appartenant à la communauté villageoise de son lieu de naissance a le droit d’installer à sa guise ses champs sur le territoire de son village.

18La densité et la composition du cortège d’arbres laissés en place à l’ouverture du champ influencent la structure de la communauté d’arbres qui se met en place pendant la période de régénération post-culturale. Elle sera à nouveau modifiée lorsqu’un cultivateur reviendra au même endroit. Le parc arboré reflète surtout la structure du paysage, qui est en fait une mosaïque de jachères d’âges différents, construite sur le temps long.

Evolution de la composition du parc arboré dans deux villages duupa

19Les données présentées ici sont le fruit de travaux de terrain qui s’étendent sur une décennie dans deux villages différents où ont été réalisées des études de terroirs. Le premier village (W.) situé dans la plaine (autour de 500 m d’altitude) est relativement soumis aux influences de la modernité, notamment la scolarisation, la monéta-risation de l’économie et la production des cultures de rente auxquelles quelques exploitants consacrent depuis quelques années des surfaces réduites mais en augmentation (7 ha en 2001, 10 ha en 2002). Le second village (M.) est situé à 1 450 m d’altitude dans des conditions écologiques différentes et dans un environnement socio-économique et culturel qui s’avère beaucoup plus conservateur à de nombreux égards, et en particulier du point de vue des techniques aratoires.

  • 3 Dans la plaine, l’échantillon retenu correspond grossièrement à 4 quartiers. En 1991, seuls les cha (...)

20Sur un échantillon de ménages (tableau 1), toutes les parcelles cultivées ont fait l’objet d’un relevé topographique accompagné de la description des cultures présentes et des façons culturales mises en œuvre3. Tous les arbres et arbustes présents dans les champs ont été identifiés, positionnés et décrits en fonction de leur classe de hauteur (arbuste, petit arbre, grand arbre). Ces données sont complétées par une enquête d’ethnobotanique portant sur la nomenclature et les usages de plusieurs centaines d’espèces connues des Duupa, ainsi que par des enquêtes de consommation alimentaire par la méthode pondérale (Matze et Stappers, 1989 ; Koppert et al., 1996) et des relevés de consommation en fréquence par la méthode du rappel sur 24 heures réalisées en 1991 (E. Garine, 1995).

  • 4 Il faut garder en tête la grande différence entre les deux échantillons retenus aux deux dates : la (...)

21Avec une densité d’arbres relativement élevée pour des parcelles cultivées, de 20 à 30 arbres par hectare, c’est la baisse significative de ce chiffre dans la plaine en 2001 qui retient l’attention. Cette chute de la densité des arbres s’accompagne d’une baisse du nombre d’espèces par champs4 et d’un morcellement du parcellaire, avec des parcelles plus petites et spécialisées. Les grands champs où sont cultivés les sorghos en association avec de nombreux autres cultivars représentent toujours trois quarts des superficies cultivées, avec des densités d’arbres similaires à ce que l’on pouvait observer au cours de la décennie précédente (tableau 2).

22La culture intensive du coton, apparue durant les années 1990, et celle également récente du maïs, associent traction animale et intrants. Elles ne sont possibles que depuis l’arrivée de la compagnie industrielle Sodecoton, qui seule assure l’approvisionnement en intrants et dispense des crédits pour l’achat des attelages et charrues.

Note * Chiffres sous-estimés en 2001 en raison de la nature des relevés, effectués au GPS, qui ne peuvent tenir compte du gradient de pente.
Note ** Est classé comme « champ de case » un champ cultivé à proximité de l’habitation familiale principale.
Tableau 1. Parcelles observées lors des études des territoires de W. et M.

  • 5 Voir Seignobos (1980) sur les systèmes de défense végétaux.

23Du point de vue de l’influence de ces pratiques sur la dynamique des arbres du parc, la réutilisation plusieurs années de suite des mêmes espaces soumis aux labours, pourrait conduire à une érosion progressive de la densité des arbres, mais l’échantillon étudié est trop faible pour pouvoir conclure. Le phénomène n’est aujourd’hui circonscrit qu’à quelques parcelles, mais on pourrait bien être à la veille d’une modification importante de l’équilibre agro-écologique qui ne manquera pas d’avoir une influence sur le paysage. L’introduction de la culture cotonnière a une seconde conséquence sur le parc arboré, qui ne transparaît pas sur les tableaux présentés. Afin de pallier la perte de diversité des plantes entretenues dans les champs de coton, les cultivateurs qui le peuvent maintiennent leur gamme importante de plantes utiles pour l’alimentation dans les grands champs de sorgho localisés sur les essarts, en périphérie de la sole cotonnière. Les autres ont réhabilité les jardins de case, peu mis en valeur en 1991. Ils présentent un réservoir important de plantes devenues rares dans les champs de coton ou de maïs, mais toujours valorisées dans l’alimentation. Les arbres y sont également présents, en particulier les fruitiers anciens (Adansonia digitata, Ficus thonningii, Parkia biglobosa, Tamarindus indica) qui voisinent avec les essences traditionnellement utilisées en haie (Commiphora spp., Moringa oleifera, Jatropha curcas, Euphorbia spp.)5, et de nouvelles espèces y ont même fait leur apparition (Eucalyptus sp., Bixa orellana, Thevetia peruviana).

Tableau 2. Evolution du parc arboré en fonction de l’occupation du sol (1991, 2001)

24Aucun changement n’est perceptible dans la zone montagneuse. Si l’on tient compte de la sous-estimation des superficies calculées dans les pentes, la densité d’arbres reste stable, de même que les fréquences des différentes espèces (tableau 3). En revanche, on assiste à un élargissement de la gamme des espèces identifiées : 38 espèces en 1991 contre 61 en 2001, ce qui est dû à la plus grande diversité des conditions écologiques dans lesquelles ont été implantées les parcelles cultivées en 2001.

Le cortège floristique des espèces du parc arboré duupa

25Le caractère éclectique de la composition des parcs arborés des peuples de la Bénoué a déjà été signalé, notamment à propos des Doayo (Seignobos, 1982 b) et des groupes dits « Koma » (Dounias, 1998). Chez les Duupa, l’inventaire total des espèces rencontrées et cartographiées à l’occasion des levés de terroir dans les deux villages comporte 104 espèces sans qu’apparaisse nettement la dominance de l’une d’entre elles, qui résumerait à elle seule le parc (tableau 3), comme les célèbres parcs à Faidherbia albida. La diversité de la composition et la multifonctionnalité du parc rendent plus difficile l’interprétation de sa genèse et de son rôle.

Ecologie des essences du parc

26Les espèces les plus fréquentes sont des essences spontanées qui se trouvent sur les zones cultivées avant leur défrichement. Les espèces plantées sont plus rares et caractéristiques des zones habitées. Des espèces, telles que Mangifera indica, Adansonia digitata, Citrus spp., Ceiba pentandra, Ficus thonningii, etc., se trouvent en général à proximité des habitations, dans les jardins de case. Lorsqu’elles sont présentes dans des champs éloignés, c’est souvent la marque de l’implantation d’un ancien quartier aujourd’hui disparu. Des espèces utilisées comme clôture, ou comme piquets vifs, sont présentes dans le même genre de situation (Commiphora spp., Euphorbia spp., Moringa oleifera, Ficus thonningii, Ficus ovata, Manihot glaziovii).

27La composition des communautés d’arbres visibles dans les champs de brousse reflète d’abord les conditions écologiques de la zone où le champ est défriché. Certaines espèces très fréquentes dans le village de plaine, telles que Crossopteryx febrifuga, ou Hymenocardia acida, sont absentes de la zone de montagne. Acacia seyal, Entada spp., Boswellia africana, abondantes dans les chaos rocheux du piedmont, sont rares sur les hautes terres. A l’inverse, Faurea roche-tiana ou Syzygium guineense macrocarpum ne se plaisent guère en dessous de mille mètres d’altitude.

28Outre ces conditions abiotiques, la composition du parc subit l’effet des facteurs anthropiques, en particulier des défrichements agricoles. La grande majorité des essences présentes sont caractéristiques des faciès secondarisés, notamment les Terminalia qui constituent le genre le plus représenté. Isoberlinia doka, par contre, n’a été rencontré que dans une grappe de champs défrichée en 2001 dans la zone de montagne, sur une jachère vieille de plus de cinquante ans. Les boisements à Isoberlinia spp et Uapaca togoensis, ne se rencontrent qu’en certaines zones localisées dans les montagnes, et ces faciès, considérés comme des formations climaciques, sont absents des zones de plaines soumises à une plus forte influence anthropique.

Les usages des essences du parc

29Force est de constater que les espèces les plus fréquentes ne sont pas forcément celles qui sont les plus utiles, notamment du point de vue des usages alimentaires. C’est ainsi que Crossopteryx febrifuga, l’une des espèces les plus fréquentes dans la plaine en 1991 comme en 2001 (15,8 % et 5,3 % des effectifs), n’a que des usages médicinaux mineurs, ou encore Faurea rochetiana, fréquente dans la montagne, n’a guère d’usage notable pour les Duupa. Par contre, il faut signaler que diverses Combretacées parmi les plus fréquentes (Terminalia spp. et Anogeissus leiocarpus) constituent des bois de feu parmi les plus appréciés. La valeur fourragère de Ficus sycomorus est connue mais les Duupa, qui font peu d’élevage, n’en font guère usage si ce n’est pour ses vertus médicinales ou pour consommer, sans enthousiasme, son fruit.

Les usages alimentaires

30Comme on l’a évoqué, les arbres ne fournissent ni matières grasses ni boissons fermentées aux Duupa, mais quelques condiments, des fruits et des brèdes.

31Le néré (Parkia biglobosa) est une essence particulièrement valorisée qui fait l’objet d’une appropriation individuelle. Ses graines fermentées sont utilisées comme condiment dans la cuisine, mais cela concerne des petites quantités, la pulpe des fruits est consommée et il offre en outre un bois de feu particulièrement apprécié pour la cuisson de la bière de mil. Depuis quelques années Bixa orellana a fait son apparition, ses graines écrasées entrent dans la composition de certaines sauces. Les pousses de rônier (Borassus aethiopum) sont consommées cuites. En revanche, aucune gomme n’est consommée et le liber de Grewia venusta n’est utilisé comme mucilage que pour la préparation de beignets qui constitue une activité marginale.

32Ce sont les fruits, et surtout les feuilles qui représentent les principaux usages alimentaires.

Tableau 3. Inventaire exhaustif des arbres relevés lors des études de terroirs et noms duupa des espèces citées dans le texte.

Les fruits

33Le tableau 4 présente l’inventaire des espèces fruitières. On y compte des essences plantées ou systématiquement protégées dans l’espace des villages et des espèces spontanées, sauvages ou maintenues dans les champs.

Tableau 4. Espèces de fruits de bouche

34Parmi les espèces plantées ou systématiquement protégées dans la zone d’habitat, on retrouve plusieurs essences diffusées depuis la période coloniale et dont les fruits sont commercialisés sur les marchés locaux (Mangifera indica, Citrus spp., Psidium guayava). Elles ont rejoint au milieu du xxe siècle d’autres espèces diffusées sans doute dès la période précoloniale, notamment Adansonia digitata et Carica papaya. D’autres espèces semblent plus anciennes encore, tant elles sont bien intégrées aux paysages et aux usages, c’est notamment le cas de Tamarindus indica. Ficus thonningii, planté comme support de clôture ou pour son ombrage, est l’une des espèces les plus caractéristiques de l’habitat duupa et fournit des fruits très appréciés qui furent autrefois l’objet d’un petit commerce au sein du pays duupa. Il existe quelques espèces autochtones fournissant des fruits appréciés qui forment des petits peuplements protégés dans certains villages : Diospyros mespiliformis, Garcinia ovalifolia. Bien qu’anecdotique, la consommation de Dombeya multiflora a été observée dans un village d’altitude.

35Parmi les espèces spontanées, tous les fruits ne sont pas consommés avec le même enthousiasme ; « premier » et « second choix » figurent dans le tableau, et, afin de présenter des données ethnobotaniques aussi complètes que possible, on y a fait figurer les espèces connues pour cet usage dans la région mais dont les Duupa ne consomment pas les fruits. Les espèces présentées comme « premier choix » sont mangées avec le plus d’enthousiasme, elles font l’objet d’un projet de collecte délibéré et parfois d’échange à l’intérieur de la communauté. Les espèces consignées comme « deuxième choix » sont celles qui ont été indiquées comme comestibles mais peu appréciées lors des entretiens de l’enquête d’ethnobotanique.

Les brèdes

36Bien que l’usage des feuilles légumières fournies par les arbres soit moins familier aux Européens que celui des fruits de bouche, il s’agit d’une ressource alimentaire importante dans la région considérée. L’inventaire des brèdes connues des Duupa comporte plus de 40 espèces (Garine, 1996, 1997, 2001). On y trouve des herbacées annuelles cultivées, des plantes spontanées de la flore adventice des champs, mais aussi des espèces sauvages poussant dans les zones non cultivées comme les galeries forestières et, bien entendu, des brèdes fournies par les essences des jardins de case et du parc arboré sélectionné.

37Parmi les espèces plantées ou systématiquement protégées près des habitations, on reconnaît plusieurs Bombacacées célèbres dans toute la région : Adansonia digitata et Ceiba pentandra. Ces derniers, fréquents dans presque tous les villages de la montagne, sont probablement plus anciens chez les Duupa que les baobabs (très rare en altitude) et la sauce préparée avec leurs feuilles semble plus appréciée. Les feuilles de baobabs, par contre, ont l’avantage de constituer un produit vendable (à Ngaoundéré ou Garoua), une fois séchées et pilées.

38Les Duupa, par contre, ne consomment pas la fleur mucilagineuse de Bombax costatum, pourtant fort appréciée par d’autres groupes au nord du Cameroun. L’usage comme brèdes de Moringa oleifera est connu, mais c’est une espèce rare, en général plantée au plus près des concessions, voire comme support de clôture en vannerie. Le tamarinier (Tamarindus indica) déjà évoqué, ne fournit pas que des fruits (consommés crus, utilisés dans la confection de bouillies de farine de mil ou vendus), mais ses feuilles et ses fleurs constituent aussi une brède plusieurs fois signalée. Ficus ovata, présent essentiellement en altitude, est une essence bouturée comme clôture et piquet vif. Plusieurs personnes ont signalé la comestibilité de ses feuilles, mais cet usage semble être tombé en désuétude.

39Parmi les brèdes que procurent les espèces spontanées du parc, certaines ont des goûts marqués et des usages spécifiques. Les feuilles acides d’Hymenocardia acida peuvent accompagner les sauces à base de poisson frais qui sont bien rares dans la cuisine duupa. Le registre amer est peu utilisé, mais les feuilles de Vernonia spp. ont pourtant commencé à être cuisinées localement, sans doute sous l’influence de la cuisine nationale camerounaise et de son célèbre Ndolé. Une préparation à base de ces mêmes feuilles porte un nom identifié comme Haoussa par les Duupa (suwaka), il s’agit d’un encas préparé avec ces feuilles et de la farine de manioc qui constitue une friandise appréciée que l’on consomme sur les marchés ou lors des fêtes.

Tableau 5. Espèces de brèdes.

40Figurent aussi dans le tableau des brèdes de « second choix », toutes signalées par plusieurs personnes, mais dont l’usage ne semble pas être fréquent aujourd’hui (Haematostaphis barteri, Ficus sur).

41Pterocarpus lucens, Celtis integrifolia, Ficus dicranostyla et Ficus vallis-choudae sont par contre des ingrédients de sauces appréciés. Les deux premières espèces ne poussent que dans la zone de plaine. Celtis integrifolia est rare bien qu’en général épargné lors des défrichements. P. lucens représentait 4, 4 % de l’échantillon des arbres répertoriés à W. en 1991.

42Le rôle alimentaire des feuilles des différents figuiers a été signalé pour le nord et l’extrême nord du Cameroun (Seignobos, 1982 a ; Dury, 1997) et les nombreuses espèces que compte ce genre constituent des éléments importants des paysages et des régimes alimentaires. Ficus dicranostyla est particulièrement apprécié, mais c’est une essence assez rare que l’on ne trouve que dans la zone d’altitude intermédiaire du massif de Poli. F. vallis-choudae, épars en plaine, est par contre une espèce commune en altitude en 1991 comme en 2001. Il doit sa fréquence au fait d’être préservé lors des défrichements, les Duupa se contentant de l’émonder. Ses feuilles figurent parmi les brèdes d’arbres les plus fréquemment consommées.

Quelle utilisation réelle des ressources alimentaires du parc arboré ?

  • 6 L’enquête de consommation alimentaire a été réalisée à nouveau en 2001 sur un échantillon élargi, m (...)

43Les méthodes utilisées pour décrire le régime alimentaire sous-estiment la consommation des nourritures prises en dehors des repas qui échappent à l’observation et qui ne sont pas systématiquement signalées par les enquêtés lors des interviews par rappels sur vingt-quatre heures. C’est justement sous forme d’encas que les fruits sont le plus souvent consommés. Sur les 819 prises alimentaires documentées à M. en 19916, les fruits de Syzygium guineense macrocarpum apparaissent cinq fois, les mangues une fois, ainsi que les nérés et les figues de Ficus thonningii. Aucune consommation de fruits n’a été signalée à W.

44Par contre, on peut envisager la fréquence relative des brèdes fournies par les arbres du parc arboré (figure 1). Les espèces les plus fréquemment consommées sont les plantes potagères cultivées, notamment les feuilles de Cucurbita spp., de Vigna unguiculata et de Corchorus olitorius. Psophocarpus palustris, une herbacée sauvage, joue un rôle important en altitude. On retrouve aussi les feuilles de plusieurs espèces d’arbres : Ficus vallis-choudae, F. dicranostyla, Pterocarpus lucens, Ceiba pentandra, Celtis integrifolia, Adansonia digitata, Moringa oleifera.

Figure 1. Ingrédients des sauces dans un village de plaine et un village de montagne en 1991.

45A l’occasion des 167 repas répertoriés et répartis sur une année à W. en 1991, Pterocarpus lucens apparaît dans la composition de 8, 4 % d’entre eux (16 repas). Moringa oleifera, Celtis integrifolia, Ceiba pentandra ont été utilisés lors de 2 repas (1,1 %) et Adansonia digitata une fois (0,5 %). Dans le village de montagne (M.), sur 151 repas étudiés dans l’année, Ceiba pentandra a été utilisé dix fois (6,7 % des sauces), Ficus vallis-choudae neuf fois (6 %), Ficus dicranostyla deux fois (1,3 %) et Adansonia digitata une seule fois (0,7 %). On peut signaler que ces deux dernières espèces ne poussent pas en zone d’altitude et qu’elles ont été offertes aux montagnards par des parents habitant en piémont.

46La contribution totale au régime des espèces sauvages et des arbres du parc apparaît bien moins importante que celles des légumes cultivés et des principales herbacées adventices utiles. Toutefois, si cette appréciation est valable au regard de l’inventaire annuel des repas, elle doit être nuancée si l’on veut tenir compte des variations saisonnières qui constituent le principal facteur limitant aux adaptations au milieu de savane.

Le rôle des arbres du parc dans les adaptations à la contrainte saisonnière

47Si l’on considère la période qui va du début du mois de janvier à la fin du mois de mai, pendant laquelle les légumes issus de plantes annuelles herbacées sont rares ou absents, les feuilles des arbres du parc et des jardins de case sont présentes dans 34,4 % des sauces dans le village de montagne et 31 % dans le village de plaine, ce qui représente une contribution significative.

48Le phénomène de la « période de soudure » est bien connu et documenté dans la zone soudano-sahélienne (Garine et Koppert, 1988), mais on entend en général sous ce terme la période de diminution des ressources en aliment de base à la fin de la saison pluvieuse, alors que les récoltes ne sont pas encore consommables. La saisonnalité des légumes verts et des divers éléments qui composent les sauces, qui sont le plus souvent issus de produits frais, est inversée par rapport à celle des céréales : c’est en saison sèche qu’il en manque le plus, et, avec ces légumes, les micronutriments (vitamines et minéraux) qu’ils contiennent.

49Ce sont toujours les jeunes feuilles des arbres qui sont consommées. On les cueille dès qu’elles apparaissent, pendant les semaines les plus chaudes de mars et d’avril. L’utilisation des feuilles des arbres du parc et celle des herbacées qui viennent des forêts galeries constitue une adaptation astucieuse à la période de « soudure potagère » de la saison sèche en l’absence d’un maraîchage de contre-saison dont la pratique est peu répandue.

Conclusion

50Il est bien difficile de se prononcer sur le futur des ajustements agroécologiques des collectivités paysannes au nord du Cameroun, et des Duupa en particulier. Bien que la densité du parc arboré de piémont commence à diminuer, peut-être sous l’influence des cultures commerciales et des labours attelés, celui-ci continue de jouer un rôle non négligeable pour la disponibilité des nombreux produits.

51Il est difficile de décider si la composition de la communauté d’arbres du parc duupa reflète son caractère de « parc à brèdes » dans la mesure où ce ne sont pas forcément les espèces d’arbres qui en fournissent le plus, ou les plus appréciées, qui sont dominantes du point de vue écologique. Toutefois, l’usage effectif d’une espèce n’est pas nécessairement corrélé à sa densité au sein du parc. Ce ne sont pas nécessairement les essences dominantes qui sont les plus utilisées : il suffit de quelques arbres judicieusement répartis dans le terroir, sur les parcelles cultivées, auprès des habitations ou dans des jachères et des brousses, pour disposer des quelques centaines de grammes de feuilles nécessaires à la préparation des repas et à la diversité du régime au moment de l’année où c’est le plus utile.

52Faut-il alors considérer le parc duupa comme parc de famine, ou d’appoint alimentaire ? La seconde expression conviendrait mieux, à condition de ne pas considérer là qu’il s’agit seulement d’une réserve de produits auxquels on ne recourt, avec réticence, qu’en cas de disette, ou faute de plantes cultivées disponibles. Les brèdes ne constituent pas des aliments de famine, les arbres ne fournissent aucun produit que l’on pourrait considérer dans cette catégorie. Si les sauces préparées avec les feuilles des arbres ne sont pas les plus appréciées de toutes, elles ne sont pas non plus les plus décriées et beaucoup les consomment avec plaisir à un moment de l’année où il est normal de le faire. Les produits du parc ne sont pas seulement des produits de substitution ou le signe d’un agrosystème inadapté : on peut considérer au contraire que les usages du parc duupa témoignent d’un équilibre agro-écologique subtil où les ressources spontanées se combinent aux espèces cultivées pour offrir la gamme des produits alimentaires nécessaires à l’équilibre du régime, et au plaisir que procure sa diversité... pour quelques temps encore.

Bibliographie

Bibliographie

Ag Sidiyene E., Le Floc’h E., 1996 — Des arbres et des arbustes spontanés de l’Adrar des Iforas (Mali). Paris, Orstom-Cirad.

Alexandre D.Y., 2002 — Initiation à l’agroforesterie en zone sahélienne. Les arbres des champs du plateau central au Burkina Faso. Paris, IRD/Kathala.

Baumer, M. C, 1975 — « Catalogue des plantes utiles du Kordofan (république du Soudan) particulièrement du point de vue pastoral ». Jatba 22 (4-5-6) : 81-119.

Baumer M.C., 1987 — Le rôle possible de l’agroforesterie dans la désertification et la dégradation de l’environnement. Wageningen, CTA.

Belcher B, Ruiz-Perez M., 2001 — An international comparison of cases of forest product development. Overview and data requirements. Bogor, Cifor, Working paper n° 23.

Bergeret A., 1990 — L’arbre nourricier en pays sahélien. Paris, MSH.

Boffa J.M., 1999 — Agroforestry parklands in sub-Saharan Africa. Rome, FAO, FAO Conservation Guide No. 34

Burkill H.M., 1985 — The Useful Plants of West Tropical Africa, Families A-D. Kew, Royal Botanic Gardens.

Burkill H.M., 1994 — The Useful Plants of West Tropical Africa, Families E-I. Kew, Royal Botanic Gardens.

Burkill H.M., 1995 — The Useful Plants of West Tropical Africa, Families J-L. Kew, Royal Botanic Gardens.

Burkill, H.M., 1997 — The Useful Plants of West Tropical Africa, Families M-R. Kew, Royal Botanic Gardens.

Burkill H.M., 2000 — The Useful Plants of West Tropical Africa, Families S-Z. Kew, Royal Botanic Gardens.

Busson, F., 1965 — Les plantes alimentaires de l’Ouest africain. Etude botanique, biologique et chimique. Marseille, Leconte.

Dalziel J.M., 1937 — The useful plants of West Africa. London, Crown Agents for the Colonies.

Dounias E., 1998 — « L’élevage du taurin chez les Koma gambé des Monts Alantika (Nord-Cameroun) ». In Seignobos C, Thys E. (éd.). Des taurins et des hommes. Cameroun, Nigeria. Paris, Orstom/Cirad-EMVT, coll. Latitude 23 : 183-212.

Dounias E., (éd.), 2000 — Review of ethnobotanical literature for Central and West Africa. Bulletin of the African Ethnobotany Network 2, Kew, Royal Botanical Gardens.

Dury S., 1997 — « Approche ethnobotanique des figuiers au Nord du Cameroun ». In Barreteau D., Dognin R. et von Graffenried C, éd. : L’homme et le milieu végétal dans le bassin du lac Tchad. Paris, Orstom, coll. Colloques et séminaires : 262-288.

Garine E., 1995 — Le mil et la bière. Le système agraire des Duupa du massif de Poli (Nord-Cameroun). Nanterre, université de Paris-X, Thèse de doctorat.

Garine E., 1996 — « Une bonne sauce de mauvaises herbes. Note sur les repas des Duupa du massif de Poli (Nord-Cameroun) ». In Cousin F., Bataille M.C., éd. : Cuisines, reflets des sociétés. Paris, Editions Sépia/ Musée de l’Homme : 77-96.

Garine E., 1997 — « Sauvage ou domestique ? Remarques sur l’inventaire des plantes à Brèdes chez les Gimbe et les Duupa du Nord-Cameroun ». In Barreteau D., Dognin R. et von Graffenried C, éd. : L’homme et le milieu végétal dans le bassin du lac Tchad. Paris, Orstom, coll. Colloques et séminaires : 311-326.

Garine E., 2001 — « Connaître et cuisiner les plantes potagères chez les agriculteurs Duupa du Nord-Cameroun ». Communication au Congreso International de Antropologia de la Alimentation : « Arbitrario » cultural y alimentacion. Racionalidad e irracionalidad en el consumo alimentario », XVII Congreso de la International Commision on the Anthropology of Food (ICAF), International Union of Anthropological and Ethnological Sciences (IUAES). Borja, 22-24 de Noviembre 2001.

Garine E., 2002 — « Les céréales comme aliment de base des agriculteurs Duupa du Nord-Cameroun ». In Chastanet M., Fauvelle-Aymar F.-X., Juhé-Beaulaton D., éd. : Cuisine et société en Afrique. Histoire, saveurs, savoir-faire. Paris, Karthala : 243-263.

Garine E., Dounias E., Raimond C., 2003 — « Contribution de l’ethnologie et de la géographie à l’étude de l’agrobiodiversité au nord du Cameroun. Le programme Histoire comparée de la biodiversité de trois agro-écosystèmes du Nord-Cameroun : approches écologique et anthropologique. Séminaire de l’Institut français de la biodiversité, Paris, Engref, 28-29 avril 2003.

Garine I. de, 1993 — « Contribution of wild food resources to the solution of food crisis ». In Bohle H.-G, Downing T.E., Field J.O. et Ibrahim F.N. (eds) : Coping with vulnerabilty and criticality. Casa studies on food-insecure people and places. Saarbrücken ; Breitenbach : 339-359.

Garine I. de, Koppert G, 1988 — « Coping with seasonal fluctuations in food supply among savanna populations : the Massa and the Musey of Chad and Cameroon ». In Garine I. de and Harrison G. (eds) : Coping with uncertainty in food supply. Oxford, Clarendon Press : 210-259.

Gauthier-Béguin D., 1992 — Étude ethnobotanique des plantes de cueillette à utilisation alimentaire dans un village du sud du V-Baoulé (Côte d’Ivoire centrale). Thèse de Doctorat, université de Genève.

Harmand J.M., 1997 — Rôle des espèces ligneuses à croissance rapide dans le fonctionnement biogéochimique de la jachère. Effets sur la restauration de la fertilité des sols ferrugineux tropicaux (Bassin de la Bénoué au Nord Cameroun). Thèse de doctorat de l’université de Paris-VI en Biologie et Ecologie végétales tropicales.

Kerkhof P., 1990 — Agroforesterie en Afrique. Paris, Panos, L’Harmattan.

Koppert G., Rikong Adie H., Gwangwa’a S., Sajo E., Matze M., Pasquet P., Froment A., 1996 — « La consommation alimentaire dans différentes zones écologiques et économiques du Cameroun ». In Froment A., de Garine I., Binam Bikoi Ch., Loung J.F., éd. : Bien manger et bien vivre. Anthropologie alimentaire et développement en Afrique tropicale : du biologique au social. Paris, Orstom/L’Harmattan : 237-254.

Levang P., Dounias E., Sitorus S., 2003 — « Out of forest, out of poverty ? ». Communication présentée à la Conférence internationale « Rural Livelihoods, Forests and Biodiversity », Bonn, Cifor, 19-23 mai 2003. Texte téléchargeable à l’URL : http://www.cifor.cgiar.org/docs/_ref/publications/index.htm

Libert C, 1992 — Fonctionnement de l’écosystème « parc arboré », Tokombéré, Nord-Cameroun. DEA, université de Montpellier-III.

Libert C, Eyog-Matig O., 1996 — « Faidherbia albida et production cotonnière, modification du régime hydrique et des paramètres de rendement cotonnier sous couvert de parc arboré au Nord-Cameroun ». Montpellier, Cirad-forêt-Orstom, Cahiers Scientifiques (12) : 103-123.

Matze M., Stappers H., 1989 — Alimentation et mode de vie des Duupa de la montagne de Poli (Nord-Cameroun). Yaoundé/Wageningen, Orstom-ISH-CN-CNRS Projet Anthropologie alimentaire des populations camerounaises, multigr.

Pélissier P., 1954 — « Type et genèse des paysages de parc élaborés par l’agriculture africaine ». Londres, XXe congrès international de géographie.

Pélissier P., 1966 — Les paysans du Sénégal. Les civilisations agraires du Cayor et de la Casamance. Saint-Yrieix, Fabrègues.

Pélissier P., 1980 — L’arbre dans les paysages agraires de l’Afrique Noire. La fonction et le signe. Cahiers Orstom, ser. Sc. Hum. 17 (3-4) : 127-136.

Pélissier P., 1995 — Campagnes africaines en devenir. Bouguebus, édit. Arguments.

Peltier R., 1990 — « L’arbre dans les terroirs villageois ». In : Savanes d’Afrique, terres fertiles ? Actes du colloque, Montpellier, Cirad 10-14 septembre 1990 : 507-530.

Portères R., 1951 — « Pousses et feuilles alimentaires employées par les peuplades de la zone montagneuse forestière de l’Ouest-Africain (Monts Loma au massif des Dans) ». In : Première conférence des africanistes de l’ouest. Extrait des comptes rendus, Dakar, Ifan : 71-81.

O’Shea, J.M., 1989 — « The role of wild resources in small-scale agricultural Systems : taies from the Lakes and the Plains ». In Halstead P. and O’Shea J.M. (eds) : Bad year economics : cultural responses to risk and uncertainty, Cambridge, Cambridge University Press : 57-67.

Ouedraogo J. S., Alexandre D.Y., 1994 — Distribution des principales espèces agroforestières à Watinoma, terroir du plateau central burkinabé, une résultante de contraintes écologiques et anthropiques Jatba, 36 (1) : 101-111.

Raison J.P., 1988 — Les « parcs » en Afrique. Etat des connaissances et perspectives de recherche. Paris, EHESS, Centre d’études africaines, multigr.

Sautter G., 1968 — Les structures agraires en Afrique tropicale. Paris, Centre de documentation universitaire « les cours de la Sorbonne ».

Seignobos C., 1978 — Paysages de parcs et civilisations agraires (Tchad et Nord-Cameroun). Annales de l’université du Tchad : 60-93.

Seignobos C., 1979 — Stratégies de survie dans les économies de razziés (Rôniers, Ficus et tubercules sauvages). Des exemples du Tchad. Annales de l’université du Tchad : 3-37.

Seignobos C., 1980 — Des fortifications végétales dans la zone soudano-sahélienne (Tchad et Nord-Cameroun) Cahiers Orstom sér. Sc. hum.17(3-A) : 191-222.

Seignobos C, 1982 a — Végétations anthropiques dans la zone soudano-sahélienne : la problématique des parcs. Revue de Géographie du Cameroun, 3 (1) : 1-23.

Seignobos C, 1982 b — Montagnes et hautes terres du Nord-Cameroun. Marseille, éditions Parenthèses, Architectures traditionnelles.

Seignobos C, 1989 — « Les parades à la razzia dans la zone soudanienne au xixe siècle : la domestication de la cueillette ». In Eldin M. et Milleville P., éd. : Le risque en agriculture. Paris, Orstom : 355-373.

Seignobos, C, 2000 — « Parcs et végétation anthropique ». In Seignobos C. et lyébi-Mandjek O., éd. : Atlas de la province Extrême Nord Cameroun. Paris, Minrest/IRD : 38-43.

Van Noordwijk M., Ong C.K., 1999 — Can the ecosystem mimic hypotheses be applied to farms in African savannahs ? Agroforestery Systems (45) : 131-158.

Wollenberg E., Ingles A. (eds), 1998. — Incomes from the forest. Methods for the development and conservation of forest products for local communities. Bogor, Cifor, IUCN, The World Conservation Union.

Zinyama L.M., Matiza T., Campbell D.J., 1990 — The use of wild foods during periods of food shortage in rural Zimbabwe. Ecology of Food and Nutrition, 24 : 251-265.

Notes

1 Voir critique qui en est faite par Levang et al., 2003.

2 Voir la présentation générale de la société Duupa et de son système alimentaire, dans cet ouvrage (E. Garine, p. 133).

3 Dans la plaine, l’échantillon retenu correspond grossièrement à 4 quartiers. En 1991, seuls les champs cultivés par les familles d’un seul quartier ont fait l’objet d’une étude approfondie. Afin de suivre les effets récents de la modernité sur l’agrobiodiversité, et donc pour rendre compte de la diversité des situations, tous les champs des 4 quartiers ont été relevés, ce qui explique la superficie étudiée plus importante en 2001 qu’en 1991.

4 Il faut garder en tête la grande différence entre les deux échantillons retenus aux deux dates : la superficie étudiée en 2001 est plus de 5 fois plus grande qu’en 1991, ce qui favorise l’observation de la diversité, notamment celle liée aux conditions pédologiques et édaphiques.

5 Voir Seignobos (1980) sur les systèmes de défense végétaux.

6 L’enquête de consommation alimentaire a été réalisée à nouveau en 2001 sur un échantillon élargi, mais les résultats n’en sont pas encore disponibles. Toutefois, un premier examen des données brutes permet de constater que les produits du parc arboré continuent d’être consommés.

Table des illustrations

Légende Note * Chiffres sous-estimés en 2001 en raison de la nature des relevés, effectués au GPS, qui ne peuvent tenir compte du gradient de pente.Note ** Est classé comme « champ de case » un champ cultivé à proximité de l’habitation familiale principale.Tableau 1. Parcelles observées lors des études des territoires de W. et M.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1628/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tableau 2. Evolution du parc arboré en fonction de l’occupation du sol (1991, 2001)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1628/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1628/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Tableau 3. Inventaire exhaustif des arbres relevés lors des études de terroirs et noms duupa des espèces citées dans le texte.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1628/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Tableau 4. Espèces de fruits de bouche
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1628/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Tableau 5. Espèces de brèdes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1628/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 1. Ingrédients des sauces dans un village de plaine et un village de montagne en 1991.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1628/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

Auteurs

Aboubakar Moussa, géographe, Meaden
BP 17, Garoua, Cameroun
aboubakmous@yahoo.fr

Kouami Kokou, botaniste, université de Lomé
laboratoire Botanique/Ecologie, faculté des Sciences
BP 1515, Lomé, Togo
kokoukouami@hotmail.com

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.