Version classiqueVersion mobile

Le risque en agriculture

 | 
Michel Eldin
, 
Pierre Milleville

Chapitre 1. Caractérisation des risques

Risque cyclonique et agriculture dans les territoires français du Pacifique

Jean-François Dupon

Texte intégral

1Les trois territoires français d’Outre-Mer du Pacifique groupent moins de 350 000 habitants. L’agriculture n’intervient que de façon mineure dans la formation de leur Produit Intérieur Brut. Si elle joue encore localement un rôle notable au plan vivrier de l’autosubsistance, cette activité est partout affaiblie dans le secteur spéculatif.

2Les raisons structurelles de cet effacement sont multiples. L’agriculture et l’élevage commerciaux n’ont pu surmonter l’obstacle de coûts de production élevés dans des marchés locaux étroits, loin des grands foyers de consommation, face à la concurrence d’autres activités, sur des espaces exigus. Au nombre des facteurs limitants du milieu figurent aussi des handicaps climatiques, dont découle notamment l’imparfaite maîtrise de l’eau.

3Les cyclones tropicaux sont un risque aléatoire de fréquence moyenne variable présent dans ces trois ensembles d’îles.

4La réponse locale à ce risque est conditionnée en premier lieu par la fréquence des atteintes. Cependant que la législation métropolitaine en matière d’assurances contre les calamités agricoles n’est pas appliquée, les cyclones sont en outre de bons révélateurs des particularités économiques et sociales ; Ils sont enfin une des occasions où s’exercent à chaud les obligations de l’État métropolitain.

PANORAMA SUCCINT DU SECTEUR AGRICOLE

5Sur la Grande Terre néo-calédonienne, le secteur spéculatif à majorité européenne, dominé par les éleveurs, s’est opposé depuis les débuts de la colonisation à celui d’une agriculture de subsistance traditionnelle surtout mélanésienne. Malgré les transferts fonciers et humains radicaux qui les ont marginalisés, les Mélanésiens ont aussi accédé aux cultures commerciales. Ils ont intégré l’élevage plus récemment. Les cultures spécialisées, souvent fait des minorités asiatiques et polynésiennes, ont répondu au gonflement du marché urbain de Nouméa. L’agriculture de la grand-Terre reste avant tout une agriculture de vallées. Celles-attirent aujourd’hui, pour les besoins de l’intensification, l’élevage européen demeuré longtemps extensif.

6La société rurale des îles Loyauté, restées purement mélanésiennes, se distingue à ce titre de celle de la Grande Terre. En outre, dans un milieu nettement distinct d’atolls soulevés où le risque d’inondations est exclu, où le rapport des hommes à l’espace est souvent favorable, le secteur de subsistance a conservé une partie de sa vigueur après l’effacement du coprah.

7Si elle fait encore vivre 38 % de la population, dont une majorité d’actifs mélanésiens non salariés, l’agriculture ne fournit pourtant que moins de 3 % du P.I.B. Les surface cultivées ne représentent que 2 % de la superficie du territoire ; l’ensemble des activités agricoles à peine 15 %. Cette faiblesse contraste avec la puissance industrie minière et métallurgique, aujourd’hui en crise. C’est d’abord aux richesses du sous-sol, à la recrudescence cyclique de prospérité qu’elles ont déterminée, que la Nouvelle-Calédonie a dû la stagnation de son agriculture.

8Les activités agro-pastorales des archipels qui composent la Polynésie Française sont aussi réduites. Elles sont desservies par le déséquilibre croissant d’un peuplement qui concentre à Tahiti, sur le quart des terres disponibles, 70 % de la population et plus de la moitié dans le grand Papeete. Très montagneuse, Tahiti n’est guère propice à l’agriculture. Les atolls des Tuamotu offrent sur un autre quart des terres émergées un potentiel des plus réduits, de gestion délicate. Depuis un quart de siècle les ressources salariales d’activités de services, multipliées par les besoins du Centre d’Expérimentations du Pacifique (CEP), se sont substituées à celle des productions traditionnelles et des cultures spéculatives d’origine coloniale (coprah-vanille), de sorte que la part des actifs agricoles n’atteint pas aujourd’hui 15 %. Face à l’effondrement des produits vivriers traditionnels, les productions horticoles et des élevages spécialisés, à Tahiti et dans quelques autres îles, témoignent d’un effort de réponse à de nouveaux besoins. Le coprah est resté la production commerciale la mieux adaptée aux Tuamotu. Mais il est fortement concurrencé par l’exploitation des ressources de la mer.

9Plus de dix fois moins nombreuse que celle des deux autres territoires, la population de Wallis et Futuna ne dispose que d’un espace proportionnellement plus restreint encore. Or, il y a aussi aujourd’hui autant de Wallisiens et Futuniens en Nouvelle-Calédonie que dans leurs îles d’origine. Uvéa (Wallis), plus propice aux activités agropastorales que Futuna, concentre les 2/3 de la population. Dans les deux îles, les cultures sèches sur défrichements itinérants de l’intérieur, au détriment de la forêt, s’associent à des cultures irriguées pratiquées près du littoral. La production du coprah, unique source des revenus monétaires, a été relayée progressivement entre 1950 et 1970 par l’émigration de travail en Nouvelle-Calédonie. Si le régime traditionnel de la tenure s’oppose notamment, comme en Polynésie, au développement d’un élevage bovin rationnel, l’élevage du porc garde un aspect coutumier important. Agriculture et élevage sont donc voués aux seuls besoins d’une population dont 80 % des actifs travaillent dans le secteur agricole.

LE RISQUE CYCLONIQUE ET SES NUANCES

10On peut considérer globalement que, dans l’état actuel des connaissances, le risque cyclonique affectant les zones où sont situés les territoires considérés voit sa fréquence diminuer d’ouest en est. Les données historiques disponibles corroborent grossièrement le dénombrement, de plus en plus exhaustif, des dépressions tropicales saisonnières. L’extension des archipels, leur position, la dispersion et la taille des îles restent, toutes choses égales d’ailleurs pour chaque territoire, des paramètres non négligeables de la proportion des atteintes effectives par rapport à l’ensemble des dépressions évoluant chaque année dans leur zone. Seule l’acquisition de données complètes sur une période assez longue devrait permettre de confirmer des tendances statistiques dégagées de toute subjectivité, de consolider des probabilités, d’affiner la prévision par rapport à ce qui est connu de l’histoire du risque et des trajectoires moyennes. L’amélioration des moyens de calcul a ouvert de nouvelles perspectives à cette démarche, laissant présager le dépassement d’évidences telles que la plus grande exposition du nord et de l’est de la Grande Terre néo-calédonienne, celle de la partie nord des atolls de l’ouest et du centre des Tuamotu, attestée par des accumulations de débris et de blocs coralliens (rides ou levées de tempêtes).

11La Nouvelle-Calédonie est exposée aux dépressions naissant au sud de l’Équateur entre 170 et 150 degrés est. Ces dépressions la touchent en général après le recourbement de leur trajectoire mais sont rarement très fortes. Toutefois, si les vents très violents sont exceptionnels, la disposition longitudinale du relief montagneux de la Grande Terre favorise les fortes crues d’un réseau de cours d’eau transversaux, provoquant des inondations spectaculaires dans les basses vallées, en conjonction avec la marée de tempête lorsque celle-ci est marquée. À l’abord d’une côte, la « marée de tempête » provoquée par un cyclone résulte de la conjonction de plusieurs phénomènes. L’effet barométrique provoque une élévation hydrostatique du niveau de la mer, proportionnelle à la chute de pression. La composante dynamique du phénomène et la conservation du mouvement tourbillonnaire contribuent, dans les eaux peu profondes à l’approche du rivage, à augmenter cette élévation dans la zone des vents les plus forts. L’accumulation de l’eau par les vagues poussées à la côte se combine pour sa part avec les apports exceptionnels des cours d’eau et du ruissellement. La superposition de ces divers éléments est enfin modulée par le régime des marées astronomiques et la configuration côtière. Dans les baies et les estuaires, l’élévation du niveau de l’eau liée à la marée de tempête au passage du cyclone peut se trouver augmentée de 50 % et plus, alors qu’elle atteint couramment 3 à 4 mètres sur une côte ouverte. D’où l’importante contribution du phénomène, lors des cyclones, aux dommages causés sur des côtes plates et basses, en arrière d’un platier faiblement immergé (atolls des Tuamotu) ou sur des côtes à baies et estuaires profonds (Grande Terre de Nouvelle-Calédonie, certaines îles hautes de Polynésie). La localisation des activités agricoles dans les vallées et le long des lits en accroît d’autant la vulnérabilité.

12Cent cinquante ans d’observations de plus en plus fiables n’ont pas permis jusqu’ici de mettre en évidence une périodicité du risque. Elles attestent aujourd’hui l’évolution moyenne annuelle d’une dizaine environ de dépressions tropicales pouvant intéresser la Nouvelle-Calédonie au cours de leur déplacement vers le sud-est. Au cours des 30 dernières années, moins de la moitié des dépressions identifiées dans la zone comprise entre le détroit de Torres et l’archipel fidjien ont traversé la zone de responsabilité immédiate du centre météorologique de Nouméa. Un tiers à peine de ces dernières - soit moins de 15 % des dépressions formées —, ont affecté le territoire en occasionnant des dommages, à raison d’un peu plus d’un individu par an. Les 3/4 des dépressions observées l’ont été entre le dernier tiers de décembre et le premier tiers d’avril. Février apparaît comme le mois du plus fort risque.

13En Polynésie, fréquence saisonnière des dépressions et fréquence de leurs atteintes directes sont sensiblement moindres. La plupart apparaissent au nord-ouest des îles Cook et rares sont celles qui atteignent le stade du cyclone (vents moyens de 120 km/h et plus). Le risque majeur réside dans le cas des îles montagneuses, dans les effets des pluies diluviennes (inondations, glissements de terrain) ; dans le cas des îles basses (atolls) dans ceux de la marée de tempête. Au cours de la période 1941-1981, 29 dépressions ont affecté directement les archipels polynésiens contre 40 en trente ans en Nouvelle-Calédonie. Les observations des 20 dernières années, fondées sur l'utilisation des données satellitaires, semblent en fait montrer une fréquence saisonnière moyenne d’apparition des dépressions plus de deux fois moindre dans la zone intéressant la Polynésie Française que dans celle de la Nouvelle-Calédonie pour une répartition saisonnière équivalente, quoique calculée sur un plus petit nombre d’individus.

14L’étendue océanique du territoire (plus de 4 millions de kilomètres carrés, plus de 2 000 km du nord au sud et de l’est à l’ouest) impose une différenciation régionale du risque, tentée par le service météorologique. La région des Australes, au sud, pourrait être touchée par une dépression tous les deux ou trois ans. Plus au nord, au-delà d’une zone de transition incorporant l’archipel de la Société, le risque ne serait plus, aux Tuamotu, nuancé par la position en longitude et la dispersion relative des atolls, que d’une perturbation tous les 10 ou 25 ans. Il s’amenuise aux Marquises du fait de la latitude de cet archipel, proche de celle où se forment ordinairement les dépressions dont le renforcement ne s’acquiert qu’ensuite, au cours de leur déplacement vers le sud-est.

15La saison 1982-1983, au cours de laquelle les archipels ont été gravement frappés à cinq reprises, a rappelé à la population et aux autorités, mal préparées par la croyance au caractère exceptionnel des dépressions cycloniques, les dangers de leur nature aléatoire. Cette série a confirmé la relation entre le déséquilibre thermique de l’océan aux basses latitudes et la répartition saisonnière des zones propices à la formation des cyclones. La contrepartie de cette forte activité cyclonique dans le centre du Pacifique sud paraît au contraire avoir été la faiblesse concomitante de la cyclogénèse dans l'ouest, dont fait partie la Nouvelle-Calédonie. De la meilleure connaissance des hydroclimats pourrait résulter dans un avenir proche, sinon une amélioration de la prévision à moyen terme, du moins la justification de la prévention par une probabilité mieux fondée.

16En dehors des situations de déséquilibre thermique du type de 1982-83, le Territoire de Wallis et Futuna peut être affecté quant à lui par des dépressions d’été nées entre le nord du Vanuatu et les Ellice (Tuvalu). Dans leur déplacement, ces dépressions touchent suivant les cas les îles de la zone comprise entre Fidji et les Samoa. En 150 ans d’observations, la fréquence moyenne des atteintes a été de l’ordre d’une tous les cinq ans. Au cours des 35 dernières années, 32 dépressions (dont huit ont atteint le stade du cyclone) ont traversé la zone de 25 degrés carrés contenant Uvéa et les îles de Horn (Futuna et Alofi). Un quart d’entre elles ont affecté les îles, y provoquant les dommages.

LA RÉPONSE AU RISQUE : DE LA FAMILIARITÉ À L’INDIFFÉRENCE

17Comment ont évolué, dans le contexte qui vient d’être esquissé, la perception du risque et les réponses qu’y ont apporté les agriculteurs océaniens de ces territoires ? La familiarité ancienne du risque est attestée par la tradition orale et par un ensemble de stratégies conservatoires et préventives nuancées par la gamme des plantes cultivées, les techniques de construction, l’exposition.

Photo 1. — Une technique culturale adaptée au risque : les tarodières irriguées des bas de pentes en arrière du littoral à Futuna. Cliché J. F. Dupon

Photo 2. — Tarodières irriguées de bas de pentes en arrière du littoral à Futuna, après le cyclone Raja, décembre 1986. Cliché J. F. Dupon.

18C’est à Wallis et Futuna que la persistance des formes de l’existence traditionnelle a laissé subsister le plus longtemps ces techniques d’adaptation, qu’il s’agisse de la conservation d’aliments avant ou après les cyclones (ensilage et fermentation du fruit à pain jusque dans les années 30), de l’habitat traditionnel (surélévation, renforcement des structures du côté le plus exposé aux vents de tempête, protection et sauvegarde des couvertures). Ailleurs, l’implantation de l’habitat (aux Tuamotu, sur le versant des atolls le plus abrité, aux Loyauté, à l’abri du bourrelet littoral), son adaptation au vent (structure souple ligaturée des cases en ruche à poteau central aux Loyauté), témoignent aussi de la prise en compte du risque. Il en va de même des réserves alimentaires (gâteaux de pulpe des fruits de pandanus aux Tuamotu), de l’implantation des cultures et des techniques culturales (fosses à taros abritées du côté du lagon dans les atolls, cultures sur grands billons des vallées inondables et terrasses irriguées de versants de l’agriculture mélanésienne en Grande Terre) (Photos 1 et 2). Partout enfin, la première conséquence des cyclones étant que les famines consécutives aux destructions de récoltes pouvaient être, l’isolement aidant, plus meurtrières que leur passage, on a eu recours à des aliments de disette dont le souvenir est resté vivace. En libérant les populations de l’obligation d’un ajustement rigoureux des effectifs aux ressources, la colonisation européenne a largement fait perdre leur justification à ces stratégies. La prévision météorologique si imparfaite qu’elle ait pu être, a pris le relais de l'observation des signes précurseurs (à moyen et court terme). Aides et secours ont enfin contribué à rendre sans objet les tentatives de rationalisation a posteriori (cyclone sanction, cyclone purificateur et régénérateur de la nature). Rapidement acheminés, distribués en général sans discrimination, ils ont affranchi les populations des techniques de survie alors même que l’extension des cultures commerciales (principalement celle du cocotier) réduisait les espaces de collecte des aliments naturels de disette, que certaines plantes introduites moins vulnérables (le manioc, la patate) facilitaient à cet égard l’existence des agriculteurs.

19De fait, ces changements, allant de pair avec le développement d’activités spéculatives qui fondaient l’usage de la monnaie dans la logique des échanges coloniaux, ont surtout rendu les populations étroitement tributaires d’habitudes alimentaires nouvelles liées à l’usage plus ou moins volontaire de produits importés. Contrepartie de la raison économique, la logique politique implique désormais en cas de dommages graves aux cultures de rente, une assistance alimentaire officielle. Elle se fait par facilité et opportunité en riz, farine, sucre, viande de conserve, confirmant ainsi la dévalorisation et le déclin des aliments coutumiers. De multiples témoignages attestent la mise en place du processus. Après deux cyclones en février et mars 1889 par exemple, les habitants d’Uvéa (Wallis) recourent d’abord aux plantes de disette qui complètent les récoltes restées en terre et les noix de coco tombées, mais un incendie général de l’île les ayant privés de ces ressources, ils ne survivront que grâce à la distribution prolongée de vivres par les autorités du Protectorat.

20Pour sa part, le développement des cultures commerciales n’accroît pas seulement la vulnérabilité des populations en les rendant doublement tributaires de la monnaie et des produits importés face au risque climatique. Elles conduisent dans certains cas les agriculteurs à négliger les réflexes de protection. La majeure partie de la population de l’atoll de Kaukura est ainsi surprise, dans les campements saisonniers précaires d’un îlot exposé où elle se livre à la préparation du coprah, par le cyclone de février 1878 qui fera 117 victimes.

21En Nouvelle-Calédonie, ces processus ont sans doute joué, mais en concurrence avec des épisodes liés à la colonisation pénale et de peuplement qui ont accéléré l’affaiblissement en Grande Terre des savoirs coutumiers face au risque et celui de l’agriculture traditionnelle : développement de l’élevage européen parallèlement à la spoliation foncière, déplacements de population et cantonnement sur les réserves de groupes autochtones longtemps frappés par le déclin démographique. Le mouvement a été confirmé par l’adoption progressive des cultures commerciales par les mélanésiens. L’écrasement des activités agro-pastorales par l’industrie extractive a fait le reste.

DE L’INDIFFÉRENCE À LA DÉPENDANCE

22La tradition d’une colonisation européenne agricole de peuplement, les illusions durables entretenues sur le potentiel agro-pastoral d’un espace sous-peuplé et en apparence disponible, jusqu’à ce que fassent jour les revendications des Mélanésiens, une volonté politique de tenir « la brousse » justifiée par l’importance de l’enjeu minier et entretenue par les mirages de l’esprit pionnier : les raisons n’ont pas manqué en Nouvelle-Calédonie pour organiser face au risque climatique, sans doute réel, une assistance aux couleurs de l’assurance dont la principale originalité a été de reposer, d’abord sur des ressources locales.

23À l’inverse, les mutations de l’économie rurale précipitées en Polynésie Française par l’implantation du CEP, n’ont pas suscité l’apparition du même type de protection. L’assistance y reste la seule réponse à un risque de faible fréquence, surtout dans des archipels à l’économie ébranlée par l’attraction de Papeete comme les Tuamotu. La série des cyclones de 1982-1983, survenue dans des fies peu préparées, a illustré de manière dramatique le coût immanent du hasard.

24Enfin, à Wallis et Futuna, la faiblesse des enjeux économiques sinon politiques, permet, en l’absence de tout système de garantie des agriculteurs contre le risque, le libre jeu de l’assistance extérieure.

La CAMA en Nouvelle-Calédonie

25En cas de dommages consécutifs à un cyclone, agriculteurs, et éleveurs de Nouvelle-Calédonie peuvent recevoir des secours exceptionnels de la Métropole. Mais ces allocations ne sont versées qu’à une minorité et elles ne représentent qu’une part limitée des dommages estimés. Elles concernent en outre les producteurs qui n’ont pas souscrit d’assurance auprès de la Caisse locale d’Assurances Mutuelles Agricoles, (CAMA), à laquelle adhéraient ces dernières années plus du 1/5 du total des exploitants. La caisse fonctionne depuis 30 ans et n’est pas une véritable mutuelle car ses ressources ordinaires, provenant des cotisations fixées à 5 % de la valeur assurée, ne représentent qu’une fraction réduite des ressources extraordinaires demandées en cas de sinistre au gouvernement local et qui proviennent d’un « Fonds Spécial de Prévoyance » alimenté par une taxe sur les importations du Territoire. Depuis plusieurs années, la Caisse n’assure plus que les dégâts causés par les cyclones et les inondations, estimant que l’intensification fourragère et les progrès de l’hydraulique agricole ont mis les éleveurs à l’abri du risque de la sécheresse, ce qui est loin d’être vrai. Sur déclaration préalable vérifiée (difficilement dans le cas des cultures vivrières autochtones, à l’ordinaire mélangées dans des jardins parfois collectifs) les sociétaires fixent eux-mêmes le montant des biens, cheptel et cultures qu’ils souhaitent assurer. En cas de dommages, l’inventaire est effectué par les Services Ruraux chez les sociétaires des zones déclarées sinistrées par le gouvernement territorial sur avis des Services de la Météorologie et de l’agriculture. L’estimation s’opère en fonction d’un barême tenant compte de la nature et de l’état des cultures et du cheptel.

26Lors du cyclone Alison (mars 1975), un des plus dévastateurs connu alors depuis 30 ans, 1 010 assurés sur 1 150 (pour 2 000 sociétaires) furent déclarés sinistrés. Les dégâts réels dépassaient 294 millions de L. CLP (16.17 millions de F.) (1 Franc CPP = 0,055 P.F.), mais les dégâts indemnisables seulement 112 millions (6.16 millions de F.) par suite de la sous-estimation du risque par les sociétaires. Sur des dommages d’ensemble évalués officiellement à plus d’un milliard de F. CFP (55 millions de F.), l’agriculture, l’élevage et le maraîchage représentaient plus de la moitié. Un peu plus du 1/10 seulement de cette somme fut versée sous forme de secours à 69 producteurs individuels, pour 15 % de leurs dommages. Dans le cas des sociétaires de la CAMA le Conseil de Gouvernement ne débloqua que 60 % de la somme des dégâts indemnisables, en provenance du fonds de prévoyance. Si la Caisse s’élevait contre la distribution de secours aux agriculteurs non assurés, même dans une situation exceptionnelle, le gouvernement territorial entendait moraliser un fonctionnement qui avait permis bien des abus à des producteurs européens peu scrupuleux de l’ouest de la Grande Terre. Plusieurs préféraient en effet l’indemnisation à la récolte de champs trop régulièrement inondés et pourtant délibérément assurés (photo 3).

27Lors du cyclone Gyan (décembre 1981) l’ensemble du territoire fut déclaré zone sinistrée, du fait surtout des dégâts des eaux. La plupart des 1 443 sociétaires ayant souscrit une assurance furent indemnisés pour 240 millions de F. CFP sur 315 assurés (soit plus de 75 %) alors que l’estimation des dégâts avait porté leur montant à 389 millions.

28Ainsi, de 1959 à 1982, la caisse a-t-elle versé (en francs constants, année de référence : 1959) 564 millions de F. CFP (31 millions de F.F.) à ses sociétaires, pour un total de dommages estimés supérieur à un milliard de F. CFP (55,7 millions de F.F.). L’augmentation du nombre des sociétaires, ralentie pendant le boom minier entre 1965 et 1975, a connu depuis une réelle accélération. En 1982, le rapport des sociétaires à la population et la part relative des valeurs assurées, par grands ensembles régionaux, s’établissaient comme suit :

 % Sociétaires CAMA

 % Population Totale (*)

 % des valeurs assurées

Communes Ouest Grande Terre

33

53

58

Communes Est Grandes Terre

59

29

39

Iles Loyauté

8

18

3

100

100

100

* A l'exclusion de la ville de Nouméa

29Or l’analyse chronologique des dommages et des indemnisations à la suite du passage des dépressions et des cyclones depuis 20 ans montre que les assurés de l’est de la Grande Terre, plus nombreux que ceux de l’ouest, ont perçu des indemnisations cumulées inférieures à ces derniers pour des dommages plus élevés. L’inégalité devant le risque souligne ainsi la dualité des activités. Les petits exploitants et les collectivités mélanésiennes, majoritaires à l’est, assurent souvent des valeurs moins élevées que les exploitations européennes de l’ouest qui pratiquent une agriculture et un élevage spéculatifs justifiant un coût plus élevé du risque. La préparation plus grande des exploitants européens contribue à renforcer ce déséquilibre, car à la fréquence plus élevée des affiliations au niveau local correspondent souvent des activités dont la protection est plus coûteuse, sans que puisse être invoquée avec netteté l’incidence d’un risque plus grand sinon d’une vulnérabilité particulière. Il est patent, à travers de multiples exemples locaux qui ont parfois motivé l’intervention répressive des pouvoirs publics, que l’exposition au risque d’inondation (de fréquence moins aléatoire que le cyclone, garantissant même pour certaines terres de vallées une régularité saisonnière) a été délibérément recherchée et entretenue par des sociétaires peu scrupuleux de la partie occidentale de la Grande Terre. Ces fraudes sont naturellement plus difficiles à dépister que les déclarations abusives. Elles justifieraient une délimitation de détail des zones exposées à laquelle pourrait faire pendant une modulation saisonnière des indemnisations. La première, réclamée de longue date par les autorités administratives, n’a jamais été effectuée. La seconde n’a jamais été appliquée de manière rigoureuse et continue. Dans une situation où les meilleures terres sont souvent aussi les plus exposées, où le contexte économique général a, longtemps marginalisé le secteur agro-pastoral et incité une partie des producteurs à préférer le pari météorologique à la poursuite raisonnée d’une productivité accrue, c’est l’ensemble de la prévention qui devrait être repensé à la faveur de la réforme foncière en cours. Cette politique est aujourd’hui amorcée puisque 19 rivières du versant ouest de la Grande Terre (contre 6 seulement sur le versant est) on fait l’objet d’aménagements du Génie Rural destinés à limiter les effets des crues.

Photo 3. Nouvelle-Calédonie, Grande Terre. Pâturages et cultures de la Vallée de la Nera (Côte ouest) inondés lors du cyclone Freda (mars 1981). Cliché Nouvelles, G. Dinet

Photo 4. — Tahiti. Vallée d’orofero. Effets du vent (végétation) et destruction de cultures et de bâtiments (élevage industriel), en implantation risquée, cyclone Veena (avril 1983). Cliché Aéronavale

Les cyclones de 1982-1983 en Polynésie française

30En Polynésie française, la faible fréquence du risque cyclonique, l’absence d’une véritable agriculture de vallées exposées aux crues (malgré des exceptions locales, surtout à Tahiti) n’ont pas justifié la création d’une caisse d’assurances agricole contre les calamités, que la persistance du principe de l’indivision rendrait de surcroit très difficile à administrer. Diverses formes d’aides sont mobilisées et distribuées réglementairement par la puissance publique en cas de sinistre affectant l’agriculture. Les secours dits d’urgence ne s’appliquent en principe qu’aux biens mobiliers. Les aides provenant du fonds de secours aux victimes des sinistres et calamités peuvent s’appliquer à la reconstitution des moyens de production en complément des aides mises en œuvres par le gouvernement du territoire sur ses ressources propres. Les interventions de l’état, identiques dans les territoires considérés, sont sollicitées et relayées par le secrétariat d’état aux DOM-TOM. Sur place, leur application est le fait des services sociaux territoriaux. Lors des cyclones catastrophiques de 1982-83, le gouvernement local a fait face à ses obligations au moyen d’une taxe exceptionnelle sur les importations, d’importants emprunts bancaires (assimilables à une aide indirecte de l’état métropolitain en raison des conditions consenties), de prélèvements sur son budget, qui se sont ajoutés aux aides et secours du gouvernement central. L’effort de réhabilitation a été coordonné par une Agence Territoriale de la Reconstruction (ATR) créée pour la circonstance. Les dommages directs à l’agriculture (540 à 560 millions de F.CFP) ont représenté le dixième environ du total des dommages estimés. Cette évaluation, qui ne comprend pas les dégâts subis par les cocoteraies, est proche de la valeur cumulée des indemnisations versées par la CAMA en Nouvelle-Calédonie sur 22 ans, en francs constants. Ceci souligne le caractère exceptionnel des atteintes, les plus graves depuis celles du début du siècle. Hormis les cocoteraies et les forêts, les cultures vivrières, les élevages avicoles et porcins, l’horticulture florale ont subi les dommages les plus élevés (photo 4). Plus des 9/10e des aides allouées par l’ATR l’ont été aux îles de la Société où se trouvaient 83 % des agriculteurs et éleveurs indemnisés. Plus de 80 % de ces aides sont en fait allées à moins de 40 % des indemnisés dans les seules îles de Tahiti et Mooréa du fait de la spécialisation horticole et de la présence des élevages industriels. Marquises et Australes n’ont été que peu touchées. Aucune aide n’a été allouée aux Australes. Les atolls des Tuamotu au contraire furent sévèrement éprouvés, mais pour 7 % de la population, 6 % des agriculteurs indemnisés n’y perçurent que 3 % de l’aide. Or les Tuamotu fournissaient près de 60 % du coprah, production agricole commerciale largement subventionnée qui reste la première du Territoire. Mais s’il est vrai que dans plus de la moitié des atolls touchés les pertes constatées ont pu dépasser 50 % des arbres, il est difficile de faire la part exacte de ce qui fut une sélection salutaire dans des plantations indécises (à 10 000 ha près), vieillies (50 % d’arbres de plus de 75 ans, 80 % de plus de 50 ans), négligées, malades (photo 5). La récolte irrégulière reflétait ces dernières années encore une desserte approximative, les fluctuations du cours et l’attrait d’autres opportunités (CEP, perliculture) malgré le soutien consenti aux producteurs. Le régime foncier, en contradiction avec le principe des plantations pérennes, et la déprise humaine sur les atolls rendent compte, de manière plus générale, de la vulnérabilité consécutive à cette mauvaise gestion et à l’état d’impréparation des archipels dans leur ensemble à un risque de faible fréquence. Celle-ci a joué, de façon moins uniforme mais souvent spectaculaire dans les îles hautes, notamment à Tahiti dans les vallées où l’implantation imprudente de cultures spécialisées et d’élevages leur a souvent été fatale en dépit de l’existence de quelques aménagements préventifs dans la partie aval des cours d’eau principaux. Dans le cas de la cocoteraie des Tuamotu, l’action de l’ATR a consisté à amplifier un programme de régénération antérieur aux cyclones. Ce programme, portant sur 5 000 ha, doit permettre aux producteurs rétribués pour la plantation des arbres, de traverser moins difficilement la période creuse consécutive aux dommages. L’aide allouée à ce titre en 1983 et 1984 a dépassé 120 millions de F.CFP. Or, dès la fin de 1984, la reprise de la production après une baisse de plus de 60 % par rapport à 1982, quoique servie par la hausse du cours du coprah, confirmait malgré les pertes subies la sous-exploitation de la cocoteraie avant les cyclones. Il est malheureusement probable que le coup de fouet donné dans les atolls, et par la calamité et par la réhabilitation consécutive, à une spéculation qui les a rendus depuis longtemps tributaires de vivres importés n’aura guère d’effets durables, à l’image du feu de paille produit dans l’économie de l’ensemble du territoire par l’injection massive des crédits de la reconstruction.

Photo 5. — Atoll d’Ahe, Tuamotu. Effets de la marée de tempête du cyclone Orama (février 1983) sur la cocoteraie. Cliché Aéronavale

Les cyclones de 1964-1965-1966 à Wallis et Futuna

31Moins spectaculaire à Wallis et Futuna, l’amplification du coût du risque par sa rareté, l’absence de prévention qui en découle, n’en restent pas moins préoccupants si l’on considère les effets indirects de l’assistance au coup par coup. Depuis le siècle dernier, le recours palliatif aux distributions de vivres a pratiquement été l’unique réponse des autorités en cas de dommages. Il s’en est suivi l’abandon des stratégies traditionnelles de prévention qui s’assimilent plutôt au sauvetage : l’abattage, à l’approche du cyclone, de l’appareil végétatif des plantes pouvant rejeter rapidement (bananier, manioc) par exemple.

32Les cyclones de 1964, 1965 et 1966 ont parachevé le déclin des cocoteraies d’Uvea attaquées par les parasites et délaissées par suite de l’attraction croissante de la Nouvelle-Calédonie. Le coprah n’étant plus préparé, les cocoteraies négligées sont devenues plus vulnérables. Dans des îles exclusivement rurales, où la pêche reste mineure, l’importance de la répercussion des pertes sur les disponibilités alimentaires est frappante. La place conservée à Futuna par le fruit à pain, dont la grande récolte va de décembre à février, rend cette île plus sensible aux pertes occasionnées par les cyclones. Après celui de novembre 1964, elles sont estimées à 60 % de la ration alimentaire pour la durée de la grande saison, 15 % de celle de la petite (août). Les pertes des bananiers diffèrent de six mois la récolte suivante, soustrayant 20 % de la ration. L’appoint de vivres importées (riz, farine, sucre) va s’avérer nécessaire pendant six mois à partir de janvier, après la consommation des tubercules et racines restés en terre. Cette situation, à laquelle une aide gouvernementale métropolitaine rapidement mobilisée à concurrence de 80 % des besoins exprimés (dont les 2/3 aux besoins alimentaires) aurait dû permettre de faire face, est remise en question dès février 1965 par un nouveau cyclone. Le déficit précédent est aggravé, rendant nécessaires les distributions de vivres (2 Kg de riz, 1 Kg de farine, 0,5 Kg de sucre par personne deux fois par mois) jusqu’à la fin de l’année. L’ouverture de chantiers publics (routes) sera destinée à compenser le manque à gagner sur ce qui subsiste alors de la production du coprah. La reconstitution rapide des plantations de tubercules est encouragée par les autorités de l’église, toute puissante ici, mais aucune aide directe à la réhabilitation proprement dite de l’agriculture n’est mise en œuvre.

Fig. 1 a. — Estimation du déficit alimentaire causé par le cyclone de 1966 à Wallis (Uvea). Importance relative des éléments de la ration alimentaire au cours d’une année normale

Sources : Service de l'Agriculture de WALLIS et FUTUNA
Fig. 1 b. — Situation après le cyclone des 29-30 janvier 1966 (en tenant compte d’une utilisation normale des cultures en cours)

33L’année suivante, un nouveau cyclone touche les deux îles en janvier. Les dommages des deux années précédentes sont souvent confirmés par le vent, les embruns et une marée de tempête de 1,5 à 3 m suivant les secteurs de la côte. L’orientation des pentes a modulé à Futuna des dommages aux cultures sèches plus importants qu’à Uvéa. En revanche, les tarodières irriguées, bien abritées à l’arrière du littoral n’ont guère souffert, les pluies ayant été peu intenses, alors que celles d’Uvéa ont souvent été atteintes par la mer. Cette fois, les autorités coutumières participent activement à l’estimation des dommages. Elles dirigent la remise en état des arbres nourriciers abattus pouvant être redressés. Les pertes de racines et tubercules ont été limitées, compensant celles des arbres à pain, à l’exception des ignames. Malgré leur sous-utilisation déjà acquise, creusant le déficit dû aux cyclones des deux années précédentes, les cocoteraies pourront satisfaire à l’autoconsommation. Les besoins alimentaires de complément et les chantiers publics de compensation du coprah représenteront le tiers du coût final des dégâts (33 millions de F. CFP). Le déficit alimentaire (70 % dans les trois mois suivant le cyclone, 35 % ensuite à Uvéa, 30 % à Futuna) allait nécessiter des distributions de vivres pendant sept et trois mois dans ces deux îles respectives (fig. 1). Bien que la dotation gouvernementale n’ait pas permis cette fois-ci, l’exécution intégrale de ce programme, le petit territoire allait à nouveau s'endormir à l’orée d’une décennie sans cyclones, avec les seules assurances de la solidarité nationale et de la générosité de sa nature.

34Nuancée dans les TOM du Pacifique par des conditions socio-économiques produites autant par le statut que par le milieu et l’histoire, la faible fréquence du risque y fait des cyclones les alliés objectifs de l’assistance.

35Celle-ci s’exerce au détriment du dynamisme d’activités agricoles dont la vulnérabilité résulte cependant plus de la logique des lois du marché que d’un handicap climatique mal pris en compte, sinon sous la forme hasardeuse du pari.

Bibliographie

bibliographie

Arnell (N.), 1983. — Insurance and natural hazards, Department of Geography, University of Southampton. Discussion paper no 23, 35 p.

Burton (I.), Kates (R. W.), White (G. F.), 1978. — The environment as hazard, OUP, New-York. 240 p.

Campbell (J. R.) 1984. — Dealing with disaster, hurricane response in Fiji, PIDP, East West Center, Honolulu, 209 p.

Dupon (J. F.), 1984. — Where the exception confirms the rule : the cyclones of 1982-1983 in French Polynesia, Disasters, 8.1 : 34-47.

Dupon (J. F.), 1985. — Préparation aux désastres et expérience des désastres en NouvelleCalédonie, PIDP, East West Center, Honolulu, 76 p.

Dupon (J. F.), 1985. — Disaster preparedeness and disaster experience in French Polynesia, PIDP, East West Center, Honolulu, 85 p.

Dupon (J. F.), 1985. — Préparation aux désastres et expérience des désastres à Wallis et Futuna, PIDP, East West Center, Honolulu, 67 p.

Franco (A.B.), Hamnett (M. P.), Makasiale (J.) et al., 1982. — Disaster preparedness and disaster experience in the South Pacific, PIDP, East West Center, Honolulu, 380 p.

Simpson (R. H.), Riehl (H.), 1981. — The hurricane and its impact, Basil Blackwell. Oxford, 398 p.

Auteur

Géographe ORSTOM, B.P. 529, Papeete, Tahiti.

© IRD Éditions, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search