Version classiqueVersion mobile

Le risque en agriculture

 | 
Michel Eldin
, 
Pierre Milleville

Avant-propos/Foreword

M. Eldin et P. Milleville
Traduction de Y. Cavallazzi

Texte intégral

1La réalisation de cet ouvrage est née de l’initiative d’un groupe de chercheurs de l’ORSTOM, appartenant à des disciplines très variées, et directement concernés par les processus d’élaboration de la production agricole, l’activité des agriculteurs et les conditions dans lesquelles elle s’exerce. À l’origine de ce projet, une constatation : l’idée de risque est permanente, mais demeure largement implicite dans la plupart des travaux portant sur la production agricole, même si certains domaines spécialisés de la recherche agronomique trouvent leur fondement dans l’existence et la manifestation des risques en agriculture. Or les notions d’aléa, d’incertitude, d’insécurité, de danger, ne peuvent qu’imprégner tout discours sur l’agriculture, tant elles s’imposent aux acteurs. Et si de fait peu de recherches portent spécifiquement sur le risque en agriculture, nombreux sont les chercheurs qui, travaillant sur l’explication des faits agricoles, se sentent concernés par un tel sujet. Thème transversal de nombreuses disciplines, il apparaissait que la confrontation des points de vue et des préoccupations à son propos pouvait être riche d’enseignements et susceptible d’aider à mieux poser les questions, voire à mieux cerner les voies tendant à une sécurité accrue en agriculture.

2Il était somme toute naturel que l’initiative de l’élaboration d’un tel ouvrage soit prise par un organisme de recherche comme l’ORSTOM, où de nombreuses disciplines s’intéressent aux faits agricoles dans leurs dimensions biophysiques, techniques, spatiales, économiques, sociales... et dans des contextes extrêmement variés. À ce propos on notera que si la plupart des cas évoqués ici concernent le monde intertropical, la diversité des situations ne peut que confirmer le caractère d’universalité du sujet abordé. Des milieux chauds et arides aux régions tropicales humides et aux zones d’altitude, des modes d’exploitation extensifs aux systèmes fondés sur une artificialisation poussée du milieu, des agricultures d’autosubsistance à celles qui se trouvent profondément insérées dans des économies de marché, le risque s’impose comme une constante, même s’il s’exprime avec plus ou moins de force et résulte de l’impact de phénomènes multiples et plus ou moins spécifiques des différentes situations concernées.

3Cet ouvrage n’a pas l’ambition de constituer un traité, ni d’être un manuel. Il ne prétend à aucune espèce d’exhaustivité, et n’a d’autre but que de parcourir un vaste champ thématique en s’appuyant sur la diversité des aspects du risque pris en considération, celle des regards portés, celle des situations et des exemples retenus. Une cinquantaine d’auteurs relevant d’une bonne dizaine de disciplines et d’institutions variées (ORSTOM, CNRS, INRA, CIRAD, Universités, INA-PG) ont collaboré à ce travail, et des sensibilités diverses s’y manifestent. On constatera par ailleurs que certaines contributions abordent les problèmes sur un plan résolument théorique ou général, alors que d’autres argumentent leur propos à partir de cas concrets bien spécifiés. Il fallait toutefois éviter qu’une telle diversité, recherchée pour rendre compte du caractère multiforme du risque en agriculture, ne se transforme en un ensemble par trop hétéroclite.

4Au vu du contenu des propositions de participation reçues lors de la phase initiale de ce projet, il était apparu utile de soumettre à l’ensemble des auteurs quelques réflexions destinées à circonscrire le thème et à l’organiser autour de quelques lignes de force, étant bien entendu qu’une grande liberté devait être laissée à chacun, tant sur le fond que sur la forme. Le terme de risque lui-même demandait tout d’abord à être précisé. Certaines réponses insistaient sur l’effet de facteurs jouant en tant que contraintes et renvoyant à l’idée d’une certaine permanence. La notion de risque, quant à elle, introduit celle d’incertitude, liée au caractère aléatoire d’un phénomène, ou à la connaissance imparfaite que Ton en a. Distinguer risque et contrainte amène à s’interroger sur l’occurrence du phénomène en cause et sur le degré d’incertitude qui lui est lié. On notera par ailleurs que les analyses portant sur le risque peuvent privilégier soit les causes, soit les effets, du ou des phénomènes en jeu.

5Un deuxième point méritait d’être souligné : le risque ne peut être isolé de son « terrain », c’est-à-dire du contexte biophysique et socio-économique qui va en moduler la manifestation. Il existe à l’évidence des situations plus sensibles que d’autres, lorsque le risque se trouve amplifié par le poids de certaines contraintes, traduisant alors la conjugaison de l’aléatoire et du non-aléatoire. Cette liaison interactive entre le risque et son terrain introduit les idées de régulation, de stabilité, de seuil de rupture, et invite aussi à une approche systémique du problème.

6Si l’on se réfère à présent à l’activité agricole proprement dite, il apparaît difficile de rendre compte du risque sans s’intéresser à la perception de ceux qui y sont confrontés, en premier lieu bien sûr les agriculteurs. L’attitude adoptée vis-à-vis du risque, les décisions qui sont prises, résultent de cette perception et en retour l’éclairent. On notera d’ailleurs que les pratiques des acteurs, qui concernent des domaines et des niveaux variés d’intervention, peuvent être envisagées soit comme réponses au risque, soit comme facteurs l’aggravant, soit encore comme sources éventuelles de nouveaux risques. Dans le premier cas on peut distinguer de manière plus ou moins tranchée les réponses stratégiques et tactiques, les pratiques préventives et curatives, les comportements d’évitement et de contournement. Toujours dans cet ordre d’idée, il convient d’accorder une attention particulière aux effets du changement technique, et notamment à l’impact des interventions extérieures.

7Enfin les niveaux national et international ne peuvent être ignorés, et ceci pour une double raison : d’abord à cause des conséquences plus ou moins directes des politiques agricoles sur le niveau local, ensuite parce que celles-ci se trouvent, à l’échelle même des États, confrontées au problème du risque, et dans des termes finalement très proches de ceux qui viennent d’être évoqués à propos des pratiques des agriculteurs.

8Partant de ces éléments de réflexion, l’ouvrage a été structuré en quatre chapitres. Dans le premier ont été rassemblés dix contributions traitant de principes méthodologiques utilisés dans l’analyse du risque, ou du caractère spécifique des risques liés à la manifestation de phénomènes particuliers. Le deuxième chapitre regroupe quinze articles centrés sur l’activité agricole : perception du risque par les acteurs, réponses tactiques et stratégiques adoptées face à l’aléa et à l’incertitude, modulation des effets en fonction de l’environnement, amplification des risques ou apparition de nouveaux risques sous l’impact des pratiques des agriculteurs ou de l’évolution du contexte. Dix contributions sont consacrées, dans le troisième chapitre, au problème du risque en rapport avec le changement technique, compte-tenu des transformations qu’il induit dans les systèmes agricoles et les conditions de milieu. On s’y interroge sur la façon dont s’initient, se mettent en place et sont appropriés les changements techniques en milieu rural et quelle est la part faite à la maîtrise des risques. Un dernier chapitre, constitué de trois articles seulement, élargit le cadre de l’analyse en mettant en perspective l’activité agricole dans l’environnement global, économique et politique, qui la détermine ou la conditionne largement.

9Ces chapitres sont loin d’être étanches. En effet, de nombreux exposés abordent plusieurs de ces grands thèmes, et c’est alors en fonction du sujet principalement traité que chaque article a été rattaché à tel chapitre plutôt qu’à tel autre.

10Chaque article peut bien entendu être lu indépendamment des autres. Cependant, pour une lecture plus organisée, on pourra se référer à l’article introductif qui précède chacun des quatre chapitres. On aura ainsi une vue d’ensemble des sujets abordés, des thèmes privilégiés, des thèses soutenues et des exemples choisis. Cet agencement des différentes contributions permet aussi d’éclairer certains aspects de manière diversifiée, de nuancer les propositions, voire de soumettre au lecteur des conclusions et interprétations parfois contradictoires.

11Le lecteur trouvera en postface un texte de Michel Sebillotte, Professeur d’agronomie générale à l’Institut National Agronomique de Paris-Grignon, qui élargit et en même temps relativise les conclusions des articles de l’ouvrage en rappelant l’énorme part de la subjectivité dans l’analyse du risque. Cette dernière dépend en effet de la façon dont les manifestations du risque sont perçues et de la projection qui en est faite pour décider dans le futur. L’auteur fait remarquer que les critères d’analyse du risque et de prise de décision par les agriculteurs ne s’établissent pas de façon intrinsèque mais principalement par référence aux objectifs de production qu’ils se sont eux-mêmes fixés et qui de surcroît varient généralement dans le temps.

12En conclusion de cette postface, Michel Sebiollotte propose une grille d’analyse du risque qui a, nous semble-t-il, le mérite de traduire un réel effort de prise en compte de cette subjectivité des acteurs, et aussi de prêter une attention particulière à la nature et à l’évolution des relations qui s’établissent entre les systèmes soumis au risque et leur environnement au sens large : physique, économique, social et humain. « Le risque résulte de la possibilité d’un changement de l’environnement ou de notre relation à lui, qui rend inadéquates les stratégies et les tactiques mises en œuvre pour atteindre nos objectifs voire même qui met hors de notre portée ces objectifs ». Finalement, « l’approche du risque sera toujours nouvelle puisqu’elle résulte de notre présence et de nos activités futures, comme de la présence des autres et de leurs propres activités... ».

13La richesse et la complexité du thème rendent cet essai inévitablement très incomplet et fragmentaire. Dans la réflexion sur le risque en agriculture, il ne constitue qu’une étape, mais il aura atteint son but s’il suscite un certain renouvellement des recherches sur ce sujet, en même temps qu’une plus grande attention accordée aux objectifs de sécurisation dans les programmes de développement agricole.

14The achievement of this work is due to the initiative of a group of ORSTOM researchers who belong to various disciplines and are directly concerned by the agricultural production, the farmers’ activity and their working conditions. A fact must be pointed out : the notion of risk is permanent but it remains largely implicit in most Works about the agricultural production even though some specialized fields of the agronomic research are based on the existence and the occurrence of risks in agriculture. However, the notions of risk and uncertainty are necessarily present in any discourse on agriculture since they are of prime importance for those concerned by risks. Although few researches deal specifically with the agricultural risk, there are numerous researchers who try to clarify the agricultural facts and therefore feel concerned by it. Since it is a theme concerning numerous disciplines, it seemed that the comparison between the different points of view and concerns about it could be highly valuable and likely to contribute to better define problems and even to better find the solutions tending towards an improved security in agriculture.

15It was altogether natural that such a work should be achieved on the initiative of a research institution such as ORSTOM where numerous disciplines are concerned with agriculture under highly diversified situations and from biophysical, technical, spatial, economic and social points of view. In connection with this, it will be pointed ou that if most of the situations mentioned deal with the intertropical area, the various situations confirm the universality of the subject under study. The risk is constant from the warm and arid zones to the humid tropical zones and the high zones, from the extensive farming, to Systems based on a thorough modification of the environment, from the self-sufficient agricultural Systems to those deeply involved in market economies. However, it is more or less considerable and results from the impact of various phenomena more or less specific to the different situations under study.

16This work does not intend to be a treatise or a handbook. It does not claim to be exhaustive and it aims only at examining various themes by relying on the diversified aspects of the risk under consideration, the various observations made, the various situations and examples selected. Some fifty authors belonging to about ten various disciplines and institutions (ORSTOM, CNRS, INRA, CIRAD, Universities, INA-PG) have contributed to this work and they put forward different approaches. Moreover, it will be pointed out that some contributions deal with problems from a theoretical or general point of view, while others give contributions based on well defined concrete cases. However, such a diversity intended to account for the many-sided aspect of the agricultural risk should not become far too heteroclite.

17Given the proposed contributions received in the course of the initial phase of the project, it seemed useful to make to all the authors some suggestions intended to limit the subject to a few major principles. But it should be clearly understood that each author ought to be left with much freedom in the form and the substance. The term of risk required to be defined more accurately. Some answers laid stress on the effect of factors acting as constraints and referring to a certain permanence. The notion of risk leads to that of uncertainty linked to the randomness of a phenomenon or to the incomplete knowledge of it. The fact of distinguishing between risk and constraint leads to wonder about the occurrence of the phenomenon involved and its related uncertainty. Moreover, it will be pointed out that the analyses about risks can give priority either to the causes or to the effects of the phenomena involved.

18A second point had to be emphasized : the risk cannot be isolated from its « background », that is to say from its biophysical and socio-economic background. There are, obviously, situations which are more complex than others, when the risk is increased by some constraints, thus resulting in the combination of randomness and non randomness. The interactive relation between the risk and its background leads to the notions of regulation, stability, scission and it also leads to a systemic approach of the problem.

19If one refers now to the agricultural activity proper, it seems hard to account for the risk without considering those who are faced with it and first of all farmers. Their behaviour towards the risk and the decisions made allow to clarify it. Moreover, it will be pointed out that the activities performed by those concerned by risk in various fields and at different levels can be considered either as answer to the risk, or as factors increasing it or even as possible sources of new risks. In the first case, it is possible to distinguish more or less distinctly the strategic and tactical answers, the preventive and curative methods and the avoidance behaviours. In this connection, it is advisable to give specific attention to the effects of the technical changes and mainly to the impact of outside interventions.

20Finally, the national and international levels cannot be ignored for two reasons : first because of the more or less direct consequences of the agricultural policies on a local level and then because the latter are faced with the risk in the States themselves and under conditions very close to those which have just been mentioned concerning the farmers’ activities.

21On the basis of these elements, the work has been divided into four chapters. The first one contained ten contributions about the methodological principles used in the analysis of risk or of the specificity of risks linked to the occurrence of particular phenomena. The second chapter gathers fifteen papers devoted to the agricultural activity : risks viewed by those concerned, tactical and strategic answers given to the risk and the uncertainty, modification of the effects as related to the environment, intensification of risks or emergence of new risks under the influence of the farmers’ activities or of the evolution of the situation. In the third chapter, ten contributions are devoted to the risk in relation to technical changes and given the transformations induced by it in the agricultural Systems and in the environmental conditions. One wonders about how technical changes are introduced and set up in the rural zone, whether they are adequate and what is the place given to the risk control. A last chapter including only three papers extends the scope of the analysis by placing the agricultural activity within the framework of the general economic and political environment which defines it or largely depends on it.

22These chapters are far from being closed. In fact, numerous papers deal with several of these great themes and each paper has been put into a chapter rather than another in relation to the main subject studied.

23Each paper can obviously be read independently of the others. However, in order to read in a more rational way, it will be possible to refer to the introduction of each of the four chapters. Thus, one will get a general outline of the subjects studied, of the themes selected, of the theses supported and of the examples selected. This combination of the different contributions also allows to clarify some aspects in a diversified way, to vary the proposals and even to suggest to the reader some conclusions and interpretations which can seem sometimes to be contradictory.

24In the postface, the reader will find a text written by Michel Sebillotte, a professor of agronomy at the National Agronomic Institute of Paris-Grignon which adds to the conclusions of the papers and at the same time gives them a relative value by recalling the strong influence of subjectivity in the analysis of risk. The latter depends on how risk is perceived and on how it is projected in the future. The author points out that the criteria for the analysis of risk and for the decisions made by farmers are not determined intrinsically but mainly by referring to the objectives of production which have been set by them and which, moreover, vary generally in space.

25As a conclusion to this postface, Michel Sebillotte suggests to use a methodological model for the analysis of risk which shows that an attempt is made to take account of the subjectivity displayed by farmers and that particular attention is paid to the nature and evolution of relations which are created between the Systems subjected to the risk and their physical, economic, social and human environment. « The risk results from a possible change in the environment or in our relations with it which makes inadequate the strategies and tactics developed in order to reach our objectives and even which puts these objectives out of reach ». Finally, the approach to risk will always be new since it results from our presence and future activities as from the presence of others and their own activities ».

26This theme is rich and complex, which makes therefore this essay very incomplete and fragmentary. Concerning the reflections made on the risk in agriculture, it is only a phase, but it will have achieved its end if it leads to other researches on the same subject as well as to give a greater attention to the objectives of security in the agricultural development programmes.

Auteurs

Y. Cavallazzi (Traducteur)

© IRD Éditions, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search