Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans sereer

 | 
André Lericollais

Quatrième partie. Des systèmes de production diversifiés et ouverts

Conclusion de la quatrième partie

Texte intégral

1L’analyse des économies familiales chez les paysans du Sine met en évidence le rôle des femmes dans la gestion des ressources et l’accomplissement des tâches domestiques. Elles sont associées aux travaux de production - plus que dans les autres sociétés rurales du Sénégal-, très jeunes elles empruntent les chemins des migrations et, finalement elles assument la gestion des cuisines en supportant elles-mêmes une part souvent considérable des dépenses.

2En situation de crise alimentaire, les comportements se modifient afin d’assurer la « survie ». Des réserves vivrières sont conservées pour la période des travaux d’hivernage. Le troupeau bovin et les animaux de trait sont préservés coûte que coûte tandis que les petits ruminants servent de volant de sécurité. La dispersion des actifs pendant la saison sèche afin de diminuer le nombre de bouches à nourrir et le recours aux migrants établis en ville ou sur les Terres neuves font partie des stratégies de survie mises en oeuvre. L’organisation des cérémonies de funérailles, des baptêmes et des mariages, induisant des dépenses importantes, est différée. Il en va de même du paiement des dots et du remboursement des dettes.

3Les transactions qui ont lieu sur les marchés ruraux portent la marque des fluctuations de la production. Le commerce des produits agricoles et du bétail y connaît donc de fortes variations saisonnières et inter-annuelles. Mais quelle que soit l’intensité des échanges, ces marchés sont toujours très fréquentés.

4Les échanges entre les paysans du Sine et ceux des Terres neuves apparaissent très déséquilibrés au profit du vieux pays. Les navétanes rentrent après l’hivernage avec un pécule important. Les paysans des Terres neuves trouvent des épouses dans leurs villages d’origine et paient des compensations matrimoniales au prix fort. Ils participent, à la hauteur de leurs moyens, aux fêtes rituelles notamment aux funérailles. Ils se doivent d’aider les parents dans le besoin. Tous ces transferts se décryptent en termes de rapports statutaires et de solidarités lignagères. Paradoxalement, les gros producteurs des Terres neuves ne manifestent aucun signe extérieur de richesse au niveau du vêtement, de l’habitat ou de la vie domestique. Le seul véritable indicateur de leur enrichissement et de leur prospérité est la taille du troupeau bovin fraîchement acquis. En cela, ils demeurent tout à fait sereer. Mais les projets des Sereer du Sine, comme ceux de leurs parents des Terres neuves, s’orientent de plus en plus vers d’autres activités et d’autres lieux, principalement vers le commerce et les emplois en ville.

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540