Version classiqueVersion mobile

Paysans sereer

 | 
André Lericollais

Quatrième partie. Des systèmes de production diversifiés et ouverts

Des systèmes de production diversifiés et ouverts

Texte intégral

1L’analyse de la situation économique dans le Sine se situe d’abord au niveau des économies domestiques. Elle se fonde sur les bilans des exploitations agricoles et sur un échantillon de budgets familiaux. Elle est complétée par un suivi des marchés ruraux où s’effectue une grande partie des transactions, mais le cadre d’analyse ne se limite pas aux unités de production dont la hiérarchie n’est ni nette, ni stable. Elle prend aussi en compte les catégories d’actifs et s’intéresse à tous les acteurs et à tous les niveaux d’organisation pour mesurer les différences de ressources, de charges et d’attributions. La question sous-jacente est celle du modèle économique sereer. L’organisation sociale sereer préservée dans le Sine et les réseaux de solidarité qui fonctionnent sous la tutelle des anciens impliquent-ils un réel égalitarisme économique ?

2L’économie de survie a sévi pendant et après les sécheresses successives de 1983 et 1984. Comment ont alors été gérées les réserves alimentaires, comment s’exprimaient les solidarités au sein des groupes résidents et comment s’organisait le recours aux migrants dans cette situation de crise alimentaire ?

3Les échanges ont été véritablement restructurés à la suite des changements de politique agricole. Après les années de l’indépendance, les organismes d’Etat avaient pris le relais du commerce de traite organisé autour de la récolte de l’arachide. Avec la libération de la filière arachidière au début des années quatre-vingt, les marchés ruraux hebdomadaires ont connu un essor spectaculaire. Sont-ils pour autant devenus le lieu d’une réelle intensification des échanges capable de stimuler l’activité agricole ?

4Les contrastes entre les niveaux de production des terroirs du Sine et ceux des exploitations de Terres neuves ont été mis en évidence. Mais ces deux espaces agricoles ne peuvent pas être considérés isolément. Ce serait méconnaître la permanence des relations sociales et des échanges économiques qui se maintiennent à distance. Les flux qui en résultent sont analysés en se référant aux spécificités de la société sereer.

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search