Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans sereer

 | 
André Lericollais

Troisième partie. Les Sereer des Terres neuves

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1L’implantation seulement diffuse de Sereer sur le front pionnier des Terres neuves a conduit immanquablement à la « wolofisation » et à l’islamisation des migrants (Pélissier, 1966). Ce processus d’acculturation n’est freiné qu’à la faveur de quelques migrations plus massives.

2Dans le cas des migrations organisées par l’administration coloniale il y a 50 ans à Boulel et dans celui du Projet Terres neuves de Koumpentoum soutenu par la Banque mondiale dans les années soixante-dix, de véritables enclaves sereer regroupant plusieurs villages furent constituées d’autorité. Dans ces nouveaux noyaux de peuplement, il est probable que la personnalité sereer sera maintenue.

3Les systèmes agricoles n’ont pas reproduit à l'identique ceux du Sine. L’arachide occupe une place relativement plus importante. Les rendements des céréales et des légumineuses sont plus élevés, sans avoir recours de façon systématique aux techniques de fertilisation en usage dans le Sine.

4Cependant les colons sereer des Terres neuves se sont affranchis très rapidement des directives imposées par l’encadrement, en abandonnant certaines cultures et certaines techniques préconisées. Ensuite, certaines exploitations ont constitué d’importants troupeaux bovins dès qu’elles ont pu épargner.

5La cohésion sociale n’apparaît pas aussi évidente à première vue que dans les villages du Sine où personne ne peut se soustraire à l’autorité des anciens et aux devoirs de solidarité dans le contexte de grande pauvreté qui sévit. Le bilan des exploitations des Terres neuves en termes de structure, de taille et de performance révèle des réussites spectaculaires avec des marges de manœuvre réelles, mais aussi des échecs qui conduisent à la faillite.

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540