Version classiqueVersion mobile

Paysans sereer

 | 
André Lericollais

Troisième partie. Les Sereer des Terres neuves

L’élevage

Johann Huguenin et Jean-Paul Dubois

Texte intégral

1Avant l’arrivée des Sereer, l’élevage occupait déjà une place importante, dans une région très faiblement peuplée où l’élément peul était dominant dans la population. Il est même vraisemblable qu’autrefois, avant la diffusion du matériel de culture attelée et l’extension des surfaces en arachide, des troupeaux étaient bien plus importants qu’actuellement. Certains vieux chefs peuls et toucouleurs l’affirment. Dans la conception du Projet Terres neuves, il n’était fait aucune place à l’élevage, alors que l’on connaît bien l’importance du bétail, et particulièrement des bovins, dans le système agraire et dans la vie sociale sereer. Dépourvus de bétail à l’origine (en dehors des bœufs de travail fournis à crédit par la STN), les Sereer ont pourtant très rapidement acquis des animaux, et certains sont devenus d’importants éleveurs de bovins. Les achats se sont faits d’abord auprès des Peuls du voisinage, maintenant l’essentiel des transactions a lieu sur le marché hebdomadaire de Méréto, fréquenté également par des acheteurs professionnels.

2L’organisation sociale de l’élevage chez les Sereer des Terres neuves relève plus du modèle local que d’un modèle importé du Sine. Les troupeaux ont été constitués sur place : les animaux du Sine ne sont jamais emmenés dans les Terres neuves (ils le sont parfois du Saloum). De ce fait, les règles de transmission matrilinéaire ne sont plus respectées, et les aspects rituels (sacrifices lors des funérailles) disparaissent, alors qu’ils gardent toute leur importance dans le Sine. La commercialisation du bétail est certainement plus active, le centre de décision étant au niveau du ménage et non plus des anciens du lignage maternel.

3Le dénombrement général des exploitations agricoles de la zone des Terres neuves effectué en 1987 permet de préciser l’importance de l’élevage. Sur 1 845 exploitations, 818 ont des bovins, soit 44 %, pour un cheptel total de 9 700 têtes, soit une moyenne de 12 têtes par exploitation ayant des bovins. Elle est de 10,7 pour les Sereer, avec 52 % du cheptel total, et 14 pour les autres ethnies (tabl. i). Pour les deux ethnies les mieux pourvues, Peul Niani et Toucouleur, le ratio est d’environ une tête de bovin par habitant, contre 0,6 chez les Sereer.

4Selon l’importance du cheptel possédé, les troupeaux supérieurs à 50 têtes représentent chez les Sereer 18 % du total des bovins, pour 2 % des exploitations, et dans les autres ethnies respectivement 33 % et 6 % (fig. 1). Il apparaît donc de fortes disparités dans la répartition des animaux.

Tableau I. Cheptel bovin selon l’ethnie.

Tableau I. Cheptel bovin selon l’ethnie.

Figure 1. Distribution des exploitations selon l’importance du cheptel bovin.

PLACE ET RÔLE DE L’ÉLEVAGE DANS LES EXPLOITATIONS

  • 1 Les informations utilisées proviennent d’une enquête auprès d’un échantillon de 55 exploitations ( (...)

5Moyen privilégié d’accumulation des surplus monétaires, l’achat d’animaux a permis la constitution de troupeaux de bovins et de petits ruminants (ovins et caprins) qui occupent une place importante dans les systèmes de production sereer1. Les petits ruminants se rencontrent dans près de trois exploitations sur quatre et les bovins dans une sur deux. Le cheptel de trait a lui aussi conforté sa présence, et plus particulièrement l’espèce équine utilisée dans 75 % des carrés, contre 50 à 60 % pour les bovins de travail : outre son usage en culture attelée, le cheval est par excellence l’animal des travaux domestiques (puisage de l’eau, transports et déplacements par charrette).

6Afin de mieux saisir la place de l’élevage dans les systèmes de production, les 55 exploitations d’un échantillon sont classées en cinq catégories qui se différencient par la taille et le niveau de production agricole. Cette typologie révèle davantage des stades d’évolution que des systèmes de production différents. Dans chacun des types ainsi définis (tabl. ii), sont observés la capacité de reproduction du système, le mode de fonctionnement et surtout la place et l’usage des cheptels.

Tableau II. Typologie des 55 exploitations en 1988.

Tableau II. Typologie des 55 exploitations en 1988.

Les types d’exploitation

Type i : exploitations agricoles « en faillite »

7L’appareil de production est très faible. La plupart de ces exploitations n’ont jamais réussi à « décoller », elles sont fortement dépendantes, leur endettement est important et elles doivent souvent recourir à l’emprunt ou à la location d’attelages pour cultiver. Elles n’utilisent généralement pas plus d’un attelage par campagne agricole. Le cheptel bovin est absent ; quant aux petits ruminants, la plupart sont en confiage.

Type ii : exploitations agricoles à la recherche d’un équilibre

8La sauvegarde du système de production reste, ou est devenue, fragile. Les moyens de production sont modestes ; ces exploitations cultivent avec un ou deux attelages, surtout en traction équine. Il faut toutefois dissocier deux sous-groupes :

  • les exploitations qui sont en perte de vitesse (la majorité) et dont les moyens de production, comme le nombre d’attelages et le nombre d’actifs, diminuent. Elles rencontrent de plus en plus de difficultés à se maintenir d’une année à l’autre.
  • celles qui connaissent une période de consolidation. Elles produisent plus d’arachide et elles tentent de sécuriser leur système de production en investissant dans le cheptel bovin.

Type iii : exploitations agricoles équilibrées

9Le niveau de la production d’arachide permet d’engendrer un surplus monétaire suffisant pour constituer un cheptel bovin. Mais ce cheptel, en raison de son modeste effectif, ne peut pas être considéré comme un acquis, il représente plutôt une sécurité pour le système de production. L’élevage remplit un rôle de réserve monétaire, qui est tantôt approvisionnée les années de surplus, tantôt ponctionnée les années difficiles ou de fortes dépenses. Cette « réserve » évite d’avoir recours, en cas de problème, à la vente des outils de production. Ces exploitations, dans leur majorité, choisissent d’abord d’augmenter leur appareil de production, avant de constituer un cheptel bovin. D’ailleurs à ce stade de développement, les carrés louent ou empruntent plus rarement des attelages et lorsque cela a lieu, ce sont surtout les bœufs qui sont concernés.

Type iv : exploitations agro-pastorales à fort revenu

10La surface cultivée couvre au minimum 10 ha et l’appareil de production comporte d’importants moyens : au moins quatre attelages travaillent à chaque campagne dans ces carrés et aucun animal de trait n’est loué ou emprunté ; au contraire, la plupart de ces exploitations prêtent ou louent des animaux à l’extérieur. Le niveau et la gestion des surplus agricoles a permis à ces unités, non seulement de développer considérablement leur structure, mais aussi de constituer un élevage bovin, qui a atteint un niveau suffisant pour être considéré comme un acquis du système d’exploitation. C’est la raison pour laquelle ces exploitations sont qualifiées d’agro-pastorales ; l’élevage peut leur fournir autant si ce n’est plus de revenus que les productions agricoles.

Type v : exploitations agro-pastorales à très fort revenu diversifié (3 cas)

11La production agricole est certes très importante, mais la principale caractéristique de ces exploitations réside dans le haut niveau et la diversité des sources de revenus. En effet, leurs activités sont nombreuses et variées : productions agricoles classiques, élevage traditionnel, location de nombreux animaux de trait, embouche bovine, transactions sur le bétail, usure, commerce... La croissance de ces exploitations s’explique en partie par des disponibilités financières dont le chef de carré a bénéficié dès son installation. Par ailleurs, le troupeau bovin (très rapidement constitué) a participé activement à l’évolution de ces carrés, en devenant à la fois un placement productif et une trésorerie permanente qui a permis le financement d’activités para et extra-agricoles.

Influence des cheptels sur l’évolution des systèmes de production

12L’élevage participe à l’évolution des systèmes de production. Les animaux les plus impliqués sont en premier lieu ceux de trait. L’effectif de ce cheptel dans une exploitation est très fortement corrélé avec son niveau de production agricole (corrélation de 0,8). Cela signifie que le nombre d’animaux de trait (lié par ailleurs au nombre d’actifs agricoles) conditionne de façon importante le développement des carrés. Le cheptel bovin (animaux de travail mis à part) intervient de deux manières dans l’évolution des unités de production : il joue tout d’abord un rôle important de protection du système, lors des périodes de crise, en permettant, en tant que « réserve financière », de retarder ou même d’éviter la vente des moyens de production ; en période favorable par contre, il agit comme un « placement productif » en offrant la possibilité aux exploitations de faire fructifier leurs surplus monétaires.

13Le cheptel de petits ruminants participe aussi à l’évolution des exploitations, mais de façon moins marquante. Il sert essentiellement de « trésorerie courante » et sa gestion répond souvent à des stratégies individuelles au sein même du carré (pour les femmes notamment).

14Cette évolution est bien sûr très différentielle. Les exploitations les mieux conduites accroissent leur cheptel alors que d’autres n’ont toujours pas accédé à cette sécurité, ou bien ont dû décapitaliser. Pour les deux villages de Keur-Daouda et Diamaguène, le dénombrement exhaustif des animaux montre que 68 % du cheptel bovin est détenu par seulement 14 % des exploitations, et les bovins sont totalement absents dans la moitié des carrés (fig. 2). Il en va de même pour les petits ruminants, même s’ils sont présents dans les trois quarts des exploitations ; en effet, 18 % des exploitations détiennent 57 % de ce cheptel.

15Bien que moins marquée, cette disparité existe aussi pour les animaux de trait : un tiers des exploitations cultivent avec un seul attelage, et encore faut-il préciser que bien souvent cet unique attelage est emprunté ou loué, surtout s’il s’agit de bovins de trait. À l’inverse, un autre tiers des exploitations cultive avec au moins trois attelages et concentre environ 60 % du total des attelages.

Figure 2. Répartition du cheptel bovin à Keur-Daouda et Diamaguène.

ÉVOLUTION DE LA TRACTION ANIMALE

16Les animaux de trait font partie des facteurs essentiels de la production agricole ; on tentera de retracer l’évolution de la traction dans les exploitations sereer depuis leur création.

Évolution générale

17En une quinzaine d’années, le nombre d’attelages par carré a fortement progressé (fig. 3). Cette augmentation est due essentiellement au développement de la traction équine. Bien qu’initialement, la traction bovine ait été la seule encouragée par l’encadrement, elle a stagné, voire régressé à certaines périodes, sauf dans les grosses exploitations.

Figure 3. Évolution du nombre moyen d’attelages par carré.

18Trois à cinq ans après l’installation des premiers colons, le nombre d’attelages équins était déjà plus important que celui des attelages bovins. Cette orientation prise par les agriculteurs correspond au rejet des « thèmes lourds » pour lesquels l’attelage bovin était en effet nécessaire. La traction bovine présentait aussi l’inconvénient, au départ, de n’être pas maîtrisée par les colons qui n’avaient, dans leur région d’origine, utilisé que le cheval ou l’âne.

19Néanmoins, même si elle n’a pas connu une progression notable, la traction bovine a non seulement réussi à se maintenir, mais elle est actuellement parfaitement maîtrisée par les agriculteurs qui l’emploient : le thème « un homme - un attelage » est devenu une réalité dans les Terres neuves. En matière de travaux agricoles, elle reste surtout appréciée pour le soulevage de l’arachide. De plus, elle offre aux propriétaires de taurillons ou de bœufs de trait la possibilité de réaliser une plus-value qui peut atteindre 100 % l’an.

20Par catégories d’exploitations, l’évolution des deux types de traction est plus ou moins accentuée. La tendance générale de la traction équine est toujours positive, sauf pour les exploitations du groupe I. En revanche, la tendance générale de la traction bovine est négative pour les groupes I, II et III avec toutefois un renversement de tendance depuis l’année 1986, qui correspond au retour de saisons des pluies plus favorables. Les petites et moyennes exploitations investissent dans un attelage bovin en période de bonne production agricole. À l’inverse, lorsqu’un désinvestissement portant sur les moyens de production s’avère nécessaire dans ces carrés, les bovins de trait sont plus souvent sacrifiés que les chevaux.

21Pour les exploitations les plus importantes, lorsqu’un certain niveau de traction équine est atteint, la traction bovine (qui s’est toujours maintenue) progresse.

22La première initiative de la plupart des carrés fut l’acquisition d’un cheval. La formule « le cheval et la paire de bœufs » a constitué une étape transitoire importante pour bon nombre d’exploitants. Ensuite, la traction a évolué suivant des itinéraires très variés, avec comme tendances principales : un recul pour un assez grand nombre d’exploitations qui revenaient à un seul attelage en choisissant alors de ne garder qu’un cheval, une progression pour d’autres qui pouvaient acquérir un troisième attelage et optaient, pour la plupart, pour le cheval.

Itinéraire de la traction pour chaque type d’exploitation (fig. 4)

23Dans les exploitations du type I s’observe une tendance à la baisse du niveau de la traction. La traction bovine dans ces carrés a été abandonnée très rapidement au profit de la traction équine, mais même cette dernière n’est pas arrivée à se maintenir et nombreux sont les exploitants de ce groupe qui cultivent à présent avec des ânes ou des animaux empruntés à la saison, voire à la journée.

Figure 4. Évolution du nombre moyen d’attelages par carré et par groupe d’exploitation (le groupe v - 3 cas seulement - n’est pas représenté).

24Les exploitations du type II ont enregistré dans les premières années qui ont suivi leur installation une progression de leur niveau de traction, due essentiellement à d’importants achats de chevaux. Ensuite, la traction bovine a fortement diminué et c’est seulement la progression continue de la traction équine qui a permis de maintenir le nombre d’attelages dans ces carrés. Toutefois, ces tendances commencent à s’inverser après 1985 et un rééquilibrage de la composition du cheptel de trait semble se dessiner.

25Les exploitations du type III ont connu une évolution en trois phases, avec tout d’abord une forte progression, puis une période de stagnation et de nouveau une progression après 1984. Comme pour le groupe II, la diminution des attelages bovins pendant la période de stagnation a été compensée par l’augmentation des attelages équins.

26Les exploitations du type IV se caractérisent par une croissance continue de leur force de traction, et même la traction bovine est restée en moyenne à un niveau supérieur à la situation initiale.

27Les exploitations du type V ont atteint rapidement des niveaux de traction très élevés, sans connaître aucun incident de parcours. Dans un premier temps, les espèces bovine et équine ont connu une progression parallèle. Les attelages équins sont néanmoins devenus, par la suite, plus nombreux.

CONDUITE DES ANIMAUX

Calendriers de conduite

28La conduite des animaux est soumise au rythme des saisons et diffère selon l’animal. L’élevage peut être qualifié de sédentaire, les animaux ne participant à aucune transhumance.

29Les chevaux sont gardés toute l’année à la concession. Toutefois, il arrive que les juments puissent divaguer pendant la journée en saison sèche chaude et en pré-hivernage. L’étalon étant l’animal qui assure les transports, il fait l’objet de plus de soins (les juments ne sont jamais attelées aux charrettes).

30Les bœufs de trait, dans leur majorité, sont ramenés au carré en pré-hivernage, afin d’être préparés aux travaux agricoles. Les agriculteurs leur donnent une alimentation plus riche que celle qu’ils trouveraient s’ils continuaient à divaguer en brousse. En cours d’hivernage, après les premiers sarclages, la plupart sont remis dans leur troupeau d’origine. Ils réintègrent le carré pendant la période du soulevage de l’arachide, ensuite leur conduite ne diffère pas de celle des autres bovins. Les mêmes bêtes sont utilisées en moyenne deux à quatre ans avant d’être vendues. Dans les carrés qui ne sont pas à la recherche de trésorerie, la carrière des bovins de trait peut être plus longue (4 à 7 ans).

31Les bovins paissent librement à partir du 15 janvier (saison fraîche) jusqu’aux premières pluies. Pendant cette période, ils sont abreuvés aux puits ou aux forages et sont normalement parqués la nuit pour la fumure des champs qui seront semés en mil à la prochaine campagne. Ensuite les troupeaux sont conduits (jusqu’au 15 janvier suivant) par des bergers, le plus souvent rémunérés spécialement pour ce travail. En hivernage, les animaux sont menés en brousse en dehors du terroir agricole, l’abreuvement se faisant dans les nombreuses mares. Le parcage se situe soit dans le bois de village, soit aux abords des terres de cultures ; la journée de parcours commence vers 8 heures et s’achève à 18 ou 19 heures. En post-hivernage, la conduite est la même qu’en hivernage à ceci près qu’après les récoltes de mil, la vaine pâture peut avoir lieu pendant une partie de la journée sur ces champs, et des parcages peuvent commencer à y être installés. Les journées de parcours sont un peu plus courtes qu’en hivernage, en raison de la difficulté que rencontre le berger à se déplacer en brousse à cette période de l’année (hauteur des graminées, chaleur...).

32Les petits ruminants sont durant toute l’année parqués la nuit dans l’enceinte de la concession. Comme pour les bovins, à partir du 15 janvier ce cheptel est laissé en divagation dans la journée. Mais dès les premiers semis, un berger est recruté dans chaque village pour conduire en un seul troupeau les chèvres et les moutons de tous les carrés. Quotidiennement, les animaux sont réunis en fin de matinée et ramenés au village aux alentours de 18-19 heures.

Pression du cheptel sur le milieu

33L’étude d’un espace exploité par tous les troupeaux de quatre villages (Keur-Daouda, Parempempé, Diambour, Gallé) et quelques troupeaux de deux autres villages (Méréto et Diaglé-Sine), a permis d’évaluer approximativement l’équilibre entre la charge exercée actuellement par les effectifs et la capacité de charge théorique du milieu.

34Quelle que soit la saison, la zone ne connaît pas globalement de problèmes de surpâturage : au maximum, la charge actuelle arrive à 60 % de la capacité de charge (durant la période de post-hivernage). Cela se traduit, dans les pratiques, par une absence de règles régissant l’accès aux ressources fourragères naturelles : par exemple, les Pterocarpus erinaceus ne sont pas appropriés par telle ou telle exploitation mais laissés à la disposition de tout un chacun, même pour les arbres qui se trouvent sur des terres de culture. Il en est de même de la vaine pâture : les résidus de récoltes laissés sur les parcelles peuvent être pâturés aussi bien par un troupeau du village que par un autre (situation fréquente entre Keur-Daouda et Parempempé par exemple).

  • 2 Et se pose alors le problème du déboisement, où intervient également la pratique de l’émondage de (...)

35L’état des pâturages ne semble donc pas, pour le moment, menacé par l’élevage ; cela ne signifie pas pour autant que les besoins alimentaires des animaux soient couverts en toutes saisons, ni que le milieu ne se dégrade pas. En effet, les feux de brousse peuvent remettre en cause chaque année l’équilibre de la charge actuelle et, de plus, la qualité des parcours (valeur nutritive) peut poser problème à certaines périodes de l’année. Pendant la saison des pluies, les besoins alimentaires du bétail sont couverts quantitativement et qualitativement, du fait d’une herbe abondante et d’excellente qualité. En revanche, dès les mois d’octobre ou novembre, cette herbe se lignifie et se transforme rapidement en une paille pauvre en éléments nutritifs, qui constitue pendant la longue saison sèche l’essentiel de la nourriture des troupeaux. L’équilibre alimentaire des animaux dépend d’abord, pendant cette saison, de cette paille (dont la disponibilité relève de l’extension des feux de brousse) et ensuite des compléments que le bétail peut trouver par lui-même dans les feuilles, rameaux et rejets de ligneux fourragers2.

Organisation de la conduite des ruminants

36En raison du rythme de conduite des ruminants, les animaux sont regroupés différemment suivant les saisons. Un premier mode d’agrégation fonctionne au niveau du carré. Il concerne tous les animaux qui sont sous la responsabilité du chef d’exploitation (ils peuvent appartenir à plusieurs membres de la famille ou avoir été reçus en confiage). À ce niveau, le regroupement des ruminants peut être qualifié de cheptel bovin ou de cheptel de petits ruminants du carré.

37Le confiage est une pratique qui consiste à faire garder un animal ou des animaux par une personne qui réside dans un autre carré que le propriétaire. Ce dernier peut vendre ou simplement retirer son animal à tout moment. Lorsqu’il s’agit d’une vache, le croît revient au propriétaire qui décide ou non de la laisser en gardiennage chez la même personne. En contrepartie, le « gardien » bénéficie de la production laitière et fumière de l’animal reçu en confiage. Pour les brebis et les chèvres, le croît est partagé entre le propriétaire et le « gardien » : le fruit de chaque troisième mise bas revient à la personne qui a la garde de l’animal (il en est de même pour les juments).

38Un second mode d’agrégation concerne uniquement les bovins. Les exploitations dont le cheptel est modeste placent habituellement leurs quelques têtes auprès de chefs de carrés qui ont des effectifs plus importants, ou qui sont reconnus pour leur compétence en matière d’élevage (yal o sir en sereer). L’assemblage qui en résulte forme un troupeau.

39Il convient de noter que le placement est une pratique différente du confiage. Le chef de carré qui place les animaux dont il est responsable garde le bénéfice de toute la production de son cheptel. Seule la production fumière fait l’objet d’un partage entre les carrés, suivant les sites de parcage choisis par le chef de troupeau. Le placement revêt dans les Terres neuves un aspect associatif. Ainsi, des tâches d’entretien comme l’abreuvement du troupeau sont partagées entre les différents chefs de carrés suivant des règles définies par celui d’entre eux qui est nommé chef de troupeau.

40Un troisième mode d’agrégation intervient lorsque plusieurs troupeaux sont assemblés afin d’engager un berger qui aura la charge de garder les animaux la journée, pendant toute la période où le terroir agricole est occupé (des semis au 15 janvier). La nuit, le « troupeau d’hivernage » est parqué dans un site choisi par le yal o sir d’hivernage, mais chaque « troupeau de base » (ou de saison sèche) garde son lieu de parcage.

41À titre d’illustration, le tableau III indique le nombre d’unités d’élevage, pour chaque niveau de regroupement, dans trois villages.

Tableau III. Niveaux de regroupement des bovins de trois villages.

Keur-Daouda

Diamaguène

Diaglé-Sine

Nombre de cheptels bovins individuels
Nombre de troupeaux de base
Nombre de troupeaux d’hivernage

29
11
3

26
18
5

37
15
7

42Les modes de conduite des ruminants font intervenir de nombreux acteurs qui ont tous des tâches, rôles et pouvoirs bien déterminés.

Le berger

43Il est recruté pour toute la période pendant laquelle le terroir agricole est occupé. Sa fonction essentielle est de conduire dans la journée le troupeau aux pâturages et d’éviter tout dommage aux cultures ; il doit aussi assurer l’abreuvement du troupeau en le menant aux mares avant de le reconduire le soir à son parc. Il n’est pas tenu d’attacher les bovins au parc ni d’assurer la traite ; il n’est pas non plus responsable du troupeau pendant la nuit.

44Sa rémunération est le plus fréquemment de 1 000 francs CFA par bovin adulte pour la saison et de 500 par jeune bovin ou bœuf de trait remis dans le troupeau en cours de saison. Le berger est par ailleurs logé et nourri dans le carré du chef de « troupeau d’hivernage ». Comme autre avantage en nature, il bénéficie d’un litre de lait matin et soir et tous les vendredi matin d’une quantité à sa convenance, qu’il peut vendre.

Le chef de « troupeau d’hivernage »

45C’est généralement le chef du « troupeau de base » qui possède le plus de têtes. Il a pour fonction spécifique de choisir un berger et négocier son contrat (c’est lui qui collecte l’argent des frais de gardiennage auprès des responsables de cheptels).

Le chef de « troupeau de saison sèche » (ou de base)

46C’est l’un des chefs de carrés qui ont un cheptel dans le troupeau. C’est à lui que revient le choix, en saison sèche, des lieux de rotation du parcage. Il a aussi pour fonction d’organiser les travaux collectifs et de répartir les tâches entre tous les responsables de cheptel : abreuvement, installation des parcs...

Le responsable du cheptel du carré

47Par son statut, ce responsable ne peut être que le chef d’exploitation. Les décisions et les fonctions spécifiques de cet acteur concernent : le placement du cheptel bovin du carré, l’organisation de la conduite des petits ruminants du carré, la participation aux travaux collectifs du troupeau bovin. Les frais de gardiennage (et tous autres frais) pour tous les animaux du carré sont pris en charge par cet acteur, quel qu’en soit le propriétaire.

Le propriétaire

48Tout individu peut être propriétaire d’un animal : homme, femme, enfant, résidant ou non (cas du confiage) dans le carré responsable de l’animal.

49Les décisions que cet acteur peut prendre concernent : la vente, l’abattage, le retrait de l’animal du troupeau ou du cheptel pour le placer ou le confier ailleurs. Bien évidemment, en fonction de son statut social, le propriétaire devra en référer aux personnes dont il est dépendant (par exemple : une épouse doit demander l’autorisation de vente à son mari) et se plier aux règles qui régissent ce genre de décisions. La participation du propriétaire aux soins et tâches nécessaires aux animaux est aussi fonction de son statut social. Il n’y a pas de lien automatique entre l’animal et son propriétaire en matière de soins. Une femme par exemple ne se rend jamais au parcage des bovins, même si elle possède plusieurs têtes (les vaches ne sont traites que par des hommes ou des garçons).

50La répartition des animaux dans une exploitation est très fortement liée au statut de ses membres, surtout pour les bovins. Le recensement exhaustif des animaux dans deux villages (Keur-Daouda et Diamaguène) a fait apparaître que les bovins appartiennent pour 78 % aux chefs d’exploitation, 9 % aux femmes, 2 % aux hommes dépendants du carré et enfin 11 % à des « confieurs ». Pour les petits ruminants, la répartition est plus équilibrée : 43 % de ces animaux appartiennent aux femmes, 41 % aux chefs d’exploitation, 5 % aux hommes dépendants et 11 % à des « confieurs ».

EXPLOITATION DES TROUPEAUX

51En dehors de leur importante fonction d’épargne et de trésorerie, les troupeaux produisent lait, fumure, travail et viande à l’occasion. Les animaux ont trois destinations principales : la culture attelée, l’abattage et la vente :

  • un quart des bovins de trait des villages de Keur-Daouda et Diamaguène sont nés dans le cheptel du carré où ils travaillent. Cet apport d’animaux permet, aux exploitations qui en bénéficient, de consolider leurs moyens de production ou d’obtenir des revenus complémentaires, sous forme de location (les tarifs étaient de 25 à 30 000 francs par paire de bœufs pour la campagne 1988).
  • l’abattage familial concerne particulièrement les espèces ovines et caprines. D’après nos enquêtes rétrospectives, parmi les causes de sorties maîtrisées par l’éleveur, 13 % sont dues à l’abattage pour les ovins, 16 % pour les caprins et seulement 5 % pour les bovins. Les abattages ont surtout lieu à l’occasion de cérémonies (baptêmes, mariages...) et de fêtes religieuses (Tabaski, Korité...).
  • la vente représente l’essentiel des sorties volontaires (90 % pour les bovins et environ 80 % pour les petits ruminants). Toutefois, la vente de petits ruminants procède plus de décisions et de besoins individuels que celle des bovins, qui intéresse le plus souvent l’ensemble du carré ou de la famille (y compris des parents habitant hors du carré).

52Le taux d’exploitation, toutes sorties volontaires confondues, paraît assez élevé dans les troupeaux bovins (près de 11 %), ce qui laisse penser que le montant des revenus perçus grâce à l’élevage peut, dans certaines exploitations, être important. Ce taux est encore plus élevé pour les petits ruminants (19 % pour les caprins et 28 % pour les ovins). Cela tend à confirmer que le cheptel des petits ruminants a surtout pour vocation de répartir dans l’année les revenus monétaires encaissés à la traite de l’arachide, plutôt qu’une véritable fonction de production et de fructification de ces revenus.

53Les troupeaux fournissent du lait, mais seuls les bovins sont concernés par cette production. En effet, très rares sont les brebis et chèvres traites. Le lait est rarement vendu, l’essentiel de la production étant autoconsommé. Si les vaches peuvent être maintenues en lactation pendant un an et demi, voire deux ans (sans mise bas), la traite est bien souvent interrompue pendant la première saison sèche qui suit le vêlage. La lactation se prolonge grâce à l’allaitement du veau (le sevrage des veaux se fait de façon naturelle à l’âge d’environ 1,5 à 2 ans) et la traite reprend quand le milieu est redevenu favorable pour l’alimentation (en hivernage).

54Les troupeaux fournissent de la fumure : l’apport de fumure des troupeaux bovins se fait par le parcage directement dans les champs. La fumure des petits ruminants doit par contre être transportée du carré, où stabulent les animaux, jusqu’aux champs. Ce travail est effectué en moyenne une année sur deux ; il dépend en fait de la disponibilité des agriculteurs avant l’hivernage (période à laquelle il doit avoir lieu). L’impact de la production de fumure des troupeaux sur la fertilité du terroir agricole est actuellement très faible. En effet, une investigation exhaustive sur le terroir agricole d’un des plus anciens villages de colonisation (Diaglé-Sine) révèle que la part de la surface cultivée qui a bénéficié d’un apport de fumure pour la campagne 1988 est de l’ordre de 4 % ! Ce sont surtout les chefs de troupeau qui en profitent. À la différence du Sine, la fumure n’est pas systématiquement recherchée ; elle se disperse sur les espaces de parcours et les surfaces cultivées en profitent peu.

PERFORMANCES DES TROUPEAUX

55Le mode de conduite adopté (calendrier, organisation, utilisation...) par les agro-éleveurs sereer ne permet pas actuellement aux troupeaux d’exprimer correctement leurs potentiels, dans un milieu qui peut tout de même être qualifié de favorable à l’élevage. En effet, les résultats des enquêtes rétrospectives mettent en évidence des performances zootechniques tout à fait moyennes (tabl. iv). Les taux de vêlage sont de l’ordre de 52 % pour les bovins (calculés à la fois par ajustement linéaire et par décompte du nombre annuel de veaux).

56Quant aux petits ruminants, les performances ne sont dans l’ensemble guère meilleures. Le paramètre qui apparaît comme le plus inquiétant est celui de la mortalité des jeunes, surtout chez les caprins : un quart des cabris meurent avant d’atteindre l’âge de six mois.

Tableau IV. Quelques paramètres zootechniques pour le troupeau bovin et les petits ruminants.

Tableau IV. Quelques paramètres zootechniques pour le troupeau bovin et les petits ruminants.

PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT

57Alors que le modèle de développement prévu par la STN cantonnait les animaux domestiques au rôle de moyen de production des exploitations agricoles à travers la culture attelée bovine, l’élevage a connu un développement considérable.

58En premier lieu, c’est le cheptel des animaux de trait qui a bénéficié de cette croissance. Devenue l’un des facteurs les plus importants pour la production agricole, la traction animale a fortement contribué à la réussite (ou à l’échec) des exploitations. En conséquence, la diversité actuelle des systèmes de production résulte en partie des inégalités d’équipement en cheptel de travail que les carrés ont connues depuis leur création.

59La taille des cheptels de ruminants reflète assez bien la diversité de situations des exploitations (de ce fait, la majorité des ruminants se concentre dans une minorité de carrés). Les cheptels de bovins, caprins et ovins sont apparus assez rapidement pour permettre aux agriculteurs de différer leurs revenus et d’accumuler leurs surplus monétaires. L’important développement de ces cheptels est dû à une conjonction de plusieurs facteurs favorables : la tradition d’éleveurs des Sereer, le niveau de ressources fourragères du milieu, la présence de nombreux éleveurs autochtones, le marché de Méréto, les revenus de l’arachide, l’embouche longue à travers la traction bovine...

60Les règles qui régissent la conduite des ruminants répondent pour la plupart à des pratiques qui se sont adaptées au milieu des Terres neuves : conduite des animaux en hivernage par des bergers contractuels, parcage non systématique des animaux sur les terres de culture en saison sèche, agrégation des animaux en « placement-association » qui ne répond pas forcément à des regroupements entre familles, absence de règles collectives de gestion de la vaine pâture et des arbres fourragers.

61Si le développement des effectifs est remarquable, il n’en est pas de même du niveau des performances des troupeaux. Ils sont peu productifs et l’utilisation de leurs productions n’est pas toujours optimisée. Une meilleure valorisation de l’élevage pourrait être envisagée, sans modifier pour autant les fondements de l’organisation de l’élevage ni remettre en cause ses fonctions socio-économiques. Il s’agirait plutôt d’accompagner la stratégie des paysans sereer dans leur choix de réserver une place importante à l’élevage au sein du système de production, pour qu’ils puissent valoriser au mieux les potentiels de leurs cheptels à court terme comme à moyen terme, en agissant de telle sorte que l’avenir de l’élevage ne soit pas compromis par de graves dégradations du milieu.

62Pour ce faire, toutes les communautés paysannes des Terres neuves devraient être concernées. Cela pourrait se traduire par la constitution de groupements d’éleveurs, collaborant avec une structure d’intervention pour mener des programmes sanitaires, de démonstrations, de conseils, d’aménagement et de gestion de l’espace pâturé. Ce dernier type de programme sera certainement à l’avenir celui qui aura le plus d’importance dans la région, en raison de l’extension continue des surfaces cultivées, de l’augmentation des effectifs d’animaux domestiques et de l’intense activité des charbonniers. Un développement de l’élevage ainsi « accompagné », permettrait (sans compromettre l’avenir) de faire évoluer un certain nombre d’exploitations d’un « système d’association agriculture-élevage » vers un « système de production agropastoral ». Système dans lequel les productions animales pourraient fournir - en supposant que le marché aux bestiaux de la zone, déjà très actif, puisse absorber ces nouvelles productions - autant de ressources que les productions végétales. Une telle évolution ouvrirait des perspectives de diversification des revenus, qu’il serait dommage de négliger, à l’heure où la rentabilité de la culture de l’arachide connaît de sérieuses difficultés.

Notes

1 Les informations utilisées proviennent d’une enquête auprès d’un échantillon de 55 exploitations (incluant la quarantaine de carrés suivis depuis la campagne agricole 1985), d’un recensement exhaustif des cheptels dans deux villages, Keur-Daouda et Diamaguène, d’enquêtes zootechniques rétrospectives pour 77 cheptels bovins et 112 de petits ruminants et d’observations sur l’exploitation des ressources fourragères dans un espace fréquenté par les animaux de quatre à six villages suivant la saison.

2 Et se pose alors le problème du déboisement, où intervient également la pratique de l’émondage de certains arbres, sans parler de l’intense activité des charbonniers.

Table des illustrations

Titre Tableau I. Cheptel bovin selon l’ethnie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 1. Distribution des exploitations selon l’importance du cheptel bovin.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Tableau II. Typologie des 55 exploitations en 1988.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15981/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 2. Répartition du cheptel bovin à Keur-Daouda et Diamaguène.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15981/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 3. Évolution du nombre moyen d’attelages par carré.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15981/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Figure 4. Évolution du nombre moyen d’attelages par carré et par groupe d’exploitation (le groupe v - 3 cas seulement - n’est pas représenté).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15981/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Tableau IV. Quelques paramètres zootechniques pour le troupeau bovin et les petits ruminants.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15981/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Auteurs

Zootechnicien et agropastoraliste en stage à l’Orstom. Au Cirad depuis 1989. Ses terrains de recherche ou d’intervention se situent au Mali, au Sénégal, en Centrafrique, à Djibouti et en Guyane.

Géographe Orstom, spécialiste de la colonisation agricole et des fronts pionniers. Ses recherches ont eu lieu au Sénégal, en Nouvelle-Calédonie et au Mexique.

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search