Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans sereer

 | 
André Lericollais

Deuxième partie. Evolution du système agro-pastoral en pays sereer Sine

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1Dans les villages du Sine, la terre est devenue rare, du fait de la forte densité de population paysanne. La pression foncière n’a cessé de s’aggraver, d’abord à cause de l’extension de la culture de l’arachide, puis récemment du fait de la généralisation de la culture attelée. Cependant, les tensions foncières et la production de l’arachide à des fins commerciales n’ont pas conduit à une « marchandisation » de la terre. La répartition des parcelles entre les unités de production et les actifs qui les composent est régie en référence à une éthique sociale préservée, en dépit de la nouvelle législation foncière. Les procédures de gestion de la terre restent sous le contrôle des aînés des lignages. Les nouvelles instances juridiques mises en place pour régler les litiges n’interviennent que de façon exceptionnelle et doivent composer avec les pratiques traditionnelles. Les unités de production sont dotées de façon stable d’un minimum de parcelles tandis que les prêts de terre confèrent encore au système foncier une certaine souplesse. Les modes d’accès à la terre demeurent donc relativement équitables. La mobilité de la force de travail, notamment vers les Terres neuves, contribue également à éviter tout blocage. La gestion des terres des vieux terroirs du Sine se conjugue avec la constitution de patrimoines fonciers, là-bas, par les parents récemment émigrés.

2Ceci étant, les structures de production dans les villages du Sine se sont maintenues ou reproduites à l’identique pendant ces dernières décennies, en dépit de changements techniques importants, de transformations des systèmes de culture et d’élevage et de l’émigration saisonnière ou définitive d’une partie de la population active. Ce sont les modes de coopération dans le travail des champs qui ont été les plus modifiés, du fait de l’adoption de la culture attelée. De même, l’hétérogénéité de taille et de structure des unités de production s’accentue, ce qui rend difficile la comparaison de leurs stratégies et de leurs résultats. Les performances agricoles s’apprécient aussi bien au niveau des catégories d’actifs, dotés d’une autonomie plus ou moins grande au sein de l’unité de production, et soumis aux mêmes contraintes.

3An cours des dernières décennies, les cultures se sont étendues aux dépens des jachères et de l’espace pastoral. Les systèmes de culture se sont adaptés à la sécheresse persistante. Leur simplification a conduit à une réduction de la diversité de la production. En revanche, on n’a pas constaté l’effondrement tant redouté des performances, qu’il s’agisse des cultures ou de l’élevage. Les niveaux de production pour l’arachide et les céréales vivrières paraissent préservés, tant en termes de rendement que de production par habitant. En fait, l’amélioration des façons culturales grâce à la généralisation de la culture attelée, notamment en début de cycle, masque l’appauvrissement du sol et plus généralement la pression accrue sur les ressources naturelles.

4L’élevage bovin extensif a maintenu ses effectifs, mais la réduction de l’espace pastoral a eu pour conséquence le recours accru à la transhumance et à des ressources fourragères situées à grande distance, jusque dans le Ferlo. Il en résulte une baisse des productions laitières consommables par les villageois et une réduction des surfaces fertilisées par le parcage.

5De nouvelles pratiques touchent les autres formes d’élevage. Les petits ruminants sont dorénavant présents dans toutes les exploitations, ainsi que les animaux de traction - chevaux et ânes - entretenus à la maison toute l’année. L’embouche de bovins et d’ovins se répand. Ces pratiques font émerger un élevage semi-intensif qui tire parti de toutes les ressources fourragères du terroir. Les fanes et les pailles sont appropriées et récoltées. La poudrette produite à l’étable est transportée et épandue avant le semis du mil. Enfin, la valorisation économique de cet élevage ne se limite plus à une thésaurisation.

6Innovations techniques et performances productives se sont donc manifestées à la fois dans l’agriculture et dans l’élevage pratiqués par les Sereer du Sine. Cette dynamique des systèmes de production est en relation avec la forte accumulation sur place de la population rurale. Pourtant, pour les acteurs, la question ne se pose pas seulement en termes de performance du système de production agricole local. Les flux de main-d’œuvre de plus en plus considérables conduisent à analyser les rôles que jouent les terroirs exploités dans les Terres neuves par les originaires des villages du Sine, ainsi que les secteurs d’activités non agricoles et les migrations saisonnières ou définitives, dans le maintien d’une population rurale dense dans le Sine.

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540