Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans sereer

 | 
André Lericollais

Deuxième partie. Evolution du système agro-pastoral en pays sereer Sine

Évolution du système agro-pastoral en pays sereer Sine

Texte intégral

1L’analyse de la dynamique et des performances de l’agriculture sereer sera conduite en se référant aux différents niveaux d’organisation et de décision : essentiellement ceux du village, des groupes familiaux et de l’actif individuel. Dans l’investigation de l’activité agricole et des pratiques d’élevage l’information a été rassemblée simultanément à des échelles emboîtées, depuis la placette délimitée dans une parcelle jusqu’à l’espace villageois. Chaque discipline scientifique a privilégié ses angles et ses échelles d’approche.

2Pour les études détaillées de la dynamique des systèmes de production, le pas de temps, comme l’espace de référence, ont été resserrés. Les enquêtes ont couvert plus précisément deux périodes : 1965-1969 et 1985-1987. Ces deux séquences sont contextualisées et reliées à des séries chronologiques qui commencent au début des années soixante.

3Le premier facteur de dynamique est la démographie. On l’a vu, les coefficients naturels se traduiraient par un doublement des effectifs en vingt-cinq-trente ans, en l’absence de flux migratoires. Cette dynamique influe sur toutes les composantes du système agraire, à commencer par l’accès à la terre. L’accroissement des effectifs et de la main-d’œuvre ainsi que l’extension de l’arachide cultivée à des fins commerciales sont à l’origine de la saturation et de tensions foncières. Mais cette situation engendre-t-elle nécessairement un bouleversement des pratiques foncières ?

4L’accroissement rapide des effectifs de population agit aussi directement sur la structure des unités de production, puis sur les charges en termes d’équilibre vivrier, de revenu monétaire et de pression sur les ressources naturelles. Mais, là encore, l’accroissement des effectifs engendre-il automatiquement un gonflement des unités de production et une remise en question des rapports sociaux de production ?

5Du point de vue écologique, des systèmes de production agricoles ont été marqués par la baisse de la pluviométrie. Au début de la période d’observation, l’activité agricole bénéficie de pluies abondantes, avec 700 à 800 mm de totaux annuels. Les déficits pluviométriques de la fin des années soixante jusqu’à la sécheresse de 1973 sont perçus comme accidentels, dans l’attente d’un rétablissement. L’adaptation des systèmes de culture et d’élevage à des conditions plus arides se réalise seulement à la fin des années soixante-dix, quand la baisse de la pluviométrie s’avère persistante et quand les déficits apparaissent considérables en termes de moyenne par périodes. De plus de 700 mm avant 1968, on se retrouve à moins de 500 mm pour les décennies suivantes. Ce régime pluviométrique devenu nettement sahélien impose de nouvelles contraintes à l’agriculture en termes d’aléas et de productivité ; ses potentialités ont baissé si on se réfère au seul critère écologique. Mais les paysans adaptent leurs pratiques à ces nouvelles conditions et l’agriculture n’est pas dans la dépendance des seules contraintes écologiques.

6L’État sénégalais n’a cessé de promouvoir des changements, notamment en matière foncière et de politiques agricoles. La mise en œuvre des législations et des directives successives qui touchent l’agriculture, a rencontré la diversité des situations locales ; les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets. Qu’en est-il des adaptations et des réponses apportées par les paysans sereer à ces changements institutionnels ?

7Pendant cette période le principal changement technique a été la généralisation de la culture attelée et de la traction animale. On peut attendre de la plus grande rapidité d’exécution des travaux et de leur moindre pénibilité une amélioration des façons culturales, mais aussi une réorganisation des chantiers de travail.

8L’évolution des différentes formes d’élevage pratiquées par les paysans sereer du Sine s’analyse en référence à l’espace du finage, compte tenu de leurs liens avec l’activité agricole. Cependant, la conduite de l'élevage bovin, qui demeure la forme dominante et prestigieuse de l’élevage sereer, n’a jamais été confinée à l’espace précisément délimité du terroir villageois, du fait de mouvements anciens de transhumance. Cette dissociation dans l’espace conduit-elle à un divorce entre l’agriculture et l'élevage ?

9L’étude des systèmes de production agricole sereer, l’analyse de leur diversité, de leur complexité et de leur dynamique, sont conduites par la collaboration d’approches anthropologique, géographique et agronomique.

Les femmes participent aux travaux agricoles et s’adonnent au petit commerce durant la saison sèche.

7. Les femmes récoltent le bissap (oseille de Guinée), qui est semé en bordure des parcelles d’arachide.

7. Les femmes récoltent le bissap (oseille de Guinée), qui est semé en bordure des parcelles d’arachide.

8. Quelques productions paysannes sont écoulées sur les marchés des principaux centres ruraux, où les villageois peuvent se procurer tous les produits courants (marché de Toucar).

8. Quelques productions paysannes sont écoulées sur les marchés des principaux centres ruraux, où les villageois peuvent se procurer tous les produits courants (marché de Toucar).

9. Le mil se négocie par petites quantités auprès des commerçants (marché de Niakhar).

9. Le mil se négocie par petites quantités auprès des commerçants (marché de Niakhar).

5. Récolte du mil : les épis sont liés en bottes pour le transport jusqu’aux greniers où ils sont rangés à l’abri des rongeurs.

5. Récolte du mil : les épis sont liés en bottes pour le transport jusqu’aux greniers où ils sont rangés à l’abri des rongeurs.

L’économie paysanne repose sur l’auto-consommation vivrière et la vente de l’arachide.

6. Après la pesée des sacs livrés par les agriculteurs, les gousses d’arachide sont passées au crible (au premier plan). Stockées dans des petits enclos et dans les seccos (hangars situés dans les principaux points de traite), elles seront ensuite évacuées vers les huileries.

6. Après la pesée des sacs livrés par les agriculteurs, les gousses d’arachide sont passées au crible (au premier plan). Stockées dans des petits enclos et dans les seccos (hangars situés dans les principaux points de traite), elles seront ensuite évacuées vers les huileries.

La vulgarisation des matériels de culture attelée a entraîné l’intensification des pratiques culturales.

3. Le mil comme l’arachide sont semés au semoir : le mil souvent en sec (ce que permet la texture sableuse du sol), l’arachide aux premières pluies importantes. Ici, traitement fongicide des graines d’arachide dans le semoir.

3. Le mil comme l’arachide sont semés au semoir : le mil souvent en sec (ce que permet la texture sableuse du sol), l’arachide aux premières pluies importantes. Ici, traitement fongicide des graines d’arachide dans le semoir.

4. Sarclage en attelé, à la houe Sine. Ce matériel très largement diffusé est adapté à ta traction équine.

4. Sarclage en attelé, à la houe Sine. Ce matériel très largement diffusé est adapté à ta traction équine.

Les terroirs du Sine : mil et arachide occupent la quasi-totalité de l’espace agricole disponible.

1. La campagne du Sine La campagne du Sine en début d'hivernage : les terres sont soigneusement préparées (le personnage à gauche sarcle à l’iler).

1. La campagne du Sine La campagne du Sine en début d'hivernage : les terres sont soigneusement préparées (le personnage à gauche sarcle à l’iler).

2. Pâturage d’hivernage : les bovins sont confinés sur les rares terres non cultivées, à la périphérie des terroirs. Dans le paysage : le Faidherbia albida, qui perd son feuillage en saison des pluies.

2. Pâturage d’hivernage : les bovins sont confinés sur les rares terres non cultivées, à la périphérie des terroirs. Dans le paysage : le Faidherbia albida, qui perd son feuillage en saison des pluies.

Table des illustrations

Titre 7. Les femmes récoltent le bissap (oseille de Guinée), qui est semé en bordure des parcelles d’arachide.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre 8. Quelques productions paysannes sont écoulées sur les marchés des principaux centres ruraux, où les villageois peuvent se procurer tous les produits courants (marché de Toucar).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15924/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre 9. Le mil se négocie par petites quantités auprès des commerçants (marché de Niakhar).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15924/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre 5. Récolte du mil : les épis sont liés en bottes pour le transport jusqu’aux greniers où ils sont rangés à l’abri des rongeurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15924/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 6. Après la pesée des sacs livrés par les agriculteurs, les gousses d’arachide sont passées au crible (au premier plan). Stockées dans des petits enclos et dans les seccos (hangars situés dans les principaux points de traite), elles seront ensuite évacuées vers les huileries.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15924/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre 3. Le mil comme l’arachide sont semés au semoir : le mil souvent en sec (ce que permet la texture sableuse du sol), l’arachide aux premières pluies importantes. Ici, traitement fongicide des graines d’arachide dans le semoir.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15924/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 4. Sarclage en attelé, à la houe Sine. Ce matériel très largement diffusé est adapté à ta traction équine.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15924/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre 1. La campagne du Sine La campagne du Sine en début d'hivernage : les terres sont soigneusement préparées (le personnage à gauche sarcle à l’iler).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15924/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre 2. Pâturage d’hivernage : les bovins sont confinés sur les rares terres non cultivées, à la périphérie des terroirs. Dans le paysage : le Faidherbia albida, qui perd son feuillage en saison des pluies.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15924/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540