Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans sereer

 | 
André Lericollais

Première partie. Une civilisation agraire confrontée à la croissance et à la sécheresse

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1La population sereer du Sine n’a pas cessé de croître depuis le début du siècle, mais la capitalisation démographique des vieux pays n’a été d’abord que très modérée. En fait, elle s’est accompagnée d’une redistribution géographique de la population, avec la mise en exploitation des réserves foncières situées à la lisière des terroirs villageois et sur les marges frontalières de l’ancien royaume. De plus, elle a été atténuée par des mouvements migratoires initiés par l’administration, d’abord en 1936 puis en 1973, vers le front pionnier du Saloum et des Terres neuves. L’émigration vers les villes, longtemps demeurée modeste dans le Sine, connaît depuis les années soixante-dix un développement considérable, essentiellement vers Dakar.

2L’analyse démographique de la zone de Ngayokhem a restitué l’accélération de la croissance démographique depuis les années soixante ainsi que le gonflement et la diversification des flux migratoires. L’émigration rurale s’est focalisée vers les Terres neuves de Koumpentoum après 1973, tandis que les mouvements migratoires ne cessaient de s’amplifier vers Dakar, dans le contexte de la sécheresse. Le pays sereer du Sine n’en demeure pas moins la zone rurale la plus densément peuplée du Sénégal. L’ampleur prise par les flux migratoires laisse augurer des liens nouveaux noués avec d’autres zones rurales et avec les urbains, en termes de complémentarités économiques et de dynamiques sociales.

3L’histoire économique montre que le pays sereer a très tôt adopté la culture de l’arachide à des fins commerciales. L’organisation de la traite arachidière a contribué à fondre l’aire sereer dans le Bassin arachidier. Après l’Indépendance, les programmes de développement conduits par la Satec et la Sodeva puis la libéralisation de la filière arachidière confirment à quel point les campagnes sereer font partie intégrante de la région arachidière.

4Cette intégration n’a nullement gommé les spécificités du système agro-pastoral sereer. Les aménagements agraires qui cloisonnent et structurent la campagne sereer attestent de cette originalité. Leur état actuel de dégradation n’est pas imputable à la seule crise climatique ni à l’innovation technique. Il porte les signes inquiétants de délaissement, tant au niveau de la gestion de l’espace rural que de l’intégration de l’agriculture et de l’élevage.

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540