Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans sereer

 | 
André Lericollais

Première partie. Une civilisation agraire confrontée à la croissance et à la sécheresse

2. De la traite à la crise agricole

Historique des échanges commerciaux dans le Sine

Mohamed Mbodj et Charles Becker

Texte intégral

INTRODUCTION

1Bien qu’on dispose d’informations sur le réseau commercial du Sine avant la conquête européenne, les données deviennent plus abondantes durant la période coloniale dont le développement de la culture de l’arachide constitue le fait marquant. Ce réseau se met en place surtout à cette époque, à travers des infrastructures, des acteurs, et des activités : il constitue une articulation des réseaux arachidiers et non arachidiers, surtout dans les espaces privilégiés que sont les escales. Le devenir de ce réseau après les indépendances manifeste à la fois des évolutions dans la production agricole et dans la politique économique impulsée par l’État.

2Trois catégories de sources ont été utilisées :

  • les archives : les rapports administratifs, correspondances, états de production et de commerce, qui couvrent abondamment la seconde moitié du xixe siècle, et surtout le xxe siècle ;

  • les ouvrages : les monographies, descriptions générales et documents produits par les voyageurs et témoins qui ont parcouru le pays sereer aux différentes époques. Bien qu’il s’agisse souvent de notations et non pas de descriptions spécifiques de la situation économique, ces documents contiennent des indications qui permettent de suivre certaines évolutions ;

  • les documents oraux : divers témoignages recueillis lors d’enquêtes de terrain et portant des indications sur les activités agricoles, pastorales et commerciales avant et durant la période coloniale.

LES PÉRIODES

La période précoloniale

3Durant la période précoloniale, qui va des origines du peuplement à la fin de la traite des esclaves, des évolutions se dessinent, liées à la lente modification des conditions écologiques et surtout aux transformations sociales et politiques qui se déroulent pendant l’ère de la traite des esclaves, entre les premiers contacts directs avec l’Europe au xve siècle et la colonisation au xixe siècle.

4L'arrivée des Sereer sur leurs terroirs du Sine est le résultat de migrations, mais cette implantation correspond aussi à des contacts avec des populations déjà implantées, d’où le développement d’échanges divers. La circulation des biens à l’intérieur et entre tous les « pays » où s’installent les Sereer est une constante. Les productions agricoles du Sine sont variées. Elles donnent lieu à des échanges à l’intérieur du royaume, et aussi avec les royaumes voisins. L’installation de la dynastie gelwaar, qui maintient des liens avec le monde mandingue, favorise la poursuite de formes d’échanges variées avec les royaumes voisins, surtout le Saloum, le Niomi, le Niani, mais aussi avec des royaumes situés à l’est et au sud de la Sénégambie.

5D’une manière générale, l’organisation du commerce est très ancienne en Sénégambie. Elle a permis aux différentes régions de tirer parti de leurs complémentarités. Dans chaque canton ou province se trouve un marché pour l’échange des condiments, de la viande, du poisson, des produits laitiers et agricoles en général. Les échanges sont directs, prenant souvent la forme du troc. Ces marchés à cycle hebdomadaire sont aussi le domaine du colporteur. Il manipule surtout quelques rares produits importés localement, comme par exemple le sel, les pagnes, le poisson sec, des condiments. Il est souvent en articulation avec le commerce à longue distance dont les opérateurs sont le plus souvent de culture mandingue (Dioula et Diakhanke) ou peule (Toucouleur). Les marchés les plus connus au Baol sont Keur-Madiop, Baba-Garage, Keur-Samba-Kane, Toul, Mbafaye ; au Sine, ce sont les capitales royales, Ndiongolor et Diakhao, mais aussi Diouroup ; au Saloum, Gandiaye, Kahone, Ndofane, Kafrine (Gueye, 1991) Cependant, le commerce régional est d’un volume très modeste, en particulier parce qu’il n’y a pas de grandes villes, tandis que la consommation de la plupart des produits importés est réservée à l’aristocratie.

6Durant la période précoloniale, à part les esclaves, certains produits font l’objet d’un échange commercial. Le coton occupe la seconde place des activités agricoles, ce qui faisait du Sine et du Saloum de gros producteurs de pagnes. La culture est libre mais le tissage réservé aux esclaves restreint son importance sur le plan du volume commercialisé en faveur des groupes aristocratiques, en particulier du Buur (le Roi) lui-même. Un autre produit est constitué par le sel marin, objet d’un monopole royal et exploité sous la supervision directe d’un représentant du Roi.

7Au total, le sel, le coton transformé et les esclaves constituent les principaux produits du commerce local entre le Sine et ses voisins ; ils alimentent un commerce à longue distance qui permet au Buur d’importer par exemple des chevaux du Diolof via le Saloum. Le réseau couvre surtout le Saloum, le Niomi et le Niani. Les acteurs sont surtout des étrangers agissant pour le compte du Roi ou bien des personnes qu’il protège. Les transports sont effectués par les cours d’eau mais aussi par des routes terrestres. Sur tous les lieux de production d’une certaine importance, à tous les points de commerce importants et aux frontières, le Buur perçoit des taxes sur chaque transaction. Il y nomme souvent des officiers percepteurs qui dépendent directement de lui, les Saax-Saax.

8À partir du xvie siècle, la traite atlantique introduit des changements significatifs dans ces échanges qui concernent principalement les circuits, la hiérarchie des produits et les acteurs en relation. Tout d’abord, la plupart des produits importés viennent de la mer et les partenaires extérieurs à la Sénégambie dominent le circuit. Ce commerce est suffisamment important pour justifier leur installation permanente à Joal au début du xvie siècle. Ce qui leur permet de remonter systématiquement les bras du Sine et de fréquenter les ports de Palmarin et de Ndangane (Moraes, 1973 ; Mbodj, 1978 : 63).

9Ensuite, la demande change : les Européens veulent de plus en plus d’esclaves. Les Portugais qui instaurent le nouveau système à la fin du xve-début du xvie siècle ont d’abord été acheteurs de coton transformé, mais surtout de peaux. Le commerce des peaux a une très grande importance au xviie siècle, en particulier sur la Petite côte : les quantités impressionnantes de cuirs exportés attestent une grande vitalité de l’élevage et une exploitation du cheptel à des fins diverses (Moraes, 1972 et 1976).

10En même temps, l’esclave devient le principal objet de transactions en Sénégambie. Il est échangé contre des chevaux, des armes à feu, des tissus européens et des métaux. Vers la fin du xvie siècle, les armes et le fer prennent la première place dans les importations africaines, suivis par les étoffes et la verroterie. À la même époque, apparaissent les importations de vins, clous, papier, cuivre, chaudières, cauris et kolas (Boulègue, 1968 : 139-176). Ainsi, les marchandises échangées deviennent de plus en plus celles apportées par le commerce européen. Cependant, jusqu’au xviiie siècle des produits locaux variés sont échangés et exportés : pagnes, mil, coquillages et poissons. D’ailleurs, il faut noter avec le temps la montée en importance du trafic des produits vivriers en direction des navires négriers et des installations européennes, particulièrement Corée qui est le principal client pour le mil et le bétail du Sine.

11L’importance du trafic des produits vivriers est une particularité du Sine où l’exportation des esclaves est plus faible que chez les voisins wolofs notamment, encore que la Sénégambie occupe une place relativement modeste à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest. Les captifs originaires du Sine sont vendus aux trois comptoirs principaux de la Petite côte et sur la Gambie : à Joal, il s’agit de personnes livrées par les chefs du Sine, tandis qu’à Rufisque, à Portudal ou sur la Gambie, il s’agit de prisonniers des rois de pays voisins.

12Les importations des marchandises de traite sont réservées aux cedo, qui pratiquent un système de prédation « tempérée ». Le phénomène de l’esclavage domestique se développe lentement, mais est moins accentué que dans les pays wolofs. Néanmoins, quelques villages de captifs installés dans le centre du royaume, sont chargés d’activités productives au profit de la cour et des chefferies locales.

13Ces mutations qui s’accélèrent à partir de la fin du xviie siècle et tout au long du xviiie siècle introduisent des changements dans la composition des acteurs. Cela est dû d’abord à l’intégration dans les circuits d’échanges de vastes régions traditionnellement marginalisées telles que la façade maritime et l’embouchure du Sine. Ensuite, la diversification des produits entraîne celle des partenaires. En effet, les habitants des lieux de contact, d’origine étrangère surtout, participent à ce trafic en tant qu’intermédiaires. Le Buur lui-même est obligé de passer par eux. Cependant, l’impact est plus important du côté de la production. Les producteurs de mil et les éleveurs au voisinage de ces lieux d’échange entrent dans le circuit, même si c’est par le truchement du représentant local du Buur, l’« alkaati ». Mais ce sont surtout les producteurs d’esclaves, les guerriers de l'armée royale, les célèbres cedo qui sont au devant de la scène.

14La guerre qui est le principal mode de production des esclaves disloque les quelques circuits commerciaux de voisinage. Les circuits de longue distance sont restreints au commerce négrier. La circulation sous forme de caravanes — protégées par des bandes de mercenaires fortement armés, souvent eux-mêmes d’origine servile — est alors privilégiée. Certes, l’exportation d’esclaves n’est pas très forte à partir de la Sénégambie, mais l’attrait du produit est tel qu’il provoque des guerres fréquentes entre royaumes voisins et groupes politiques rivaux (Becker, Martin, 1975 ; Curtin, 1975). Ces guerres désorganisent non seulement les circuits d’échange, mais perturbent aussi la production et les travaux agricoles. Ce système atteint son ampleur maximale dans la seconde moitié du xviiie siècle.

15Le développement de la traite atlantique entraîne une participation de certains groupes sociaux (aristocraties, chefferies, groupe des cedo) qui a des conséquences sur la production et les échanges, mais aussi sur la redéfinition du système socio-politique. Une partie de la population participe directement à ce commerce. L’aristocratie et les cedo guerriers se livrent à la prédation, surtout aux marges du royaume. Ils apportent des produits divers dont les esclaves, mais surtout des productions vivrières et reçoivent en échange les produits de la traite européenne. Les transactions s’effectuent surtout à Joal mais aussi dans des points de traite provisoires (Sarene, Palmarin) et, au xixe siècle, à Mbour.

16Les conflits et guerres internes n’ont pas été très fréquents avant le milieu du xixe siècle, et le Sine a connu beaucoup moins de conflits extérieurs que les royaumes voisins du Nord comme le Kayor, le Baol, le Diolof, et le Walo. Les crises de production dues au contexte de guerre et d’insécurité ont sans doute été moins accusées qu’ailleurs. Cependant, les échanges avec les royaumes voisins ont eu tendance à se restreindre, ce qui devient une source de stagnation. Les crises intérieures déclenchent des migrations qui entraînent des conséquences économiques : ainsi des familles nobles ou paysannes en désaccord avec l’autorité centrale partent avec parents et richesses (principalement du bétail) pour s’installer ailleurs.

Le xixe siècle

17Le début de ce siècle est marqué par l’abolition de la traite qui provoque des crises majeures dans le système économique sénégambien. En l’absence d’un commerce de substitution, la traite se poursuit quelque peu de manière clandestine, mais elle périclite irrémédiablement. L’aristocratie, dont les revenus sont alors en forte baisse, multiplie les exactions contre les paysans et les commerçants. Ces derniers, surtout des gens de Gorée, sont protégés par la France. En 1837, ils obtiennent un traité avec le Buur Sine fixant les modalités des relations commerciales entre le Sine et la France. La situation ne se stabilise pas pour autant et il faut un second traité en 1849, puis un troisième en 1859.

18Parallèlement, la France, à travers les missionnaires du Saint-Esprit cherche un produit capable de remplacer l’esclave. Dans le Sine, ils vont essayer de développer la culture du coton. Ils s’installent à Joal en 1847, puis à Ngasobil en 1850. Le Père Chevalier défriche des terrains autour de Ngasobil pour y expérimenter du coton. Il réussit avec plus ou moins de bonheur, et en 1865, les essais portent sur 310 hectares. Mais en décembre de la même année, une invasion de sauterelles ruine les cultures. Dans le même temps, une série d’incendies suspects détruit toute l’infrastructure (granges, maisons, église), tandis qu’une épizootie éprouve le cheptel. À cela, il faut ajouter l’opposition de plus en plus violente du Buur Sine inquiet de cette occupation permanente d’une parcelle de son territoire, et cela d’autant plus que la mission accueille des réfugiés, surtout originaires du Saloum, dont des captifs. Pour finir, une épidémie de fièvre jaune décime l’élément européen de la mission basée à Joal. En conséquence, les expériences de culture de coton sont abandonnées à partir de 1865.

19Désormais, c’est la culture et le commerce de l’arachide qui créent une nouvelle dynamique et modifient l’environnement (Mbodj, 1978). Car à partir des années 1840, le Sine y trouve généralement son compte, d’autant plus que le commerce atlantique végète depuis l’abolition de la traite négrière. Le royaume ne peut produire ni de la gomme, ni du caoutchouc, produits qui semblent prendre ailleurs la relève. De toute façon, ces produits de cueillette sont très sensibles à l’instabilité politique chronique que connaît alors la Sénégambie.

20Avec l’arachide, le paysan est libre d’investir sa force de travail dans la graine dont la culture n’obéit pas à des règles codifiées dans le système agraire et par la société sereer. Elle prendra naturellement la place du coton qui était, jusque-là, une des rares productions agricoles quelque peu destinée à la vente (Mbodj, 1978). Il n’y a pas d’investissements à faire, si ce n’est l’achat de semences que d’ailleurs le commerce européen fournit volontiers en cas de déficit. L’arachide est un produit « nouveau », car jusque-là elle était utilisée seulement comme appoint dans l’alimentation locale à base de mil. Connue dans la région depuis le début du xvie siècle au moins, la graine n’a jamais fait l’objet d’une culture sur une grande échelle, ni de commercialisation ou d’exportation. Commercialisant directement son arachide, le paysan producteur connaît une véritable promotion, car il a tendance à occuper dans les échanges, les anciennes positions de l’aristocratie au temps de la traite négrière : il va pouvoir produire, vendre et acheter.

21La nouveauté tient aussi au fait que désormais, la masse des paysans est en contact avec l’extérieur. Le commerce des graines n’est pas un monopole royal et (aristocratie n’a aucune prise sur lui. Le contact direct se fait autant par les traditionnelles escales de traite - Joal -, que par de nouveaux ports exigés par l’évolution politico-économique : Fatick, à partir de 1860, Silif dans les années 1880. Installés dans ces ports, les représentants des maisons de commerce européennes (souvent des mulâtres goréens ou saint-louisiens) utilisent les services de petits traitants qui écument l’intérieur à la recherche des graines. Souvent, les paysans n’hésitent pas à parcourir de grandes distances pour rallier ces ports en vue d’y écouler leur production. Cependant, il semble bien que ce commerce se soit limité à ces points de traite peu nombreux dans le Sine, donc plus faciles à défendre. La véritable pénétration commerciale ne se développera que plus tard, après la paix imposée par la colonisation.

22Cependant, l’instabilité politique persiste jusque dans les années 1880, alimentée principalement par les rivalités entre familles royales menaçant épisodiquement les transactions commerciales. C’est d’ailleurs pour remédier à cette situation que la France est de plus en plus déterminée à contrôler totalement le pays, ce qu’elle fera à partir de la fin des années 1880. Les souverains du Sine comprennent bien la situation, en particulier le caractère stratégique de la graine, mais surtout le danger potentiel que son expansion représente en justifiant l’intervention française. Malgré cela, ils sont de moins en moins capables de garder l’initiative et d’assurer le contrôle des transactions. À ce moment, les taxes prélevées sur le trafic deviennent essentielles pour leur trésorerie. Ce qui explique que, trouvant les cours trop faibles en 1887 et 1888, le Buur Sine Mbake Njaay interdit la vente de l’arachide à ses sujets (Mbodj, 1978 : 303-304). Mais cette mesure est de faible portée ; en effet Mbaké n’obtient pas grand chose. En fait, c’est tout au plus un baroud d’honneur : la France est désormais maîtresse du jeu, et la mise en place du système colonial ne fera que confirmer cette réalité.

23Les symboles du nouveau système économique en train de se consolider sont Foundiougne et Fatick. Foundiougne est édifiée sur une île au débouché des rivières Sine et Saloum vers 1875, à peu près à la limite de la navigabilité (Dessertine, 1967 : 44-45). Aux environs de 1882, c’est le principal centre commercial de la zone avec l’installation de nombreuses maisons commerciales bordelaises et marseillaises : Maurel et Prom, Buhan et Teisseire, Maurel Frères et la SCOA. Fatick joue alors le rôle de principal centre pourvoyeur d’arachides qui sont évacuées sur Foundiougne par les cotres et les chalands. Les commerçants de Foundiougne viennent souvent s’y établir durant la période de la traite (octobre à février généralement).

La période coloniale

24La colonisation débute en 1891 et s’achève en 1960. Dès l’origine, l’arachide est le pivot du système économique que la France met en place dans le Sine et dans l’ensemble du Sénégal.

25Aux modifications déjà intervenues dans la seconde moitié du xixe siècle, la colonisation va en ajouter d’autres, en instaurant la pression fiscale et l’encadrement administratif, mais en incitant à changer le nouveau mode de vie. En particulier, les tissus de coton manufacturés et le riz constituent les principaux articles demandés en échange de l’arachide. Le vecteur de ce commerce est la monnaie française dont l’utilisation aboutit à un remplacement du troc à partir de la fin du xixe siècle.

26Dans la première phase du nouveau système commercial, le troc prédomine nettement avant les années 1890. Dans les années 1850 à 1890, le paysan recherche essentiellement des armes blanches ou des armes à feu, ainsi que des tissus. Mais, à partir des années 1890, il se tourne plus vers des objets de consommation courante. Le troc est surtout à l’avantage du commerçant qui échange des objets de faible valeur (verroterie et pacotille) ou pratique l’assortiment (lots combinant des objets recherchés avec d’autres qui le sont moins). De plus en plus, le paysan préfère la pièce de 5 francs, plus facilement échangée contre le bétail, transformée en bijou ou tout simplement thésaurisée, plutôt que la verroterie ou les tissus. Dès 1891, le commandant de cercle peut écrire : « Tant que les chameliers ont été retenus par le service de la colonne du Fouta, Fatick a fait de belles affaires, mais dès que ces chameliers ont été libres, ils se sont répandus dans le Sine et le sud du Baol et, du jour au lendemain, les affaires ont baissé considérablement à Fatick. Les Maures apportaient de l’argent et on leur donnait la préférence » (Noirot, 1892, Journal Officiel du Sénégal : 282). La perception de l’impôt à partir de 1892 rendra cette tendance irréversible.

27De manière plus générale, la monétarisation entraîne des changements considérables dans les rapports sociaux : il faut des espèces, du tissu et de la kola importés, pour contracter un mariage, pour les baptêmes et les autres cérémonies. Le phénomène d’érosion monétaire, la concurrence pour le prestige et l’extension du réseau social entraînent le besoin croissant d’argent pour faire face à tout événement social.

  • 1 Archives du Sénégal, 2 G 13/55.
  • 2 Archives du Sénégal, 13 G 347 : 321-322.

28Dès le début de l’époque coloniale, le Sine occupe une place importante dans l’économie arachidière. Il produit des arachides de qualité supérieure aux autres régions, et qui d’ailleurs fournissent le cours de référence sur le marché français1. Cela serait dû aux façons culturales traditionnelles des Sereer qui associent étroitement élevage et culture. Sur le plan de la quantité, le Sine produit plus d’arachides que le Saloum, jusqu’en 1912. Les administrateurs qui naguère à la fin du xixe siècle, insistaient volontiers sur l’intempérance des Sereer changent alors d’avis. En fait, les Sereer vont devenir les agriculteurs modèles » de la colonie en dix ans seulement. L’administrateur du cercle, Lefilliâtre, résume bien cette évolution en 1906 : « Sans contredit et sans crainte de nous tromper, proclamons à haute voix le Sérère comme l'indigène le plus laborieux de toutes les races qui peuplent le Sine-Saloum »2.

29L’importance économique du Sine se traduit par le fait que ce pays produit la majeure partie des arachides du cercle du Sine-Saloum jusqu’au début de la Première Guerre mondiale et la construction de la voie ferrée Thiès-Kayes. Fatick reste le centre commercial le plus important après Founcliougne. Autour de 1900, le commerce y traite quelque 20 000 tonnes (Dessertine, 1967 : 44), soit à peu près les deux tiers de la production du Sine-Saloum et le tiers des exportations du Sénégal.

30Le succès de l’arachide n’a pas des conséquences aussi désastreuses qu’ailleurs. Les superficies consacrées à la culture commerciale ne seront jamais plus importantes que celles dévolues au petit mil qui constitue l’aliment de base du Sereer. Dans la rotation triennale pratiquée par le paysan du Sine, le petit mil occupe en général le premier tiers des champs de la famille, le second étant dévolu à l’arachide, et le reste mis en jachère pâturée. On observe donc un certain palier dans le développement juste avant la Première Guerre mondiale. Désormais le Saloum sera porteur de l’avenir de la culture arachidière. Malgré cela, les risques de crises de subsistance demeurent au Sine, car on peut estimer qu’il n’y a plus d’autosuffisance alimentaire possible dès lors que l’arachide occupe le tiers des champs (Mbodj, 1978 : 152-153). Ainsi, la famine de 1905-1907 touchera davantage le Saloum, mais le Sine ne sera pas non plus totalement épargné.

31C’est pour toutes ces raisons que le paysan dépendra de plus en plus des prêts que lui octroie régulièrement le commerce, ou bien, et à partir des années dix, les Sociétés indigènes de prévoyance (SIP). Les taux d’intérêt varient de 30 à 300 %, obligeant le débiteur à gager ses récoltes pour compter sur le commerce en cas de difficulté, ce qui est souvent le cas. À partir de la famine de 1905, cette situation devient la normale. Trente ans plus tard, en 1933, la SIP parviendra à contrôler toutes les semences d’arachide du pays. Désormais, le paysan est pris dans un engrenage de plus en plus contraignant, qui lui a fait perdre tout contrôle de ses choix économiques. Pour augmenter les rendements, une ferme agronomique, puis une station de recherches sont mises en place à Bambey au début des années vingt, en pays sereer à la lisière du front pionnier wolof : des recherches sur les variétés de graines et sur la mécanisation y sont menées. Mais, malgré la mise en place de ces structures de « modernisation », le système de production autochtone n’évoluera pas avant les années soixante.

32Cependant, des modifications importantes interviennent dans le cercle du Sine-Saloum. Ainsi, le Sine subit l’effet de la dépréciation de son importance économique dans la région. Seul Tataguine est moins touchée par cette diminution de la production arachidière. Le tonnage d’arachides produit y reste plus ou moins constant, stagnant et homogène (sauf les mauvaises années), tandis que les autres régions —Kafrine et Nioro-du-Rip— connaissent une forte hausse de leur production.

  • 3 Archives du Sénégal, 2 G 34/90, Rapport politique annuel du Sine-Saloum : 46.
  • 4 Archives du Sénégal, 2 G 39/58, Rapport agricole annuel Sénégal.

33À défaut d’une évolution des méthodes de culture, la seule alternative pour augmenter la production et assurer les besoins alimentaires reste la migration. Et cela d’autant plus que le Sine apparaît comme « surpeuplé » entre 1920 et 1930, avec une densité de 50 habitants au km2 de terre cultivable (Amin, 1971 : 25). C’est ce qui détermine une politique d’encouragement à la migration mise en place par le régime colonial à partir des vieux terroirs du Sine, en particulier des zones de Toukar, Niakhar, Ngayokhem, Diohine-Diarère et Diakhao (Mbodj, 1978 : 579-588). Elle comporte aussi des aspects politiques, car selon l’administrateur du cercle, « la zone attribuée aux Sérères constitue une sorte de barrage contre le flot de Mourides venus du Baol »3. Financé par la SIP, le projet connaît peu de succès, car il ne réussit à installer que 3 100 migrants sereer dans les Terres neuves entre 1934 et 19394. Au contraire, ce sont les cultivateurs wolof mourides que l’administration et les agronomes tiennent pour les plus grands prédateurs des sols et des arbres du Sénégal, qui en profitent pour élargir leur front pionnier. Ces mouvements qui débutent autour de la crise de 1929 continuent encore de nos jours.

La période de l’Indépendance

34La loi du 13 janvier I960 crée les deux principaux leviers économiques du jeune État, l'OCA (Office de commercialisation agricole) et la BSD (Banque sénégalaise de développement). Par ce biais, le Sénégal nationalise tout le commerce arachidier et met ainsi fin à un système plus que centenaire. Tout en faisant profiter la communauté nationale des bénéfices financiers consistants dégagés par le système, il veut opérer une rupture tant symbolique que radicale avec la colonisation. Dans ce cadre, l’OCA exerce trois missions : le monopole de la commercialisation agricole, de l’exportation des arachides et de l’approvisionnement du pays en céréales importées, et enfin la promotion du milieu rural par le biais de coopératives. Des coopératives d’un nouveau type sont mises en place par la loi du 20 mai 1960. Elles collectent les produits pour l’OCA qui doit leur livrer les vivres, les semences, le matériel et les produits nécessaires au monde rural.

35La BSD, qui devient plus tard la Banque nationale de développement du Sénégal, (BNDS), est une banque d’État et assure le financement du système. L’ambition affichée est « de passer de l’économie de traite à une économie moderne, rationnelle et planifiée d’inspiration socialiste et d’orientation coopérative » (Péhaut, 1984 : 407). Cependant, des acheteurs privés pour le compte de l’OCA, appelés Organismes stockeurs COS), subsistent jusqu’en 1967, tandis que l’adhésion aux coopératives reste en principe libre.

36Cette politique agricole ne s’adresse pas en particulier au pays sereer. Au contraire, il semble délaissé au profit du Saloum, devenu depuis longtemps la première région agricole du pays. Les grands investissements agricoles visent exclusivement la vallée du fleuve Sénégal, sauf un qui concerne la Casamance, tandis que Dakar continue de monopoliser les activités industrielles. L’étiolement du Sine devient sensible. Cependant, la réussite de la politique de mécanisation agricole entraîne une plus grande pression démographique et entretient un courant migratoire soutenu vers les Terres neuves (Dubois, 1971 ; 1975.) Ainsi, en poussant les Sereer du Sine à émigrer, la politique agricole du jeune Sénégal indépendant a apparemment réussi là où le régime colonial avait échoué.

37En 1966, le secteur arachidier représente 80 % des exportations du pays tandis que le secteur huilier est à son maximum de rendement. La priorité accordée à l’arachide par les paysans, les programmes de développement et surtout une modernisation soutenue des pratiques culturales et des instruments de culture permettent d’atteindre la production record de 1 million de tonnes en 1965. La production moyenne (1960-1971) de 937 000 tonnes et le rendement moyen de 879 kg/ha constituent des records encore inégalés au niveau du Sénégal. Les coopératives qui ne drainent qu’environ 15 % de la production avant 1960 en collectent 70 % dès le milieu des années soixante, marginalisant le circuit privé : leur nombre passe de 638 en 1961 à 1 467 en 1966, puis à 2 378 en 1971, dont 70 % sont exclusivement arachidières (Frelastre, 1982 : 58) ; dans le même temps, le nombre d’Organismes stockeurs passe de 3 000 à 510.

  • 5 Ministère du Plan et de l’Industrie, 1968 : 48-52.
  • 6 Ministère du Plan et de l’Industrie, « Trente ans de commercialisation arachidière », 1968.

38Dans le Sine, cette évolution est déjà établie en 1965-665. Le Sine-Saloum produit à peu près la moitié de cet effort, mais la place du Sine ne cesse de décroître depuis le premier quart du siècle. Sur la période 1935-1967, sa part dans la production du cercle passe de 16 % à 2,5 %. Depuis 1912, le Sine est passé du premier au dernier rang6. Durant cette période, la situation se dégrade dans le Sine comme dans tout le vieux Bassin arachidier. En effet, malgré des méthodes culturales respectueuses d’un certain équilibre environnemental et vivrier, la région n’en connaît pas moins des problèmes. En particulier, l’épuisement progressif des sols et la forte pression démographique se combinent pour faire du Sine un terroir déséquilibré.

39La révolution commerciale des années soixante s’accompagne d’un monopole d’Etat à travers plusieurs sociétés publiques ou parapubliques dont la principale, l’Oncad (Office national de coopération et d’assistance au développement), exerce un véritable pouvoir régalien : il encadre les coopératives, applique le programme agricole, gère l’approvisionnement en facteurs de production (semences, pesticides, engrais et machines agricoles) et le système d’évacuation des produits, fournit le riz, et enfin assure toutes les fonctions de service en milieu rural. Les coopératives sont presque ravalées à la situation des SIP sous la colonisation, c’est-à-dire qu’elles deviennent de simples points de collecte et des courroies de transmission dociles de la politique économique de l’État. Le nouveau système commercial oblige les commerçants traditionnels à se replier en ville, laissant derrière eux un vide que remplissent souvent des colporteurs incontrôlés qui ont tendance à profiter de l’absence de concurrence (Écrément, 1965 : 200-201). On peut alors parler de régression. Les hauts cours de l’arachide masquent les problèmes, car jusqu’au milieu des années I960, les arachides sénégalaises bénéficient d'une sorte de surprix sur le marché métropolitain (Péhaut, 1976 : 412).

40En réalité, les notables ruraux utilisent les coopératives pour construire ou consolider leurs bases politiques, économiques et sociales, renforcer leur autorité et leur prestige. D’une part, ils infiltrent un appareil porteur potentiel de la contestation des pouvoirs traditionnels et, d’autre part, ils sont en première ligne pour bénéficier de la diffusion des nouvelles techniques. Les agents de l’État sont généralement satisfaits de cette tournure des choses qui les place sous le patronage d’un homme puissant, tout en rehaussant leur prestige (Coulon, 1981 : 230). L’Oncad devient un mastodonte incapable de maîtriser sa croissance et sa gestion, ni de prendre en charge l’ensemble des problèmes du monde rural, en particulier du Bassin arachidier. Le transport est rendu complexe par le fait que les 1 800 coopératives sont autant de points de traite, contre les quelques 300 à la fin des années cinquante. La généralisation du camion tue ou fait péricliter toute autre forme de transport (chalands, animaux de bât et chemin de fer), sans que les coûts le justifient toujours. Si l’on ajoute à cela une mauvaise perception de ce qui tient lieu de politique agricole, l’incompétence de beaucoup d’agents, la distribution tardive des intrants et du matériel, la corruption, les méthodes brutales de recouvrement des dettes, la réduction des crédits de soudure et les retards de plus en plus considérables des opérations d’achat, on comprend mieux la naissance de ce qu’on a alors appelé « le malaise paysan ». Il s’est approfondi au fil des années de sécheresse entre 1971 et 1980.

41À l’orée des années quatre-vingt, le Sénégal se trouve dans une situation catastrophique sur tous les plans. Toutes les causes de cette catastrophe sont officiellement mises sur le compte de la sécheresse et de la détérioration des termes de l’échange, présentés comme des phénomènes homogènes, massifs et permanents.

  • 7 La Sonacos (Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal) est l’organisme charg (...)
  • 8 La Sonar (Société nationale d’approvisionnement du monde rural) est chargée de la fourniture des in (...)

42L’Oncad est dissous le 23 août 1980. En fait, la réforme d’envergure qui a été envisagée est alors court-circuitée par l’effet des engagements que le pays vient de souscrire auprès du couple Fond monétaire international/Banque mondiale. La suppression de l’Office signifie surtout que l’État cherche une plus grande efficacité financière qu’une politique agricole radicalement différente. Dans le cadre de la Nouvelle Politique agricole (NPA), les deux principaux instruments de la politique agricole de l’après Oncad sont la Sonacos7 et la Sonar8.

43Visiblement, les coopératives n’ont pas été à la hauteur dans leur rôle principal de collecte des arachides. Dans la vague des réformes de 1978-1980, pour des raisons de coût et d’efficacité, le Gouvernement diminue le nombre des coopératives en les regroupant. Il y a désormais 314 coopératives dites « de développement » (donc 6 fois moins qu’auparavant et autant que dans les années cinquante), soit au moins une par communauté rurale, coiffant au total 4 200 sections villageoises. L’action coopérative vise tout particulièrement les autres cultures de rente et des secteurs agricoles jusque-là négligés mais dont les coopératives sont généralement plus performantes, mieux gérées et plus populaires (car intégrant les jeunes et les femmes) : coton, maraîchage, élevage et pêche. Les paysans sont foncièrement opposés à cette réforme à cause d’une augmentation des frais de transport pour la majorité des villages, d’une perte de temps dans le processus de commercialisation qui concentre beaucoup de personnes en un seul lieu, d’une perte de prestige et de certains avantages politico-administratifs liés à la suppression de la coopérative dans certains villages. Enfin, la distance et la délocalisation ne favorisent pas le contrôle du paysan ordinaire sur les opérations de sa coopérative.

44L’opposition des notables ruraux et des responsables socialistes aux réformes est autrement plus redoutable. En effet, l’autonomie financière prévue pour les sections villageoises pose le problème du contrôle des ressources de la coopérative.

45La NPA est fondée sur le principe que le secteur agricole doit désormais être régi par les règles de l’économie de marché en général, donc par celles du profit au niveau du paysan. Cela se traduit par la nécessaire réorganisation en profondeur du monde rural, marquée par le désengagement de l’État qui, en particulier, ne fournit plus d’engrais et de machines subventionnés. Il n’intervient plus de façon significative que dans deux domaines : la production et la commercialisation des céréales locales, grâce à une politique de prix appropriée, et l’initiation d’une politique de régénération des sols. Donc, l’État ne fournit plus de semences, de machinerie agricole, d’engrais ou autre intrant : il se contente de les rendre disponibles pour les achats au comptant. Dès lors, la Sonar est dissoute en mars 1985 tandis que la Sodeva (Société de développement et de vulgarisation agricole) licencie 75 % de son personnel. Cependant, un prix officiel reste garanti pour l’arachide et l’État contrôle la trituration à travers la Sonacos. Le groupage et le transfert de l’arachide sont laissés à l’initiative privée, de même que tout le circuit de la commercialisation des produits vivriers.

46Le Sine n’étant déjà plus un maillon important de la production arachidière ne subit pas les conséquences des bouleversements de politique agricole au même niveau que le Saloum par exemple. La valorisation de la commercialisation des produits vivriers bénéficie au mil, une culture que le Sine n’a jamais vraiment délaissée.

LES INFRASTRUCTURES

47Les marchés ruraux sont de caractère récent : leur développement est intervenu dès la fin de la période coloniale et s’est accéléré dans un contexte postcolonial, caractérisé par le déclin très rapide des escales qui étaient les lieux où s’effectuaient la « traite » des produits de la culture de rente mais aussi d’autres formes d’échanges. L’émergence des escales est caractéristique de la période coloniale : créations des autorités administratives, ces localités sont alors investies par les commerçants. Des réseaux se constituent, autour de voies de communication, et des relations s’instaurent entre elles et avec leur environnement.

Auteurs : C. Becker / V. Martin. Dessin : T. Sene
Figure 1 : Les points de traite du Sénégal centre-ouest avant 1960.

48Un tableau (annexe K) indique la chronologie de la création des escales et la figure 1 donne une idée de la densité de ce réseau à la fin de l’époque coloniale. Un maillage étroit couvre assez tôt le Sine, mais aussi les environs de Diourbel, Thiès, et Mbour ; il s’est également développé, dans le Saloum.

49Dès les années 1890, le commerce était déjà une activité importante au Sine, région alors plus active que le Saloum. Le Sine produisait en particulier deux fois plus d’arachides que le Saloum. Ainsi, le commerce occupait environ 300 personnes en 1891, dont 10 représentants de maisons de commerce européennes (Jos, 1891). La production était rapprochée par les chameliers et les âniers à Fatick, Silif et Nonane, puis exportée par les chalands et les cotres jusqu’à Foundiougne. À cette époque, la concurrence pour le transport était vive et les chameliers-traitants maures eurent l’avantage d’avoir introduit l’achat des produits contre du numéraire, alors que le troc prédominait jusque-là.

50Les centres de polarisation du commerce étaient alors Fatick et Niakhar. Ainsi, on parlait déjà de Niakhar à cause de l’existence d’un réseau routier important qui en faisait le troisième centre de groupage des produits après Kaolack et Fatick. Fatick servait de débouché naturel du commerce du Sine et les maisons de commerce françaises s’y installent en grand nombre après la cession à la France en 1888. En 1892, c’était une bourgade de près de 1 600 habitants sur un espace de 4 km sur 2 (Jos, 1892 : 184). Les Sereer formaient alors une minorité habitant le seul quartier de Ndiaye-Ndiaye parmi les quatre de la localité.

51Toukar commença à émerger comme grand centre commercial au contact des zones mises en culture à la fin du xixe-début du xxe siècle, mais cela n’est pas tout à fait confirmé par les documents d’archives. Lorsqu’en 1914, le ministère du Ravitaillement fixa les points d’achat des produits du cru dont principalement les arachides, la liste ne comprenait que Niakhar et Patar. Ce n’est qu’en 1922 que Toukar devint officiellement un point de traite.

52Patar n’était pas mentionné avant 1914, ce que la tradition orale confirme du reste. Sa prospérité serait liée à celle de Bambey, escale ferroviaire qui se développait dans un contexte où le manque de petits navires (les tramps d’Europe du Nord) favorise l’évacuation par chemin de fer. Ce développement de l’axe nord du Sine se fit ainsi au détriment de Fatick, la gare de Bambey devenant le centre de groupage par excellence après la Première Guerre mondiale.

53C’est dans ce souci d'une promotion de l’axe nord qu’il faut placer l’érection de Diohine en point de traite en 1922. Mais cette escale ne connut qu’un développement éphémère et Toukar la supplanta rapidement, surtout après l’installation dans les années trente de la mission catholique, dont les responsables découragèrent l’implantation de commerçants dans la localité. Le fait que la majorité des commerçants africains soient musulmans et que les alcools et spiritueux soient fortement prisés dans la zone explique peut-être cette attitude des missionnaires dont les succès les plus significatifs au Sénégal ont été obtenus en pays sereer.

Auteurs : C. Becker Dessin : T. Sene
Figure 2 : Seccos et coopératives du Sine après l’indépendance.

54Ainsi, dans les années trente, les principaux points de traite étaient Fatick, Niakhar, Patar et Toukar, également Fimela à certains moments, Fissel et Tataguine plus tard.

55Après la Deuxième Guerre mondiale, la concurrence devient vive entre les nombreux commerçants assurés de faire des bénéfices à cause d’un système de prix garantis qui inclut les coûts de transport. De nouveaux centres de collecte sont alors établis dans les zones jusqu’ici délaissées : les points de traite qui apparaissent dans les années cinquante sont situés sur une bande Kaolak-Bambey. Citons en particulier ceux de Ndiob et de Marout.

56Dans ces localités apparaît le besoin de structures permanentes d’échange, les marchés. Car les points de traite ne ferment pas avec la fin de la traite, même si leur activité diminue de façon très sensible. Ainsi, parallèlement à l’activité liée à la traite s’établissent des marchés hebdomadaires dans lesquels les maisons de traite jouent un rôle fondamental. Ces échanges ne portent pas exclusivement sur les produits du cru, mais aussi sur des produits importés car les maisons de commerce y dépêchent des colporteurs chargés d’écouler leurs produits en dehors des escales.

57À l’indépendance, la plupart des maisons de traite ferment très vite dans les escales-points de traite, mais leurs activités locales sont reprises par les anciens employés. Les nouvelles entreprises périclitent, sauf celles qui sont parvenues à se recycler dans le transport.

58La mise en place de circuits de production et de commercialisation, comme les coopératives privilégie des localités destinées à « polariser » un ensemble de villages voisins : ces centres sont souvent — mais pas toujours — les anciennes escales. Ils comprennent un secco, terme désignant un entrepôt destiné à conserver les graines d’arachide (semences, récoltes), voire les engrais et le matériel agricole. Le secco est aussi le lieu où s’effectuent alors une grande partie des opérations de commercialisation de l’arachide. Dans le langage courant, le secco désigne aussi le groupe de villages « polarisés » autour de ce centre de production et de collecte arachidière. Les coopératives créées après l’indépendance jouent un rôle similaire et constituent également les maillons d’un réseau qui couvre l’ensemble du Bassin arachidier. La figure 2 montre la densité de ce type d’infrastructures dans le Sine traduisant une multiplication de lieux qui correspond à une volonté étatique productiviste très affirmée dans les années soixante, avec l’objectif d’une production arachidière supérieure à un million de tonnes.

59Les modifications de la politique agricole, mais aussi les changements dans l’organisation administrative auront des conséquences importantes dans le déclin de certains de ces centres, et surtout dans le rôle prépondérant acquis par d’autres.

LES ACTEURS

60Ils sont variés, ils ont changé selon les périodes et leurs intérêts ont parfois été contradictoires ou concurrents : • les grosses maisons françaises qui emploient la plupart des commerçants européens dominent le trafic dès le début du xxe siècle. Après la crise des années trente, elles réduisent le nombre de leurs agences et opérations tout en diversifiant leurs activités. Après l’indépendance, elles vont s’orienter vers d’autres activités, en ville ;

  • les métis saint-louisiens ou les petits Européens sont des indépendants qui ont souvent ouvert la voie de l’économie arachidière en tant que traitants. Absorbés par les grosses maisons au tournant du siècle, ils deviennent de simples employés, cependant indispensables grâce à leur connaissance du pays et leurs relations socio-familiales. La nationalisation du commerce arachidier entre 1960 et 1965 les déclasse définitivement ;

  • les traitants africains autochtones sont peu nombreux et occupent des fonctions variées : employés, traitants ou simples colporteurs. Le statut d’étranger affecté au commerçant de la période précoloniale semble se perpétuer avec eux. Ils subissent le même sort que le groupe précédent, mais ils arrivent souvent à se reconvertir comme transporteurs, prêteurs ou agents des coopératives qui fleurissent sur les ruines du commerce libre. Une partie d’entre eux continue d’entretenir des boutiques villageoises. Ils ont considérablement étendu leurs opérations en 1989 après le départ de leurs concurrents mauritaniens ;

  • les Libano-Syriens arrivent dans les années 1890. Simples colporteurs au début, leurs aptitudes vont rapidement les propulser au point de remplacer les grands traitants métis et africains, mais surtout les indépendants européens. Se contentant souvent de très peu, ils réduisent considérablement les frais de commercialisation. Leur stratégie est diverse mais remarquablement adaptée au terroir. Leur plus grand avantage est d’avoir très vite compris les possibilités du camion autour des années vingt. Ils finiront par symboliser le commerce colonial dans la plupart des bourgades rurales. Les modifications intervenues durant les années soixante leur porteront un rude coup et ils seront eux aussi obligés de se replier en ville ;

  • les commerçants mauritaniens sont traditionnellement présents dans toute la partie de la Sénégambie située au nord de la Gambie. Leurs fonctions de transporteurs et de traitants sont abolies autour des années 1900. Ils deviennent alors les boutiquiers indépendants dans les villages les plus importants et sur les places des marchés ruraux. La violente crise de 1989 entre le Sénégal et la Mauritanie met fin à cette situation en forçant les Mauritaniens à rentrer chez eux.

61À partir de 1920, intervient l’utilisation des voitures et de camions, ce qui nécessite de disposer de crédits, et entraîne l’implication des banques dans les circuits de commercialisation. Les originaires des quatre communes perdent leur prééminence, car ils n’ont pas l’assiette financière permettant d’investir dans les moyens de transport.

62Il existe des relations très étroites entre traitants saint-louisiens, rufisquois et goréens et certaines familles locales. Ils envoyaient à l’École leurs enfants qui ensuite se lançaient dans le commerce. Des commerçants ayant des racines locales ont aussi émergé entre 1935-1939. Mais ils n’ont pas assez de moyens pour devenir de gros commerçants et n’ont pas la possibilité de concurrencer les Libano-Syriens, en raison de leurs faibles capacités d’investissement.

CONCLUSION

63L’évolution du système commercial du Sine est un cas spécifique de l’évolution sur le long terme de la totalité du vieux Bassin arachidier sénégalais. En effet, d’une position prépondérante, le Sine est passé à une place plus marginale et secondaire sur le plan économique. Le contraste est particulièrement frappant lorsqu’on songe au rôle essentiel qu’il a joué dans le système politique sénégalais depuis les années cinquante. La polarisation exercée par les zones de forte production favorise plutôt l’émigration vers l’est du Saloum, contribuant un peu plus à dégrader le statut économique du pays en le faisant vivre de plus en plus en dépendance ou à la périphérie de régions plus favorisées. La marginalisation économique du Sine devient ainsi un phénomène irréversible que la diminution des capacités interventionnistes de l’État n’a guère pu ralentir dans les années quatre-vingt et quatre vingt-dix.

Notes

1 Archives du Sénégal, 2 G 13/55.

2 Archives du Sénégal, 13 G 347 : 321-322.

3 Archives du Sénégal, 2 G 34/90, Rapport politique annuel du Sine-Saloum : 46.

4 Archives du Sénégal, 2 G 39/58, Rapport agricole annuel Sénégal.

5 Ministère du Plan et de l’Industrie, 1968 : 48-52.

6 Ministère du Plan et de l’Industrie, « Trente ans de commercialisation arachidière », 1968.

7 La Sonacos (Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal) est l’organisme chargé de la commercialisation des arachides auprès des huileries et de la défense des intérêts publics dans ce secteur.

8 La Sonar (Société nationale d’approvisionnement du monde rural) est chargée de la fourniture des intrants et du matériel agricole.

Table des illustrations

Légende Auteurs : C. Becker / V. Martin. Dessin : T. SeneFigure 1 : Les points de traite du Sénégal centre-ouest avant 1960.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15912/img-1.jpg
Fichier image/, 300k
Légende Auteurs : C. Becker Dessin : T. SeneFigure 2 : Seccos et coopératives du Sine après l’indépendance.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15912/img-2.jpg
Fichier image/, 287k

Auteurs

Historien, spécialiste des dynamiques démographiques et de l’économie de traite au Sénégal. Professeur à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Visiting professor à l’université Columbia de New-York de 1994 à 1999.

Anthropologue du CNRS (Centre national de la Recherche scientifique), en accueil à l’IRD’ (Institut de Recherche pour le Développement), spécialiste de l’histoire du peuplement du Sénégal. Il a étudié le peuplement protohistorique, les mouvements de population liés à l’économie de traite, notamment dans le Bassin arachidier. Il se consacre à présent à l’étude des problèmes de santé, de développement et d’environnement au Sénégal.

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540