Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans sereer

 | 
André Lericollais

Première partie. Une civilisation agraire confrontée à la croissance et à la sécheresse

Une civilisation agraire confrontée à la croissance démographique, à la compétition économique et à la sécheresse

Texte intégral

1La population rurale sereer est la plus dense et la plus enracinée du Sénégal. Cette originalité renvoie aux structures socio-politiques, à un système agro-pastoral relativement intensif et à une économie domestique qui assure en priorité l’autoconsommation vivrière.

2L’analyse historique des séries démographiques disponibles par Charles Becker et Mohamed Mbodj dresse un bilan des mouvements de population sereer depuis la fin du XIXe siècle. Les spécificités des Sereer du royaume du Sine sur le plan de l’organisation sociale, de l’encadrement politique, de l’emprise territoriale sont rappelées. Cette histoire du peuplement met en évidence la place des Sereer dans la population du Sénégal, en particulier dans la densification et la dynamique spatiale au sein du Bassin arachidier. Le suivi démographique réalisé depuis plus de trente ans dans la zone de Ngayokhem, au cœur du pays sereer, par les démographes P. Cantrelle, M. Garenne et I. Sarr fournit une analyse détaillée des tendances et des fluctuations, notamment en termes de mobilité de la population active.

3L’économie arachidière a structuré les campagnes du Centre-Ouest sénégalais en une région organisée autour des points de traite et des réseaux de drainage de la production arachidière vers les ports et la capitale. M. Mbodj et C. Becker rappellent que les pays sereer situés près du littoral ont été parmi les premiers engagés dans l’économie de traite, dès le milieu du XIXe siècle. On a souvent souligné la réticence des paysans sereer à produire de l’arachide et la dynamique particulière de leur système agraire. L’histoire économique fait la part de cette originalité au sein de la région arachidière.

4La sécheresse a profondément marqué les systèmes de production de la zone sahélo-soudanienne depuis la fin des années soixante. A. Lericollais montre combien les paysages et les aménagements agraires sereer portent la marque durable des déficits pluviométriques. Mais la crise écologique est-elle la seule explication de la dégradation des paysages agraires de la région ? Quelles indications fournit l’analyse du paysage et quelles questions recèle-t-elle pour juger des techniques et des pratiques agricoles des Sereer du Sine ?

5Les changements de l’agriculture et de la société sereer sont abordés dans le contexte régional du Bassin arachidier. Ils sont restitués sur une durée plus que centennale pour les fluctuations démo-économiques et puis précisément sur les trente dernières années pour l’appréciation des effets de la sécheresse, des politiques économiques et des réformes institutionnelles.

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540