Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans sereer

 | 
André Lericollais

Préface

Abdoulaye Bara Diop

Texte intégral

1Cet ouvrage consacré aux paysans sereer évalue l’ensemble de leurs activités et explore différents aspects du changement social. Les recherches dont il présente les résultats s’inscrivent dans la filiation des travaux consacrés au Pays sereer ou au Bassin arachidier sénégalais depuis les années soixante, notamment ceux de Paul Pélissier, de Marguerite Dupire, de Philippe Couty, de Jean-Marc Gastellu. Ils concourent, avec les études des chercheurs de l'Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra) et du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), à une meilleure connaissance des dynamiques rurales.

2Sa spécificité tient au fait qu’il est l’œuvre d’une équipe pluridisciplinaire avec des contributions toutes de qualité, sur un champ scientifique large et ouvert : histoire économique et sociale, démographie, géographie, anthropologie, agronomie et zootechnie. Le travail collectif et pluridisciplinaire présentait plusieurs difficultés. Chaque discipline de sciences sociales conduit une analyse avec une entrée privilégiée, tout en se référant à la « totalité ». Ce faisant, elle a tendance à mettre en avant les arguments qu’elle maîtrise et à minimiser ou à figer les autres facteurs. Les échanges entre disciplines élargissent d’emblée l’approche et obligent à reconsidérer les interprétations partielles. La construction et la cohérence de l’ouvrage se sont ainsi élaborées, chemin faisant, au cours de multiples confrontations. L’équipe s’est mobilisée et recomposée autour des thèmes majeurs : la dynamique du peuplement liée à la culture de l’arachide, la répartition foncière dans un contexte de rareté de la terre, les systèmes de culture et d’élevage qui intègrent les innovations techniques tout en s’adaptant aux déficits pluviométriques, les économies familiales confrontées aux effondrements de la production après les sécheresses, les migrations qui servent d’exutoire et induisent des relations à distance...

3L’originalité de ce travail provient, aussi, de la comparaison de deux situations contrastées. Au vieux Pays sereer, a priori lieu des permanences, s'opposeraient les Terres neuves de Koumpentoum, lieu des innovations. Mais cette rupture n’apparaît pas aussi tranchée compte-tenu des relations entretenues à distance entre ces deux zones où les exploitations font toujours figure d'unités liées. Les relations entre Sereer urbanisés et les villages d’origine participent aussi à la dynamique rurale.

4En termes de bilan, il fallait éviter à la fois une certaine dramatisation misérabiliste des problèmes et la tentation « populiste » de valoriser complaisamment les savoirs et les initiatives des paysans. Le temps n’est plus à des mises en question radicales de caractère idéologique. Il convient plutôt de proposer, avec pragmatisme, des innovations ou des aménagements qui soient plausibles.

5Tous ces objectifs et les orientations légitimes que s’était donnée l’équipe constituée de chercheurs expérimentés et de plus jeunes en formation, ont été largement atteints, à l’évidence, selon nous.

6Les contributions sont de caractère essentiellement empirique, mais elles prennent en compte les questions théoriques incontournables de définition des notions et des concepts fondamentaux. Selon les disciplines et les secteurs explorés, elles utilisent la tradition orale, les données d’archives et les publications des vingt dernières années, mais dans tous les cas elles se fondent sur des enquêtes de terrain considérables, rigoureuses et minutieuses. Elles composent un tableau étonnamment riche et précis des terroirs et des activités des paysans sereer. L’essentiel de la vie sociale nous est restitué aussi bien dans le vieux pays du Sine que dans les Terres neuves du Sénégal oriental.

7Les paysans sereer font preuve d’une remarquable capacité d’adaptation. Ils sont parvenus, paradoxalement dans le Sine, à améliorer leurs niveaux de production pour les céréales comme pour l’arachide. Ils ont sauvegardé leurs troupeaux tout en diversifiant leur élevage, malgré la sécheresse et la saturation de l'espace.

8Ce maintien, voire cette amélioration des performances dans le domaine des cultures et de l'élevage, apparaît cependant fragile, à cause de cette saturation des terroirs, dont les conséquences s'avèrent critiques dans le vieux pays, du fait de la détérioration de la fertilité des sols et de la dégradation du parc arboré. Le maintien des troupeaux n’est possible que par le recours à la transhumance pendant des périodes de plus en plus longues avec les effets négatifs qu'elle entraîne : pertes de lait pour la population et de fumure pour les champs.

9La dynamique économique est très apparente et relativement plus aisée à évaluer que les changements socio-culturels. Ainsi, sur les Terres neuves, nombre de paysans ont constitué de grands troupeaux, sans disposer au départ d'un capital en cheptel. Ils commercialisent le surplus de bétail, en profitant des opportunités qu'offre le marché dans ce secteur mais, en même temps, ils fournissent des animaux qui sont sacrifiés dans le Sine lors des cérémonies sociales les plus traditionnelles. Les conditions socioculturelles se transforment lentement. Sur les vieux terroirs du Sine, la gestion foncière est toujours détenue par les anciens ; les femmes et les jeunes hommes souffrent, plus que les autres, du manque de terres et n'ont accès à la fumure et aux équipements qu'en dernier lieu. Dans le Sine, comme dans les Terres neuves, le nombre d’épouses du chef d’exploitation comme le nombre de femmes présentes dans la concession sont des indicateurs fiables de réussite économique.

10Pareilles constatations peuvent être faites dans d’autres sociétés rurales, chez les Wolofs par exemple. Elles nous donnent l'occasion de poser le problème de la modernisation de nos sociétés, même urbanisées, afin de résoudre les sérieux défis de développement auxquels elles sont confrontées.

11Nous pourrions évoquer bien d'autres aspects intéressants de permanences et de changements que font apparaître les chercheurs dans les domaines explorés. Cet ouvrage est remarquable à tous points de vue. Sa lecture est évidemment indispensable à tous ceux qui s’intéressent à la société sereer mais au-delà, il nous apparaît comme un modèle qui devrait inspirer d’autres travaux au Sénégal et ailleurs, en Afrique.

12Il convient de féliciter tous les membres de cette équipe et particulièrement son coordinateur, André Lericollais, qui a conçu le projet et l’a mené à bonne fin, malgré de nombreux obstacles inhérents à pareille entreprise. Il nous a permis ainsi de disposer de cette somme, mieux, de cette synthèse irremplaçable pour la connaissance des paysans sereer.

Auteur

Directeur de l'Ifan (Ucad, Dakar) de 1986 à 1995

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540