Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’innovation en agriculture

 | 
Jean-Pierre Chauveau
, 
Marie-Christine Cormier Salem
, 
Éric Mollard

Présentation

Texto completo

  • 1 Actuellement Laboratoire d'études rurales (LER) de l’Institut de recherche pour le développement ( (...)

1Les activités de réflexion et de formation menées au sein du Laboratoire d’études agraires (LEA) de l’Orstom1 ont été centrées durant trois ans sur le thème de l’innovation, à travers notamment l’animation de séminaires de DEA, l’organisation de tables rondes et la préparation de plusieurs recueils de textes. Outre les chercheurs du LEA participant au séminaire Orstom-LEA du DEA d’Économie du développement rural et agro-alimentaire de l’Ensam-Montpellier-I, l’entreprise a associé des collègues d’autres institutions (Cirad, Gerdal, université...) qui ont apporté une expertise plus spécialisée sur l’innovation.

2Les textes présentés ici ont bénéficié des conseils attentifs d’un comité scientifique (constitué de J. Boutrais, J.-P. Darré, P. Milleville et D. Requier-Desjardins) dont la responsabilité n’est bien sûr pas engagée par les éventuelles lacunes de cet ouvrage.

3Ils ont pour objectif de restituer les résultats des réflexions d’un groupe de chercheurs en agronomie et en sciences humaines soucieux de confronter leurs observations et leurs analyses au « paradigme » de l’innovation. Nous avons cherché, conformément à la vocation du Laboratoire d’études agraires, à promouvoir les synthèses méthodologiques à l’interface des sciences de l’agriculture et des sciences sociales, à faire le point sur l’apport de la problématique de l’innovation aux recherches sur les dynamiques rurales et agraires. Cet ouvrage est l’aboutissement de cette entreprise collective.

4Dans une perspective pédagogique, l’innovation et les changements dans les sociétés rurales sont analysés à travers les disciplines scientifiques, approche privilégiée dans la première partie, puis à travers les grandes questions, anciennes et nouvelles, débattues au sein de chaque discipline et entre elles.

5La première partie, qui compte sept contributions, traite de la place et de l’usage du thème de l’innovation dans les différentes disciplines (agronomie, économie, anthropologie, géographie). Selon les disciplines et les auteurs, il s’agit tantôt d’un balayage assez large de la discipline, qui privilégie une problématique ou un thème déterminé (contributions de Milleville et Mollard pour l’agronomie, de Darré pour l’anthropologie, de Cambrézy et de Cormier-Salem pour la géographie) tantôt d’un exposé des tendances récentes, comme pour l’économie, discipline dans laquelle l’innovation est un thème classique (contribution de Requier-Desjardins). Dans tous les cas, les contributions s’efforcent de montrer l’apport spécifique de chaque discipline à l’analyse de l’innovation et des dynamiques de changement, en s’appuyant sur une bibliographie sélectionnée et/ou ses propres pratiques de recherche.

6Le seconde partie traite des vicissitudes des transferts de l’innovation. Les sept contributions, s’appuyant sur des études de cas, remettent en cause l’interprétation linéaire et déterministe des transferts de l’innovation (depuis la conception, la vulgarisation, la diffusion jusqu’à l’adoption de l’innovation). Elles montrent les limites de l’opposition entre innovations provoquée et spontanée, exogène et endogène, et insistent sur la nécessité de prendre en compte la logique des acteurs ou des innovateurs, qui se réapproprient les propositions d’innovation, en les adaptant à leur environnement. Les études de cas portent sur divers domaines-agricole, alimentaire, halieutique, foncier, institutionnel-dans des contextes géographiques variés – africains principalement, mais aussi latino-américains et français – et font état de la diversité des logiques de l’innovation. Ainsi, les contributions sont centrées sur l’analyse de la diversité des stratégies paysannes face aux projets de développement, s’interrogeant sur les succès ou les échecs des politiques volontaristes (Yung et Bosc, Affou, Gu Konu, Le Roy). Elles s’attachent également à analyser les différents niveaux (local, national, voire international) des prises de décision, confrontent les groupes d’acteurs impliqués dans les projets (paysans, opérateurs du développement, représentants de l’administration et même chercheurs) et montrent la diversité de leurs systèmes de connaissance (Bouju, Charles-Dominique, Aubertin).

7Les six contributions de la troisième partie, intitulée « les temps et les enjeux de l’innovation », s’appuient également sur des études de cas, mais analysées sur des pas de temps plus longs. L’accent est mis sur la nécessaire prise en compte de la durée et de la temporalité pour appréhender les processus de changement. L’innovation est analysée à la lumière des évolutions passées, sur des échelles spatiales plus ou moins larges. Selon les disciplines et les contextes des recherches, les contributions privilégient un domaine ou un produit particulier : l’intensification en Afrique soudano-sahélienne (Milleville et Serpantié), l’hévéa en Indonésie (Levang et Goujon), l’arachide au Sénégal (Gastellu), l’eau dans les Andes équatoriennes (Ruf), les modèles alimentaires au Pérou (Delgado) ou, enfin, les processus de recompositions familiales au Mexique et en Afrique de l’Ouest (Quesnel et Vimard). Ces contributions montrent que les processus de changement sont variables selon les contextes spatio-temporels et que les trajectoires d’innovation ne sont en rien linéaires.

Notas

1 Actuellement Laboratoire d'études rurales (LER) de l’Institut de recherche pour le développement (IRD. ex-Orstom), à Montpellier.

© IRD Éditions, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540