Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Conclusion générale. L’avenir de la région de la Bagoué

Texte intégral

1L’étude de la région de la Bagoué (15 000 km2 et 180 000 habitants en 1975) a d’abord rendu compte des réalisations de la CIDT, la Société ivoirienne pour le Développement des Textiles qui a appliqué ici, à partir de 1973, une nouvelle politique agricole à généraliser à l’ensemble du Nord-Ouest ivoirien et fondée sur l’emploi de la charrue. Mais elle a surtout insisté sur l’évolution de la gestion paysanne de cette région, appréhendé à trois échelles différentes : la région de la Bagoué, le Pongala (une de ses sous-régions), Syonfan (un des terroirs du Pongala). Des informations de nature et de qualités différentes, liées à des moyens d’investigation adaptés à chaque espace ont permis :

  • Au niveau de la région de la Bagoué, de cartographier les rapports entre l’agriculture et les hommes à 20 ans de distance (1955-1975), de mesurer les changements quantitatifs et l’évolution de la répartition des hommes et des cultures (cultures vivrières pluviales, champs de coton, rizières), de localiser enfin certains éléments du développement pris en charge par la CIDT (coton, défrichements, culture attelée) ou par la SODEPRA (zébus, taurins).
  • Au niveau de la sous-région du Pongala, de mieux comprendre l’évolution démographique relativement complexe de la région de la Bagoué (croissance des petits villages plus rapide que celle des gros, accueil d’immigrants venus du Mali pas ou mal recensés, accroissement du taux d’émigration au cours des dernières années) et de rendre compte notamment des prêts de terres et du “confiage” des taurins entre les paysans des terroirs densément cultivés et ceux des zones périphériques, possédant des réserves de terre plus importantes ; ces phénomènes sont si constants qu’ils relèvent d’une méthode empirique d’organisation de l’espace régional.
  • Au niveau de la communauté paysanne de Syonfan, de renforcer les analyses précédentes, mais aussi de caractériser un système agraire en pleine évolution, qu’il s’agisse des rythmes de l’exploitation agricole (méthodes de défrichements, façons culturales, associations et successions des plantes, durée d'utilisation et déplacements des champs et des jachères, répartition des temps de travaux agricoles) ou des choix des exploitants liés aux habitudes de leurs groupes sociaux et à leurs capacités productives. C’est aussi sur ce terroir qu’on a pu montrer l’intérêt de la culture attelée pour une meilleure répartition des travaux agricoles annuels et c’est là qu’on a observé, avec précision, les effets néfastes des défrichements au bulldozer sur des champs qui restaient temporaires, ici comme partout ailleurs.

2Nous ne reviendrons pas sur l’évolution des systèmes agraires de la région de la Bagoué, reformulée à chaque étape de cet ouvrage, en fonction d’approches d’autant plus précises que se réduisaient les champs d’observation. En revanche, nous envisagerons ici l’avenir de cette région qui relève de choix politiques nationaux.

3Trois situations conflictuelles exigent réflexion : la cohabitation entre paysans autochtones et Peul, rendue difficile par la forte augmentation des troupeaux de zébus chassés du Sahel par la sécheresse, la concurrence vivriers-coton dans un contexte d’émigration rurale et l’influence de la mécanisation agricole sur les systèmes agraires et les structures sociales.

L’élevage bovin et la cohabitation peul — paysans

4Les troupeaux des Peul gènent les agriculteurs mais doublent aussi les capacités d’élevage bovin de la région, alors que se développe la culture attelée dans le Nord-Ouest et que la Côte-d’Ivoire manque de viande de boucherie. Les conflits sont réels et il n’est pas sûr que la sédentarisation des Peul dans la zone vide de la Palé, au sud-ouest de la région et leur déploiement dans des réserves relevant de terroirs agricoles bien délimités puissent apaiser ces conflits ; en revanche, l’encadrement par la SODEPRA des troupeaux des agriculteurs semble avoir plus de chance d’améliorer les rapports entre Peul et paysans, en faisant prendre conscience à ces derniers de l’intérêt économique de l’élevage taurin qui exige, pour être rentable, qu’on y consacre du temps et de l’argent et qu’on l’intègre à l’agriculture, non seulement en élevant des animaux de trait, mais aussi en faisant pâturer par les troupeaux les jachères artificielles ou tout au moins les champs récoltés, en organisant les parcours et en aménageant des points d’eau, toutes activités qui intéressent aussi les Peul. Si des intérêts économiques communs aux Peul et aux paysans se dégagent, si l’amélioration de l’élevage bovin se poursuit, celui-ci constituera un pôle de développement régional, favorisé par une forte demande des consommateurs ivoiriens.

La concurrence vivriers-coton et l’exode rural

5Dans le jeu de la concurrence vivriers-coton, les paysans n’ont guère les moyens de résister au développement du coton, même au détriment des cultures vivrières. Pour que les risques de pénuries locales soient écartés et pour que la région participe à l’alimentation des villes, deux conditions doivent être réunies : la création d’un circuit de commercialisation des vivriers aussi efficace que celui du coton et une politique des prix qui rende à la fois la production vivrière rentable pour les paysans et son achat accessible aux consommateurs urbains, avec ou sans subventions.

6En 1978, la région de la Bagoué se situait hors des circuits de commercialisation des vivriers, ce qui n’était pas le cas, rappelons-le, de la région de Korhogo pourtant toute proche. Seul l’État ivoirien, par l’intermédiaire de la CIDT, devenue responsable de l’ensemble du développement agricole du Nord, peut susciter la création d’un réseau privé ou contrôler un réseau public de commercialisation des vivriers. Si cette prise en charge est incluse dans le programme de développement de la production du riz pluvial et du maïs de la CIDT, elle permettra probablement de transformer en réussite ce qui était un semi-échec en 1978.

7Quant à la politique des prix, elle allait presque dans le bon sens, puisqu’une journée de travail sur une rizière ou sur un champ de coton aurait rapporté la même somme : 450 F CFA en 1978, si cette année-là la CIDT n’avait pas remis gratuitement aux paysans les engrais à épandre sur les champs de coton.

8Une politique des prix bien ajustée favoriserait les paysans, mieux protégés contre les pénuries et assurés de revenus complémentaires en cas d’excédents, elle bénéficierait aux consommateurs urbains et au pays tout entier, moins enclin à dépenser ses devises pour importer des produits alimentaires de base. Elle permettrait peut-être d’enrayer le mouvement d’exode des jeunes ruraux. Si le désir d’émancipation rend toujours compte des départs, une certaine connaissance des rapports économiques, favorables aux citadins et défavorables aux paysans, dans le Nord tout au moins, a guidé bon nombre de ces jeunes gens vers les villes. À Syonfan, cet exode a entraîné la stagnation de l’activité agricole des parents restés sur place, comme s’ils attendaient une aide des émigrés, alors que l’activité agricole et les revenus cotonniers des autres familles augmentaient.

9Tout un ensemble d’améliorations de l’infrastructure du Nord a été pris en charge par l’État depuis 1974 : creusements de puits, construction de routes, écoles, dispensaires et bâtiments publics. Le développement du coton et de la culture attelée dans le Nord-Ouest, celle du riz irrigué autour de Korhogo, l’encadrement de l'élevage taurin procèdent d’une même volonté de créer un pôle économiquement attractif. Il reste donc à susciter des réseaux de commercialisation des vivriers là où ils manquent et ajuster au mieux les prix du coton, du riz et du maïs pour limiter les pénuries alimentaires, tenter de freiner l’exode rural et participer à l’approvisionnement des villes.

La mécanisation de l’outillage agricole

10Absent en 1961, le coton allen était devenu omniprésent quinze ans plus tard ; il couvrait le tiers des surfaces cultivées de la région de la Bagoué et fournissait plus de la moitié des revenus des habitants de Syonfan, en accaparant 40 % des travaux agricoles des actifs en 1975. Par ailleurs, l’arrivée d’une période plus sèche permettait aux paysans, notamment ceux de la partie orientale de la Bagoué, de transformer en rizières des bas-fonds naturellement dépourvus d’arbres (à Syonfan, 40 % des travaux agricoles étaient consacrés aux rizières en 1975). L’accroissement de la charge de travail rendait donc utile l’emploi de la charrue, introduite par la CIDT en 1973. L’outil connut un succès très rapide sur les rizières (90 % de celles de Syonfan étaient labourées à la charrue, en 1978), plus lent sur les interfluves à cause des indispensables dessouchages préalables à son usage, dans cette région de savane boisée où dominaient les cultures temporaires suivies de jachères. On s’est attaqué à de jeunes jachères pour que les dessouchages soient plus rapidement terminés et la durée des champs temporaires s’est allongée pour rentabiliser les travaux de défrichements. Ainsi, la mécanisation agricole a favorisé le développement d’une agriculture un peu plus permanente, même lorsque la faible densité des champs permettait de maintenir une longue jachère boisée. Sur ces exploitations, comme sur celles des terroirs plus densément cultivés, des travaux supplémentaires sont nécessaires pour éviter une baisse de rendements (contrôle de l’herbe par les sarclages, régénération des sols par des cultures fourragères pâturées par les taurins). La gestion à long terme du patrimoine régional est en cause et la CIDT doit donner la priorité à cet aspect de son programme de développement, qui n’avait pas encore donné de résultat en 1978.

11Si l’obligation de dessoucher les interfluves freine l’accroissement des surfaces cultivées à la charrue, la propriété d’un tracteur permet de surmonter l’obstacle plus aisément, grâce aux revenus substantiels obtenus sur de grandes surfaces cultivées avec cet engin. Aussi, la mise en place, en 1978, des 23 premières exploitations agricoles motorisées est porteuse de changements encore plus décisifs que ceux obtenus en culture attelée. Elle peut favoriser le décollage économique d’une élite rurale, qui rendrait la région plus attractive. L’élaboration d’une nouvelle législation foncière devient néanmoins nécessaire pour empêcher ces nouveaux grands exploitants de dévorer un espace déjà insuffisant dans les noyaux les plus peuplés de la région. Dans la perspective d’un décollage économique, cette législation garantirait le maintien de l’équilibre écologique et socio-économique régional.

12Recommander l’élaboration d’une nouvelle législation foncière signifie que la gestion du Nord-Ouest ivoirien et particulièrement celle de la région de la Bagoué a changé de nature. L’espace était toujours contrôlé par les paysans en 1975. Néanmoins la puissance politique et économique de la SODEPRA et particulièrement celle de la CIDT, liée à la diffusion d’un outil qui l’a écartée de ses préoccupations premières (le coton), a changé le rythme et la nature d’un développement jusque-là lent et partiel :

  • Les actions ponctuelles se sont interconnectées, volontairement ou non ; ainsi, le développement des rizières par les paysans et l’amélioration de l’élevage taurin par la SODEPRA ont largement participé au succès de la culture attelée introduite par la CIDT.
  • Les actions proposées par les deux sociétés ont pris une telle envergure que certaines de leurs retombées sont inattendues (réduction de la durée des jachères et allongement de la durée des champs cultivés à la charrue, sans stabilisation des champs), dangereuses (défrichement au bulldozer pour quelques années de culture) ou difficilement prévisibles (sédentarisation des Peul à la Palé).

13Nous retiendrons donc que les sociétés de développement d’État ont mis au service des paysans des moyens techniques hors de leur portée directe ; les paysans les ont adaptés à leurs besoins ce qui rend l’expérience positive. C’est aussi le signe que le développement autonome n’est plus viable et que les paysans ont besoin de l’État pour redistribuer des moyens de travail puissants, pour se préserver des dangers dont sont porteurs ces moyens, pour ajuster enfin ce développement aux besoins de la Nation.

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540