Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Troisième partie. Le village témoin de Syonfan, les transformations de l'organisation de la société, du temps et de l'espace

Conclusion

Texte intégral

1Syonfan 1974-1978 ? Une communauté rurale en pleine transformation. Si l’analyse de son passé démographique et agricole depuis les années cinquante nous semble assez complète, son avenir n’est pas clairement tracé. En particulier quatre questions restent en suspens :

  • Comment évoluera la courbe démographique de cette communauté, en baisse pour la première fois entre 1976 et 1978 depuis l’année 1955 ? Le mouvement d’émigration de jeunes hommes vers la région cotonnière de Dianra et vers les villes touchait surtout le groupe logon. Il s’est traduit par une baisse de dynamisme agricole de ceux qui restaient et notamment par une croissance très lente des revenus cotonniers de ce groupe. Ce mouvement intéressera-t-il les Pongabélé ? Va-t-il s'amplifier, se maintenir, se réduire ? Aux jeunes de choisir leur lieu de vie, en fonction de leur désir d’émancipation et des potentialités économiques de leur terroir.
  • Comment se règlera la concurrence entre les productions cotonnière et vivrière afin que les paysans ne soient pas obligés, comme en 1977-78, d’acheter avec les revenus du coton, du riz et du maïs qu’ils auraient dû produire eux-mêmes ? Dans une région sans circuit de commercialisation des vivriers bien établi, il semble difficile que les paysans sèment plus qu’ils n’est nécessaire chaque année, malgré les risques de sous-production en cas de pluies insuffisantes ou mal réparties.
  • Que deviendra le système agraire en place sur les interfluves pour s’adapter aux dessouchages préalables à l'emploi d’une charrue, qui a par ailleurs prouvé son utilité ? La diminution des temps de jachère nécessaire pour faciliter le dessouchage, l'allongement de la durée d'utilisation des champs indispensable pour rentabiliser ce travail initial étaient en cours et devaient probablement se solder par une fertilité moindre et davantage d’adventices. Jachère fourragère, engrais, désherbants ou tout au moins multiplication des sarclages devenaient nécessaires. Ainsi, de façon indirecte, l’emploi de la charrue risquait d’entraîner ou bien une surexploitation néfaste du terroir ou bien la mise en place d’un système de cultures permanentes, avant même que les paysans ne manquent de terre à cause du développement de la culture cotonnière et du maintien de la pression foncière exercée par les habitants du noyau dense de Kasséré sur ce terroir périphérique.
  • Que signifie, à long terme, l’émergence économique du tiers des chefs de famille les plus nombreuses de Syonfan ? Tant que leur pouvoir dépend du nombre d’actifs présents dans la famille pour produire du coton, cette émergence est temporaire, liée aux fluctuations démographiques et aux départs inéluctables des jeunes ménages. Mais les tracteurs, introduits dans la région, par la CIDT en 1978, allaient peut-être constituer des investissements suffisamment lucratifs pour que leurs propriétaires puissent embaucher des salariés et se soustraire en partie aux fluctuations de la main-d’œuvre familiale.

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540