Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Troisième partie. Le village témoin de Syonfan, les transformations de l'organisation de la société, du temps et de l'espace

Transformation de l’organisation de l’espace agricole et surcharge de travail

Texte intégral

1L’analyse du système agraire est primordiale puisque l’agriculture fournissait, aux habitants de Syonfan, le plus clair de leurs ressources alimentaires et monétaires en 1974-1978.

2L’organisation de l’espace agricole est en partie déterminée par les contraintes du milieu naturel, analysées par P. Peltre. En 1974-75, elle se caractérisait par la présence récente de champs quasi permanents dans les bas-fonds et par le maintien du système de cultures temporaires sur les interfluves. Ce système se modifiait peu à peu : on observait une certaine intégration du coton aux cultures vivrières, un allongement de la durée des champs et un raccourcissement des jachères dessouchées au treuil.

3Quant à l’organisation du travail agricole, profondément transformée par le développement du coton et du riz de bas-fond, elle était marquée par une surcharge d’activités, allégée en partie par l’utilisation de la charrue.

Le milieu naturel du terroir1

  • 1 Ce sous-chapitre est rédigé par P. Peltre, géomorphologue ORSTOM.

4Nous avons déjà brièvement évoqué les principaux caractères du modelé et des sols sur le terroir (p. 148). Rappelons que ce dernier s’étend sur le piedmont oriental d’un chaînon de schistes quartzitiques de 630 mètres d’altitude, les collines de Leunyougo, qui dominent la pénéplaine de 200 mètres environ et constituent localement la ligne de partage des eaux entre le bassin du Bandama à l’est et celui de la Bagoué, affluent du Niger, à l’ouest. Ce piedmont oriental, drainé par les petits affluents du Badénou, tributaire du Bandama, constitue une partie du haut du bassin de ce dernier.

Le modelé

5Le modelé est constitué pour l’essentiel, de vastes croupes faiblement convexes, dominées par quelques buttes-témoins cuirassées, de faible extension qui constituent les points hauts de la pénéplaine au pied des collines de Leunyougo. L’ensemble du relief reste peu vigoureux, avec des versants bien développés, rectilignes ou faiblement convexo-concaves, dont les pentes n’excèdent pas 4 à 6 %, à l’exception des corniches et talus délimitant les buttes-témoins cuirassées.

6Cette morphologie, développée sur un substrat essentiellement schisteux, résulte du démantèlement, au cours du Quaternaire, d’un système de glacis de piedmont cuirassés lors d’une succession d’épisodes morphoclimatiques qui ont laissé des traces assez nettes comme dans tout le nord de la Côte-d’Ivoire, d’autant mieux conservées que l’on se trouve proche de la ligne majeure de partage des eaux entre bassin atlantique et bassin du Niger.

7Comme l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest, la région a subi, au cours du Quaternaire, au moins quatre alternances climatiques : à des périodes d’un climat humide et régulier succédaient des épisodes plus secs et surtout plus contrastés, à longue saison sèche et précipitations fortement concentrées en une courte saison des pluies. Les périodes humides, en autorisant un bon développement de la végétation arborée, ont eu des effets voisins de ceux que l’on observe en zone de forêt dense, où les processus d’érosion mécanique sont extrêmement réduits au bénéfice des phénomènes d’altération qui, par l’individualisation et la concentration des oxydes de fer dans les profils pédologiques, préparent l’induration et le cuirassement ferrugineux des formes lors de l’assèchement postérieur.

8Paradoxalement, c’est donc durant les épisodes secs et contrastés que les processus d’érosion mécanique ont le plus fortement joué, principalement du fait d’une végétation très clairsemée et peu couvrante à l’égard de précipitations d’autant plus violentes qu’elles sont concentrées en une courte saison des pluies. Morphogénétiquement, ces épisodes secs ont eu un triple effet : l’incision du réseau hydrographique, soumis à des crues brèves et violentes, le cuirassement des interfluves par dessiccation des oxydes de fer au sein d’horizons d’autant mieux drainés que le niveau de base hydrographique s’est abaissé et le façonnement par ruissellement diffus d’aplanissements sous la forme de glacis-versants, vastes versants en pente faible, réguliers et légèrement concaves qui assurent le raccord progressif entre les thalwegs et les corniches que l’érosion dessine grâce au cuirassement.

9Cette évolution, par succession d’épisodes morphoclimatiques contrastés, aboutit à des formes cuirassées étagées, dont les plus anciennes occupent les situations les plus hautes dans le paysage, puisqu’il s’agit de mises en inversion de relief successives : le plus ancien glacis, façonné par une première période sèche, s’est cuirassé lors de l’incision provoquée par le prochain épisode agressif, après individualisation et concentration des oxydes de fer dans ses sols, au cours de la longue période d’intense altération qui sépare les deux épisodes secs (P. Peltre, 1977).

10Au cours de cette évolution, chacun des épisodes humides a provoqué, par altération, une certaine “fonte” sur place des cuirasses déjà formées, atténuant fortement la vigueur des formes du relief ; seuls ont subsisté avec netteté au pied des collines de Leunyougo des lambeaux du glacis le plus ancien, très puissamment cuirassé, ainsi que des buttes-témoins de petite taille, qui coiffent les interfluves faiblement convexes.

  • 2 Pour le distinguer de l’étage dit du “haut-glacis”, beaucoup plus répandu.

11La figure 21 montre deux restes importants de ce glacis le plus ancien, dit du “très haut-glacis”2, qui s’étendent de part et d’autre des collines de Leunyougo. Ces restes constituent de véritables bové perchés, cuirasse affleurante couverte d’une végétation graminéenne et arborée très clairsemée, qui conservent la conca-vité nette caractéristique du façonnement des glacis et dominent la pénéplaine de 50 à 100 mètres par une corniche cuirassée franche et un talus à gros blocs, haut d’une vingtaine de mètres. Deux autres petites buttes-témoins du très haut-glacis subsistent dans le quart sud-est du terroir, identifiables à la vigueur de leur corniche et au faciès particulier de leur cuirasse.

12Les glacis qui se sont développés au pied des lambeaux du “très haut-glacis” appartiennent à la génération du “haut-glacis”, dont les tables cuirassées et les buttes-témoins jalonnent presque partout les sommets d’interfluve de la pénéplaine dans tout le nord du pays. Il ne subsiste de ces glacis, moins puissamment cuirassés que le précédent, qu’un seul important lambeau de bowal au nord de Syonfan, qui conserve la forme triangulaire et la concavité caractéristique des glacis, et se raccorde, directement à l’amont, à un reste de “très haut-glacis” par une rupture de pente à gros blocs (coupe A de la figure 21). Pour le reste du terroir, le “haut-glacis” se réduit à de petites buttes-témoins cuirassées qui dominent chacun des interfluves par une petite corniche ou un talus haut de trois à cinq mètres, ainsi qu’à des formes dégradées qui constituent les sommets plan-convexes des interfluves (coupe B et C de la figure 21). Ce “haut-glacis" dégradé, qui se raccorde aux versants par une rupture de pente convexo-concave peu accusée, est rarement cuirassé, mais présente des sols gravillonnaires riches en blocs et cailloux de cuirasse ; ces sols sont susceptibles de s’indurer localement en carapaces secondaires à la faveur des ruptures de pente.

13Les formes de versants, développés au pied du “haut-glacis” dégradé, appartiennent à la génération dite du “moyen-glacis” et ne constituent plus des glacis de piedmont à proprement parler, mais plutôt des versants-glacis qui divergent autour des sommets d’interfluves. Ces versants sont bien développés et occupent près de la moitié de la superficie du terroir ; de profil rectiligne ou faiblement concave, en pente faible n’excédant pas 4 % le plus souvent, ils présentent des sols voisins de ceux de “haut-glacis” dégradé, qui s’indurent fréquemment en bas de pente en une frange à cuirasse affleurante large de 50 à 150 mètres. Le bas de versant se termine en général sur un talus dominant l’entaille de bas-fond d’un à deux mètres, ce qui a permis une accélération du drainage dans la partie aval du versant et l’induration des oxydes de fer dans la frange ainsi préférentiellement drainée.

  • 3 Plus au nord, au Mali et au Burkina Faso, il existe, inscrit dans le “moyen-glacis, un véritable “ (...)

14Le bas du moyen-versant se termine donc sur un talus fréquemment induré, qui domine un très court versant sablo-limoneux assurant le raccord avec des bas-fonds à profil plat. Cette entaille dans le moyen-versant constitue un témoin unique de deux courts épisodes secs, les derniers du Quaternaire, dit du “bas-glacis” et de la “basse-entaille”3, dont les traces se confondent le plus souvent, à proximité de la ligne de partage des eaux. L’incision réalisée par ces épisodes agressifs s’est ensuite partiellement comblée par apport d’un matériel colluvio-alluvial fin, créant des bas-fonds à profil plat où les sols présentent une texture limono-argileuse. Le bas-versant sablo-limoneux qui assure le raccord entre le bas-fond et l’aval du moyen-versant ne prend quelque extension que très localement, le plus souvent lorsque le moyen-versant, non induré sur une petite distance, a peu résisté à l’érosion ; dans ce cas, peu fréquent sur le terroir, le moyen-versant passe progressivement au bas-versant par une simple rupture de pente convexo-concave.

Les sols

15Au total, le terroir de Syonfan présente un modelé assez peu diversifié, composé pour plus de 80 % de sa superficie, de croupes plan-convexes et de vastes versants où les sols ferrallitiques rouges, riches en gravillons et blocs de cuirasse, occupent la plus grande place. Les cuirasses résiduelles qui dominent le paysage n’ont de réelle extension qu’à proximité immédiate des collines de Leunyougo, dont elles jalonnent les anciens glacis de piedmont, et se trouvent pour la plupart en dehors du terroir ; pour le reste elles sont réduites à des buttes-témoins cuirassées de petite superficie qui n’occupent que 3 % de la superficie totale, mais qui, ayant alimenté en gravillons et blocs de cuirasse les sols développés en contrebas, ont par conséquent influencé la pédogénèse dans une mesure très supérieure à leur superficie. Quant aux bas-fonds hydromorphes, ils ne représentent que 6 % de la superficie du terroir.

16En simplifiant, trois grandes catégories de sols se partagent très inégalement le terroir :

  • des cuirasses résiduelles, inutilisables, qui dominent le paysage et représentent 3 % de la superficie du terroir : “très haut-glacis” et “haut-glacis” (coupes A, B et C de la figure 21) ;
  • les sols hydromorphes des bas-fonds qui occupent 6 % de sa superficie ;
  • enfin un vaste complexe de sols ferrallitiques qui occupe l’ensemble des croupes plan-convexes et représente près de 80 % de la superficie du terroir ; les sols riches en gravillons et souvent en débris de cuirasse, classés dans le groupe des sols remaniés, en constituent de loin la majeure partie, traduisant logiquement le style de l’évolution morphogénétique, dominé par la dégradation de glacis abondamment cuirassés : “haut-glacis” dégradé et moyen-versant (coupes A, B et C de la figure 21).

17Dans ce complexe de sols ferrallitiques des modelés d’interfluves et des versants, dont une partie présente des cuirasses et carapaces affleurantes, selon une localisation souvent anarchique, la carte pédologique de la région de Gbon (1/50 000) (Suth Som Boun, Keo Marady, 1974) distingue trois complexes que nous décrirons brièvement :

  • les sols ferrallitiques fortement désaturés remaniés modaux et remaniés rajeunis ;
  • les sols ferrallitiques fortement, moyennement ou faiblement désaturés remaniés indurés ;
  • les sols ferrallitiques faiblement désaturés remaniés colluvionnés4.

Figure 21 - Croquis morphologique de la région de Syonfan avec localisation des coupes.

18Les caractères qui définissent la sous-classe (degré de désaturation du complexe absorbant dans l’horizon d’accumulation) n’intervenant qu’à plus de 15 cm de profondeur, soit hors de portée des façons culturales habituellement pratiquées, nous ne distinguerons les sols, dans les descriptions, qu’au niveau du groupe de sols.

19a) Les sols ferrallitiques remaniés modaux et remaniés rajeunis occupent le pied des buttes-témoins cuirassées et constituent le plus souvent la partie sommitale des croupes plan-convexes ; ils occupent environ 31 % de la superficie du terroir.

20Les sols remaniés modaux sont constitués d’un horizon fortement gravillonnaire, épais de 60 cm à 1 m, reposant sur un horizon argileux d’altération :

  • 0 - 15 cm : horizon humifère sablo-limoneux gris-brun clair, gravillonnaire (80 %) ;
  • 15 - 35 cm : sablo-limoneux ocre rouge (54 % de sables), gravillonnaire (80 %), structure polyédrique ;
  • 35 - 90 cm : argileux jaune rougeâtre (48 % d’argile), gravillonnaire (80 %), structure polyédrique ;
  • 90-200 cm : argileux (32 %) jaune rougeâtre à taches jaunes, 10 % d’éléments grossiers (fragments de schistes), structure fragmentaire associée à des restes de structure feuilletée des schistes.

21Lorsqu’une induration en carapace apparaît à plus de 80 cm de profondeur, ces sols sont dits à faciès induré, induration qui intervient peu pour l’agriculture à cette profondeur.

22Les sols remaniés rajeunis sont caractérisés par la présence de l’horizon d’altération à plus faible profondeur (moins de 80 cm) sous l’horizon gravillonnaire, dans lequel apparaissent dès 10 à 20 cm de profondeur des fragments de schistes. Ces sols présentent une bonne réserve en bases dans l’horizon humifère, qui devient faible en profondeur, ainsi que 3 % de matière organique dans les 10 premiers centimètres ; la teneur en eau utile est assez bonne (7 à 10 %) en surface et atteint 16 % en profondeur. Le pH est légèrement acide en surface (6 à 6,5) et franchement acide en profondeur (5,2). Tous ces sols comportent fréquemment des blocs et cailloux de cuirasse en quantités variables en surface et au sein de l’horizon gravillonnaire, d’autant plus nombreux que l’on est proche de la corniche cuirassée qui a fourni ces débris lors de son démantèlement ; de plus, la répartition de ces blocs n’est pas toujours directement liée aux corniches, puisqu’il arrive que des lignes de blocs jalonnent l’emplacement d’une corniche complètement démantelée dont il ne reste plus de trace dans le paysage.

23b) Les sols ferrallitiques remaniés indurés correspondent pour l’essentiel au moyen-versant et, dans une moindre mesure, à certaines zones localisées des sommets de croupes, principalement aux ruptures de pentes ; ils constituent le groupe de sols le mieux représenté sur le terroir, avec 44 % de sa superficie. Ces sols sont constitués d’un horizon gravillonnaire plus ou moins humifère reposant sur un horizon tacheté induré en carapace ou en cuirasse, selon la vigueur de l’induration :

  • 0 - 10 cm : horizon humifère sablo-limoneux à sable grossier, gris clair, 30 % de gravillons, structure polyédrique fine peu nette ;
  • 10 - 45 cm : argilo-sableux (28 à 34 % d’argile), brun rouge pâle, 60 à 80 % de gravillons, structure polyédrique fine ;
  • 45 - 200 cm : argilo-sableux jaune rougeâtre, tacheté, induré en carapace assez peu compacte, pas de pénétration racinaire.

24Il s’agit de sols légèrement moins fertiles que les précédents, qui offrent une réserve en bases moyenne et un taux de matière organique plus faible (1,9 %) dans l’horizon humifère ; la teneur en eau utile est plus faible (5 %) en surface et le pH identique. L’aspect le plus limitant de ces sols est naturellement constitué par la présence, à faible profondeur, d’un horizon induré qui limite le volume exploré par les racines des plantes cultivées.

25Lorsque l’horizon gravillonnaire est décapé par l’érosion, ou bien lui-même induré, la carapace affleure en surface et durcit considérablement. Ces affleurements apparaissent préférentiellement aux ruptures de pente et en amont de ces dernières, comme c’est le cas dans l’aval du moyen-versant, fréquemment induré sur une frange de 50 à 150 mètres de large à la faveur du talus qui domine les bas-fonds. Mais ces plages de carapace affleurante apparaissent également le long des versants, voire sur certains sommets de croupes, selon une localisation anarchique qui ne répond à aucune règle discernable. Au total, on peut estimer que le quart, voire la moitié peut-être, de ces sols sont inutilisables, même en façons culturales traditionnelles qui n’affectent qu’une tranche mince des horizons de surfaces.

26c) Les sols remaniés colluvionnés sont constitués d’un horizon de recouvrement sablo-limoneux pauvre en gravillons, qui repose sur un horizon plus gravillonnaire fréquemment réduit à une nappe de gravats (stone-line) ; cette dernière fossilise l’horizon d’altération limono-argileux tacheté. Peu représentés sur le terroir dont ils n’occupent que 5 % de la superficie, ces sols correspondent à des zones non indurées du moyen-versant où ils prennent le relais, vers l’aval, des sols remaniés modaux du sommet d’interfluve :

  • 0 - 25 cm : horizon humifère sablo-limoneux (50 % de sable) brun pâle, 5 à 10 % de gravillons, structure polyédrique nette ;
  • 25 - 50 cm : argilo-sableux (36 % d’argile) jaune, 30 % de gravillons, structure polyédrique nette, moyenne et fine ;
  • 50 - 120 cm : argilo-limoneux (35 % d’argile) jaune, 30 % de gravillons et débris de schistes altérés, structure polyédrique fine et moyenne ;
  • 120 - 200 cm : limono-argileux (25 % d’argile) jaune tacheté de rouille, très peu gravillonnaire, structure polyédrique fine et traces de feuilletage (altérites schisteuses).

27Ces sols présentent de bonnes propriétés physiques et chimiques : peu d’éléments grossiers, réserve en eau utile de 9 à 13 % en surface, augmentant jusqu’à 30 % en profondeur, bonne structure. L’horizon humifère offre une bonne réserve en base, ainsi que 3 % de matière organique bien évoluée. Le bloc de coton défriché au bulldozer en 1973, près de Bégui, est notamment implanté sur ce type de sol, qui convient bien à la mécanisation par sa texture, cependant fragilisée à l’égard de l’érosion par compactation des horizons supérieurs.

28Les sols sablo-limoneux du bas-versant, irrégulièrement développés entre le talus aval du moyen-versant et les thalwegs à fond plat, sont fréquemment absents et n’occupent pas plus de 5 % de la superficie du terroir. Légèrement hydromorphes en saison des pluies (pseudogley de surface), ces sols présentent des qualités moyennes, comparables à celles des sols ferrallitiques des versants, avec des réserves en bases moyennes, un taux de matière organique de 3 % en surface et une teneur en eau utile de 12 % ; leur structure est variable, souvent assez bonne (grumeleuse à polyédrique fine), mais parfois massive lorsque la texture est fortement limoneuse.

29À ces sols ferrallitiques d’interfluve, il faut ajouter des sols peu évolués d’érosion et des sols brunifiés, localisés dans la dépression périphérique qui borde les collines de Leunyougo, dans l’ouest du terroir dont ils n’occupent que 2 %. Ces sols présentent des qualités chimiques moyennes, mais ils sont souvent peu profonds et caillouteux.

30Enfin les sols hydromorphes des bas-fonds, contrastant fortement avec les sols ferrallitiques des interfluves, occupent 6 % de l’ensemble du terroir. De texture limono-argileuse à structure massive en surface, ils sont constitués d’horizons meubles épais de 0,5 à 1 mètre environ, à pseudogley de surface ou gley de profondeur en fonction de l’existence d’une nappe phréatique permanente, qui reposent le plus souvent sur un horizon riche en éléments grossiers, fréquemment induré en carapace :

  • 0 - 35 cm : limono-argileux (43 % de limons), gris sans taches jusqu’à 10 cm, puis brun pâle avec quelques taches rouilles, structure fragmentaire peu nette à massive ;
  • 35 - 65 cm : limono-argileux (32 % d’argile), gris clair tacheté de rouille, structure fragmentaire polyédrique moyenne à fine, 10 % de gravillons ;
  • 65 - 120 cm : 80 % de gravillons et concrétions ferrugineuses, induré en carapace jaune rougeâtre à nombreuses taches rouilles, matrice argileuse.

31Ces sols présentent une réserve moyenne en bases, un taux de matière organique de 3 % en surface et une teneur en eau utile de 4 %. Un tiers d’entre eux environ sont utilisés sur le terroir pour le riz de bas-fond, sans autre aménagement hydraulique que des petites rigoles de drainage.

32En résumé, le terroir se compose de sols assez faiblement différenciés entre eux, si l’on excepte les cuirasses résiduelles et les sols hydromorphes de bas-fonds. La quasi-totalité des sols d’interfluve sont fortement gravillonnaires et présentent des réserves en eau utile et une fertilité chimique moyennes ou médiocres, ainsi que de fréquentes contraintes d’induration à faible profondeur ou dues à la présence de blocs de cuirasse, dans les horizons supérieurs.

Le couvert végétal

33La région de la Bagoué fait partie du domaine soudanais à climax de forêt claire, caractérisé par les savanes boisées et arborées qui en dérivent par dégradation anthropique. La forêt claire se définit par la coexistence de deux strates, l’une arborescente à petits arbres de 8 à 15 mètres de haut, à cimes jointives ou presque, l’autre herbacée, principalement graminéenne, assez ouverte avec des touffes rarement contiguës. Les savanes boisées et arborées s’en distinguent par une moindre densité de la strate arborée, qui dépasse rarement un taux de couverture de plus de 50 %.

34Floristiquement, ces forêts claires et savanes boisées se caractérisent par la présence commune, dans la strate arborée, de Daniellia oliveri, Terminalia glaucescens, Isoberlinia doka, Parkia biglobosa, Lophira lanceolata parmi les plus connus ; dans la strate herbacée, les divers Andropogon (tectorum, africanus et schirensis) sont fréquemment représentés, ainsi que les Hyparrhenia (smithiana et subplumosa), Beckeropsis uniseta, Aframomun uniseta.

35Sur le terroir de Syonfan, les formations végétales sont des savanes boisées qui offrent un aspect assez dense, proche de celui de la forêt claire typique, avec un taux de couverture de la strate arborée qui atteint et dépasse 50 % dans les zones incultivables, naturellement protégées des défrichements comme sur les collines de Leunyougo, sur les buttes-témoins cuirassées et l’aval du moyen-versant dont la cuirasse, bien qu’affleurante, est à la fois suffisamment fracturée et bien drainée pour autoriser un bon développement de la strate arborée. Dans les zones cultivables, soumises à l’alternance de défrichements et de longues jachères, la densité du couvert arboré varie en fonction de la durée de mise en jachère : on passe d’une centaine d’arbres à l’hectare sur champ cultivé, à un millier par hectare sur des jachères de plus de 30 à 40 ans et, dans tous les cas, la reconstitution de la strate arborée est assez rapide. Avec un arbre pour 10 mètres carrés en moyenne, le taux de couverture de la strate arborée, dans les zones cultivables du terroir, reste donc élevé après reconstitution et atteint assez fréquemment 50 %.

36Les seules zones très faiblement boisées sont constituées par les bové des glacis cuirassés perchés, en bordure des collines de Leunyougo, où l’engorgement total en saison des pluies est beaucoup plus limitant que la compacité de la cuirasse, comme le montre le liseré arboré très serré implanté sur le talus, qui déborde vers l’intérieur de la table cuirassée, sur une frange de 10 à 20 mètres de large où se fait encore sentir le drainage préférentiel lié à l’escarpement.

37Enfin les bas-fonds sont herbeux, en quasi totalité et ne comportent de forêt-galerie que très à l’aval. Ces dernières n’apparaissent que sur la bordure orientale du terroir, sur le Yénéfor et sur un court tronçon du Loukoublé, où le thalweg est suffisamment incisé pour réaliser un drainage naturel sur ses berges ; partout ailleurs c’est également l’engorgement de saison des pluies qui interdit tout développement arboré, les sols des bas-fonds étant en conditions asphyxiantes pendant 4 à 6 mois par an.

38Au total on distingue peu de différences de densité du couvert végétal sur le terroir, les plus importants contrastes étant naturellement dus aux défrichements récents et aux jachères en cours de reconstitution. Tout au plus peut-on noter, dans la dépression périphérique des collines de Leunyougo, à l’ouest du terroir, une zone moins densément boisée qui semble avoir été peu utilisée, et correspond à des sols peu évolués d’érosion ; pour le reste, sur l’ensemble des sols ferrallitiques d’interfluve, la végétation ne semble pas enregistrer de différences sensibles d’ordre pédologique, dont nous avons vu qu’elles sont, du reste, peu accusées.

Les contraintes du milieu naturel

39Ainsi le terroir de Syonfan ne présente des sols d’assez bonne qualité qu’en quantité réduite, sols remaniés colluvionnés (5 %) et bas-fonds (6 %) ; les sols remaniés modaux (31 %) peuvent être considérés comme de qualité moyenne, et les sols remaniés indurés des versants (44 %) comme de qualité moyenne à médiocre ; ces différences d’aptitudes restent peu contrastées, du moins à l’égard des façons culturales traditionnelles, beaucoup moins exigeantes que la mécanisation, quant à la profondeur des horizons meubles et à leur teneur en cailloux et en blocs.

40Mais dans le complexe des sols ferrallitiques d’interfluve, qui constitue 75 % des sols du terroir (sols remaniés modaux et remaniés indurés), tous ne sont pas utilisables, par suite de l’affleurement des horizons indurés en carapace, selon une distribution souvent irrégulière, voire anarchique. Faute d’une cartographie pédologique suffisamment fine (1/5 000), nous tenterons une estimation globale par catégorie de ce qui est inutilisable en façons culturales traditionnelles (tableau xli). Dans tous ces sols, les meilleures qualités chimiques se limitent à l’horizon humifère et le labour à la houe, qui n’affecte que ces horizons, permet d’accroître de volume de terre humique explorable par les racines en édifiant des buttes et des billons ; il représente donc une bonne adaptation des techniques à des sols pauvres en profondeur. Les labours à la charrue attelée, qui ne descendent également qu’à 12 cm, seront considérés comme des façons culturales “traditionnelles” par opposition à ce qui est façons mécanisées : défrichement et labour au tracteur, qui descendent plus profondément et ont des effets de compactage des horizons supérieurs. Les façons culturales traditionnelles sont donc relativement peu exigeantes quant à la profondeur des horizons meubles, mais le travail à la houe s’accommode mieux que le labour à la charrue d’assez fortes teneurs en blocs et cailloux de cuirasse dans les horizons supérieurs ; nous distinguerons donc des superficies utilisables ou très difficilement utilisables en fonction de la technique employée.

41Compte tenu des techniques employées, une partie seulement des bas-fonds est utilisable : ils sont en effet cultivés en riz repiqué sans autre aménagement hydraulique que de petites rigoles peu élaborées, technique qui s’apparente partiellement à des cultures de décrue et se trouve très dépendante du régime hydrique local de la portion de bas-fonds utilisée. Or les bas-fonds n’ont pas le même comportement hydrique d’amont en aval, différences fortement accentuées du fait que l’on se trouve en tête de bassin, et comportent en outre des microreliefs qui affectent les conditions d’écoulement de l’eau ; aussi l’emplacement des rizières doit-il changer en fonction du rythme et de l’importance des dernières saisons des pluies, un même tronçon de bas-fonds pouvant se révéler trop sec ou trop marécageux selon les années. Nous avons donc considéré que la moitié environ des superficies de bas-fonds sont utilisables en même temps, le reste étant susceptible de l’être ultérieurement, selon l’évolution de la pluviosité sur quelques années.

Tableau xli. Terroir de Syonfan. Estimation des superficies inutilisables pour la culture

Tableau xli. Terroir de Syonfan. Estimation des superficies inutilisables pour la culture

42De même, une partie des sols sablo-limoneux du bas-versant, estimée à 2 % du terroir, est impropre à la mise en culture, soit du fait d’indurations locales de bas de pente, soit à cause d’une texture localement trop sableuse.

43Dans les sols remaniés modaux, 5 % de la superficie du terroir ont été considérés comme inutilisables à la houe ; il s’agit de plages à carapace affleurante à certaines ruptures de pente, en bordure des sommets de croupe, ainsi que de zones particulièrement riches en blocs de cuirasse. Ce pourcentage est estimé à 15 % pour les labours à la charrue, qui ne tolèrent qu’une densité très inférieure de blocs dans les horizons de surface. Enfin un quart des sols remaniés indurés comportent des affleurements de carapace et sont impropres à toute culture ; en culture attelée on peut considérer que la proportion double, le travail à la houe s’adaptant beaucoup mieux que la charrue attelée à des indurations à très faible profondeur.

44Si l’on tente d’estimer la superficie des sols inaptes à la mécanisation, la proportion augmente considérablement : seuls peuvent être considérés comme utilisables les bas-fonds (6 % avec travaux mécanisés d’irrigation et de drainage), les sols remaniés colluvionnés (6 %), une partie des bas-versants (3 %), la moitié environ des sols remaniés modaux (15 %) et 5 % environ des sols remaniés indurés, ce qui aboutit à un chiffre voisin de 65 % de sols inutilisables en mécanisation.

  • 5 Date de prise de vues de la première mission aérienne sur le terroir, sur laquelle les griffes son (...)

45Outre la faible superficie disponible, dès lors que l’on envisage la mécanisation, cette dernière pose de plus, de sérieux problèmes d’érosion dès sa mise en œuvre. En effet, le bloc de coton ouvert au bulldozer, en février 1973, près de Bégui, sur un moyen-versant en pente faible (3 à 4 %) qui porte des sols remaniés colluvionnés, présentait dès août 19745 deux griffes d’érosion qui affectaient l’ensemble du versant (figure 21 et 22). Les photographies aériennes de l’année suivante (octobre 1975) montrent que ces griffes s’étaient multipliées et ramifiées : il y en avait six, beaucoup plus apparentes que l’année précédente. Ces griffes étaient constituées de rigoles faiblement incisées (3 à 25 cm), larges de 0,5 à 1 mètre, qui alternativement creusaient puis laissaient des dépôts sableux le long de la pente ; elles prenaient naissance au pied du talus du “haut-glacis” dégradé qui domine le versant à l’ouest et traversaient les parcelles dans leur largeur, sautant les banquettes herbeuses de protection disposées perpendiculairement à la ligne de plus grande pente.

46De tels phénomènes n’existent nul part ailleurs sur l’ensemble du terroir, où des parcelles défrichées manuellement sur des pentes atteignant 6 % et sur des sols comparables ne présentent aucune trace visible d’érosion. Il ne semble pas que les techniques culturales soient en cause, puisque le coton a été cultivé sur le bloc de Bégui en billons disposés perpendiculairement à la pente, dans des parcelles séparées par des couloirs antiérosifs larges de 5 à 10 mètres ; quel que soit le mode de défrichement, le travail des parcelles de coton est identique sur tout le terroir, avec notamment labour et billonnage à la houe ou à la charrue attelée et billons disposés en courbes de niveau. L’apparition de ces rigoles d’érosion en deux saisons de pluies (médiocres de surcroît) et leur développement rapide à la saison suivante met donc en cause les méthodes de défrichement au moyens d’engins lourds (bulldozer, sous-soleuse, tracteur) (p. 29), qui seules différencient ce bloc de culture de ceux défrichés manuellement ou au treuil sur des superficies comparables. L’apparition d’un ruissellement concentré sur cet unique bloc indique donc une baisse de perméabilité des horizons supérieurs du sol, qu’il faut imputer à leur compactage par les engins lourds au moment du défrichement. La structure de ces sols n’est pas affectée par les défrichements manuels ou au treuil, qui ne font intervenir que des hommes à pied et des charrettes attelées, alors qu’elle est sensible aux passages répétés des engins lourds, lors du défrichement mécanisé.

47Dans l’ensemble, le terroir de Syonfan présente donc des conditions peu contraignantes à l’égard des façons culturales traditionnelles ou améliorées en culture attelée. Dans ce cadre, les contraintes sont beaucoup plus climatiques, liées aux fluctuations de la pluviométrie, et biologiques, dues à la densité élevée du couvert arboré qui mobilise une partie des temps de travaux pour les défrichements. Dans la perspective d’une culture mécanisée au contraire, ces conditions deviennent très contraignantes, tant par la faiblesse des superficies disponibles que par la fragilité des sols.

L’organisation de l’espace cultivé sur le terroir

  • 6 La première série de photographies aériennes date de 1955.

48En 1974-75, les surfaces cultivées sur le terroir de Syonfan ont largement quintuplé par rapport à l’année 1955 qui sert de référence6 (p. 168). Cette densification de l’occupation humaine ne s’est pas traduite par un changement de système agricole sur les interfluves : les champs de cultures vivrières pluviales et de coton étaient toujours temporaires, suivis d’une longue jachère. Quant au système de cultures permanentes, il ne se développait que dans certains bas-fonds rizicoles.

  • 7 On trouvera dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, le contenu des enquêtes effectuées pour chacun d (...)
  • 8 Nous laisserons de côté les cultures pérennes : vergers et jardins de tabac qui ne font pas partie (...)

49Nous analyserons l’organisation de l’espace en utilisant les cartes du terroir (1-2-3-4) montrant l’ensemble des champs cultivés en 1974 et en 19757 et des enquêtes plus ponctuelles intéressant leurs déplacements. Nous examinerons d’abord le dessin agraire qui met en évidence trois types de champs : des rizières plus ou moins permanentes et des champs temporaires qui portent sur défriche, ou bien des cultures vivrières ou bien du coton. Nous analyserons ensuite, pour les deux types de champs temporaires, la durée de leur utilisation, les associations de cultures, les successions culturales avec les débuts de l’intégration de la culture cotonnière aux cultures vivrières exigeantes, enfin leurs déplacements8.

Le dessin agraire

Les rizières

50En 1974 (carte 1), les rizières occupaient 55,31 ha dont 39,94 ha cultivés par les habitants du terroir. Elles se situaient dans cinq zones de bas-fond : à Loukoublé au nord, à Syonfanlélé et Bégui à l’est, à Nungbama au centre et Lokpoho au sudouest. D’une taille moyenne de 30 ares, les rizières avaient une forme allongée d’environ 100 m sur 30 m. Comme elles s’étiraient souvent d’une rive à l’autre du marigot, on observait selon la largeur du bas-fond, soit des blocs de rizières aux formes annelées quand le marigot était large (Lokpoho, Nungbama, Bégui, aval de Syonfanlélé), soit des enfilades de rizières parallèles au marigot quand celui-ci était étroit (Loukoublé, en amont de Syonfanlélé). Les rizières de plus d’un hectare étaient très rares ; on en repère quelques-unes à 1 aval de Syonfanlélé et à Bégui.

  • 9 On notera ainsi que certaines parcelles, à l’amont de Lokpoho, et une autre très vaste, à l’aval d (...)

51Dès que les marigots s’élargissaient, le thalweg n’était plus souligné de forêt-galerie ; c’était le cas du Yénifor au sud et du Loukoublé au nord. Les arbres marquaient alors, de loin en loin, les deux rives du marigot, si bien que le défrichement des zones rizicoles n’exigeait pas un gros travail : il s’agissait essentiellement de débroussailler et non de brûler et d’abattre des arbres comme sur les interfluves. Quant aux surfaces elles-mêmes, elles n’étaient pas planes et l’on peut considérer que sur chaque site cultivé, les rizières se situaient à trois niveaux topographiques différents : les rizières qui s’étendaient à une altitude moyenne étaient cultivables sans difficulté ; celles installées au niveau le plus bas, jouxtant les premières, étaient souvent trop engorgées d’eau et restaient donc en friche sauf pendant les années les plus sèches9 ; enfin, on ne cultivait les rizières aménagées au niveau le plus élevé, sur les bords des bas-fonds, que les années très pluvieuses.

52Les limites des rizières de chaque exploitant n’apparaissent pas sur les photographies aériennes, que ces photos aient été prises au premier semestre après la récolte, lorsque les bas-fonds servent de terrain de parcours aux bovins et aux ovins, ou qu’elles aient été prises pendant la période de culture, du mois d’août au mois de janvier. Lors de cette deuxième période de l’année, on observait bien, sur les photos et directement dans le paysage, des différences de couleurs en fonction du degré de maturité du riz, liées à la date du repiquage, mais ces différences ne concordaient pas toujours avec des limites foncières. Celles-ci n’étaient visibles que sur le terrain, en saison sèche, entre la récolte et les prochains labours, avec l’aide obligeante des paysans qui seuls pouvaient signaler la signification de certaines rigoles, profondes le plus souvent de quelques centimètres, qui séparaient les rizières de chaque exploitant. Les côtés des rizières, qui jouxtaient des zones basses mal drainées ou des zones hautes irrégulièrement inondées, n’avaient pas de limites matérialisées et les surfaces cultivées de ces rizières pouvaient s’étendre, en fonction de la pluviosité, vers l’un ou l’autre de ces niveaux. En revanche, les limites foncières restaient généralement stables (carte 4).

Les champs temporaires de cultures vivrières pluviales sur défriche

  • 10 Il s’agit de champs (14,31 ha) défrichés et mis en buttes en 1974 pour porter des vivriers en 1975

53Sur la carte 2 des successions culturales de 1974, tous les champs qui ne portent pas de riz de bas-fond et qui ne sont pas cernés d’un trait gras, représentent des champs temporaires qui ont porté ou qui porteront10 des vivriers en première année de culture. Ces champs mesuraient 188,94 ha en 1974 dont 89,90 ha cultivés par les habitants du terroir. Certains champs venaient d’être défrichés ; d’autres étaient cultivés depuis une ou plusieurs années en vivriers, sauf 17,20 ha cultivés en coton en 1974 après avoir porté des vivriers l’année ou les années précédente(s).

54On ne rencontrait pratiquement jamais de champs de cultures vivrières isolés sur défriche, ou alors il s’agissait de toutes petites pépinières de riz en bordure des bas-fonds, ou du début d’un bloc de cultures vivrières d’une famille nouvellement installée sur le terroir (cas du petit bloc de la famille α au centre-sud du terroir). Les cultures vivrières sur défriche étaient donc regroupées par blocs de quatre, cinq ou six champs, alignés en bandes parallèles aux courbes de niveau. Chaque champ mesurait de 10 à 50 mètres de large, sur 150 à 400 mètres de long, soit une surface moyenne de 50 ares. Chaque bloc occupait ainsi entre 2 et 3 ha. Les champs alignés avaient des âges différents. Le plus récent était situé à une extrémité du bloc, presque toujours du côté du sommet de l’interfluve. Les autres champs, qui se succédaient vers le bas de l’interfluve, étaient de plus en plus vieux, le plus ancien bordant le bloc du côté du thalweg. Chaque ensemble de cultures vivrières pluviales sur défriche appartenait à une famille (carte 3). Il était parfois isolé, parfois accoté à un autre bloc (p. 174).

Les champs temporaires de coton sur défriche

55Tous les champs de coton sur défriche sont entourés d’un trait gras sur la carte 2. Ils occupaient 90,76 ha dont 64,88 cultivés par les habitants en 1974 (6 ha étaient cultivés hors du terroir). Ces 90,76 ha représentent environ le tiers des surfaces cultivées temporairement sur le terroir. Une petite partie de ces champs (22,76 ha) ne portaient plus de coton, mais des cultures vivrières succédant à du coton.

56Ces champs sont remarquables par leur forme et leur répartition dans l’espace. Tous ont des formes trapues (carrées ou rectangulaires), à l’opposé des champs allongés de cultures vivrières sur défriche, la forme et la mesure les plus courantes étant des carrés d’un hectare. Certains sont isolés (en particulier au nord, près de Loukoublé). D’autres forment des petits blocs dont la surface totale atteint cinq ou six hectares. Les champs de ces blocs avaient généralement été défrichés la même année. C’est le cas par exemple du bloc de Korikouamon ouvert en 1970, de celui de Séhétonon ouvert en 1971, ou de celui situé entre Lokpoho et la piste de Tyasso, ouvert en 1974. Une exception notable concerne le bloc situé au sud de Nungbama, formé de champs ouverts en 1971, 1972 et en 1974. Notons enfin la forme très particulière du bloc de coton de grande dimension, ouvert au bulldozer par le CIDT en 1973, pour être cultivé par les premiers propriétaires de charrue de Syonfan et de Kasséré. Ce bloc, situé sur la piste de Syonfan-Lafing, mesure 17 ha. Il est formé de huit bandes larges de 50 mètres, longues de 300 à 650 mètres selon les cas, parallèles aux courbes de niveau. Chaque bande est séparée des autres par un couloir antiérosif. Cinq exploitants y cultivaient chacun deux ou trois bandes jointives.

57Les champs temporaires des interfluves étaient mis en valeur selon un système assez complexe qui faisait intervenir l’ancienneté des parcelles, les associations et les successions culturales, les déplacements des blocs et la durée des jachères.

L’âge des champs temporaires

Le couvert arboré

58Il n’est pas toujours aisé de donner un âge à un champ temporaire. L’importance du couvert arboré est le seul indice qui permette de le deviner sur les champs portant du coton, et encore uniquement quand le défrichement se réduit à un brûlis.

59Le développement des mauvaises herbes constitue un autre indice, mais le travail de sarclage, très variable d’une exploitation à l’autre, peut modifier l’aspect du champ. Pour les champs de vivriers, il existe en plus trois indices : la nature des cultures et des associations culturales, les façons culturales et la place du champ à l’intérieur du bloc de culture, sujets que nous reprendrons plus loin.

60Les relations entre couvert arboré et âge du champ, cultivé manuellement sur brûlis, ont été analysées au cours d’une enquête réalisée à Syonfan en 1976, sur des champs d’âge différents, à l’intérieur desquels furent délimités des carrés de sondage. Le tableau xlii indique le nombre d’arbres à l’hectare en fonction de l’âge du champ.

Tableau xlii. Terroir de Syonfan en 1976. Couvert végétal observé par sondage sur les champs temporaires cultivés à la houe après brûlis et débroussaillage

Nombre d’arbres à l’ha au début de l’année

Nombre d’arbres à l’ha brûlés et non abattus au cours de l’année

Nombre d’arbres à l’ha brûlés lors du défrichement et abattus au cours de l’année

Nombre d’arbres utiles conservés vivants à l’ha

Année défrichement

980

620

140

220

1re année de culture

788

485

200

103

2e année de culture

575

250

275

50

3e année de culture

400

225

62

113

4e année de culture

301

126

62

113

5e année de culture

192

78

30

84

  • 11 Tous les sondages ont été effectués la même année, sur des champs différents, ce qui explique que (...)

61La plupart des brûlis et débroussaillages ont été effectués sur des zones où l’on comptait, avant défriche, 1 000 arbres à l’hectare (980 en moyenne selon nos sondages)11. Le diamètre des troncs variait entre 5 et 50 cm. On ne conservait vivant qu’une centaine d’arbres (entre 50 et 220 selon nos sondages), essentiellement des souroutigué, des baobabs, et surtout des karités et des néré dont on ramassait les fruits pour fabriquer le beurre de karité et le soumbara. Tous les autres arbres étaient rapidement brûlés à la base et parmi eux, environ 200 (140 dans nos sondages) parmi les plus petits, dont le diamètre variait entre 5 et 20 cm, étaient abattus. Au début de la première année de culture, il ne restait plus sur le champ que 800 arbres à l’hectare (788 selon nos sondages) dont une centaine d’arbres vivants. Au début de la deuxième année de culture, il ne restait plus que 600 arbres à l’hectare (575 selon nos sondages), 400 au début de la troisième année, 300 au début de la quatrième année et 200 au début de la cinquième année (respectivement 400, 301 et 192 selon nos sondages). Ainsi chaque année, les femmes de la famille qui exploitait le champ coupaient une partie des arbres morts (brûlés lors du défrichement) pour la cuisine familiale : environ 200 arbres à l’hectare par an l’année du défrichement et les deux premières années de culture, environ 100 arbres à l’hectare par an les trois années suivantes. Après cinq ans de culture, il ne restait donc plus sur le champ, que les 100 arbres à l’hectare conservés vivants.

Les surfaces occupées par les champs temporaires en fonction de leur âge

62En 1974-75, à Syonfan, tous les champs temporaires avaient moins de huit ans (annexe 93) et neuf sur dix avaient moins de six ans. Dans cette tranche, on note une répartition à peu près égale des surfaces cultivées en fonction de leur âge.

63Cette répartition est liée au rythme des mises en jachères et des défrichements.

Le rythme des mises en jachère

64L’analyse repose sur l’observation des abandons de champs temporaires en 1974 (annexe 95). Cette année-là, les étrangers qui avaient cultivé 124,92 ha sur le terroir de Syonfan en abandonnèrent 40,24 ha. Les mises en jachère les plus importantes concernaient les champs les plus anciens ; c’est-à-dire 40,54 %, 58,32 % et 59,30 % des champs de 4, 5 et 6 ans. Les paysans de Syonfan qui avaient cultivé 160,78 ha en 1974 n’en abandonnèrent que 25,22 ha, une part à peu près égale (de 14,82 à 24,41 %) des champs de 1 à 6 ans étant mis en jachère, à une exception près. On peut penser que les étrangers auraient été contraints de réduire leurs champs, en commençant par les plus éloignés de leurs villages, à la suite de nombreux départs vers le front cotonnier de Dianra. Ces abandons exceptionnels portent, en effet, sur les champs les plus vieux, donc les moins rentables, alors que la proportion de champs cultivés depuis 1, 2 ou 3 ans et mis en jachère est voisine de celle observée sur les exploitations des habitants de Syonfan.

  • 12 Pourcentage de champs mis en jachère dans les blocs ouverts au bulldozer par la CIDT : année 1 : 0 (...)

65Faut-il en déduire qu’en règle générale, les paysans abandonnaient chaque année une proportion voisine de leurs champs, qu’ils soient récents ou anciens ? Il semble hasardeux de l’affirmer, bien que les paysans de Syonfan ne soient pas les seuls à procéder ainsi. On peut rappeler, en effet, que même les parcelles cultivées à la charrue sur les blocs de la région ouverts au bulldozer depuis 1971 étaient mises en jachère en proportion à peu près régulière chaque année, dès qu’elles avaient été cultivées 3 ans12.

66On retiendra donc qu’à Syonfan, le système de cultures temporaires n’était pas fondé sur un emploi uniforme de l’ensemble des champs pendant quelques années, mais sur leur utilisation très sélective, une partie d’entre eux étant abandonné chaque année et ceci dès la première année de culture.

Le rythme des défrichements

67Les habitants de Syonfan avaient défriché sur les interfluves 26,56 ha en 1974 et 29,98 ha en 1975 (annexe 95). Il ne restait plus grand chose en 1974 des surfaces défrichées en 1970 et en 1969 (11,94 ha et 10,82 ha). En revanche, ce qui restait des surfaces défrichées en 1971, 1972, 1973 (34,68 ha, 47,09 ha et 29,09 ha) était plus vaste que les surfaces défrichées en 1974 et en 1975. Cette diminution des défrichements annuels ne correspond pourtant pas à une diminution des surfaces annuelles cultivées sur les interfluves. On peut le calculer (tableau xliii). En 1969, les 263 habitants du terroir devaient exploiter, comme en 1955, environ 35 ares de cultures vivrières par personne (p. 150), soit 92,05 ha de cultures vivrières (y compris les champs buttés à cultiver l’année suivante) auxquels s’ajoutaient 11,50 ha de coton (p. 163), soit 103,75 ha, donc 39 ares par personne. En 1974, les 344 habitants cultivaient 169,83 ha (coton, vivriers et champs buttés pour l’année suivante), soit 49,3 ares par habitant. En 1975, les 357 habitants cultivaient de la même façon 173,43 ha soit 48,5 ares par habitant. Les surfaces cultivées par habitant passaient donc de 39 à 49 ares entre 1969 et 1974 pour se stabiliser en 1975, soit une augmentation moyenne de deux ares par an. Comme le nombre de personnes qui vivaient sur le terroir de 1969 à 1975 est connu (annexe 48), on peut mettre en évidence l’augmentation effective des surfaces des champs temporaires cultivés par les habitants de Syonfan entre 1969 et 1975.

L’allongement de la durée d’utilisation des champs

  • 13 Nous n’avons pas pu mesurer l’ensemble des champs temporaires cultivés sur le terroir en 1976, 197 (...)

68Puisque les surfaces des champs temporaires cultivés par les habitants du terroir de Syonfan augmentaient chaque année et qu’à partir de 1974 et peut-être même de 1973, les défrichements annuels furent moins importants, la durée des champs augmenta nécessairement. On remarque effectivement (annexe 93) une légère augmentation de cette durée entre 1974 et 1975 et ceci dès la troisième année de culture (51,82 % des champs du terroir ont moins de trois ans en 1975 contre 59,78 % en 1974), puis en quatrième année de culture (72,80 % contre 83,55 %), en cinquième année (89,91 % contre 92,93 %) enfin en sixième année (95,73 % contre 99,78 %)13.

69Deux raisons peuvent être avancées pour expliquer la diminution des surfaces défrichées chaque année et l’allongement de la durée des champs. Toutes deux sont liées à l’organisation du temps et non à l’organisation de l’espace. Nous reprendrons ce problème plus loin, mais précisons tout de suite ces raisons :

  • Les paysans assuraient que la diminution des défrichements était liée en partie au manque de temps. Les mois de juillet, août et septembre, auparavant occupés à défricher puis à butter les nouveaux champs de vivriers étaient, depuis quelques années, en très grande partie utilisés à l’entretien des cotonniers, au labour et au repiquage des rizières ;
  • Le gain de temps obtenu grâce à la culture attelée augmentait d’autant plus qu’on utilisait le champ plusieurs années de suite (les défrichements préparatoires à la culture attelée exigeant un gros travail). L’allongement spectaculaire de l’utilisation des champs labourés à la charrue sur les interfluves de 1973 à 1978 traduit clairement cette politique : 90,75 % d’entre eux avaient moins de six ans en 1975, 76,39 % en 1976, 75,40 % et 66,75 % en 1977 et en 1978 (annexe 94) ; ainsi en 5 ans, les champs labourés à la charrue et cultivés plus de 6 ans sont passés de 10 à 33 %.

Tableau xliii. Terroir de Syonfan en 1976. Champs temporaires cultivés annuellement par les habitants

Année

Nombre d’habitants

Surface cultivée par habitants (ares)(1)

Surface totale (ha)

Surface défrichée (ha)

1969

263

39

103

 ?

1970

301

41

123

 ?

1971

301

43

129

plus de 34,68

1972

311

45

140

plus de 47,09

1973

336

47

158

plus de 29,09

1974

344

49,3

169,83

25,56

1975

357

48,5

173,43

29,98

(1) Il s’agit d’évaluations pour les années 1969-70-71-72-73, de mesures pour les années 1974-75.

Les associations de culture sur les champs temporaires

  • 14 Y. Bigot (1979 a) ne notait pas de différences de rendements pour une culture donnée qu’elle soit (...)

70En 1974, les 344 habitants de Syonfan cultivaient 160,78 ha de façon temporaire, et en 1975, ils étaient 357 à cultiver 166,17 ha. Si l’on met à part la culture du coton et en 1975 les quelques hectares de Stylosanthes (annexe 96), toutes les autres plantes étaient vivrières et cultivées parfois seules, mais le plus souvent en association avec d’autres. Les associations de deux plantes étaient les plus nombreuses, puis venaient les associations de trois plantes et, beaucoup plus rarement, celles de quatre plantes14 (p. 95).

71Le coton était toujours cultivé pur, de même que les deux hectares de Stylosanthes et les quelques ares de pois de terre et de patates douces. L’arachide n’était associée à une autre plante qu’une fois sur deux ou trois, les pépinières de riz trois fois sur quatre (le quart restant, étant cultivé pur sur de petits champs de quelques ares au bord des rizières). Toutes les autres plantes venaient huit à neuf fois sur dix en association (annexe 97).

72C’est le maïs qui était la base de presque toutes les associations, huit à neuf fois sur dix. On trouvait le riz pluvial ou le sorgho dans une association sur deux, l’arachide et les pépinières de riz dans une association sur cinq, enfin le millet ou l’igname dans une association sur dix.

73Face à cette agriculture vivrière pluviale fondée deux fois sur trois sur l’association de cultures, la CIDT avait développé les cultures pures de maïs et de riz pluvial (p. 25), l’emploi de l’engrais (16 000 F CFA l’ha en 1975) étant de rigueur. À Syonfan, cette action fut menée, comme ailleurs, auprès des habitants propriétaires de charrue et rencontra peu de succès : 5 ha de riz pluvial intensif et 0,5 ha de maïs intensif en 1975, 6 ha de maïs en 1976, 1 ha de riz pluvial et 5 ha de maïs en 1977, 3 ha de riz pluvial et 4,5 ha de maïs en 1978.

74Les résultats des travaux d’Y. Bigot (1979 a) déjà évoqués (p. 25 et p. 95) éclairent ce semi-échec. Rappelons que les rendements des deux cultures encadrées par la CIDT n’étaient généralement pas compétitifs par rapport à ceux obtenus sur les champs ordinaires (annexe 98). Le riz pluvial avait un rendement inférieur (430 au lieu de 800kg/ha), le maïs avait un rendement supérieur (2 600 au lieu de 2 000 kg/ha), mais uniquement quand on cultivait cette plante seule sur un champ, ce qui était rare.) À Syonfan, par exemple, huit à neuf fois sur dix, le maïs était cultivé en association avec d’autres plantes. En fait, selon l’association choisie : maïs-sorgho, maïs-riz pluvial ou maïs-riz pluvial-sorgho, les rendements sur les champs ordinaires s’élevaient à 2 665 kg/ha, 2 800 kg/ha et même 3 465 kg/ha de grains.

75Par ailleurs, en proposant un système de production vivrière limitée à deux plantes : maïs et riz pluvial, la CIDT augmentait les risques d’instabilité de la production alimentaire par rapport au système en vigueur, fondé sur la culture du maïs, du riz pluvial, mais aussi du sorgho, du millet et du riz de bas-fond. Y. Bigot (annexe 98) a montré en effet, que les quantités de céréales disponibles par actif pouvaient varier de 1 jusqu’à 3,75, d’une année à l’autre, quand on ne pouvait compter que sur une céréale, alors qu’elles variaient de 1 à 1,47 seulement, quand on considérait l’ensemble des céréales produites dans la région.

76Enfin, la commercialisation du riz pluvial et du maïs intensifs n’étant pas assurée, il était irrationnel de dépenser 16 000 F CFA d’engrais par hectare pour se nourrir, alors que les techniques habituelles permettaient d’obtenir au moins les mêmes résultats, sans investissement financier.

Les successions culturales sur les champs temporaires

77De 1974 à 1975 (annexe 100), les relations entre la nature des cultures et l’âge des champs restèrent stables, avec néanmoins, conséquence directe de l’allongement de la durée d’utilisation des champs, une relation nouvelle en 1975 entre certaines cultures et les champs plus anciens. Le maïs, le coton et le riz en pépinière qui étaient rarement cultivés sur de vieux champs de trois à six ans en 1974, le furent plus fréquemment en 1975. De même, l’arachide cultivée de préférence sur des champs de trois à six ans en 1974, se retrouva davantage sur des champs de quatre à sept ans en 1975. Les autres relations ne changèrent pas. L’igname (en régression très forte) était cultivée exclusivement en première année, ainsi que les quelques ares de patates douces et de pois de terre. Le riz pluvial se rencontrait rarement sur des champs de deuxième année. Enfin, le sorgho s’adaptait à des champs d’âge compris entre un et cinq ans.

Les successions culturales des champs de cultures vivrières

78Généralement, une association préférentielle de plantes vivrières dominait largement les autres pour chaque groupe de champs de même âge (annexe 101). En 1974, chaque association préférentielle couvrait entre 68 à 94 % des surfaces des champs de même âge, à l’exception de celle des champs de quatrième année qui ne couvrait que 54 % des surfaces cultivées. Pour les quatre premières années de culture, le maïs constituait la base de cet ensemble de cultures. En première année, il était associé à du riz pluvial auquel s’ajoutait parfois de l’igname et/ou du sorgho. Il était cultivé pur en deuxième et troisième année ou associé à du sorgho et/ou du millet et/ou des pépinières de riz. En quatrième année, s’ajoutait l’arachide. Pour les trois années suivantes, la base de l’association était l’arachide cultivée pure ou avec du maïs et/ou du riz pluvial et/ou du sorgho et/ou des pépinières de riz. En 1975, pour chaque groupe de champs de même âge, les associations préférentielles dominaient moins les autres puisque chacune ne couvrait plus qu’entre 42 et 60 % des surfaces de champs de même âge, sauf l’association à base d’arachide des champs de sixième et septième année qui couvrait entre 70 et 74 % des surfaces cultivées.

  • 15 Y. Bigot estimait, d’après des sondages effectués en 1976 dans la sous-préfecture de Kasséré, que (...)
  • 16 Les paysans de Syonfan estimaient que sur les champs récents de vivriers et sur les champs de coto (...)

79La succession des associations de cultures vivrières modifie le paysage agraire. Celles de première année se faisaient presque exclusivement sur buttes15. Cette façon culturale était nécessaire lorsque l’igname, bouturée dans chaque butte, constituait la base de l’association des cultures de première année. Ce n’était plus toujours le cas en 1974-75, mais cette habitude subsistait : on semait le maïs et le sorgho dans chaque butte (même vide) et le riz pluvial à la volée entre les buttes. En deuxième année, commençaient les cultures sur billons16. Le maïs était semé seul ou en association avec du sorgho et du millet dans le billon, le sillon n’étant généralement pas utilisé, ce qui limitait les sarclages. Parfois, quelques sillons dans un coin de champ étaient réservés à des pépinières de riz ; en 1975, contrairement aux habitudes, une partie notable des champs de deuxième année fut semée en riz pluvial. En troisième et quatrième année, on cultivait toujours sur billons en les déplaçant, d’une année à l’autre, le sillon prenant la place de l’ancien billon. C’est toujours le maïs qui tenait la place principale, le plus souvent associé à du sorgho et à du millet, semés dans les billons, et du riz pluvial semé à la volée dans les sillons. D’année en année, les billons devenaient moins importants et plus serrés, ceci pour réduire les travaux de sarclage. À partir de la quatrième ou cinquième année, l’arachide dominait, cultivée pure ou en association avec du maïs, sorgho et millet, sur de petits billons. Les sillons pouvaient être alors utilisés pour quelques pépinières, mais très rarement pour y cultiver du riz pluvial. La place de l’arachide en fin de rotation s’explique bien, du fait qu’elle n’exige pas de gros sarclages et se développe même sur des parcelles relativement enherbées.

80Ces façons culturales apparaissent efficaces. En modelant fortement les champs, en début de cycle, les buttes puis les gros billons maintiennent un bon équilibre hygrométrique nécessaire aux plantes exigeantes, sans gros risque de laisser développer les mauvaises herbes. En fin de cycle, les petits billons serrés marquent de moins en moins les champs ; ils suffisent pour cultiver des plantes peu exigeantes et permettent un peu d’enrayer le développement des mauvaises herbes.

L’intégration du coton aux cultures vivrières

  • 17 Les habitants de Syonfan cultivaient le coton essentiellement sur des champs de moins de 3 ans en  (...)

81Le coton introduit en 1967 au village de Syonfan est une culture exigeante comme le maïs et le riz pluvial17 ; il s’intégra peu à peu aux cultures vivrières. Semé de préférence sur des champs récents, il occupait depuis 1970 entre le tiers et les deux tiers des surfaces défrichées chaque année et encore cultivées en 1974-75 (annexe 102).

82L’observation des champs cultivés depuis 5 ans (ceux de 6 et 7 ans sont trop peu nombreux pour qu’on en tienne compte) en 1974 et en 1975 donne une juste mesure de cette intégration. La moitié de ces champs n’ont porté que des vivriers (environ 4 sur 10) ou que du coton (environ 1 sur 10). L’intégration de ces deux cultures concerne donc l’autre moitié des champs (annexe 102).

83La forme la plus simple d’intégration consistait à semer du coton sur défriche et après quatre ans de culture en 1974, cinq ans en 1975, de remplacer ce coton par des vivriers rustiques. Cette succession concernait 18 à 36 % des champs de quatre, cinq, six et sept ans en 1974, 20 à 21 % des champs de cinq, six et sept ans en 1975.

84La forme la plus complexe d’intégration du coton aux vivriers consistait à faire succéder sur un même champ toutes les cultures temporaires : le coton, les vivriers exigeants et les vivriers rustiques. La CIDT préconisait la succession qui favorisait le coton en le semant sur défriche. Mais les paysans pratiquaient aussi la succession inverse, favorisant les vivriers exigeants indispensables à l’alimentation. Ces deux types de successions plus complexes étaient apparues depuis peu de temps :

  • En 1974 et 1975, des champs de deuxième, troisième et quatrième année portaient des cultures vivrières exigeantes, après avoir été cultivés en coton sur défriche. Ces champs étaient très peu nombreux, mais en progression d’une année sur l’autre : 2 à 3 % en 1974, 8 à 10 % en 1975.
  • En 1974, entre 7 et 10 % des champs de trois, quatre et cinq ans portaient du coton semé sur d’anciens champs de cultures vivrières exigeantes. On relevait même quelques cas très rares (3 % des champs de quatre ans) de succession complète, comprenant des vivriers exigeants d’abord, du coton ensuite, des vivriers rustiques enfin. En 1975, la succession vivriers exigeants-coton fut décalée d’un an (tout comme la succession coton-vivriers peu exigeants, observée plus haut). Elle prenait une importance significative, en intéressant entre 18 et 23 % des champs de quatre et cinq ans. La succession complète devenait aussi plus fréquente et concernait entre 5 et 6 % des champs de cinq, six et sept ans. Ainsi, contrairement aux observations faites sur l’ensemble du Nord-Ouest (p. 24), la culture de vivriers exigeants sur défriche, précédant le coton, était plus souvent pratiquée à Syonfan que la succession inverse.

85Reste à signaler, en marge des problèmes de succession culturale, une succession anormale, celle du coton encore cultivé sur 41 % des champs de six et sept ans en 1974 et sur 58 % de ceux de six et sept ans en 1975, la plupart du temps d’ailleurs derrière des vivriers. Le phénomène est sûrement lié à l’augmentation des surfaces cotonnières et à la diminution des défrichements annuels. Mais il n’est pas en rapport avec le développement de cette culture parmi les adultes non chefs de famille qui auraient dû se contenter des plus vieux champs. Il a été vérifié, en effet, que la majorité de ces champs de coton appartenaient à des chefs de famille.

Les déplacements des champs et la durée des jachères

86Les champs portant du coton sur défriche étaient abandonnés lorsqu’ils avaient été cultivés cinq, six ou sept ans. Quand il s’agissait d’un bloc, presque toujours défriché la même année, l’ensemble s’effaçait en un ou deux ans. On observe ainsi, sur la carte 4, la disparition de plusieurs champs de coton isolés au nord du terroir et celle des deux tiers du bloc de coton de Séhétonon, ouvert aussi dans cette zone en 1971 ; en 1976, ce bloc était totalement effacé. De nouveaux champs étaient alors ouverts puis disparaissaient à leur tour. Ces déplacements n’obéissent à aucune politique d’aménagement de l’espace si bien qu’en 1975, la CIDT fit ouvrir de plus en plus souvent des champs de coton accolés aux blocs de vivriers.

87Les déplacements des blocs de vivriers traduisent une volonté d’utilisation rationnelle du terroir. Les paysans balayaient systématiquement la pente des interfluves, en partant généralement du thalweg. Cette conquête prenait des années. Ainsi (figure 22), en 1956, Daouda chef de la famille M ouvrit un premier champ, en bas de pente à côté de Bégui. Il défricha en direction de l’ouest pour atteindre le haut de l’interfluve, en 1975. La carte 4 montre l’avancée d’autres blocs de cultures, en particulier, de part et d’autre de la piste de Tyasso, celle des blocs des familles L, R, Q qui se déplacent du bas-fond de Nungbama au nord, vers le sommet de l’interfluve au sud, tandis que les blocs des familles U, T, D avancent du bas-fond de Bessan au sud, vers ce même sommet d’interfluve au nord.

88Une enquête, effectuée en avril 1976, avec l’aide précieuse d’un agrostologue du CRZ (Centre de Recherche zootechnique) de Bouaké, J. César, permet de décrire l’évolution des jachères en suivant quatre exemples : celui du bloc de cultures de Brahima, chef de la famille H (à proximité ouest de Syonfan) et celui du bloc de cultures de Zanafigué, chef de la famille Z (au sud du hameau de Zanafiguébougourou), exemples non cartographiés, les jachères les plus anciennes du premier ne datant que de 1971 et celles du second de 1964. En revanche, le bloc de cultures de Daouda, chef de la famille M, et celui de Madénon, chef de la famille T, ont été cartographiés (figure 22). Notons que Madénon avait d’abord cultivé un premier bloc de champs, au sud de Bessan, abandonné en 1962, quand le sommet de la cuirasse de l’interfluve fut atteint. Il ouvrit alors un nouveau bloc, au nord de Bessan.

89Les graminées adventices, généralement annuelles, se développent pendant que les champs sont cultivés. Une fois ces champs abandonnés, elles disparaissent en trois ou quatre ans, étouffées par des graminées de jachère, le plus souvent vivaces. Les graminées de jachère sont elles-mêmes remplacées, en dix ou quinze ans, par des graminées de savane généralement vivaces elles aussi. J. César considère que le sol est alors reconstitué. Dans la période qui suit la disparition des graminées de jachère, les arbres à croissance rapide deviennent adultes ; les autres grandissent lentement. Au bout de trente ans, la présence des arbres procurant de l’ombre fait diminuer la densité de végétation de savane et le sol se tapisse de feuilles mortes se transformant en humus. C’est à ce stade que les paysans de Syonfan réutilisaient les jachères, quand le défrichement suivant se réduisait à un brûlis et à un débroussaillage.

90Le processus a été suivi, année par année, sur les jachères des quatre blocs de cultures précédemment présentés. Pour préciser de quelle jachère il est question, chacune est identifiée par le nom de l’exploitant : Daouda, Madénon, Zanafigué ou Brahima et par le nombre d’années depuis lequel le champ est abandonné. L’enquête ayant eu lieu en avril 1976, le champ de Brahima abandonné en 1975, un an plus tôt, s’appelle Brahima 1, les champs de Daouda et de Madénon abandonnés en 1974 s’appellent Daouda 2 et Madénon 2, etc.

91On a rencontré des graminées adventices et rudérales généralement annuelles sur les jachères les plus récentes, dont l’Andropogon facigetus chez Brahima 1 et 2 poussant sur le sable pur donc sur un sol pauvre, ainsi que du Pennisetum polystachyon indicateur de jeune jachère chez Zanafigué 0 et 1, Madénon 1 et Brahima 4 (ceci permet de noter le retard très net dans la reconstitution des jachères de Brahima par rapport à celles des autres exploitants). On a rencontré aussi le Paspalum orbiculare et le Rottboellia exaltata chez Madénon 2, cette dernière graminée poussant sur des sols fertiles, mais étant particulièrement épuisante pour ceux-ci. De façon générale, les plantes adventices annuelles régressent, étouffées par l’Andropogon gayanus, plante de jachère vivace, notamment chez Zanafigué 3 et Daouda 4.

92Cette dernière graminée se retrouve partout avec une autre : l’Imperata cylindrica, particulièrement épuisante pour le sol à cause de ses très longs rhizomes. Cette plante ne pousse qu’en début de jachère pour être étouffée peu à peu, comme c’est le cas des autres graminées adventices, par l’Andropogon gayanus, plante améliorante par la quantité de matière organique qu’elle peut fournir par ses feuilles et ses racines. Notons que les gardiens de troupeaux de taurins de Syonfan signalaient que l’Andropogon gayanus (niafigué en sénoufo) était appréciée de ces animaux. On a trouvé de l’Imperata cylindrica chez Zanafigué 0-1-3, chez Daouda 2-3-4-5-6-7-8 (un peu plus sur la jachère 8 que sur les jachères 6 et 7, cette zone étant sableuse) 9-10-11 (de moins en moins au fil des années), chez Madénon 1-2-3-4 (de moins en moins de l’année 1 à 4) et 7 (sur une jachère où le sol était un peu plus compact qu’en année 5 et 6). On a trouvé de l’Andropogon gayanus chez Zanafigué 1-3-4 (très peu au début, puis la graminée envahissait toute la jachère au détriment de l’Imperata cylindrica), chez Brahima 6-7-8-9-10-11 (on observe toujours un certain retard dans la reconstitution des jachères de Brahima développées sur un sol sableux), chez Daouda 2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13-14 (l’Andropogon gayanus devenant dominant à partir de l’année 9), enfin chez Madénon 2-3-4-10-11-12-13-14. Ainsi on ne trouve plus d’Imperata cylindrica sur les jachères vieilles de plus de onze ans et plus d’Andropogon gayanus sur les jachères vieilles de plus de quatorze ans. Madénon assurait qu’on pouvait recultiver une jachère lorsque l’Andropogon gayanus avait disparu, mais comme les autres paysans, il préférait attendre encore 15 ans, pour que la zone soit reboisée.

93Sur ces jachères de moins de quinze ans, on a observé d’autres modifications que celles concernant les changements de graminées. Ainsi, les billons s’effacent au bout de 5, 6 ou 7 ans. Cet effacement dépend de la structure physique du sol : les billons subsistaient chez Brahima 7, sur une jachère très gravillonnaire, alors qu’on ne les voyait presque plus chez Madénon 6, plus du tout chez Madénon 7 et chez Daouda, ils avaient disparu dès l’année 5. Pendant les toutes premières années de jachère, la végétation ne couvre pas tout le sol, mais très vite, grâce au tallage, le sol disparaît sous un tapis de graminées, sauf quand il est particulièrement pauvre ou compacté. C’était par exemple le cas chez Brahima où la végétation ne recouvrait encore qu’une partie du sol en année 6. Les jachères s’embroussaillent après quelques années, en particulier chez Madénon 9-10-11-12 et chez Brahima 10-11. Les arbres apparaissent ensuite. Chez Madénon 3, des troncs mesuraient 4 de diamètre ; chez Madénon 4-5-6-7-8, certains atteignaient 10 à 12 cm de diamètre ; chez Daouda 5, on a observé des Terminalia de 6 à 7 cm de diamètre, des Ficus de 15 cm, des Afrormosia de 6 à 7 cm. Chez Daouda 7, des rejets de Daniellia avaient résisté au feu et allaient donner des arbres. Chez Daouda 10, les arbres étaient de plus en plus nombreux et de plus en plus gros. Chez Madénon 13-14 (sur le premier bloc abandonné en 1962), on a vu peu d’arbres, car la zone est cuirassée, mais ceux qui s’y étaient développés avaient des troncs de 15 cm de diamètre. Chez Madénon 15 enfin, on a trouvé des Afrormosia de 20 cm de diamètre, des Daniellia de 25 cm et des Parinari de 20 à 22 cm.

Figure 22 - Terroir de Syonfan. Enquête sur les jachères en avril 1976.
A gauche, champs et jachères de Madénon (chef de la famille T).
Ci-dessus, champs et jachères de Daouda (chef de la famille M), bloc ouvert au bulldozer en 1973, portant déjà des griffes d’érosion.
En pointillé : largeur des champs abandonnés depuis 2 ans (en 1974), 3 ans (en 1973), 5 ans (en 1971), 10 ans (en 1966), 20 ans (en 1956), 25 ans (en1951).

  • 18 Nous avons noté les noms sénoufo ou dioula de ces graminées. 1° graminées adventices : Pennisetum (...)

94Après 15 ans de jachère, les graminées de savane remplacent peu à peu les graminées de jachère. Chez Zanafigué dont les cultures avaient été complantées (verger d’anacardiers), les jachères se reconstituaient très vite. Dès la quatrième année, on y a vu des graminées de savane : l’Andropogon schirensis, l’Andropogon africanus, indicateur d’hydromorphie temporaire, le Ctenium newtonii, indicateur de terrain sableux jaune. Cette dernière graminée apparaissait chez Daouda 11-12-13-14. De plus chez Daouda 15-16-17-18-19, on a trouvé de l’Hyparrhenia smithiana qui étouffe l’Andropogon gayanus en absorbant plus rapidement les éléments nutritifs du sol (notons que l’Hyparrhenia smithiana constitue le chaume des toits des maisons). Cette dernière graminée apparaissait aussi chez Madénon 13-14-15, avec en année 13 de l’Hyparrhenia subplumosa, en année 14 du Ctenium newtonii et en année 15 de l’Andropogon schirensis. Auparavant, chez Madénon 10-11 était apparu l’Andropogon tectorum18.

95Au bout de 30 à 40 ans, l’Hyparrhenia smithiana, l’Hyparrhenia subplumosa, l’Andropogon schirensis étaient toujours là, sous le couvert des arbres : Daniellia, Terminalia, Parinari, Ficus, Afrormosia qui, en faisant de l’ombre, limitaient néanmoins le tallage de ces graminées.

  • 19 G. Charrière (1984) écrit, p. 652, le dessouchage complet supprime les racines des arbres et arbus (...)

96Les champs abandonnés sur ces quatres blocs avaient tous été préalablement défrichés par la méthode traditionnelle du brûlis. Aussi, à leur mise en jachère, ils portaient encore (tableau XLII) une centaine d’arbres utiles vivants à l’hectare et environ 900 souches d’arbres brûlés et abattus. Or, la densité du couvert arboré influe sur la rapidité de la reconstitution du sol mis en jachère ; J. César le remarquait chez Zanafigué 4. Par ailleurs, le recrû forestier par rejets est plus rapide que par semis (Daouda 7). Dans le cadre d’une agriculture temporaire, à longue jachère naturelle, on peut donc se demander si les jachères des champs labourés à la charrue, préalablement défrichés au treuil et sur lesquels il ne restait que 20 arbres vivants à l’hectare et aucune souche (p. 255), seraient reconstituées en 15 ans, comme c’était généralement le cas après brûlis, ou s’il faudrait attendre plus longtemps. Cette question est encore plus aiguë pour les jachères du bloc de 17 ha préalablement défriché au bulldozer sur lequel il ne restait plus un seul arbre vivant, ni une seule souche19. Ces craintes sont donc liées à l’introduction de la technique du dessouchage, indispensable pour utiliser une charrue qui permet d’alléger un emploi du temps surchargé en saison des pluies.

L’organisation du temps de travail agricole

  • 20 Moyennes calculées à partir des travaux des 11 femmes des familles J et S fournissant 3 634 journé (...)
  • 21 Il s’agit, rappelons-le, du travail effectué pratiquement par un seul homme de la famille S, donc (...)

97L’enquête effectuée de 1974 à 1976 auprès de 19 actifs des familles J et S, logon et pongabélé de Syonfan (p. 183), regroupant 10 % des actifs du terroir, permet de préciser l’organisation du temps de travail agricole des paysans de Syonfan, la représentativité de l’activité de ces personnes ayant été précédemment analysée. Rappelons qu’une femme active de Syonfan travaillait 330,5 journées de huit heures par an20, dont 143 de travaux ménagers, 169 de travaux agricoles et 18,5 de travaux divers. Un homme actif travaillait 272,5 journées par an, dont 2,5 de travaux ménagers, 188 de travaux agricoles, 45 de travaux divers au village et 37 de travaux de manœuvre à Kasséré21 (annexe 103).

98Ces activités n’étaient pas réparties de façon égale entre les douze mois de l’année, sauf les occupations ménagères qui revenaient de façon quotidienne. Les travaux agricoles suivaient les pluies avec deux mois de décalage ; les travaux divers étaient le plus souvent réalisés durant la morte saison agricole en février, mars ou avril.

99L’ensemble fournit un calendrier chargé (figure 23). Le mois de mars était la seule période de tranquillité (15,5 jours de travail pour les femmes, 13 pour les hommes). Il était encadré par quatre mois assez remplis : janvier-février et mars-avril, pendant lesquels les hommes travaillaient entre 19,5 et 23,5 jours par mois et les femmes entre 21 et 26 jours. Les sept autres mois de l’année, de juin à décembre, n’offraient pratiquement aucun repos : les hommes travaillaient entre 26,75 et 31,25 jours par mois et les femmes entre 27,5 et 35 jours, c’est dire qu’elles s’activaient plus de huit heures par jour, plusieurs mois consécutifs.

100Aux travaux légers effectués sur les champs de cultures vivrières pluviales (39 jours par actif) et caractérisés par une moindre participation des femmes, s’opposaient les lourds travaux réalisés sur les nouvelles cultures. Riz de bas-fond et coton exigeaient des efforts équivalents (68,8 jours de travail par actif pour l’un et 69,6 jours pour l’autre) et hommes et femmes s’y activaient presque autant (136 jours de travail féminin et 141,5 jours de travail masculin), les femmes s’occupant davantage des rizières et les hommes du coton (tableau xliv).

101Les courbes de temps de travaux réalisés pour le coton et le riz de bas-fond (figure 23 et annexe 104) mettent en évidence l’excellent atout que constitue pour la culture cotonnière la régularité de ses travaux étalés sur douze mois, avec des pointes mensuelles concernant uniquement les actifs masculins et ne dépassant pas 13 jours occupés par les labours en juin et 12 jours occupés par les récoltes en novembre et en décembre. Ces courbes montrent aussi le handicap de la riziculture : elle laissait libres, hommes et femmes, pendant trois mois en saison sèche, mais présentait des périodes de surcharge pour les femmes : 13,5 jours de labours en juillet, 20,5 jours de repiquage en septembre, 15,5 jours de récoltes en décembre, alors qu’elles assumaient parallèlement trois heures de travaux ménagers. Quant aux cultures vivrières pluviales, elles laissaient les hommes libres un mois, les femmes trois mois en saison sèche et elles n’exigeaient qu’un travail léger le restant de l’année, tout au plus les récoltes d’octobre demandaient-elles 11,5 jours de labeur aux hommes et 10 jours aux femmes.

102L’analyse des activités agricoles débutera par les rizières dont les travaux sont très particuliers et se poursuivra avec les champs de vivriers et de coton dont la préparation est voisine quand on utilise la houe. La préparation des champs destinés à être labourés à la charrue et presque exclusivement cultivés en coton sera traitée à la fin.

Tableau xliv. Terroir de Syonfan en 1975. Répartition du travail agricole annuel par actif

Tableau xliv. Terroir de Syonfan en 1975. Répartition du travail agricole annuel par actif

Enquêtes effectuées du 9 août 1974 au 9 août 1975 pour les 14 actifs de la famille J et du 1er mai 1975 au 1er mai 1976 pour les 5 actifs de la famille S.

A - REPARTITION MENSUELLE DES JOURNEES DE TRAVAIL AGRICOLE ET NON AGRICOLE PAR ACTIF SYONFAN - 1975

A - REPARTITION MENSUELLE DES JOURNEES DE TRAVAIL AGRICOLE ET NON AGRICOLE PAR ACTIF SYONFAN - 1975

B - REPARTITION MENSUELLE DES JOURNEES DE TRAVAIL AGRICOLE PAR ACTIF EN FONCTION DU TYPE DE CHAMPS SYONFAN - 1975

B - REPARTITION MENSUELLE DES JOURNEES DE TRAVAIL AGRICOLE PAR ACTIF EN FONCTION DU TYPE DE CHAMPS SYONFAN - 1975

Figure 23 - Répartition mensuelle des journées de travail d’un actif de Syonfan en 1975.

Les rizières

103Il était extrêmement rare que les paysans aient besoin de brûler et d’abattre des arbres dans les bas-fonds cultivables, ceux-ci étant couverts d’herbes, les arbres piquetant chaque rive de part et d’autre du marigot. Les paysans interrogés ne se souvenaient pas avoir accompli, l’année d’ouverture de la rizière, un travail de défrichement beaucoup plus lourd que les années suivantes.

104Le défrichement et le labour de rizières ont lieu de juillet à septembre. En 1975, ces travaux occupaient chaque actif 17 jours, soit le quart du temps de travail réservé aux rizières (annexe 104). Deux méthodes pouvaient être employées pour se débarrasser de l’herbe : la plus rapide consiste à couper l’herbe à la machette, la plus longue (le temps de travail est alors multiplié par cinq) consiste à retourner légèrement chaque motte de terre à la houe, afin d’enfouir la matière végétale. Cette seconde méthode donne de meilleurs rendements, mais elle était de moins en moins pratiquée, dans la mesure où l’emploi de la charrue se généralisait. L’extrême rapidité des labours pratiqués à la charrue était trop évidente pour que se maintienne l’enfouissement de l’engrais vert à la houe. Par ailleurs, la possibilité d’effectuer des labours plus profonds en culture attelée était une autre manière d’améliorer les rendements rizicoles. On utilisait la charrue sur les rizières, une fois terminés tous les travaux sur les champs de coton : labour, hersage, billonnage (en mai, juin) et rebillonnage (en juillet, août). En temps ordinaire, on ne constatait pas de concurrence pour l’utilisation de la charrue sur les deux types de champs. Toutefois, il suffisait que les paysans aient pris du retard pour labourer et semer le coton, laissant ainsi s’entamer largement la saison des pluies, ou que les pluies aient été précoces pour que les terres rizicoles deviennent incultivables à la charrue parce que trop détrempées. Ainsi en 1977, après une période très pluvieuse, 58 % seulement des rizières des habitants de Syonfan furent labourées à la charrue, alors qu’on en comptait 79 % en 1975, 76 % en 1976 et 89 % en 1978. La chute des pourcentages de rizières cultivées à la charrue fut d’autant plus importante qu’un tiers seulement des chefs d’exploitation possédaient une charrue et qu’ils ne labouraient (à façon ou gratuitement) les rizières de leurs parents et voisins, qu’après avoir terminé les travaux sur leurs propres rizières. Ce sont donc les rizières des paysans sans charrue qui furent retournées à la houe en 1977.

  • 22 Il existait trois types de houes : celle des hommes, celle des femmes et la petite houe. Toutes le (...)

105Quel que soit l’outillage utilisé, houe22 ou charrue, le labour se faisait toujours à plat. La coupe de l’herbe et le labour manuel des rizières concernaient un peu plus souvent les femmes que les hommes (20 jours de travail pour les premières, 14 jours pour les seconds). En revanche, les labours à la charrue étaient exclusivement réalisés par des hommes. En 1975, chacune des douze charrues de Syonfan était conduite par un homme jeune dont l’âge variait entre 15 et 43 ans. Cet homme était le seul de sa famille à savoir manier la charrue (exceptionnellement deux familles comptaient parmi leurs membres, deux hommes susceptibles d’utiliser alternativement la charrue familiale). Le laboureur était aidé d’un jeune garçon (entre 9 et 13 ans) qui se plaçait devant les bœufs pour les faire avancer droit. En 1975, cinq des douze charrues étaient conduites par deux personnes (une aux mancherons, une autre en avant de l’attelage). Trois autres charrues étaient conduites par trois personnes, un autre enfant (généralement un garçon) se plaçant sur l’un des côtés de l’attelage pour renforcer la surveillance. Enfin, quatre charrues étaient conduites par quatre personnes : un homme aux mancherons et trois enfants sur chacun des autres côtés de l’attelage. Notons que les bœufs ne travaillaient qu’à mi-temps, chaque propriétaire de charrue possédant presque toujours, au moins quatre taurins. La paire de bœufs du matin était donc remplacée à midi par un nouvel attelage (annexe 91).

106La période du repiquage du riz s’étalait du mois d’août au mois d’octobre, les semis ayant été faits à la mi-juin, dans les pépinières. Les plants étaient arrachés, mis en botillons et transportés sur les rizières. Le travail de repiquage revenait pour les trois quarts aux femmes (36 jours de repiquage par femme active et 11 jours par homme actif). Les mottes de terre étaient écrasées avec une herminette, puis les plants étaient repiqués dans la boue de façon assez serrée, mais en ordre dispersé. On ne sarclait pratiquement pas (2,5 jours par actif), mais la forte densité des plants empêchait, en partie, la pousse des mauvaises herbes. La récolte s’étalait de novembre à janvier. À Syonfan, les paysans utilisaient exclusivement le couteau, ce qui allongeait le temps de travail par rapport à une récolte faite à la faucille. Mais la confection des bottes était alors beaucoup plus régulière et le grain mieux conservé. Le riz était ensuite transporté au village, peu à peu, soit dans les cuvettes sur la tête des femmes, soit sur les porte-bagages des bicyclettes ou des mobylettes des hommes, soit bien sûr, depuis 1973, dans les charrettes. L’ensemble de la récolte et du transport du riz occupait chaque femme 25 jours par an et chaque homme 15,5 jours.

  • 23 Un actif passait en moyenne 68,8 jours sur 18,61 ares de rizières, soit 370 jours sur un hectare. (...)

107Si les enquêtes sur les temps de travaux par actif furent satisfaisantes, celles sur les temps de travaux à l’hectare, difficiles à réaliser, donnèrent des résultats inutilisables. On a donc fait appel au témoignage de quelques paysans avisés pour mesurer rétrospectivement le temps de travail nécessaire pour cultiver tel ou tel champ et on a mis en rapport les temps de travaux par actif sur les trois grands types de champs du terroir avec les surfaces cultivées par actif en 1975. Les résultats obtenus par ces deux méthodes sont voisins et nous nous en contenterons, en attendant la publication d’études plus solides sur cette question23.

108Sur les rizières, on travaillait entre 234 et 370 jours à l’hectare (annexe 105). L’utilisation d’une charrue et d’une charrette abaissait le temps de-travail d’un tiers. O. Sevin qui avait interrogé, en 1976, un certain nombre de paysans riziculteurs, à la périphérie de la zone dense de Korhogo, reçut des réponses qui oscillaient entre 291 et 594 jours de travail à l’hectare (O. Sevin, 1977). On retrouve donc des ordres de grandeur assez voisins.

109Signalons qu’une journée de travail sur une rizière ou sur un champ de coton, à Syonfan en 1978, aurait eu la même rentabilité, ces deux cultures permettant de gagner autour de 450 F CFA (annexe 106), si la CIDT n’avait pas fourni gratuitement des engrais cette année-là, pour encourager les paysans à augmenter encore la production cotonnière.

Les défrichements des champs temporaires cultivés à la houe

110En 1978, 90 % des champs de cultures vivrières pluviales des habitants de Syonfan étaient cultivés à la houe, ainsi que 30 % des champs de coton. Ces champs n’exigeaient qu’un défrichement superficiel.

111Le défrichement des futurs champs de coton labourés à la houe avait lieu entre février et avril, avant le billonnage de juin. Celui des futurs champs de vivriers se situait généralement entre juillet et septembre, afin de pouvoir monter, entre août et octobre, des buttes à cultiver l’année suivante. Mais les paysans trouvaient de plus en plus difficilement le temps de procéder aux défrichements des futurs champs de vivriers au cœur de la saison des pluies, depuis le développement du coton et surtout depuis celui des rizières dont les labours et le repiquage avaient lieu entre juillet et septembre (annexe 104). La culture de l’igname devenait d’ailleurs marginale à Syonfan depuis une dizaine d’années. On observait donc une tendance à défricher les futurs champs de vivriers en mars-avril, pour entreprendre aussitôt les travaux de buttage et les plantations d’igname.

112Rappelons que, quelle que soit la date choisie pour les défrichements, ceux-ci étaient moins nombreux depuis 1973 (p. 236). Soit les paysans manquaient de temps en saison des pluies, soit les travaux de buttage étaient difficiles à réaliser en avril, lorsque le sol était encore sec.

113Les paysans défrichaient des anciennes jachères d’environ trente ans, en supprimant le couvert arboré dont la densité est estimée à mille arbres à l’hectare (p. 233). Un arbre sur dix était conservé, le reste était brûlé et abattu sur plusieurs années. Sur photographie aérienne, les défrichements sont facilement identifiés, la couronne feuillue des arbres ayant en grande partie disparu, même si au niveau du sol, le nombre de troncs abattus, brûlés ou conservés vivants est le même qu’avant le défrichement.

114D’après les enquêtes menées auprès des paysans cultivant les champs sur lesquels fut mesurée la densité du couvert arboré, les défrichements exigeaient entre 15 et 75 jours de travail à l’hectare. Notons qu’il s’agit d’enquêtes parfois très postérieures aux travaux de défrichement, ce qui explique les souvenirs flous et les réponses variant de un à cinq.

Les cultures vivrières pluviales

115En première année, les champs de cultures vivrières pluviales étaient buttés. On observait néanmoins en 1974 et les années suivantes des champs bidonnés, dès la première année, dans la mesure où se réduisait la culture de l’igname. Le buttage avait lieu d’août à octobre, le plus souvent. C’est un travail pénible, réservé aux hommes et effectué en groupe. Selon les informations obtenues auprès de certains paysans, ce travail nécessitait entre 30 et 130 jours de travail à l’hectare. On note encore de grandes variations dans les réponses. Il est vrai que, selon l’intensité du travail fourni, sa durée peut au moins varier de un à deux. Les buttes étaient hautes de 60 cm environ et les résultats d’enquêtes menées par Y. Bigot, dans la sous-préfecture de Kasséré, font apparaître des densités de 6 500 buttes à l’hectare.

116Dans ces buttes étaient plantées les ignames en avril. Le maïs y était semé fin mai à raison de deux ou trois graines par poquet. Le riz pluvial était dispersé à la volée entre les buttes dans la première quinzaine de juin, tandis que le sorgho puis le millet étaient semés en juillet dans les buttes. Toutefois, ces cinq plantes étaient rarement associées sur le même champ, la norme se réduisant à deux ou trois plantes par champ. En première année de culture, les sarclages pouvaient être très rapidement menés, les adventices ne devenant vraiment gênantes qu’au bout de trois ans.

117En deuxième année de culture, en avril-mai, les paysans procédaient au nettoyage du champ : les chaumes et adventices étaient arrachés et brûlés ou enfouis. Environ 400 des 900 troncs brûlés à l’hectare avaient déjà été utilisés comme bois de chauffage par la famille de l’exploitant, au cours des deux années précédentes, si bien qu’il restait 500 troncs brûlés à l’hectare à côté des 100 arbres utiles conservés vivants. Le travail de nettoyage était beaucoup moins long à réaliser que le travail de défrichement de première année, les réponses des paysans variant entre 15 et 30 jours de travail à l’hectare. Les buttes étaient transformées en billons, toujours élevés parallèlement aux courbes de niveau, hauts de 25 à 30 cm et espacés de 70 cm. Cependant, certains paysans conservaient les buttes sur leur champ, pendant deux ans. Ce travail, tout comme le buttage, était à la charge des hommes.

118Au fur et à mesure que le champ vieillissait et que l’on élevait des billons plus serrés et moins élevés, les femmes prenaient le relais (rappelons qu’elles exploitaient souvent, pour elles-mêmes, des champs d’arachide venant en fin de succession culturale). En définitive, si l’on additionne l’ensemble des travaux de buttage et de billonnage des champs de vivriers de tout âge, chaque homme actif y consacrait 9,5 jours par an, de même que chaque femme active.

119Le maïs était semé dans les billons (dans des poquets, tous les mètres), soit pour un champ d’un hectare où les billons sont espacés de 70 cm, 14 000 pieds de maïs. Cette densité est un peu plus élevée qu’en première année du culture, où l’on compte deux pieds de maïs par butte, soit pour 6 500 buttes, 13 000 pieds de maïs à l’hectare. Au maïs s’ajoutaient parfois le sorgho et le millet et à partir de la troisième ou quatrième année de culture, l’arachide semée à la fin du mois de mai. Le riz pluvial, le plus souvent absent en deuxième année de culture, réapparaissait, semé à la volée entre les billons, ainsi que les pépinières de riz, en troisième et quatrième année de culture (annexe 101).

120En définitive, la préparation des champs de vivriers (défrichements, buttage en première année, nettoyage, billonnage les années suivantes) occupait 35 % du temps consacré à ces champs (annexe 104). Sur ces 35 %, seulement 2,3 % du temps étaient consacrés au labour à la charrue de champs de maïs et riz pluvial intensifs développés par la CIDT et de très vieux champs de cultures vivrières précédemment dessouchés. Ce pourcentage est faible parce qu’on utilisait les charrues d’abord sur les champs de coton et de vivriers intensifs encadrés par la CIDT, ensuite sur les rizières, enfin seulement, si le conducteur de la charrue en avait le temps, sur les champs de vivriers secondaires. Ainsi, bien que ces dernières cultures succèdent souvent à du coton, sur de vieux champs en grande partie débarrassés de leurs arbres et de leurs souches, elles étaient généralement bidonnées à la houe par les femmes.

121L’entretien des vivriers n’occupait que 27 % du temps de travail que les actifs consacraient à ces champs. Sur ces 27 %, 10 % allaient aux semis, 7 % au gardiennage nécessaire dès juillet, pour éloigner les oiseaux et les singes, enfin 10 % étaient consacrés aux sarclages effectués par les hommes et par les femmes. Ce travail minutieux s’alourdissait au fur et à mesure que le champ vieillissait et que se développaient les adventices. Jusqu’à l’introduction du coton, les paysans abandonnaient très vite les champs qui leur paraissaient trop enherbés. Mais, depuis 1974, l’augmentation de la durée des champs avait dû se traduire par un accroissement des sarclages ou une baisse des rendements. On manque de recul pour trancher la question. On peut simplement noter qu’en 1975, les paysans passaient trois fois plus de temps à sarcler les cotonniers (environ 23 jours à l’hectare) que les cultures vivrières pluviales (environ 7 jours à l’hectare), ce qui paraît insuffisant. Comme l’entretien des cultures vivrières pluviales avait lieu essentiellement en juillet, août et début septembre, son insuffisance semble liée au moins en partie à la concurrence des travaux effectués à la même période sur les deux autres types de champ : l’entretien des cotonniers (épandage d’engrais, traitements phytosanitaires, sarclages) et le labour et le repiquage des rizières. En 1975, chaque actif passait 4 jours à sarcler les champs de cultures vivrières pluviales (annexe 104). Il aurait fallu multiplier ce temps par trois pour que les sarclages soient aussi intensifs que ceux effectués sur les champs de coton, soit 8 jours de travail supplémentaire par actif, à une période où chacun était déjà occupé 28,5 jours ou plus par mois (annexe 103), ce qui semble une gageure. Un emploi plus intensif du multiculteur pour les labours, hersages, billonnage et sarclages pouvait alléger néanmoins la surcharge de travail en juillet, août et septembre.

122Les récoltes de vivriers s’étalaient de septembre à janvier : récolte de l’arachide en septembre, du maïs et du riz pluvial en octobre, du sorgho en décembre et de l’igname en janvier. En fait, le plus gros du travail avait lieu en octobre : les femmes consacraient 13,5 jours aux récoltes dont 10 en octobre et les hommes y consacraient 14,5 jours dont 9 en octobre.

Les défrichements des champs temporaires cultivés à la charrue

123Environ 10 % des champs de vivriers étaient cultivés à la charrue. Il semble bien que ce pourcentage n’ait pas varié de 1975 à 1978. En revanche, 52 % des champs de coton étaient cultivés à la charrue en 1975 et 70 % en 1978.

124L’intérêt de la charrue n’était plus à démontrer aux paysans, mais sur les interfluves, l’obligation de dessoucher préalablement les champs pénalisait lourdement son utilisation.

125À Syonfan, entre 1973 et 1978, ces défrichements ont intéressé 145 ha cultivés par les habitants du terroir : 17 ha défrichés au bulldozer en 1973, 60 ha défrichés au treuil de 1975 à 1978 et 68,75 ha défrichés à la hache de 1974 à 1978.

126Nous ne reviendrons pas sur les défrichements au bulldozer. Les techniques et les critiques présentées dans la première partie de ce livre s’appliquent au bloc de Syonfan.

  • 24 Sur ces 28 ha, 5,35 ha étaient cultivés depuis un an, 4,25 ha depuis deux ans, 5,50 ha depuis troi (...)

127Sur les 60 ha défrichés au treuil, 32 concernaient des jachères et 28 des champs déjà cultivés24. Sur 10 de ces champs nouveaux ou anciens, on a compté le nombre d’arbres conservés après dessouchage. Pour 8 d’entre eux, la densité du couvert arboré oscillait entre 7 et 22 arbres à l’hectare et pour 2 d’entre eux la densité s’élevait à 37 et même 44 arbres à l’hectare. La moyenne s’établissait donc autour de 20 arbres à l’hectare. Le dessouchage était très long à réaliser. Sur 4 champs, on a mesuré le temps passé par une équipe de 3 manœuvres de la CIDT, aidés de deux paysans, soit 5 personnes pour actionner un treuil et se débarrasser des arbres morts. Selon les cas, l’équipe dessouchait 10, 12, 19 ou 35 arbres à la journée, soit environ 20 arbres pour 5 personnes ou 4 arbres par personne et par jour. Ainsi, selon la densité du couvert arboré (1 000 arbres à l’hectare pour une jachère d’une trentaine d’années, beaucoup moins pour une jachère récente ou un champ déjà cultivé dans lequel pourrissaient les souches d’arbres précédemment brûlés), le temps de travail variait théoriquement, pour une équipe de 5 personnes, entre 10 et 50 jours par hectare.

128Aussi les champs dessouchés au treuil avaient rarement un couvert arboré très développé. Sur les 10 champs observés, on a compté le nombre d’arbres (vivants ou brûlés) disséminés sur 7 d’entre eux avant l’opération de dessouchage. La densité variait entre 42 et 223 arbres à l’hectare, la moyenne tournait donc autour de 150. Pourtant il ne s’agissait pas que d’anciens champs ; on a dessouché aussi des jachères, mais elles étaient loin d’avoir 30 ans. C’est donc encore une fois le manque de temps et non le manque d’espace qui a contribué à modifier le système agricole existant.

  • 25 Sur 68,75 ha de champs dessouchés à la hache de 1974 à 1978, 22,75 ha concernaient des jachères, 1 (...)

129Seuls les paysans qui n’avaient pu obtenir l’aide de la CIDT (qui manquait de treuils pour suivre leur demande) se résignaient à dessoucher à la hache. Deux fois sur trois, ils s’attaquaient à de vieux champs25 pour alléger leur tâche : une bonne partie des arbres avait en effet été précédemment abattue et de nombreuses souches avaient déjà disparu, en partie détruites par les termites et les vers. Les champs labourés à la charrue après avoir été dessouchés à la hache portaient une densité de troncs (vivants ou brûlés) bien supérieure à celle des champs dessouchés au treuil. On a notamment observé deux de ces champs portant 200 troncs à l’hectare, sans compter les souches cachées par les billons.

La culture du coton

130La conduite des travaux agricoles diffère selon l’outillage utilisé : charrue ou houe.

131Ainsi, 30 % des champs de coton étaient encore labourés à la houe en 1978. S’il s’agissait de champs cultivés pour la première année, aussitôt les défrichements terminés, les paysans procédaient en mai au billonnage. S’il s’agissait de champs déjà cultivés l’année précédente, les paysans nettoyaient le champ puis le rebillonnaient (on comptait environ 140 billons dans un champ carré de un hectare). L’engrais de fond était ensuite déposé le long des billons, puis on semait en juin. Le démariage avait heu en juin-juillet ainsi que le premier sarclage. Un engrais complémentaire était parfois épandu sur le champ au mois d’août (c’était rarement le cas à Syonfan, pour les champs de coton cultivés à la houe). Puis commençaient les traitements phytosanitaires qui se succédaient tous les quinze jours jusqu’à la récolte (la CIDT préconisait sept passages, les paysans en effectuaient plus souvent quatre ou cinq). Deux autres sarclages manuels avaient lieu entre le mois d’août et la récolte étalée sur les mois de novembre, décembre et janvier. On transportait ensuite le coton au village sur la tête, à bicyclette et de plus en plus souvent en charrette. La récolte était vendue en plusieurs fois, la CIDT passant généralement trois fois à Syonfan, en décembre, janvier et février pour acheter le coton entreposé dans les maisons du village, au fur et à mesure qu’il était récolté. Les paysans mettaient alors les récoltes en bâche pour la pesée (35 kg environ de coton par bâche). Enfin, il restait un assez long travail d’arrachage des pieds de coton entre janvier et mars, le plus souvent pris en charge par des jeunes filles, payées à la journée.

132Sur les champs cultivés à la charrue (70 % des champs en 1978), les opérations avaient un ordre un peu différent. Les champs de première année étaient labourés à plat puis hersés ; les billons des champs de deuxième année étaient démolis, puis l’ensemble des champs était passé à la herse. On épandait l’engrais de fond, à plat avant de procéder aux semis. C’est seulement ensuite qu’avait lieu le billonnage avec le corps butteur du multiculteur. Toutes ces opérations devaient être terminées pour la fin juin. On retrouvait ensuite, en juillet, l’opération de démariage et le premier sarclage effectué avec les crans canadiens du multiculteur et à la main. Un engrais complémentaire était épandu en août, avant la deuxième opération de sarclage effectuée avec le corps butteur du multiculteur, complété par un sarclage manuel. Puis commençait, fin août, la période des traitements phytosanitaires entrecoupée par un troisième sarclage manuel. Venaient enfin les récoltes en novembre, décembre et janvier et l’arrachage des cotonniers en janvier, février et mars.

133Les actifs des deux familles que nous avons suivies en 1975 (annexe 104) cultivaient tous leurs champs de coton à la charrue (on note néanmoins 1,5 jour passé au billonnage manuel des champs). Les défrichements manuels ou mécaniques étaient presque totalement à la charge des hommes (10,5 jours contre 2 jours pour les femmes). Le nettoyage des vieux champs étaient également réparti entre les femmes et les hommes (respectivement 4,5 jours et 3,5 jours). En revanche, l’arrachage des pieds de coton était aux deux tiers à la charge des femmes et plus précisément des jeunes filles (9,5 jours pour les femmes contre 4 jours pour les hommes). Toutes les opérations effectuées à la charrue étaient à la charge des hommes (11 jours par actif masculin). Les femmes aidaient au semis (3 jours par femme et 6,5 jours par homme), au démariage (5 jours par femme et 3,5 jours par homme), aux sarclages manuels (8 jours contre 11 jours), et à l’épandage d’engrais (1,5 jour par femme, autant pour les hommes). Les traitements phytosanitaires étaient pratiquement à la charge des hommes (5,5 jours contre 0,5 jour pour les femmes). Enfin ces dernières se chargaient d’un tiers de la récolte et de la postrécolte (17 jours par femme et 29 jours par homme). Rappelons que la moindre participation des femmes à la culture du coton s’explique essentiellement par le fait qu’elles étaient elles-mêmes surchargées de travail particulièrement sur les rizières, en juillet, août, septembre et décembre, ces rizières leur appartenant pour moitié, alors qu’elles n’accédaient pratiquement jamais à la propriété d’un champ de coton.

134La comparaison entre les temps de travaux effectués sur un champ de coton, en fonction de l’outil employé, a été établie à partir des enquêtes auprès des familles J et S et à l’aide d’entretiens auprès de paysans utilisant uniquement la houe ou uniquement la charrue (annexe 109). En fonction de l’ancienneté du champ, les temps de travaux oscillaient entre 161 et 234 journées à l’hectare. En première année, le dessouchage au treuil occupait deux fois plus de temps que le défrichement par le feu et les gains de temps obtenus par l’emploi de la charrue et de la charrette ne comblaient pas ce premier écart. C’est au fil du temps que se rentabilisait le dessouchage au treuil : ainsi un vieux champ de coton, cultivé à la charrue et dont la récolte était transportée en charrette, exigeait 161 jours de travail au lieu de 200 quand il était cultivé à la houe et sans moyen de transport attelé. Cet écart provient des gains de temps au moment des labours (9 jours), des sarclages, du rebillonnage (10 jours) et lors du transport (11 jours).

Transfert de travail de la saison des pluies vers la saison sèche

135Ainsi en 1974-1978, tous les efforts des paysans de Syonfan étaient orientés vers la recherche de solutions qui allègent les travaux agricoles en saison de pluies.

136La charrue, ou plus exactement le multiculteur, fut la solution la plus efficace adoptée au cours de cette période. Il permit un transfert de travail de la saison de pluies vers la saison sèche, l’économie de temps réalisée lors de labours, billonnages, hersages et sarclages s’accompagnant d’une augmentation de la durée des défrichements.

137Le transfert de travail, de la saison des pluies à la saison sèche, a été évalué à un mois par actif, avec un allégement probable d’une semaine de travail en saison des pluies. Cette évaluation est approximative, en particulier pour les dessouchages. On a fait le calcul, en admettant en effet :

  • que l’on utilisait toujours un treuil, seul outil bien adapté à ce travail mais, entre 1973 et 1978, près de la moitié des surfaces a dû être dessouchée à la hache ;
  • que seuls les paysans participaient à cette tâche, mais ils furent aidés par les manœuvres de la CIDT ;
  • que l’on dessouchait des jachères de trente ans et sauvegardait 100 arbres à l’hectare pour se rapprocher26 des conditions habituelles d’enherbement des champs et de régénération des jachères. Mais on sait que les treuils de la CIDT et les haches des paysans ne s’attaquaient qu’à de jeunes jachères peu reboisées ou à des champs déjà cultivés, pour limiter la durée du dessouchage, quitte à devoir lutter plus difficilement ensuite contre les adventices, en saison des pluies. On sait aussi qu’après le passage du bulldozer ou du treuil de la CIDT, il ne restait aucun arbre où guère plus de 20 à l’hectare, quitte à rendre plus longue ou impossible la régénération des sols par la jachère naturelle.

138Compte tenu de ces réserves, nous évaluons, en 1975, à 1,4 ha en moyenne, la surface que chacune des onze familles de Syonfan, propriétaires de charrues, devait défricher annuellement pour renouveler ses champs temporaires (une exploitation moyenne de ce type comprenait 8,4 actifs cultivant 1,7 ha dans les bas-fonds et 8,6 ha sur les interfluves, le cycle cultural moyen étant de 5 ans, plus l’année de buttage) (tableau xxxvii). Le dessouchage au treuil d’une jachère de 30 ans sur laquelle on aurait préservé 100 arbres à l’hectare exigeait 315 jours de travail soit 37,5 jours par actif, alors qu’un brûlis n’occupait chaque actif que 2,5 à 12,5 jours, soit une augmentation de travail de 25 à 35 jours par actif (30jours en moyenne).

139La mesure de l’allégement de la durée de travaux agricoles est imprécise aussi parce que le point de départ du calcul est une information souvent répétée par les paysans de Syonfan, mais non vérifiée. Pour ces paysans, avec une charrue, un homme réalisait sur un hectare d’interfluve, en 5 ou 6 jours, les travaux de labour, hersage, billonnage qui l’auraient occupé environ 30 jours avec une houe, soit un gain de 24,5 jours. Sur un hectare de bas-fonds, il effectuait en 4 ou 5 jours des travaux de labour qui l’auraient occupé 60 à 80 jours, soit un gain de 65,5 jours. Ainsi, en 1975, si chaque famille de Syonfan, propriétaire d’une charrue, avait utilisé cet outil pour l’ensemble des champs de son exploitation (8,6 ha en moyenne sur les interfluves, 1,7 ha dans les bas-fonds), elle aurait économisé 322 jours par rapport au travail nécessaire en culture manuelle, soit par actif un gain de 38 jours de travail en saison des pluies.

140Ainsi, l’augmentation du nombre de jours de travail par actif en saison sèche atteignait 30 jours et le gain de temps en saison des pluies avoisinait de 38 jours, soit un transfert moyen approximatif de 30 jours de travail par actif de la saison des pluies vers la saison sèche et une économie probable d’une semaine de labour en saison des pluies. Notons que ce transfert et cette économie de temps modifiaient surtout le travail masculin puisque les défrichements et les labours étaient assurés essentiellement par eux.

141Pouvait-on réduire encore le temps de travail en saison des pluies par l’emploi plus efficace du multiculteur ? On pouvait effectuer, avec le corps butteur ou les crans canadiens, un certain nombre de billonnages, rebillonnages et sarclages encore manuels, sur certains champs de coton et sur la plupart des champs de vivriers. Mais les buttages des champs d’igname et bon nombre de sarclages ne pouvaient être effectués qu’à la houe ou à la main, tout comme les divers semis, le repiquage du riz, le démariage, l’épandage d’engrais, les traitements phytosanitaires et les récoltes. On pouvait utiliser davantage les charrettes pour le transport de la récolte de coton et du riz de bas-fond jusqu’au village. En revanche, les récoltes de maïs ou d’igname étaient mieux conservées aux champs qu’au village et les paysans préféraient transporter ces produits par petites quantités, en fonction des besoins alimentaires de la famille.

142La culture attelée se maintiendra-t-elle, se développera-t-elle encore à Syonfan ? Son succès était bien réel entre 1974 et 1978. La charrue apportait une solution viable à la surcharge de travail en saison des pluies. Mais elle suscitait aussi des modifications du milieu dont on mesurait mal les conséquences. Le raccourcissement des jachères, lié aux difficultés de dessouchage, entraînera-t-il un enherbement plus rapide des champs que les vieilles jachères riches en humus et jusqu’alors utilisées pour les champs cultivés à la houe ? Le dessouchage quasi complet des champs labourés à la charrue déterminera-t-il une reconstitution plus lente des jachères que les brûlis réalisés pour la culture manuelle ? De ces conséquences découleront éventuellement de nouvelles contraintes : sarclages supplémentaires et introduction d’une jachère artificielle notamment. L’avenir de la charrue dépend donc de la confirmation de son intérêt technique, compte tenu de ces deux éventualités.

Notes

1 Ce sous-chapitre est rédigé par P. Peltre, géomorphologue ORSTOM.

2 Pour le distinguer de l’étage dit du “haut-glacis”, beaucoup plus répandu.

3 Plus au nord, au Mali et au Burkina Faso, il existe, inscrit dans le “moyen-glacis, un véritable “bas-glacis” partiellement induré, dans lequel s’est incisée la “basse-entaille”.

4 Les sols remaniés (modaux, rajeunis, indurés ou colluvionnés) désignent le groupe de sols de troisième niveau taxonomique dans la classification, après la classe (sols ferrallitiques) et la sous-classe (degré de désaturation).

5 Date de prise de vues de la première mission aérienne sur le terroir, sur laquelle les griffes sont déjà bien visibles.

6 La première série de photographies aériennes date de 1955.

7 On trouvera dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, le contenu des enquêtes effectuées pour chacun de ces champs, en 1974 et en 1975.

8 Nous laisserons de côté les cultures pérennes : vergers et jardins de tabac qui ne font pas partie de ce schéma général et qui ne concernaient qu’un hectare de cultures en 1974 et en 1975.

9 On notera ainsi que certaines parcelles, à l’amont de Lokpoho, et une autre très vaste, à l’aval de Bégui, non cultivées en 1974, car trop marécageuses, l’ont été en 1975, l’année étant un peu plus sèche (carte 4).

10 Il s’agit de champs (14,31 ha) défrichés et mis en buttes en 1974 pour porter des vivriers en 1975.

11 Tous les sondages ont été effectués la même année, sur des champs différents, ce qui explique que la diminution du couvert arboré, en fonction du vieillissement du champ, ne soit pas absolument régulière et que notamment le nombre d’arbres conservés vivants oscille entre 50 et 220 à l’hectare.

12 Pourcentage de champs mis en jachère dans les blocs ouverts au bulldozer par la CIDT : année 1 : 0, année 2 : 0,33 %, année 3 : 8,06 %, année 4 : 5,80 %, année 5 : 30,27 %, année 6 : 11,25 %, année 7 : 10,08 %, année 8 : 9,86 % (annexe 10).

13 Nous n’avons pas pu mesurer l’ensemble des champs temporaires cultivés sur le terroir en 1976, 1977, 1978 pour vérifier si l’augmentation de leur durée persistait ; en revanche, cette augmentation se poursuit de façon spectaculaire pour les champs temporaires labourés à la charrue, dont nous avons pu estimer les surfaces, au cours de ces trois dernières années (annexe 94).

14 Y. Bigot (1979 a) ne notait pas de différences de rendements pour une culture donnée qu’elle soit cultivée pure ou associée. En revanche, on lit dans le rapport agricole concernant la zone de Korhogo (SEDES, 1965 p. 94) que pour la culture principale, celle du maïs, les rendements unitaires du maïs associé au mil, au sorgho, au riz pluvial ou au coton sont identiques et parfois même supérieurs aux rendements observés en culture pure (...) Les rendements en présence d’arachide sont par contre nettement inférieurs (...), la diminution de poids récolté peut s’expliquer de deux manières, soit par le fait que les associations où figurent l’arachide sont placées en général en fin de rotation donc sur des sols appauvris, soit parce que les deux plantes se gênent mutuellement (p. 91) ; ce rapport souligne une chute des rendements du maïs quand celui-ci est cultivé sur buttes en association avec l’igname, la densité de semis de maïs étant moins élevée sur buttes que sur billons. En revanche, Y. Bigot mesure 14 000 pieds de maïs à l’hectare, que cette plante soit cultivée sur buttes ou sur billons (comm. orale). L’association de plusieurs plantes, pratiquée traditionnellement, est donc bien une façon d’intensifier l’agriculture.

15 Y. Bigot estimait, d’après des sondages effectués en 1976 dans la sous-préfecture de Kasséré, que les champs de première année comptaient 6 500 buttes à l’hectare (comm. orale, 1978).

16 Les paysans de Syonfan estimaient que sur les champs récents de vivriers et sur les champs de coton, les billons étaient espacés de 70 cm.

17 Les habitants de Syonfan cultivaient le coton essentiellement sur des champs de moins de 3 ans en 1974 et de moins de 4 ans en 1975, comme le montre la répartition du pourcentage de ces champs en fonction de leur âge :

Image

18 Nous avons noté les noms sénoufo ou dioula de ces graminées. 1° graminées adventices : Pennisetum polystachyon (sotiagzog), Paspalum orbiculare (yoporaqui), Rottboellia exaltata (zaouagui) ; 2° graminées de jachère : Imperata cylindrica (dassoung), Andropogon gayanus (niafigué) ; 3° graminées de savane : Andropogon schirensis, Hyparrhenia smithiana, Hipparrhenia subplumosa, qui indiquent toutes les trois que le sol est reconstitué, ont toutes le même nom (nanion) en sénoufo. Ces trois dernières graminées sont appréciées des taurins ainsi que le niafigué. Les autres traductions sont les suivantes : Ctenium newtonii (panaga), Andropogon tectorum (gbolo).

19 G. Charrière (1984) écrit, p. 652, le dessouchage complet supprime les racines des arbres et arbustes qui allaient chercher en profondeur les éléments nutritifs du sol. Plusieurs cultures qui se suivent sur le champ sans restitution de matière organique ni d’engrais ont très rapidement épuisé les réserves de la couche superficielle du sol. Alors (....) les rendements baissent, il faut abandonner le champ qui ne retrouvera plus jamais sa végétation d’origine : le plus souvent, une herbe tenace vient s’installer sur la jachère, là où quelques années auparavant, poussaient des arbres sur plus de 20 mètres de hauteur.

20 Moyennes calculées à partir des travaux des 11 femmes des familles J et S fournissant 3 634 journées de travail par an et à partir des travaux des 8 hommes des familles J et S fournissant 2 183 journées de travail par an (tableau xxxviii).

21 Il s’agit, rappelons-le, du travail effectué pratiquement par un seul homme de la famille S, donc peu représentatif.

22 Il existait trois types de houes : celle des hommes, celle des femmes et la petite houe. Toutes les houes étaient faites d’un manche en bois et d’une lame de fer. Les deux premières avaient un manche formant un angle très étroit avec la lame, alors que l’angle formé par le manche et la lame de la troisième houe était plus ouvert. Les lames de fer des houes des hommes et des femmes avaient des formes rectangulaires en auge, les premières étant plus grandes que les secondes. La lame de la petite houe avait une forme de trapèze ; cet outil était manié aussi bien par les hommes que par les femmes (S. Coulibaly, 1978 p. 158). Voir dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, l’outillage agricole possédé par chaque famille.

23 Un actif passait en moyenne 68,8 jours sur 18,61 ares de rizières, soit 370 jours sur un hectare. Il passait 69,6 jours sur 44,33 ares de coton, soit 157 jours sur un hectare. Il passait 39 jours sur 54,75 ares de cultures vivrières soit 71 jours sur un hectare.

24 Sur ces 28 ha, 5,35 ha étaient cultivés depuis un an, 4,25 ha depuis deux ans, 5,50 ha depuis trois ans, 7,90 ha depuis quatre ans, 4,50 ha depuis cinq ans, enfin 0,50 ha étaient cultivés depuis six ans.

25 Sur 68,75 ha de champs dessouchés à la hache de 1974 à 1978, 22,75 ha concernaient des jachères, 1,00 ha des champs cultivés depuis un an, 4,95 ha depuis deux ans, 24,57 ha trois ans, 3,38 ha quatre ans, 4,75 ha cinq ans, 3,75 ha six ans, 2,25 ha sept ans, enfin 1,50 ha des champs cultivés depuis huit ans.

26 La seule différence (de taille) concernait les souches qui pourrissaient dans le sol des champs cultivés à la houe et qui étaient extraites des champs cultivés à la charrue.

Table des illustrations

Légende Figure 21 - Croquis morphologique de la région de Syonfan avec localisation des coupes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Tableau xli. Terroir de Syonfan. Estimation des superficies inutilisables pour la culture
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Légende Figure 22 - Terroir de Syonfan. Enquête sur les jachères en avril 1976.A gauche, champs et jachères de Madénon (chef de la famille T).Ci-dessus, champs et jachères de Daouda (chef de la famille M), bloc ouvert au bulldozer en 1973, portant déjà des griffes d’érosion.En pointillé : largeur des champs abandonnés depuis 2 ans (en 1974), 3 ans (en 1973), 5 ans (en 1971), 10 ans (en 1966), 20 ans (en 1956), 25 ans (en1951).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Tableau xliv. Terroir de Syonfan en 1975. Répartition du travail agricole annuel par actif
Légende Enquêtes effectuées du 9 août 1974 au 9 août 1975 pour les 14 actifs de la famille J et du 1er mai 1975 au 1er mai 1976 pour les 5 actifs de la famille S.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15623/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre A - REPARTITION MENSUELLE DES JOURNEES DE TRAVAIL AGRICOLE ET NON AGRICOLE PAR ACTIF SYONFAN - 1975
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15623/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre B - REPARTITION MENSUELLE DES JOURNEES DE TRAVAIL AGRICOLE PAR ACTIF EN FONCTION DU TYPE DE CHAMPS SYONFAN - 1975
Légende Figure 23 - Répartition mensuelle des journées de travail d’un actif de Syonfan en 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15623/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540