Version classiqueVersion mobile

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Troisième partie. Le village témoin de Syonfan, les transformations de l'organisation de la société, du temps et de l'espace

L’émergence de structures familiales autonomes et le renforcement du pouvoir des chefs de familles nombreuses

Texte intégral

1Au début du siècle, les Logon et Pongabélé de Syonfan formaient deux communautés très soudées. Si chaque groupe développait encore en 1975 une forte solidarité sociale s’exprimant dans l’habitat, les relations matrimoniales ou les habitudes de travail, en revanche la solidarité économique concrétisée par le travail sur un champ collectif s’était effritée et dispersée entre les diverses cellules familiales. La famille (composée d’un ou de plusieurs ménages) fondait désormais son autonomie sur l’exploitation de champs dont la plus grande partie appartenait à son chef.

2Nous analyserons d’abord les fondements de l’unité familiale. Puis nous examinerons la place du travail agricole et l’origine des sources de revenus des habitants du terroir de Syonfan en 1975. L’inventaire des capitaux complétera l’étude des relations économiques et sociales. La répartition du travail, des revenus et des capitaux à l’intérieur des unités familiales soulignera enfin le rôle essentiel joué par le coton dans les nouveaux rapports de pouvoirs.

Les fondements de l’unité familiale

La cellule familiale : un groupe de parents unis par une alimentation et un travail communs

3En 1974-1978, les familles n’étaient pas des réalités faciles à appréhender, du fait de la solidarité de quartier qui les coiffait et de la relative autonomie des individus qui avaient pu nouer par ailleurs d’autres solidarités.

  • 1 Il est intéressant de rappeler que l’introduction du coton à Syonfan, en 1967, s’est faite selon c (...)

4À la tête du village se trouvait un descendant des fondateurs pongabélé : le kahafolo (chef de village) qui était également tarfolo (chef de terre) de la plus grande part du terroir, un deuxième tarfolo pongabélé en détenait l’autre partie (p. 145). Le village était toujours divisé en deux quartiers, correspondant à deux lignages, avec à leur tête des katiolofolo (chefs de quartier), mais ces derniers ne possédaient plus de segbo, le champ sur lequel travaillaient jadis tous les habitants du quartier1 ; leur pouvoir n’était donc plus que politique. Chaque lignage était divisé en familles économiquement autonomes et l’on enregistrait un glissement de sens du terme segbo qui signifiait, en 1974-1978, le champ collectif de la famille ou plus exactement le champ du chef de famille. Les champs individuels, appelés kagon, étaient attribués par les chefs de famille.

Les chefs de ménage, leurs épouses et les enfants nés de ces unions

5Le noyau central des familles était constitué par un ou plusieurs ménages. On en comptait 50 à Syonfan et dans les hameaux en 1974, soit 50 chefs de ménage, leurs 75 épouses et les 133 enfants nés de ces unions, en bas âge ou célibataires. L’ensemble regroupait 258 personnes (75 % des habitants). Le plus jeune des chefs de ménage avait 27 ans, le mariage des hommes étant toujours tardif, nous le verrons plus loin. En outre, les deux tiers des chefs de ménage étaient monogames, la polygamie ne devenant importante que passé l’âge de 40 ans (annexe 62).

6Deux enquêtes, l’une sur l’organisation du travail, l’autre sur la consommation alimentaire mettent en évidence les familles formées d’un seul ménage et celles formées de plusieurs ménages. La première enquête a touché les chefs de ménage actifs (moins de 59 ans) classés en deux groupes : ceux qui ne travaillaient que pour eux-mêmes et ceux qui travaillaient pour une personne (jamais pour plusieurs), obligatoirement (jamais habituellement) et toujours plus de trois jours par semaine. La personne qui bénéficiait de ce travail était un autre chef de ménage et dans un seul cas un célibataire. La deuxième enquête a touché tous les chefs de ménage (actifs ou inactifs) classés encore une fois en deux groupes : ceux qui se nourrissaient exclusivement de leurs propres réserves et ceux qui étaient partiellement ou totalement nourris par un autre homme (il s’agissait toujours de celui pour qui les actifs travaillaient).

7Ainsi, on a compté dix-huit chefs de ménage dépendant de treize chefs de ménage et d’un célibataire et dix-huit chefs de ménage indépendants. Il reste le cas marginal d’un jeune chef de ménage qui allait prendre son indépendance : il ne travaillait que pour lui-même mais se nourrissait encore quelques mois chez son beau-père, en attendant ses premières récoltes de vivriers.

8Dans l’ensemble, la notion de chef de famille se dégage assez clairement de ces deux enquêtes et les regroupements de ménages furent aisés. En 1974, on répertoriait donc 33 familles sur le terroir de Syonfan, dont 19 ne comprenaient qu’un ménage et 14 plusieurs ménages (annexe 61) Signalons que le pouvoir de certains chefs de famille était partiellement amoindri par la sénilité : c’était notamment le cas de Sibiri et Zié (chefs des familles A et L) dont les neveux, chefs de ménage, avaient pris l’exploitation en mains bien que l’on continuât de parler des champs de Sibiri ou de Zié. C’était également le cas du chef de la famille β qui remit son exploitation à son fils en 1975. On note aussi des partages officieux de pouvoir, par exemple entre les deux frères mariés de la famille I dont l’aîné était le chef, alors que les villageois parlaient indifféremment des greniers et des champs de Souleymane (l’aîné) ou de Mouroulaye (le cadet).

9Les enquêtes concernant le travail et l’alimentation des membres des ménages ont été réalisées sur le modèle des précédentes. Ainsi, les 75 épouses et les 133 enfants des 50 chefs de ménage travaillaient le plus souvent, lorsqu’ils étaient actifs, pour un chef de famille et parfois en plus pour un chef de ménage père, époux, frère ou oncle, ou pour une mère ou une grand-mère. Si les célibataires ressentaient toujours ce travail comme très prenant, les épouses affirmaient le plus souvent que le travail effectué pour le chef de famille n’était pas obligatoire, mais habituel : parmi les 75 épouses, 14 d’entre elles, dont 7 femmes logon, ne travaillaient du reste que pour elles-mêmes et 3 autres ne travaillaient que pour un époux qui n’était pas chef de famille. Tous les membres des ménages prenaient leurs repas dans le cadre de leur famille, le grain provenant pour partie des greniers des épouses (repas du matin), mais surtout des greniers du chef de famille et/ou du chef de ménage, quand la famille était étendue. Nous n’avons relevé qu’une exception à cette habitude, celle intéressant une jeune fille fiancée, qui dormait et prenait ses repas chez l’époux de sa future belle-sœur, tout en continuant à travailler pour son père.

Les autres habitants

10Si les trois quarts des habitants faisaient partie d’un ménage, il restait un quart de la population, soit 85 personnes en 1974, vivant hors de ces liens.

  • 2 En fait, toutes les veuves, même les plus âgées, étaient remariées religieusement, parfois avec un (...)

11Une bonne partie de ces personnes (49, soit 15 % de la population) étaient, d’une part des femmes veuves (13 personnes) et leurs enfants (18 personnes), d’autre part des orphelins de père dont la mère avait été remariée (18 personnes). L’importance numérique de ce groupe est une conséquence directe du système matrimonial sénoufo, basé sur le mariage de femmes jeunes et d’hommes plus âgés, qui engendre le veuvage des femmes et l’existence de nombreux orphelins de père. Traditionnellement, la jeune fille était mariée à 15 ans et l’homme à 30 ou 35 seulement. En 1974-1978, l’âge moyen des mariages à Syonfan se situait plutôt à 17 et 27 ans, mais bon nombre des jeunes filles étaient toujours données en mariage à des hommes plus âgés, déjà nantis d’une ou de plusieurs épouses, si bien que dès 30 ou 40 ans, elles étaient fréquemment veuves et généralement remariées à un frère ou à un parent du mari décédé. Dans ces remariages, les âges concordaient davantage, mais on a recensé plusieurs femmes veuves deux fois. Lorsque les veuves étaient trop âgées, elles n’étaient plus remariées2, mais prises en charge par la famille de l’époux décédé ou par un de leurs fils. Généralement les enfants des veuves suivaient leur mère.

12Une enquête sur le travail et l’alimentation de ces personnes a permis de les rattacher à un chef de famille, sans difficultés, sauf une jeune fille partagée entre deux familles : elle travaillait pour son oncle maternel, tout en dormant et en prenant ses repas chez sa mère remariée.

13En dehors de ce groupe caractéristique du système matrimonial sénoufo, on comptait encore 36 personnes non rattachées à des ménages, soit 10 % de la population :

  • Parmi ces dernières, se trouvaient 24 célibataires n’ayant ni père ni mère à Syonfan (leurs parents étaient morts ou vivaient dans un autre village). Les enquêtes sur le travail et la consommation ont permis de classer l’un de ces célibataires parmi les chefs de famille (famille a), un autre vivait chez son frère, neuf dans leur famille paternelle, onze dans leur famille maternelle et deux (un Peul et un Fononbélé) vivaient dans la famille de leur patron (chefs des familles H et V).
  • Les 12 autres personnes connaissaient des situations très diverses. Trois orphelins de mère, dont deux actifs, travaillaient pour leur père et dormaient près de lui, mais prenaient leurs repas, en totalité ou en partie, chez leur grand-père maternel ou dans la famille d’une cousine. Trois frères et sœurs étaient des enfants de divorcés qui se partageaient entre plusieurs familles pour travailler, manger et dormir. Une épouse d’émigré vivait chez son beau-père avec ses trois enfants. Enfin un veuf et sa fille vivaient chacun dans la famille de leur mère.

14Ainsi l’expérience montre que la cohésion d’une famille était fondée sur la parenté, le travail en commun et l’alimentation commune, règle qui ne souffrait que peu d’exceptions :

  • 1 chef de ménage sur 50, prenant son indépendance, est classé parmi les chefs de famille ;
  • 8 individus sur 294, évoluant entre plusieurs familles, sont répertoriés dans la famille jugée dominante ; pour ces personnes, l’analyse de l’habitat a permis de repérer certains liens. Néanmoins, nous verrons plus loin que cette notion révèle davantage l’autonomie des individus que leur insertion dans une famille.

La taille des familles et leurs actifs

  • 3 Voir dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, l’évolution démographique de Syonfan, par année.

15L’enquête sur les fondements de l’unité familiale a été réalisée en 1974 et l’évolution démographique suivie jusqu’en 19783. La taille moyenne des familles est restée stable (annexe 63). Chacune comptait en moyenne 10 personnes avec des variations en fonction des groupes sociaux : un peu plus de 12 personnes chez les Logon, 10 personnes chez les Pongabélé (de Syonfan et des hameaux), autour de 6 seulement pour les familles d’immigrés d’origine fononbélé, peul, bambara et dioula.

16Globalement sur 5 ans, le pourcentage d’actifs (individus âgés de 15 à 59 ans) a peu varié, autour de 46 %. Dans les familles nombreuses (au moins 12 personnes), la proportion d’actifs s’abaisse à 42 %, en partie parce que ces familles regroupent un plus grand nombre de vieillards que les petites familles. C’est dans le groupe logon que l’on trouve le plus de familles nombreuses et que le pourcentage d’actifs est le plus bas ; en revanche, les deux groupes pongabélé qui comptent moins de familles nombreuses ont un pourcentage d’actifs supérieur. Nous laisserons de côté le groupe des immigrés de Syonfan, trop petit et trop divers pour être représentatif (annexe 63).

L’opposition entre la répartition des champs de cultures vivrières pluviales et la structure de l’habitat. Sa signification sociale

  • 4 Nous n’avons pas dessiné le plan des hameaux, chacun d’entre eux ne regroupant qu’une ou deux fami (...)

17Sur les 33 familles regroupant 344 personnes en 1974, 10 familles logon (A, B, C, D, E, F, H, I, J, K), 10 familles pongabélé (G, L, M, N, O, Q, R, S, T, V), 3 familles bambara, fononbélé et peul (P, V, W) vivaient à Syonfan, 10 familles pongabélé originaires de Kasséré (X, Y, Z, α, β, δ, ε, φ, γ, λ) habitaient dans les six hameaux créés sur le terroir. Les cartes 1 et 3 ainsi que le plan du village (figure 19) montrent comment ces familles utilisaient l’espace pour produire leur nourriture et pour se loger4.

Les blocs de cultures vivrières pluviales, symbole de l’unité familiale

  • 5 La famille F comprend un vieillard dont la femme ne possède qu’une rizière et les familles P, V, W (...)
  • 6 Nous n’avons pas indiqué la répartition des nombreuses petites rizières entre les familles pour qu (...)

18La carte des cultures du terroir de 1974 (carte 1) présente un éparpillement de blocs sur les interfluves et des alignements de rizières étroites dans certaines portions de bas-fonds. Les blocs regroupant des parcelles allongées de cultures vivrières pluviales (igname, maïs, riz pluvial, arachide, sorgho, millet, avec ou sans parcelle de coton) étaient exploités au bénéfice des chefs de famille qui généralement laissaient à certaines femmes le droit de cultiver une parcelle de vivriers rustiques et à certains hommes le droit de cultiver une parcelle de coton. La carte 3 de la répartition des champs entre exploitants indique par une lettre cerclée le chef de famille détenteur du bloc de champs. Seuls 4 d’entre eux : les chefs de famille F, P, V et W5 n’avaient pas de cultures vivrières de base (maïs et riz pluvial). Les 29 autres chefs de famille détenaient un bloc de cultures vivrières bien individualisé, le plus souvent isolé (cas des chefs des familles A, B, E, G, H, J, K, L, M, N, O, S, X, Y, Z, α, ε, γ, λ) ou juxtaposé au bloc de vivriers d’un autre chef de famille (C et I, U, T et D, R et Q, β et γ, δ et le chef de canton de Kasséré). D’autres parcelles, appartenant au chef d’une famille ou/et à l’un de ses membres, parfois disséminées non loin du bloc familial, sont repérées sur la carte par une lettre non cerclée. Il s’agit le plus souvent de parcelles de coton ou de vivriers rustiques succédant à du coton6. Notons que les blocs de cultures vivrières des familles logon et pongabélé, sans être particulièrement mêlés, ne sont pas strictement séparés sur le terroir : les familles logon cultivaient plutôt au nord et à l’est du terroir, les familles pongabélé de Syonfan au sud-ouest, presque toujours à moins de deux kilomètres du village et les familles pongabélé des hameaux cultivaient à proximité de leur habitat.

Figure 19 : Plan du village de Syonfan, sous-préfecture de Kasséré, en 1974.

19Ainsi, le bloc de cultures vivrières, sur lequel travaillaient tous les membres d’une famille, exprime très concrètement dans l’espace l’unité de cette famille, tandis que la localisation de ce bloc, par rapport aux autres, ne fait apparaître aucun regroupement pongabélé ou logon.

L’habitat, révélateur du cloisonnement lignager

20Si l’organisation du terroir en 1974 montre l’indépendance des familles par rapport à leur quartier, en revanche la disposition des maisons à l’intérieur du village traduit davantage une réalité plus ancienne, correspondant à la période où le pouvoir des chefs de quartier s’appliquait directement aux individus (figure 19).

21Le village de Syonfan est traversé par la piste Lafing-Kasséré qui rejoint, à 40 km au sud-est, la piste Boundiali-Korhogo et à 30 km au nord-ouest, celle de Boundiali-Tingréla. Très agréable, son centre était occupé par une vaste place ombragée de manguiers et traversée par la piste. En 1974 la place abritait deux forges, les métiers des tisserands ainsi que des sortes de vastes bancs en rondins, où les vieux passaient une grande partie de leur temps. Le quartier logon s’étendait au nord-est de la piste, séparé du quartier pongabélé, situé au sud-ouest, par la place de manguiers.

  • 7 Ces maisons carrées étaient beaucoup plus nombreuses il y a quelques décennies et auraient été rem (...)
  • 8 Propriétaires de maisons rondes : 36 femmes et 12 hommes ; propriétaires de maisons rectangulaires (...)

22Sur les 127 maisons du village, on en utilisait 103 pour le repos les autres servant de cuisine, de magasin ou étant en construction. Parmi les maisons d’habitation, 51 étaient rectangulaires, 48 étaient rondes et 4 carrées7. Toutes étaient construites en briques séchées au soleil, scellées par un mortier de boue, parfois additionné d’un peu de ciment ; un toit de chaume les recouvrait, à l’exception de 7 maisons rectangulaires couvertes de tôle. Ces maisons étaient de taille modeste : généralement 4 à 6 mètres de diamètre pour les maisons rondes, 6 à 7 mètres sur 3 pour les maisons rectangulaires. Sur les 103 maisons d’habitation, 53 appartenaient à des hommes et 50 à des femmes ; les premiers habitaient le plus souvent des cases rectangulaires et les secondes des cases rondes8.

  • 9 Ce propriétaire de taurins habitait Kasséré.

23On observe une répartition très stricte des familles par quartier en fonction du lignage, à quelques exceptions près. Un Kassembélé (déjà nanti d’une épouse), venu à Syonfan épouser une Pongabélé, préféra s’installer dans le quartier logon, son épouse pongabélé restant dans son quartier de naissance. De même, un Logon avait l’une de ses épouses, Pongabélé de Syonfan, qui vivait toujours dans son quartier avec ses cinq enfants. Un jeune homme habitait dans le quartier de son père logon divorcé, il prenait ses repas dans le quartier de sa mère pongabélé remariée et travaillait chez son grand-père maternel pongabélé. La famille bambara P fut accueillie par les Pongabélé, la famille fononbélé V par les Logon et la famille peul W s’installa un peu à l’écart du quartier pongabélé. Enfin, un Peul célibataire gardien de taurins vivait au quartier logon, dans la famille du frère de son patron9.

24Ainsi, mis à part l’accueil de la famille bambara, le quartier pongabélé ne comptait que des Pongabélé. Dans le quartier logon vivaient, en plus des Logon, quelques épouses d’origines ethniques différentes, des Fononbélé, un Kassembélé et l’une de ses épouses, un jeune Peul et le fils d’un Logon divorcé d’une Pongabélé. Même dans les très rares cas de mariage entre Logon et Pongabélé, chaque conjoint continuait donc à vivre dans son propre quartier, respectant ainsi l’unité très stricte de son groupe.

L’habitat, moyen d’accès à l’autonomie individuelle

25En 1974, dans le cadre social rigide des deux quartiers de Syonfan vivaient 243 personnes : 130 âgées de plus de 15 ans (des adultes) et 113 enfants. Sur 130 adultes, 101 possédaient une maison d’habitation, soit 78 % d’entre eux. De plus, deux jeunes garçons de moins de 15 ans en possédaient également une. La taille modeste des maisons, réduites le plus souvent à une seule pièce, conduisait à la dispersion des membres d’une même famille et favorisait ainsi une certaine autonomie des individus.

26Sur 130 adultes, on comptait 33 chefs de ménage, 2 veufs, 23 célibataires, 53 épouses, 9 veuves, 9 femmes célibataires et 1 épouse d’émigré. Tous les chefs de ménage, les veufs et les veuves possédaient une maison, à l’exception du chef de la famille fononbélé qui louait une pièce auprès de l’un des chefs de ménage logon. Toutes les épouses logon avaient une maison, sauf l’épouse d’un émigré qui habitait avec une autre femme de sa famille. En revanche, 10 épouses pongabélé sur 24, ainsi que 2 des 4 épouses du groupe des immigrés n’avaient pas de maison propre. Elles habitaient la maison de leur époux, celle de leur belle-mère, de leur mère ou de leur co-épouse. Ces faits traduisent une autonomie plus faible des femmes pongabélé. Néanmoins celles qui ne possédaient pas encore de maison étaient toutes très jeunes et n’acceptaient cette situation que parce qu’elle était transitoire. Nous avons effectivement vu construire, les années suivantes, plusieurs maisons pour ces épouses. Parmi les 23 hommes célibataires, 17 possédaient une maison. Ceux qui n’en avaient pas dormaient sous le toit d’un de leur frère célibataire, ou hors de leur famille chez un camarade. Rappelons que de jeunes garçons de 10 à 15 étaient parvenus également à acquérir une certaine autonomie : 2 d’entre eux avaient une maison et 5 autres vivaient sous le toit de frères ou de camarades célibataires. En revanche, aucune des 9 filles célibataires de plus de 15 ans ne possédait de maison, même si 4 d’entre elles vivaient hors de leur famille.

27Les époux se répartissaient les enfants. Les hommes mariés habitaient le plus souvent seuls dans leur maison, ne prenant avec eux leurs jeunes garçons que dans quelques cas. Quant aux femmes, la plupart de leurs enfants dormaient dans leur maison et elles-mêmes passaient une partie de la nuit chez leur époux.

28La localisation des maisons des conjoints (33 hommes mariés à 53 épouses au village de Syonfan), les unes par rapport aux autres, renforce encore l’impression d’une forte autonomie individuelle :

  • dans 4 ménages (3 monogames, 1 bigame), les époux habitaient la même maison ;
  • dans 7 ménages (5 monogames, 1 bigame, 1 quadrigame), ils habitaient des maisons proches les unes des autres, orientées vers un foyer central commun ; l’habitat du ménage pongabélé M étant le plus représentatif de cette disposition en cour ;
  • dans 8 ménages (4 monogames, 3 bigames, 1 quadrigame), les époux avaient des maisons proches dont les portes s’ouvraient dans des directions divergentes (ménage K tout particulièrement) ;
  • dans 10 ménages (6 monogames, 2 bigames, 2 trigames), les époux habitaient des maisons éloignées de 10 à 30 mètres les unes des autres avec des obstacles, généralement une ou plusieurs maisons, ne permettant pas une liaison directe entre les conjoints (voir le ménage A 3) ;
  • dans 4 ménages (2 monogames, 1 bigame, 1 trigame), les époux avaient des maisons éloignées de plus de 30 mètres, en particulier les ménages J et G dont les conjoints n’habitaient pas le même quartier.

29Ainsi, sur l’ensemble des ménages du village, un tiers seulement avait une vie quotidienne commune. Un autre petit tiers était constitué de conjoints qui conservaient leur autonomie, bien que leurs maisons soient proches. Enfin, un bon tiers se composait de conjoints menant une vie quotidienne indépendante.

30Dans ces conditions, il ne faut pas s’attendre à ce que les familles formées de plusieurs ménages (7 cas sur 23 au village) aient une vie quotidienne commune très intense. Tout au plus les maisons des membres de ces familles n’étaient-elles généralement pas très éloignées les unes des autres. Le plan du village (figure 19) fait plutôt apparaître des aires de vie commune à plusieurs familles : pour les familles L, M, N et R ainsi que T et U dans le quartier pongabélé, pour les familles A, D et G ainsi que I et J dans le quartier logon. Dans ces quatres aires communes, souvent protégées du soleil par un léger abri de bois, les repas étaient pris en commun par les hommes des familles voisines, les femmes apportant les plats pour les hommes de leur propre ménage ou de leur propre famille, avant de prendre elles-mêmes leur repas en commun, par petits groupes de femmes et d’enfants, près des foyers.

Les autres solidarités villageoises

31À côté des solidarités les plus contraignantes, que ce soit le quartier pour l’habitat et les mariages ou la famille pour le travail et l’alimentation, on remarque d’autres solidarités moins contraignantes, mais réelles cependant :

  • Les femmes d’une même cour ou d’un même passage, parentes ou voisines, s’occupaient ensemble des travaux ménagers à réaliser au village même (deux heures quotidiennes pour piler, décortiquer, cuisiner, faire le ménage et la lessive) (p. 183). Chacune rapportait du bois, coupé le plus souvent sur le champ familial (un quart d’heure) et elles se retrouvaient pour la corvée d’eau (trois quarts d’heure par jour), à puiser près des marigots de Nungbama et Tiéféli (carte 1), jusqu’à ce qu’en 1978, le creusement d’un puits à 50 mètres à l’est du village allège leur tâche.
  • Les vieux passaient de longues journées oisives ou occupées à tresser de la paille pour réparer les toits de chaume, assis sur de vastes bancs en rondins à l’ombre de la place de manguiers, à proximité des forges pour les Logon, ou tout près de la cour du chef de village pour les Pongabélé.
  • Enfin deux associations de jeunes, l’une regroupant les jeunes Pongabélé, l’autre les jeunes Logon, jouaient un rôle non négligeable dans la société villageoise. En 1974, l’ensemble des deux groupes rassemblait le plus grand nombre (47 sur 57) des jeunes filles de 9 à 17 ans et des hommes de 14 à 34 ans, mariés, veufs ou célibataires. Le groupe logon réunissait 26 personnes (11 filles et 14 hommes du village, plus 1 homme de l’extérieur). Le groupe pongabélé rassemblait 32 personnes (8 filles et 14 hommes pongabélé du village, plus 2 hommes non pongabélé issus des familles P et V, et 2 filles et 6 hommes pongabélé n’habitant pas le terroir). Les familles logon et pongabélé de Syonfan étaient toutes représentées dans ces associations par un ou plusieurs membres, sauf quatre qui ne comptaient aucun jeune parmi elles.
  • 10 Les associations de jeunes travaillaient surtout pour les chefs de famille mais aussi pour quatre (...)

32Presque tous les chefs de famille logon10, représentés par un de leurs dépendants dans l’association de jeunes, recevaient son aide pour le billonnage et la récolte de coton. Les autres, Logon ou non, obtenaient le même travail contre rémunération. Chez les Pongabélé, seuls l’actuel et le futur chefs de village (chefs des familles L et M) recevaient l’aide gratuite de leur association. La plupart des travaux de ce groupe étaient donc payants et concernaient non seulement le billonnage des champs de coton, mais aussi le buttage des champs de vivriers de première année et la récolte des rizières. Ces travaux étaient réalisés aussi bien pour les Pongabélé du village que pour ceux de l’extérieur, mais jamais pour les Logon (annexe 64). Un système de pénalités limitait l’absentéisme, bien que les groupes soient rarement au complet pour travailler : les Logon réunissaient généralement entre 13 et 20 personnes sur 26, les Pongabélé entre 21 et 28 personnes sur 32. Les sommes gagnées n’étaient pas très importantes (entre 2 000 et 3 000 F CFA par jour de travail), les deux associations ayant gagné, en 1975, 97 750 F CFA (annexe 79). Cette somme était dépensée essentiellement en nourriture et en boissons, au cours de la fête annuelle. Les deux associations ne furent créées qu’en 1973 et fonctionnaient chacune sous la direction d’un président et d’un trésorier. Elles succédaient à une unique association villageoise créée en 1968 et dissoute cinq années plus tard, quand les Pongabélé préférèrent se séparer des Logon, parce qu’une partie de ces derniers émigrait en Basse-Côte et qu’ils ne voulaient plus assurer le surcroît de travail qui en résultait. Les Logon fournissaient bien sûr une autre explication à cette dissolution, en précisant qu’ils n’appréciaient guère la direction des Pongabélé, obligeant l’ensemble des jeunes à travailler d’abord sur les champs du groupe pongabélé, ce qui les mettait en retard dans leurs propres travaux agricoles.

33Ainsi les groupes de femmes, de vieux et de jeunes fonctionnaient tous dans le cadre du quartier. Trois nouveautés auraient pu créer d’autres liens de solidarité au sein du village :

  • Il s’agissait essentiellement de l’islam, implanté dans le village depuis le début du siècle. Il n’existait qu’une seule mosquée (une maison en terre de modèle courant) construite au cœur du quartier logon, à laquelle se rendaient tous les villageois, Pongabélé et Logon confondus, notamment pour les grandes prières du ramadan. De même, l’école coranique, dont le répétiteur était logon en 1974, formait des enfants issus des deux quartiers. Néanmoins les Pongabélé étaient moins islamisés que les Logon et il n’était guère possible de parler d’une communauté religieuse regroupant tout ou partie des villageois.
  • La politique concernait aussi tous les adultes qui devaient adhérer obligatoirement au PDCI (Parti démocratique de Côte-d’Ivoire). Mais, plutôt que d’unir tous les habitants du village dans une même cellule politique, il a dû sembler plus efficace, aux autorités de ce parti, d’utiliser la structure de quartiers pour mieux contrôler les habitants. Ainsi furent nommés, en 1966, un secrétaire logon et un secrétaire pongabélé11.
  • La scolarisation des enfants enfin, qui aurait pu être un facteur de cohésion, jouait un rôle très limité à Syonfan : en 1974, 14 élèves de 6 à 14 ans fréquentaient l’école de Kasséré, soit 17 % de cette classe d’âge, les deux quartiers étant aussi faiblement représentés12.

34Ainsi toutes les solidarités effectives, autres que familiales, s’exerçaient dans le cadre du quartier. Elles avaient un poids économique très restreint : le travail artisanal des vieux, les travaux ménagers des femmes n’avaient pas ou peu de valeur marchande et les travaux réalisés par les associations de jeunes fournissaient à peine 100 000 F CFA en 1974-75, soit 1,25 % seulement du revenu des habitants du terroir de Syonfan.

La place du travail agricole dans la vie villageoise et familiale

35Le travail des champs était l’activité principale des habitants du terroir de Syonfan, avec des différences selon les groupes sociaux en présence. Les exploitations familiales seront caractérisées par leur taille et la nature de leurs productions, mais aussi par le travail de leurs actifs. Les champs seront répartis entre les chefs de famille et leurs dépendants, et le travail agricole entre l’exploitation familiale et celles des voisins. Une description des loisirs complétera la description des activités de cette communauté rurale.

Les exploitations agricoles familiales

  • 13 Le riz de bas-fond est une plante vivrière de base, mais nous la considérons à part du fait de ses (...)

36En 1974 et 1975, nous avons répertorié, mesuré et cartographié tous les champs relevant des familles résidant sur le terroir de Syonfan. Toutes les familles avaient une exploitation agricole, mais certaines ne cultivaient pas de plantes vivrières pluviales de base, telles que l’igname, le maïs et le riz pluvial, qui étaient beaucoup plus exigeantes en sarclages que le sorgho, le millet ou l’arachide. Il s’agissait (tableau xxxvii) de la famille d’un vieux Logon seul avec son épouse et des trois familles récemment immigrées à Syonfan. À ces exceptions près, toutes les familles de Syonfan possédaient des cultures vivrières pluviales de base, des cultures vivrières pluviales secondaires, du coton et du riz de bas-fond13.

La taille des exploitations agricoles

37La taille des 33 exploitations agricoles de Syonfan et des hameaux variait entre 1,5 et 14 ha, exception faite de celle de la famille F, inférieure à 50 ares (tableau xxxvii). Les 10 familles les plus nombreuses, groupant entre 14 et 30 personnes, possédaient toutes des exploitations de plus de 7 ha. Les autres détenaient des exploitations plus petites, à une exception près.

  • 14 Nous laisserons de côté le groupe des immigrés, trop réduit (3 familles) et trop divers pour perme (...)

38Alors que les familles logon étaient généralement les plus nombreuses, leurs exploitations étaient les plus petites : 5,6 ha en moyenne en 1974 et 1975. Les deux groupes pongabélé (de Syonfan et des hameaux), dont la taille moyenne des familles était un peu moins élevée, possédaient des exploitations plus grandes : 6,7 ha en moyenne chez les Pongabélé du village et même 7,2 ha chez ceux des hameaux14. La plus faible activité agricole des Logon s’explique par un pourcentage assez bas d’actifs, conséquence d’une émigration des jeunes hommes plus forte que chez les Pongabélé (p. 155) et par l’intérêt qu’ils portaient à d’autres activités : artisanat (poterie, tissage) et petit commerce (tabac, pétrole, essence, divers) (p. 183 et p. 203).

39Les cultures vivrières pluviales de base étaient importantes pour les Pongabélé, mais diminuèrent néanmoins de 1974 à 1975, de 2,3 à 1,9 ha en moyenne par exploitation chez ceux de Syonfan et de 2 à 1,5 ha chez ceux des hameaux. Chez les Logon, ces superficies demeurèrent constantes pour la même période, autour d’une moyenne de 1,3 ha par exploitation. Quant aux cultures vivrières pluviales secondaires, elles n’ont guère varié d’une année à l’autre et d’un groupe à l’autre, mesurant entre 1,1 et 1,8 ha selon les cas.

40Les surfaces de riz de bas-fond par exploitation restèrent stables et peu différentes d’un groupe à l’autre pour la période 1974-1976 (près de 1 ha). Mais elles diminuèrent en 1977 et 1978 (les causes de ce phénomène ont été examinées à la page 161). Cette baisse affecta davantage le groupe logon que les deux groupes pongabélé (annexe 65).

41En revanche, les exploitations de tous les groupes sociaux présentent une augmentation régulière des superficies cotonnières. De 1974 à 1978, la progression fut assez faible chez les Logon, passant de 1,98 à 2,11 ha en moyenne par exploitation. Elle fut plus forte chez les deux groupes pongabélé, passant de 1,85 à 2,66 ha chez ceux de Syonfan et même de 2,30 à 3 ha chez ceux des hameaux (annexe 66).

42Ce bref aperçu est insuffisant pour mesurer la place tenue par l’agriculture dans la vie villageoise. Deux enquêtes complémentaires ont donc été menées, l’une sur l’emploi du temps des actifs de deux familles de Syonfan au cours d’une année complète, l’autre sur les surfaces cultivées par actif dans toutes les familles du terroir.

L’emploi du temps des actifs des familles J et S

  • 15 Le manque de temps ne nous a pas permis d’enquêter auprès des inactifs de ces deux familles, à sav (...)
  • 16 Par manque de moyens, nous n’avons pas étudié l’emploi du temps des familles vivant dans les hamea (...)
  • 17 Aux 13 actifs de la famille J enregistrés en 1974, nous avons ajouté une jeune fille, Fatoumata, q (...)

43Cette enquête a touché les actifs démographiques (15 à 59 ans)15 de deux familles possédant chacune une charrue ; la famille J est logon, la famille S pongabélé, toutes deux résidaient au village même de Syonfan16. Les actifs ont été suivis au jour le jour, demi-heure par demi-heure, de 6 heures du matin à 10 heures du soir pendant un an. L’enquête sur les actifs de la famille J (5 hommes et 9 femmes) a duré du 9 août 1974 au 9 août 1975, celle concernant les actifs de la famille S (3 hommes et 2 femmes) a duré du 1er mai 1975 au 1er mai 1976 (tableau xxxviii)17 (Cette enquête a donc touché 19 actifs sur les 174 recensés fin 1975 (annexe 50), soit 10,9 % d’entre eux.

Tableau xxxvii. Terroir de Syonfan de 1974 à 1975. Répartition des surfaces cultivées entre les familles en fonction de la nature des cultures

Tableau xxxvii. Terroir de Syonfan de 1974 à 1975. Répartition des surfaces cultivées entre les familles en fonction de la nature des cultures

(1) Vivriers de base : igname, maïs, riz pluvial auxquels nous ajoutons les surfaces buttées et, exceptionnellement en 1975, 285 ares de Stylosanthes.
(2) Viviriers secondaires : pépinières de riz, sorgho, millet, arachide, pois de terre, patates douces auxquels nous ajoutons les vergers et le tabac (126 ares en 1974, 109 ares en 1975).

44Pour simplifier les calculs, les résultats sont indiqués en journées de travail de 8 heures, durée qui correspond bien à la réalité, nos observations faisant ressortir qu’une journée de travail agricole moyenne occupe 7 h 45 min. Par ailleurs (annexe 67), entre 57 et 83 % des journées de travail de ces actifs durent entre 7 et 9 heures, à l’exception de celles de deux hommes de la famille S, Sonfolo et Zoumana, qui travaillaient fréquemment entre 9 et 11 heures par jour. Afin de comparer les travaux agricoles aux autres travaux des paysans de Syonfan, on utilisera comme unité la journée de 8 heures de travail, bien que ces autres travaux occupent rarement 8 heures consécutives.

Tableau xxxviii. Familles J et S de Syonfan de 1974 à 1976. Nombre de journées de travail de huit heures effectuées en un an par chaque individu de plus de 15 ans

Tableau xxxviii. Familles J et S de Syonfan de 1974 à 1976. Nombre de journées de travail de huit heures effectuées en un an par chaque individu de plus de 15 ans

(1) H : homme, F : femme, M : marié(e), V : veuf, C : célibataire.
(2) On aboutit à 369 jours de travail pour Korotoum, active plus de huit heures chaque jour, en moyenne.

45Tous ces actifs travaillaient dans les champs et effectuaient des travaux divers au village. En revanche, seules les femmes étaient chargées des travaux ménagers, les hommes ne se soumettant à ces travaux que quelques heures par an. En outre deux hommes, Kounandié (famille J) et surtout Zana (famille S) travaillèrent à l’extérieur du village comme manœuvres pour la construction de la nouvelle sous-préfecture de Kasséré. La possibilité de travailler comme manœuvre, tout en continuant à résider au village, était exceptionnelle et ne se renouvellera guère pour les habitants de Syonfan.

  • 18 À l’exception du chef de la famille logon J qui ne fournissait que 166 jours de travail par an.

46Si l’on exclut les occupations ménagères, pour comparer le travail de ces actifs (hommes et femmes) à celui d’employés de bureau ou d’ouvriers par exemple, on note que 7 des 8 hommes des familles J et S s’activaient beaucoup plus que des employés ou ouvriers, puisqu’ils fournissaient chacun entre 240 et 349 journées de huit heures de travail par an18, les employés ou les ouvriers salariés en ville ne fournissant que 230 journées. Les femmes étaient moins actives : 2 sur 11 seulement effectuaient plus de journées de travail que les employés ou ouvriers qui nous servent de référence. Les 9 autres ne fournissaient qu’entre 160 et 217 jours de travail par an. Mais en incluant les occupations ménagères, l’activité des femmes dépassait alors celle de la plupart des hommes puisque, à une exception près (Massara, malade durant toute l’année), elles fournissaient toutes plus de 300 journées de huit heures de travail par an.

47Les différences d’activités entre les femmes portaient moins sur la quantité de travail fourni que sur sa répartition, en fonction du groupe social (pongabélé ou logon) et en fonction de l’état civil (célibataire ou mariée) :

  • Pour les travaux ménagers, on observe peu de différences entre les deux groupes. Ces travaux occupaient en effet 3 h 10 min par jour chaque femme de la famille logon J, et 3 h 06 min par jour chaque femme de la famille pongabélé S. En revanche, l’écart était important entre les femmes mariées et les femmes célibataires de la famille logon J, les premières fournissant en moyenne plus de travail ménager (3 h 30 min par jour)19 que les secondes (2 h 50). L’absence de femmes célibataires dans la famille S ne permet pas d’établir de parallèle, mais ce phénomène semblait général.
  • Les femmes pongabélé travaillaient davantage sur les champs (194 jours par an en moyenne) que les jeunes filles logon (182 jours par an), elles-mêmes plus actives sur les champs que les femmes mariées du même groupe (139 jours par an).
  • À l’inverse, les femmes logon s’intéressaient davantage à l’artisanat et à la cueillette que les femmes pongabélé. Ces travaux occupaient chacune d’elle 21 jours en moyenne par an, contre 7 jours pour les femmes pongabélé. Les femmes logon de la famille J consacraient 9 jours par an à faire des poteries20 (essentiellement des pots vendus sur les marchés des environs, 7 autres jours à cueillir les fruits du karité et à faire chauffer les noix21 et 5 jours à des travaux divers. Les femmes de la famille pongabélé S ne consacraient que 5 jours par an à la cueillette et à la transformation des noix de karité et 2 jours à des travaux divers.

48Les différences de travail entre les hommes logon et pongabélé des familles J et S s’appliquent surtout à la quantité fournie par les uns et les autres. En moyenne, les 5 hommes logon de la famille J travaillaient chacun 228 journées par an et les 3 hommes pongabélé de la famille S 348 journées. Ces différences tiennent essentiellement au comportement des hommes de ces deux groupes face aux activités agricoles : en effet, chaque Logon ne travaillait en moyenne que 167 jours par an sur les champs alors que chaque Pongabélé y consacrait 222 jours (voire même 309 jours, si l’on exclut l’un d’entre eux Zana, qui passa le plus clair de son temps à des travaux de manœuvre à Kasséré). Les différences de temps passé sur les champs rendent donc compte des variations entre les surfaces cultivées par actif dans ces deux familles (tableau xxxix) : globalement, chaque actif de la famille S cultivait deux fois plus de surface que chaque actif de la famille J, si l’on exclut Zana qui en 1975 n’a fourni que 50 jours de travail agricole pour la famille S.

Tableau xxxix. Familles J et S de Syonfan en 1974 et 1975. Surface cultivée par actif

Tableau xxxix. Familles J et S de Syonfan en 1974 et 1975. Surface cultivée par actif

(1) Si on exclut Zana qui a travaillé le plus clair de son temps comme manœuvre à Kasséré.

(1) Une 34e famille W’ arrivée fin 1975 n’a pas été prise en compte
(2) Sont actifs les individus âgés de 15 à 59 ans
(3) Y compris quelques hectares de vergers, de Stylosanthès et de champs buttés pour être cultivés en vivriers l’année suivante
(4) Surfaces par actif, le plus souvent cultivées (en grisé) :
Cultures vivrières pluviales : entre 20 et 100 ares/actif soit 28 familles/33 en 1974 ; 19 familles/33 en 1975
Coton : entre 20 et 60 ares/actif soit 23 familles/33 en 1974 ; 27 familles/33 en 1975
Riz inondé : entre 10 et 30 ares/actif soit 23 familles/33 en 1974 ; 30 familles/33 en 1975
Figure 20 - Répartition des 33 familles(1) du terroir de Syonfan en fonction des surfaces cultivées par actif(2), en 1974 et 1975.

49Nous disposons aussi, pour toutes les familles du terroir, du rapport entre les surfaces cultivées dans l’exploitation familiale (quel que soit le responsable du champ) et le nombre d’actifs membres de cette famille en 1974 et 1975 (figure 20). La surface cultivée par actif permet de mesurer la représentativité des temps de travaux des familles J et S au sein de leur groupe (on ne peut malheureusement pas faire le bilan, pour chaque famille, entre les travaux effectués sur ou hors de l’exploitation familiale, ce qui réduit un peu l’intérêt de la figure 20). Néanmoins, cette figure souligne que la famille logon J a une activité agricole moyenne par rapport aux autres familles logon et que la famille pongabélé S se situe parmi les familles les plus actives de son groupe : parmi les trois premières pour les cultures vivrières pluviales, parmi les deux premières pour le coton et parmi les quatre premières pour la riziculture. Si l’on tient compte du fait qu’en 1975 ce travail fut en réalité effectué par 4 actifs et non 5, après la défection de Zana, la famille S prend la première place de son groupe, sauf pour les cultures vivrières pluviales.

Les surfaces cultivées par actif dans les 33 familles du terroir en 1974 et en 1975

50L’intensité des travaux agricoles (figure 20) varie entre 20 et 100 ares par actif pour les cultures vivrières pluviales avec un maximum de 200 ares, entre 20 et 60 ares par actif pour le coton avec un maximum de 100 ares et entre 10 et 30 ares par actif pour les rizières avec un maximum de 50 ares par actif. Les trois quarts des familles travaillent dans ces normes, et la régularité est la même globalement, quelles que soient la culture et l’année observées, sauf pour les cultures vivrières pluviales où les exceptions sont plus nombreuses en 1974 qu’en 1975.

51Pour les cultures vivrières pluviales, les familles travaillent plus souvent au-dessus de ces normes qu’au-dessous, notamment en ce qui concerne les familles pongabélé de Syonfan et des hameaux. Pour le coton, on trouve presque autant de familles travaillant au-dessus qu’au-dessous des normes, plusieurs familles pongabélé des hameaux étaient notamment au-dessus des normes. Pour la riziculture de bas-fond, les exceptions concernent surtout les familles s’activant au-dessous des normes, les trois familles du groupe des immigrés de Syonfan sont dans ce cas, ainsi que quelques familles pongabélé du village.

  • 22 On a observé le travail fourni par les actifs démographiques de chacune des 10 familles des trois (...)

52Les Logon travaillent le plus souvent dans les normes, avec 11 exceptions seulement sur 60 observations22, les rares écarts étant au-dessus des normes pour les rizières et au-dessous pour le coton. Les Pongabélé de Syonfan (14 exceptions sur 60 observations) étaient plus irréguliers, avec des écarts au-dessus des normes pour les cultures vivrières pluviales et au-dessous pour les rizières. Les Pongabélé des hameaux (16 exceptions sur 60 observations) ne sortent des normes que pour cultiver davantage que les autres. À l’inverse, les immigrés de Syonfan travaillent une fois sur deux au-dessous des normes, en particulier pour la riziculture.

53Les familles dont les actifs sont nombreux (plus de 7 par famille) se trouvent toujours dans les normes (à 2 exceptions près sur 51 observations), vraisemblablement parce que ce nombre d’actifs permet d’égaliser d’éventuelles différences d’intensité de travail entre individus. En revanche, dans les familles moins nombreuses, près d’une sur trois est au-dessous des normes, pour l’un ou l’autre type de cultures, en 1974 ou en 1975.

54On ne note pas d’extension particulière des surfaces cultivées par actif dans les familles équipées d’une charrue, contrairement à ce que l’on aurait pu attendre d’une telle multiplication de la force de travail. Ceci s’explique vraisemblablement par le fait que 1975 est la première année d’utilisation de la charrue pour 8 des 11 familles propriétaires d’un attelage. De plus, seules sont comptées les surfaces cultivées par exploitation et non celles cultivées par charrue, alors que bon nombre de propriétaires de charrue labourent les rizières de parents ou de voisins (annexe 60).

Les surfaces cultivées par actif de 1976 à 1978

  • 23 Il s’agit toujours du rapport entre les surfaces cultivées sur l’exploitation familiale et le nomb (...)

55Nos informations se limitent aux années 1974 et 1975 pour les vivriers des interfluves, dont les surfaces cultivées par actif sont plus élevées chez les Pongabélé que chez les Logon (annexe 68). En revanche, nous avons pu poursuivre l’analyse de la répartition des surfaces cotonnières cultivées par actif, entre les familles des différents groupes sociaux, pour les années 1976, 1977, 197823 (annexe 69). La tendance marquée des Pongabélé des hameaux à travailler au-dessus des normes s’accentue au fil des années. Cette tendance devient aussi celle des Pongabélé de Syonfan et l’écart se creuse entre eux et les Logon. S’il est aisé de comprendre la forte progression de l’activité cotonnière chez les Pongabélé qui cherchaient à profiter de l’augmentation du prix du coton en 1977 ainsi que de la gratuité des engrais, on comprend moins bien l’attitude des Logon. Seule la flambée d’émigration des jeunes hommes, vers les villes et dans la zone cotonnière de Dianra à partir de 1975, peut expliquer une baisse de tonus de ceux qui restent, comme s’ils comptaient désormais sur les éventuelles ressources que pourraient fournir ces émigrés.

56Pour les rizières, on note de façon générale des surfaces cultivées par actif plus faibles chez les Logon que chez les Pongabélé, ces différences se maintenant en 1977 et 1978, lorsque les surfaces rizicoles par actif diminuent dans les trois groupes sociaux principaux (annexe 70).

Les chefs de famille, principaux bénéficiaires du travail agricole

57Les enquêtes faites sur l’ensemble des exploitations des habitants du terroir, en 1974 et 1975, permettent de mesurer la part respective des champs revenant aux chefs de famille, aux autres hommes, mariés, veufs ou célibataires de plus de 15 ans, et aux femmes mariées ou veuves (les jeunes filles de plus de 15 ans n’accédant jamais à la propriété, à de très rares exceptions près). Par ailleurs, le suivi de l’emploi du temps des actifs des familles J et S montre la répartition des travaux agricoles entre les exploitations familiales (champs des chefs de famille et des autres adultes) et celles des parents et voisins.

Une majorité des champs aux chefs de famille

  • 24 Igname, maïs, riz pluvial auxquels nous ajoutons les champs buttés où pousseront des vivriers de b (...)
  • 25 Sorgho, millet, arachide, pépinière de riz, patates douces, pois de terre, auxquels nous ajoutons (...)

58En 1974-75, la plus grande partie des exploitations appartenaient aux chefs de famille (annexes 71 et 72). Ces champs portaient presque toutes des cultures vivrières pluviales de base24, des cultures vivrières pluviales secondaires25, du coton et des rizières.

  • 26 Nous avons laissé de côté la situation des membres du groupe des immigrés de Syonfan, réduit à 3 f (...)

59Par ordre d’importance décroissante, les chefs de famille, possédaient les neuf dixièmes des champs de vivriers de base, les quatre cinquièmes des champs de coton, les deux tiers des champs de vivriers secondaires et un peu moins de la moitié des rizières. Ils donnaient, aux adultes placés sous leur autorité, le droit d’accéder à la terre. Ce droit variait en fonction des équilibres de force familiaux, mais aussi du groupe social. Les chefs des familles pongabélé des hameaux gardaient presque tout (90,7 % des champs de leur groupe en 1974 et 84,6 % en 1975). Les chefs des familles logon faisaient preuve de plus de libéralisme, en ne conservant que 74,5 % des champs de leur groupe en 1974 et 66,8 % en 1975. Les plus souples étaient encore les chefs des familles pongabélé de Syonfan qui ne gardaient que 62,7 % des champs de leur groupe en 1974 et 56,6 % en 197526. Ainsi, quel que soit le groupe, l’autorité des chefs de famille s’émoussa légèrement, de 1974 à 1975. Les années suivantes, l’autorité des chefs des familles logon s’amenuisa encore sur les champs de coton et les rizières, alors que les chefs de famille pongabélé, particulièrement ceux des hameaux, maintenaient plus fermement leur autorité (annexe 69).

60Les chefs des familles pongabélé de Syonfan réservaient la plus grande part de leurs champs aux cultures vivrières pluviales de base, le coton venant en seconde position, à l’inverse de ce que pratiquaient les autres chefs de familles. Pour tous, les cultures vivrières pluviales secondaires venaient en troisième position et les rizières en quatrième position. Ce classement ne présente qu’un aspect de la réalité. L’analyse des surfaces cultivées en valeur absolue rapproche la pratique des chefs de famille des deux groupes pongabélé, qui possédaient en moyenne, les uns et les autres, 2 ha de cultures vivrières pluviales de base en 1974 et 1,5 ha en 1975. Les surfaces cotonnières étaient deux fois plus faibles chez les chefs de familles pongabélé de Syonfan que chez ceux des hameaux ; mais dans les deux cas, de 1974 à 1975, elles augmentèrent, passant de 1,02 à 1,36 ha pour les premiers et de 2,25 à 2,63 ha pour les seconds. En revanche, les chefs de famille logon avaient des champs dont les surfaces restèrent stables d’une année à l’autre, aussi bien pour les champs de coton (autour de 1,80 ha en moyenne) que pour les vivriers de base (autour de 1,40 ha). Quant aux surfaces réservées aux cultures vivrières pluviales secondaires, très variables selon les groupes en 1974, elles se situaient autour d’une moyenne de 0,60 ha en 1975, après avoir subi une diminution plus ou moins forte. Les surfaces rizicoles restaient stables d’une année à l’autre : autour de 0,40 ha en moyenne pour chaque chef de famille logon ou pongabélé de Syonfan, autour de 0,70 ha pour chaque chef de famille pongabélé des hameaux.

Une minorité des champs aux autres adultes

61Les familles pongabélé des hameaux cultivaient en moyenne les exploitations les plus grandes, leurs chefs accaparant presque tous les champs. Dans ce groupe, seul un cinquième des hommes et la moitié des femmes mariées ou veuves avaient donc accédé à la terre. Les quelques bénéficiaires mâles doublèrent néanmoins leurs surfaces qui passèrent en moyenne de 42 à 85 ares de 1974 à 1975, lesquelles furent essentiellement cultivées en coton en 1975. Les femmes propriétaires possédaient chacune, en moyenne, 38 ares en 1974 et 67 ares en 1975. Cette augmentation favorisa le développement des cultures vivrières pluviales secondaires, dont les surfaces moyennes, par femme propriétaire, passèrent de 13 à 36 ares de 1974 à 1975 (il s’agissait surtout d’arachide), tandis que les surfaces rizicoles restaient stables, autour de 30 ares (annexes 71 et 72).

62Les familles pongabélé de Syonfan possédaient des exploitations un peu plus petites et les hommes et femmes adultes accédaient aisément à la terre. La totalité des hommes mariés, les trois quarts des femmes mariées ou veuves et la moitié des hommes célibataires possédaient des champs. Les hommes mariés exploitaient chacun, en moyenne, 1,56 ha en 1974 et 2 ha en 1975, répartis presque exclusivement entre des champs de coton (près d’un hectare par propriétaire) et des rizières (près d’un demi-hectare). Deux hommes mariés possédaient en outre des champs de cultures vivrières pluviales de base. Ils faisaient exception, les chefs de famille refusant généralement l’accès de ces cultures aux autres adultes. Ces situations nouvelles créaient d’ailleurs des tensions, comme si l’accès aux vivriers de base constituait un premier pas vers la création d’une nouvelle famille. Les cultures vivrières pluviales n’étaient pourtant plus les seules à nourrir les villageois, le riz de bas-fond ayant pris une place très importante dans l’alimentation villageoise, mais tout se passait comme si les chefs de famille avaient préféré reculer sur le front jugé le moins essentiel, c’est-à-dire l’accession aux rizières des adultes qu’ils dirigeaient, afin de mieux maintenir leurs prérogatives sur les vivriers les plus traditionnels. Quant aux femmes de ce groupe, mariées ou veuves et propriétaires, elles exploitaient chacune, en moyenne, 77 ares en 1974 et 83 ares en 1975, essentiellement constitués de champs de cultures vivrières pluviales secondaires en progression d’une année à l’autre (l’arachide occupait les trois quarts des surfaces) et de rizières (23 ares en moyenne). Quatre femmes avaient réussi à obtenir un champ de coton et/ou un champ de cultures vivrières pluviales de base, champs sur lesquels elles employaient des hommes, pour les travaux de buttage et de billonnage. On retrouvait cette même réussite chez l’épouse d’un Logon, elle-même originaire du quartier pongabélé. Les quelques hommes célibataires et propriétaires de ce groupe ne cultivaient pratiquement que du coton : 22 ares par propriétaire en moyenne en 1974 et 56 ares en 1975.

  • 27 Nous n’avons pas eu les moyens d’effectuer des observations similaires sur les champs de cultures (...)

63Les familles logon possédaient les exploitations agricoles les plus petites. Les adultes du groupe accédaient relativement bien à la terre comme les Pongabélé de Syonfan. Ce processus se développa les années suivantes, au moins sur les rizières et les champs de coton27, mais les surfaces appropriées par personne étaient réduites. Les hommes mariés, propriétaires et non chefs de famille, exploitaient chacun un peu moins d’un hectare en moyenne, essentiellement constitué de coton (environ 50 ares) et de rizières (28 ares). Les femmes mariées ou veuves, propriétaires, exploitaient chacune environ 32 ares, essentiellement de rizières (20 ares par propriétaire en moyenne), elles cultivaient donc peu de vivriers secondaires, ce qui les différenciait des femmes pongabélé. Les hommes célibataires exploitaient exclusivement des champs de coton : 22 ares par propriétaire en moyenne en 1974 et 54 ares en 1975.

64S’il n’existait pas de limite d’âge pour l’accession à la terre des hommes célibataires ou mariés, en revanche les jeunes femmes ne devenaient pratiquement jamais propriétaires de rizières ou de champs de vivriers secondaires. Il était de coutume, en effet, qu’on n’autorise une femme mariée à cultiver son propre champ que lorsqu’elle pouvait se faire remplacer, en partie, sur les champs du chef de famille par les enfants qu’elle avait élevés. Malgré ces restrictions, les femmes mariées ou veuves accaparaient plus du tiers des rizières en 1974 et même la moitié en 1978 (annexe 70).

La répartition du travail agricole entre les champs des chefs de famille et ceux des autres adultes

65a) Une enquête effectuée en 1974 permet de connaître pour chaque actif (adulte de 15 à 59 ans), le nombre de jours de travail effectué sur les champs des chefs de famille. L’intérêt de cette enquête ne réside pas dans la précision des résultats (aucune déclaration ne fut contrôlée) mais dans les tendances qu’ils révèlent et que nous avons vérifiées auprès des deux familles témoins : J pour les Logon et S pour les Pongabélé de Syonfan.

66Les trois quarts des Pongabélé des hameaux travaillaient 5 à 6 jours sur 7 sur les champs des chefs de famille qui, rappelons-le, possédaient près des neuf dixièmes des exploitations agricoles. Les Logon et les Pongabélé de Syonfan, dont les chefs de famille étaient plus libéraux, travaillaient, pour les deux tiers, 4 jours sur 7 sur les champs des chefs de famille et les quatre cinquièmes des femmes logon mariées ou veuves ne travaillaient pas ou très peu (1 jour sur 7) sur ces champs (annexe 73).

  • 28 Les calculs ont été effectués à partir du nombre de jours de travail agricole annuel effectué par (...)

67Les résultats de l’enquête auprès des familles témoins J et S montrent qu’au cours d’une semaine fictive totalement occupée par le travail agricole28, Bakary, le chef de la famille logon J, aurait travaillé 6 jours sur 7 sur ses propres champs, les hommes de cette même famille 2,5 jours sur 7, les femmes célibataires 2,9 jours et les femmes mariées 0,8 jour. Dans la famille pongabélé S, le chef de famille Sonfolo aurait travaillé tous les jours sur ses propres champs, son fils 5,5 jours sur 7 et ses femmes 4,5 jours sur 7.

68Ces résultats concordent avec ceux de la première enquête pour ce qui concerne les femmes mariées du groupe logon. Les autres actifs de la famille J travaillent un peu moins que ce qu’ont déclaré les actifs logon et les actifs de la famille S un peu plus que ce qu’ont déclaré les actifs de leur groupe. Ces variations s’expliquent par le fait que Bakary ne contrôlait que 60 % de l’exploitation de sa famille, c’est-à-dire moins que la moyenne des chefs de famille logon, tandis que Sonfolo contrôlait 82 % des champs de sa famille, c’est-à-dire plus que la moyenne des chefs de famille pongabélé de Syonfan (annexes 71 et 72). On note (annexe 74) assez peu de différences dans le nombre de jours de travail fourni par les actifs des familles J et S sur les champs de cultures vivrières pluviales de leurs chefs : entre 16 et 39 jours par an, à l’exception des femmes mariées de la famille J qui y travaillaient chacune en moyenne 5 jours par an et de Zana de la famille S, manœuvre à Kasséré.

69En revanche, sur les champs de coton des deux chefs de famille, les différences sont grandes. Dans la famille J, les hommes célibataires chargés du labour, du hersage, du rebillonnage et des sarclages à la main ou à la charrue y travaillaient chacun en moyenne 39 jours par an, les jeunes filles entre 15 et 29 jours et les femmes mariées 2 jours seulement. Zoumana de la famille S travaillait 155 jours par an sur les champs de coton de son père et les deux femmes 52 et 82 jours chacune.

70Sur les rizières du chef de la famille J, les jeunes filles fournissaient le plus gros du travail (entre 19 et 40 jours par an chacune) parce qu’elles étaient chargées du repiquage, opération particulièrement lourde. Mais les femmes mariées comme les autres actifs n’y travaillaient tout au plus que 10 jours par an chacun. Dans la famille S, on ne note pas de différence entre les trois véritables actifs qui entouraient le chef de la famille, chacun fournissant entre 32 et 36 jours de travail sur les rizières du chef de famille.

71b) À côté des champs des chefs de famille s’étendaient ceux des autres adultes, représentant 40 % de l’exploitation de la famille J et 18 % de celle de la famille S. Un peu plus du tiers du temps de travail agricole leur était consacré dans la première famille, 10 % dans la seconde (annexe 74).

72Les façons culturales rizicoles occupaient la plus grande partie du travail fourni sur les champs individuels : 540 jours sur 814 dans la famille J et 88 jours sur 115 dans la famille S, parce que c’est à ce type de champ qu’accédaient le plus facilement les adultes. Les femmes mariées des familles J et S, qui étaient à la fois les principales bénéficiaires de l’attribution des rizières (avec les hommes mariés et veufs) et les spécialistes du repiquage (avec les jeunes filles), fournissaient chacune entre 38 et 92 jours de travail par an sur ces rizières, les autres actifs de la famille J, entre 19 et 44 jours chacun. En revanche, les chefs des familles J et S et les hommes de la famille S ne fournissaient pratiquement pas d’aide sur les rizières individuelles.

73Dans la famille S, il n’y avait pas de champ de coton individuel. Dans la famille J, où les hommes et même l’une des femmes possédaient des champs de coton, les actifs fournissaient ensemble 175 jours de travail par an sur ces champs. Les propriétaires s’y activaient chacun entre 13 et 43 jours par an, les autres fournissant moins de 13 jours de travail par an chacun, à une exception près.

74Restent les champs individuels de cultures vivrières pluviales qui occupaient peu d’espace et de temps : 99 jours par an dans la famille J, 27 jours par an dans la famille S, chaque actif fournissant en moyenne 7 jours de travail par an sur ces champs (annexe 74).

Les travaux hors de l’exploitation familiale

75Une partie du travail agricole était effectuée hors de l’exploitation familiale. La famille S s’intéressait très peu à ces activités. Moins du dixième de son temps de travail agricole leur fut consacré en 1975 et il s’agissait deux fois sur trois d’échanges de travail (annexe 75). Ces échanges concernaient essentiellement des travaux réalisés sur les champs de coton (pris en charge par le fils de Sonfolo) et sur les rizières (pris en charge par ses deux épouses). Le travail gratuit ou salarié hors de l’exploitation familiale était négligeable. En revanche, les actifs de la famille J passaient plus du quart de leur temps de travail agricole sur les champs d’autres exploitants, surtout sur les champs de coton, où hommes et femmes effectuaient des échanges de travail ou s’embauchaient comme salariés et sur les rizières où les uns et les autres pratiquaient surtout l’aide gratuite.

76Il est difficile de généraliser ces résultats. Tout au plus, peut-on penser, selon divers témoignages, que les familles J et S représentent des extrêmes. Ces travaux étaient rarement réalisés sur des cultures vivrières pluviales dont les travaux s’étalaient bien dans le temps. Ils concernaient, le plus souvent, des champs de coton et des rizières dont certains travaux devaient être réalisés rapidement à la main (repiquage, récolte) ou à la charrue (labour). Par ailleurs, les jeunes filles s’étaient spécialisées dans l’arrachage des pieds de coton en saison sèche, travail peu apprécié, mais qui leur permettait de gagner de l’argent de poche, à une période où l’ensemble des travaux agricoles étaient terminés.

77Notons qu’il n’existait pas à Syonfan de salariés agricoles permanents, à l’exception des Peul rémunérés pour la garde des taurins. Les individus qui percevaient occasionnellement un salaire agricole, appartenaient tous à une famille possédant une exploitation agricole, à Syonfan ou dans les villages voisins.

Les loisirs

78En 1975, l’emploi du temps des habitants de Syonfan pouvait se résumer ainsi. Le village se réveillait autour de 6 heures le matin. Une fois les prières dites, le repas du matin pris rapidement (le plus souvent, il s’agissait de bouillie de riz réchauffée), chacun vaquait à ses occupations : travaux ménagers, travaux agricoles et travaux divers jusqu’au soir, entrecoupés par le repas de midi pris aux champs, pendant la plus grande partie de l’année. Le soir, les villageois se reposaient après avoir fait leur toilette et éventuellement assisté à la prière à la mosquée. Ils prenaient leur repas et bavardaient tard dans la nuit. Chaque vendredi, la plupart des villageois allaient à Kasséré pour le marché et pour le service religieux. Les femmes logon y vendaient aussi leurs poteries. Enfin, en janvier, février, mars et avril, pendant la saison sèche, se déroulaient les fêtes des funérailles (l’enterrement ayant eu lieu plusieurs mois ou plusieurs années auparavant) et celles des mariages, dans tout le pays sénoufo.

79Les temps de loisirs passés à Syonfan et dans d’autres villages par les 19 actifs des familles J et S, au cours d’une année, sont très variables (annexe 76).

80Ceux des cinq hommes de la famille J étaient les plus nombreux, puisque Bakary ne travaillait que 3 h 30 min par jour en moyenne et les quatre autres hommes guère davantage (entre 5 h 15 et 5 h 30 min). En revanche, les autres actifs des familles J et S travaillaient entre 6 h 30 min et 8 heures par jour (sauf Massara de la famille J, malade en 1975). La plus grande part des loisirs et du repos avait lieu au village même. Ceux passés à l’extérieur du village concernaient surtout les hommes de la famille J et, dans une moindre mesure, les femmes de cette famille, les actifs de la famille S sortant peu du village.

81Dans la famille S, Anzoulou et Diénéba consacraient chacune 4 h 30 min par semaine à aller au marché de Kasséré et accessoirement faire quelques visites ou se rendre au dispensaire pour un de leurs enfants. Hors de Kasséré, elles n’étaient allées, au cours de l’année, qu’une ou deux fois chacune à Sissogo (à 4 km de Syonfan) et à Leunyougo (à 7 km) pour faire des visites. Sonfolo et Zoumana passaient aussi chacun 4 h 30 par semaine à Kasséré (marché et visites), et Zana qui travaillait à la sous-préfecture y passa de nombreuses soirées. De plus, les trois hommes s’étaient répartis quelques visites annuelles dans cinq villages proches : Leunyougo, Kafonon, Sissogo, Béwo et Pingvogo (figure 10) et dans des villes et bourgs plus éloignés : Kouto, Boundiali et même Korhogo. Enfin, ils avaient participé à une cérémonie de funérailles d’une ou deux journées à Zélésso (sous-préfecture de Tingréla).

82Les membres de la famille J passaient beaucoup plus de temps à l’extérieur de Syonfan. Les femmes allaient, au moins une fois par semaine, à Kasséré pour le marché, pour des visites et pour le dispensaire, et en janvier elles s’y étaient rendues quelques jours pour des funérailles. De plus, les femmes mariées allaient assez régulièrement (tous les huit ou quinze jours) au marché de Leunyougou où elles vendaient leurs poteries, ainsi qu’à Tyasso et Pitiangonmo. La plupart des autres sorties avaient lieu, en saison sèche, pour des funérailles à Tyasso, Lafing, Syempurgo, Katyali, Pitiangonmo et Zéguéré, et concernaient les jeunes filles, dirigées par une des femmes mariées. Enfin Massara, accompagnée de Drissa, retourna quelques jours dans sa famille au Mali. En dehors du voyage de Massara, effectué en taxi-brousse, tous les autres voyages étaient faits à pied. On retrouve à peu près le même rythme de sortie pour les hommes de cette famille qui passaient cependant beaucoup plus de temps que les femmes à Kasséré. En plus des funérailles, ils s’étaient répartis, comme les hommes de la famille S, un certain nombre de visites dans les villages environnants : Leunyougo, Gbalo, Pitiangonmo, Katyali, Syempurgo, Kabolo, Yélé, Marah, Kaloa, Syenré et Nyofouen ou dans des villages plus éloignés des sous-préfectures des environs, ainsi qu’à Korhogo. La plupart de ces visites furent faites en vélomoteur (la famille J en possédait deux) ou plus rarement en taxi-brousse.

83Les habitants de Syonfan ne vivaient donc pas complètement repliés sur eux-mêmes. Ils entretenaient des relations sociales assez suivies avec les habitants des villages voisins. La sous-préfecture de Kasséré, toute proche (5 km), était leur principal pôle d’attraction et, en saison sèche, les cérémonies diverses leur permettaient de revoir parents et amis dans les villages et bourgs des environs. Il est intéressant de noter que l’espace social des Logon, tout comme leur espace matrimonial (p. 149), était beaucoup plus vaste que celui des Pongabélé. Globalement, il semble que les loisirs de l’ensemble des habitants du village se situaient entre ceux des membres des deux familles témoins, tant pour leur durée que pour leur dispersion. Nous connaissons plus mal les loisirs des habitants des hameaux, si ce n’est qu’ils entretenaient des relations très étroites avec Kasséré, dont ils étaient tous originaires.

Les ressources villageoises : les vivriers pour l’alimentation, le coton pour les revenus

84Les ressources villageoises provenaient essentiellement de l’agriculture. Une enquête sur les greniers de Syonfan a permis d’évaluer la répartition des récoltes de vivriers entre les paysans. À peu de choses près, les récoltes n’étaient utilisées que pour leur alimentation. Par ailleurs, une enquête rétrospective sur les budgets annuels de tous les individus de plus de 15 ans habitant sur le terroir a donné la répartition des revenus monétaires, qu’ils soient d’origine agricole ou non. Cette enquête fut effectuée en août 1975 par B. Sory, étudiant en économie, stagiaire à Syonfan durant un mois. Elle fut ensuite reprise par nos soins (B. Sory, 1975).

L’inventaire des greniers du village de Syonfan

  • 29 Dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, on trouvera, pour chaque famille, la répartition des grenier (...)

85Une enquête réalisée au village de Syonfan en avril 1975, sur l’ensemble des greniers29, a permis d’évaluer la récolte de riz de bas-fond de l’année 1974 et sa répartition entre les différents groupes sociaux et catégories d’adultes du village. Il n’a pas été possible de mesurer, de la même façon, les autres vivriers récoltés entre septembre et décembre 1974. Une partie était encore stockée aux champs (igname et maïs) et une autre avait déjà été consommée ou vendue en avril 1975, au moment où eut lieu l’enquête.

  • 30 Souvent la base des greniers servait d’abri pour les poules.

86Les greniers étaient ronds, étroits (de 1,20 à 1,50 m de diamètre) et hauts (1,70 à 2,50 m de hauteur). Ils étaient isolés de l’humidité du sol par un soubassement en briques séchées30. Les habitants y cherchaient tous les jours leur nourriture en grimpant sur une échelle à perroquet et en soulevant le toit de paille. Une autre échelle permettait de descendre à l’intérieur, au fur et à mesure que les réserves diminuaient. Ces greniers n’étaient pas construits pour stocker toujours le même type de récolte, ainsi un grenier de noix de karité pouvait être utilisé, une fois vidé, au stockage du riz.

  • 31 Les paysans assurent que les greniers étaient beaucoup moins nombreux, il y a 10 ans, quand la riz (...)

87En avril 1975, nous avons recensé 180 greniers au village de Syonfan, intimement mêlés aux maisons et appartenant aux habitants du village (figure 19), plus 8 greniers appartenant à des habitants des hameaux ou d’autres villages. Sur ces 180 greniers, 94 contenaient du riz de bas-fond31. Les autres contenaient du riz pluvial, du maïs, de l’arachide, du sorgho et du karité. Les hommes du village possédaient 99 greniers dont 73 revenaient aux chefs de famille. Quant aux femmes, elles en détenaient 81. La répartition était à peu près équilibrée entre les 10 familles logon (80 greniers) et les 10 familles pongabélé (91 greniers) ; les 3 familles d’immigrés possédaient 9 greniers. Les greniers de maïs, de riz pluvial et de sorgho appartenaient presque tous aux chefs de famille. Les greniers d’arachide revenaient souvent aux femmes pongabélé mariées ou veuves. Enfin les chefs de famille et les femmes se partageaient les greniers de karité.

  • 32 Le rendement moyen est de 2,5 t/ha de riz décortiqué chez les Logon, 2,1 t/ha chez les Pongabélé, (...)

88En avril 1975, les greniers de riz de bas-fond étaient remplis depuis deux mois (la récolte avait eu lieu en décembre-janvier) et les habitants les avaient vidés complètement avant d’y stocker la nouvelle récolte. Nous avons évalué le stock de riz de bas-fond, conservé dans ces greniers, à 49 tonnes de riz décortiqué, soit un rendement de 4,11 t/ha de paddy ou 2,5 t/ha de riz décortiqué. Ce rendement est peut-être surestimé car il dépasse celui évalué par les paysans à 3,5 t/ha de paddy, déjà jugé excellent. Comme les rendements calculés en regroupant les greniers par catégories d’adultes ou par groupes sociaux sont voisins32, on en déduit que chacun des 243 habitants du village de Syonfan pouvait probablement compter, en 1975, sur 550 g de riz décortiqué par jour, jusqu’à la prochaine récolte. C’est très substantiel puisque cette récolte s’ajoutait à celles des champs de cultures pluviales (en particulier maïs et riz pluvial) obtenues quelques mois plus tôt. Notons néanmoins que la récolte de riz de bas-fond de 1974 fut exceptionnellement bonne et que celles de 1975 et 1977, au contraire, furent mauvaises (p. 161). À la fin de 1974, les 23 chefs de famille du village de Syonfan contrôlaient ainsi 20,8 tonnes de riz décortiqué sur 49,1 tonnes soit 42,40 % de la récolte, les femmes mariées ou veuves 38,65 % et les hommes, non chefs de famille, 18,95 % (annexe 77).

89Pour les autres cultures, nous avons évalué leur production à partir des enquêtes de rendement effectuées dans la sous-préfecture de Kasséré par Y Bigot (1979 a) et à partir du relevé de l’ensemble des surfaces cultivées par les habitants (y compris ceux des hameaux), en comptabilisant chaque champ, autant de fois qu’il portait des cultures différentes (annexe 78). À la fin de 1974, les 33 chefs de famille du terroir de Sonfan contrôlaient près de la moitié de la production de riz de bas-fond et les neuf dixièmes de la production de cultures vivrières pluviales, sauf celle de l’arachide dont ils ne contrôlaient que les deux tiers. En moins de dix années, la diminution des surfaces cultivées en igname et riz pluvial, compensée par une augmentation des surfaces cultivées en riz de bas-fond (p. 159 et p. 161), avait donc largement modifié la répartition des réserves de nourriture, au détriment des chefs de famille.

Les revenus annuels des habitants du terroir de Syonfan

Plus de la moitié des revenus issus de la vente du coton

  • 33 En plus des 184 adultes, recensés fin décembre 1974, s’ajoutent 7 jeunes gens et 6 jeunes filles q (...)
  • 34 Ce type d’enquête doit être utilisé avec beaucoup de prudence car les risques de sous-estimation s (...)
  • 35 Nous avons regroupé, dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, les dépenses et les recettes des adulte (...)

90L’enquête a porté sur les revenus annuels des 197 adultes33 (individus de plus de 15 ans) recensés en août 197534 (annexe 79). À cette date, les 197 adultes du terroir de Syonfan déclaraient avoir gagné, en un an, 8 320 045 F CFA35. Cette somme comprenait les recettes cotonnières pour 52,38 %, les recettes d’autres activités agricoles pour 14,97 % et celles d’activités non agricoles pour 32,63 %. La plus grande part (83 %) de ces ressources étaient issues d’échanges commerciaux avec l’extérieur (en particulier les recettes cotonnières, toutes fournies par le CIDT). D’autres ressources (11 %) provenaient d’une circulation monétaire interne aux habitants du terroir ; elles concernaient l’ensemble des activités villageoises et quelques activités de commerce (pétrole, essence, tabac, cola). Enfin la dernière partie des ressources (6 %) résultait d’une circulation monétaire interne aux familles ; la presque totalité consistait en salaires versés pour le travail effectué sur les champs de coton des membres de la famille et en cadeaux minimes, mais essentiels pour les adultes célibataires et les femmes mariées ou veuves.

  • 36 En décembre 1974, les recettes cotonnières étaient de 4 358 420 F CFA ; en décembre 1978, elles s’ (...)
  • 37 Les ressources cotonnières par famille de 1974 à 1978 sont indiquées dans J. Peltre-Wurtz, B. Stec (...)

91La vente du coton était donc capitale dans la vie économique villageoise en 1974. Elle le fut plus encore les années suivantes, puisque les revenus cotonniers doublèrent de 1974 à 197836. En 1974-75, les ressources monétaires annuelles par habitant (344 habitants sur le terroir en décembre 1974) s’élevaient à 24 186 F CFA, dont 12 669 F provenant du coton. Dans un contexte de ressources monétaires très faibles, le coton apportait donc un début de bien-être ; nous le montrerons en analysant plus loin les dépenses des habitants. En 1974, les recettes cotonnières étaient très également réparties entre les familles, quand on tenait compte de leur taille (annexe 80) : 68,02 % des habitants du terroir appartenaient à des familles dont les revenus cotonniers calculés par personne s’échelonnaient entre 5 000 et 15 000 F CFA, 8,72 % avaient des revenus inférieurs et 23,25 % des revenus supérieurs, mais ne dépassant pas 25 000 F CFA. Peu de changements en 1975, mais après la mauvaise récolte de 1976 où 41,32 % des habitants obtinrent des revenus cotonniers inférieurs à 5 000 F CFA, l’écart grandit entre les familles, tandis que doublait le revenu cotonnier moyen par habitant37. Ainsi, en 1977 et 1978, environ 40 % des habitants du terroir de Syonfan appartenaient à des familles dont les revenus cotonniers par personne oscillaient entre 15 000 et 25 000 F CFA, mais 33,82 % des habitants en 1977 et même 41,94 % d’entre eux en 1978, appartenaient à des familles dont les revenus par personne oscillaient entre 25 000 et 65 000 F CFA. L’élargissement de l’éventail des revenus s’effectua au détriment des Logon. De revenus cotonniers assez voisins quel que soit le groupe social en 1974, on passa donc à des revenus inégaux en 1978, un habitant pongabélé gagnant deux fois plus d’argent grâce au coton qu’un habitant logon (annexe 80).

92Comme les champs de coton appartenaient le plus souvent aux chefs de famille (80,5 % des surfaces en 1974), ceux-ci accaparaient la plus grande part (82,43 %) des recettes (annexe 80). Le coton apportait donc non seulement un début de bienêtre aux habitants, mais il renforçait aussi, de façon capitale, le pouvoir économique des chefs de famille.

  • 38 En 1974-75 (annexe 84), les chefs de famille fournissaient 82,34 % des salaires à ceux qui travail (...)

93Enfin le salariat agricole, représentant 4 % des recettes villageoises, permit une certaine diffusion des recettes cotonnières (annexe 79). Le salariat agricole intéressait le plus souvent un employeur chef de famille38 et des employés issus de sa propre famille ; le travail concernait presque toujours le coton quand le salaire était versé en espèces. Certains travaux étaient effectués néanmoins par des voisins ou par les membres des associations de jeunes et intéressaient parfois des champs de vivriers. La moitié des hommes, non chefs de famille et un peu moins du tiers des femmes avaient reçu un salaire pour avoir travaillé sur le champ de coton d’un membre de la famille (il s’agissait presque toujours du champ du chef de famille : 27 d’entre eux sur 33 rémunérant ainsi leur main-d’œuvre familiale). Les hommes mariés qui recevaient ces salaires touchaient en moyenne chacun 10 000 F CFA par an, les autres individus ne gagnant pas plus de 3 000 F CFA. Les chefs de famille du groupe des Pongabélé des hameaux, qui contrôlaient le plus strictement l’accès à la terre des membres de leur famille, étaient aussi ceux qui offraient les rémunérations les plus élevées (5 000 F CFA en moyenne, pour ceux qui déclaraient avoir reçu un salaire), alors que dans les autres groupes sociaux, les sommes reçues tournaient autour de 2 500 F CFA par personne. Quant aux travaux effectués sur les champs de vivriers de parents d’une même famille, ils étaient le plus souvent payés en nature (quelques épis de maïs ou quelques bottes de riz).

94L’enquête menée auprès des actifs des familles J et S donne un aperçu des types de travaux les plus fréquemment demandés aux salariés ne faisant pas partie de la famille de l’exploitant qui les embauchait (annexe 81). Le plus clair du travail salarié concernait les récoltes, l’arrachage des pieds de coton et les labours. Les récoltes de vivriers, réservées le plus souvent aux femmes, étaient payées en nature (quatre bottes de riz ou un panier de maïs par jour de travail). L’arrachage des pieds de coton, presque exclusivement réservé aux jeunes filles, était payé environ 1 000 F CFA par jour en 1975. Les labours à la houe, réservés aux hommes, rapportaient environ 2 000 F CFA par jour. Quant aux labours à la charrue, ils étaient payés environ 2 500 F CFA la journée, mais le salaire revenait au propriétaire de la charrue et non aux jeunes hommes qui avaient fait le travail. Le plus souvent, les récoltes de coton étaient prises en charge par les associations de jeunes qui réunissaient une quinzaine de personnes et réclamaient, en fin de journée, autour de 3 000 F CFA pour l’ensemble du travail (annexe 64). En août 1975, l’association des jeunes Logon avait gagné, au cours de l’année précédente, 51 750 F CFA à travailler sur les champs d’habitants du village ou des environs (dont 45 000 F CFA sur les champs de coton). Dans le même temps, les jeunes Pongabélé de Syonfan avaient gagné 46 000 F CFA pour les travaux de même type, dont 19 000 F CFA sur les champs de coton. Cependant, l’enquête sur les budgets individuels montre que, en dehors des associations de jeunes, les adultes gagnaient peu d’argent comme salariés agricoles hors de leur famille : 27 seulement sur 197, essentiellement des célibataires, déclaraient avoir reçu un salaire agricole et chacun d’eux n’avait gagné que 2 200 F CFA en moyenne dans l’année.

95Une enquête d’une durée plus longue (de 1974 à 1978) concerne les sommes gagnées par les douze propriétaires de charrue du terroir, qui travaillaient à façon, sur les rizières des parents et voisins, une partie des labours étant échangée contre des travaux manuels (annexe 82). Les familles isolées dans les hameaux rentabilisaient mal l’emploi de leur charrue hors de l’exploitation familiale. En revanche, les Pongabélé de Syonfan, la famille du forgeron V et surtout les Logon rentabilisaient parfaitement bien cet outil qui aurait coûté au comptant 22 000 F CFA en 1973 ou 32 000 F CFA en 1975 et qui permettait de gagner entre 5 000 et 10 000 F chaque année, une fois les travaux terminés sur l’exploitation familiale. Rappelons que ces douze familles possédaient aussi des charrettes. En 1974 et 1975, elles furent peu utilisées en dehors du transport de coton familial et nous n’avons pas fait d’enquête précise en 1976-77-78 pour connaître les revenus éventuellement perçus, grâce à ce moyen de transport.

Répartition des revenus entre les groupes sociaux et les catégories d’adultes

96Au cours de l’enquête budgétaire, 48 postes de revenus ont été signalés. Sont conservés (annexe 79) ceux dont le montant pour l’ensemble des villageois dépasse 50 000 F CFA, soit 19 postes. Le reste est classé dans la rubrique “divers”. En 1974-75, pour l’ensemble du village, seuls 8 postes de revenus intéressaient plus d’un dixième des adultes. Nous avons déjà évoqué les revenus et les salaires cotonniers. Restent les cadeaux, la vente de l’arachide, du riz, du karité, des poteries, des volailles et des œufs (tableau xl).

97Tous les autres revenus importants n’intéressaient que quelques individus, généralement des Logon : vente d’oranges (un Logon), lait (deux Logon), pétrole (un Logon), taurins (six Logon et un Pongabélé), ou bien des Peul : deux d’entre eux gagnaient leur vie essentiellement en gardant les troupeaux de taurins et en vendant du lait, ou bien des Fononbélé (les forgerons) : trois d’entre eux vendaient le produit de leur artisanat. Par ailleurs, quelques Logon exerçaient des activités non agricoles pour obtenir de petits revenus : élevages de caprins ou d’ovins, vente d’arachide décortiquée, tissage et commerce (poisson, essence, vaisselle, tabac, cola et cigarettes). Les Pongabélé se limitaient à la vente de produits de cueillette (néré et miel) ou de savon produit artisanalement. Enfin, les femmes fononbélé faisaient de la vannerie qu’elles commercialisaient.

Tableau xl. Terroir de Syonfan de 1974 à 1975. Revenus intéressant plus du dixième des adultes

Revenu total (FCFA)

Nb d’adultes concernés (sur 197)

Nb de familles concernées (sur 33)

Vente du coton

4 358 420

55

32

Cadeaux

627 516

109

30

Vente de l’arachide

444 950

50

25

Vente du karité

378 390

77

29

Salaires cotonniers

330 350

79

29

Vente de poteries

225 450

21

10

Vente du riz

150 000

24

15

Vente de volailles et œufs

60 000

20

13

Répartition des revenus entre les groupes sociaux et les familles

98La répartition des revenus en fonction de leur origine (annexe 83) confirme l’activité agricole prépondérante des Pongabélé de Syonfan et des hameaux, activité qui leur fournissait plus des trois quarts de leurs revenus en 1975, alors qu’elle n’était la source que d’un peu plus de la moitié des revenus des Logon et tout juste la moitié de ceux du groupe des immigrés de Syonfan. Parmi les revenus non agricoles, les Pongabélé de Syonfan et des hameaux comptaient essentiellement sur les dons en espèces et la vente du karité, le reste leur rapportant moins de 8 % de leurs revenus. En revanche, près du tiers des revenus des Logon provenaient des activités suivantes : vente de poteries (6,69 %), élevage (10,11 %) et commerce de détail (8,70 %). Chez les immigrés de Syonfan, on note deux postes importants : la forge qui fournissait 42,91 % des revenus de la famille V, le salaire de gardien de taurins et la vente du lait qui fournissaient 54,27 % des revenus de la famille W.

  • 39 Dans deux familles, le revenu individuel dépassait de peu les limites inférieure ou supérieure. Da (...)

99En définitive, les différences de ressources entre les familles étaient faibles. Toutes, sauf trois, avaient des revenus monétaires, calculés par personne, qui oscillaient entre 9 000 et 32 000 F CFA par an, soit un rapport de 1 à 3,5 entre les plus riches et les plus pauvres39.

Répartition des revenus entre les catégories d’adultes

100Les chefs de famille accaparaient 82,4 % des recettes cotonnières et 32,5 % des autres recettes, soit 58,6 % de la totalité des ressources villageoises. Leurs revenus variaient de 26 740 à 423 620 F CFA. Ces écarts s’expliquent presque exclusivement par des différences entre les recettes cotonnières des uns et des autres, elles-mêmes liées à la présence d’une main-d’œuvre familiale plus ou moins nombreuse. La vente du coton et, très loin derrière, celle de l’arachide apportaient des revenus au plus grand nombre (respectivement à 32 et 21 chefs de famille sur 33). Les autres revenus importants (plus de 50 000 F CFA) n’intéressaient que les 5 chefs des familles A, I, V, W et Y : le premier vendait des taurins, le second des oranges, le troisième était rémunéré pour le produit de sa forge, le quatrième touchait un salaire pour garder le troupeau villageois et le cinquième avait reçu une très grosse somme d’argent d’un parent émigré.

101Les 20 hommes mariés ou veufs (non chefs de famille) se répartissaient en trois groupes à peu près égaux. Ceux qui n’accédaient aux revenus que par le biais de salaires cotonniers et grâce à des dons appartenaient au groupe des Pongabélé des hameaux et leurs revenus annuels étaient inférieurs à 30 000 F CFA. Ceux dont la vente du coton représentait la principale source de revenus gagnaient entre 20 000 et 50 000 F CFA ; ils étaient les plus nombreux et habitaient Syonfan. Enfin un petit groupe accédait à des revenus oscillant, pour quatre d’entre eux, entre 60 000 et 100 000 F CFA (ces revenus provenaient de grosses recettes cotonnières et d’activités commerciales et artisanales), un cinquième individu cumulait la recette d’une grosse récolte de coton avec la vente de taurins et le commerce du pétrole, ce qui lui permettait de gagner 388 605 F CFA en un an, dont il fallait défalquer le prix d’achat du pétrole revendu aux villageois (98 000 F CFA).

102Les 37 hommes célibataires avaient des revenus provenant de salaires cotonniers, de dons et, pour ceux qui habitaient le village, de la vente du coton. La plupart d’entre eux gagnaient moins de 25 000 F CFA. Six gagnaient davantage, grâce à d’excellentes recettes cotonnières ou à la vente du néré pour quatre d’entre eux, grâce aussi à un salaire de gardien de taurins et à la vente d’objets forgés pour un Peul et un Fononbélé.

103Les 89 femmes mariées ou veuves avaient des revenus répartis entre des salaires cotonniers, des cadeaux et des ventes : ventes de karité pour le plus grand nombre, d’arachide pour les Pongabélé notamment, de poteries pour les Logon uniquement. Toutes ces femmes gagnaient moins de 25 000 F CFA, sauf treize d’entre elles qui gagnaient entre 25 000 et 56 000 F CFA. Six de ces privilégiées étaient des Logon qui avaient vendu beaucoup de poteries et de karité, sept étaient des Pongabélé de Syonfan dont les gains provenaient de la vente du coton, du riz et de l’arachide.

104Les 18 jeunes filles gagnaient moins de 15 000 F CFA. Les sommes provenaient essentiellement de cadeaux et de salaires rémunérant leur travail sur les champs de coton.

Les chefs de famille pourvoyeurs des familles et seuls investisseurs

Les dépenses monétaires

105Sur les 24 000 F CFA de revenus monétaires individuels (enfants compris) déclarés en août 1975, on enregistre 20 000 F CFA de dépenses annuelles réparties en 8 rubriques principales : élevage, agriculture, nourriture, habillement-toilette, ménage-éclairage, transport, stimulants et un groupe comprenant des dépenses aussi diverses que celles concernant l’habitation (ciment, menuiserie, transport de sable, maçonnerie), les frais de scolarité, l’achat des médicaments, des cartes PDCI, du fer pour les forgerons et celles concernant tout le système de prêt, remboursement et dons.

106Les dépenses consacrées à l’élevage (annexe 84) étaient faibles lorsqu’elles concernaient le salaire du gardien du troupeau de taurins (54 000 F CFA) ou l’achat de médicaments pour les taurins (34 200 F CFA). Elles étaient fortes mais n’intéressaient que quelques individus quand il s’agissait d’achats de taurins (620 550 F CFA versés par neuf adultes) ou de fil de fer pour entourer les parcs à bœufs, selon les normes de la SODEPRA (60 100 F CFA versés par un adulte).

  • 40 Les dépenses d’engrais pour le coton sont défalquées des revenus cotonniers.

107Les dépenses consacrées à l’agriculture étaient encore plus faibles. Les plus importantes concernaient les salaires versés aux ouvriers travaillant sur les champs de coton (344 000 F CFA), sur ceux de cultures vivrières pluviales (35 950 F CFA) ou sur les rizières (35 000 F CFA pour les labours à la charrue). Les dépenses d’engrais40, de semences et d’outillage manuel ne dépassaient pas 65 550 F CFA. Quant aux annuités de remboursement des trois charrues et des trois charrettes achetées en 1973, elles s’élevaient à 78 640 F CFA.

108Les achats alimentaires restaient modestes. Près du tiers des dépenses de nourriture d’origine végétale (condiments, riz, arachide, maïs, sorgho, igname, néré, miel) et d’origine animale (poisson, lait de vache, bovins, caprins, ovins, volaille) furent effectuées à Syonfan et enrichirent d’autres villageois. Globalement, on estime donc que le village produisait suffisamment pour sa propre alimentation en 1975. Au fil des années, cette autonomie fut perturbée par de mauvaises récoltes, liées à une pluviométrie faible et irrégulière, mais aussi très probablement à la forte concurrence, dans le calendrier agricole, entre la culture du coton et les cultures vivrières pluviales. Ainsi, de 1975 à 1978 (annexe 85), les dépenses individuelles de nourriture de base (maïs, riz, sorgho) furent multipliées par huit, passant de 433 F CFA en 1975 à 3 757 F CFA en 1978 et ce montant est très certainement sous-estimé (note 3, p. 165). Par ailleurs, en 1977 et 1978, toute la nourriture fut achetée auprès de commerçants de passage à Kasséré, ce qui traduit un accroissement de la dépendance alimentaire des villageois par rapport au monde extérieur.

109Les dépenses d’habillement étaient aussi importantes. Il s’agissait essentiellement d’achat de pagnes (482 575 F CFA) et de vêtements d’hommes (487 090 F CFA). Les achats de chaussures ne dépassaient pas 85 285 F CFA et les produits de toilette revenaient à 47 390 F CFA.

110Les dépenses de ménage-éclairage, un peu plus faibles que celles concernant l’habillement, se répartissaient entre les achats d’ustensiles de cuisine (168 560 F CFA), de mobilier (177 600 F CFA) et surtout de pétrole pour l’éclairage (348 520 F CFA), la moitié de ce pétrole étant achetée à un revendeur habitant Syonfan. Notons aussi l’importance des achats de savon (72 135 F CFA) et de piles électriques (67 515 F CFA).

111Quand on sait qu’en 1975 le prix du transport en taxi-brousse de Korhogo à Syonfan (80 km) était de 600 F CFA, le prix d’une bicyclette 20 000 F CFA, celui d’une mobylette 90 000 F CFA, celui de l’essence pour la faire rouler 135 F CFA le litre et celui de l’assurance annuelle obligatoire pour la conduite 8 000 F CFA, les dépenses de transport des habitants de Syonfan paraissent bien réduites : 1 712 F CFA par personne et par an. Elles ne s’expliquent que par des déplacements limités, effectués le plus souvent à pied.

112Restent les stimulants, essentiellement la cola et le tabac consommés par les hommes et les femmes et les cigarettes consommées par les jeunes hommes célibataires. Nous évoquerons plus loin les dépenses diverses.

113La répartition des dépenses entre les groupes sociaux (annexe 86) est liée à celle de leurs revenus : les Pongabélé de Syonfan dépensaient le moins (19 698 F CFA de revenus, 16 702 F CFA de dépenses en moyenne par personne et par an), puis venaient les Pongabélé des hameaux (23 112 F CFA de recettes et 18 335 F CFA de dépenses par personne), enfin les Logon (25 702 F CFA de recettes et 21 429 F CFA de dépenses par personne). Parmi les immigrés de Syonfan, il faut mettre à part la famille des forgerons où chaque personne gagnait en moyenne 66 305 F CFA et dépensait 65 292 F CFA, les achats de fer étant importants.

114La répartition des dépenses entre les adultes, en fonction de l’état civil, montre des écarts beaucoup plus grands entre les sommes dépensées annuellement par chaque chef de famille (de 15 000 à 400 000 F CFA), qu’entre celles dépensées par les autres adultes.

115Les 18 jeunes filles célibataires ne dépensaient jamais plus de 20 000 F CFA chacune et généralement beaucoup moins. Elles achetaient des pagnes, des vêtements et faisaient des dons à des parents ou amis.

116À part deux femmes mariées ou veuves qui dépensaient chacune autour de 55 000 F CFA par an, les 87 autres femmes dépensaient moins de 35 000 F CFA chacune et les trois quarts d’entre elles dépensaient moins de 20 000 F CFA. Elles achetaient des pagnes, des vêtements, des ustensiles de cuisine, du pétrole, elles faisaient aussi des dons.

117Les trois quarts des 37 hommes célibataires dépensaient chacun moins de 20 000 F CFA, par an, les dépenses du dernier quart s’échelonnant entre 20 000 et 85 000 F CFA. Il s’agissait essentiellement d’achats de vêtements et de cigarettes.

118Les 20 hommes mariés ou veufs, non chefs de famille, dépensaient jusqu’à 80 000 F CFA et les frais de l’un d’eux, pour acheter du pétrole qu’il revendait, s’élevait même à 255 000 F CFA. La plupart des hommes mariés ou veufs achetaient des vêtements et du pétrole, versaient des salaires aux ouvriers agricoles travaillant sur leurs champs de coton et faisaient des dons en espèces à des parents ou amis.

119En fait, la circulation monétaire était essentiellement contrôlée par les 33 chefs de famille. Plus des trois quarts d’entre eux versaient des salaires aux travailleurs agricoles chargés des champs de coton, achetaient de la viande, des vêtements, du mobilier, du pétrole et faisaient des dons. La moitié d’entre eux achetaient du poisson, du lait, du sucre, des pagnes pour les femmes, de la cola et du tabac pour eux-mêmes et payaient les nombreuses réparations de bicyclettes. Ils étaient les seuls susceptibles d’engager des dépenses importantes (plus de 100 000 F CFA) pour acheter des taurins, du riz ou du ciment. Enfin on comptait sur eux pour payer les médicaments, les cartes annuelles obligatoires du PDCI (Parti démocratique de la Côte-d’Ivoire), les frais de scolarité, les mobylettes et leur assurance. D’une façon générale, ils effectuaient les trois quarts des dépenses diverses, les neuf dixièmes des dépenses d’élevage et les quatre cinquièmes des dépenses concernant l’agriculture.

Les capitaux sans grande valeur marchande

120Le seul bien collectif des habitants est le terroir que l’on peut cultiver en demandant l’autorisation, à l’un des deux chefs de terre si l’on est chef de famille, ou à son chef de famille si l’on est simple individu. Nous avons évoqué l’exploitation de ce capital. Tous les autres biens étaient personnels. L’habitat, le mobilier et le petit élevage constituaient de modestes capitaux et les économies annuelles n’étaient pas très élevées en 1975.

L’habitat et le mobilier

  • 41 Ce n’était pas le cas à Kasséré, devenue sous-préfecture en 1974 et lotie en 1975, après que les v (...)
  • 42 Presque tous les habitants dormaient sur des nattes, à même la terre battue et tous prenaient leur (...)

121L’habitat n’avait pas de valeur marchande à Syonfan41. Chacun bâtissait sa maison avec l’aide de ses parents et voisins. Les matériaux manufacturés : tôles, serrures, ciment étaient encore peu diffusés (sur les 127 maisons de Syonfan, seulement 7 avaient un toit en tôle en 1975 et tous les toits des maisons des hameaux étaient en paille). L’habitat n’exigeait donc pas de gros investissements financiers, ne se vendait pas, ne se louait pas, mais nécessitait un dur travail pour préparer les briques, monter les murs, faire le toit (charpente et couverture de paille), battre le sol et entretenir la maison chaque année. La plupart des adultes possédaient une maison (101 adultes propriétaires sur 130 au village de Syonfan, à la fin de 1974). Le mobilier était très restreint : nous n’avons relevé au village de Syonfan que 43 lits et 20 petites tables42 appartenant dans tous les cas à des hommes. Ainsi l’habitat était certainement le capital le mieux réparti entre les adultes et le mobilier, très limité, revenait exclusivement aux hommes.

Le petit élevage

  • 43 Dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, on trouvera la répartition du petit élevage entre les famill (...)

122Le petit élevage appartenait en majorité aux chefs de famille, qui possédaient en 1975 les quatre cinquièmes des caprins et de la volaille et les trois quarts des ovins43. Néanmoins ce capital restait modeste, compte tenu du prix des animaux. En 1975, au village de Syonfan, un bélier valait 6 000 F CFA, une brebis 5 000 F CFA, un agneau 2 000 F CFA, un bouc ou une chèvre 1 500 F CFA, un chevreau 1 000 F CFA, un coq 600 F CFA, une poule 500 F CFA, un poussin 75 F CFA, une pintade 700 F CFA, un pintadeau 100 F CFA et un canard 1 200 F CFA.

123Le recensement des animaux ne fut pas aisé à réaliser. Nous avons dû compter les ovins et les caprins un jour de pluie, afin de les repérer serrés, par petits groupes, sous les rebords des toits ou des abris à charrette. Les jours ordinaires, ces animaux errent entre les maisons et il est impossible de les compter. Les ovins et les caprins furent ensuite répartis entre les propriétaires. Nous avons dû faire confiance aux informations fournies par les paysans pour la volaille, de sorte que son nombre est certainement sous-estimé. Les ovins et les caprins se nourrissaient de déchets domestiques, ainsi que la volaille. De plus, celle-ci était nourrie de termites que les paysans rapportaient au village, dans des morceaux de termitières cassées. Enfin, les poules étaient souvent transportées aux champs, dans des paniers attachés aux bicyclettes, afin de s’y nourrir pendant la journée.

124L’élevage le moins développé était celui des caprins qui comprenait 59 animaux en 1975 : 12 boucs, 29 chèvres, 18 chevreaux, soit un capital global de 79 500 F CFA. Six chefs de famille (trois Logon et trois Pongabélé de Syonfan) et une veuve logon (qui possédait à elle seule 11 caprins) étaient propriétaires de ce troupeau. Le mieux nanti était Bakary, chef de la famille J, qui possédait 17 caprins.

125L’élevage ovin était deux fois plus développé, il comprenait 124 bêtes en 1975 : 12 béliers, 67 brebis, 45 agneaux. Compte tenu du prix de ces animaux, trois à quatre fois supérieur à celui des caprins, le capital global s’élevait à 195 500 F CFA. Ce capital était partagé entre 26 propriétaires dont le plus riche (toujours le chef de la famille J) possédait 12 bêtes ; 17 de ces propriétaires étaient chefs de famille et possédaient 89 bêtes sur 124. Ils étaient à peu près aussi nombreux chez les Logon que chez les Pongabélé de Syonfan. L’élevage ovin était moins développé dans les hameaux.

126L’élevage de la volaille intéressait le plus grand nombre : 398 bêtes dont 36 coqs, 87 poules, 245 poussins, 9 pintades, 13 pintadeaux et 3 canards. Le capital global ne s’élevait qu’à 94 675 F CFA. Sur les 30 propriétaires, répartis dans tous les groupes sociaux, 22 étaient chefs de famille et possédaient 320 bêtes sur 398.

127De ce bref inventaire, découlent trois conclusions importantes :

  • le petit élevage représentait un capital négligeable ; les paysans n’en liraient pratiquement pas de bénéfices (en 1974-75, 23 000 F CFA pour la vente de caprins et d’ovins et 60 450 F CFA pour celle de volailles et d’œufs), mais ils y puisaient de temps à autre pour se nourrir personnellement ; en particulier lors de la tabaski, la grande fête musulmane, on tuait bon nombre de boucs et de béliers ;
  • aucun travail (sauf la recherche de termites) n’était fourni pour rentabiliser cet élevage ;
  • même négligeable, ce capital était contrôlé le plus souvent par les chefs de famille.

Les économies

128Il s’agit d’un capital évidemment secret. Nous avons tenté d’approcher cette réalité par le biais de l’enquête sur les budgets annuels des adultes, en août 1975. À cette date, chacun avait économisé, en moyenne, 7 000 F CFA sur les revenus de l’année écoulée. Les économies les plus importantes étaient celles des chefs de famille (26 000 F CFA en moyenne), puis venaient dans l’ordre habituel, les hommes mariés et veufs qui avaient économisés 9 500 F CFA chacun, les hommes célibataires 4 300 F CFA, les femmes mariées ou veuves 1 300 F CFA, enfin les jeunes filles 700 F CFA. Il s’agit d’un petit capital, mais le relevé des économies des chefs de famille montre néanmoins de grandes disparités entre celui dont l’endettement était de 57 000 F CFA en un an et celui dont l’économie réalisée en 1975 s’élevait à 110 000 F CFA.

Les capitaux plus importants

129Ils sont de trois types : les taurins, les moyens de locomotion moderne (mobylette) et l’outillage agricole mécanisé.

Le troupeau taurin

  • 44 Le parc de Syonfan, offert gratuitement par la SODEPRA, ne fut jamais utilisé par les paysans qui (...)
  • 45 Dès qu’un parc moderne était installé, le moniteur de la SODEPRA marquait tous les animaux et étab (...)

130Sur le terroir, les taurins étaient dispersés dans cinq parcs. Trois d’entre eux avaient été créés à l’instigation de la SODEPRA, en 1973 à Syonfan44 et en 1975 à Bénionbougourou et Niénifory (deux des hameaux du terroir). Ces parcs construits par les paysans couvraient chacun un hectare, clos de fils de fer barbelés, fixés sur des pieux45. Deux parcs traditionnels se maintenaient à Syonfan en 1975 : il s’agissait de parcs de très petite taille, ronds, clôturés de troncs d’arbres en bois très dur. Ils appartenaient à deux habitants de Kasséré dont l’un, Bassimira, était le frère cadet d’un chef de famille logon de Syonfan.

  • 46 Les paysans affirmaient que la fonction de chef de parc était essentiellement honorifique. Ce chef (...)

131Chacun des cinq parcs dépendait d’un chef46 qui, dans tous les cas, était le plus gros propriétaire du troupeau. Les animaux des parcs de Bénionbougourou, Niénifory et des deux habitants de Kasséré appartenaient pratiquement tous au chef de parc. En revanche, les animaux du parc SODEPRA de Syonfan issus de deux parcs traditionnels appartenaient à 38 propriétaires (annexe 87).

  • 47 La personne qui gardait une bête confiée par un parent ou un ami recevait, en compensation, la pre (...)
  • 48 Nous n’avons jamais pu avoir accès à l’un des cinq parcs et, pour le troupeau qui s’y trouvait, no (...)

132Treize propriétaires de 214 taurins installés dans les cinq parcs n’habitaient pas le terroir. Inversement, sept propriétaires du terroir avaient confié 21 taurins à des parents ou amis habitant les villages voisins47. Ce nombre n’a pas pu être vérifié. En revanche, nous avons recensé les taurins des parcs du terroir de Syonfan48 et les bœufs dressés installés sous des abris, près des maisons de leurs propriétaires : 458 taurins vivaient sur le terroir en 1975, soit 13,8 taurins au km2 (8 taurins au km2 dans la sous-préfecture de Kasséré). À ce troupeau de taurins sédentaires, s’ajoutaient les troupeaux de zébus transhumants, appartenant à des Peul, venus le plus souvent du Mali et installés en Côte-d’Ivoire (p. 113). En 1975, on évaluait le nombre de taurins à 128 pour 100 habitants sur le terroir de Syonfan. Ce pourcentage est élevé par rapport à la moyenne de 55 taurins pour 100 habitants, calculée par B. Steck pour la sous-préfecture de Kasséré. Comme les autres petits villages de la région, Syonfan accueillait en effet des taurins venus de gros villages (p. 118) et 42 % des taurins qui pâturaient sur le terroir appartenaient à des personnes qui résidaient ailleurs, au bourg de Kasséré pour la plupart d’entre eux. Le rapport entre les 265 taurins appartenant aux habitants de Syonfan et des hameaux et les 357 habitants du terroir donne, en revanche, un taux de 74 taurins pour 100 habitants, plus proche de la moyenne observée dans la sous-préfecture.

133Parmi les 265 taurins des habitants du terroir de Syonfan, on compte 42 bœufs dressés élevés à part, près de la maison des propriétaires, 21 autres taurins en pension sur d’autres terroirs et 202 gardés dans les parcs situés sur le terroir. Souvent, les propriétaires préféraient répartir leurs taurins en deux ou trois parcs pour des raisons de prophylaxie. On peut penser aussi qu’ils ménageaient la susceptibilité des différents chefs de parc. Enfin, ce système permettait de mieux maintenir le secret sur le nombre de bêtes possédées (p. 124).

134Parmi les 31 propriétaires de taurins résidant sur le terroir, 24 étaient chefs de famille. Ces derniers possédaient 193 têtes, soit 86 % du troupeau. Il restait donc 9 chefs de famille démunis (un peu plus du tiers) et dans les 9 familles qu’ils dirigeaient, aucun autre adulte ne possédait de taurins. Les Pongabélé des hameaux et les Logon surtout étaient relativement bien nantis, tandis que la moitié des familles pongabélé de Syonfan ne possédait aucun taurin. Les cinq plus gros propriétaires possédaient 10, 11, 16, 23 et 45 taurins, tous les autres (plus de quatre cinquièmes) possédaient moins de 10 taurins (annexe 88).

  • 49 En 1975, le prix du kilo vif était de 140 F CFA environ, soit 7 000 F CFA en moyenne pour un veau (...)

135Ce capital s’élevait à près de 4 000 000 F CFA49, ce qui constitue une réserve importante, si on la compare aux revenus de 8 000 000 F CFA perçus par les villageois au cours de la campagne 1974-75. Les chefs de famille détenaient 85,50 % de ce capital. Les deux plus riches, chefs de familles (3 et A, possédaient un élevage taurin d’une valeur de 716 800 F CFA pour le premier, de 478 000 F CFA pour le second.

  • 50 De plus, les deux propriétaires non chefs de famille, qui possédaient un troupeau dont le capital (...)

136On peut établir une relation entre le montant du capital taurin et la taille de la famille de celui qui détient ce capital. Les 15 individus qui possédaient un capital taurin évalué à plus de 100 000 F CFA étaient presque tous chefs d’une famille nombreuse. Ainsi, sur les 34 familles du terroir de Syonfan recensées en 1975, 11 comptaient au moins 12 personnes et parmi elles 9 avaient un chef qui possédait un troupeau évalué à plus de 100 000 F CFA50, alors que parmi les 23 petites familles, 3 de leurs chefs seulement possédaient un capital taurin aussi important (annexe 92).

  • 51 Les quatre bouviers peul étaient tous salariés. Lamine (chef de famille W) s’occupait du troupeau (...)

137Le troupeau était considéré comme un moyen de se constituer une réserve monétaire, dans laquelle on puisait pour faire face aux dépenses de funérailles et aux imprévus, et non pas un moyen de s’enrichir. Une anecdote illustre ce propos : en 1978, un des paysans de Syonfan, qui possédait 10 taurins dans les parcs et 4 bœufs dressés et qui avait accumulé des économies, tentait d’acheter une maison “en dur” à la sous-préfecture de Kasséré pour la louer à un fonctionnaire ; cette opération lui paraissait plus rentable que d’acheter de nouveaux taurillons. En revanche, il venait de vendre, en secret, une vache à son fils, parce que c’était le meilleur placement que pouvait faire ce dernier qui disposait d’une petite somme d’argent à faire fructifier sans souci. En effet, les taurins étaient gardés par un bouvier peul51 (sauf ceux de Niénifory gardés par des enfants) et les paysans se contentaient d’aller voir leurs animaux tous les soirs dans les parcs et de payer le bouvier. Néanmoins, si les propriétaires des taurins élevés à Syonfan étaient presque tous des agriculteurs qui ne voulaient pas prendre de risques dans l’élevage, il existait, parmi eux, deux gros propriétaires de taurins (habitant Kasséré) qui avaient abandonné leur métier de paysan : le premier avait remis l’organisation des champs familiaux à son fils, le second était devenu commerçant. Ils n’étaient pas des éleveurs de pointe puisqu’ils refusaient l’appui de la SODEPRA pour ne pas perdre leur liberté, mais ils avaient appris à vendre leurs bêtes avec profit, pour la boucherie et depuis quelques années pour la culture attelée, ce qui exige du goût pour cette activité, du temps et des qualités rarement utilisées en agriculture.

138La croissance de B % du troupeau de Syonfan ne différait pas de celle des troupeaux traditionnels. Elle était un peu éloignée de la croissance moyenne de 4,5 % observée dans les troupeaux encadrés par la SODEPRA, à cause d’un taux de mortalité relativement élevé des génisses et taurillons et encore loin d’approcher l’objectif de 10 % fixé par la SODEPRA (annexe 90). Le taux de déstockage des mâles était moins élevé à Syonfan que dans les troupeaux traditionnels parce que, depuis 1973, les habitants conservaient une partie de leurs taurillons, pour les utiliser à la culture attelée, dès l’âge de 3 ans.

  • 52 Coût du gardiennage 25 F CFA par taurin, chaque mois, huit mois sur douze. Cette façon de compter, (...)

139Nous avons estimé le taux de productivité du troupeau de Syonfan, en appliquant tous les taux précédemment calculés à la descendance d’une génisse pleine achetée l’année 1 au prix de 15 400 F CFA (prix moyen d’une génisse en 1975) et en faisant l’hypothèse que le propriétaire n’ait pas besoin de la vendre pour faire face à des dépenses imprévues (annexe 90). Cette bête pouvait être revendue huit ans plus tard au prix de 22 400 F CFA, soit un bénéfice de 7 000 F CFA par rapport au prix d’achat. Ce bénéfice était pratiquement annulé par les frais de gardiennage (6 000 F CFA)52 de cette génisse et de sa descendance, évaluée à huit têtes. Mais pendant les douze années suivantes, le propriétaire de ce troupeau pouvait vendre quatre vieilles vaches (âgées de dix ans) à raison de 22 400 F CFA chacune, quatre bœufs dressés (âgés de six ans) à raison de 26 600 F CFA chacun. Pendant ces douze ans, le salaire à verser au gardien s’élevait à 22 600 F CFA. Ainsi, le bilan des dépenses et des recettes faisaient apparaître une petite rente annuelle de 14 400 F CFA, une fois les huit premières années passées à rembourser l’investissement, pour un troupeau qui passait donc d’un taurin à l’année 1, à huit taurins à l’année 8 et à quatorze taurins à l’année 20.

140Ce schéma, appliqué aux troupeaux des 31 propriétaires de Syonfan, permet d’évaluer approximativement les revenus de cet élevage. Les 23 propriétaires qui possédaient moins de huit têtes ne gagnaient vraisemblablement pas d’argent. En revanche, les six propriétaires qui possédaient entre huit et vingt têtes, pouvaient espérer gagner en moyenne 14 à 15 000 F CFA par an, grâce à la vente des vieilles vaches et de vieux bœufs dressés. Seuls, deux propriétaires qui possédaient 23 et 45 têtes, devaient obtenir des bénéfices plus importants.

  • 53 Cette vingtaine de jours se répartissaient ainsi : 3jours par an de vaccination, 2 jours de détiqu (...)

141La rentabilité du troupeau de Syonfan pouvait être améliorée. La SODEPRA y travaillait en faisant diminuer le taux de mortalité des veaux, génisses et taurillons par la poursuite des campagnes de vaccination et l’amélioration du taux de fécondité des femelles. Cette amélioration passait par une meilleure alimentation, exigeant un gardiennage plus efficace (qui porterait sur douze mois au lieu de huit) et mieux organisé, avec notamment des départs matinaux vers les pâturages, au lieu de départs tardifs liés à la traite matinale du lait. Toutes ces opérations exigeaient du temps (une vingtaine de jours par an, essentiellement en saison des pluies pour un propriétaire moyen de 6 taurins)53 et de l’argent pour augmenter le salaire du berger, si celui-ci devait garder le troupeau toute l’année et sortir les bêtes du parc tôt, tous les matins. Aussi, compte tenu du rôle de “caisse d’épargne” que jouait le troupeau et des préoccupations des propriétaires très accaparés par les travaux agricoles dans lesquels ils excellaient, il paraissait difficile, sauf si l’élevage devenait une spéculation très rentable (c’est-à-dire si le prix du kilo vif augmentait), de bouleverser les habitudes existantes.

Les moyens de locomotion moderne

142Les paysans investissaient dans les moyens de transport, bicyclettes et mobylettes, qui leur permettaient de se déplacer pour aller faire des visites et se ravitailler à Kasséré, qui réduisait les trajets quotidiens des champs au village et qui permettaient le transport de charges assez importantes. Ces avantages ne concernaient que les hommes, les femmes continuant à marcher à pied et à rentrer des champs en portant de lourdes charges sur la tête : cuvettes de riz ou de maïs et charges de bois de chauffage.

143Les bicyclettes étaient devenues des biens accessibles, pour les hommes valides tout au moins. Sur 77 hommes de 15 à 59 ans recensés à Syonfan et dans les hameaux en 1975, 67 avaient une bicyclette, de plus 12 garçons de moins de 15 ans et un vieillard en possédaient une, soit 81 bicyclettes en tout. L’achat était généralement effectué par les chefs de famille pour leurs fils, neveux ou frères, la dépense étant peu élevée (environ 20 000 F CFA). Il s’agissait donc d’un capital global de plus de 1 600 000 F CFA, réparti de façon très égalitaire entre les hommes de toutes les familles.

144En revanche, les mobylettes acquises récemment (la première fut achetée en 1971) coûtaient cher : environ 90 000 F CFA en 1975. Douze des quinze propriétaires de mobylette appartenaient à des familles nombreuses d’au moins 12 personnes. Huit d’entre eux étaient chefs de famille ; quelques autres hommes avaient pu obtenir une mobylette en l’achetant (quatre cas) ou en la recevant en cadeau du chef de famille (trois cas). Ces mobylettes constituaient donc un capital (bien fragile) de 1 530 000 F CFA en 1975, réparti entre quelques hommes presque toujours membres d’une famille nombreuse. Les achats de mobylette se poursuivirent les années suivantes : quatre furent acquises entre 1976 et 1978 par des personnes appartenant trois fois sur quatre à des familles nombreuses.

L’outillage mécanisé

  • 54 Au comptant, une charrue coûtait 22 000 F CFA en 1973, 38 000 F CFA en 1975, une charrette simple (...)
  • 55 Les bœufs étaient dressés par les propriétaires de charrue sur les conseils de la CIDT.

145En 1973, trois chefs des familles logon A, H, J avaient acheté chacun une charrue et une charrette et avaient prélevé des taurillons dans leur propre troupeau (à une exception près) pour les castrer et les dresser à conduire leur charrue et leur charrette. Ils versèrent à la CIDT 24 630 F CFA54 chacun, en trois annuités, pour payer ces outils (la somme étant prélevée sur leur récolte de coton). En 1975, huit autres chefs de famille suivaient leur exemple et cette fois-ci, tous les groupes sociaux étaient représentés : le chef de la famille I était un Logon, les chefs de famille L, M, S des Pongabélé de Syonfan, ceux des familles Y, α, β, des Pongabélé des hameaux et celui de la famille V faisait partie du groupe des immigrés arrivés récemment à Syonfan. De plus, le chef de la famille J (Logon) acheta une deuxième charrue plus légère que l’Arara. Chacun des nouveaux propriétaires paya sa charrue et sa charrette à la CIDT, en trois annuités de 38 220 F CFA. Chacun utilisa des bœufs dressés55, prélevés pour moitié dans son troupeau et achetés pour l’autre moitié. En 1975, le capital global de la culture attelée à Syonfan s’élevait à plus de 2 000 000 F CFA, réparti entre onze chefs de famille, soit un investissement de près de 200 000 F CFA pour chacun (annexe 91).

Les chefs de familles nombreuses détenteurs des principaux capitaux

146La quasi-totalité des capitaux importants : élevage taurin (100 000 F CFA pour un troupeau d’une dizaine de têtes), mobylette et assurance (prix voisin de 100 000 F), culture attelée (capital égal à 200 000 F CFA), était accaparée par les onze chefs des familles les plus nombreuses du village et c’est de la culture du coton et de ses recettes qu’ils tiraient leur pouvoir économique (annexe 92). Faut-il y voir l’émergence d’une nouvelle classe sociale opposant des familles riches à des familles pauvres et se substituant à l’ancienne répartition fondée sur des critères ethniques ? En 1975, ce n’était pas encore le cas. Ces investissements n’étaient pas suffisamment lucratifs, car la source de richesse restait le coton et non pas l’exploitation de ces investissements. Tout dépendait donc du nombre de bras sur lequel un chef de famille pouvait compter, nombre qui variait au fil des années en fonction de la croissance naturelle, de l’émigration et de l’autorité de chaque chef de famille.

Conclusion

147À Syonfan, la société villageoise formée de deux lignages (Pongabélé et Logon) s’était divisée en un certain nombre d’exploitations familiales de dimensions plus modestes et avait accueilli des Pongabélé venus de Kasséré et quelques autres familles d’origines ethniques diverses. De 1974 à 1978, la taille de ces familles resta stable, voisine de 10 personnes en moyenne, dont un peu moins de 5 actifs. Les exploitations agricoles étaient composées de champs de cultures vivrières pluviales de base (igname, maïs, riz pluvial), de cultures vivrières pluviales secondaires (sorgho, millet, arachide), de coton et de rizières de bas-fond. En 1974-75, une exploitation moyenne occupait 6 ha, dont 3 ha de cultures vivrières pluviales, 2 ha de coton et 1 ha de rizières. Chaque homme travaillait en moyenne 188 jours par an sur les champs et chaque femme 169 jours. La priorité allait aux champs des chefs de famille qui, à leur convenance, accordaient aux adultes qu’ils contrôlaient, l’autorisation de cultiver des champs individuels. Globalement, les chefs de famille détenaient les neuf dixièmes des champs de cultures vivrières pluviales de base (maïs, riz pluvial, igname), les quatre cinquièmes des champs de coton, les deux tiers des champs de cultures vivrières pluviales secondaires (sorgho, arachide, millet) et un peu moins de la moitié des rizières.

  • 56 Près d’un tiers des achats de nourriture végétale provenaient de champs cultivés sur le terroir.

148En 1974-75, la quasi-totalité des ressources alimentaires de base étaient tirées du travail agricole puisque avec des revenus monétaires de 24 000 F CFA par habitant, les paysans ne dépensèrent que 2 000 F CFA par personne à des achats d’aliments qui auraient pu être produits sur le terroir (annexe 86)56. Au cours des années suivantes, ces achats augmentèrent pour compenser un déficit dû à de mauvaises récoltes de vivriers et à la concurrence du coton toujours en plein essor, dix ans après son introduction dans le village. Par ailleurs, l’agriculture fournissait les deux tiers des revenus monétaires dont 52 % provenaient de la culture cotonnière. Le coton apportait un certain bien-être à l’ensemble des villageois, car ses revenus étaient également répartis entre les familles en fonction de la force de travail. Il renforçait également le pouvoir des chefs de famille, puisque ceux-ci contrôlaient les quatre cinquièmes de ces champs. Le tiers d’entre eux qui disposaient d’une main-d’œuvre nombreuse (au moins 12 personnes, dont au moins 6 actifs), les faisant bénéficier de revenus cotonniers élevés, possédaient trois types de capitaux importants dont la valeur globale atteignait au moins 400 000 F CFA : une mobylette, un troupeau de taurins d’une dizaine de têtes et le matériel de culture attelée (charrue, charrette et bœufs). Le nouveau pouvoir économique de ces chefs de familles nombreuses n’avait pas encore fait émerger une nouvelle classe sociale à Syonfan, car ce pouvoir était trop dépendant d’une main-d’œuvre familiale, forcément fluctuante. Il nous a donc semblé peu intéressant d’opposer ces chefs de famille temporairement dominants, aux autres, et plus fructueux de poursuivre l’analyse du comportement des familles, en fonction de leur origine sociale.

149Les Pongabélé étaient fondamentalement des paysans, ils tiraient les trois quarts de leurs revenus de l’agriculture. On peut néanmoins opposer ceux des hameaux plus dynamiques à ceux du village : surfaces cultivées par actif plus importantes, revenus cotonniers de plus en plus élevés de 1974 à 1978, leur permettant de distancer les autres groupes sociaux, autorité draconienne des chefs de famille laissant peu d’autonomie aux autres adultes pour l’accès à la terre ou pour une éventuelle émigration. Ces caractères sont vraisemblablement liés à la mentalité pionnière de ces familles isolées, arrivées depuis 10 ou 20 ans sur le terroir. Les chefs de famille pongabélé de Syonfan avaient une attitude plus libérale : les adultes accédaient plus facilement à la terre et l’émigration était déjà sensible.

150Les Logon étaient artisans et commerçants presque autant que paysans et les chefs de famille accordaient facilement des terres aux adultes qu’ils contrôlaient. Ce groupe apparaissait comme le plus ouvert au changement en 1974 (à cette date, seuls trois Logon possédaient des charrues). Il avait aussi un taux d’émigration des jeunes hommes élevé, et au fil des années il perdit une partie de sa vitalité pour le travail agricole et se laissa distancer par les Pongabélé, notamment en ce qui concerne la culture du coton.

151Les familles d’autres ethnies immigrées à Syonfan n’avaient pas d’importance numérique, mais leur mouvement était récent et chacune avait une fonction précise : arrivèrent successivement, en 1966 une famille de forgerons qui reçurent une formation de la CIDT pour réparer les charrues et en 1967, 1975 et 1976 trois familles peul recrutées pour garder les troupeaux des villageois.

152Cette analyse de la société nous semble pertinente, à Syonfan en 1974-1978, parce qu’il s’agit d’un petit village où les situations économiques et sociales étaient peu différenciées et liées à une main-d’œuvre familiale fluctuante. En revanche, des informations diverses nous conduisent à penser qu’une nouvelle classe sociale, regroupant généralement des individus propriétaires de charrue et gros producteurs de coton, prenait son essor dans les bourgs de la région. Le chef de canton de Kasséré, qui cultivait du coton à la charrue sur le terroir de Syonfan, faisait partie de ce groupe. Il pouvait compter non seulement sur le travail d’une famille nombreuse, mais aussi sur celui des jeunes du canton obligés par la tradition à travailler gratuitement pour lui. Les exploitants agricoles de Gbon et de Zinguinasso, qui reçurent en 1978 un tracteur en location de la part de la CIDT, faisaient aussi partie de ce groupe. Ils avaient tous une famille nombreuse, de vastes exploitations comportant plus d’une vingtaine d’hectares de coton, qui nécessitaient en plus du travail des parents, celui d’une main-d’œuvre salariée venue du Mali et payée grâce à 1’accumulation des recettes cotonnières. Ces chefs de famille n’étaient donc plus autant dépendants de la force de travail de leurs parents que ceux de Syonfan. L’usage d’un tracteur allait leur permettre d’augmenter encore leurs surfaces cotonnières et peut-être d’accéder à un statut de paysan riche qui ne serait plus lié à la taille de la famille.

Notes

1 Il est intéressant de rappeler que l’introduction du coton à Syonfan, en 1967, s’est faite selon ce modèle, puisqu’il a été demandé pendant deux années aux groupes pongabélé et logon de cultiver chacun un champ collectif de coton.

2 En fait, toutes les veuves, même les plus âgées, étaient remariées religieusement, parfois avec un jeune homme avec lequel elles n’entretenaient aucune relation, même économique, la religion musulmane exigeant qu’aucune femme ne meure célibataire ou veuve.

3 Voir dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, l’évolution démographique de Syonfan, par année.

4 Nous n’avons pas dessiné le plan des hameaux, chacun d’entre eux ne regroupant qu’une ou deux familles.

5 La famille F comprend un vieillard dont la femme ne possède qu’une rizière et les familles P, V, W sont récemment arrivées ; en outre, deux d’entre elles, V et W, ont une activité principale rétribuée : fabrication d’objets forgés et garde du troupeau taurin du village.

6 Nous n’avons pas indiqué la répartition des nombreuses petites rizières entre les familles pour que la carte reste lisible.

7 Ces maisons carrées étaient beaucoup plus nombreuses il y a quelques décennies et auraient été remplacées par des maisons rectangulaires.

8 Propriétaires de maisons rondes : 36 femmes et 12 hommes ; propriétaires de maisons rectangulaires : 12 femmes et 39 hommes ; propriétaires de maisons carrées : 2 femmes et 2 hommes.

9 Ce propriétaire de taurins habitait Kasséré.

10 Les associations de jeunes travaillaient surtout pour les chefs de famille mais aussi pour quatre chefs de ménage et un célibataire. Ces cinq individus avaient des champs personnels et faisaient partie des associations.

11 Daouda, chef de la famille M et futur chef de village, était secrétaire du PDCI pour le quartier pongabélé ; Brahima, chef de la famille H et chef de quartier, était secrétaire du PDCI pour le quartier logon. On chargeait notamment les deux secrétaires de collecter les cotisations annuelles obligatoires (200 F CFA par adulte).

12 En 1974, 9 garçons et 5 filles, soit 21 % des garçons et 13 % des filles du village, âgés de 6 à 14 ans, allaient à l’école de Kasséré. Parmi eux 8 étaient logon et 6 pongabélé.

13 Le riz de bas-fond est une plante vivrière de base, mais nous la considérons à part du fait de ses techniques culturales très particulières.

14 Nous laisserons de côté le groupe des immigrés, trop réduit (3 familles) et trop divers pour permettre une analyse intéressante.

15 Le manque de temps ne nous a pas permis d’enquêter auprès des inactifs de ces deux familles, à savoir les enfants, ces deux familles n’ayant pas de vieillards.

16 Par manque de moyens, nous n’avons pas étudié l’emploi du temps des familles vivant dans les hameaux.

17 Aux 13 actifs de la famille J enregistrés en 1974, nous avons ajouté une jeune fille, Fatoumata, qui a eu 15 ans en 1975. Une fois l’enquête terminée, en août 1975, deux jeunes, Lassina et Bahata, ont émigré, et une fille, Kafiné, a été mariée au chef de la famille peul W. Ainsi, alors que notre enquête touchait 14 actifs en 1975, on n’enregistrait officiellement que 11 actifs dans cette famille fin 1975.

18 À l’exception du chef de la famille logon J qui ne fournissait que 166 jours de travail par an.

19 Parmi les femmes mariées, on remarque Korotoum occupée 4 h 30 min par jour par les travaux ménagers.

20 Les potières étaient presque toujours des femmes mariées.

21 Voir sur le plan du village (figure 19) l’importance des fours à karité dans le quartier logon. Certaines femmes logon transformaient en effet les noix en beurre avant de les vendre.

22 On a observé le travail fourni par les actifs démographiques de chacune des 10 familles des trois grands groupes sociaux du terroir, pendant les années 1974 et 1975, sur les trois types de champs du terroir : les champs de cultures vivrières pluviales, les champs de coton et les rizières, soit 10 x 2 x 3 = 60 observations par groupe. On a fait 18 observations (3 x 2 x 3) pour le groupe des immigrés de Syonfan qui ne comprend que 3 familles.

23 Il s’agit toujours du rapport entre les surfaces cultivées sur l’exploitation familiale et le nombre d’actifs de la famille. Dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, on trouvera les surfaces cotonnières et rizicoles cultivées par chacune des familles résidant sur le terroir, de 1974 à 1978.

24 Igname, maïs, riz pluvial auxquels nous ajoutons les champs buttés où pousseront des vivriers de base l’année suivante et exceptionnellement 2,85 ha de Stylosanthes en 1975.

25 Sorgho, millet, arachide, pépinière de riz, patates douces, pois de terre, auxquels nous ajoutons quelques parcelles de tabac et un ou deux petits vergers.

26 Nous avons laissé de côté la situation des membres du groupe des immigrés de Syonfan, réduit à 3 familles.

27 Nous n’avons pas eu les moyens d’effectuer des observations similaires sur les champs de cultures vivrières pluviales de 1976 à 1978.

28 Les calculs ont été effectués à partir du nombre de jours de travail agricole annuel effectué par individu et indiqué dans le tableau xxxviii.

29 Dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, on trouvera, pour chaque famille, la répartition des greniers et des stocks entre propriétaires, et la méthode pour effectuer ces mesures.

30 Souvent la base des greniers servait d’abri pour les poules.

31 Les paysans assurent que les greniers étaient beaucoup moins nombreux, il y a 10 ans, quand la riziculture de bas-fond était peu développée.

32 Le rendement moyen est de 2,5 t/ha de riz décortiqué chez les Logon, 2,1 t/ha chez les Pongabélé, 2,7 t/ha chez l’ensemble des hommes mariés ou veufs, non chefs de famille, 2,5 t/ha chez les chefs de famille, 2,2 t/ha chez les femmes mariées ou veuves. Les différences de rendement sont plus grandes par famille, en partie parce qu’il faut ajouter ou, selon les cas, retrancher aux récoltes, des bottes de riz troquées contre des journées de travail ou offertes aux familles ayant à leur charge un vieillard, à titre de la dîme.

33 En plus des 184 adultes, recensés fin décembre 1974, s’ajoutent 7 jeunes gens et 6 jeunes filles qui ont eu 15 ans entre janvier et août 1975. Sur ces 197 personnes, seules 10 d’entre elles, essentiellement des jeunes célibataires, n’avaient pas de budget propre.

34 Ce type d’enquête doit être utilisé avec beaucoup de prudence car les risques de sous-estimation sont grands. Nous avons tenté de réduire ce risque en reprenant les fiches d’enquête établies par B. SORY et en recoupant les diverses déclarations des paysans ; en particulier, tous les échanges monétaires internes aux familles et au terroir ont été vérifiés du côté du débiteur et du côté du créancier. Néanmoins, à part les revenus cotonniers dont nous connaissons le montant exact grâce aux recoupements possibles avec les services de la CIDT et qui constituent de loin la plus grande part des revenus des habitants du terroir de Syonfan, nous admettons que nos résultats sont certainement sous-estimés. Tout au plus pouvons-nous affirmer que les villageois ont au moins gagné et dépensé les sommes que nous avons relevées.

35 Nous avons regroupé, dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, les dépenses et les recettes des adultes par famille pour concentrer l’information, mais chaque budget est personnel.

36 En décembre 1974, les recettes cotonnières étaient de 4 358 420 F CFA ; en décembre 1978, elles s’élevaient à 8 442 960 F CFA.

37 Les ressources cotonnières par famille de 1974 à 1978 sont indiquées dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979.

38 En 1974-75 (annexe 84), les chefs de famille fournissaient 82,34 % des salaires à ceux qui travaillaient sur les champs de coton (283 250 sur 344 000 F CFA) et 73,96 % des salaires à ceux qui travaillaient sur les champs de vivriers (26 350 sur 35 950 F CFA).

39 Dans deux familles, le revenu individuel dépassait de peu les limites inférieure ou supérieure. Dans la troisième famille, le revenu individuel était beaucoup plus élevé, mais il s’agissait d’artisans fononbélé qui achetaient une grande partie de leur nourriture et du fer pour fabriquer les objets forgés.

40 Les dépenses d’engrais pour le coton sont défalquées des revenus cotonniers.

41 Ce n’était pas le cas à Kasséré, devenue sous-préfecture en 1974 et lotie en 1975, après que les vieux quartiers, constitués de maisons en briques séchées et au toit de paille, eurent été rasés par l’administration. Les habitants des hameaux du terroir de Syonfan, originaires de Kasséré, qui désiraient y conserver une maison ont dû payer, en 1975, des frais de bornage et les années suivantes acheter des parpaings, du ciment, de la tôle, etc. pour reconstruire une maison moderne dans les nouveaux quartiers.

42 Presque tous les habitants dormaient sur des nattes, à même la terre battue et tous prenaient leurs repas accroupis sur le sol.

43 Dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, on trouvera la répartition du petit élevage entre les familles et les adultes.

44 Le parc de Syonfan, offert gratuitement par la SODEPRA, ne fut jamais utilisé par les paysans qui affirmaient que le lieu était mal choisi (un sort y aurait été jeté). Ils conservèrent leurs animaux dans deux parcs traditionnels, jusqu’en décembre 1975, date à laquelle le parc moderne fut déplacé et enfin utilisé. Le fil de fer des parcs de Bénionbougourou et Niénifory coûta 150 000 F CFA aux paysans en 1975.

45 Dès qu’un parc moderne était installé, le moniteur de la SODEPRA marquait tous les animaux et établissait une fiche par propriétaire pour y inscrire ses animaux qui seraient suivis tout au long de leur vie (p. 127).

46 Les paysans affirmaient que la fonction de chef de parc était essentiellement honorifique. Ce chef ne recevait pas de redevances des autres propriétaires et laissait ces derniers libres de vendre ou de tuer leurs animaux.

47 La personne qui gardait une bête confiée par un parent ou un ami recevait, en compensation, la première velle qui naissait après que la vache confiée eut donné trois veaux. Pour les taureaux, il ne semblait pas y avoir de compensation.

48 Nous n’avons jamais pu avoir accès à l’un des cinq parcs et, pour le troupeau qui s’y trouvait, nous avons repris les estimations de la SODEPRA.

49 En 1975, le prix du kilo vif était de 140 F CFA environ, soit 7 000 F CFA en moyenne pour un veau ou une velle de moins de un an pesant 50 kg, 18 200 F CFA pour un taurillon de un à trois ans pesant entre 110 et 145 kg (130 en moyenne), 26 600 F CFA pour un taureau ou un bœuf de trois ans pesant entre 180 et 200 kg (190 en moyenne), 15 400 F CFA pour une génisse de un à deux ans pesant 110 kg, 22 400 F CFA pour une vache (plus de deux ans) pesant entre 135 et 200 kg (160 en moyenne). Les poids moyens ont été recueillis sur des documents de la SODEPRA.

50 De plus, les deux propriétaires non chefs de famille, qui possédaient un troupeau dont le capital s’élevait à plus de 100 000 F CFA, appartenaient aussi à des familles nombreuses d’au moins 12 personnes.

51 Les quatre bouviers peul étaient tous salariés. Lamine (chef de famille W) s’occupait du troupeau villageois, il était payé 50 F CFA par animal adulte et par mois, plus cinq bottes de riz et un panier de maïs pour la garde de deux animaux adultes chaque année. Les autres, Kalilou qui gardait le troupeau de frère du chef de la famille H, habitant Kasséré, Tiémoko chef de la famille W’, venu s’installer en septembre 1975 à Syonfan pour garder plus aisément le troupeau d’un autre habitant de Kasséré et le gardien du parc de Bénionbougourou installé sur place (mais oublié dans notre recensement démographique) étaient logés, nourris et payés chaque mois environ 3 000 F CFA. Tous les bouviers, sauf celui de Bénionbougourou, travaillaient huit mois sur douze, pendant que les champs étaient cultivés. Lamine, Tiémoko et Kalilou affirmaient ne pas avoir mis au point d’itinéraire particulier pour la pâture, dans la mesure où l’herbe ne manquait pas. Leur rôle principal était d’écarter les animaux des champs pendant la saison des cultures. Tous les soirs, les taurins buvaient dans le trou d’eau situé entre Syonfan et l’embranchement des pistes Tyasso-Kasséré et LafingKasséré, mais ce trou d’eau tarissait en saison sèche. Durant les quatre mois les plus secs, les taurins partaient tous les matins vers le point d’eau le plus proche (à Bégui) ou quand ce trou était tari, du côté de Sissogo (au nord-ouest du terroir, à environ 4 kilomètres) et rentraient seuls au parc. Lamine trayait les vaches et vendait le lait à Kasséré (en moyenne 20 litres par jour, vendus 25 F CFA le litre), Kalilou et Tiémoko gardaient aussi le lait des vaches, sauf une fois par semaine où celui-ci était donné aux chefs de parc, le bouvier de Bénionbougourou n’avait pas droit au lait.

52 Coût du gardiennage 25 F CFA par taurin, chaque mois, huit mois sur douze. Cette façon de compter, fréquemment utilisée, est plus précise que celle employée à Syonfan (50 F CFA par animal adulte et par mois), quand le troupeau est réduit.

53 Cette vingtaine de jours se répartissaient ainsi : 3jours par an de vaccination, 2 jours de détiquage par mois en saison des pluies et 1 jour par mois en saison sèche, y compris la réfection du couloir de contention après chaque détiquage et 2 ou 3 jours de réunions diverses par an.

54 Au comptant, une charrue coûtait 22 000 F CFA en 1973, 38 000 F CFA en 1975, une charrette simple 32 000 F CFA en 1973, 66 000 F CFA en 1975.

55 Les bœufs étaient dressés par les propriétaires de charrue sur les conseils de la CIDT.

56 Près d’un tiers des achats de nourriture végétale provenaient de champs cultivés sur le terroir.

Table des illustrations

Légende Figure 19 : Plan du village de Syonfan, sous-préfecture de Kasséré, en 1974.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Tableau xxxvii. Terroir de Syonfan de 1974 à 1975. Répartition des surfaces cultivées entre les familles en fonction de la nature des cultures
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15620/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Légende (1) Vivriers de base : igname, maïs, riz pluvial auxquels nous ajoutons les surfaces buttées et, exceptionnellement en 1975, 285 ares de Stylosanthes.(2) Viviriers secondaires : pépinières de riz, sorgho, millet, arachide, pois de terre, patates douces auxquels nous ajoutons les vergers et le tabac (126 ares en 1974, 109 ares en 1975).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15620/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Tableau xxxviii. Familles J et S de Syonfan de 1974 à 1976. Nombre de journées de travail de huit heures effectuées en un an par chaque individu de plus de 15 ans
Légende (1) H : homme, F : femme, M : marié(e), V : veuf, C : célibataire.(2) On aboutit à 369 jours de travail pour Korotoum, active plus de huit heures chaque jour, en moyenne.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15620/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Tableau xxxix. Familles J et S de Syonfan en 1974 et 1975. Surface cultivée par actif
Légende (1) Si on exclut Zana qui a travaillé le plus clair de son temps comme manœuvre à Kasséré.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15620/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende (1) Une 34e famille W’ arrivée fin 1975 n’a pas été prise en compte(2) Sont actifs les individus âgés de 15 à 59 ans(3) Y compris quelques hectares de vergers, de Stylosanthès et de champs buttés pour être cultivés en vivriers l’année suivante(4) Surfaces par actif, le plus souvent cultivées (en grisé) :Cultures vivrières pluviales : entre 20 et 100 ares/actif soit 28 familles/33 en 1974 ; 19 familles/33 en 1975Coton : entre 20 et 60 ares/actif soit 23 familles/33 en 1974 ; 27 familles/33 en 1975Riz inondé : entre 10 et 30 ares/actif soit 23 familles/33 en 1974 ; 30 familles/33 en 1975Figure 20 - Répartition des 33 familles(1) du terroir de Syonfan en fonction des surfaces cultivées par actif(2), en 1974 et 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15620/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search