Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Troisième partie. Le village témoin de Syonfan, les transformations de l'organisation de la société, du temps et de l'espace

Syonfan de 1955 à 1978, une évolution marquée par de profondes transformations de la démographie et de l’agriculture

Texte intégral

1L’analyse de l’évolution agraire, démographique et sociale de Syonfan, de 1955 à 1978, s’appuie sur l’étude comparative de deux séries de documents, d’une part, des photographies aériennes de 1955 (au 1/50 000), de 1974 (au 1/10 000) et de 1975 (au 1/10 000 et au 1/50 000) qui permettent l’étude des transformations quantitatives et qualitatives intervenues dans l’occupation du sol et la nature des cultures ; d’autre part, une enquête démographique exhaustive, une généalogie complète des habitants et des témoignages de paysans qui donnent une mesure des transformations concernant cette communauté.

La période antérieure à 1955

La création du village de Syonfan et l’histoire de ses habitants

  • 1 Voir aussi les résultats parfois divergents de l’enquête de B. Steck (p. 77).

2La généalogie des chefs pongabélé de Syonfan (figure 16) conduit à estimer que ce village, le deuxième créé dans le Pongala après Toungboli, selon ses habitants1, fut fondé au début du deuxième quart du xixe siècle ; nous savons, en effet, que l’un des nombreux fils du fondateur Sihéménon, certainement l’un des plus jeunes, est mort très vieux vers 1923. Son père aurait donc pu naître au début du xixe siècle et fonder le village de Syonfan dans la première moitié du siècle.

3S’il y a une erreur dans les informations fournies par les paysans, elle ne peut excéder cinq à six décennies ; en effet les habitants rattachent la création de leur village à un épisode historique régional mieux connu (SEDES, 1965, vol. 2, p. 8) celui du peuple de Nanguin, chef guerrier sénoufo, captif de Sékou Ouattara, premier roi dioula de Kong, au cours de la première moitié du xviiie siècle. Nanguin quitta Kong avec ses compagnons, atteignit Kawara (département de Ferkéssédougou), descendit jusqu’à Boron, à l’extrême sud du pays sénoufo, puis remonta vers le nord et créa Korhogo. Les habitants de Syonfan (Pongabélé et Logon) affirment que leurs ancêtres étaient originaires de Kong, faisaient partie des troupes de Nanguin et qu’ils étaient passés par Korhogo avant de créer leur village. Compte tenu de ces informations, le village de Syonfan aurait donc pu être fondé au plus tôt vers 1760.

Figure 16 - Généalogie des chefs de village de Syonfan en 1975.

4Sihéménon, le premier chef de village fit bâtir un hameau à l’est de l’actuel village, au lieu-dit Térédia (carte 1). L’un de ses fils s étant noyé dans le puits creusé près du marigot proche du hameau, il reconstruisit son village loin des bas-fonds pour ne plus voir se reproduire un tel malheur. Syonfan est effectivement situé sur une petite croupe et le plus proche bas-fond est à 1,2 km. Le nouveau village, difficile à bâtir puisqu’il fallait faire venir l’eau de loin pour fabriquer les briques, fut appelé symboliquement Fi man fan (devenu Syonfan par une mauvaise contraction du nom), ce qui veut dire littéralement “construit avec de l’urine”.

  • 2 Liste des huit chefs successifs du quartier kpinbélé, dioulaïsé depuis, et appelé par ses habitant (...)

5Les Kpinbélé (ou Logon en dioula) arrivèrent après les Pongabélé et le deuxième chef de leur quartier était contemporain du deuxième chef du village2.

  • 3 L’un des habitants, le vieux Sibiri, chef de la famille A, racontait que sa mère s’était enfuie à K (...)
  • 4 On retrouvera ces lettres permettant de repérer les familles sur le plan du village (figure 19) et (...)

6La communauté de Syonfan fut bouleversée par des événements extérieurs à plusieurs reprises : vers 1890, les habitants de Syonfan s’enfuirent à Kanoho à 75 km au sud à vol d’oiseau, dans l’actuelle sous-préfecture de Sirasso, devant Samory faisant la conquête du pays sénoufo3. Plus tard, pendant la colonisation française, en 1926, Zié (devenu chef du village en 1946) partit faire son service militaire. Enfin, aux alentours de 1936, pendant la période “d’effort de guerre”, plusieurs hommes du village, dont cinq encore vivants en 1974-1978 (les chefs des familles H, J, M, S et U)4 descendirent en Basse-Côte couper des grumes ; chacun y resta une année.

  • 5 Un cinquième des Logon et des Pongabélé de Syonfan portaient des balafres en 1975. Le pourcentage (...)
  • 6 Cet incendie est gravé dans les mémoires et sert de référence pour situer les événements survenus (...)
  • 7 Cette école formait en 1974-1978 autant de garçons pongabélé que de garçons logon.

7Plus profondément, Syonfan subit l’influence de l’islam depuis le début du xxe siècle (Kafei, troisième chef du quartier logon, mort en 1910, était musulman à la fin de sa vie) et dut abandonner un certain nombre de coutumes traditionnelles, en particulier la fabrication d’alcool de mil, le rituel des scarifications5 et surtout le poro, rite d’initiation des jeunes qui fut combattu par de grands moyens vers 1945, lorsqu’un marabout venu de Guinée brûla les deux bois sacrés de Syonfan, celui des Pongabélé et celui des Logon6. Dans l’ensemble les Logon accueillirent bien la nouvelle religion : trois habitants du quartier furent marabout successivement, l’avant-dernier reçut une formation en Guinée et créa une école coranique tenue, en 1974-1978, par un de ses anciens élèves7. Une mosquée (réplique exacte des cases rondes d’habitation) fut bâtie dans le quartier logon. En 1974-1978, elle réunissait lors des grandes fêtes religieuses les habitants des deux quartiers. Ces fêtes concernaient la vie de chacun (naissance, mariage, mort) et la liturgie musulmane (en particulier le ramadan et la tabaski). Quant aux Pongabélé, ils s’islamisaient peu à peu, mais avec du retard.

Les liens entre la communauté villageoise et son terroir

8Depuis la fondation de Syonfan jusqu’à 1975, dix chefs pongabélé successifs dirigèrent le village. C’est une filiation strictement patrilinéaire dans la pratique (figure 16). Pourtant les Pongabélé affirmaient que la règle était la succession matrilinéaire, tout en avançant des arguments de type anecdotique pour expliquer les entorses successives à cette règle. Celle-ci fut néanmoins appliquée pour la première fois en 1980, après le décès de Zié, remplacé par Daouda, neveu utérin de Dohota. Cette succession était déjà acquise en 1974 dans la mesure où, depuis quelques années, Daouda remplaçait officieusement le chef de village très âgé.

  • 8 Aucun cadeau n’était demandé en échange de cette autorisation.

9En 1974-1978, deux chefs de terre pongabélé se partageaient le terroir de Syonfan ; c’est à eux que les paysans s’adressaient pour cultiver une zone particulière des interfluves ou une parcelle à l’intérieur des lits des marigots transformés en rizières. Tant que la portion d’interfluves ou la parcelle rizicole était cultivée, celle-ci restait à la disposition de la famille du demandeur, même après sa mort, comme l’indiquent les témoignages d’exploitants affirmant détenir la zone ou la parcelle qu’ils cultivaient de leur père, de leur oncle ou de leur frère décédé, sans avoir eu à reformuler une demande auprès du chef de terre8. Sihéménon partagea le terroir entre deux de ses fils, Nabana et Dakan, ce dernier reçut la partie ouest du terroir avant qu’il ne détienne aussi la partie est, quand il devint le troisième chef de village à la mort de son frère. Plus tard, la partie ouest fut transmise à Zana qui réunit aussi l’ensemble du terroir sous son autorité, quand il devint le huitième chef de village. En 1974-1978, la partie est du terroir relevait de Zié, chef de village et chef de la famille L, la partie ouest était aux mains de Sonfolo, chef de la famille S. La partie ouest représentait un tiers du terroir, la piste carrossable Syonfan-Tyasso (figure 17) ouverte en 1933 faisant office de limite entre les deux territoires fonciers ; auparavant c’était une piste piétonnière parallèle à la piste carrossable actuelle, située à 500 mètres à l’ouest, qui servait de limite.

10Bien qu’artisans, les Logon ont toujours cultivé la terre, mais le travail agricole ne constituait qu’une partie de leurs occupations, également tournées vers l’artisanat : dinanderie, tissage, poterie. Comme leur production agricole était insuffisante pour les nourrir, un commerce s’instaura entre les gens du Pongala et les Logon. Ainsi les Pongabélé vendaient ou troquaient leur surplus agricole : igname, maïs, riz pluvial, arachide aux Logon qui leur fournissaient des objets en cuivre (bracelet en particulier), des pagnes et des poteries. Ce bon voisinage explique peut-être que les Logon n’aient jamais réclamé une sorte de partition du terroir pour se réserver la jouissance d’une zone particulière ; nos questions à ce sujet ont même paru incongrues.

Figure 17 - Terroir de Syonfan en 1955 et en 1975.

Le terroir de Syonfan

  • 9 Bowal : terme vernaculaire guinéen désignant une table de cuirasse ferrugineuse nue et stérile. Pl (...)

11Le terroir de Syonfan jouxte au nord et à l’est celui de Kasséré, au sud celui de Tyasso, à l’ouest celui de Leunyougo. B. STECK a montré dans sa cartographie de la sous-préfecture de Kasséré (figure 10) qu’il n’y avait pas d’espace libre entre ces terroirs, certaines limites faisaient même l’objet de litiges entre les habitants des villages voisins. Les limites du terroir de Syonfan s’appuient sur des éléments naturels du paysage (figure 17) : deux marigots importants (le Loukoublé au nord-est et le Yénéfor au sud-est), les crêtes de la montagne de Leunyougo à l’ouest, le pied d’un bowal9 au nord-ouest et celui d’une butte-témoin cuirassée au nord. Entre ces éléments naturels, des limites non matérialisées traversent la brousse, en particulier à l’est, au sud-ouest et au nord du terroir, jalonnées de repères ponctuels (arbres ou confluents de marigots).

12Le terroir occupe 33 km2 sur le piedmont est d’un chaînon de schistes quartzitiques (la montagne de Leunyougo) qui culmine à 630 mètres et domine la pénéplaine de 200 mètres environ ; la crête de ce chaînon orienté nord-sud constitue la ligne de partage des eaux entre le bassin du Bandama à l’est et celui de la Bagoué, affluent du Niger, à l’ouest. Syonfan se situe donc dans le haut-bassin du Bandama, drainé par les affluents de l’un de ses tributaires, le Badénou (figure 2 et p. 218).

13Le modelé de ce haut bassin est composé de vastes croupes faiblement convexes formées sur un substratum essentiellement schisteux, dominées par quelques buttes-témoin de petites dimensions. Cette morphologie résulte du démantèlement d’un vaste glacis cuirassé de piedmont développé au pied du chaînon quartzitique, glacis dont subsistent encore des témoins au pied de la montagne de Leunyougo, notamment le grand bowal, au nord-ouest. Le reste du terroir a un modelé peu accusé, avec des pentes faibles et des dénivelés entre sommets d’interfluves et thalwegs n’excédant pas 30 à 50 mètres. Les marigots qui drainent cette partie du haut bassin-versant n’ont qu’un écoulement temporaire de saison des pluies et présentent de nombreuses petites plaines alluviales atteignant 100 à 200 mètres de large ; ces dernières sont utilisées depuis quelques années pour des cultures de riz de bas-fond qui mettent à profit l’écoulement particulièrement lent dans ces thalwegs à fond plat, dont les sols restent saturés d’eau plusieurs mois par an.

14Les sols, développés sur des schistes altérés et fortement ferrallitisés sont rouges, de texture assez argileuse, mais présentent fréquemment des indurations ferrugineuses ainsi que de nombreux blocs de cuirasse hérités du démantèlement du glacis cuirassé, peu propice aux cultures même manuelles. Ils sont occupés par une végétation naturelle de forêt claire ou de savane arborée, caractérisée par une strate arborée plus ou moins dense qui forme un couvert clair au-dessus d’une strate graminéenne soumise aux feux annuels.

Syonfan en 1955

La communauté villageoise

  • 10 Dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, on trouvera la liste des habitants de Syonfan, de leurs asce (...)

15À la fin de l’année 1955 (annexe 48), 148 personnes vivaient sur ce terroir10 : 99 Logon et 43 Pongabélé habitaient Syonfan, 6 autres Pongabélé originaires de Kasséré étaient installés depuis un an dans le hameau de Niénifory, au sud-est de Syonfan ; ce mouvement de migration, du centre du noyau plus dense de Kasséré vers sa périphérie, sera l’un des principaux facteurs de transformation du paysage agraire du Syonfan pendant les vingt années suivantes.

16En 1955, les Logon constituaient les deux tiers de la population de Syonfan, les Pongabélé un petit tiers. Chaque groupe résidait dans un quartier : les Logon au nord de la piste Lafing-Kasséré, les Pongabélé au sud, dans l’angle formé par cette piste et celle de Kasséré-Tyasso (figures 17 et 19). On note un bon équilibre de sexes : 67 hommes et 75 femmes résidaient à Syonfan (non compris les habitants de Niénifory). Nous manquons d’informations sur l’importance éventuelle de l’émigration au cours des années précédentes ; en revanche, nous connaissons l’origine des 142 habitants du village (annexe 48) : 121 personnes étaient nées à Syonfan, 7 nées ailleurs avaient au moins un de leurs parents ou grands-parents originaires de Syonfan, 14 étrangères au village étaient venues épouser un habitant de Syonfan : 8 d’entre elles arrivaient de Kasséré, 7 de villages distants de moins de 30 km de Syonfan, seules 6 venaient de plus loin.

  • 11 Il s’agit, rappelons-le, des villages de la sous-préfecture de Kasséré.
  • 12 L’un d’entre eux, après avoir combattu au Maroc, en Algérie et en France pendant la Première Guerr (...)

17L’endogamie de quartier dominait les relations sociales. Chez les Logon, on compte 91 personnes sur 99 nées dans le quartier ou originaires du quartier, les quelques étrangers étaient ou bien des Logon venus d’autres villages 2 cas), ou des Pongabélé (2 cas) ou des membres d’autres ethnies ou sous-ethnies ivoiriennes (Tafibélé, Bambara, Dioula, Gouro). Cette endogamie marque aussi les Pongabélé chez qui 37 personnes sur 43 étaient nées dans le quartier ou en étaient originaires, en revanche, on ne relève aucune alliance avec d’autres ethnies ou sous-ethnies et tous les habitants du quartier appartenaient au groupe pongabélé. En effet, ce groupe trouvait plus aisément des alliés de même sous-ethnie dans un rayon proche de Syonfan à l’intérieur des quinze autres villages du Pongala11 que les Logon (Sénoufo artisans) dispersés au milieu des diverses sous-ethnies de Sénoufo paysans. Ainsi, malgré leur très forte endogamie, les Logon épousaient plus souvent des femmes d’autres ethnies ou sous-ethnies que les Pongabélé : l’établissement d’un rapport de force au détriment de ces derniers a d’ailleurs permis aux Logon d’épouser quelques femmes pongabélé alors que l’inverse ne fut pas observé, du moins jusqu’en 1978 ; enfin les voyages de certains membres du groupe logon favorisèrent des alliances avec quatre femmes non sénoufo venues du nord ou du sud12. Les Logon exprimaient en 1973 cette légère ouverture au monde extérieur, par un sentiment de supériorité, en affirmant qu’ils étaient des “hommes du progrès”.

18Au cours des vingt années suivantes, la structure matrimoniale des deux groupes ne changea guère. Le groupe logon resta toujours très fermé sur son quartier : en 1975 (annexe 50), sur les 128 Logon de Syonfan, on en comptait encore 112 nés à Syonfan, soit 87 % de la population au lieu de 91 % en 1955. Le groupe pongabélé maintenait ses alliances avec les Pongabélé des villages voisins, mais ils étaient encore 66 à être nés à Syonfan sur 95, soit 65 % de la population au lieu de 76 % en 1955.

Les surfaces cultivées en 1955

19Sur la série de photographies aériennes de la région au 1/50 000, prises au début de l’année 1956 (mission IGN), tous les champs qui trouent le paysage boisé du terroir avaient été récoltés quelques mois plus tôt en octobre-novembre 1955, en début de saison sèche, sauf les champs d’ignames et les quelques rizières, récoltés en décembre-janvier. À partir de ces photographies, ont été cartographiés (figure 17) et mesurés les champs cultivés sur le terroir en 1955, avec certaines difficultés dues au lait qu’ils étaient tous temporaires et qu’une partie d’entre eux représentait des jachères récentes. C’est la couleur plus grise et la limite plus floue avec la brousse environnante qui ont permis de classer une partie de ces défrichements parmi les jachères.

20Le terroir comprend deux unités topographiques : les bas-fonds et les interfluves (pentes et sommets des collines et plateaux). À ces deux unités correspondent deux types de champs : rizières plus ou moins permanentes dans le lit élargi des marigots, champs temporaires sur les interfluves.

  • 13 Le chef de la famille M, né en 1910, assurait qu’il aidait déjà à cultiver des rizières sur le ter (...)

21Dans le lit des marigots, ont été localisées 9 petites rizières de moins de 25 ares chacune, avec l’aide des paysans qui assuraient qu’il y avait toujours eu des rizières à Syonfan, mais en bien moindre quantité qu’en 197513. Elles se situent aux mêmes endroits que certaines rizières de 1975 (figure 17), là où les lits des marigots s’élargissent, à Lokpoho, très en amont sur le Yénéfor, et à Nungbama, au centre du terroir. Ces rizières étaient cultivées exclusivement par des Pongabélé, jusqu’à 1945 au moins (date de l’incendie des bois sacrés). Puis les Logon commencèrent à en cultiver, en même temps qu ils abandonnaient la dinanderie dont les revenus devenaient insuffisants pour acheter un complément de nourriture (le dernier dinandier de Syonfan est mort en 1942). D’après les témoignages des paysans, le riz de bas-fond repiqué est resté jusqu’à une date très récente (vers 1969-70) une culture d’appoint, parce que ces parcelles isolées étaient trop souvent dévastées par les rongeurs et parce que sa production exigeait beaucoup plus de travail que le riz pluvial qui se développait bien, grâce à des pluies suffisantes chaque année. Ainsi, nous évaluons à 1,75 ha les surfaces rizicoles du terroir de Syonfan, en 1955.

22Sur les interfluves, les champs étaient beaucoup plus nombreux. On ne pratiquait que des cultures vivrières pluviales. Le coton existait bien à Syonfan, mais il s’agissait d’un type traditionnel mélangé aux cultures vivrières ; ce n’est qu’en 1967 que le CIDT fera ouvrir à Syonfan des champs de coton allen en culture pure. Quant au tabac, il se limitait tout au plus à quelques minuscules jardins, si toutefois il en existait cette année-là, cette culture n’ayant vraiment débuté à Syonfan qu’en 1968 avec la CAITACI (Compagnie agricole et industrielle des Tabacs de Côte-d’Ivoire) pour être abandonnée trois ans plus tard. On a mesuré 62 ha de champs dispersés sur l’ensemble des interfluves du terroir, en 1955. Ces 62 ha étaient-ils exclusivement cultivés par les 148 habitants de Syonfan et de Niénifory ? Pour répondre à cette question, nous avons tenté de retrouver l’identité des exploitants des différents blocs de culture de 1955. Ce fut aisé pour certains d’entre eux qui cultivent toujours la même zone en 1975 (cas des familles A, H, M par exemple, carte 3), mais il ne fut pas possible de reconstituer complètement l’état de l’exploitation du terroir ; parmi les blocs très éloignés de Syonfan et susceptibles d’être cultivés par des habitants des villages voisins, les paysans de Syonfan ne se souvenaient que de deux petits blocs de 3,75 ha situés au sud du terroir et cultivés par des habitants de Tyasso. Néanmoins, fort probablement, des habitants de Kasséré cultivaient déjà sur le terroir de Syonfan, puisque les habitants du hameau de Niénifory, créé en 1954, affirmaient être partis de Kasséré parce qu’ils manquaient de terre. Nous admettons donc, de façon un peu arbitraire, qu’en 1955 les habitants de Kasséré cultivaient peut-être 5 ou 6 ha sur le terroir de Syonfan en plus des 3,75 ha cultivés par les habitants de Tyasso. Ainsi, sur les 62 ha de cultures vivrières pluviales disséminées sur le terroir, 53 ha auraient appartenu aux 148 habitants de Syonfan et de Niénifory, soit environ 35 ares de cultures vivrières pluviales par personne.

  • 14 Notons que la mesure des surfaces cultivées en 1955, en 1974 et en 1975 comprend ces champs prépar (...)

23En 1955, une très petite partie du terroir était donc utilisée : 1,75 ha de rizières et 62 ha de cultures temporaires, soit à peine 2 %. À cette époque, on cultivait les rizières de façon semi-permanente ; quant aux champs de cultures pluviales, on les exploitait trois ou quatre années, avant qu’ils ne retournent à la jachère. Un quart des champs environ étaient donc préparés chaque année, c’est-à-dire qu’on les débarrassait par brûlis des petits arbres, des taillis et des herbes ; des buttes y étaient élevées durant la saison des pluies14. À la même époque, en mars, sur les champs préparés l’année précédente, on bouturait des ignames dans les buttes, puis ou semait du maïs et du riz pluvial en mai-juin ; d’autres plantes, telles que le coton barbadense et les condiments, étaient associés à ces cultures. Sur les champs de deuxième année, les buttes étaient transformées en billons dans lesquels on semait du maïs ; cette année-là, on ne cultivait pas de riz pluvial entre les billons pour limiter les sarclages. Sur les champs vieux de trois ans, les billons étaient décalés (l’ancien sillon devenant billon), on y semait du maïs sur les billons et du riz pluvial dans les sillons ; le développement des adventices contraignait alors les paysans à pratiquer plusieurs sarclages. En quatrième année, sur des billons moins bombés et moins espacés pour limiter le développement des mauvaises herbes, on semait des plantes peu exigeantes en sarclages : sorgho, millet et arachide.

24Tous les champs avaient des formes allongées à peu près perpendiculaires aux pentes ; ils étaient accolés par groupe de trois, quatre ou cinq en fonction du nombre d’années de culture effectuées par l’exploitant. Chaque année, le bloc se déplaçait du bas en haut de la pente de l’interfluve ; le champ le plus ancien à l’aval était abandonné à la jachère, tandis que l’on débroussaillait et préparait les buttes pour le nouveau champ à l’autre extrémité, en amont. Les petits blocs se dispersaient sur l’ensemble du terroir, mais généralement à peu de distance de Syonfan.

  • 15 Le terroir mesure 3 300 ha dont 2 475 ha (75 %) cultivables à la houe. Pour une durée des champs é (...)

25En 1955, ce terroir était sous-exploité. En effet, en retenant que 75 % des terres sont cultivables à la houe (tableau XLI), un pourcentage de 2 % du terroir mis en culture en 1955 pour une durée de 4 ans, suivie d’une jachère de 30 ans, norme jugée excellente par les habitants en 1975 (p. 231), laissait inexploité les quatre cinquièmes du terroir cultivable15.

26À Kasséré, 5 % des terres étaient cultivées (selon les mesures de B. STECK), guère plus qu’à Syonfan. Pourtant la famille originaire de Kasséré, venue s’installer à Niénifory sur le terroir de Syonfan, déclarait s’être déplacée parce qu’elle manquait de terre. Cette notion est donc bien relative. En 1975, le pourcentage d’occupation des sols avait beaucoup augmenté aussi bien à Kasséré (15 % des terres cultivées) qu’à Syonfan (10 %), mais la petite différence entre les deux pourcentages explique peut-être que le terroir de Syonfan était toujours considéré comme une terre d’accueil par les habitants de Kasséré.

Syonfan en 1965

27En dix ans, la communauté vivant sur le terroir de Syonfan passa de 148 à 213 personnes (annexe 49). La répartition de la population par sexe était toujours bien équilibrée, quel que soit le groupe social. Cette augmentation s’explique par la croissance naturelle (59 naissances contre 12 décès) et par un solde migratoire positif (28 arrivées contre 10 départs).

28À l’intérieur du village de Syonfan, la communauté augmentait de 26 %, passant de 142 à 179 personnes. Le groupe logon progressait très faiblement de 99 à 118 personnes ; les 33 naissances étaient pratiquement seules à contrebalancer les 9 décès et les 6 départs puisqu’on n’enregistre qu’une seule arrivée, celle d’une femme étrangère venue épouser un Logon. En revanche, le groupe pongabélé perdait très peu de monde (2 décès et 6 départs) tandis qu’il enregistrait proportionnellement d’aussi nombreuses naissances que le groupe logon, 16, et surtout de nombreuses arrivées (10 dont 6 en vue d’un mariage) ; ce groupe passait ainsi de 43 à 61 personnes et formait alors un bon tiers de la population du village. Notons que le village dans son ensemble s’ouvrait très peu sur l’extérieur puisque toutes les migrations s’inscrivent dans un rayon de moins de 30 km autour de Syonfan.

29Le principal changement démographique venait des hameaux (annexe 49) qui ne perdaient pratiquement personne (1 décès) et qui enregistraient 10 naissances et 19 arrivées. Niénifory, créé en 1954, passait de 6 à 22 habitants, et, dans chacun des trois nouveaux hameaux (figure 17) : Nionwellé, Zanafiguébougourou et Korikouamon, créés respectivement en 1956, 1961 et 1964, résidaient 4 personnes en 1965. Sur les 34 personnes dispersées dans ces 4 hameaux, 22 étaient nées à Kasséré, 10 dans les hameaux, enfin 2 jeunes femmes étaient nées à Syonfan.

30Le manque de terre sur le terroir de Kasséré était toujours la raison invoquée pour expliquer cette immigration, bien qu’en 1965, c’est-à-dire avant l’introduction du coton, le pourcentage de surfaces cultivées, même à Kasséré, devait être très faible (on ne possède pas de photographies aériennes pour chiffrer ce pourcentage, comme en 1955 et en 1975). À ceci s’ajoutait le désir de prendre ses distances vis-àvis de sa parenté proche et de créer sa propre exploitation avant d’avoir atteint l’âge de 35 à 45 ans comme c’est l’habitude (p.60) ; ainsi deux des chefs des nouveaux hameaux avaient 30 ans lorsqu’ils s’établirent à Zanafiguébougourou et Korikouamon pour créer leur propre exploitation. Enfin, dernier argument favorisant ces migrations, les habitants de Kasséré savaient qu’ils seraient bien reçus sur le terroir de Syonfan, les deux villages entretenant en effet des relations privilégiées, puisque les frères de Sihéménon, fondateur de Syonfan, auraient aussi créé Kasséré et qu’en 1975 le chef du canton de Kasséré (figure 16) était le demi-frère de Daouda, chef de la famille M, futur chef du village de Syonfan ; enfin rappelons les mariages toujours nombreux entre les habitants des deux villages : douze en dix ans, dont ceux de deux jeunes filles pongabélé de Syonfan unies à deux immigrés de Kasséré, chefs des hameaux de Korikouamon et de Zanafiguébougourou.

Syonfan en 1975

31De 1965 à 1975, les transformations sont quantitativement et qualitativement beaucoup plus importantes que durant la décennie précédente. Cette période est caractérisée en démographie par une accélération du brassage de la population et un élargissement de l’espace migratoire qui contribuèrent à l’augmentation de la population de Syonfan jusqu’en 1975 et à son déclin ensuite. Elle est caractérisée en agriculture par une densification de l’occupation du terroir, conséquence de la poursuite du mouvement d’immigration d’habitants venus du noyau dense de Kasséré, de l’introduction du coton allen à partir de 1967 et de l’extension des rizières à partir de 1969.

L’augmentation du flux de population, son rôle dans le travail agricole

32De 148 habitants en 1955, on passe à 213 en 1965 et à 357 en 1975 soit près de deux lois et demi plus d’habitants en vingt ans. L’année 1975 est charnière, car à partir de cette date la population diminue, du moins jusqu’à la fin de notre enquête en 1978 : 346 habitants en 1976, 340 en 1977, 329 en 1978 (figure 18).

33De 1955 à 1965 les mouvements migratoires n’avaient touché que 38 personnes (28 arrivées, 10 départs) ; ils concernaient 137 personnes au cours de la décennie suivante (100 arrivées, 37 départs). La majorité (70 sur 100) des immigrés arrivés entre 1965 et 1975 (annexe 50) appartenait aux deux nouveaux groupes sociaux de Syonfan : celui des Pongabélé des hameaux, issus de Kasséré et celui des immigrés d’ethnies diverses, arrivés au village depuis 1966 ; ainsi 46 personnes rejoignirent leurs familles dans les hameaux ou créèrent les nouveaux campements de Siniamabougourou en 1968 et de Bénionbougourou en 1970, au nord de la piste Lafing-Syonfan (figure 17) et 24 personnes groupées en trois familles s’installèrent à Syonfan : une famille fononbélé (artisans sénoufo forgerons) en 1966, une famille peul venue garder le troupeau taurin des villageois en 1967 et, en 1970, une famille bambara sans fonction particulière qui quitta le village en 1976. Seule une minorité (30 sur 100) d’immigrés s’intégra aux deux groupes fondateurs du terroir : 20 grossirent le groupe des Pongabélé de Syonfan en s’y mariant ou en s’attachant à une famille et 10 furent accueillis par les Logon.

Figure 18 - Evolution de la population du terroir de Syonfan de 1955 à 1978.

34L’émigration affecta les groupes sociaux de façon inversement proportionnelle, si bien qu’avec un accroissement naturel, voisin pour les deux groupes fondateurs (25 et 31 %), plus élevé pour les Pongabélé des hameaux formés de jeunes adultes (76 %), la croissance décennale globale de chaque groupe varia énormément. Les Logon passèrent ainsi de 118 habitants en 1965 à 128 en 1975, leur croissance naturelle est de 30 unités, mais ils n’accueillirent que 10 personnes et en laissèrent partir 30, dont 22 hommes jeunes. Les Pongabélé de Syonfan passèrent de 61 à 95 habitants pendant la même période, avec une croissance naturelle de 19 unités, en accueillant plus d’individus qu’ils n’en perdaient par émigration (20 contre 5). Les Pongabélé des hameaux passèrent de 34 à 104 habitants, avec une croissance naturelle de 26 unités, en recevant 46 personnes pour n’en perdre que 2 par émigration. Quant au groupe des immigrés de Syonfan (les familles fononbélé, peul et bambara), ils étaient 30 en 1975, dont 6 naquirent au village après 1965.

35Les Logon formaient toujours le groupe le plus important en 1975, mais ils ne représentaient plus que le tiers de la population au lieu des deux tiers en 1955. Les Pongabélé, après une légère progression en 1965, revenaient à la situation de 1955 en ne représentant qu’un peu plus du quart de la population. La place restante était occupée par les deux nouveaux groupes sociaux, en particulier les Pongabélé des hameaux qui regroupaient 29 % de la population en 1975.

36La vitalité de ces quatre groupes (annexe 50) est directement liée aux mouvements de population qui touchent essentiellement des hommes âgés de 15 à 59 ans, c’est-à-dire des actifs. Le pourcentage de femmes actives, calculé en 1975, ne varie guère d’un groupe à l’autre : autour de 52 % (il est tout de même plus faible chez les femmes logon). En revanche, le pourcentage des hommes actifs pour cette même année varie beaucoup d’un groupe à l’autre, autour d’une moyenne de 45 %, donc plus faible que celui des femmes : les Logon ne comptent que 33 % d’hommes actifs, les Pongabélé de Syonfan 45 %, ceux des hameaux 49 % et les immigrés de Syonfan 73 %. Ces caractéristiques auront nécessairement des conséquences quand on comparera l’activité agricole des uns et des autres.

L’élargissement de l’espace migratoire : vers le nord pour l’immigration, vers le sud pour l’émigration

37Jusqu’en 1965, les migrations ne concernaient qu’un espace géographique restreint : rarement au-delà de Kasséré pour les Pongabélé, rarement au-delà d’un rayon de 30 km autour de Syonfan pour les Logon.

  • 16 2 manœuvres, 2 chauffeurs, 2 employés de bureau, 1 apprenti horloger, 1 maçon, 1 tisserand, 1 pein (...)

38De 1965 à 1975, le mouvement prend de l’amplitude. Certes, l’origine des Pongabélé des hameaux est toujours circonscrite à Kasséré, mais ce bourg n’est plus le lieu d’échanges matrimoniaux privilégiés et bon nombre des immigrés pongabélé viennent de villages plus éloignés, dont la distance n’excède tout de même pas 30 km (annexe 50). De plus, ils amorcent une ouverture vers la Basse-Côte et ses plantations (2 arrivées et 2 départs). En fait, ce sont les trois nouvelles familles fononbélé, peul, bambara issues respectivement des sous-préfectures de Gbon, Tingréla et du Mali qui élargissent la zone d’immigration vers le nord et c’est le groupe logon qui ouvre le village aux villes de Korhogo, Dianra, Bouaké, Bouaflé, Yamoussoukro, Abidjan (figure 1) et aux plantations de café et de cacao de la Basse-Côte-d’Ivoire : ainsi sur les 40 migrations enregistrées dans le groupe logon entre 1965 et 1975, 24 concernent le sud du pays (19 émigrés, 5 immigrés) et sur les 19 émigrés, on dénombre 17 hommes qui ont tous un métier : 5 sont partis vers les plantations de café (1) planteur, 4 manœuvres) et 12 vers les villes pour y exercer un métier urbain16.

Le renversement de la situation démographique à Syonfan après 1975

39Le brassage de population et l’élargissement de l’espace migratoire se poursuit après 1975, mais à partir de cette date les départs deviennent plus nombreux que les arrivées. Ces mouvements de population touchent 49 personnes (15 arrivées, 34 départs) en 1976, puis seulement 8 personnes (8 départs) en 1977, enfin 34 personnes (5 arrivées et 29 départs) en 1978. Tous les migrants ont moins de 40 ans. Parmi les 20 immigrés arrivés à Syonfan en 1976, 1977, 1978, 14 viennent du nord : Mali et Tingréla (dont 4 familles au complet : famille P’, P”, W’, W” d’origine dioula, bambara et peul). Parmi les 71 personnes émigrées durant cette même période, 43 sont parties vers le sud (figure 1) : 25 pour rejoindre les villes de Korhogo, Bouaké, Bouaflé, Yamoussoukro, Sassandra, Abidjan, 3 les plantations de café et de cacao de Basse-Côte et 15 le Gbato (sous-préfecture de Dianra). Le Gbato (sud de la sous-préfecture de Boundiali) et la région de Dianra sont en effet devenus, depuis les années soixante-dix des zones d’accueil, en particulier pour les habitants de la région de la Bagoué qui y ouvrent des champs de coton sur des terres riches parce qu’inexploitées jusqu’alors (p. 60). Ainsi, tout en continuant à être un village d’accueil comme tous les petits villages de la région de la Bagoué, Syonfan a vu sa population diminuer.

40Comment expliquer cette flambée de départs vers les villes et vers la sous-préfecture de Dianra après 1975 (les départs vers les plantations de café et de cacao étant peu nombreux) ? Certaines causes sociales sont bien connues : les éléments actifs de la population (en particulier les hommes de 20 à 40 ans) cherchent à s’affranchir du milieu villageois contraignant. Mais ces causes existaient depuis longtemps. Etait-il donc devenu plus facile de se libérer de sa famille et de son village depuis 1975 ? C’est vrai en partie ; certains départs furent d’ailleurs si bien acceptés par les “Vieux” qu’ils marièrent, en 1977-78, quatre jeunes filles du village à des jeunes hommes émigrés en ville. Par ailleurs, une fois les premiers départs effectués, il est plus facile pour les émigrants de s’intégrer dans un nouveau milieu de vie où un noyau familial est déjà installé. Néanmoins, nous manquons de recul pour comprendre la brusque progression des départs vers les villes. Les départs vers la sous-préfecture de Dianra, en revanche, peuvent s’expliquer par la combinaison de deux phénomènes : le désir d’indépendance latent des jeunes et la possibilité de cultiver du coton, introduit dans cette région vers 1970. Certes le coton, cultivé depuis 1967 à Syonfan, apportait des revenus importants aux habitants, et depuis 1973, les charrues rendaient les travaux agricoles plus aisés, mais les vieux champs de coton étaient nombreux et exigeaient des sarclages difficiles, ce qui n’était pas le cas, aux dires des paysans, des champs de coton de la sous-préfecture de Dianra, très peu peuplée. C’est le choix classique des paysans qui préfèrent émigrer vers des zones peu denses, plutôt que d’intensifier leurs cultures sur les terroirs où ils résident en grand nombre et où les travaux deviennent contraignants.

La diminution de la pluviométrie à la fin des années soixante

41L’accueil d’immigrés venus de Kasséré, qui a pu être observé depuis 1955, a largement contribué à transformer le paysage agraire de Syonfan en vingt ans ; selon les témoignages des habitants, deux autres facteurs rendent compte par ailleurs de cette transformation. Il s’agit d’une part de l’arrivée d’une période relativement sèche, qui aurait contraint les paysans à réduire les surfaces de certaines cultures pluviales exigeantes en eau, comme l’igname et le riz pluvial et qui serait à l’origine du développement de la riziculture repiquée dans les bas-fonds ; il s’agit d’autre part de l’introduction par la CFDT de la culture cotonnière dont l’essor se poursuivait toujours en 1978, tandis que l’extension des surfaces rizicoles stagnait depuis 1975.

  • 17 De l’origine à 1965, les relevés pluviométriques des stations de l’ASECNA ont été publiés, en 1973 (...)

42La sécheresse est donc mise en cause par les paysans pour expliquer que le système agricole, pratiqué à Syonfan en 1975, différait de celui de 1955. Aussi avonsnous mesuré*l’ampleur de la réduction des précipitations annuelles à la fin des années soixante, dans les neuf stations pluviométriques les plus proches de Syonfan (distance maximum 75 km) (p. 20 et p. 89). Si l’on met de côté, pour l’une des stations, une courte série de relevés qui nous semble suspecte et dont nous discuterons la valeur plus loin, l’ensemble des résultats fournis par les diverses stations concorde avec l’opinion des paysans de Syonfan : une période relativement sèche s’est bien installée vers 1967, après une période plus humide qui elle-même avait succédé vers 1949 à une période plus sèche. Rappelons, de façon générale (figure 3), que la région de la Bagoué est soumise à un régime pluviométrique caractérisé par des précipitations d’autant plus importantes et étalées dans l’année que l’on s’éloigne du nord-nord-ouest pour se rapprocher du sud-sud-est. L’observation des relevés des précipitations fait ainsi apparaître trois zones (une zone septentrionale, une zone centrale où est situé Syonfan et une zone méridionale) qui ont donc été concernées par trois périodes successives plus ou moins sèches de 1934 à 1978. Au cours de la première décennie, les informations sont rares : on ne compte en effet jusqu’en 1945 qu’une seule station, celle de Boundiali ouverte en 1928 par l’ASECNA (Agence pour la Sécurité de la Navigation aérienne). En 1945, l’ASECNA ouvre une autre station à Korhogo, située hors de la région de la Bagoué, mais à 75 km à vol d’oiseau de Syonfan, ce qui permet encore des comparaisons intéressantes. L’ASECNA n’ouvre une troisième station à Tingréla qu’en 1954. Toutes les autres stations ont été créées à partir de 1963, soit par l’ASECNA, soit par la CIDT17.

  • 18 La hauteur de pluie est utile quand elle est supérieure à l’évapotranspiration potentielle, c’est- (...)

43(Pendant la première période relativement sèche, de 1934 à 1948, la station ASECNA de Boundiali (zone centrale) a reçu chaque année une moyenne de 1 300 mm de pluie et les paysans de cette zone ont pu compter sur un peu plus de 4,5 mois de pluies utiles par an18 (annexe 51).

44Est venue ensuite une période plus humide de 1949 à 1966, pendant laquelle la zone centrale a reçu en moyenne 1 600 mm de précipitations annuelles et des pluies utiles 5 mois sur 12. Dans le même temps, la zone septentrionale n’obtenait que 1 400 mm de précipitations annuelles et des pluies utiles 5 mois en moyenne chaque année.

45À partir de 1967, pendant la période la plus sèche, la zone méridionale est caractérisée par une moyenne annuelle d’un peu plus de 1 450 mm de précipitations et par 4,5 mois de pluies utiles par an. La zone centrale a reçu près de 1 300 mm de précipitations annuelles et les pluies utiles ont aussi duré 4,5 mois sur 12. Enfin, la zone septentrionale n’a obtenu que 1 200 mm de pluie annuelle et les paysans ont pu tout juste compter sur 4 mois de pluies utiles chaque année, en moyenne.

  • 19 Cette erreur bien connue des hydrologues peut être consécutive au remplacement d’un pluviomètre à (...)
  • 20 Cette période suit les opérations de bouturage et de semis : igname bouturée en mars-avril, maïs s (...)

46La station ASECNA de Boundiali, la plus intéressante à cause de son ancienneté et de sa localisation proche de Syonfan, présente des relevés pluviométriques qui nous ont paru suspects entre 1970 et 1974 (annexe 52). En effet, alors que cette station enregistrait un accroissement de précipitations par rapport à la période précédente, les anciennes stations de Korhogo et de Tingréla relevaient, au contraire, une forte diminution de la moyenne des précipitations annuelles (autour de 300 mm) qui concordait avec celle enregistrée dans les stations ouvertes plus tardivement. Nous soupçonnons donc une erreur de lecture de la hauteur d’eau journalière à la station ASECNA de Boundiali pour ces cinq années19. Notre soupçon est renforcé par le fait que les relevés de fréquence des jours sans pluie et en particulier des décades sans pluie, entre le 15 mai et le 31 juillet (période critique pour l’agriculture locale20), font bien apparaître, comme ailleurs, un accroissement des décades sèches. Nous avons donc tenu compte de ces derniers résultats, mais nous avons négligé les hauteurs de pluie enregistrées dans cette station entre 1970 et 1974, ainsi que le calcul du nombre de mois de pluies utiles à l’agriculture, en fonction de la valeur probablement erronée des précipitations mensuelles (annexe 52).

La réduction par habitant des surfaces réservées aux cultures vivrières pluviales

47La comparaison entre les cartes d’occupation du terroir en 1955 et en 1975 (figure 17) montre qu’en 1955 les cultures occupaient 63,75 ha et qu’en 1975, vingt ans plus tard, elles occupaient 350 ha. La surface cultivée a donc été multipliée par 5,5 et ce n’est plus 2 %, mais 10,6 % du terroir qui étaient occupés par les champs.

  • 21 En 1974 et 1975, nous avons établi le cadastre du terroir de Syonfan à l’aide de photographies aér (...)

48Cette augmentation s’est réalisée malgré la diminution des surfaces de cultures vivrières pluviales par habitant, évaluées à 35 ares (y compris les champs buttés) en 1955 et à 26 ares (y compris les champs buttés) en 1975 (annexe 54)21.

49(Les paysans datent cette réduction des années 1968-69-70 et en donnent deux explications indépendantes l’une de l’autre :

  • D’une part, les surfaces cultivées en arachide ont diminué en même temps qu’augmentaient celles du coton, parce que l’arachide devenait un peu moins rentable et surtout beaucoup moins assurée d’être bien commercialisée. Notons qu’en 1974-75 l’arachide fournissait encore 5 % des revenus villageois et le coton 52 % (annexe 79).
  • D’autre part, l’arrivée d’une période plus sèche a affecté deux cultures marginales de la région, le riz pluvial et surtout l’igname, exigeant des pluies longues et intenses. On signalait aussi la présence d’un parasite de ce tubercule22. Par ailleurs, le buttage préalable à la culture de l’igname, réalisé entre août et octobre, entrait en concurrence avec les travaux sur les rizières et les cotonniers. L’ensemble de ces causes peut donc rendre compte de l’abandon quasi total de l’igname23. Selon les témoignages des paysans, les surfaces consacrées au riz pluvial et à l’igname diminuèrent en même temps que se développait, dans les bas-fonds moins gorgés d’eau qu’auparavant, une riziculture permanente. Cette évolution semble plausible : en 1974, nous évaluions en effet (annexe 78) la production récoltée par les habitants du terroir, dans les bas-fonds, à 127,1 t de paddy et sur les interfluves à 177,4 t de grains (maïs, riz pluvial, sorgho, millet) et 49,3 t d’igname. Comme ces vivriers étaient très peu vendus (3 à 5 t de paddy ont été vraisemblablement vendus en 1974)24, il faut admettre que la très importante production de riz dans les bas-fonds remplaçait en 1974 une partie des céréales et des tubercules, produits autrefois en plus grande quantité sur les champs temporaires des interfluves.

L’accaparement du terroir par les étrangers

  • 25 Un peu moins de la moitié des 124 ha étaient occupés par des cultures vivrières pluviales.

50L’accaparement du terroir s’est accéléré au cours de la dernière décennie (1965-1975). Il a pris deux formes : d’une part celle d’une création de nouveaux hameaux sur le terroir de Syonfan et d’un gonflement des effectifs de ceux créés à la décennie précédente (toutes ces familles, issues de Kasséré, cultivaient la quasi-totalité de leurs champs sur le terroir de Syonfan), d’autre part celle d’une augmentation du nombre de champs appartenant à des habitants des villages ou des hameaux voisins. Sur la carte 3, cette colonisation apparaît nettement. Les habitants de Kasséré sont les plus nombreux, ils se sont installés de préférence au nord du terroir où ils ont ouvert des rizières. D’autres champs leur appartenant sont disséminés sur l’ensemble du terroir et particulièrement au centre-est, le long de la piste Lafing-Syonfan, où le chef de canton de Kasséré a défriché un grand bloc de culture, non loin de celui ouvert au bulldozer en 1973 par la CIDT, sur lequel lui et son neveu ont obtenu chacun un lot de 3 ha. On note aussi la présence de champs appartenant aux habitants des villages de Leunyougo (à l’ouest), de Tyasso (au sud), des hameaux de Béwo (au nord), de Sissogo (au nord-est) et de Kafonon (à l’est), ces trois hameaux ayant été créés par des habitants de Kasséré à la périphérie du terroir de Syonfan. Ainsi, sur les 350 ha cultivés sur le terroir de Syonfan en 1975, 124 ha25 seulement, soit 35 % des champs, appartenaient aux Logon et aux Pongabélé de Syonfan (annexe 54). Le reste était cultivé par des immigrés ou des étrangers : 2,2 % des champs appartenaient aux trois familles peul, fononbélé et bambara immigrées à Syonfan, 18 % aux habitants immigrés dans les hameaux créés sur le terroir de Syonfan, enfin 44 % appartenaient à des paysans habitant toujours leurs propres villages ou des hameaux, situés non loin de Syonfan.

51Les habitants de Syonfan et particulièrement les chefs de terre ne s’opposaient pas à cet accaparement des terres. Ils affichaient plutôt une certaine fierté à accueillir leurs voisins de Kasséré avec lesquels tous les Pongabélé de Syonfan ont des liens de parenté. Néanmoins, nos enquêtes sur les champs du terroir, au début de 1975, furent l’occasion pour les deux chefs de terre de Syonfan de prendre conscience de ce problème ; en particulier, lorsque nous avons visité avec Daouda, chef de la famille M, futur chef de terre et de village, la partie nord du terroir, cultivé surtout par les habitants de Kasséré (voir aussi la carte 2), celui-ci s’aperçut que certaines rizières avaient été défrichées sans qu’on lui en demande l’autorisation. De façon générale, parcourant rarement cette partie du terroir, il fut étonné de constater l’ampleur de la mise en culture des marigots, bien qu’il en ait donné le plus souvent lui-même l’autorisation. Notons aussi l’histoire d’un habitant de Sissogo cultivant sur le terroir de Syonfan qui affirma que cette terre n’appartenait pas au chef de terre de Syonfan et qui, ayant perdu son procès au tribunal du chef de canton, dut offrir au chef de terre de Syonfan une charge de bois en signe d’allégeance.

Le développement de la riziculture

52En 1955, le riz repiqué dans les bas-fonds n’occupait même pas 2 ha sur le terroir ; il en occupait 55 en 1974 et 59 en 1975 (soit le sixième des surfaces cultivées). Une enquête portant sur l’ancienneté des rizières (carte 2) permet de dater de 1969 les vrais débuts de la riziculture à Syonfan puisque sur 55 ha cultivés en 1974, 30 ares seulement l’étaient avant cette date (annexe 59).

  • 26 Episodiquement des rizières avaient déjà été cultivées puis abandonnées à Lokpoho, Syonfanlélé, Nu (...)

53La répartition des rizières en fonction de la date de leur défrichement montre que les plus anciennes sont toujours situées à l’amont des îlots rizicoles, c’est-à-dire dans les zones les plus sèches, les nouvelles rizières étant ouvertes en aval dans des zones auparavant trop gorgées d’eau et devenues cultivables au fil des années et du maintien de la sécheresse. Les rizières permanentes les plus anciennes ont été ouvertes à Syonfanlélé en 1969 et 1970 (marigot parallèle à la piste Lafing-Syonfan) et à Nungbama près de la piste Syonfan-Tyasso. Les autres rizières de ce bloc ont été défrichées vers l’aval un peu plus tard en 1971, 1972 et 1974. À Bégui, à l’est du terroir, les rizières situées en amont ont été ouvertes en 1971 et 1972, celles situées en aval en 1973, 1974 et 1975 (carte 4). En 1978, il restait encore une zone mal drainée, à l’aval du lieu-dit Bégui, barré par la piste Syonfan-Lafing qui forme une digue à cet endroit. Au nord du terroir, les rizières furent ouvertes en 1972 essentiellement par des habitants de Kasséré. Enfin à Lokpoho, à l’ouest de la piste Syonfan-Tyasso, les premières rizières datent de 197226 et les défrichements se poursuivaient en 1975.

54Pour les années 1976, 1977 et 1978, nos enquêtes se sont limitées à des évaluations des surfaces rizicoles cultivées chaque année par des habitants du terroir, en prenant pour base les rizières mesurées avec précision en 1974 et 1975. L’augmentation des surfaces rizicoles s’arrête en 1975 et l’on enregistre même un recul important en 1977 et 1978 (seulement 23 ha cultivés) par rapport au maximum obtenu en 1975 (32,57 ha) (annexe 55).

55En 1976, le recul était à peine perceptible et peut s’expliquer par une perte de main-d’œuvre due à l’ampleur du récent mouvement d’émigration. En effet, les surfaces cultivées par actif augmentaient légèrement cette année-là, soit 19,98 ares de riz de bas-fond par actif en 1976, au lieu de 18,61 ares en 1975 (annexe 55). En revanche, pour les années 1977 et 1978, le recul concernait aussi bien les surfaces totales que les surfaces cultivées par habitant et par actif. Ce recul est en partie lié à de très faibles précipitations (autour de 1 000 mm de pluie enregistrée par l’ASECNA et la CIDT à Boundiali, au cours de ces deux années (annexe 52). En 1977, la répartition des pluies fut d’ailleurs si mauvaise que toutes les récoltes chutèrent, aussi bien celles de cultures pluviales que celles du riz de bas-fond qui ne put être repiqué à temps : seules les récoltes de coton furent bonnes. Pour les autres années appartenant à cette période relativement sèche, où les précipitations étaient plus irrégulières, la mise en culture des bas-fonds s’avéra un bon moyen de s’adapter à la nouvelle situation. En cultivant du riz pluvial de juin à octobre et du riz repiqué dans les bas-fonds de septembre à janvier, les paysans obtinrent généralement chaque année une bonne récolte de l’un ou de l’autre type de riz, les réussites et les échecs totaux étant plus rares.

  • 27 Les lits des marigots sont trop étroits pour que les paysans puissent se contenter de récoltes de (...)

56Faut-il déduire de la stagnation des surfaces rizicoles de bas-fond qu’une vingtaine d’ares par actif (soit 10 ares par habitant) est un maximum, compte tenu des conditions de travail ? C’est probable, car la part des surfaces occupées par les rizières sur le terroir par rapport aux autres cultures en 1975 (un sixième) et la surface rizicole par personne (10 ares) ne donnent qu’une faible idée de la place tenue par cette culture dans la vie des paysans. C’est le temps consacré au riz qui exprime le mieux son importance. Une enquête effectuée auprès de 19 actifs de Syonfan au cours des campagnes agricoles 1974-75 et 1975-76 montre en effet, que près de 40 % du temps de travail agricole lui était consacré (tableau xliv). C’est au moment du repiquage encore plus qu’à la récolte qu’apparaissait la surcharge de travail27, essentiellement chez les femmes, principales responsables de cette culture. En moyenne, chaque femme, suivie au cours de notre enquête, effectuait en septembre 20,5 jours de repiquage sur les rizières (journées de 8 heures de travail) et 3,5 journées de travaux divers sur les champs de coton et de vivriers. Si l’on ajoute les 3 heures de travaux ménagers quotidiens, il faut admettre qu’elles pouvaient difficilement repiquer davantage de riz. Quant aux hommes, ils étaient eux aussi occupés puisqu’ils travaillaient 23 jours pendant ce mois : 11 jours sur les rizières, 4,5 jours sur les champs de coton et 7,5 jours sur les champs de vivriers, sans compter les travaux non agricoles qu’ils devaient effectuer par ailleurs (annexe 104).

Le développement du coton, son influence sur les cultures vivrières pluviales

57Le développement du coton est encore plus spectaculaire que celui du riz. D’après des témoignages des paysans, c’est en 1967 (annexe 56) que les moniteurs de la CFDT demandèrent au groupe pongabélé et au groupe logon de Syonfan de cultiver chacun un bloc de coton allen (1 ha pour les Logon, 0,5 ha pour les Pongabélé). L’année suivante, chaque groupe cultiva respectivement 1,5 ha et 1 ha. A partir de 1969, cette culture fut suffisamment appréciée des paysans pour que quatre chefs de famille logon (familles A, H, I, J) et quatre chefs de famille pongabélé (L, M, S, T) cultivent de manière individuelle 11,5 ha de coton. Les surfaces augmentèrent d’année en année, et nous ne pouvons plus compter ensuite sur le témoignage des paysans pour mesurer précisément cette progression. Toutefois, à partir de 1969, les archives de la CIDT indiquent le poids de coton vendu chaque année au marché de Syonfan, avec les surfaces cultivées correspondantes (annexe 56). En 1974 et 1975, ces surfaces apparaissent inférieures à celles effectivement cultivées par les habitants du terroir parce qu’une partie d’entre eux (en particulier ceux qui habitent dans les hameaux) vendaient leur production aux marchés de coton de Kasséré ou de Kafonon. On note néanmoins que les rendements obtenus à Syonfan sont voisins de ceux enregistrés dans l’ensemble de la région, avec une augmentation régulière chaque année, sauf pour 1976 où les rendements sont mauvais, comme partout, pour des raisons climatiques. À partir de 1974, nous avons aussi relevé les mesures des champs piquetés par les paysans et un moniteur de la CIDT, avant d’être cultivés en coton quelques semaines plus tard et ceci jusqu’en 1978. À cette date, les surfaces à cultiver en coton atteignaient 76,5 ha. Comme nous avons constaté, en 1974 et 1975, que les surfaces piquetées par la CIDT étaient légèrement inférieures à celles effectivement cultivées par les paysans, nous admettrons que la surface cotonnières cultivées par les habitants de Syonfan et des hameaux dépassait vraisemblablement 80 ha en 1978.

58Chaque habitant du terroir de Syonfan cultivait en moyenne 19 ares de coton en 1974 et 21 ares en 1975 (annexes 53 et 54). Il ne s’agit pas d’une moyenne théorique, puisque les trois quarts des habitants de Syonfan appartenaient alors à des familles cultivant chacune entre 10 et 20 ares de coton par personne. Par ailleurs, toutes les familles cultivaient du coton sauf un couple de vieillards. Le coton occupait plus du tiers des champs des habitants du terroir et près de 40 % (tableau XLIV) du temps de travail agricole des actifs interrogés. Après 1975, le coton a continué sa progression malgré le déclin de la population. Les avantageuses conditions d’achat du coton dont le prix passait de 70 à 80 F CFA le kg en 1976 et la gratuité de l’engrais en 1977 et 1978 ne sont certainement pas étrangères à la poursuite de l’essor de cette culture.

59Cet essor portait-il préjudice aux cultures vivrières pluviales, qui, tout en occupant moins de la moitié des surfaces des exploitations agricoles de Syonfan, n’exigeaient des actifs guère plus de 20 % de leur temps de travail agricole en 1975 ? Plusieurs indices conduisent à le penser :

  • Il semble que la répartition des champs dans l’espace s’effectuait, à cette date, au détriment des cultures vivrières pluviales, tout au moins pour les étrangers venus cultiver sur le terroir de Syonfan parce qu’ils manquaient de place sur leur propre terroir pour y réaliser toutes les cultures dont ils avaient besoin. Si l’on admet que ces étrangers récoltaient globalement autant de coton que les habitants de Syonfan (ce que confirme les moniteurs de la CIDT), ils auraient dû cultiver la même proportion de coton et de vivriers que les habitants de Syonfan. Or, sur le terroir de Syonfan, en 1974 et 1975 (annexe 58), ces étrangers ne consacraient que 16,43 % puis 20,37 % de leurs champs au coton, tandis que les habitants de Syonfan, dans le même temps, consacraient 30,50 % puis 35,91 % de leurs champs à cette culture. Comme ces deux groupes cultivaient à peu près la même proportion de rizières sur le terroir (entre 15 et 18 %), tout se passe comme si les étrangers avaient préféré utiliser les champs d’interfluves qu’ils possédaient à proximité de leur village pour y cultiver du coton, rejetant ainsi les vivriers à la périphérie. Les meilleurs soins pouvaient être ainsi donnés aux champs de coton, les champs de vivriers passant au second plan. Il n’est pas possible d’effectuer un raisonnement semblable pour la répartition des champs des habitants de Syonfan à l’intérieur de leur terroir parce que le problème des distances ne s’y pose pas de façon aussi aiguë. Mais cette observation permet de saisir une tendance intéressante.
  • On note par ailleurs une diminution des surfaces de cultures vivrières pluviales par habitant, qui passent de 27,63 ares en 1974 à 24,01 ares en 1975 (non compris les champs buttés), parallèlement à une augmentation des surfaces cotonnières par habitant qui passent de 19,12 à 21,73 ares (annexes 53 et 54), les surfaces rizicoles par habitant ne changeant pratiquement pas (annexe 58). De 1976 à 1978, nous n’avons pas mesuré les champs de vivriers, mais la progression persistante des surfaces cotonnières par habitant laisse peu de doute sur la diminution parallèle des surfaces de cultures vivrières pluviales par habitant.
  • Enfin en 1977 et 1978, apparaissaient deux années de pénurie alimentaire après les très mauvaises récoltes de 1976 et 1977, les unes et les autres provoquées par une pluviométrie irrégulière et insuffisante, générale dans toute la région, mais qui aurait été moins grave (les paysans le reconnaissaient volontiers) s ils n’avaient pas fait les semis de vivriers si tardivement (ils étaient pris par les labours des champs de coton) et si les sarclages avaient été plus nombreux. Ainsi, alors qu’en 1975 les paysans de Syonfan se contentaient d’acheter pour 154 650 F CFA de riz, maïs et sorgho comme complément alimentaire28, et qu’en 1976 ces dépenses s’abaissaient même à 96 700 F29, en 1977 et 1978, les dépenses pour cette nourriture s’élevèrent respectivement à 585 350 F et à 1 236 050 F CFA30. Les sommes à débourser devenaient donc très importantes, même si les paysans pouvaient compter en 1978 sur d’excellentes recettes cotonnières (plus de 8 000 000 F CFA à la fin de 1977, tableau XXXVI).

Tableau XXXVI. Terroir de Syonfan de 1974 à 1978. Évolution des recettes cotonnières et des dépenses alimentaires

Tableau XXXVI. Terroir de Syonfan de 1974 à 1978. Évolution des recettes cotonnières et des dépenses alimentaires

Recette cotonnière une fois déduit le prix de l’engrais en 1974-75-76 ; engrais gratuit en 1977.

60Les paysans se rendirent compte du danger et essayèrent en 1978 de réduire les achats de maïs en créant, pour la première fois sur le terroir, des jardins de case de maïs précoce (les vieux paysans ne se souvenaient pas en avoir vu en si grand nombre depuis leur naissance). Pour ne pas réduire le temps de travail consacré au coton, les paysans mirent en place une culture qui exigeait du travail en saison sèche (construction des haies qui protègent les jardins des animaux prédateurs), à une période où les travaux agricoles se réduisent à l’arrachage des pieds de coton de l’année précédente et en début de la saison des pluies (le maïs précoce étant semé en mai et récolté en août). Ces jardins bénéficièrent de l’enfouissement des ordures ménagères et leur proximité permettait aux femmes qui en avaient la charge d’y travailler plus aisément une heure ou deux, de temps en temps. Enfin les récoltes faites en août réduisirent la durée de la période de soudure. En 1978, sur les 24 familles qui habitaient le village de Syonfan, 20 avaient mis en place un ou plusieurs jardins mesurant entre 0,50 et 3 ares, soit 43 jardins occupant approximativement 60 ares. Les récoltes ayant été excellentes, les paysans avaient l’intention de recommencer en 1979. Sans être la panacée, la production de ces jardins de maïs précoce a donc permis de stabiliser les dépenses villageoises consacrées au maïs en 1977 et 1978. Mais le problème du riz n’était pas résolu puisque les dépenses consacrées à cette céréale furent multipliées par quatre entre ces deux années.

Les essais de mise en place d’un nouveau système agraire

61Rappelons que, depuis 1973, la CIDT affirmait vouloir transformer le système agraire, fondé sur la pratique de la longue jachère, en un système de cultures permanentes ou quasi permanentes intégrant agriculture et élevage. Le nouveau système était lié à l’introduction de la culture attelée et fondé sur une rotation culturale privilégiant le coton en tête d’assolement, auquel devaient succéder les cultures vivrières exigeantes (maïs et riz pluvial), toutes ces cultures bénéficiant d’engrais chimiques. Viendraient ensuite les cultures vivrières rustiques (sorgho, millet et arachide). Le Stylosanthes, une plante fourragère qui avait donné de bons résultats en station, devait alors être semé puis pâturé par des bovins, cette légumineuse régénérant les champs qui pourraient ensuite être remis en culture.

62La part réussie de ce programme, à Syonfan comme ailleurs, concerna la culture attelée, avec la mise en place d’une politique préalable de défrichements indispensables, puisque le système agricole en place comportait une longue jachère.

  • 31 Les surfaces ont été mesurées en 1974-75, simplement évaluées pour les années suivantes.
  • 32 Les surfaces ont été mesurées en 1974-75, simplement évaluées pour les années suivantes.
  • 33 Les surfaces défrichées furent particulièrement importantes l’année où les cinq exploitants du blo (...)

63À Syonfan, un seul défrichement au bulldozer fut réalisé en 1973, pour les paysans intéressés par l’achat d’une charrue. Il s’agit d’un bloc de 17 ha (carte 1), au sud de la piste Syonfan-Lafing, qui fut partagé entre le chef de canton, son neveu et trois chefs de famille logon de Syonfan. On y cultiva du coton de 1973 à 1976, puis de l’arachide et du sorgho en 1977 et uniquement de l’arachide en 1978. En 1975, d’autres paysans de Syonfan achetèrent des charrues ; cette fois-ci, la CIDT utilisa là technique du défrichement au treuil pour des champs de coton de 1 ou 2 ha dispersés sur l’ensemble du terroir. Les surfaces ainsi défrichées mesuraient 18 ha en 1975, 16,50 ha en 1976, 17,50 ha en 1977 et 8 ha en 197831 ; la moitié concernait des nouveaux champs, l’autre moitié des champs déjà cultivés une ou plusieurs années. Par ailleurs, les défrichements au treuil n’étant pas suffisants, les paysans de Syonfan durent dessoucher eux-mêmes des arbres à la hache pour pouvoir utiliser leur charrue. Ces défrichements spontanés mesuraient 14 ha en 1974, 13,50 ha en 197532, 4,50 ha en 1976, 23 ha en 197733, et 13,75 ha en 1978. Les deux tiers de ces champs avaient trois ans ou plus, au moment du dessouchage et on les utilisa en priorité pour le coton.

La région de la Bagoué à l’ouest de la rivière : de vastes horizons couverts de savanes boisées et surmontés d’inselbergs.

Le village de Syonfan en juillet 1974.
La piste Kasséré - Korhogo et la place couverte de manguiers divisent le village en deux : au nord-est, le quartier logon, au sud-ouest, le quartier pongabélé. On voit, à gauche, la piste Kasséré - Tyasso, de direction nord-sud, passer à l’ouest de Syonfan.
(Photo Mission Sogétec)

Les bovins serrés piétinent dans la boue d’un parc fermé, selon la technique traditionnelle, par des pieux fichés dans le sol.

Une charrette tirée par deux bœufs sur une piste de latérite.
A droite, une jeune fille transporte de l’eau dans une calebasse, au fond, des paysans reviennent des champs. Les femmes rapportent des épis de maïs dans leurs cuvettes et des fagots de bois pour la cuisine du soir.
(Photos B. Steck)

Labour d’un champ de coton. La charrue est guidée par un homme et tirée par deux bœufs surveillés par des enfants.

Un champ de coton en fleur en août-septembre. Il a été dessouché au treuil pour être labouré à la charrue ; les arbres préservés sont rares.

La récolte du coton en décembre-janvier.
Photos B. Steck

Chargement des balles de coton dans un camion de la CIDT sillonnant la région, en décembre-janvier.
(Photo B. Steck)

Un champ de maïs et de riz pluvial dans le terroir de Syonfan, au cœur de la saison des pluies. Au premier plan, une cuisine de plein air pour la préparation du déjeuner des travailleurs.
(Photo J. Peltre-Wurtz)

Septembre : arrachage des plants de riz semés dans un champ de maïs. Ces plants seront repiqués dans une rizière, en fin de saison des pluies.
(Photo J. Peltre-Wurtz)

Un bas-fond du terroir de Syonfan transformé en rizière, en fin de saison des pluies.
(Photo J. Peltre-Wurtz)

Le déjeuner près de la rizière pendant la récolte. On aperçoit les bottes de riz séchant aux branches d’un arbre et sur une claie montée sur quatre pieux.
(Photo B. Steck)

64La conséquence directe de ces défrichements fut une augmentation du nombre de champs de coton labourés à la charrue : en 1974, 11,19 ha de coton cultivés par les habitants de Syonfan, soit 17 % de ces champs (annexe 59) ; cette surface quintuplait en 1978 (54,25 ha, soit 70,91 % des champs de coton). En revanche, la charrue était rarement utilisée sur les champs de cultures vivrières pluviales (1,32 ha en 1974, soit 1,25 % de ces champs) et la progression sensible enregistrée en 1975 (11,43 ha) ne se poursuivait pas, puisqu’en 1978 les surfaces labourées à la charrue étaient identiques. En fait, la CIDT et les paysans ne défrichèrent pratiquement jamais de champs de cultures vivrières pluviales, la première parce qu’elle préconisait la culture cotonnière sur défriche, les seconds parce qu’ils ne pouvaient défricher, avec une simple hache, de vieilles jachères de 20 à 30 ans, indispensables selon eux pour obtenir 2 ou 3 ans de bonnes récoltes de vivriers, sans sarclages excessifs. La CIDT défricha néanmoins quelques champs cultivés depuis un ou deux ans, pour développer la culture intensive du maïs et du riz pluvial.

65La présence de charrues à Syonfan a transformé le travail des rizières puisque pratiquement 90 % d’entre elles étaient labourées à la charrue en 1978 (annexe 59). Cette évolution fut particulièrement rapide car il n’était pas nécessaire de défricher les bas-fonds dépourvus d’arbres. Les propriétaires de charrue utilisaient donc leur matériel sur leurs propres rizières, mais aussi sur celles de leurs voisins, ce qui était d’un bon rapport, puisque la journée d’une équipe travaillant à la charrue était payée 2 500 F CFA en 1975 et 3 000 F CFA en 1978 (annexe 82).

66À Syonfan, trois charrues furent achetées en 1973, neuf en 1975 et une en 1978 ; ainsi onze familles possédaient une charrue et une douzième deux charrues sur les trente-deux qui habitaient le terroir en 1978. La surface moyenne cultivée par charrue chaque année était de 7 ha (au minimum 1 ha, au maximum 14 ha), mais dans la plupart des cas, cette surface ne variait qu’entre 5,5 et 9,5 ha. On n’enregistre pas d’augmentation particulière des surfaces labourées par charrue au fil des années. Les champs cultivés à la charrue sur les interfluves étaient essentiellement des champs de coton (3,80 ha par charrue), rarement des champs de vivriers (0,80 ha). La quasi-totalité appartenait au propriétaire de la charrue. Dans les bas-fonds, chaque charrue labourait en moyenne 2,40 ha dont 1,30 ha de rizières appartenant à la famille du propriétaire de la charrue et 1,10 ha à des parents, voisins ou amis (annexe 60).

67Tous les propriétaires de charrue possédaient aussi une charrette dont ils se servaient essentiellement pour transporter les récoltes de coton tout d’abord, de riz de bas-fond ensuite, de cultures vivrières pluviales enfin. L’enquête menée au cours d’une année agricole (1975-76) montre que chaque charrette avait été utilisée en moyenne 60 heures dans l’année, c’est-à-dire encore bien peu. Les charrettes auraient pu être utilisées avec profit pour le transport de bois de chauffage, mais il s’agissait de travaux réservés aux femmes et les hommes propriétaires de charrues s’y intéressaient peu. De même, jusqu’en 1977, ces charrettes servirent très peu pour transporter l’eau, certainement parce que ce travail était aussi à la charge des femmes. De toute façon, le problème du transport de l’eau ne se posa plus à partir de 1978 puisqu’un puits fut creusé au village même, par les soins de l’État ivoirien.

68La culture attelée prit donc une place de plus en plus grande dans le travail agricole. En revanche, les autres aspects de l’intensification de l’agriculture progressèrent peu. Ainsi, bien qu’à partir de 1975 les propriétaires de charrue aient été fortement encouragés à cultiver du maïs ou du riz pluvial, sur des champs labourés à la charrue et bénéficiant de l’apport d’engrais et que la moitié d’entre eux eurent accepté ce programme, ces surfaces augmentèrent peu : 5,50 ha en 1975, 6,00 en 1976 et 7,50 ha en 1978 (p. 237). Les récoltes de ces champs étaient jugées satisfaisantes, mais l’absence de commercialisation régulière et le prix de l’engrais obligatoirement utilisé rendaient cette méthode culturale peu attrayante. Plus grave, nous semble l’absence de mise en place d’une succession culturale rationnelle : sur le bloc défriché au bulldozer en 1973, les paysans cultivèrent du coton pendant quatre ans avant de semer, deux ans de suite (entre 1977 et 1978), des plantes vivrières rustiques. Le riz pluvial et le maïs qui sont la base de l’alimentation sénoufo ne furent donc pas insérés dans ce cycle cultural. Par ailleurs, alors qu’en 1978 les paysans songeaient à abandonner assez rapidement ce bloc, aucune incitation n’est venue de la CIDT pour que ce bloc soit semé en Stylosanthes deux années, avant d’entamer un nouveau cycle cultural, de façon plus logique cette fois-ci, en intégrant coton, cultures vivrières exigeantes et rustiques. Sur la pression conjointe de la CIDT et de la SODEPRA (Société pour le Développement de la Production animale), un essai de Stylosanthes fut bien réalisé en 1975 sur un vieux champ de coton de 2,85 ha ouvert en 1971, mais sans succès.

69En 1978, à Syonfan, l’intégration élevage-agriculture se limitait donc à l’emploi des animaux de trait. Chaque propriétaire de charrue possédait presque toujours deux paires de bœufs issues de son troupeau ou achetées dans le village ou dans les environs. La SODEPRA avait ouvert un parc à bœufs en 1973, mais son action restait indépendante de celle de la CIDT (p. 210).

Conclusion

70L’évolution de la population et de l’occupation du terroir de Syonfan, de 1955 à 1978, reflète assez bien celle des villages petits et moyens de la région de la Bagoué caractérisée par une forte augmentation de la population et de l’occupation du sol. L’augmentation de la densité des champs à Syonfan est liée à trois facteurs : la croissance naturelle positive de la population, un solde migratoire lui aussi positif dû à un mouvement important de population venant de la zone dense de Kasséré, adjacente au terroir, enfin le développement du riz de bas-fond et du coton. À partir de 1975, le déclin démographique de Syonfan est lié à un mouvement d’émigration vers les zones cotonnières de Dianra et vers les villes du sud de la Côte-d’Ivoire qui l’emporte sur le mouvement d’immigration issu du noyau dense de Kasséré, des parties septentrionales de la région de la Bagoué et du sud du Mali. Cette baisse de population était trop récente en 1978 pour en saisir l’importance et pour mesurer sa représentativité. Notons pourtant que B. Steck (p. 60) a pu enregistrer une accélération des départs depuis la sous-préfecture de Kasséré, dès 1972.

71De 1955 à 1975, le taux d’occupation du sol est passé de 2 à 10,6 %. Ce dernier taux n’est pas loin de la limite des 13 % calculée par B. Steck (p. 66), au-delà de laquelle il n’est plus possible de maintenir la système agricole traditionnel. En 1975, 350 ha étaient cultivés sur le terroir ; les difficultés deviendront réelles quand environ 80 ha de plus seront utilisés, c’est-à-dire, en tenant compte de la surface moyenne cultivée par habitant en 1974 et 1975, lorsque environ 130 personnes supplémentaires tireront leur subsistance du terroir de Syonfan, ce nombre pouvant être encore plus faible si les surfaces cotonnières par habitant continuent à augmenter, ou si la culture attelée se généralise et contraint les paysans à ne plus utiliser que la moitié du terroir, alors que les trois quarts étaient cultivables à la houe (tableau xli).

72Avant de manquer d’espace, les paysans ont commencé à manquer de temps pour effectuer tous leurs travaux agricoles, en particulier lors du buttage de l’igname et du repiquage du riz en septembre et lors des récoltes de riz de bas-fond et de coton en décembre. Par ailleurs, depuis le début des années soixante-dix, il semble bien que les surfaces cotonnières par habitant se soient étendues au détriment des surfaces de cultures vivrières pluviales. Ainsi, en 1977 et 1978, une partie non négligeable des recettes du coton a servi à acheter du riz et du maïs récoltés en trop petites quantités sur le terroir.

73Parmi les nouvelles techniques introduites par la CIDT pour préparer les mutations inéluctables du système agricole, la culture attelée est celle qui s’est développée le plus rapidement parce qu’elle rendait de grands services aux paysans, en allégeant de façon très sensible les temps de labour (les sarclages étant encore très souvent faits à la houe). Cette technique a pris de l’ampleur dans un contexte apparemment peu favorable, celui d’une agriculture à longues jachères dans une zone de savane arborée qui exige, pour toute utilisation de la charrue, des défrichements difficiles à la hache sur l’ensemble des champs d’interfluves (la CIDT ne pouvant prendre en charge avec ses treuils tous les défrichements annuels réclamés par les paysans). Elle s’est développée aussi grâce à une riziculture permanente installée dans de nombreux bas-fonds du terroir.

Notes

1 Voir aussi les résultats parfois divergents de l’enquête de B. Steck (p. 77).

2 Liste des huit chefs successifs du quartier kpinbélé, dioulaïsé depuis, et appelé par ses habitants, quartier logon : Songou mort vers 1900, Wabin mort vers 1905, Kafei (1874-1910), Kadiomon mort vers 1920, Fassahama mort en 1930, Kassinibin mort en 1935, Yaridiouma (1900-1973), Brahima (né en 1910, chef de quartier en 1974-1978). Il n’y a pas de relations particulières de parenté entre ces chefs choisis parmi les notables du groupe. Néanmoins, tous sont répertoriés dans la généalogie du village de Syonfan, (J. Peltre-Wurtz, B. Steck 1979).

3 L’un des habitants, le vieux Sibiri, chef de la famille A, racontait que sa mère s’était enfuie à Kanoho en l’emportant sur son dos.

4 On retrouvera ces lettres permettant de repérer les familles sur le plan du village (figure 19) et sur la carte 3.

5 Un cinquième des Logon et des Pongabélé de Syonfan portaient des balafres en 1975. Le pourcentage est à peu près le même dans les deux groupes avec, dans les deux cas, un plus fort pourcentage de femmes marquées. Toutes ces personnes sont nées avant 1945, sauf deux jeunes Pongabélé nés respectivement en 1948 et 1954, après l’incendie des deux bois sacrés. Il s’agit presque toujours de trois longues balafres incisées sur chaque joue, beaucoup plus rarement de trois ou cinq petites balafres. Ces marques étaient faites lorsque l’enfant avait un ou deux ans.

6 Cet incendie est gravé dans les mémoires et sert de référence pour situer les événements survenus au village.

7 Cette école formait en 1974-1978 autant de garçons pongabélé que de garçons logon.

8 Aucun cadeau n’était demandé en échange de cette autorisation.

9 Bowal : terme vernaculaire guinéen désignant une table de cuirasse ferrugineuse nue et stérile. Pluriel : des bové.

10 Dans J. Peltre-Wurtz, B. Steck, 1979, on trouvera la liste des habitants de Syonfan, de leurs ascendants, descendants et collatéraux. C’est à partir de cette enquête qu’ont été mesurées la population de Syonfan et les migrations, année par année, depuis 1955.

11 Il s’agit, rappelons-le, des villages de la sous-préfecture de Kasséré.

12 L’un d’entre eux, après avoir combattu au Maroc, en Algérie et en France pendant la Première Guerre mondiale, est devenu colporteur de sel et de cola entre Mopti, Nioro, Bouaflé, Gagnoa et Daloa.

13 Le chef de la famille M, né en 1910, assurait qu’il aidait déjà à cultiver des rizières sur le terroir quand il était enfant.

14 Notons que la mesure des surfaces cultivées en 1955, en 1974 et en 1975 comprend ces champs préparés pour l’année suivante et qui ne produisent rien.

15 Le terroir mesure 3 300 ha dont 2 475 ha (75 %) cultivables à la houe. Pour une durée des champs égale à 4 ans, 62 ha cultivés sur le terroir signifient l’ouverture de 15,5 ha chaque année, laissés ensuite en jachère 30 ans, soit (15,5 x 4) + (15,5 x 30) = 527 ha utilisés sur 2 475 ha cultivables.

16 2 manœuvres, 2 chauffeurs, 2 employés de bureau, 1 apprenti horloger, 1 maçon, 1 tisserand, 1 peintre, 1 employé de maison, 1 écolier.

17 De l’origine à 1965, les relevés pluviométriques des stations de l’ASECNA ont été publiés, en 1973, par le Comité interafricain d’études hydrauliques, l’ORSTOM et le secrétariat d’État aux Affaires étrangères chargé de la Coopération. De 1966 à 1978, les relevés proviennent de statistiques élaborées par l’ORSTOM encore non publiées. Les relevés des années 1976 à 1978 ont été directement recopiés à la station ASECNA de Boundiali. La CIDT fournit des relevés mensuels de ses stations pluviométriques dans ses rapports annuels.

18 La hauteur de pluie est utile quand elle est supérieure à l’évapotranspiration potentielle, c’est-à-dire à la partie des précipitations pouvant être prélevée par l’évaporation et par les plantes, ce prélèvement variant avec la température, la durée de l’insolation et l’humidité atmosphérique. Nous avons emprunté au rapport de la SEDES (1965) l’estimation de l’évapotranspiration mensuelle potentielle à Boundiali et Korhogo (en mm) : janvier 160, février 150, mars 140, avril 135, mai 135, juin 120, juillet 100, août 100, septembre 100, octobre 120, novembre 130, décembre 135.

19 Cette erreur bien connue des hydrologues peut être consécutive au remplacement d’un pluviomètre à base étroite par un pluviomètre à base large sans changement de l’éprouvette graduée dans laquelle est versé le contenu du pluviomètre, puis lu la hauteur d’eau. À l’inverse, elle peut être consécutive à un changement de type d’éprouvette sans changement simultané de pluviomètre.

20 Cette période suit les opérations de bouturage et de semis : igname bouturée en mars-avril, maïs semé fin mai, riz pluvial semé début juin, coton semé fin juin, sorgho et millet semés en juillet.

21 En 1974 et 1975, nous avons établi le cadastre du terroir de Syonfan à l’aide de photographies aériennes au 1/10 000 prises respectivement en août 1974 et en octobre 1975. Tous les champs situés sur le terroir (environ 700 chaque année) ont été mesurés sur photographies aériennes et ont fait l’objet d’une enquête précise concernant l’exploitant (qui pouvait être un habitant du terroir ou un étranger), la ou les plantes cultivées et l’outillage utilisé (houe ou charrue). Les mêmes questions ont été posées pour les années précédentes jusqu’à ce que soit déterminée la première année de culture du champ. On a obtenu le nom du chef de terre et le nom de celui qui avait demandé l’autorisation de cultiver la portion du terroir sur laquelle était situé le champ. Les paysans ont eu tant de difficultés à se souvenir de la durée de la jachère qui précédait la mise en culture du champ que nous n’avons pas pu tenir compte de leurs réponses. Tous les documents concernant les champs du terroir en 1974 et 1975 et en particulier leur localisation peuvent être consultés dans J. Peltre-Wurtz et B. Steck, 1979.

22 Y. Bigot, information orale.

23 Rappelons que dans la région de Bouna où la pluviométrie est plus faible qu’à Boundiali (1 100 mm), la culture de l’igname était toujours florissante en 1978 ; une meilleure répartition des pluies et la mise en place déjà ancienne d’un bon réseau de commercialisation de ce produit expliquent au moins en partie la persistance de cette culture, même en période de sécheresse.

24 Les habitants affirmaient avoir vendu pour 150 650 F CFA de paddy en 1974 (annexe 79) soit entre 3 et 5 t de paddy, selon un prix de vente qui a pu varier entre 30 et 50 F CFA le kg.

25 Un peu moins de la moitié des 124 ha étaient occupés par des cultures vivrières pluviales.

26 Episodiquement des rizières avaient déjà été cultivées puis abandonnées à Lokpoho, Syonfanlélé, Nungbama et Bessan (marigot à l’extrême sud du terroir). Ces noms de lieu figurent sur la carte 1.

27 Les lits des marigots sont trop étroits pour que les paysans puissent se contenter de récoltes de riz semés directement.

28 En 1975, sur les 154 650 F CFA dépensés pour la nourriture, 90 400 F CFA concernaient des achats effectués à l’intérieur du village, tandis qu’en 1976, 1977, 1978, la quasi-totalité de la nourriture fut achetée à des commerçants étrangers, ce qui n’a fait qu’accentuer la gravité de la situation.

29 Ces dépenses étaient le fait de quelques familles qui avaient organisé des funérailles et avaient dû offrir de grandes quantités de nourriture à leurs invités.

30 Ces chiffres ont été obtenus par le biais de relevés effectués au jour le jour entre mai et octobre (période de pénurie). Les paysans n’aimant guère reconnaître qu’ils achètent de la nourriture, il ne serait pas étonnant que ces informations soient sous-estimées. En revanche, les informations concernant les recettes cotonnières sont exactes, elles sont recoupées par les informations fournies par les moniteurs de la CIDT.

31 Les surfaces ont été mesurées en 1974-75, simplement évaluées pour les années suivantes.

32 Les surfaces ont été mesurées en 1974-75, simplement évaluées pour les années suivantes.

33 Les surfaces défrichées furent particulièrement importantes l’année où les cinq exploitants du bloc défriché au bulldozer en 1973 remplacèrent la culture cotonnière de ce bloc par des cultures vivrières rustiques. Ils durent alors défricher à la hache de nouveaux champs de coton pour qu’ils soient cultivables à la charrue.

Table des illustrations

Légende Figure 16 - Généalogie des chefs de village de Syonfan en 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-1.jpg
Fichier image/, 160k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-2.jpg
Fichier image/, 269k
Légende Figure 17 - Terroir de Syonfan en 1955 et en 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-3.jpg
Fichier image/, 341k
Légende Figure 18 - Evolution de la population du terroir de Syonfan de 1955 à 1978.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-4.jpg
Fichier image/, 94k
Titre Tableau XXXVI. Terroir de Syonfan de 1974 à 1978. Évolution des recettes cotonnières et des dépenses alimentaires
Légende Recette cotonnière une fois déduit le prix de l’engrais en 1974-75-76 ; engrais gratuit en 1977.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-5.jpg
Fichier image/, 146k
Légende La région de la Bagoué à l’ouest de la rivière : de vastes horizons couverts de savanes boisées et surmontés d’inselbergs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-6.jpg
Fichier image/, 287k
Légende Le village de Syonfan en juillet 1974.La piste Kasséré - Korhogo et la place couverte de manguiers divisent le village en deux : au nord-est, le quartier logon, au sud-ouest, le quartier pongabélé. On voit, à gauche, la piste Kasséré - Tyasso, de direction nord-sud, passer à l’ouest de Syonfan.(Photo Mission Sogétec)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-7.jpg
Fichier image/, 191k
Légende Les bovins serrés piétinent dans la boue d’un parc fermé, selon la technique traditionnelle, par des pieux fichés dans le sol.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-8.jpg
Fichier image/, 192k
Légende Une charrette tirée par deux bœufs sur une piste de latérite.A droite, une jeune fille transporte de l’eau dans une calebasse, au fond, des paysans reviennent des champs. Les femmes rapportent des épis de maïs dans leurs cuvettes et des fagots de bois pour la cuisine du soir.(Photos B. Steck)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-9.jpg
Fichier image/, 286k
Légende Labour d’un champ de coton. La charrue est guidée par un homme et tirée par deux bœufs surveillés par des enfants.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-10.jpg
Fichier image/, 303k
Légende Un champ de coton en fleur en août-septembre. Il a été dessouché au treuil pour être labouré à la charrue ; les arbres préservés sont rares.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-11.jpg
Fichier image/, 192k
Légende La récolte du coton en décembre-janvier.Photos B. Steck
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-12.jpg
Fichier image/, 736k
Légende Chargement des balles de coton dans un camion de la CIDT sillonnant la région, en décembre-janvier.(Photo B. Steck)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-13.jpg
Fichier image/, 561k
Légende Un champ de maïs et de riz pluvial dans le terroir de Syonfan, au cœur de la saison des pluies. Au premier plan, une cuisine de plein air pour la préparation du déjeuner des travailleurs.(Photo J. Peltre-Wurtz)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-14.jpg
Fichier image/, 460k
Légende Septembre : arrachage des plants de riz semés dans un champ de maïs. Ces plants seront repiqués dans une rizière, en fin de saison des pluies.(Photo J. Peltre-Wurtz)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-15.jpg
Fichier image/, 350k
Légende Un bas-fond du terroir de Syonfan transformé en rizière, en fin de saison des pluies.(Photo J. Peltre-Wurtz)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-16.jpg
Fichier image/, 190k
Légende Le déjeuner près de la rizière pendant la récolte. On aperçoit les bottes de riz séchant aux branches d’un arbre et sur une claie montée sur quatre pieux.(Photo B. Steck)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15617/img-17.jpg
Fichier image/, 582k

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540