Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Troisième partie. Le village témoin de Syonfan, les transformations de l'organisation de la société, du temps et de l'espace

Introduction

Texte intégral

1Le village témoin de Syonfan fut choisi en 1974 en fonction de critères précis. Nous cherchions un village situé dans un des noyaux peuplés de la région de la Bagoué, où la densité avoisinait 30 hab. par km2 (figures 2 et 4) afin d’y saisir une situation foncière peu fluide pouvant contraindre les paysans à travailler davantage pour fixer leurs champs et à intégrer l’élevage aux cultures, afin de rendre utile l’achat d’une charrue. Nous désirions observer aussi les comportements des représentants des deux principaux groupes ethniques de la région, les Sénoufo et les Manding (Malinké ou Dioula). Par ailleurs, il était nécessaire d’étudier un village où commençait à se développer la culture attelée (les villages de ce type étant rares en 1974). Enfin, dernière exigence, liée cette fois aux méthodes d’enquêtes exhaustives que nous avions l’intention d’employer, le village devait être de petite taille afin de ne pas allonger de façon anormale la durée de l'étude.

2Syonfan répondait le mieux à ces critères, à deux nuances près. La première concernait les ethnies en présence : deux groupes vivaient à Syonfan, des Pongabélé, paysans sénoufo de la petite région du Pongala correspondant à la sous-préfecture de Kasséré et des Kpinbélé, artisans sénoufo dont les hommes, anciens dinandiers, s’étaient convertis au tissage autour de 1940, les femmes exerçant toujours leur métier de potières. Il n’y avait donc pas de groupe manding à Syonfan ; toutefois cette absence ne nous a pas semblé trop grave dans la mesure où les Kpinbélé étaient fortement dioulaïsés : ils se faisaient appeler Logon (traduction de Kpinbélé en dioula) et parlaient tous cette langue (alors que, par exemple, les femmes pongabélé de Syonfan ne connaissaient que la langue sénoufo), par ailleurs ils étaient islamisés en profondeur et considéraient les Pongabélé comme des convertis de fraîche date ; enfin ils étaient toujours artisans donc aussi commerçants comme une bonne partie des Dioula, de sorte qu’ils s’occupaient moins de travaux agricoles que les Pongabélé. La deuxième nuance était plus gênante : nous voulions étudier un village situé dans un des noyaux de peuplement où la densité humaine approchait 30 hab. par km2. Or, après avoir recensé toute la population qui vivait de l’exploitation du terroir de Syonfan, c’est-à-dire non seulement les habitants de Syonfan mais aussi ceux des villages voisins qui tiraient une partie de leurs ressources de champs situés sur ce terroir, nous avons constaté que la densité humaine était tout juste de 20 hab. par km2 en 1974 et 1975. Cette erreur d’appréciation donnait moins d’intérêt à l’analyse du comportement des paysans face à la stabilisation des cultures, les paysans de Syonfan étant probablement plus indifférents à ce problème que ceux qui habitaient dans la vingtaine de terroirs de la région de la Bagoué que B. Steck avait recensés et sur lesquels la densité humaine pouvait atteindre à 30 hab. par km2 en 1975 (figure 9 et p. 66). Toutefois, sur chacun de ces vingt terroirs, dont Kasséré, résidaient entre 800 et 2 700 habitants et même plus de 8 000 habitants à Tingréla et Boundiali, de sorte que nous n’aurions pas eu les moyens matériels de faire l’étude exhaustive de l’un d’entre eux. Les villages situés sur ces vingt terroirs regroupaient environ un tiers des habitants de la région de la Bagoué en 1975, les autres habitants étant recensés dans 260 villages dont les terroirs supportaient des densités humaines oscillant le plus souvent entre 5 et 15 hab. par km2. Sans décrire la situation foncière la plus contraignante, nous avons donc tout de même étudié à Syonfan une situation foncière moins fluide que pour les deux tiers de la population de la région. Par ailleurs, nous avons découvert en cours d’étude, que les habitants de Syonfan, en laissant ceux de Kasséré ouvrir des campements, cultiver des champs ou faire paître des taurins sur leur propre terroir, représentaient parfaitement les habitants de tous ces petits villages de la périphérie des noyaux plus denses (jusqu’à 30 hab. par km2), qui accueillaient leurs voisins, trop à l’étroit chez eux. Nous pouvions donc analyser de près ces fameux transferts de travail et de taurins repérés par B. Steck dans la deuxième partie de cet ouvrage.

3Les autres critères de choix se sont avérés exacts. En 1974, Syonfan était effectivement un petit village de 243 habitants auxquels s’ajoutaient 101 personnes originaires de Kasséré et réparties dans six hameaux disséminés sur le terroir, soit 344 habitants. Sa taille était donc moyenne par rapport à celle des villages de la région (d’après B. Steck, 36,5 % des villages regroupaient moins de 250 habitants, 27 % entre 250 et 500 habitants, 36,5 % plus de 500 habitants). Par ailleurs, le coton y était fortement implanté puisque le tiers des surfaces cultivées par les habitants lui était consacré en 1974-1975 et que cette culture intéressait la quasi-totalité des exploitations agricoles. Enfin, trois charrues avaient été achetées à la CIDT en 1973, puis neuf autres en 1975, de sorte que le tiers des exploitants de Syonfan pratiquaient la culture attelée au moment de l’enquête.

4Syonfan est situé sensiblement au centre-sud de la région de la Bagoué (figure 4), à 5 km au sud de Kasséré. Jusqu’en 1978, ce village était relativement à l’écart des grands axes routiers nord-sud : Tingréla-Boundiali-Mankono et est-ouest : Ferkéssédougou-Korhogo-Boundiali-Odienné (figure 2) ; en effet, la piste sud-est – nord-ouest passant par Nyofouen, Kasséré et Kouto, qui reliait Syonfan à ces deux axes, était coupée plusieurs mois de l’année par les crues de la Bagoué et quelques jours par an par celles du Bandama. Un pont inauguré sur la Bagoué en 1978 permit une communication permanente entre le Pongala (sous-préfecture de Kasséré) et la zone de Gbon et réduisit à quelques jours par an les problèmes de communication rapide entre la zone de Gbon, le Pongala et Korhogo.

5L’étude du village témoin de Syonfan s’organise autour de trois chapitres, d’abord l’évolution de la population du terroir et de son agriculture de 1955 jusqu’aux années 1974 à 1978, ensuite l’adaptation de la société villageoise aux transformations démographiques et agricoles précédemment enregistrées, enfin la nouvelle organisation de l’espace et du temps.

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540