Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Deuxième partie. La région de la Bagoué, expansion cotonnière et mutation de l'espace rural

Conclusion

Texte intégral

1Toute aide aux agriculteurs, qu’elle soit directe ou indirecte, doit être fondée sur une connaissance approfondie et intime des situations locales et sur une volonté de respect des usages locaux ; certes, ceux-ci ne sont pas intangibles, encore faut-il les avoir bien compris et, avant d’envisager leur modification, se demander longuement si leur justification ne nous aurait pas échappé. (P. Gourou, 1982, p. 456.)

2C’est ce type de démarche que nous avons voulu suivre dans le processus d’analyse de la région de la Bagoué, choisie pour l’ampleur des mutations dont elle est le lieu, en particulier, par l’essor vigoureux de la culture du coton sous l’impulsion de la CIDT.

3Toutes les évolutions mises en œuvre depuis plus de vingt ans l’ont été sans véritable connaissance des “situations locales”, sans investigation sur les “usages locaux”, ni réflexion sur leur raison d’être et leur bien-fondé. A posteriori, la CIDT responsable des évolutions s’est interrogée sur les modalités de son action et les conséquences de ses choix et de ses orientations. C’est au cœur de cette interrogation que s’est située notre recherche qui ne se veut pas tant une étude régionale exhaustive qu’une approche de ce qui change, dans un espace soumis à des interventions extérieures. Ce n’est donc pas à un tableau figé d’une situation stable que nous sommes parvenus, mais plutôt à une saisie fugitive d’une situation en pleine évolution.

4Peut-on changer une agriculture qui ne manque pas d’espace ? Telle est bien la question qui s’est posée à chaque étape de notre recherche. La région de la Bagoué est en effet peu peuplée, avec une densité moyenne de 12 hab. par km2 en 1975 et un taux d’occupation du sol voisin de 6,5 % pour la même année. Elle se situe un peu en dessous des données présentées par P. Gourou (1982, p. 259) pour la Côte-d’Ivoire (22 hab. par km2 et 7,8 % d’occupation du sol) et très en deçà des estimations proposées pour l’ensemble de l’Afrique guinéenne (40 hab. par km2 et 12 % d’occupation du sol) (P. Gourou, 1982, p. 256). La région de la Bagoué apparaît comme un espace où l'homme est encore dégagé de toute contrainte quantitative liée à la terre, d’autant plus dégagé que les potentialités agronomiques sont bonnes dans l’ensemble : 60 % des sols sont aptes à l’activité agricole et la pluviométrie est, malgré une baisse récente un peu inquiétante, tout à fait satisfaisante, avec 1 300 à 1 400 mm de pluies tombant pendant au moins 6 mois, chaque année. Pourtant, deux remarques vont partiellement à l’encontre de ce premier constat :

  • D’une part, si l’occupation de la région est faible, elle s’est néanmoins considérablement accrue en vingt ans, puisqu’en 1955 la densité humaine n’y était que de 8,5 hab. par km2 et l’occupation du sol de 2,5 %. La population s’est accrue de 41 % et la surface effectivement cultivée de 160 %. Ce sont là des taux de croissance qui révèlent des changements importants et conduisent à s’interroger sur l’avenir et l’apparition d’une contrainte foncière plus rapide que supposée. Cette contrainte se précise dès qu’on prend en considération la surface cultivable (60 %) et le temps d’utilisation de la terre (4 ans de culture et 15 ans de jachère). Dans ces conditions, l’utilisation de l’espace cultivable par l’homme est passé de 19 à 53 % dans la région de la Bagoué, entre 1955 et 1975, et les réserves de terre se sont donc considérablement réduites.
  • D’autre part, la région de la Bagoué se caractérise par une répartition très irrégulière des hommes et des champs. Or, si de vastes espaces étaient et sont toujours vides ou presque vides, force est de constater que certains secteurs atteignent des densités humaines supérieures à 30 hab. par km2 et des taux d’occupation du sol supérieurs à 15 %, taux qui ne permettent plus le fonctionnement du système agricole, fondé sur une longue jachère. Ces petites zones, sur 16 % de l’espace régional, rassemblent 33 % de la population et 42 % des surfaces cultivées. La situation s’y apparente déjà à celle que connaissent les paysans de la zone dense de Korhogo (S. Coulibaly, 1978).

5Ces remarques révèlent que les relations de l’homme à l’espace évoluent très vite. Elles soulignent aussi qu’au sein d’une même ethnie, dans des conditions naturelles homogènes avec des techniques agricoles semblables, la diversité dans l’occupation de l’espace peut être cependant de règle.

6La croissance démographique, le développement de la riziculture et surtout l’introduction de la culture du coton (pour près de 50 %) rendent compte de l’accroissement des surfaces cultivées. Parallèlement, la charge de travail du paysan s’est considérablement accrue, puisque désormais un homme consacre près de 40 % de son temps de travail agricole à la culture du coton (cas de Syonfan en 1975).

7Outre ses effets sur les superficies cultivées et les temps de travaux, la culture du coton encadrée par la CIDT impose des pratiques culturales radicalement nouvelles, qu’il s’agisse des défrichements au treuil, des épandages d’engrais ou des traitements phytosanitaires. Plus décisif encore est l’impact de la culture attelée, d’introduction récente mais dont le succès est indéniable : elle allège le dur travail de labour et de sarclage et l’attelage ouvre des perspectives pour soulager les paysans dans d’autres tâches, tel le transport des récoltes ou du bois.

8Cependant, force est de reconnaître qu’elle fait surgir de nouveaux problèmes :

  • Elle implique de lourds investissements à la seule portée des cellules d’exploitations démographiquement fortes. Ceci favorise l’émergence d’une classe d’entrepreneurs agricoles dont les intérêts n’auront plus rien à voir avec ceux de la majorité des paysans, d’autant moins que la pratique de la culture attelée nécessite à terme une stabilisation des champs, sur des espaces relativement libérés d’arbres. On risque donc de voir surgir des requêtes visant à l’acquisition de terre, dans le cadre d’un nouveau droit foncier, fondé sur l’appropriation privée des sols.
  • Conjointement à ces problèmes économiques et sociaux, se posent également des problèmes plus techniques : celui de la protection des sols, dans la perspective d’un déboisement excessif qui accompagne l’extension de la culture attelée ; celui du maintien du potentiel de fertilité des sols, dans la perspective d’une stabilisation des champs rendue nécessaire par l’importance des pratiques et des investissements liés à la mise en place de la culture attelée ; enfin celui de l’association de l’élevage et l’agriculture, par le biais de la recherche et de la formation d’attelages de bovins convertis à cette activité nouvelle.

9L’expansion de la riziculture et surtout la mutation que subit l’élevage bovin sont d’autres formes de “subversion” du système agricole. Les problèmes que pose le développement de l’élevage ne se situent pas seulement par rapport à la culture attelée mais aussi et surtout en fonction des besoins de production de viande du pays.

10Dans ce cadre, deux solutions ont été proposées : l’une devant conduire à une meilleure gestion des troupeaux taurins locaux, l’autre à une installation de troupeaux de zébus venus de l’extérieur.

11Les recherches, pour incomplètes qu’elles soient encore, révèlent la marginalité de l’élevage local, activité difficile à appréhender, défendue par l’opiniâtre réticence des paysans à en parler, mais aussi activité peu productrice, sans lien avec le travail de la terre dont les Sénoufo font leur occupation première. Cependant, l’encadrement des troupeaux opéré par la SODEPRA permet la diffusion de nouvelles techniques, à commencer par la pratique des vaccinations et de divers traitements. L’un des buts recherchés est d’intégrer l’élevage à l’agriculture, dans la mesure où la tentative d’introduction des plantes fourragères vise à la fois la stabilisation des cultures sur des champs enrichis par ces plantes et une meilleure alimentation des troupeaux par des apports de qualité.

12L’implantation de troupeaux de zébus appartenant aux Peul, venus du Mali, est en croissance rapide. Leur installation par la SODEPRA dans la zone de la Palé, inoccupée jusqu’alors, ou sur des microzones pastorales situées dans les espaces agricoles interstitiels risque d’aggraver les actuels conflits avec les autochtones. Outre le fait que les Peul sont réticents dès lors qu’il s’agit d’encadrement, les Sénoufo se montrent plus que réservés face à ce qu’ils considèrent comme une atteinte à leurs droits. À tout bien considérer, il semble que la mouvance spontanée des troupeaux de zébus soit mieux perçue que leur éventuelle fixation.

13Ainsi, la région de la Bagoué est le lieu d’une ambitieuse entreprise d’intensification de l’agriculture, qui doit permettre aux habitants de produire davantage et d’accroître leurs revenus, tout en bénéficiant d’améliorations dans leur travail. Elle doit permettre aussi et surtout une meilleure satisfaction des besoins de l’économie ivoirienne et une réduction des disparités régionales.

14Le problème majeur non résolu reste celui de la stabilisation des cultures que la CIDT prône pourtant. Elle n’intéresse en fait que deux catégories de personnes : le tiers des paysans de la région qui vivent sur 16 % de l’espace régional, là où la densité humaine et l’occupation des sols sont élevés, et les propriétaires de charrue qui doivent dessoucher la jachère naturelle pour utiliser leur outil.

15Jusqu’à présent, les premiers se sont toujours éloignés de leur village dès que la pression foncière les obligeait à trop réduire la jachère naturelle. Cette émigration vers la périphérie moins cultivée, apporte suffisamment d’avantages (plus d’autonomie par rapport à la famille) pour contrebalancer les inconvénients (durée des trajets ou vie en campements). Les seconds ont souvent reçu l’aide de la CIDT pour effectuer le travail supplémentaire de dessouchage. Que feront les premiers s’ils doivent émigrer de plus en plus loin et les seconds s’ils doivent assumer seuls les dessouchages ? On peut craindre un processus semblable à celui qu’a connu la zone dense de Korhogo : une trop forte réduction de la jachère naturelle (pour remettre à plus tard une émigration lointaine ou tout simplement pour se libérer du dessouchage), par conséquent un appauvrissement des sols et à terme une émigration hors de la région. Si la solution d’une émigration même lointaine paraît moins coûteuse aux paysans que la stabilisation des cultures et son cortège d’investissements et de travaux supplémentaires, elle n’est pas acceptable, à long terme, au niveau de l’État. Le CIDT et la SODEPRA ont donc un rôle difficile, mais essentiel à jouer. Même si la réussite n’est pas assurée, cette étude invite néanmoins à cibler les exploitations susceptibles d’apprécier les avantages du nouveau système agraire.

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540