Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Deuxième partie. La région de la Bagoué, expansion cotonnière et mutation de l'espace rural

L’évolution de l’agriculture et de l’élevage

Texte intégral

L’exploitation du sol et la dynamique de l’emprise cotonnière

1Depuis 1955, le système agricole de la région de la Bagoué s'est transformé, non seulement pour nourrir une population plus nombreuse, mais aussi pour développer, à partir de 1962, la culture du coton allen introduit par la CFDT ; il s’est ouvert, dès la fin des années soixante-dix, à la riziculture de bas-fond adaptée à un nouveau cycle climatique moins pluvieux, enfin il s’est modifié pour utiliser, à partir de 1973, les charrues vendues par la CIDT.

Le problème de l’eau

2L’eau constitue une des conditions majeures du développement agricole et influe largement sur la répartition spatiale et sur l’évolution des différentes cultures pratiquées.

Des précipitations globalement suffisantes mais en diminution récente

3La région de la Bagoué est soumise à l’alternance d’une saison sèche et d’une saison humide. Bien que les relevés pluviométriques soient sujets à caution (p. 157), on peut estimer à 1 400 mm la moyenne des précipitations annuelles à Boundiali et inclure la plus grande partie de la région de la Bagoué entre les isohyètes 1 400 et 1 500 mm (figure 3). Mais l’évolution des précipitations annuelles de Boundiali depuis 1928 jusqu’à 1978 (tableau xi) montre d’importantes fluctuations de part et d’autre de cette moyenne (1 974 mm en 1957, 918 mm en 1977). Le découpage (partiellement décennal, du fait des trois années manquantes) et la répartition des années par rapport à la moyenne pluviométrique révèlent une tendance récente à la baisse des précipitations, après une période relativement humide. Tous les paysans de la région ont d’ailleurs une claire perception de cette baisse, qui les a contraints à adapter leurs cultures.

Tableau xi. Boundiali de 1928 à 1978. Moyennes pluviométriques décennales

  • 1 Manquent les relevés des années 1965, 1966, 1967.

Années

Moyennes pluviométriques décennales

Années où les précipitations sont supérieures à 1 410 mm en % du nombre des années

1928- 1937

1 445 mm

60

1938- 1947

1 441 mm

60

1948- 1957

1 645 mm

70

1958- 19641

1 417 mm

57

1968- 1978

1 266 mm

27

Des précipitations irrégulières

4L’irrégularité interannuelle n’est cependant pas excessive, puisque le tiers des années étudiées correspond à la moyenne, à 10 % près, et que les trois quarts ne s’en écartent que de 20 % (annexe 37). En revanche, l’irrégularité est très forte, dès lors qu’on considère un mois particulier, d’une année sur l’autre (tableau xii). Pour les premiers mois de la saison des pluies, elle peut aller du simple au quintuple et pèse lourd, puisque les premières pluies conditionnent largement le succès de la saison de cultures.

Les précipitations utiles

5La comparaison entre la moyenne mensuelle des précipitations et l’évapotranspiration potentielle (ETP) permet de délimiter les périodes de l’année où les besoins en eau de la végétation peuvent être satisfaits. On distingue deux périodes :

  • celle où les précipitations sont supérieures à l’ETP, qui constitue la période humide ;
  • celle où les précipitations sont supérieures à la moitié de l’ETP, qui constitue encore une période utile permettant les semis, en début de croissance et surtout la maturation des plantes, en fin de cycle.

Tableau xii. Boundiali de 1969 à 1975. Irrégularités des pluies en début de saison des pluies

Tableau xii. Boundiali de 1969 à 1975. Irrégularités des pluies en début de saison des pluies
  • 2 Sans vouloir exposer ici les débats techniques sur l’ETP, nous tenons à reprendre quelques élément (...)

6L’évaluation de l’ETP varie avec les méthodes utilisées2. La comparaison entre ces différentes valeurs et les précipitations permet de définir, pour Tingréla, une période humide de quatre mois (juin, juillet, août et septembre). Pour Boundiali, selon la valeur retenue pour l’ETP, on passe d’une période humide de 5 mois (de juin à octobre) à une période humide de 3 mois (de juillet à septembre), cette légère différence traduisant les effets de l’irrégularité climatique déjà évoquée.

Des précipitations agressives

  • 3 Les informations qui suivent sont extraites de ORSTOM, 1976 a.
  • 4 Cet indice (dit de Wischmeier) croît d’est en ouest (698 à Korhogo, 738 à Boundiali, 767 à Madinan (...)

7Aux inconvénients liés à l’irrégularité3 viennent s’ajouter des risques issus de l’agressivité des pluies, mesurée par l’indice d’agressivité climatique, compris entre 700 et 800 pour la région de la Bagoué4.

8Des pluies abondantes, intenses et concentrées s’accompagnent d’une érosion des sols. Sur des sols protégés par une végétation naturelle, même herbacée, les pertes sont réduites (plus ou moins 10 kg/ha par an). Sur des sols défrichés, surtout lorsque l’horizon humifère n'a pas été respecté, l’érosion peut devenir catastrophique, entraînant les particules fines, les plus utiles : des sols meubles, très fertiles, complètement dénudés peuvent perdre jusqu’à 50 t/ha par an, sur des pentes de 3 % seulement ; des sols gravillonnaires dès la surface résistent mieux (3 à 9 t/ha par an), mais perdent leurs particules fines. Sur les grands blocs de culture, ouverts au bulldozer par la CIDT, l’érosion en ravine est spectaculaire ; elle apparaît nettement sur les photographies aériennes (SOGETEC, 1974), deux ans après l’ouverture des blocs (p. 228).

9Il est donc essentiel de prendre en considération ces données pour tout aménagement rural, faisant appel à d’autres techniques que celles utilisées traditionnellement, très peu destructrices du milieu.

Un écoulement des eaux saisonnier

  • 5 Les informations qui suivent sont extraites de ORSTOM, 1976 a et b.

10En saison des pluies, le ruissellement peut être intense : le coefficient journalier maximum s’élève de 25 % sur savane à 80 % sur sol nu ; mais en général, les coefficients moyens annuels sont compris entre 5 % sur savane et 35 % sur sols nus5. Quant au drainage du profil agricole, il correspond en moyenne à 35 % du total pluviométrique, mais il peut atteindre 60 % en août et septembre.

11Le régime hydraulique est de type “tropical de transition” :

  • de novembre à mai, le débit est très faible ou nul ;
  • de juin à octobre, le débit est toujours positif, avec des crues d’août à octobre.

12À Tombougou, sur la partie amont de la Bagoué, le débit moyen annuel est inférieur à 30 m3/s (mais 12 m3/s en 1972) ; à Kouto, il est d’environ 45 m3/s (mais 19 m3/s en 1974). Toutefois, ces moyennes n’ont pas grand intérêt, en raison de l’absence d’écoulement en saison sèche. En outre, les données ne sont pas assez anciennes pour qu’il soit possible d’en tirer des conclusions précises sur la fréquence décennale et centenale des crues ou des étiages, indicateur essentiel pour la mise en œuvre de politiques d’aménagement des eaux.

Quelques problèmes posés par l’eau

  • 6 Le maïs peut souffrir d’une sécheresse imprévue, située entre le 45e et le 75e jour après le semis (...)
  • 7 Ses besoins en eau sont très élevés pendant une quarantaine de jours, de part et d’autre de l’épia (...)

13Les conditions pluviométriques régionales sont favorables au maïs, dont le cycle s’insère parfaitement dans la saison des pluies6 ; il en va de même pour le riz pluvial7, le millet, le sorgho et l’arachide.

  • 8 Ceci n’est pas vérifié quand on sait que l’igname est très cultivée vers l’est, alors que la pluvi (...)

14En revanche, selon les témoignages des paysans, l'igname souffrirait de la baisse récente de la pluviométrie8. Le riz de bas-fond est, quant à lui, très sensible aux variations de l’écoulement des eaux, liées aux fluctuations de la pluviométrie. J. Peltre-Wurtz souligne les changements qui surviennent, d’une année à l'autre, dans la localisation et l’extension des rizières : leur mise en exploitation étant limitée par la sécheresse, mais aussi par un engorgement excessif et prolongé des bas-fonds. Par ailleurs, l’arrêt trop précoce de la saison des pluies peut nuire aux récoltes réalisées tardivement, en décembre.

15Aucune culture n’est naturellement possible pendant la saison sèche, hormis l’exploitation des vergers de manguiers, en extension et dont la récolte s’effectue au plus fort de la saison sèche (P. Richard, 1977). Afin d’élargir la période culturale, pour accroître les ressources alimentaires disponibles, les autorités ivoiriennes ont entrepris une politique de gestion des ressources hydrauliques du nord du pays, notamment dans la zone dense de Korhogo où plusieurs retenues d’eau ont été construites pour développer une riziculture irriguée à deux cycles de production.

16La région de la Bagoué est concernée par deux projets d’hydraulique villageoise et pastorale :

  • Le premier projet, déjà très avancé, met à la disposition des villageois des puits destinés à satisfaire leurs besoins domestiques en eau. Mis en œuvre par la CIDT, sur financement de la Banque mondiale, ces réalisations reposent sur une estimation des besoins à 10 1 par jour et par personne. Tout village de 100 à 900 habitants doit être équipé d’un puits et tout village de plus de 900 habitants de deux puits, forés par la Société pour la réalisation de Forages et d’Exploitation en Côte-d’Ivoire (FOREXI). Le coût est assez élevé (environ 72 000 F CFA le mètre en 1978) pour des profondeurs dépassant parfois 50 m. Ces puits, fermés et équipés d'une pompe à main, se multiplient dans la région : il y en avait 160 fin 1977 et les forages se poursuivaient à raison de 7 par mois. Aux dires des techniciens, il n’y a guère de difficultés à trouver des nappes phréatiques. Les services rendus par ces puits sont évidents et contribuent à améliorer les conditions de vie des villageois9.
  • Le second projet n’a été mis en œuvre qu’en 1978. Il s’agit d’approvisionner en eau, de façon régulière, les troupeaux régionaux qui pâtissent des rudes conditions d’abreuvement en saison sèche. Ainsi, sont envisagés le forage de puits pastoraux mais aussi la construction de petites retenues sur les marigots. Ce projet pourrait s’accompagner de la mise en place de quelques cultures de saison sèche, comme des cultures maraîchères dont le développement est déjà sensible dans les villages les plus importants (Kasséré par exemple), bien qu’elles nécessitent un gros travail d’arrosage, avec de l’eau tirée des puits.

17Les quelques réalisations de ces deux projets n’ont guère eu d’impact sur le système de cultures lui-même, encore dépendant des pluies, de leur répartition dans l’année et de leur fluctuation accidentelle.

L’état des principales cultures vivrières pluviales

  • 10 S. Brun (1977) a analysé les résultats de cette enquête pour la région de la Bagoué.

18L’essentiel des informations provient de l’enquête statistique agricole nationale de 197510. Aucun document ne fournit de façon exhaustive la situation des différentes cultures en 1975, ni ne permet d’établir des comparaisons avec la situation antérieure à l’introduction du coton allen ; seules des études monographiques, telles celles menées à Syonfan ou à Karakpo (X. Le Roy, 1983) autorisent une approche fine mais limitée de la réalité.

Les principales cultures vivrières pluviales

  • 11 À Syonfan, elles représentent 43 % des surfaces cultivées par les habitants en 1975 (annexe 54). U (...)

19Les cultures pluviales traditionnelles représenteraient près de 78 % des surfaces totales cultivées, ce qui semble surestimé, au détriment de la part du coton et de celle du riz de bas-fond11 (tableau xiii).

20Les céréales occupent 81 % des surfaces en cultures traditionnelles pluviales, soit encore 63,5 % de la surface totale cultivée. Y. Bigot (1979 a) a montré (annexe 99) que leur variété était un gage de sécurité face aux brutales variations interannuelles de rendement de chaque céréale prise séparément. Parmi les céréales, domine nettement le maïs qui, sur 25 % de la surface totale cultivée, apparaît comme la première culture vivrière de la région de la Bagoué. Le groupe sorgho-millet, dont la terre d’élection est située plus au nord, apparaît déjà ici fort important. L’arachide, quasiment seule culture traditionnelle se prêtant à des échanges commerciaux de quelque importance, occupe une place non négligeable. En revanche, l’igname, dont le domaine de culture se situe plus au sud, n’est guère développée ici. Les paysans nous ont appris la contraction récente (1970) des surfaces vouées à cette culture, qu’ils expliquent par l’apparition d’une maladie de l’igname et par la baisse de la pluviosité.

21Les plantes sont cultivées selon certaines successions imposées par leurs propres exigences agronomiques, mais aussi par les façons culturales. Quelques règles sont observées : l'igname est toujours cultivée en tête de cycle cultural, le maïs et le riz pluvial presque toujours. Le millet vient plus souvent en 2e et 3e année de cycle cultural et l’arachide et le sorgho apparaissent généralement en fin de cycle.

Tableau xiii. Région de la Bagoué en 1975. Les cultures vivrières pluviales

Cultures

 % surface totale cultivée

 % surface en cultures vivrières pluviales traditionnelles

Maïs

25,0

31

Sorgho

16,0

21

Millet

14,0

18

Arachide

8,0

10

Riz pluvial

5,5

7

Igname

4,5

6

Fonio

3,0

4

Divers

2,0

3

TOTAL

78,0

100

Source : Enquête statistique agricole nationale de 1975, analysée par S, Brun (1977).

Les variations locales de la répartition des cultures vivrières pluviales

22Les moyennes régionales recouvrent de fortes variations locales. Le maïs, seule céréale vraiment omniprésente, occupe cependant une place bien moindre au nord-ouest que dans le reste de la région. Le sorgho est la principale culture de la partie nord-ouest de la Bagoué et sa place ne cesse de décroître vers le sud-est. Quant au millet, plus également réparti que le sorgho, il tient cependant une place plus importante dans le système agricole au sud-est de la Bagoué. En revanche, le fonio décroît jusqu’à disparaître du nord-ouest au sud-est et le riz pluvial, presque absent au nord-ouest, occupe une place non négligeable au centre et au sud-est. Globalement, les céréales diminuent du nord-ouest où elles représentent 69 % des surfaces, au centre et au sud-est où elles ne représentent plus que 59 % des surfaces. À l’opposé, l’igname omniprésente au sud-est, bien qu’elle n’y couvre pas de vastes surfaces est de moins en moins cultivée au nord-ouest ; il en va de même pour l’arachide.

23Ces variations font appel à des facteurs naturels tels que la pluviométrie ou la fertilité des sols et à des facteurs humains comme les habitudes de consommation, les échanges commerciaux et les premiers effets des politiques d’aménagement agricole.

Les associations de cultures vivrières pluviales

24L’enquête statistique agricole nationale de 1975 indique que le nombre de plantes entrant en association est proche de 2,2 et cite la présence de :

  • 25 associations à 2 cultures, représentant 44 % des surfaces de cultures pluviales, soit moins de 35 % des superficies totales cultivées ;
  • 17 associations à 3 cultures, représentant 9 % des surfaces de cultures pluviales, soit 7 % des superficies totales cultivées ;
  • associations à 4 cultures, représentant moins de 0,5 % des surfaces de cultures pluviales.
  • 12 À Syonfan, en 1975 (annexes 96 et 97), les associations de cultures représentent 32,10 % de l’ense (...)
  • 13 À Syonfan, en 1975 (annexe 97), l’igname est toujours cultivée avec d’autres plantes ; le sorgho e (...)

25Au total, les associations de cultures représentent près de 54 % de l’ensemble des surfaces de cultures pluviales, soit près de 42 % de l’ensemble des superficies cultivées12. Selon les cultures, ces associations sont plus ou moins fréquentes (tableau xiv)13.

26Les principales associations, celles qui représentent au moins 10 % des surfaces cultivées en association sont :

  • l’association maïs-millet, 35 % des surfaces ;
  • l’association maïs-sorgho, 12 % des surfaces ;
  • l’association maïs-arachide, 12 % des surfaces ;
  • l’association maïs-riz pluvial, 11 % des surfaces.

27Ces associations économisent de l’espace, ce qui explique leur rôle relativement secondaire (42 % des surfaces cultivées) dans la région de la Bagoué, encore faiblement occupée par les champs en 1975, mis à part quelques noyaux plus denses. Dans la zone dense de Korhogo, en revanche, les cultures vivrières associées occupaient déjà 80 % des surfaces cultivées en 1963 (SEDES, 1965, vol. 3).

Tableau xiv. Région de la Bagoué en 1975. Fréquence de l'association des principales cultures vivrières pluviales

Cultures vivrières pluviales

 % des surfaces de cette culture pratiquée en culture associée

Fonio

2

Sorgho

27

Arachide

40

Igname

50

Maïs

68

Millet

71

Riz pluvial

74

Source : Enquête statistique agricole nationale de 1975, analysée par S. Brun (1977).

  • 14 Les parcelles de cultures associées représentent 36 % du nombre de parcelles, mais couvrent 42 % d (...)

28Cependant, le retour à la culture pure, encouragé par la CIDT, tout au moins pour le maïs et le riz pluvial, semble difficilement envisageable. Compte tenu d’un coefficient d’association global de 1,5 qui regroupe cultures pures et cultures associées, si toutes les cultures associées étaient supprimées et développées en cultures pures, il faudrait théoriquement multiplier par 1,5 la surface cultivée dans la région de la Bagoué. Nous disons bien “théoriquement” car, dans la pratique, les parcelles de culture pure sont généralement plus petites que les parcelles de cultures associées14. Il faudrait défricher ainsi un peu moins de 45 000 ha. Un tel accroissement porterait le taux d’occupation du sol à 9 % de la surface totale, ce qui reste encore faible (p. 66), mais impliquerait de très gros travaux, sans intérêt pour les paysans. Une étude d’Y. Bigot (1979 a) (annexe 98) portant sur des calculs de rendements dans la région de Kasséré et de Niéllé a d’ailleurs montré des résultats voisins entre la culture pure avec engrais, encouragée par la CIDT, et les cultures associées de façon traditionnelle, sans engrais.

29On peut imaginer néanmoins que des propriétaires de charrue, tirant profit des avantages réels de cet outil (gain de temps de travail), en acceptent aussi les contraintes, en particulier la suppression des associations à base de riz pluvial, parce que la charrue ne peut sarcler des champs portant à la fois du riz pluvial dans les sillons et du maïs, du sorgho, du millet ou de l’arachide dans les billons.

La riziculture

30Il s’agit de riz dit de bas-fond, cultivé pur (repiqué ou non), de façon plus ou moins permanente dans le lit des marigots ou dans des zones humides basses, sans maîtrise du plan d’eau et de riz irrigué dont la culture implique toute une série d’aménagements. Ces deux formes de culture sont nouvelles par rapport à celle du riz pluvial, d’ancienne tradition et cultivé à sec.

31La mise en valeur des bas-fonds, jusqu’alors seulement utilisés pour l’élevage, n’excède guère vingt ans, comme le prouve la lecture des photographie aériennes de l'IGN en 1955. Dans la région de la Bagoué, il s’agit surtout d’une riziculture sans maîtrise du plan d’eau, contrairement à la région de Korhogo où la multiplication des barrages, dans les années soixante-dix, a permis d’irriguer les rizières. Les quelques villages de la Bagoué intéressés par le riz irrigué ont l’avantage, grâce à des réserves d’eau, de pouvoir cultiver un premier cycle de riz, de février à juillet, avant le second cycle, d’août à décembre, commun à toutes les rizières de la région. La mise en valeur des bas-fonds implique l’introduction de nouvelles variétés de riz, cultivables dans l’eau, l’aménagement des bas-fonds par défrichement, aplanissement et labours ; elle exige enfin la constitution de pépinières et la pratique du repiquage dans les bas-fonds les plus étroits.

32Ces nouveautés s’accompagnent d’un accroissement du travail, accepté pour plusieurs raisons : les aléas de certaines récoltes de cultures pluviales liés à la baisse de la pluviométrie, l’importance des rendements du riz de bas-fond et, localement, la pression foncière sur les interfluves. Ainsi, la mise en culture permanente des bas-fonds permettrait éventuellement de limiter l’extension des surfaces de cultures pluviales et donc de conserver plus longtemps le système agricole, fondé sur les cultures temporaires d’interfluve suivies de longues jachères.

33Les difficultés rencontrées sont nombreuses. Outre un accroissement de leur travail (p. 250), les riziculteurs doivent compter avec l’irrégularité des pluies, perturbant l’écoulement des eaux (les riz de bas-fond de 1977 ont souffert d’un arrêt précoce des pluies). Il ne doivent pas négliger non plus l’insalubrité de certains bas-fonds. Enfin, ils sont en compétition avec les troupeaux de bovins pour l’accès à l’eau. En bien des endroits surgissent de véritables conflits : en 1977, dans la sous-préfecture de Kasséré, 40 % des dégâts de culture, suivis d’une plainte déposée à la sous-préfecture, ont touché des rizières de bas-fond.

34Quoi qu’il en soit, l’extension des surfaces en rizières est un fait important. D’après nos estimations, elles occupaient 8 000 ha sur les 90 000 cultivés dans la région de la Bagoué en 1975. Ainsi, bien qu’il n’y ait pas eu de gros efforts réalisés dans la région pour sa promotion, contrairement à ce qui s’est fait dans la zone dense de Korhogo, la riziculture s’impose désormais comme un des éléments importants et parfois majeur du système de cultures.

35Son développement semble peu gêné par celui du coton, l’autre grande spéculation régionale, comme le montre le tableau xv : qu’il y ait peu de riz ou beaucoup, la surface moyenne consacrée au coton ne change pas. Il faut souligner toutefois qu’au moment de la récolte, apparaît régulièrement une concurrence entre ces deux cultures : ainsi à Syonfan, en décembre, la récolte du riz nécessite 12 jours par actif et celle du coton 9 jours. Par ailleurs, lorsque les pluies sont précoces, les charrues utilisées assidûment en juillet sur les champs de coton ne peuvent pas labourer dans le même temps les rizières de bas-fond (p. 247 et annexe 104).

Tableau xv. Relation entre la culture du riz de bas-fond et celle du coton, dans le Nord-Ouest ivoirien

Tableau xv. Relation entre la culture du riz de bas-fond et celle du coton, dans le Nord-Ouest ivoirien

Source : CIDT(1977).

La culture du coton

36En 1975, les champs de coton de la région de la Bagoué représentent 75 % des surfaces cotonnières du Nord-Ouest. Pour présenter l’état de cette culture, nous utilisons les rapports de région et de secteurs de la CIDT, quelques études économiques réalisées par la CIDT en collaboration avec TIRAT ou le CIRES (Centre ivoirien de Recherches économiques et sociales), des fiches sur les techniques culturales et enfin les témoignages de moniteurs et de cultivateurs.

La croissance de la culture du coton

  • 15 Et peut-être à 30 000 ha comme nous en avons évoqué l’hypothèse (p. 74).

37Nous avons déjà évoqué la tradition ancienne de la culture du coton, semé sur de petites surfaces et à 95 % en association. L’introduction en 1962 de la variété allen a bouleversé totalement les bases de cette culture. Les surfaces en coton sont passées de près de 100 ha en 1962 à un peu moins de 25 000 ha en 197515 ; la production s’est élevée, dans le même temps, de près de 50 tonnes à environ 25 000 tonnes de coton-graine ; quant au rendement moyen, il est passé d’environ 500 kg/ha à près de 1 000 kg/ha (figure 11).

Figure 11 - Région de la Bagoué. Essor de la culture du coton de 1962 à 1976.

38Une telle croissance traduit le succès d’une politique cotonnière vigoureuse quant aux objectifs de surfaces, de production et de rendements. Elle révèle également les qualités d’adaptation et d’assimilation des paysans sénoufo, artisans d’une croissance qui n’a cependant pas été régulière pendant 15 ans. On note :

  • une reprise vigoureuse, jusqu’en 1973, des surfaces mais plus encore de la production, donc des rendements qui dépassent 1 000 kg/ha en 1972 ;
  • après une brève stagnation, une reprise de la progression des surfaces jusqu’en 1976 (plus de 25 %) accompagnée d’un recul de la production (moins de 8 % en 1976), faisant descendre les rendements moyens au-dessous de 1 000 kg/ha ;
  • en 1977 et 1978, un tassement des surfaces, mais un vigoureux redressement de la production, donc des rendements.

39Si l’on néglige l’accident que constitue la campagne 1970-1971, on constate que l'évolution suit une courbe de croissance globale de plus en plus amortie. Surfaces, production, rendements semblent atteindre un seuil au-delà duquel la croissance ne peut plus qu’être modérée. Il est vrai qu’une croissance qui a multiplié en 15 ans les surfaces par 150, la production par 500, les rendements par 2, atteint un plafond défini par l’équilibre qui s’impose entre l’espace, la force de travail et le temps disponible.

L’occupation du sol et le coton

40Avec 25 % des surfaces cultivées, le coton occupe désormais la première place des cultures de la région de la Bagoué. Son introduction est responsable de 45 % de l’accroissement des surfaces cultivées entre 1955 et 1975 ; c’est donc un bouleversement spatial de grande ampleur. La répartition du coton présente de grandes inégalités à l’intérieur de la région (figure 12). Néanmoins autour d’une moyenne régionale de 1,6 ha de coton par km2, on constate que plus de 45 % de l’espace se situent dans cette moyenne, rassemblant près de la moitié des surfaces cotonnières (tableau xvi).

Tableau xvi. Région de la Bagoué en 1975. Répartition des surfaces cotonnières en fonction de leur taux d'occupation du sol

Taux d'occupation du sol par le coton

 % de l'espace régional

 % des surfaces totales en coton

moins de 1 %

29

11

1 % - 2 %

47

49

2 % - 3 %

16

22

plus de 3 %

8

18

Figure 12 - Région de la Bagoué. Répartition des surfaces cotonnières en 1975.

41La carte de l’annexe 39, représentant les surfaces cotonnières rapportées aux surfaces cultivées, met en valeur les zones où le coton détient désormais une place écrasante avec plus de 33 % des surfaces cultivées et parfois même près de 50 % de celles-ci, elle montre aussi les zones où le coton ne joue presque aucun rôle, avec moins de 10 % des surfaces cultivées et parfois même moins de 5 %.

  • 16 On peut l’expliquer par le fait qu’un certain nombre de paysans viennent cultiver du coton à la pé (...)

42Mais il ne s’établit pas forcément un lien entre les zones où le coton occupe une place privilégiée dans le système de cultures et celles où les surfaces de coton sont importantes ; il n’y a pas non plus de corrélation entre les zones de forte occupation du sol et celles où le coton s'impose de loin aux autres cultures. C’est ainsi que des zones de faible occupation du sol, où les surfaces en coton sont peu étendues, peuvent se révéler comme des zones où le coton tient une place essentielle dans le système de culture16. En revanche, des zones de forte occupation du sol où les surfaces en coton sont importantes, peuvent apparaître comme peu cotonnières, relativement à l’ensemble des cultures. Considérant les seuils de 10, 25 et 33 % de surfaces cultivées en coton par rapport aux surfaces totales cultivées, le tableau XVII donne la répartition suivante :

Tableau xvii. Région de la Bagoué en 1975. Répartition des surfaces cotonnières en fonction du taux des surfaces cultivées

Taux d'occupation des surfaces par le coton

 % de l'espace régional

 % des surfaces totales en coton

moins de 10 %

26

8,5

10 %-25 %

50

69,0

25 % - 33 %

15

10,5

plus de 33 %

9

12,0

43Le coton semble encore très peu important à l’ouest de la région de la Bagoué et au sud, jusqu’à proximité de Korhogo. Les zones où le coton tient une place prépondérante dans le système de culture sont :

  • la zone de Tingréla, de part et d’autre d’un axe Bolona-Niougani ;
  • une petite zone, autour des villages de Ouomon et Ouora ;
  • une zone s’étendant du village de Touvré jusqu’à Kasséré ;
  • la partie nord-orientale de la sous-préfecture de Nyofouen ;
  • la bande située de part et d’autre de la piste qui relie M’Bengué au Mali ;
  • enfin une zone comprise dans le triangle Poundiou-Tyasso-Syempurgo.
  • 17 Si l’on considère la surface moyenne cultivée par habitant (54 ares), on peut situer le seuil crit (...)

44Une des conclusions essentielles de cette étude est donc l’inégale répartition du coton dans l’espace et son inégale insertion dans les systèmes de culture locaux. Là où le coton atteint 25 % des surfaces cultivées et dépasse même 33 %, il paraît dangereux d’inciter encore les paysans à accroître leurs surfaces cotonnières. Ils risqueraient alors de réduire aussi bien les surfaces qu’ils consacrent aux cultures vivrières que le temps qu’ils leur accordent, au détriment de leur propre subsistance. En outre, la culture du coton les place sous la dépendance de la CIDT, qui contrôle les prix et par conséquent leur principale source de revenus. Il est donc indispensable de moduler les incitations à cette culture, en tenant compte des possibilités effectives des paysans17.

La population et le coton

  • 18 C’est ainsi qu’à Syonfan, les champs de coton mis en culture le sont à 60 % par des immigrés ou de (...)

45En reprenant les groupes de taille de villages définis au chapitre consacré à l’étude de la population, on a pu observer des corrélations entre l’étendue des surfaces en coton et l’importance démographique des villages (annexe 38) : les villages de plus de 1 000 habitants, qui rassemblent près de 55 % de la population ne cultivent que 48 % des surfaces cotonnières de la région de la Bagoué. Ainsi, plus les villages sont grands, plus faible est la surface moyenne cultivée par habitant. Celle-ci passe de 16,5 ares par habitant pour les villages de moins de 100 habitants, à 15 ares pour ceux de 100 à 250 habitants, 14,5 ares pour ceux de 250 à 500 habitants, 13,5 ares pour ceux de 500 à 1 000 habitants, 12,5 ares enfin pour ceux de plus de 2 000 habitants. Ce phénomène rend compte de la pratique déjà mentionnée des prêts de terre par les paysans des petits villages disposant d’un vaste terroir, à ceux des villages voisins plus peuplés, et/ou de la présence d’immigrants maliens temporaires non recensés (p. 75)18.

46Les variations locales du rapport existant entre la répartition des surfaces cotonnières et la répartition des hommes au sein de l’espace régional (carte en annexe 40) mettent aussi en évidence des zones très cotonnières : la majeure partie de la sous-préfecture de Goulia, la zone de Karakoro et la majeure partie des sous-préfectures de Kasséré et de Nyofouen. Les zones les moins cotonnières sont essentiellement périphériques : à l’ouest et au sud.

47Par ailleurs, les exploitations regroupant de nombreux actifs sont celles, pour l’ensemble du Nord-Ouest, où la surface cotonnière par actif est la moins élevée, que ces exploitations utilisent une charrue ou qu’elles n’emploient que la houe (tableau xviii).

  • 19 Ceci est vérifié précisément dans le cas de la sous-préfecture de Goulia qui a la plus forte produ (...)

48Notons enfin que la production moyenne régionale avoisine 150 kg de coton par habitant. La figure 13 révèle une corrélation forte entre les zones où la production de coton par habitant est la plus élevée et celles où les surfaces cotonnières par rapport à l’espace total ou par rapport à l’ensemble des cultures sont les plus faibles. On peut supposer l’existence de meilleures conditions de culture dans ces zones peu occupées. Mais il faut aussi tenir compte de transferts de travail depuis les zones davantage cultivées et faire appel, au moins pour la zone frontière, à l’activité agricole d’immigrés maliens non recensés par l’administration19.

Tableau xviii. Nord-Ouest ivoirien. Culture du coton et taille démographique des exploitations

Tableau xviii. Nord-Ouest ivoirien. Culture du coton et taille démographique des exploitations

Source : M.B. Barry, Y. Bigot, G. Estur (1977, p.8).

La culture attelée

49D’introduction récente, la charrue peut transformer l’ensemble du système de production de la région.

L'essor de la culture attelée

50En 1971, 206 ha étaient cultivés avec une charrue dans la région de la Bagoué ; en 1975, on dénombre 4 600 ha dont 2 800 ha de coton, soit un peu plus de 5 % de la surface totale cultivée et 13 % des surfaces cotonnières. La croissance a été très forte, puisque les surfaces touchées par la culture attelée ont été multipliées par 22 en cinq ans.

  • 20 Il existe plusieurs modèles de charrues ; l’Arara fabriquée par la SISCOMA de Dakar est un multicu (...)

51En 1975, 1 325 agriculteurs pratiquent la culture attelée dans la région, soit 6 % des planteurs de coton et 1,5 % des actifs agricoles. Ces 1 325 agriculteurs disposent de 3 500 bœufs, ce qui représente environ 5 % du troupeau taurin estimé pour la région et un peu plus d’un attelage par agriculteur. On compte également 1 400 charrues et 460 charrettes (annexe 41)20. Cet essor est illustré par les résultats remarquables du département de Boundiali, qui occupe une place prépondérante dans la diffusion de la culture attelée (tableau xix).

Figure 13 - Région de la Bagoué. Production de coton par habitant en 1975.

52Néanmoins, un tel dynamisme ne doit pas faire illusion. Les effets induits de la culture attelée sont encore réduits et déjà quelques facteurs limitants apparaissent.

Tableau xix. Département de Boundiali de 1971 à 1975. Culture attelée

1971

 % par rapport au Nord-Ouest ivoirien

1975

 % par rapport au Nord-Ouest ivoirien

Nombre de propriétairesde charrues

n.c.

_

1 841

44

Nb de bœufs dressés

102

75

4 202

42

Total des ventes de matériel cumulées

- charrue Arara

42

100

976

46

- autres charrues

4

25

58

35

- houe Manga

3

20

10

42

- charrettes

22

81

418

42

Surfaces labourées à la charrue (en ha)

- total

193

80

4 762

42

- riz de bas-fond

n.c.

-

239

74

- coton

128

84

3 099

35

- maïs

35

95

549

42

- riz pluvial

8

38

356

43

- millet et sorgho

8

73

335

73

- divers (arachide essentiellement)

16

80

184

74

n.c. : non connu. Source : CIDT.

Aspects et effets de la culture attelée

53Une étude de la CIDT (1977) montre une diffusion beaucoup plus grande de la culture attelée dans les grands groupes d'exploitation (tableau xx). Ce phénomène est lié à la disponibilité en main-d’œuvre de ces exploitations : leurs actifs ont pu réaliser d’importantes récoltes de coton, dont les bénéfices sont investis dans l’achat d’un attelage et ils sont capables ensuite de rentabiliser cet investissement.

Tableau xx. Nord-Ouest ivoirien. Répartition des exploitations cotonnières en fonction de leur potentiel de travail humain

Tableau xx. Nord-Ouest ivoirien. Répartition des exploitations cotonnières en fonction de leur potentiel de travail humain

UTH : unité de travail homme. Source : CIDT (1977).

54Contrairement aux objectifs de la CIDT, la culture attelée n’a pas accru les surfaces cultivées par actif. Ainsi, l’étude (CIDT, 1977) de l’influence du potentiel de travail humain sur les exploitations cotonnières du Nord-Ouest (annexes 42 et 43, tableau xxi) montre qu’en moyenne les exploitations de culture attelée ont une surface double de celle des exploitations de culture manuelle. Mais si l’on exclut le coton qui est 2,5 fois plus important dans les exploitations en culture attelée que dans celles en culture manuelle, on remarque que la surface moyenne des premières n’est plus que de 36 % supérieure à celle des secondes. Si l’on tient compte alors de la composition du potentiel de travail des exploitations, on constate que la surface moyenne cultivée par unité de travail homme (UTH) est seulement supérieure de 15 % en culture attelée à ce qu’elle est en culture manuelle. Enfin, si l’on exclut le coton, la surface moyenne cultivée par UTH est la même dans les deux types d’exploitation (1 homme de 15 à 60 ans vaut 1 UTH, une femme aux mêmes âges ou un enfant de plus de 8 ans vaut 0,5 UTH). Ainsi la culture attelée favorise l’accroissement des surfaces cotonnières, mais n’a encore aucune influence sur les surfaces des autres cultures, à l’intérieur d’une même exploitation.

Tableau xxi. Nord-Ouest ivoirien. Comparaison entre les surfaces moyennes cultivées par actif dans les exploitations en culture manuelle et en culture attelée

Culture manuelle

Culture attelée

Nb UTH moyen par exploitation

2,78

4,93

Surface moyenne totale de l'exploitation

3,19 ha

6,49 ha

Surface par UTH

1,15 ha

1,32 ha

Surface coton

0,83 ha

2,27 ha

 % coton

26

35

Surface coton par UTH

0,30 ha

0,46 ha

Surface vivriers par UTH

0,85 ha

0,85 ha

Source : CIDT (1977).

55La tableau xxii confirme la place prépondérante du coton dans la pratique de la culture attelée et montre que le riz est, en proportion, la culture vivrière qui en bénéficie le plus (6 % des surfaces totales cultivées, mais 11,5 % des surfaces en culture attelée) ; ceci est confirmé pour Syonfan où 89 % des rizières ont été labourées à la charrue en 1978.

Tableau xxii. Région de la Bagoué. Surfaces totales et surfaces labourées à la charrue par culture dans les exploitations en culture attelée

Tableau xxii. Région de la Bagoué. Surfaces totales et surfaces labourées à la charrue par culture dans les exploitations en culture attelée

Source : CIDT (1976).

Tableau xxiii. Nord-Ouest ivoirien. Variations du revenu moyen des exploitations en fonction de leur potentiel de travail

Nombre d'UTH par exploitation

0,5 à 1,5

2 à 3,5

4 à 6,5

7

Revenu UTH en culture atteléeRevenu UTH en culture manuelle

1,8

1,7

2

1,2

Source : CIDT (1977, p. 7).

56Si les effets spatiaux de la culture attelée sont encore limités, en revanche elle a déjà des effets positifs sur le plan économique. D’une étude entreprise pour la campagne 1976-1977, il ressort que le revenu monétaire par actif est toujours plus élevé en culture attelée qu’en culture manuelle, même si des variations apparaissent en fonction de la taille des exploitations (tableau xxiii).

57On note que l’écart le plus faible concerne les grandes exploitations qui n’arrivent pas à optimiser les effets de la culture attelée. Une autre étude parvient à un résultat semblable, mais sans distinction de taille démographique des exploitations (tableau XXIV).

Tableau xxiv. Nord-Ouest ivoirien. Revenu net par actif en culture manuelle et en culture attelée

Culture manuelle

Culture attelée

Revenu net par actif

16 100 F CFA

18 799 F CFA

Source : M.B. Barry, Y. Bigot, G. Estur (1977, p. 8).

Facteurs limitant l'expansion de la culture attelée

58a) S’il est vrai que la culture attelée accélère les labours, les sarclages en grande partie et les récoltes en totalité restent manuelles. Il y a donc là de réels goulots d’étranglement.

59b) On assiste aussi à une diffusion de la culture attelée dans les petites exploitations. De 1974 à 1976, la dimension moyenne en actif des exploitations de culture attelée est ainsi passée de 7 actifs à 5,5. Or pour ces exploitations, la force de travail devient problématique ainsi que les possiblités de remboursement du matériel.

60c) Par ailleurs, le tableau xxv précise la charge financière que représente l’investissement nécessaire à la culture attelée. Plusieurs constatations s’imposent :

  • en trois ans, de 1973 à 1976, compte tenu d’une très forte hausse du prix des engrais (plus de 95 %), le revenu net moyen d’un hectare de coton s’est accru de 73 % ;
  • or, dans le même temps, le coût d’un attelage complet augmentait de 105 % (45 % pour la charrette, 90 % pour le multiculteur, 200 % pour la paire de bœufs) ;
  • compte tenu du revenu d’un hectare de coton, il faut donc cultiver 20 % de surface cotonnière de plus en 1976 qu’en 1973, pour couvrir l'achat au comptant d’un attelage.
  • 21 Calculs opérés à partir d’un rendement moyen de 1 000 kg de coton à l’hectare (annexe 2) et du tem (...)

61Ce constat doit être nuancé dans la mesure où la CIDT propose le matériel à crédit (mais non les bœufs). Livré en avril, en début de la campagne cotonnière, le maté riel est payable en trois annuités, prélevées directement sur les gains de l’agriculteur, au moment de la collecte du coton, à partir de décembre. Mais le taux d’intérêt s’est élevé de 6 %, en 1971, à 8,35 % en 1973 et à 9,2 % en 1976. Compte tenu du remboursement échelonné du capital, la somme des intérêts versés par le paysan s’élève à presque 19 000 F CFA, soit au prix de 80 F CFA le kg de coton, une ponction sur trois ans de 237 kg de coton ; cela revient à retirer au paysan environ 7 ares par an pendant trois ans, ce qui correspond à environ 11 jours de travail21.

  • 22 En 1973, il fallait 18 personnes pour dégager le revenu nécessaire à l’achat d’un attelage complet (...)

62Ces données expliquent en grande partie la diffusion privilégiée de la culture attelée dans les grandes exploitations, où l’investissement que représentent de tels achats est possible, à tel point qu’elles achètent parfois plusieurs charrues et charrettes22. À terme, pour éviter que ne se créent de trop grands déséquilibres entre des exploitations capables de s’équiper et de devenir des prestataires de services, et de petites exploitations incapables d’investir dans le matériel de culture attelée, il faut envisager des adaptations pour ces dernières (un matériel moins cher que la charrue Arara et plus léger pour être tracté par un seul bœuf), comme le proposait la CIDT dans son rapport annuel 1974-75.

Tableau xxv. Nord-Ouest ivoirien de 1973 à 1976. Évolution comparée des revenus tirés de l'exploitation du coton et du coût d'un attelage complet

1973 (F CFA)

1976 (F CFA)

 % de croissance 1973-1976

Prix du kg de coton

45

80

+ 77

Rendement moyen (kg/ha)

1 100

1 100

+ 0

Revenu net moyen d'1 ha

49 500

88 700

+ 77

Prix de l'engrais(1)

11 500

22 450

+ 95

Revenu net moyen d'1 ha

38 000

65 550

+ 72

Revenu d'une journée de travail sur un champ de coton(2) (temps de dessouchage au treuil réparti sur 6 ans)

222

383

+ 73

Prix d'un multiculteur

22 000

43 000

+ 90

Prix d'une charrette

42 000

60 000

+ 45

Prix d'une paire de bœufs

30 000

90 000

+ 200

Coût d'un attelage complet

94 000

193 000

+ 105

Surface en coton nécessaire pour acheter un attelage complet (ha)

2,5

3

+ 20

(1) Valeur calculée pour une dose d'engrais de fond, plus l'engrais complémentaire.
(2) 171 jours de travail par hectare (annexe 107).

63d) Enfin, la culture attelée repose sur la constitution d’un attelage de deux bœufs, de plus en plus coûteux. En quatre ans, le nombre de bœufs dressés est passé, pour la région de la Bagoué, de 450 (1971) à 3 500 têtes (1975). Dans le même temps, le prix d’une paire de bœufs s’est élevé de moins de 30 000 à 90 000 F CFA sans possibilité de crédit. Outre le problème de l’acquisition des animaux, se pose aussi celui de leur choix : une concurrence peut s’affirmer entre l’élevage destiné à la culture attelée et celui destiné à la boucherie. La culture attelée établit néanmoins un pont entre la culture et l’élevage, traditionnellement séparés, sur lequel nous reviendrons au chapitre suivant.

Conclusion

64La culture du coton est devenue, en quinze ans, la principale activité agricole de la région de la Bagoué. Au moins 25 000 ha, peut-être 30 000 ha y sont désormais consacrés, sur un espace total cultivé d’environ 90 000 ha. Bénéficiant de bonnes conditions naturelles, cette culture a connu une expansion rapide et générale, bien que nuancée localement. La “subversion” cotonnière n’est pas seulement une question de surfaces mais aussi et surtout une remise en cause du fonctionnement du système agricole pratiqué jusqu’alors. Cette culture implique l’adoption par les paysans de nouvelles techniques qui bouleversent leurs habitudes et surchargent leur emploi du temps : défrichements au treuil, épandages de produits de traitement, introduction des engrais, sarclages répétés et longue période de récolte, pratiques auxquelles s’ajoute la possibilité d’un passage à la culture attelée, voire même depuis 1978, à la culture motorisée.

65Rappelons quelques observations sur les effets de cette politique :

  • On peut tout d’abord parler de réussite, tant il est vrai que l’introduction du coton a trouvé des paysans intéressés et disponibles qui n’ont pas rechigné à la tâche et ont pu, par ailleurs, en tirer quelques bénéfices monétaires.
  • Toutefois, force est de reconnaître que la réussite du coton n’est pas nécessairement signe de progrès pour l’ensemble du système agricole, tant il est vrai que la plupart des pratiques nouvelles introduites restent encore très liées au coton, sans profit pour l’ensemble des cultures.
  • Le coton fixe les investissements, les énergies, les préoccupations sans retombée réelle sur des cultures vivrières pourtant essentielles, auxquelles il ne s’insère que très progressivement dans des successions culturales qui le privilégient encore trop.
  • Enfin, l’intensification du système agricole dans son ensemble, annoncée par la CIDT, mais peu ou mal mise en œuvre et qui implique une stabilisation des cultures, ne peut pas aboutir tant que la logique paysanne trouve dans ses propres pratiques, c’est-à-dire l’utilisation d’un espace abondant, une issue plus efficace à la croissance des surfaces cultivées.

66Ce constat signifie que la mise en œuvre de nouvelles pratiques implique une meilleure connaissance de ce qui existe déjà, une attention particulière aux réponses des exploitants à cette “subversion” de leur système agricole, surtout un choix pédagogique des priorités adapté aux réels besoins des paysans. La culture attelée est probablement une de ces priorités qui permet notamment l’association de l’agriculture à l’élevage.

Mutations de l’élevage bovin : de l’isolement à l’association avec l’agriculture

  • 23 Voir la thèse de E. Landais (1984) consacrée à l’élevage dans le nord de la Côte-d’Ivoire.

67Depuis 1955, l’élevage bovin traditionnel a dû s’adapter aux modifications de l’agriculture (densification des champs des interfluves, ouverture des rizières dans les bas-fonds et surtout introduction de la charrue) ; il a dû aussi s’accommoder, à partir de la fin des années soixante, de l’installation de nouveaux troupeaux de zébus conduits par des Peul venus du nord et fuyant la sécheresse23.

Élevage et espace

  • 24 Les races n’dama et baoulé, dont la caractéristique la plus importante est la trypanotolérance, on (...)
  • 25 J. Peltre-Wurtz (p. 208) relève les difficultés pour évaluer les diverses formes de petit élevage, (...)

68Dans la région de la Bagoué (annexe 44), l’élevage bovin a donc une double nature : aux troupeaux de taurins, de race n’dama et baoulé24 appartenant aux villageois sédentaires, s’ajoutent les troupeaux de zébus des éleveurs peul. Parmi ces derniers, certains traversent seulement la région, d’autres y demeurent, animés de mouvements d’amplitude plus réduite. Les problèmes posés par les uns et les autres ne sont pas de même nature. Par ailleurs, sans en nier l’existence, nous ne nous attarderons pas sur les autres formes d’élevage (ovins, caprins, volaille, etc.), pour lesquelles manquent des données suffisantes25. En revanche, l’analyse des documents de la SODEPRA (Société pour le Développement de la Production animale), en particulier le dépouillement d’une enquête qu’elle effectua en 1977, permet une bonne approche de l’élevage taurin de la région.

De forts contrastes dans la répartition des troupeaux

Les taurins

69Les 70 000 taurins recensés se répartissent de façon inégale. Les plus fortes densités, supérieures à 8 taurins par km2, s’élevant localement à plus de 20 taurins par km2, se rencontrent surtout à l’est de la Bagoué, dans un triangle Pinyon-Soloniougo-Kouto, ainsi que dans la région de Tingréla. Les plus faibles densités, inférieures ou égales à 1 taurin par km2 se situent surtout à l’ouest, dans un triangle Kadyasso-Fandasso-Nowonongbon, ainsi qu’au nord de Syanhala et au confluent du Badénou et du Bandama. On observe donc une assez forte concentration du troupeau taurin (figure 14) : 30 % du troupeau occupe 61 % de l'espace (densité inférieure à 4 taurins par km2), alors que 45 % du troupeau se concentre sur 18 % de l’espace (densité supérieure à 8 taurins par km2)

Tableau xxvi. Région de la Bagoué en 1975. Répartition du troupeau de taurins par sous-préfecture

Sous-préfecture ou partie de sous-préfecture

Densité de taurins par km2

 % troupeau régional

 % espace régional

Korhogo

18

13

3,5

Kasséré

8

11

7

Nyofouen

7

13

9

M'Bengué-Niéllé

4,5

14,5

15

Tingréla

4

13,5

15

Kouto

4

5

5,5

Gbon

3,5

4

5

Kolia

3,5

9,5

12

Madinani

3,5

6,5

9

Boundiali

3

6,5

11

Goulia

2,5

3,5

8

Source : Enquête S0DEPRA (1977), dépouillée par nos soins.

70Cette concentration se trouve confirmée par le tableau xxvi : quatre sous-préfectures, situées à l’est de la Bagoué (Korhogo, Kasséré, Nyofouen, M Bengué) ont une densité de taurins supérieure à la moyenne régionale et rassemblent, sur 34 % de l’espace, 50 % du troupeau. À l’opposé, quatre sous-préfectures situées à l’ouest et au sud (Goulia, Kolia, Madinani, Boundiali) ne rassemblent que 26 % du troupeau, sur 40 % de l’espace.

Les zébus

71On a recensé environ 80 000 zébus dans la région de la Bagoué. Leur répartition est également très contrastée, bien que leur localisation soit différente de celle des taurins. Les plus fortes densités, dépassant 8 zébus par km2, se situent le long de l’axe Boundiali-Tingréla et de la Bagoué. Ailleurs, surtout à l’ouest, les densités de zébus sont faibles (figure 15). Cette répartition varie avec les mouvements propres aux troupeaux zébus. Les résultats sont néanmoins nets : sur les 52 % de l’espace où la densité est la plus faible séjourne moins de 28 % du troupeau régional, alors que sur les 31 % les plus denses vit 52 % du troupeau.

72Dans la répartition du troupeau zébu par sous-préfecture (tableau xxvii), la zone ouest se distingue encore par la faiblesse des densités de zébus. Le vaste triangle que forment les trois sous-préfectures de Goulia, Kolia, Madinani ne rassemble que 12,5 % du troupeau zébu régional, sur près de 30 % de l’espace. De même, la pointe sud-est de la région, sur 12 % de l’espace, ne renferme que 4,5 % du troupeau régional. En outre, on note de sensibles différences entre la liste des sous-préfectures où la densité de zébus est la plus importante et celle des sous-préfectures où la densité de taurins est la plus élevée. L’éventuelle complémentarité des deux types de troupeaux, dans l’occupation de l’espace, se trouve ainsi posée et son étude passe par une approche de la charge pastorale globale, dans ses rapports avec l’espace disponible.

Une charge pastorale globale très inégale

73Bien que taurins et zébus se distinguent tout autant par leur rapport avec l’espace que par le mode d’exploitation et de gestion, il n’est pas inutile de les réunir statistiquement afin de définir les variations locales de la charge pastorale. Dans le tableau xxviii, figurent la densité globale de bovins (taurins et zébus confondus), le taux d’occupation agricole du sol (tel qu’il ressort de nos études antérieures) et l’indication de la surface théoriquement disponible par bovin en saison de culture, une fois déduite l’estimation des surfaces cultivées. Ces données, établies par sous-préfecture, ne constituent qu’un classement théorique visant à préciser les seules limites supérieures de la charge pastorale. En effet, il est clair que tout l’espace non cultivé n’est pas pâturable, alors qu’en saison sèche, les surfaces cultivées peuvent l’être. Des études sur la nature des sols, l'état du couvert végétal et la proximité de l’eau, permettraient de définir l’espace réellement utilisable par l'élevage.

Tableau xxvii. Région de la Bagoué en 1975. Répartition du troupeau de zébus par sous-préfecture

Sous-préfecture ou partie de sous-préfecture

Densité de zébus par km2

 % troupeau régional

 % espace régional

Kouto

12

13

5,5

Kasséré

9

11

7

Boundiali

8

16

11

Gbon

8

8

5

M'Bengué-Niéllé

6,5

18

15

Tingréla

6

17

15

Goulia

4

6

8

Nyofouen

2,5

4

9

Kolia

2

4,5

12

Madinani

1,5

2

9

Korhogo

0,5

0,5

3,5

Source/Enquête SODEPRA (1977), dépouillée par nos soins.

Figure 14 - Région de la Bagoué. Densité de taurins en 1975.

Figure 15 - Région de la Bagoué. Densité de zébus en 1975.

74E. Landais (1984, p. 275), tout en reconnaissant les difficultés à dresser l’inventaire des parcours disponibles, précise les restrictions intervenant dans la définition des zones utilisables par l’élevage : d’abord les infestations saisonnières ou permanentes des pâturages par les glossines ou les tiques (...) notamment en forêt ou à proximité des bas-fonds non défrichés ; ensuite l’éloignement par rapport au parc et aux points d'eau ouverts au bétail à la saison considérée qu’il évalue à 5 km ; enfin l’accessibilité des pâturages liée à la localisation des champs, dont la répartition dans l’espace villageois bloque tout déplacement dans certaines directions. La coïncidence des espaces pastoraux et agricoles est donc une donnée fondamentale qui pose, au moins à terme, le problème d’une compétition entre l’élevage et l’agriculture.

75Ces limites posées, il n’est pas moins important de saisir les vigoureux écarts qui existent entre la charge pastorale des différentes sous-préfectures de la région de la Bagoué. Du tableau xxviii, ressort tout d’abord une nette opposition entre une vaste zone occidentale, limitée par une ligne Mahandianaba-Kolia-Dyogo, où la charge pastorale globale est très faible, et deux zones assez chargées, l’une formée par les trois sous-préfectures centrales de la région (Kouto, Gbon, Kasséré), l’autre par les marges de la zone dense de Korhogo au sud-est.

Tableau xxviii. Région de la Bagoué en 1975. Charge pastorale par sous-préfecture

Tableau xxviii. Région de la Bagoué en 1975. Charge pastorale par sous-préfecture
  • 26 UBT, ou unité de bétail tropical, correspond à un bovin de 250 kg de poids vif, soit, selon les ca (...)

Note 2626
Source : Enquête SODEPRA (1977), dépouillée par nos soins.

  • 27 Si notre type d’approche ne permet pas de déceler une quelconque complémentarité, d’autres travaux (...)

76Cette inégale répartition des troupeaux dans l’espace se traduit par l’impossibilité de dégager une quelconque corrélation entre l’état des troupeaux et celui des surfaces cultivées. En effet, on doit souligner que la surface disponible en théorie par bovin n’est liée par aucun rapport constant au taux d’occupation agricole : parmi les six sous-préfectures où la densité de bovins est supérieure à la moyenne régionale, trois ont des taux d’occupation du sol les plus élevés de la région. De même, on peut remarquer que dans les sous-préfectures où la surface disponible en théorie par bovin est la plus élevée, le taux d’occupation agricole varie du simple à plus du double. Ainsi, ce n’est pas la quantité d’espace laissé disponible par l’agriculture qui conditionne la présence des troupeaux, mais d’autres facteurs, probablement d’ordre démographique. On remarque enfin que les troupeaux de zébus ne sont pas complémentaires dans l’espace de ceux de taurins : là encore, aucune corrélation ne se dégage, qui permette d’affirmer que les premiers s’installent là où les seconds sont les moins importants27.

77Une telle situation des troupeaux par rapport à l’espace porte en elle le germe de conflits : l’indifférence qui paraît se manifester dans la répartition spatiale de trois activités indépendantes, agriculture, élevage de taurins et élevage de zébus, sans qu’aucune complémentarité ne se dessine, peut conduire à la concurrence.

Élevage taurin et population

78Seuls les troupeaux taurins peuvent être liés directement à la population officiellement recensée, celle des villageois, ce qui n’est pas le cas des troupeaux de zébus, dont les propriétaires peul échappent aux recensements.

Troupeaux taurins et taille des villages

79La répartition des troupeaux taurins de la région en fonction des villages classés par taille (annexe 45 et tableau xxix) montre que plus les villages sont grands, plus le nombre de taurins par habitant est faible. Il semblerait donc que bien plus que l’espace disponible ou la densité humaine, ce soit la taille des unités d’habitation qui conditionne la répartition des troupeaux de taurins de la région.

80Malheureusement, il n’est pas possible d’avancer des explications satisfaisantes à cette constatation, tant manquent les informations sur les modes de gestion des troupeaux et sur les modes d’exploitation des pâturages. Toutefois, ce phénomène en rappelle d’autres précédemment observés, par exemple le fait que les superficies cultivées par habitant soient d’autant plus grandes que les villages sont petits. Des transferts de travail, mesurés sur les terroirs de la sous-préfecture de Kasséré rendent compte de cette distorsion. Il existerait donc, même pour l’élevage, des seuils de rupture au-delà desquels s’impose un redéploiement des activités dans l’espace, au profit des petits villages d’autant plus que la taille des terroirs n’a aucun rapport avec la taille démographique des villages. Les petits villages ont donc de la place.

Tableau xxix. Région de la Bagoué en 1975. Relation entre le nombre de taurins pour 100 habitants et les villages classés par taille

  • 28 Compte non tenu des villages pour lesquels nous n'avons disposé d'aucune information sur la présen (...)

Groupe de taille de village

 % troupeau taurin

 % population

Nombre de taurins pour 100 habitants

Jusqu'à 100 habitants

>1

>1

7928

101- 250

13

7

75

251- 500

19

15

56

501- 1 000

27

22

47

1 001 - 2 000

21

23

36

plus de 2 000

19

32

23

Source : Enquête SODEPRA (1977), dépouillée par nos soins.

81Une autre approche du problème consiste à calculer la taille médiane des villages pour un certain nombre de paliers de rapports entre taurins et population (annexe 46). Là encore la corrélation est nette (tableau xxx) : plus le rapport entre le nombre de taurins et la population est grand, plus le village est petit. Une telle situation révèle en fait la non-concordance entre les données démographiques et les estimations des troupeaux. Cette non-concordance résulterait de transferts d’animaux.

82De tels transferts sont difficiles à étudier tant les paysans sont réticents à dévoiler les secrets dont ils entourent leur pratique pastorale. Le tableau xxxi dresse néanmoins un constat intéressant.

83L’ampleur des transferts est nette, ce qui n’exclut pas d’émettre quelques doutes sur la validité des réponses obtenues dans cette enquête :

84– Il est curieux que les petits villages (moins de 100 habitants) soient si peu nombreux à recevoir des taurins en pension, alors que nos travaux précédents ont prouvé que le nombre de taurins pour 100 habitants y est très supérieur à la moyenne régionale. Cela voudrait-il dire qu’effectivement les paysans des tout petits villages ont des troupeaux plus importants ? Ou cela correspond-il à une insuffisance de l’enquête ? L’analyse, réalisée à Syonfan (p. 210), montrant la place importante tenue par les taurins venus de Kasséré, à l’intérieur du troupeau pâturant le terroir de ce petit village, inclinerait à pencher pour la seconde hypothèse.

Tableau xxx. Région de la Bagoué en 1975 .Relation entre le nombre de taurins pour 100 habitants et la taille médiane des villages

Nombre de de taurins par 100 habitants

Taille médiane des villages

Jusqu'à 10 têtes pour 100 hab.

890 hab.

11- 25 têtes pour 100 hab.

910 hab.

26- 50 têtes pour 100 hab.

540 hab.

51-100 têtes pour 100 hab.

360 hab.

plus de 100 têtes pour 100 hab.

200 hab.

Source : Enquête SODEPRA (1977), dépouillée par nos soins.

Tableau xxxi. Région de la Bagoué en 1975. Transferts de taurins entre les villages

Groupes de taille de village

 % du nombre de villages recevant des taurins en pension

 % du nombre de villages plaçant des taurins dans d'autres villages

Jusqu'à 100 hab.

31

8

100- 250 hab.

95

72

250- 500 hab.

77

63

500- 1 000 hab.

90

86

1 000 - 2 000 hab.

85

89

plus de 2 000 hab.

90

100

Moyenne

80

70

Source : Enquête SODEPRA (1977), dépouillée par nos soins.

85– Il est intéressant de constater que les gros villages sont pratiquement aussi nombreux à recevoir des taurins en pension qu’à en placer à l’extérieur, ce qui conduirait à expliquer les transferts davantage par un souci de dispersion et de secret que par le seul manque de place.

86– Enfin, l’écart de 10 % entre les villages qui affirment recevoir des taurins en pension et ceux qui reconnaissent en placer à l’extérieur traduit bien les réticences paysannes à dire qu’on possède des taurins.

87Ainsi, l’enquête directe auprès des paysans ne permet pas de confirmer totalement les conclusions auxquelles conduit l’enquête statistique.

Étude d’un cas : la sous-préfecture de Kasséré ou Pongala

  • 29 Deux villages sur dix-sept sont exclus de cette recherche, aucune évaluation de leurs troupeaux n’ (...)

88On peut affiner l’analyse des rapports entre la répartition des taurins et des hommes dans le cadre plus restreint de la sous-préfecture de Kasséré, à partir des évaluations statistiques des troupeaux de taurins villageois. Ces évaluations sont sujettes à caution (de 28 % inférieures à la réalité pour Syonfan par exemple), mais on peut supposer l’erreur également répartie et admettre que les conclusions de l'étude sont néanmoins fortement indicatives29. Nous avons tenté trois approches distinctes : la première part de la densité moyenne de taurins par villages, la seconde du nombre moyen de taurins pour 100 habitants, la troisième de la taille moyenne des villages.

Répartition des troupeaux de taurins en fonction de leur densité

89Par rapport à une densité moyenne de 8 taurins par km2, les terroirs de la sous-préfecture de Kasséré ont été partagés en deux groupes : les terroirs où la densité de taurins est supérieure à la moyenne et ceux où elle est inférieure. Les résultats du tableau xxxii confirment deux hypothèses précédentes :

  • les faibles densités de taurins correspondent à de petits villages (652 habitants en moyenne) ne disposant que de petits troupeaux (301 taurins en moyenne) sur des terroirs en revanche assez grands (84 km2 de moyenne) ; la place disponible ne commande donc pas la répartition des troupeaux de taurins ;
  • la densité des taurins croît, bien qu’à un rythme différent, avec celles des hommes ; la répartition des troupeaux serait donc liée à celle des hommes.

Répartition des troupeaux de taurins en fonction de leur nombre pour 100 habitants

90Autour d’un rapport moyen de 55 taurins pour 100 habitants, sont répartis les villages où ce rapport est inférieur à la moyenne et ceux où il est supérieur (tableau xxxii). Le rapport entre le nombre de taurins pour 100 habitants et la taille des villages est inversement proportionnel. On enregistre même des cas extrêmes : à Pongafré (187 habitants), on constate 96 taurins pour 100 hab. ; à Syenré (375 habitants), 98 taurins pour 100 hab. ; à Syonfan (357 habitants), 128 taurins pour 100 hab. et à Toba (83 habitants), 237 taurins pour 100 hab. Or les terroirs de ces villages ne sont pas particulièrement grands (42,5 km2 en moyenne), ce qui confirme encore que la place disponible n’intervient pas dans la répartition des taurins.

Tableau xxxii. Sous-préfecture de Kasséré en 1975. L'élevage taurin

Densité moyenne

Moins de 8 taurins par km2

Plus de 8 taurins par km2

Nombre de terroirs

7

8

Surface moyenne des terroirs

84 km2

60 km2

Taille moyenne des villages

652 hab.

1 184 hab.

Densité humaine moyenne

7,7 hab./km2

19,7 hab./km2

Taille moyenne des troupeaux villageois

301 taurins

712 taurins

Densité moyenne

3,57 taurins/km2

11,87 taurins/km2

Source : Enquête SODEPRA (1977), dépouillée par nos soins.

Tableau xxxiii. Sous-préfecture de Kasséré en 1975. Relation entre la taille des troupeaux taurins et celle des villages

  • 30 Deux villages, Kpalo et Yélé, se situent juste à la moyenne et n'ont pas été pris en compte ici.

Moins de 55 taurins pour 100 habitants

Plus de 55 taurins pour 100 habitants

Nombre de villages30

5

8

Taille moyenne des villages

1 300 hab.

754 hab.

Taille moyenne des troupeaux villageois

485 taurins

559 taurins

Nombre moyen de taurins pour 100 habitants

37

75

Source : Enquête SODEPRA (1977), dépouillée par nos soins.

Tableau xxxiv. Sous-préfecture de Kasséré en 1975. Répartition des troupeaux taurins en fonction de la taille des villages

Taille des villages

Moins de 842 habitants

Plus de 842 habitants

Nombre de villages

8

7

Surface moyenne des terroirs

53 km2

93 km2

Taille moyenne des villages

317 hab.

1 650 hab.

Taille moyenne des troupeaux villageois

232 taurins

850 taurins

Densité humaine moyenne

6 hab. par km2

18 hab. par km2

Densité taurine moyenne

4,4 têtes au km2

9 têtes au km2

Nombre moyen de taurins

73 têtes pour 100 hab.

51 têtes pour 100 hab.

Source : Enquête SODEPRA (1977), dépouillée par nos soins.

Répartition des troupeaux de taurins en fonction de la taille des villages où il sont recensés

91De part et d’autre d’une moyenne de 842 habitants par village, les 15 villages de la sous-préfecture de Kasséré ont été partagés en deux groupes (tableau xxxiv). On note que les grands villages ont des troupeaux moyens nettement supérieurs à ceux des petits villages, que la densité taurine des grands villages est supérieure à celle des petits villages et que cette densité croît dans le même sens que celle des hommes, et pourtant le nombre de taurins par habitant est plus élevé dans les petits villages que dans les grands.

  • 31 E. Landais (1984, p. 279) estime qu'un troupeau de 250 bovins peut satisfaire ses besoins alimenta (...)

92Les petits villages situés à la périphérie des noyaux de fort peuplement bénéficient donc du transfert de taurins appartenant à des paysans de ces noyaux denses. Tout le problème est de savoir s’il existe des seuils de charge pastorale qui conditionnent ces transferts. Mais la méconnaissance des possibilités fourragères des terroirs rend impossible ce type d’estimation31.

93Les difficultés rencontrées pour tenter de définir une cohérence dans la répartition des troupeaux de taurins persistent quand on cherche à préciser la place de l’élevage dans l’économie régionale. Les obstacles à vaincre pour associer élevage et agriculture sont encore considérables.

De l’élevage bovin marginal à l’élevage bovin associé

La situation marginale de l'élevage taurin

La garde des troupeaux

  • 32 La possession d’un troupeau, plus encore qu’un signe de richesse, destiné à être reconnu comme tel (...)

94Le problème majeur est celui de la séparation totale entre l’agriculture et l’élevage. Le paysan ne se considère pas comme un éleveur, bien que la possession de taurins soit recherchée et appréciée comme signe de richesse et de pouvoir32.

  • 33 E. Landais (1984, p. 225) reprend ici les conclusions de l’étude de M. Pescay et C. Arditi, 1978.

95Les modes d’appropriation des animaux sont si variés qu’il est souvent impossible de connaître réellement le propriétaire de telle ou telle bête, d’autant plus que le secret pèse sur tout ce qui concerne l’élevage ; toutefois il est possible de parvenir à quelques certitudes (E. Landais, 1984). Les propriétaires ont acquis leurs taurins par achat, par dot ou par héritage, éventuellement par don ou même par “confiage”. Le “confiage” permet au preneur d’acquérir, à titre individuel, une partie de la descendance des animaux qui lui sont confiés33. L’évolution, autant qu’on puisse la saisir, semble aller dans le sens d’une appropriation de plus en plus individuelle du cheptel, au détriment de celui de la famille, géré par son chef. Le cheptel de la famille sert en général pour les utilisations traditionnelles non monétaires : héritages, dots, sacrifices, mais aussi pour la culture attelée, tandis que le cheptel individuel sert davantage à des transactions monétaires.

96Le chef de parc gère un troupeau, rassemblant généralement les animaux de plusieurs propriétaires.

97Responsable désigné du troupeau communautaire, il reçoit de ses pairs, à l’origine, un mandat technique strictement limité (...). Il a donc la charge, d’une part d’organiser le gardiennage de jour pendant la période des cultures, d’autre part de veiller à l’entretien du parc (E. Landais, 1984, p. 213.)

98Ce chef de parc est donc l’interlocuteur unique des bouviers, l’interlocuteur privilégié des organismes de développement et l’interlocuteur en cas de conflits liés aux dégâts de cultures, ce qui lui confère un prestige certain.

99En pays sénoufo, l’institution du chef de parc est ancienne, fortement impliquée dans la tradition sociale et surtout convoitée du fait du développement du “confiage” qui confère un intérêt important à cette charge.

  • 34 Est preneur celui qui reçoit une bête en garde dans le cadre d’un contrat de “confiage”.

100(E. Landais, 1984, p. 215.) Bien que le “confiage” ne soit pas une pratique directement liée à cette fonction, il faut noter que l’assimilation entre chef de parc et preneur34, dans le cadre d’un contrat de “confiage”, est de plus en plus fréquente. En contrepartie de l’obligation de gestion du cheptel qu’il reçoit, le preneur bénéficie de l’attribution d’une partie du croît du troupeau reçu en garde. Quatre raisons principales sont évoquées pour rendre compte d’une telle pratique (E. Landais, 1984, p. 217) :

  • les liens privilégiés unissant propriétaire et preneur de bovins, qui reproduisent les solidarités villageoises ;
  • l’ambiguïté planant sur la réelle identité du propriétaire, qui permet de maintenir la tradition du secret ;
  • l’assurance de remettre ses animaux à un homme réputé compétent, qui libère les paysans de l’élevage de leurs taurins ;
  • enfin, la possibilité de répartir ses animaux en plusieurs parcs, qui réduit les risques en cas d’épizooties.
  • 35 D’après une enquête de la SODEPRA de 1977, menée notamment dans 164 villages de la région de la Ba (...)
  • 36 À Syonfan, 4 parcs sont gardés par un Peul, un seul est gardé par des enfants.

101Le chef de parc confie, à son tour, la garde effective du troupeau à un bouvier, dont le statut confirme l’impression que l’élevage est bien une activité volontairement mise à part35 : tout d’abord, la garde des troupeaux est effectuée dans 75 % des cas par des bouviers étrangers à la Côte-d’Ivoire, ce n’est que dans 17 % des cas qu’elle est effectuée par des gens originaires du village où se trouve le troupeau ; en outre, 72 % des bouviers sont Peul et 6 % Malinké, ce qui réduit à peu la place des Sénoufo ; enfin dans 38 % des cas, les bouviers adultes se font aider par des enfants, presque toujours originaires du village où se trouve le troupeau ; les enfants sont mis à contribution très tôt, ils sont même seuls à garder les troupeaux dans 4 % des cas, enfin ils représentent 37 % de l’effectif des bouviers36. Le paysan sénoufo semble donc se décharger le plus possible des soins à donner à des animaux avec lesquels il n’est pas très à l’aise. Par ailleurs, le fait que le bouvier soit un étranger ou un enfant, confère à cette activité une certaine forme d’indignité.

  • 37 On peut comparer les résultats de cette enquête à ceux obtenus à Syonfan en 1975 : les quatre bouv (...)

102Le bouvier est lié au troupeau dont il a la garde par diverses formes de contrat oral, difficiles à bien connaître, mais dont on peut apprécier quelques éléments37 :

  • dans 87 % des cas, le bouvier reçoit de l’argent et des avantages en nature, dans 11 % des cas, seulement des avantages en nature et dans 2 % des cas, seulement de l’argent ;
  • dans 70 % des cas, les avantages obtenus sont la nourriture, le lait et le logement, dans 14 % des cas, le lait et le logement, dans 6 % des cas, le lait seulement et dans 5 % des cas, la nourriture et le logement ;
  • dans 90 % des cas, le lait reste au bouvier seul, soit pour la vente, soit pour sa consommation ;
  • enfin, 60 % des bouviers ont des animaux en propre dans le troupeau qu’ils gardent.

103Dans les types de contrat relevés, exceptionnelles sont les allusions à des dons de terre, exceptionnelles aussi les allusions à une participation du bouvier à la vente de bêtes ou au partage du croît du troupeau.

Les modes d’exploitation des troupeaux

104Les pâturages naturels dont l’étude commence à être assez précise (J. Audru, 1977 et J. César, 1978) ont des potentialités élevées, mais très inégalement exploitées. La région de la Bagoué se présente comme un domaine essentiellement savanicole, même si les formations forestières y sont encore fréquentes, en particulier à l’ouest. L’essentiel de la strate herbacée est composée de graminées qui contribuent pour 97,6 % à la production herbacée totale. J. César a dressé un tableau (annexe 47) des principales graminées et de leur intérêt pastoral. Celui-ci est défini notamment par la valeur nutritive de la plante, elle-même liée aux conditions édaphiques ; au stade de développement végétatif, cette valeur nutritive est aussi fonction de la résistance de la plante à des situations de prélèvements réguliers et à sa productivité, dépendant en partie de facteurs climatiques. Il faut tenir compte également des feuilles d’arbres dont le rôle est essentiel pour l'alimentation des troupeaux en saison sèche.

  • 38 Certains de ces ligneux (Daniella oliveri et Isoberlinia doka) possèdent en saison sèche des fruit (...)

105Dans la pratique, l’utilisation des pâturages naturels est réduite à cause des difficultés d’accès liées à l’emplacement des parcs, à la localisation des points d’eau, à la proximité et à la dispersion des cultures. Par ailleurs, le fragile équilibre entre les ligneux et les graminées peut être remis en cause par certaines pratiques (feux de brousse à contretemps, mise en culture excessive de certaines parcelles ou surpâturage de zones proches des parcs) qui conduisent au remplacement de bonnes graminées par d’autres de valeur pastorale faible ou nulle (on assiste ainsi au remplacement d’Andropogon gayanus par Imperata cylindrica et Panicum phragmitoïdes). Ces pratiques favorisent aussi l’invasion des pâturages par certains ligneux particulièrement conquérants, tels que Cochlospernum planchonii, Dianellia oliveri, Isoberlinia doka, Lophira lanceolata ou Pericopsi lasciflora38.

106Les difficultés de gestion optimale des pâturages disponibles sont illustrées par d’autres informations issues de la SODEPRA :

  • Tout d’abord la garde des troupeaux n’est pas régulière, la garde annuelle ne représente que 37 % des cas et elle n’est générale qu’en saison des cultures où la divagation n’est plus possible39.
  • Par ailleurs, en saison sèche, l’abreuvement commande les déplacements du bétail et la localisation des pâturages ; la distance est un handicap, quand on sait que dans 30 % des cas, il faut parcourir plus de 5 km à partir du parc pour trouver un point d’eau ; dans 80 % des cas, celui-ci est dans un bas-fond de marigot ou de fleuve, les risques sont alors ceux d’une surexploitation des zones pâturables à proximité des points d’eau ; ce problème est tellement aigu qu’un vaste plan d’hydraulique pastorale à d’ailleurs été engagé40.
  • En saison des pluies, on note aussi une exploitation excessive de certains emplacements proches des villages (58 % des parcs sont à moins de 500 m des cases) toujours situés du côté de la sortie des animaux, parce que les parcours pastoraux doivent alors éviter les champs et parce que les animaux ne peuvent aller loin du fait de leur sortie tardive des parcs. Ainsi, de vastes espaces restent inemployés41.
  • Enfin, l’état sanitaire des troupeaux est souvent déficient, avec notamment un taux d’infestation relativement élevé par la trypanosomose.

107La trypanosomose bovine est présente dans tout le Nord de la Côte-d Ivoire et provoque des pertes importantes, même parmi le cheptel taurin. La progression du métissage zébu et l'éventualité d’un retour à une pluviométrie normale ne peuvent que donner à craindre une augmentation de l’importance de cette affection. (E. Camus, 1980, p. 39.)

108Il en va de même pour la brucellose.

109La brucellose bovine dans le Nord de la Côte-d'Ivoire n’intervient pas seulement dans les avortements, mais aussi et surtout dans les mortalités de veaux et dans la fécondité des femelles. (E. Camus, 1980, p. 46.)

110La reproduction des taurins est mieux connue, mais non maîtrisée. Malgré un groupement des naissances, en fin d’année, très marqué pour la race baoulé, moins pour la race n’dama, la SODEPRA relève de fortes variations saisonnières dans la répartition des mises-bas, liées à une distribution mal élucidée de la fréquence et de la fécondité des saillies. Face à un objectif ambitieux qui consiste à porter le taux de fécondité à 75 %, la SODEPRA reconnaît en 1978 qu’il atteint seulement 47 % dans les troupeaux encadrés.

111La SODEPRA voudrait obtenir une croissance moyenne de 10 % des troupeaux par an, au lieu de 4,5 % observés en 1978. Ses actions visent aussi la réduction de la mortalité, estimée en 1974 dans les troupeaux non encadrés, à 45 % pour la première année et à 12,7 % pour la seconde année. La SODEPRA constate encore le faible abattage des femelles stériles et la possibilité d’accroître ce déstockage, au lieu de laisser les bêtes mourir tardivement et sans utilité. Soulignons également l’intérêt porté au lait dont pour l'instant le prélèvement humain ne représenterait que 20 à 25 % des quantités produites (E. Landais, 1984, p. 433).

112Le bilan de l’élevage taurin dans la région de la Bagoué est incertain, en ce sens que trop d’informations manquent encore ou sont limitées. Néanmoins, deux certitudes s’imposent : l’élevage est important par les effectifs qu'il concerne et surtout par les ressources qu’il pourrait procurer ; il demeure une activité marginale, délaissée des paysans sénoufo.

La possible association agriculture-élevage

L’encadrement des troupeaux

113Depuis quelques années, la SODEPRA encadre les troupeaux villageois, ce qui implique une connaissance statistique de leur état, mais aussi une appréhension économique et sociologique de leur existence. En outre, de nombreux travaux ont été engagés afin d’améliorer l’état sanitaire des troupeaux, étape nécessaire au développement des projets de production de lait et de viande, vitaux pour la Côte-d’Ivoire.

114Les Sénoufo pratiquent de façon traditionnelle le regroupement des animaux en parcs pour protéger les cultures et pour se défendre des voleurs et autrefois des fauves. Ces parcs, proches des habitations, malgré les nombreuses gênes qu’ils occasionnent (odeurs, boue, mouches) sont d’assez petite taille (souvent moins d’un are), clôturés de troncs d’arbre en bois dur, ou de rondins horizontaux empilés et grossièrement assemblés.

115La SODEPRA a suscité l’installation de parcs “modernes”, première étape sur la voie de l’encadrement. Les paysans prennent en charge la construction du parc et son coût. Ces parcs d’environ 1 ha sont clôturés par du fil de fer barbelé fixé sur des pieux en bois. Ils incluent un petit parc pour les veaux et un couloir de contention pour les vaccinations et le détiquage.

116Dès le parc achevé, un moniteur de la SODEPRA opère le marquage des animaux et établit une fiche, théoriquement pour chaque propriétaire, où figurent tous ses animaux qui seront désormais suivis régulièrement. L’ensemble du troupeau est alors traité par déparasitage interne contre les vers intestinaux et subit un détiquage régulier, une à deux fois par mois selon la saison. Par ailleurs, les bêtes ainsi encadrées sont vaccinées. Bien qu’encore non généralisé, la SODEPRA préconise un traitement systématique et unique de tous les veaux, entre le 15e et le 45e jour qui suit la naissance, avec un produit trypanocide (E. Camus, 1980, p. 38) afin d’évacuer tout risque de mortalité lié à la trypanosomose, encore relativement élevé, même chez des sujets trypano-tolérants. La SODEPRA envisage également une vaccination systématique antibrucellique destinée à toutes les femelles de 1 à 10 ans, puis à toutes les génisses, afin de supprimer les avortements préjudiciables à la croissance du troupeau et les risques de transmission à l’homme par le lait. Enfin, la SODEPRA pratique systématiquement une vaccination contre la peste bovine et la péripneumonie et une vaccination contre le charbon et la pasteurellose.

117L’effort d’encadrement est important puisqu’en 1977, 153 villages de la région de la Bagoué sur 279 avaient au moins un parc encadré et que le taux d’encadrement moyen du troupeau régional s’élevait à près de 50 % avec, il est vrai, de fortes variations locales (tableau xxxv). Toutefois, un tel encadrement est trop récent pour pouvoir déjà être jugé en terme d’efficacité, par rapport aux ambitieux objectifs de croissance de la production de viande et de lait.

118Parallèlement à l’amélioration des troupeaux, s’affirme l’idée d’un développement associé de l’élevage et de l’agriculture, par le biais de la culture attelée et des associations culturales, intégrant les cultures fourragères.

La culture attelée

119Pour une population vouée à l’agriculture, briser l’isolement de l’élevage passe nécessairement par une prise de conscience de l’utilité que peut représenter son troupeau dans l'amélioration des travaux agricoles. La culture attelée peut y aider largement.

Tableau xxxv. Région de la Bagoué en 1975. Taux d'encadrement des troupeaux taurins par la SODEPRA

Sous-préfecture

Taux d'encadrement %

Madinani

91

Goulia

74

Boundiali

66

Gbon

57

Kolia

56

Kasséré

54

Kouto

48

Tingréla

46

M'Bengué-Niellé

43

Nyofouen

35

Korhogo

32

Source : Enquête SODEPRA (1977), dépouillée par nos soins.

  • 42 Rappelons toutefois que la CIDT préconise à terme une solution porteuse d’avenir : chaque propriét (...)

120En 1975, le nombre de bœufs attelés représente environ 5 % des estimations du troupeau taurin de la région ; en 1977, la proportion dépasse 7,5 %. Les 10 % seront rapidement atteints, en considérant le taux de croissance. S’en approchent ou le dépassent même déjà quelques sous-préfectures : Tingréla, Gbon, Kouto, Kolia, Kasséré et Goulia. Certes, ces résultats doivent être considérés avec précaution, car les bœufs de culture attelée ne sont pas forcément originaires des troupeaux locaux et les limites préfectorales n’en sont pas pour les échanges d’animaux. Par ailleurs, les animaux susceptibles de tirer des charrues resteront peu nombreux tant que n’interviendra pas une réelle sélection au sein des troupeaux, en fonction de critères de choix précis. Par exemple, la castration n’est encore pratiquée que dans moins de 40 % des parcs. En outre, la fourniture de bœufs de culture attelée peut entrer en compétition avec la fourniture de viande bovine42.

  • 43 En 1975, le prix du kilo vif était de 140 F CFA. Le prix de vente d’un taureau de plus de 3 ans pe (...)

121On doit souligner aussi l’état tout à fait satisfaisant des bœufs de culture attelée, en général mieux soignés, mieux nourris que les autres animaux, intégrés à la vie des villages, considérés autrement que les autres à cause des services qu’ils rendent et de leur prix. Les spécialistes affirment également que les bœufs de culture attelée, parvenus à l’âge de sept ans, constituent de très bonnes bêtes de boucherie. L’essentiel est donc la prise de conscience par les paysans que l’élevage des taurins peut déboucher sur une amélioration des conditions de travail agricole, ainsi que sur un accroissement des revenus par la possible revente d’animaux bien entretenus43.

Les cultures fourragères

  • 44 Outre cette légumineuse, les spécialistes s’intéressent aussi à deux graminées : Panicum maximum e (...)

122Pour les autorités chargées du développement des productions animales (SODEPRA), il s’agit d’améliorer l’alimentation du bétail qui laisse à désirer dans les conditions traditionnelles. Le problème est celui des pâturages naturels qu’on cherche à bien connaître et surtout à améliorer (CRZ, 1976, p. 53). Parmi les solutions proposées figurent la lutte contre l’embroussaillement, le raccourcissement des jachères et l’introduction de plantes fourragères, jointes à des améliorations en matière de gestion, par une meilleure rotation des parcours pastoraux et des parcs. De tels objectifs n’entrent pas en concurrence avec ceux de la CIDT qui cherche également à introduire les cultures fourragères pour régénérer les sols cultivés et supprimer la jachère naturelle. Ainsi, toutes les expériences entreprises sur le Stylosanthes guyanensis vont dans le sens d’une association entre l’agriculture et l’élevage44.

123Cette culture fourragère est difficile à conduire (p. 34). Ses contraintes sont telles qu’elle n’est proposée qu’aux propriétaires de charrue. Ces derniers peuvent en effet considérer ce travail comme une alternative intéressante à celui du dessouchage indispensable à l’emploi de la charrue, qu’ils assument déjà seuls ou avec la CIDT, partout où règne la longue jachère (p. 74).

Les troupeaux de zébus : de la marginalité conflictuelle à une éventuelle insertion

124De longue date, la région de la Bagoué a connu le passage de troupeaux transhumants, venus du Mali et destinés au sud de la Côte-d’Ivoire. En revanche, depuis quelques années, et de façon de plus en plus marquée, on note une installation, dans le nord du pays, de vastes troupeaux dont l’étude statistique précédente a montré qu’ils étaient désormais plus nombreux que les troupeaux villageois. Le problème est celui de la contradiction, qui surgit de plus en plus aiguë, entre les besoins de l’économie nationale déficitaire en viande et l’apparition des premiers signes d’une réelle compétition pour l’espace entre paysans sénoufo et éleveurs peul.

Les dégâts de cultures

125Nous avons entrepris une étude des conflits déclarés entre éleveurs et paysans, suite à des dégâts de cultures dans la sous-préfecture de Kasséré pour l’année 1977 :

  • nombre de dégâts déclarés par village : 15 à Kasséré, 8 à Paha, 5 à Lafing, 4 à Kpalo, 4 à Tyasso, 3 à Leunyougo, 3 à Koundé, 2 à Pingvogo, 1 à Yélé, 1 à Syonfan ;
  • nature des cultures endommagées : 18 parcelles de riz de bas-fond, 13 de maïs, 13 de riz pluvial, 7 de coton, 6 de sorgho-millet, 4 d’arachide, 2 de manguiers greffés ;
  • date des dégâts : 16 en décembre, 7 en novembre, 5 en octobre, 5 en janvier (soit 33 sur 46 pendant la saison des récoltes), 4 en août, 3 en juin, 3 en juillet, 3 en septembre ;
  • ces plaintes pour dégâts de cultures concernent 82 parcelles, pour une surface globale de 32 ha, et la valeur estimée du préjudice a porté sur plus de 1,7 millions de F CFA, soit une valeur moyenne payée à l’hectare détruit de 54 000 F CFA, ou encore une valeur moyenne payée à la parcelle endommagée de 21 000 F CFA.
  • 45 Les paysans sénoufo qui ont migré vers le sud de la région de la Bagoué, dans le cadre de ce que l (...)

126De tels résultats, qui ne prennent en compte que les conflits portés jusqu’à la sous-préfecture, traduisent bien les difficultés qui existent entre éleveurs peul et paysans sénoufo. S’il ne fait pas de doute que les troupeaux de zébus provoquent des dégâts, surtout en début de saison sèche, quand les récoltes ne sont pas encore entreprises et que l’eau commence à manquer (ce qui explique le nombre élevé de dégâts occasionnés aux parcelles de riz de bas-fond), il n’en reste pas moins que l’incertitude plane souvent sur la réalité de la responsabilité de tel ou tel éleveur. En 1977, certains agriculteurs ont gagné davantage avec les indemnités touchées pour des dégâts occasionnés à leur parcelle de riz que s’ils les avaient moissonnées, tant la récolte s’annonçait mauvaise. Les conflits s’exacerbent parfois jusqu’aux violences physiques : des cas de meurtres ont même été signalés (il y en a eu un à Koundé, en 1978). Le cas de la sous-préfecture de Kasséré est peut-être particulier, quand on se rappelle que la densité humaine, l’occupation du sol, la charge pastorale globale, la densité de zébus y sont plus élevées que la moyenne régionale. Mais cette situation illustre les risques encourus par une confrontation sauvage, hors de tout projet d’aménagement des rapports entre éleveurs peul et agriculteurs sénoufo45.

127Cet aspect conflictuel ne doit pas cependant être dramatisé. Généralement, en dépit des difficultés, on observe des signes nombreux d’une entente possible entre éleveurs et agriculteurs. S’il est vrai que les campements peul restent à l’écart des villages, on voit tous les jours les femmes venir vendre le lait et le lait caillé sur les marchés. Les rencontres en brousse sont généralement empreintes de correction, sinon de chaleur. Dans plusieurs villages, nous avons même vu des bergers peul convenablement reçus, comme étrangers certes, mais non comme ennemis.

Sédentariser les troupeaux de zébus

128Les sociétés d’aménagement qui veulent favoriser le développement de l’élevage nécessaire à l’économie du pays, sans provoquer de rivalités pour l’utilisation du sol, proposent deux solutions : l’une consiste à aménager de vastes zones entièrement vides, afin d’y installer les troupeaux de zébus, en sédentarisant leurs propriétaires peul ; l’autre, qui n’est pas exclusive de la première, vise à l’insertion de petites unités d’élevage peul dans les espaces laissés libres par l’agriculture, au milieu des communautés villageoises sénoufo.

129La région de la Bagoué est le lieu d’expérimentation de la première solution. Nos travaux sur la densité humaine, l’occupation du sol et la charge pastorale ont montré qu’il existait à l'ouest de Boundiali une vaste zone entièrement vide d’environ 2 000 km2, à laquelle a été attribué le nom de la Palé, affluent de rive gauche de la Bagoué. Un projet d'aménagement global est en cours de réalisation sous l’autorité de la SODEPRA, afin d’y établir une zone d’élevage de zébus. A priori, le problème de la rivalité entre éleveurs peul et agriculteurs sénoufo y est résolu, puisque cette zone est vide, bien que contrôlée par les villages limitrophes. Mais en fait, bien des problèmes restent encore en suspens :

  • Il s’agit d’un zone de forêt claire où le couvert ligneux tient une place prépondérante, même si les pâturages naturels semblent de bonne qualité.
  • Si le réseau hydrographique est dense, il n’en reste pas moins qu’en saison sèche, les points d’abreuvement possibles pour de grands troupeaux sont peu nombreux.
  • Surtout, des expériences en cours en 1975 révèlent de fortes densités de glossines46, qui présentent de graves dangers pour des animaux non trypano-tolérants, même si le taux de mouches vectrices de la trypanosomose reste encore faible. La présence d’un nombre encore très important d’animaux sauvages peut jouer comme un facteur limitant dans la lutte contre la maladie.
  • Plus grave encore est l’attitude des paysans sénoufo vivant sur les limites de la zone de la Palé. On constate que l'ouverture de pistes et de ponts s’accompagne d’un net glissement des parcours culturaux traditionnels vers l’intérieur de la zone officiellement réservée aux troupeaux des Peul. Des champs d’igname sont apparus très nombreux vers les marges orientales de la Palé, où les sols n’ont semble-t-il jamais été cultivés. Cela illustre bien le fait que l’extensif est une réponse normale à une surcharge démographique, même légère, comme c’est le cas le long de la piste Boundiali-Tingréla. Des tensions apparaissent déjà entre les partisans d’une exclusion réelle des paysans de ces terres réservées pour l’élevage et ceux qui soutiennent l’action des paysans.
  • Enfin le nombre d’éleveurs peul qui ont accepté de s’installer dans la zone de la Palé reste faible. Des enquêtes entreprises de concert par la SODEPRA et le BNETD (Bureau national d’Etudes techniques pour le Développement) montrent les réticences des éleveurs peut déjà établis dans la région de la Bagoué, face à un projet qui leur apparaît comme privatif de leur liberté. La crainte d’être contrôlé et soumis à des obligations non souhaitées limite encore les adhésions.

130L’autre solution envisagée consiste à définir de petites zones vides de cultures, mais insérées dans le tissu villageois traditionnel, où pourraient s’établir quelques troupeaux de zébus désormais limités dans leurs déplacements. Outre que ce projet n’est encore qu’à l’étude, plusieurs difficultés se manifestent :

  • Une telle expérience ne peut réussir qu’avec l’accord des paysans auxquels on prend des terres, non cultivées certes, mais néanmoins partie intégrante des réserves d’espace qu’ils contrôlent. Lors des enquêtes préliminaires, les villageois interrogés ont généralement accepté l’idée de laisser des terres pour des troupeaux de zébus. Mais quand il s’est agi d’en circonscrire l’étendue, c’est souvent avec logique qu’ils ont indiqué les terres les moins bonnes pour l’agriculture, mais aussi pour l’élevage.
  • Quant à la cartographie des microzones retenues, elle paraît bien ambitieuse : une comparaison entre les espaces considérés comme vides et susceptibles d’accueillir des troupeaux et notre carte des taux d’occupation du sol révèle des écarts importants. Le problème est toujours celui d’une agriculture qui n’est pas encore stable et ne peut pas le devenir rapidement. Bien des espaces estimés vides sont en fait des jachères et il importe de ne pas les enlever aux villageois sous peine de perturber leur système de culture.
  • 47 Nous avons pu confirmer cette occupation des espaces laissés libres aussi bien par les hommes que (...)

131L’harmonisation des rapports entre éleveurs et agriculteurs n’est cependant pas impossible. Les troupeaux de zébus déjà installés dans des espaces temporairement vides, proches de villages et de leurs cultures en sont la preuve, mais il peut être dangereux de vouloir fixer de façon définitive des limites naturellement mouvantes47.

Conclusion

132La région de la Bagoué est le théâtre de profonds bouleversements remettant en cause le statut marginal de l’élevage traditionnel. Celui-ci, important par les effectifs qu’il rassemble et le capital qu’il représente, demeure cependant une activité seconde et secrète sans lien avec l’activité agricole, première pour les Sénoufo.

133Or, depuis une dizaine d’années, l’élevage est devenu un objet d’études et de réalisations visant à en faire une activité économique essentielle au développement du Nord de la Côte-d’Ivoire, contribuant tout à la fois à la satisfaction des besoins nationaux en viande et à l’amélioration du niveau de vie des populations régionales.

134La SODEPRA, maître d’œuvre de tous les projets concernant l’élevage, a lancé une grande action d’encadrement des troupeaux villageois, visant à mieux connaître leur importance numérique mais aussi leur mode de gestion, leur capacité reproductrice et leur potentiel productif. L’objectif est d’améliorer l’état sanitaire des troupeaux, leur alimentation, leur croissance et, à terme, la production de lait et surtout de viande.

135Pour réduire la marginalité de l’élevage, la SODEPRA et la CIDT ont mis en place un projet d’association agriculture-élevage. Il s’agit, par le biais du développement de la culture attelée, de montrer les avantages que le paysannat sénoufo peut tirer d’une telle association ; l’élevage peut fournir du travail pour les champs, procurer des revenus par la vente des bêtes en boucherie et fertiliser les champs ; l’activité agricole peut améliorer l'alimentation des troupeaux. Le projet bute sur la difficile intensification du système dans son ensemble, alors que l’espace n’est pas encore assez occupé pour constituer une contrainte rendant impérative la stabilisation des champs, avec cultures fourragères.

136Cependant, le développement de la charrue peut favoriser cette intensification, dans la mesure où les travaux de régénération des sols ont des chances d’être perçus comme plus rentables, à long terme, que les défrichements préalables à l’utilisation de la charrue, nécessaires partout où règne la jachère naturelle.

137Les autorités administratives et les sociétés de développement cherchent également à réduire une autre marginalité, celle des troupeaux de zébus appartenant aux Peul. La grande nouveauté, par rapport à la situation antérieure caractérisée par le simple transit des zébus destinés au sud de la Côte-d’Ivoire, est l’implantation à demeure de nombreux et importants troupeaux de zébus dans la région de la Bagoué. C’est un solide atout pour la Côte-d’Ivoire, mais le risque est grand pour la région, de connaître désormais des problèmes de cohabitation entre éleveurs peul et paysans sénoufo, liés en majeure partie à l'inévitable compétition pour le sol. Des conflits se manifestent déjà, là où la densité des zébus est élevée et les solutions ne sont pas évidentes. Le projet d’une vaste zone réservée aux seuls Peul se heurte aux réticences des Peul eux-mêmes, peu enclins à se laisser ainsi encadrer, mais également à la volonté des paysans sénoufo de prendre le contrôle de ces nouvelles terres, ouvertes par les nombreux aménagements opérés. Quant au projet de petites zones insérées dans l’espace agricole des Sénoufo, il semble faire fi du fonctionnement même du système agricole, qui nécessite de vastes réserves d’espace pour maintenir les longues jachères régénératrices, à moins qu’il ne réserve aux Peul les espaces dont les agriculteurs ne veulent pas, mais dès lors sans valeur pastorale.

Notes

1 Manquent les relevés des années 1965, 1966, 1967.

2 Sans vouloir exposer ici les débats techniques sur l’ETP, nous tenons à reprendre quelques éléments présentés par les chercheurs de L’ORSTOM dans l’Atlas de Côte d’ivoire (carte A 3c Déficits hydriques. Durée de la saison sèche). À l’échelle régionale, on peut définir l’ETP par la quantité d’eau susceptible d’être évaporée par un couvert végétal abondant, homogène, ayant une grande superficie, couvrant bien le sol, en phase active de croissance et alimenté en eau de façon optimale.

Image

ETP en mm ; t en degrés celsius, la température de l’air sous abri ; h en heures, la durée quotidienne d’insolation ; H en heures, la durée du jour, du lever au coucher du soleil ; lgA en cal/cm2/jour, l’énergie du rayonnement solaire qui atteindrait le sol en l’absence de l’atmosphère ; U en pourcentage, l’humidité relative de l’air, prise uniquement en considération quand elle est inférieure à 50 %.

3 Les informations qui suivent sont extraites de ORSTOM, 1976 a.

4 Cet indice (dit de Wischmeier) croît d’est en ouest (698 à Korhogo, 738 à Boundiali, 767 à Madinani) mais aussi du nord-est au sud-ouest à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest (300 à Niamey, 500 à Bamako, 2 000 à Conakry).

5 Les informations qui suivent sont extraites de ORSTOM, 1976 a et b.

6 Le maïs peut souffrir d’une sécheresse imprévue, située entre le 45e et le 75e jour après le semis, lors du développement de l’appareil floral.

7 Ses besoins en eau sont très élevés pendant une quarantaine de jours, de part et d’autre de l’épiaison. Il faut ajouter que de nombreux paysans interrogés considèrent que les conditions sont de plus en plus difficiles pour le riz pluvial.

8 Ceci n’est pas vérifié quand on sait que l’igname est très cultivée vers l’est, alors que la pluviométrie y est moindre, mais il est vrai, peut-être mieux répartie.

9 Rappelons toutefois que la limite technique des pompes étant en 1978 de 700 l/h, le travail nécessaire pour obtenir les 10 1 d’eau moyens par habitant représente 14 heures pour un village de 1 000 habitants.

10 S. Brun (1977) a analysé les résultats de cette enquête pour la région de la Bagoué.

11 À Syonfan, elles représentent 43 % des surfaces cultivées par les habitants en 1975 (annexe 54). Une enquête entreprise en 1976 par la CIDT, auprès de 2 450 planteurs de cotonniers du Nord-Ouest, aboutit à des résultats un peu différents : maïs 22 % des surfaces cultivées, mil-sorgho 17 %, arachide 8,5 %, riz pluvial 7,5 %, igname 7,5 %, divers 4,25 %, soit, pour les cultures pluviales, 67 % des surfaces cultivées au lieu de 78 % dans l’enquête nationale. Il est vrai que les bases de l’enquête ne sont pas les mêmes (M.B. Barry, Y. Bigot, G. Estur, 1977).

12 À Syonfan, en 1975 (annexes 96 et 97), les associations de cultures représentent 32,10 % de l’ensemble des surfaces de cultures pluviales dont 18,09 % pour les associations à 2 cultures, 13,25 % pour les associations à 3 cultures et 0,75 % pour celles à 4 cultures.

13 À Syonfan, en 1975 (annexe 97), l’igname est toujours cultivée avec d’autres plantes ; le sorgho est en association dans 98 % des cas, de même que le millet ; le maïs est associé à d’autres plantes dans 88 % des cas ; le riz pluvial dans 83 % ; l’arachide dans 33 % des cas ; de telles différences laissent supposer une extrême variété des comportements paysans vis-à-vis des associations, telles qu’elles apparaissent dans les moyennes régionales.

14 Les parcelles de cultures associées représentent 36 % du nombre de parcelles, mais couvrent 42 % de la surface cultivée.

15 Et peut-être à 30 000 ha comme nous en avons évoqué l’hypothèse (p. 74).

16 On peut l’expliquer par le fait qu’un certain nombre de paysans viennent cultiver du coton à la périphérie des noyaux densément peuplés et occupés, dans des zones relativement vides, et aussi par l'importance des effectifs de paysans maliens, installés non loin de la frontière, uniquement pour cultiver du coton dans des zones peu occupées.

17 Si l’on considère la surface moyenne cultivée par habitant (54 ares), on peut situer le seuil critique à 18 ares de coton par habitant, il reste alors 36 ares pour les cultures vivrières : soit 30 ares de cultures vivrières pluviales (comme en 1955) et 6 ares de riz de bas-fond (ce qui semble correspondre à la surface rizicole moyenne cultivée par habitant en 1975).

18 C’est ainsi qu’à Syonfan, les champs de coton mis en culture le sont à 60 % par des immigrés ou des habitants des villages limitrophes, surtout des habitants de Kasséré.

19 Ceci est vérifié précisément dans le cas de la sous-préfecture de Goulia qui a la plus forte production de coton par habitant (242 kg), tout simplement parce qu’elle accueille de nombreux paysans maliens non recensés. On peut encore donner l’exemple de la sous-préfecture de Kasséré. Si l’on considère le seul marché du village de Kasséré, la production ne serait que de 89 kg par habitant ; si l’on y ajoute les marchés des campements, on atteint 200 kg. Si l’on s’intéresse aux autres villages de la sous-préfecture, on constate que les villages qui ont une production par habitant supérieure à la moyenne du Pongala (160 kg par habitant) ont en moyenne 490 habitants, face aux 1 370 habitants moyens des villages situés sous cette moyenne de production par habitant.

20 Il existe plusieurs modèles de charrues ; l’Arara fabriquée par la SISCOMA de Dakar est un multiculteur comprenant un équipement charrue, un équipement sarcleur et un équipement butteur ; les autres charrues, plus légères et moins chères, sont surtout vendues à des propriétaires d’Arara qui veulent se doter d’un matériel complémentaire. Par ailleurs, la houe occidentale Manga Siscoma, légère et traînée par un seul bœuf, sert pour les sarclages.

21 Calculs opérés à partir d’un rendement moyen de 1 000 kg de coton à l’hectare (annexe 2) et du temps de travail par hectare de coton, estimé à 171 jours (annexe 107).

22 En 1973, il fallait 18 personnes pour dégager le revenu nécessaire à l’achat d’un attelage complet au comptant, en 1976 il en faut 21, alors que la taille démographique moyenne des exploitations est de 12 personnes dans le Pongala (14 ares de coton par habitant en moyenne).

23 Voir la thèse de E. Landais (1984) consacrée à l’élevage dans le nord de la Côte-d’Ivoire.

24 Les races n’dama et baoulé, dont la caractéristique la plus importante est la trypanotolérance, ont chacune un aire d'extension qui dépasse largement les frontières de la Côte-d’Ivoire : celle-ci ne rassemblerait que 2 % du troupeau n’dama et 15 % des troupeaux de taurins à courtes cornes dont la race baoulé est un élément. Les Baoulé sont plus nombreux que les N’Dama dans la région, mais la tendance présente est au métissage avec les zébus :...à moyen terme, on s’achemine donc vers une situation diversifiée où la structure raciale du cheptel sera dominée par les métis zébu et baoulé (E. Landais, 1984, p. 387).

25 J. Peltre-Wurtz (p. 208) relève les difficultés pour évaluer les diverses formes de petit élevage, tout en relevant leur faible importance économique. E. Landais (1984, p. 167) conclut de la même façon : l’aviculture et l’élevage ovin représentent en milieu villageois un secteur économique secondaire longtemps négligé par les pouvoirs publics, tout en jetant les bases de ce que pourrait être la place d’une telle activité :...le petit élevage pourrait ainsi jouer un rôle accru, en constituant une source de revenus secondaires, mais non négligeables, en drainant la petite épargne et en régularisant les revenus monétaires (...) à condition toutefois que l’on donne aux paysans les moyens de maîtriser techniquement ces productions.

26 UBT, ou unité de bétail tropical, correspond à un bovin de 250 kg de poids vif, soit, selon les calculs de E. Landais, 0,85 UBT pour un zébu et 0,68 UBT pour un taurin de la zone de Boundiali-Ferkéssédougou.

27 Si notre type d’approche ne permet pas de déceler une quelconque complémentarité, d’autres travaux (E. Landais, 1984, p. 281 reprenant J. Chataigner, 1978) conduisent à l’affirmer. Il n’y aurait pas coïncidence entre les parcours interstitiels exploités par les zébus, écartés des villages et des zones agricoles denses qui les jouxtent, et ceux exploités par les taurins, tant qu’il n’y a pas surcharge. Ceci révélerait une relation privilégiée entre les troupeaux de zébus et les ressources fourragères disponibles, beaucoup plus marquée que pour les troupeaux de taurins.

28 Compte non tenu des villages pour lesquels nous n'avons disposé d'aucune information sur la présence ou l'absence d'un troupeau taurin et qui représentent 64 % des villages de cette catégorie.

29 Deux villages sur dix-sept sont exclus de cette recherche, aucune évaluation de leurs troupeaux n’ayant été établie.

30 Deux villages, Kpalo et Yélé, se situent juste à la moyenne et n'ont pas été pris en compte ici.

31 E. Landais (1984, p. 279) estime qu'un troupeau de 250 bovins peut satisfaire ses besoins alimentaires dans une zone de 2 km de rayon autour du parc, soit sur 1 250 ha. La difficulté provient de ce que les parcs sont généralement proches des villages, insérés dans l’aire agricole de ceux-ci, ce qui de toute évidence réduit l’aire pastorale autour des parcs. Dès lors, même si un terroir est vaste et peu occupé, la surcharge pastorale peut se révéler rapidement inquiétante.

32 La possession d’un troupeau, plus encore qu’un signe de richesse, destiné à être reconnu comme tel par les autres, est davantage une façon discrète de placer son argent. Le troupeau n’est pas une source de revenus mais un capital qu’on peut toujours utiliser, si le besoin s’en fait sentir (p. 210).

33 E. Landais (1984, p. 225) reprend ici les conclusions de l’étude de M. Pescay et C. Arditi, 1978.

34 Est preneur celui qui reçoit une bête en garde dans le cadre d’un contrat de “confiage”.

35 D’après une enquête de la SODEPRA de 1977, menée notamment dans 164 villages de la région de la Bagoué rassemblant 385 parcs et dépouillée par nos soins.

36 À Syonfan, 4 parcs sont gardés par un Peul, un seul est gardé par des enfants.

37 On peut comparer les résultats de cette enquête à ceux obtenus à Syonfan en 1975 : les quatre bouviers peul sont tous payés environ 3 000 F CFA par mois ; trois sur quatre disposent du lait (l’un en vend environ 20 l chaque jour à 25 F CFA le litre).

38 Certains de ces ligneux (Daniella oliveri et Isoberlinia doka) possèdent en saison sèche des fruits appétents.

39 Toujours à Syonfan, les bouviers travaillent 8 mois sur 12.

40 En 1980, il était prévu 100 puits et 10 petits barrages destinés au bétail mais, outre des problèmes techniques tels celui de l’exhaure, ce programme se heurte aux risques accrus de surpâturage à proximité de ces nouveaux points d’eau.

41 Le confinement des troupeaux pendant la saison des cultures, qui s’accompagne de surpâturage de bonnes graminées et d’une évolution de type lignifère des autres, conduit à une perte de poids des taurins dès la fin du mois d’août jusqu’en décembre. La divagation avec l’effet des feux de brousse, permet une reprise en pleine saison sèche (entretien avec E. Camus, vétérinaire IEMVT).

42 Rappelons toutefois que la CIDT préconise à terme une solution porteuse d’avenir : chaque propriétaire d’une charrue est invité à posséder trois paires de bœufs : l’une en formation, l’autre en phase d’activité, la troisième à l’embouche, après avoir servi jusqu’à l’âge de 7 ans.

43 En 1975, le prix du kilo vif était de 140 F CFA. Le prix de vente d’un taureau de plus de 3 ans pesant 190 kg en moyenne avoisinait donc 26 600 F CFA.

44 Outre cette légumineuse, les spécialistes s’intéressent aussi à deux graminées : Panicum maximum et Brachiaria ruziziensis ; certains envisagent même la possibilité de développer Andropogon gayanus, excellente graminée de jachère à productivité élevée.

45 Les paysans sénoufo qui ont migré vers le sud de la région de la Bagoué, dans le cadre de ce que l’on appelle “les migrations cotonnières” (X. Le Roy, 1981) affirment l’avoir fait en grande partie sous la pression des troupeaux peul de plus en plus nombreux, ce qui est effectivement vérifié pour la sous-préfecture de Kasséré.

46 Essentiellement Glossina palpalis gambiensis, tachinoïdes et morsitans submorsitans.

47 Nous avons pu confirmer cette occupation des espaces laissés libres aussi bien par les hommes que par les troupeaux bovins, dans le cadre de la sous-préfecture de Kasséré. Les plus fortes densités de zébus se trouvent dans des villages où la densité des taurins et celle des hommes sont inférieures ou égales à la moyenne (Kpalo, Syenré, Lafing, Koundé).

Table des illustrations

Titre Tableau xii. Boundiali de 1969 à 1975. Irrégularités des pluies en début de saison des pluies
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau xv. Relation entre la culture du riz de bas-fond et celle du coton, dans le Nord-Ouest ivoirien
Légende Source : CIDT(1977).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15605/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Figure 11 - Région de la Bagoué. Essor de la culture du coton de 1962 à 1976.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15605/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Figure 12 - Région de la Bagoué. Répartition des surfaces cotonnières en 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15605/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Tableau xviii. Nord-Ouest ivoirien. Culture du coton et taille démographique des exploitations
Légende Source : M.B. Barry, Y. Bigot, G. Estur (1977, p.8).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15605/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Figure 13 - Région de la Bagoué. Production de coton par habitant en 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15605/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Tableau xx. Nord-Ouest ivoirien. Répartition des exploitations cotonnières en fonction de leur potentiel de travail humain
Légende UTH : unité de travail homme. Source : CIDT (1977).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15605/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau xxii. Région de la Bagoué. Surfaces totales et surfaces labourées à la charrue par culture dans les exploitations en culture attelée
Légende Source : CIDT (1976).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15605/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 14 - Région de la Bagoué. Densité de taurins en 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15605/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Légende Figure 15 - Région de la Bagoué. Densité de zébus en 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15605/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Tableau xxviii. Région de la Bagoué en 1975. Charge pastorale par sous-préfecture
Légende Note 2626Source : Enquête SODEPRA (1977), dépouillée par nos soins.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15605/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540