Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Deuxième partie. La région de la Bagoué, expansion cotonnière et mutation de l'espace rural

La population de la Bagoué, l’occupation du sol et les structures foncières

Texte intégral

Répartition et évolution démographique de la population

1Selon les données du recensement national de 1975, la région de la Bagoué est peuplée d’un peu moins de 180 000 habitants sur 15 000 km2, soit une densité moyenne de 12 habitants par km2. Cette population se répartit de façon fort contrastée entre zones vides et zones de relative concentration. L’analyse de l’évolution démographique sur vingt ans permet de mieux appréhender cette répartition et son impact sur les activités essentiellement agricoles de la population.

Les contrastes du peuplement

2Les cartes de densité, pour 1955 et 1975, montrent une assez grande stabilité et la persistance de forts contrastes qui méritent attention (voir la critique des recensements démographiques en annexe 18).

La répartition de la population

  • 1 Boundiali est une préfecture etTingréla la plus grande sous-préfecture du même département, située (...)

3D’un vaste ensemble peu densément peuplé, émerge l’axe central Boundiali-Tingréla1 soumis à une forte pression démographique, aussi bien en 1955 qu’en 1975 (figures 5 et 6). Sur cet axe se greffent quelques lignes de forte densité, l’une de Kouto à Syanhala, l’autre de Kouto à Nyofouen. Plus épars et toujours liés à la présence d’un gros village, se distinguent aussi quelques petits noyaux plus peuplés. La région de Kouto constitue ainsi une sorte de centre de gravité démographique, ce que confirme pour 1975 un calcul des densités humaines dans les limites des sous-préfectures composant la région étudiée (annexe 19).

Figure 5 - Région de la Bagoué. Densité de la population en 1955.

Figure 6 - Région de la Bagoué. Densité de la population en 1975.

4Les contrastes du peuplement sont confirmés en 1975 par la répartition de la population totale en fonction des seuils de densité retenus (tableau I). Sur dix personnes habitant la région, quatre en effet occupent 11 % de l’espace, quatre 22 % et deux vivent sur les 67 % restants. Cette concentration se traduit par l’existence de gros villages (tableau II). Les villages de moins de 500 habitants (près des deux tiers des agglomérations) abritent moins d’un quart de la population (23 %), alors que ceux de plus de 500 habitants en accueillent les deux tiers (67 %), Tingréla et Boundiali rassemblant les 10 % restants. La concentration en gros villages est particulièrement marquée dans les sous-préfectures de Gbon, Kouto, Kolia et Kasséré.

Tableau i. Région de la Bagoué en 1975. Répartition de la population selon la densité

Tableau i. Région de la Bagoué en 1975. Répartition de la population selon la densité
  • 2 Il s'agit de San, Bolona, Blességui, Ouomon, Zinguinasso, Podyo, Kouto, Gbon et Kolia.

5Plus significative encore est la répartition des lieux habités. Ainsi, le long de la piste Tingréla-Boundiali (ces deux bourgs étant exclus), sur 90 km, on trouve neuf agglomérations2 (de plus de 1 000 habitants regroupant 23 359 personnes (13 % de la population régionale). Avec Boundiali et Tingréla, ce sont 42 100 habitants, soit 23 % de la population régionale que l’on rencontre sur cet axe.

6Un tel phénomène n’est pas exclusif d’une certaine dispersion de l’habitat.

  • 3 Il se peut que cette évaluation soit sous-estimée. En effet, une petite enquête dans la sous-préfe (...)

7Statistiquement, la population est recensée dans les villages dits administratifs, mais une partie au moins des habitants réside dans des campements de culture, parfois éloignés du village. Aucune enquête systématique n’a été entreprise. Néanmoins, il existe une liste des campements de culture, dressée à partir d’informations fournies par les sous-préfets, qui permet de cerner cette réalité (J. Peltre-Wurtz, 1976 b). La majorité des villages n’ont pas de campements de culture permanents : on n’en trouve aucun dans les sous-préfectures de Kouto, Gbon, Kolia et Boundiali. Toutefois, les sous-préfectures de Tingréla, Madinani, Goulia, Kasséré, Nyofouen et Korhogo en ont plusieurs. Le cas le plus intéressant est celui de la sous-préfecture de M’Bengué où l’on recense 64 campements3 relevant de 14 villages.

Tableau ii. Région de la Bagoué en 1975. Répartition de la population selon la taille des villages

Tableau ii. Région de la Bagoué en 1975. Répartition de la population selon la taille des villages

8La présence de nombreux campements dispersés en brousse, dont la population a été inscrite au bénéfice du village administratif dont ils relèvent, permet d’affirmer que la concentration démographique réelle est moindre que celle proposée par les recensements officiels. L'exemple du village de Kasséré le confirme. Avec 18 campements de culture, Kasséré apparaît comme un des rares villages de la région où la dispersion de la population dans l’espace soit si forte (un habitant sur cinq réside dans un campement). Ce phénomène récent de dispersion de la population (la plupart des campements de Kasséré ont moins de 30 ans) correspond à une situation de surcharge démographique du noyau villageois qui tend à se développer rapidement.

La mise en place du peuplement

9La répartition de la population en 1975 est le résultat de multiples facteurs dont il est malaisé de déterminer l'importance respective. Les facteurs historiques semblent pourtant prépondérants.

10À l’ouest, se situe la zone de contact entre Sénoufo et Malinké, le long d’une ligne imaginaire qui joint Débété au nord à Fandasso au sud (figure 4). Ce contact coïncide avec des facteurs naturels répulsifs dont nous préciserons la nature plus loin. Toutefois, au sein d’un peuplement sénoufo majoritaire, on relève une dispersion croissante de minorités malinké, particulièrement le long de l’axe Boundiali-Tingréla. Par ailleurs, la diversité des sous-groupes sénoufo engendre des comportements culturels spécifiques et des réponses souvent différentes aux incitations extérieures.

11Historiquement, une grande incertitude règne quant aux origines du peuplement et à sa mise en place. Il ne fait pas de doute que les guerres du xixe siècle, plus particulièrement celle de Samory Touré, ont joué un rôle majeur. Mais il est possible de remonter un peu plus loin.

12Nous avons entrepris une enquête historique sur l’origine des villages du Pongala (coïncidant avec la sous-préfecture de Kasséré). Les Pongabélé (ou mangeurs de chiens) ne constituent qu’une minorité parmi tous les habitants de la région de la Bagoué (moins de un sur dix). Cependant, faute d’une étude exhaustive, les renseignements obtenus ici constituent déjà une précieuse indication sur l’origine du peuplement de cette région.

  • 4 Des travaux récents remettent en cause cette version jusqu’alors incontestée et tentent de prouver (...)

13Il est à peu près certain que les villages pongabélé ont été fondés au début du xixe siècle. En effet, 7 villages sur 17 font remonter leur origine à un épisode connu de l’histoire régionale (SEDES, 1965, vol. 2, p. 8), celui de Nanguin, chef sénoufo, captif de Sékou Ouattara, roi de Kong. Vers le milieu du xviiie siècle, il quitta Kong avec son peuple et au terme de longues pérégrinations, fonda Korhogo. À partir de cette certitude, les avis divergent4. Certains villages affirment que leurs ancêtres sont venus de Korhogo (Syonfan), d’autres penchent plutôt pour la région de Guiembé-Dikodougou (Koundé, Kasséré, Toba et Paha) ou encore pour la région appelée Gbato (Tyasso et Pingvogo) (figure 10).

14En outre, une grande incertitude règne quand on cherche à reconstituer la succession des chefs de village : Syonfan, Yélé, Tyasso et Leunyougo affirment avoir eu 10 chefs et Toungboli et Pongafré n’en citent que 4. Ces différences pourraient correspondre à une arrivée progressive des fondateurs de villages, dans la longue marche qui les a conduits de Kong au Pongala.

15Quoi qu’il en soit, ni l’opposition entre zones vides et zones de relative concentration humaine, ni celle entre gros villages et petites communautés ne peuvent s’expliquer seulement par la mise en place du peuplement, il y a près de deux siècles. Il faut aussi faire appel aux guerres du xixe siècle, particulièrement à celle de Samory, afin de mieux comprendre la situation présente.

16Y. Person, dans sa thèse (1968-1975), cite des noms de très gros villages de la région, antérieurs à l’arrivée de Samory. Ce sont de gros bourgs fortifiés (Papara possède encore d’importants vestiges de ces fortifications) et puissants, souvent rivaux tels Papara, Tingréla, Maalé, Podyo, Kouto, Gbon, Kolia et Ouézomon (figure 4).

  • 5 R. Caillie décrit assez longuement le village de Tingréla dans son Voyage à Tombouctou (chapitres (...)

17L’importante voie terrestre méridienne d’ancienne occupation est fort intéressante par la pérennité des installations humaines5. Mais dans de nombreux cas, des guerres intérieures sont à l’origine de la concentration de la population en gros villages. L. Roussel (SEDES, 1965, vol., p. 11) écrit à ce propos :

18Le regroupement des populations dans les villages-forteresses, assez importants pour repousser les troupes du royaume de Sikasso, a certainement été la cause du remodelage démographique au nord de la région de Korhogo entre 1870 et 1960. Vraisemblablement, ce sont des impératifs militaires analogues qui ont provoqué, dans les cantons ouest, la création ou le développement d’un nombre relativement important de gros villages.

  • 6 Ceux de Lafing parlent de Yatiaba, Kafongo, Sétionon, Gokourou, Ziékaba, Ziéplékaha, Kabolo ; ceux (...)

19La population de la sous-préfecture de Kasséré a évoqué, par ailleurs, l’existence d’anciens petits villages, aujourd’hui disparus6 : leurs habitants se sont enfuis lors de guerres, soit celle de Samory, soit celle dite de M’Bengué. Cet épisode, présent à la mémoire de tous les Pongabélé, aurait opposé les habitants de Yélé, soutenus par ceux de M’Bengué, à ceux de Kasséré aidés par ceux de Kouto, peu avant la guerre de Samory. Les villageois auraient abandonné leurs villages trop petits, pour se réfugier dans de plus grands, quitte pour certains à en repartir dès la paix revenue. Ces petits villages ont aujourd’hui disparu, mais il en est d’autres sur les ruines desquels des campements de culture ont été édifiés beaucoup plus tard. Ainsi, Oufiré, Sissogo, Namasséré, Zouagounou, Zouané, Kafonon et Lowala sont d’anciens villages rattachés désormais à Kasséré, à la suite de guerres (figure 10). Lowala, par exemple, village fondé après Pongafré, aurait détruit les premières installations de Kasséré lors de sa fondation et l’intervention de Pongafré aurait été nécessaire pour rétablir la paix.

20Les guerres ont donc favorisé une certaine concentration de l’habitat. Les vides démographiques de l’est de la région pourraient s’expliquer par l’abandon de villages et leur concentration autour de Korhogo, devenu un foyer refuge face à la progression de Samory. Pour d’autres raisons, la colonisation a été, elle aussi, favorable à la concentration de l’habitat.

21L’évolution récente se traduit par la création de campements de culture et la croissance vigoureuse des petits villages. Ce changement, par rapport à un passé peu lointain, constituerait une réponse efficace aux difficultés liées à la taille des grosses concentrations villageoises, réponse rendue possible par la sécurité désormais bien établie.

22L’évolution démographique au cours des vingt dernières années apporte quelques lumières sur ce mouvement de dispersion de l’habitat.

Un dynamisme démographique nuancé

Une croissance de la population forte mais discontinue

23D'après les données brutes des divers recensements (annexe 18), la population de la région de la Bagoué est passée de 126 446 habitants en 1955 à 178 995 en 1975, soit une croissance de 52 549 habitants, représentant un accroissement de 41 %. L’estimation de la population pour 1965, tirée de l’Atlas de Côte-d’Ivoire, porte sur 155 900 habitants, ce qui introduit dans la croissance une discontinuité : de 1955 à 1965, le taux de croissance est de 23 %, de 1965 à 1975, il n’est plus que de 15 %.

24Mais les évaluations des taux de croissance naturelle, retenus comme moyennes annuelles dans le rapport démographique de la SEDES, sur la région de Korhogo, sont de 1,5 % par an de 1955 à 1965, de 1,8 % par an de 1965 à 1970 et de 2,2 % par an de 1970 à 1975 (SEDES, 1965). On constate, par rapport à ces situations, une inversion des taux de croissance calculés pour la région de la Bagoué. Tout se passe comme si, après une décennie de croissance rapide, on était entré dans une période de net fléchissement.

25Si nous considérons l’estimation de 1965 comme fiable, on peut émettre plusieurs hypothèses permettant de comprendre un tel changement de rythme dans la croissance démographique après 1965 : les statistiques sous-estiment éventuellement les populations recensées aussi bien en 1955 qu’en 1975 ; le taux de croissance naturelle est peut-être plus élevé que celui retenu par l’étude de la SEDES, pour la région de Korhogo ; enfin, il n’est pas impossible que la région de la Bagoué soit soumise à une forte émigration. L’hypothèse d’un changement de comportement migratoire rendrait compte du changement de rythme de la croissance démographique après 1965. Avant 1965, l’immigration semble l’emporter ; depuis lors, l’émigration serait la plus sensible, ce qui pour les deux périodes n’exclut pas une solide croissance naturelle.

Les nuances spatiales de cette croissance

26Deux approches sont instructives, l’une qui se fonde sur la taille des villages, l’autre sur le découpage administratif des sous-préfectures (tableaux iii et iv).

27Nous avons divisé la population de la région en six groupes de villages selon leur taille, Boundiali et Tingréla étant mis à part. De 1955 à 1975, il y a augmentation absolue et forte de la population dans toutes les strates. Cependant le poids des villages de moins de 500 habitants s’accroît de 19 à 23 % par rapport à la population totale. Les petits villages ont donc un dynamisme plus marqué que les gros (de 500 à 2 000 habitants). De même, les gros bourgs de Tingréla et Boundiali, en passant de 5 000 à 19 000 habitants, confortent leur prééminence, en regroupant 10 % de la population en 1975 au lieu de 4 % en 1955.

Tableau III. Région de la Bagoué en 1955 et 1975. Répartition de la population par groupe de taille de villages

Tableau III. Région de la Bagoué en 1955 et 1975. Répartition de la population par groupe de taille de villages

28Une telle variété de situations ne peut pas s’expliquer uniquement par des différences de croissance naturelle qui, de toute façon, ne pourraient être que minimes. Seuls des mouvements migratoires peuvent rendre compte du phénomène observé : les villages de moins de 500 habitants ont accueilli une partie de la population en augmentation des villages de plus de 500 habitants ; quant à Boundiali et Tingréla, leur croissance est celle de tout centre urbain, drainant les populations rurales des alentours, ce que confirme le tableau iv.

Tableau iv. Sous-préfactures de Boundiali et de Tingréla de 1955 à 1975. Évolution de la population

Tableau iv. Sous-préfactures de Boundiali et de Tingréla de 1955 à 1975. Évolution de la population
  • 7 Cette croissance résulte de l'application à la population de 1955 du taux de croissance moyen régi (...)

Note 77

29Outre ces deux cas, cinq autres sous-préfectures ont également connu une émigration importante : Madinani, Kolia, Kouto, Gbon et Nyofouen ont des taux de croissance oscillant entre 13 et 29 %, alors que la croissance moyenne régionale est estimée à 41 %. En revanche, une assez forte immigration, en partie malienne, s’est développée dans les sous-préfectures de Goulia, M’Bengué, Niéllé et Kasséré qui ont des taux de croissance oscillant entre 47 et 74 % (annexe 19).

30S’opposent ainsi une vaste zone, axée sur la piste Boundiali-Tingréla, où l’émigration l’emporte nettement, sauf pour les deux centres urbains, et deux zones d’accueil qui la bordent au nord-ouest et au nord-est, caractérisées par la vigoureuse croissance des petits villages (carte en annexe 24).

Le problème de l’émigration : étude du cas de la sous-préfecture de Kasséré ou Pongala

  • 8 Nous avons également choisi cette sous-préfecture parce que s’y trouve le village témoin de Syonfa (...)

31On a observé d’importants mouvements de population de 1955 à 1975. L’étude de la sous-préfecture de Kasséré permet de mieux saisir les causes de ces déplacements et l’importance de chacun d’eux (annexe 20)8.

32Notre enquête par sondage, effectuée en 1977, a porté sur 4 694 personnes (2 351 femmes et 2 343 hommes) de 15 à 45 ans recensées préalablement en 1967, représentant 64 % des effectifs de cette tranche d’âge et 33 % de la population totale de la sous-préfecture.

33En 1977, sur ces 4 694 personnes, 1 838 étaient absentes des villages soit 39 %, dont 1 154 hommes soit 49 % des hommes de 15 à 45 ans. C’est considérable, si l’on note que Kasséré fait partie des sous-préfectures de la région présentant une croissance supérieure à la moyenne régionale (54 au lieu de 41 %), indication d’un solde migratoire positif. L’existence sur vingt ans de ce solde positif n’est néanmoins pas exclusive d’un changement de tendance plus récent pouvant aller jusqu’à l’apparition d’un solde migratoire négatif, ce que peut révéler une accélération du nombre des départs de Kasséré dans les années 1972 à 1977, par rapport aux années antérieures.

  1. Dans la sous-préfecture de Kasséré, l’émigration est essentiellement masculine puisque celle-ci rend compte de 63 % des départs. Ceci peut être interprété comme le résultat d’une situation de dépendance économique et sociale, pesante pour des hommes jeunes, attirés par le monde extérieur au village :
    • en effet, moins de 33 % des hommes de 15 à 45 ans sont mariés, alors que la proportion est de 75 % pour les femmes du même âge ;
    • seuls 15 % des hommes de moins de 45 ans sont chefs d’exploitation, c’est-à-dire libérés de toute obligation de cultiver au profit d’un parent plus vieux ou plus respectable ;
    • parmi les 85 % restants, moins de 25 % (soit 27 % de l'ensemble) cultivent une parcelle individuelle, ce qui laisse encore environ 60 % des hommes de 15 à 45 ans en totale dépendance.
  2. L’école favorise l’ouverture aux incitations extérieures et joue ainsi un rôle prépondérant dans les départs :
    • seuls 10 % des hommes de 15 à 45 ans ont été scolarisés, mais 80 % de ceux qui ont quitté leur village, ainsi près d’un émigré sur cinq a été à l’école ;
    • de même, l’abandon du poro par la plupart des villages de la sous-préfecture relâche les solidarités traditionnelles et facilite peut-être les départs. Néanmoins, la comparaison entre les villages qui l’ont conservé et ceux qui l'ont abandonné ne permet pas de l’affirmer.
  3. Les départs ont amené des changements dans la situation des hommes jeunes :
    • 56 % des hommes qui ont quitté leur village sont restés dans le Nord-Ouest et continuent donc de participer au développement de ce grand ensemble régional ;
    • les autres ont émigré plus loin, ôtant à l’essor économique du Nord-Ouest une bonne part de ses potentialités humaines (annexes 21 et 22) ;
    • par ailleurs, 45 % des migrants de 15 à 45 ans se sont installés dans des centres urbains : notamment Korhogo (14 %), Abidjan (8 %), Boundiali (6 %) et Bouaké (5 %), ce qui marque une rupture avec le milieu rural dont ils sont issus ;
    • cette notion de rupture se retrouve dans les occupations des émigrés : 9 % sont devenus artisans de divers métiers, 8 % lycéens et étudiants, 8 % fonctionnaires, 6 % commerçants, 5 % manœuvres urbains et 5 % chauffeurs ;
    • même si 44 % sont restés attachés à l’agriculture (les 15 % restants n’ont pas donné de réponse précise), on observe donc une diversité d’occupation ignorée avant les départs, accompagnée souvent de ce qui est ressenti comme une promotion ;
    • 47 % de ceux restés agriculteurs ou devenus planteurs sont désormais chefs d’exploitation, à comparer aux 15 % de ceux qui le sont au village avant 45 ans. On peut donc admettre que la volonté des hommes jeunes d’acquérir une indépendance économique est l’une des raisons principales de l’émigration.
  4. Outre cette cause majeure de départs, s’ajoutent probablement des causes démographiques et foncières. Pourtant, si manifestement ces causes jouent à l’échelle d’un ensemble de taille moyenne (les études ultérieures de la répartition de la population et de l’occupation du sol le montreront), à l’échelle du village, nous n’avons décelé aucune corrélation entre densité et occupation du sol d’un côté, et taux d’émigration des hommes de 15 à 45 ans de l’autre9.
  5. L’émigration féminine est beaucoup moins importante par les effectifs concernés, elle représente seulement 29 % des femmes de 15 à 45 ans et 37 % de l’ensemble des départs :
    • cette émigration est fondamentalement différente dans sa nature. L’ampleur des mouvements est moindre que chez les hommes : 17 % des femmes ont seulement changé de village, tout en restant dans la même sous-préfecture ;
    • 55 % d’entre elles ont quitté leur sous-préfecture, mais sont restées dans le Nord-Ouest. Ainsi, près de 75 % des femmes ont un déplacement assez réduit ;
    • la signification de cette émigration se précise encore, quand on sait que 85 % des femmes émigrées de 15 à 45 ans ont suivi un mari, un frère, un oncle ou un père ;
    • si l'on y ajoute le cas de celles qui sont parties d’elles-mêmes pour suivre un ami, par refus d’un mari ou par désir de divorce, on constate que l’élément principal du mouvement des femmes semble être, au sens large, leur situation familiale10, et finalement une certaine forme de dépendance sociale. Si des transformations économiques et sociales interviennent dans la vie de ces femmes postérieurement à leur départ, ce n’est qu’un phénomène second.
  • 11 Canton situé au sud de la région de la Bagoué. Une étude postérieure à notre enquête prouve que le (...)
  • 12 Propice à la culture du coton pour deux raisons : d’une part, il s’agit de zones vides où les sols (...)

34Ainsi l’émigration dans la sous-préfecture de Kasséré présente un caractère fortement économique pour les hommes et social pour les femmes : d’une relative amplitude (38 % des hommes et des femmes, partis de la sous-préfecture, ont quitté le Nord-Ouest), elle se caractérise par des flux de population dont le rôle dans le développement régional peut être important (15 % des départs ont pour destination le Gbato11, propice à la culture du coton12, elle marque bien aussi les limites d’une politique de maintien des jeunes en place, liée au développement de la spéculation cotonnière.

Conclusion

35L’approche démographique conduit à quelques conclusions essentielles pour une meilleure compréhension de l’occupation du sol. La région de la Bagoué est encore peu densément peuplée (12 hab. par km2 en 1975), mais cette densité moyenne recouvre en fait de vigoureux contrastes : un axe central présente des densités déjà élevées (plus de 25 hab. par km2), cerné par des espaces vides ou presque vides (densité inférieure à 5 hab. par km2) ; en outre la croissance démographique (41 % de 1955 à 1975), sans bouleverser la répartition d’ensemble de la population, provoque un accroissement vigoureux de la densité dans la zone centrale et pose la question d’une éventuelle surcharge humaine. Cette question est d’autant plus pertinente qu’elle est contenue dans d’autres évolutions :

  • la croissance plus forte des petits villages que des grosses localités ;
  • la multiplication des campements dans des zones vides ;
  • le gonflement des deux petits centres urbains de Boundiali et Tingréla ;
  • l’émigration des jeunes hommes vers les villes d’une part et vers les campagnes méridionales peu peuplées de la région d’autre part.

36De tels mouvements s’inscrivent dans un long processus d’occupation d’une région progressivement investie par les Sénoufo et les Malinké, depuis le xviiie siècle. Ce processus s’accélère et aboutit à une multiplication des déplacements, signe d’une difficulté accrue à satisfaire les besoins en terre. Une étude de l’occupation du sol s’impose donc, afin de préciser la concordance ou les distorsions qui peuvent exister entre, d’une part la répartition de la population, et d’autre part celle des champs cultivés.

L’occupation du sol

37Les possibilités d’évolution d’un système agricole dépendent de l’emprise humaine sur l’espace ; la rareté ou l’abondance de terre conditionnent, en effet, la pérennité de pratiques ancestrales ou leur remise en cause. Une approche quantitative de l’occupation du sol permet de mesurer les surfaces sur lesquelles s’exerce l’activité agricole, d’estimer ses besoins en espace, d’étudier ses rapports avec les terres réellement utilisables et avec la densité humaine, d’apprécier enfin l’évolution de son emprise spatiale.

38La méthode utilisée pour décrire les 15 000 km2 de la région de la Bagoué repose sur l’estimation de la densité de l’occupation du sol, telle qu’elle apparaît sur des photographies aériennes, interprétées à l’aide d’une grille d’évaluation. Néanmoins, comme seule une partie de l’espace étudié est utilisable pour l’agriculture, des recherches (B. Steck, 1985) portant sur les deux tiers de la région et évaluant la surface agricole utilisable (SAU) à 60 % de la surface totale permettent d’affiner la connaissance de l’occupation effective du sol. Ces résultats peuvent faire ressortir d’éventuelles surcharges, là où les sols sont peu fertiles, malgré une faible occupation apparente de l’espace.

Une emprise humaine inégale mais localement forte

39En 1955, la région de la Bagoué était très peu occupée. En 1975, elle le demeure globalement, avec toutefois l’apparition de vigoureux contrastes, signes d’une évolution rapide de l’emprise humaine.

Figure 7 - Région de la Bagoué. Occupation du sol en 1955.

Figure 8 - Région de la Bagoué. Occupation du sol en 1975.

D'une occupation du sol très faible en 1955, à une occupation du sol toujours faible, mais fortement accrue en 1975

40L’estimation des surfaces cultivées, pendant la saison culturale 1955, porte sur un peu plus de 35 000 ha, pour une superficie d’environ 15 000 km2, soit un taux moyen d’occupation du sol compris entre 2 et 2,5 %. Ce taux est égal à 4 % de la surface agricole utilisable, estimée à 60 % de la surface totale. Mais le système agricole en place, fondé sur une courte durée des cultures (4 ans), suivie d’une longue jachère (15 à 20 ans), ne fonctionne qu’avec une réserve de terre quatre ou cinq fois supérieure aux surfaces cultivées en 1955. C’est donc de 175 000 à 210 000 ha dont ce système agricole a besoin, soit entre 11 et 14 % de l’espace régional et entre 19 et 23 % de la surface agricole utilisable. La région de la Bagoué se présente donc, en 1955, comme un ensemble où l’emprise humaine est peu marquée.

  • 13 Un peu moins de 1 000 km2, situés au nord-est, n’ont pas pu être analysés faute de photographies a (...)

41En 1975, pour une superficie d’environ 14 000 km213, l’estimation des surfaces cultivées s’élève à un peu moins de 90 000 ha, soit un taux d’occupation moyen de 6,5 % de l’espace régional et de 11 % de la surface agricole utilisable. En tenant compte des réserves indispensables, le système agricole en place nécessite entre 450 000 ha et 540 000 ha, soit un taux d’occupation de l’espace agricole utilisable compris entre 53 et 64 %. La réserve d’espace nécessaire au fonctionnement du système agricole traditionnel s’amenuise donc considérablement, bien que les champs, traces visibles de l’emprise humaine, ne couvrent encore qu’une faible surface.

Une vigoureuse évolution de l'occupation du sol : aspects et nuances

Les cartes régionales des taux d’occupation du sol

  • 14 Il s’agit ici des cartes de synthèse réduites fondées sur des carrés de 49 km 2, proches de la sur (...)

42Les cartes de l’occupation du sol en 1955 et 197514 ont été élaborées selon des méthodes indiquées dans l’annexe 25, et synthétisées dans un tableau de l’annexe 27. Ces cartes (figures 7 et 8) dessinent un axe central nord-sud de part et d’autre de la Bagoué, plus densément occupé par les cultures que le reste de la région ; l’axe s’élargit vers l’ouest en direction de Kasséré sur la carte de 1975.

43Les espaces vides (0 et 1 %), qui couvrent près de 75 % de la région et rassemblent un peu plus de 33 % des surfaces cultivées en 1955, ne représentent plus, en 1975, qu’un peu plus de 25 % de l’espace total et 2 % seulement des surfaces cultivées. On observe donc un important mouvement de mise en culture des espaces peu occupés, le pourcentage des espaces totalement vides ne baissant que moyennement.

44La densification devient très sensible aux paliers supérieurs. Les espaces, où l’occupation du sol atteint et dépasse 15 %, infimes en 1955, représentent, en 1975, 16 % de la région et surtout 42,5 % des surfaces cultivées. Le poids de ces espaces dans l’agriculture de la région de la Bagoué est donc devenu prépondérant.

45La densification de l’emprise agricole s’accompagne d’une forte concentration des surfaces cultivées sur de petits espaces : 73,5 % des surfaces cultivées en 1975 le sont sur 37 % seulement des surfaces, aux taux d’occupation du sol supérieurs à 10 %. Il est vrai qu’en 1955, près de 65 % des surfaces cultivées l’étaient sur 27 % de l’espace, mais les taux se situaient alors entre 5 et 10 %.

46En vingt ans, l’espace de la région de la Bagoué s’est donc transformé, sous l’effet d’une densification et d’une concentration de l’emprise agricole. On note de grands écarts de croissance autour d’une moyenne régionale de 157 % (carte en annexe 26) : plus de 400 % de croissance de l’occupation du sol sur 7 % de la région, 200 à 400 % de croissance sur 37 %, 100 à 200 % sur 28,5 % de la région, enfin moins de 100 % de croissance sur les 19,5 % de l’espace restant.

La croissance de l’occupation du sol et les potentialités agricoles

47La relation entre le taux de croissance de l’occupation du sol et le taux de surface agricole utilisable (SAU) présente un intérêt majeur pour saisir les variations et l’évolution de l’occupation du sol. Le tableau V rassemble les principaux résultats. Les surfaces à potentialité élevée (SAU supérieure à 60 %) sont les plus cultivées : elles renferment en effet 83,50 % des surfaces cultivées, aussi bien en 1955 qu’en 1975, tout en ne couvrant que 72,50 % de l’espace régional et 79 % de l’espace cultivable. À l’inverse, les surfaces les moins favorables à l’agriculture (SAU inférieure à 45 %) sont proportionnellement moins cultivées, couvrant 18 % de l’espace régional et 13 % de l’espace cultivable, elles ne renferment que 9 % des surfaces cultivées en 1955 et 8 % en 1975.

48Néanmoins, la situation n’est pas toujours aussi évidente. On constate en effet que les espaces les plus densément mis en valeur en 1975 sont ceux où le taux de surface agricole utilisable est de 55 et 60 % (ils occupent respectivement 12,9 et 14,1 % de l’espace cultivable), alors que les surfaces cultivables à 70 % ne sont guère plus densément occupées que celles cultivables à 45 %.

49Ainsi, ce sont les espaces moyennement favorables aux activités agricoles qui sont les plus mis en valeur et non pas ceux qui apparaissent les plus favorables. Il faut se tourner vers les utilisateurs de l’espace pour mieux comprendre les nuances de l’occupation du sol.

Les utilisateurs de l’espace

  • 15 A.M. Cotten, dans son ouvrage sur les petites villes de Côte-d’Ivoire (ORSTOM, 1968) évaluait à pl (...)

50Pour 1955, nous avons estimé, un peu arbitrairement, que la population résidente rurale, dont l’activité exclusive ou principale est l’agriculture, représentait 95 % de l’ensemble, soit 120 000 habitants, ce qui est probablement inférieur à la réalité. Il n’y a en effet aucune ville en 1955. En revanche, pour 1975, nous avons exclu 50 % des populations de Boundiali et Tingréla15, les deux seuls centres urbains, en négligeant les autres sous-préfectures, ce qui se traduit par une légère surestimation de la population rurale, fixée à 160 000 habitants, (sont exclus également les 8 000 habitants des villages des sous-préfectures de M’Bengué et Niéllé, résidant dans la zone de 1 000 km2, non couverte par des photographies aériennes récentes).

Tableau v. Région de la Bagoué de 1955 à 1975 .Répartition de l'espace cultivé en fonction des taux de surface agricole utilisable

Tableau v. Région de la Bagoué de 1955 à 1975 .Répartition de l'espace cultivé en fonction des taux de surface agricole utilisable

51En tenant compte de ces légères imprécisions et de celles issues de la méthode d’analyse des surfaces cultivées, les surfaces moyennes par résident rural sont les suivantes : 30 ares cultivés par habitant en 1955 et 54 ares en 1975, soit, en 20 ans, un accroissement de 80 % de la surface moyenne cultivée par habitant. Il s’agit là d’une véritable mutation du système agricole.

  • 16 Le cas de Goulia est un peu à part, à cause de l’installation massive de paysans maliens, non comp (...)

52L’étude par sous-préfecture montre la grande diversité des rapports entre population et surface cultivée (annexe 28). Par exemple, la surface moyenne cultivée par habitant à Goulia16 est 2,2 fois plus grande que celle de Korhogo en 1975, mais elle était 2,5 fois plus grande en 1955 ; il y a donc resserrement de l’écart, bien que celui-ci demeure élevé.

53Cette étude souligne aussi la variété des taux de croissance des surfaces moyennes cultivées par habitant, autour d’une moyenne régionale de plus de 80 % (de plus de 42 % pour M’Bengué, Niéllé et Tingréla à plus de 204 % pour Kolia). Enfin, elle exprime la grande souplesse qui caractérise les relations entre l’homme et l’espace : ainsi les quatre sous-préfectures où la croissance a été la plus faible (Goulia s’ajoute aux précédentes) sont celles où les surfaces moyennes cultivées par habitant étaient les plus fortes en 1955 et où la croissance démographique a été supérieure à la moyenne régionale.

54En 1955, trois sous-préfectures (Goulia, M’Bengué et Tingréla) se distinguent par des superficies moyennes cultivées par habitant supérieures à la moyenne régionale : elles représentent 31 % de la population et 44 % des surfaces cultivées. En 1975, cinq sous-préfectures ont des valeurs de surfaces cultivées par habitant supérieures à la moyenne régionale : il s’agit de Goulia, Kolia, Kasséré, Gbon et M’Bengué qui rassemblent 39 % de la population et 48 % des surfaces cultivées.

Les cartes de densité humaine et de taux d’occupation du sol

55En superposant, pour 1955 et 1975, les cartes de densité humaine et de taux d’occupation du sol, on peut saisir les variations de leur rapport, de part et d’autre de la moyenne régionale.

  • 17 Illustrons ce raisonnement par un exemple : soit un espace où la densité humaine est de 25 hab. pa (...)

56Sachant que la surface moyenne cultivée par habitant est de 30 ares pour une densité de 1 hab. par km2 en 1955, l’occupation du sol est de 0,30 %, dans un rapport de 3,3. Pour 1975, le même raisonnement aboutit à un rapport de 1,817. Ce calcul permet de partager la région de la Bagoué en quatre ensembles :

  • les espaces où le rapport est nul, qui correspond à l’absence de champs et d’habitants ;
  • les espaces où le rapport est conforme à la moyenne régionale ;
  • les espaces où le rapport est inférieur à la moyenne régionale, soit une surface moyenne cultivée par habitant plus élevée que la moyenne de 30 ares en 1955 et de 54 ares en 1975 ;
  • les espaces où le rapport est supérieur à la moyenne régionale, soit une surface moyenne cultivée par habitant inférieure à 30 ares en 1955 et à 54 ares en 1975 (figure 9).
  • 18 L’étude entreprise par S. Brun (1977), à partir de l’enquête statistique nationale agricole de 197 (...)

57Le rapport théorique moyen régional n’a qu’une faible extension spatiale. Deux facteurs peuvent expliquer ce phénomène. Certaines variations semblent liées à la quantité d’espace utilisé, nécessaire localement à la satisfaction des besoins propres aux populations18. Ainsi la surface moyenne cultivée par habitant dans la sous-préfecture de Goulia est très supérieure à la moyenne régionale (rapport inférieur à 1,8 dominant), alors que la situation est inverse pour la sous-préfecture de Korhogo (rapport supérieur à 1,8 dominant). D’autres variations semblent liées à la densité humaine. Quand la densité est élevée, la surface moyenne cultivée par habitant est plus faible qu’ailleurs.

  • 19 Outre le cas de Kasséré, c’est aussi le cas des espaces situés à quelques kilomètres à l’ouest de (...)

58On peut donc supposer que les agriculteurs utilisent plus ou moins largement l’espace en fonction de la densité humaine et/ou encore qu’ils effectuent des transferts de travail depuis les zones très occupées vers les zones plus vides. Cette seconde interprétation est illustrée par le cas de la sous-préfecture de Kasséré19, où nous avons observé sur les terroirs des villages des déficits et des excédents de surfaces cultivées prouvant des transferts de travail confirmés par les intéressés eux-mêmes : plus de 50 % des surfaces cultivées par les habitants de Leunyougo, le sont hors de leur terroir ; plus de 80 % des surfaces cultivées sur le terroir de Toba, le sont par des paysans d’autres villages (p. 77 et figure 9).

59L’ouverture de champs dans des espaces peu occupés, avec création éventuelle de campements de culture est donc la solution utilisée par les paysans pour répondre à la croissance de la densité et de l’occupation du sol.

La notion de seuil de rupture du système agricole

  • 20 Les résultats obtenus pour la région de la Bagoué sont très éloignés de ceux obtenus pour la régio (...)
  • 21 Il est évident que ce seuil de rupture est théorique, dans la mesure où il est défini sans tenir c (...)

60Bien que le taux d’occupation moyen de la région de la Bagoué reste faible20, le bond en avant des surfaces cultivées sur 20 ans est tel qu’il implique peut-être des surcharges locales perturbant le fonctionnement du système agricole traditionnel, au point de le transformer21.

Figure 9 - Région de la Bagoué. Repérage des zones pouvant être intéressées par un système de cultures intensives en 1975.

61On peut calculer ce seuil de rupture en tenant compte des rythmes du système agricole sénoufo (4 années de culture, suivies de 15 à 20 ans de jachère) :

  • Si l’on compte 4 ans de culture et 20 ans de jachère, l’utilisation de l’espace est 6 fois supérieure à la surface annuellement cultivée. Le seuil de fonctionnement d’un tel système est donc un taux d’occupation moyen de l’espace total de 16 %. L’espace n’étant utilisable qu’à 60 %, le seuil s’abaisse en fait à 9,5 %. Un tel seuil est atteint dans la région de la Bagoué sur un peu plus du tiers de l’espace, représentant près de 60 % des surfaces cultivées.
  • Si l’on compte quatre ans de culture et 15 ans de jachère22, le système a besoin de 4,75 fois l’espace annuellement mis en culture, ce qui situe le seuil de fonctionnement du système à un taux d’occupation moyen de l’espace total à 21 %. Compte tenu de la surface agricole utilisable, le seuil s’abaisse à 13 %. Il est atteint et dépassé sur 16 % de l’espace de la région de la Bagoué, représentant 42,5 % des surfaces cultivées.

62Le taux de surface agricole utilisable (SAU) de la région étant variable autour d’une moyenne de 60 %, le seuil de rupture s’abaisse ou s’élève en fonction des potentialités agricoles locales. Pour un taux de SAU égal à 35 %, il suffit de 7 % d’occupation du sol pour bloquer le système ; à l’opposé, pour un taux de 70 %, on peut cultiver près de 15 % de l’espace avant qu'il y ait blocage. Sur les 9 100 km2 de la région où ce taux a pu être calculé précisément, il y a rupture sur 14 % de l’espace rassemblant 31 % des surfaces cultivées.

  • 23 Il est certain que la généralisation de la culture attelée et l’introduction de la mécanisation, p (...)
  • 24 13 % d’occupation du sol correspondent à 13 ha de cultures par km 2 ; or, à Goulia par exemple, la (...)

63La notion de seuil peut aussi être approchée par le biais des densités humaines, en associant à chaque densité un taux d’occupation du sol, dès lors que l’on connaît la surface moyenne cultivée par habitant. Au niveau régional, le seuil des 13 % d’occupation du sol correspond à une densité de 25 hab. par km2, pour une surface moyenne cultivée par habitant égale à 54 ares en 1975. Le seuil de 25 hab. par km 2 varie donc localement avec la surface moyenne cultivée par habitant23 et le seuil des 13 % d’occupation du sol peut donc être atteint à différents stades de pression démographique24.

  • 25 Quel que soit le raisonnement retenu, on aboutit à une liste assez précise : Tingréla, Niougani, S (...)

64L’analyse de la densité limite théorique du blocage du système agricole par sous-préfecture (tableau VI) montre que ce seuil n’est atteint nulle part et que la marge est même assez large. Néanmoins, une étude de la carte des densités de 1975 montre qu’un certain nombre de terroirs villageois ont déjà dépassé ces densités critiques. Il s’agit des terroirs d’une vingtaine de villages et villes représentant le tiers de la population et 42 % des surfaces cultivées, sur seulement 16 % de l’espace25, situés sur l’axe Boundiali-Tingréla et autour de Kasséré (figure 9). Dans ces villages, le déséquilibre provoqué par le manque d’espace est un argument prépondérant pour y entreprendre des actions de développement, telle la stabilisation des cultures. Ailleurs, le système fonctionne encore avec de telles réserves d’espace que les paysans ne voient pas la nécessité d’un réel changement qui exige une surcharge de travail et d’investissement.

Tableau vi. Région de la Bagoué en 1975. Densité humaine réelle et densité limite théorique de blocage du système agricole par sous-préfecture

Sous-préfecture

Densité humaine limite associée au seuil de 13 % d'occupation du sol

Densité en 1975

Facteur multiplicateur

Goulia

16 hab./km2

5 hab./km2

3,0

Kasséré

20 hab./km2

14 hab./km2

1,5

Kolia

17 hab./km2

9 hab./km2

2,0

Gbon

20 hab./km2

17 hab./km2

1,2

M'bengué

21 hab./km2

11 hab./km2

2,0

Nyofouen

25 hab./km2

10 hab./km2

2,5

Tingréla

25 hab./km2

16 hab./km2

1,5

Boundiali

26 hab./km2

13 hab./km2

2,0

Madinani

31 hab./km2

6 hab./km2

5,0

Kouto

31 hab./km2

24 hab./km2

1,2

Korhogo

34 hab./km2

12 hab./km2

3,0

Quelques éléments pour une Interprétation de l’évolution de l’occupation des sols

65Bien qu’avec des nuances, la région de la Bagoué a connu pendant vingt ans un fort accroissement des surfaces cultivées. Alors que la population rurale s’accroissait d’environ un tiers (de 120 000 à 160 000 habitants), les surfaces augmentaient de 250 % (de 35 000 à 90 000 ha) soit un gain de 80 % de la surface moyenne cultivée par résident agricole. Plusieurs facteurs peuvent rendre compte d’une telle évolution.

La croissance démographique

66Si la population totale de la région de la Bagoué s’est accrue d’environ 41 % en vingt ans, la population strictement rurale n’a augmenté que du tiers, ce qui traduit une émigration d’un peu plus de 10 000 personnes (p. 58). On compte néanmoins 40 000 résidents ruraux de plus en 20 ans. En considérant comme inchangée la surface moyenne cultivée par habitant (30 ares en 1955), la croissance démographique serait responsable de la mise en culture de 12 000 ha supplémentaires. Elle ne rend donc compte que de 22 % de la croissance des surfaces cultivées en 20 ans.

Le coton

  • 26 Cette estimation, établie à partir des statistiques officielles de la CIDT, semble inférieure à la (...)

67En 1955, le coton était cultivé de façon traditionnelle, associé au maïs, au riz pluvial, voire à l’igname. En 1962, l’introduction dans la région de Boundiali de la culture pure du coton de variété allen a provoqué un réel bouleversement, en impliquant le défrichement et la mise en culture de surfaces supplémentaires. Ainsi, l’expansion rapide du coton (au moins 25 000 ha en 1975 dans la région de la Bagoué)26 rend compte de 45 % de l’accroissement des surfaces cultivées en 20 ans.

Le riz de bas-fond

68La comparaison entre les photographies aériennes de 1955 et de 1975 révèle une mise en valeur importante des bas-fonds. Sans trace de culture en 1955, un grand nombre d’entre eux apparaissent aujourd’hui densément exploités. Bien que le fait soit indéniable, l’estimation des surfaces concernées reste délicate. La plupart des rizières sont en effet fort petites. J. Peltre-Wurtz les a mesurées à Syonfan : 30 ares de surface moyenne, soit généralement 100 m sur 30 m, ce qui rend leur délimitation difficile sur les photographies aériennes au 1/50 000 (2 mm sur 0,6 mm). On peut toutefois évaluer les surfaces rizicoles à environ 8 000 ha pour l’ensemble de la région de la Bagoué, surtout situées à l’est de ce cours d’eau, soit 15 % de l’accroissement des surfaces cultivées en vingt ans.

Autres éléments d’interprétation

69Ainsi la croissance démographique, l’introduction et le développement du coton allen, la mise en valeur des bas-fonds peuvent expliquer la mise en culture de 82 % des 55 000 ha de champs supplémentaires, repérés en 1975 dans la région, par rapport aux 35 000 ha de 1955.

70Pour expliquer la présence des 10 000 ha restants, on peut rappeler la précarité des modes d’évaluation des populations et des surfaces cultivées à vingt ans d’écart (annexes 18, 23 et 25) et la vraisemblable sous-estimation des mesures de surfaces cotonnières et des rizières. Il faut évoquer aussi la présence de nombreux paysans maliens, estimés par la CIDT à environ 10 % du nombre des planteurs de coton (l'estimation dépasse même 15 % pour la sous-préfecture de Goulia). Comme ces planteurs, qui cultivent aussi des vivriers, ne sont pas recensés par l’administration, nous avons probablement sous-estimé le rôle de la croissance démographique, dans l’augmentation des surfaces cultivées.

Conclusion

71Si, en 1975, la région de la Bagoué peut encore donner l’impression d’être faiblement mise en valeur (6,5 % de l’espace est occupé par des champs), ce constat cache en fait une situation en pleine évolution, à cause du développement du coton d’abord, de la croissance démographique et de la mise en valeur des basfonds ensuite. En 20 ans, les surfaces cultivées ont été multipliées par 2,5. Compte tenu de la surface agricole utilisable estimée à 60 %, et du fonctionnement du système agricole, fondé sur 4 ans de culture et 15 ans de jachère, les besoins en espace se sont élevés de 175 000 ha à 450 000 ha, soit près de la moitié de l’espace cultivable. Si le rythme de croissance des surfaces cultivées depuis 1955 se poursuit, tout l’espace disponible sera nécessaire pour maintenir l’existence de longues jachères, d’ici 16 ans. Au-delà, des solutions devront être mises en place, telles des pratiques de culture intensive.

72Des signes de blocage se manifestent déjà le long de l’axe routier Boundiali-Tingréla, sur les terroirs d’une vingtaine de villages qui regroupent 59 000 habitants (33 % de la population régionale) sur 2 400 km2 (16 % de l’espace régional), soit une densité moyenne de 24,5 hab. par km2, double de la moyenne régionale. Les paysans de ces villages cultivent 38 000 ha (42 % des surfaces cultivées de la région, soit un taux d’occupation du sol voisin de 16 %, ce qui est 2,5 fois supérieur au taux moyen régional). Ce taux ne permet plus le fonctionnement normal du système agricole traditionnel et implique nécessairement des réponses originales.

73La situation est en passe de devenir critique également pour 1 650 km2 (11 % de l’espace régional), à la périphérie de l’ensemble précédent : on y recense 17 000 ha de champs (19 % des surfaces cultivées régionales), soit un taux d’occupation du sol de 10,3 %. Il suffirait d’y défricher 3 500 ha (2 ha de champs supplémentaires parkm2), pour atteindre le seuil de rupture du système traditionnel ; or 3 500 ha représentent la moitié seulement des surfaces défrichées en moyenne chaque année dans la région depuis 1955.

74Quelles solutions apportent spontanément ces paysans au blocage spatial de leur système agricole ?

  • Ils combinent l’allongement de la mise en culture des parcelles, parfois jusqu’à 6 ou 7 ans, avec une réduction du temps de jachères parfois inférieure à 10 ans ; cette solution peut être une étape vers la stabilisation des cultures ;
  • ils mettent en valeur les bas-fonds, depuis la fin des années soixante ;
  • ils cultivent progressivement les zones vides, situées à la périphérie des noyaux densément occupés, ce qui implique la multiplication des campements et la croissance des petits villages27 ;
  • enfin, ils émigrent hors de la région.
  • 28 Ces réponses ne sont pas spécifiques aux agriculteurs sénoufo. G. Savonnet observe les mêmes répon (...)

75Les deux dernières solutions sont celles que choisissent massivement et en priorité les paysans concernés28.

Les problèmes fonciers et l’exploitation du sol

76Les mutations de l’espace rural de la Bagoué s’opèrent dans un cadre foncier précis, aucune portion de la région, même vide d’hommes et de traces d’occupation du sol, n’étant juridiquement vacante. Un lien étroit existe entre les communautés de résidence que sont les villages et l’exercice de ces droits. L’unité fondamentale est le terroir, portion de territoire appropriée, aménagée, et utilisée par le groupe qui y réside et en tire ses moyens d’existence (G. Sautter, P. Pelissier, 1964).

  • 29 Outre ceux du Pongala, nous avons étudié une dizaine de villages épars dans la région de la Bagoué (...)

77Cette définition décrit bien la situation des terroirs que nous avons étudiés29 dans lesquels s’opère la mise en valeur de l’espace, au sein de cellules d’exploitation, dont la parcelle de culture est la plus petite unité d’expression spatiale (annexe 29).

Les terroirs : le cas de la sous-préfecture de Kasséré ou Pongala

78Tous les villages visités contrôlent une portion d’espace que l’on peut nommer terroir. Des limites précises et connues, même si elles sont sujettes à contestation, enserrent l’étendue de droits fonciers très anciens. L. Roussel souligne ainsi que ce patrimoine ne pouvait évidemment pas être aliéné ni par un individu, fût-ce le chef du groupe, puisque c’était un bien collectif, ni même par le consentement unanime d’une génération, puisqu’il appartenait à la lignée entière, à ses morts et à ses futurs membres, aussi bien qu’aux vivants (SEDES, 1965, vol. 2 p. 62). L’affirmation des droits fonciers villageois ne doit donc pas être négligée surtout quand l’espace vient à manquer et que des rivalités peuvent surgir.

La mise en place des droits sur la terre

79Ces droits sont liés directement à la création du village. L’ancêtre fondateur est le premier auquel on fait référence. Ses descendants, de génération en génération, se sont transmis l’exercice de ces droits.

80Les terres qui n’ont jamais été exploitées sont le domaine des bandéguélé, sorte de génies qu’il est nécessaire d’amadouer avant de commencer à exploiter une terre neuve. Les risques qui sont pris alors fondent le droit des nouveaux exploitants à un usufruit permanent de cette terre... (SEDES, 1965, vol. 2, p. 20).

  • 30 L’importance du pacte conclu avec les génies nous a été révélée par l’inquiétude des habitants de (...)

81Après des rituels religieux à l’intention des puissances de la terre et de la brousse, le premier occupant d’une terre en devient donc détenteur et son descendant, appelé tarfolo (chef de terre), hérite de ce droit éminent dans les limites fixées par l’ancêtre, avec l’accord des génies30.

82En réalité, la situation est moins simple. Ainsi, si tous les villages du Pongala affirment l’absence d’occupation humaine, antérieure à leur fondation, on constate la disparition d’une aussi forte unanimité, dès que l’on pousse plus loin l’investigation.

83Par exemple, les villages reconnaissent l’antériorité de la fondation d’au moins deux d’entre eux : Toungboli et Pongafré mais cette antériorité n’est pas reconnue comme significative d’une quelconque prééminence dans l'exercice des droits sur la terre. Même Paha et Nongana, qui reconnaissent être issus de Toungboli, affirment le vide juridique de l’espace sur lequel ils ont établi leur contrôle (figure 10).

  • 31 Certaines traditions l’appellent Sienkoligo.

84Les gens de Kasséré reconnaissent volontiers qu’ils doivent au village de Pongafré leur installation sur une terre que leur contestait un ancien village, aujourd’hui disparu, Lowala31 (issu de Pongafré ; mais une telle reconnaissance n’entraîne aucune affirmation de la primauté foncière de Pongafré qui, par ailleurs, ne la revendique pas.

Figure 10 - Sous-préfecture de Kasséré. Exploitation des terroirs en 1975.

  • 32 La place aujourd’hui prépondérante de Kasséré, résidence principale du chef de canton, et surtout (...)

85Dans certains cas, se manifestent même des contradictions entre les affirmations de tel ou tel village. Ainsi les gens de Syonfan (p. 142) prétendent que leur village est antérieur à tous les autres sauf Toungboli. Or les gens de Kasséré et ceux de Yélé disent être issus de la même origine que ceux de Syonfan : trois frères, grands chasseurs, seraient venus dans les parages et se seraient séparés pour fonder en même temps trois villages distincts, sans qu’il y ait réelle prééminence de l’un sur les autres32 (À cette contradiction, les gens de Yélé en ajoutent une autre avec ceux de Toungboli. Ces derniers affirment avoir autorisé la création de Yélé, ce que nient les anciens de Yélé.

86De même, les villageois de Kpalo prétendent s’être installés bien avant Tyorho, Pingvogo et Leunyougo, situés à leur périphérie : ces villages se seraient développés sur des terres relevant au moins partiellement de Kpalo, sans lui en faire la demande. Des anciens de Kasséré ont confirmé cette antériorité, mais les villageois concernés rejettent une telle prétention. Ainsi, seule compte finalement cette affirmation de l’indépendance foncière de chaque fondation, au sein de limites qui se sont dégagées, en même temps que progressait l’espace cultivé de chaque village.

87Il semble toutefois que la culture ne soit pas l’élément déterminant des fondations. Les anciens des villages de Plagouno, Lafing, Paha, Nongana, Tyasso et Leunyougo nous ont affirmé en effet que le fondateur avait choisi de s’établir là où le gibier était abondant et les trois frères fondateurs de Yélé, Kasséré et Syonfan étaient des chasseurs. La signification des noms des villages prouve également le rôle primordial tenu par la chasse. Paha voudrait dire : Je n’ai rien eu, c’est-à-dire Finalement la chasse ne m’a pas enrichi, Leunyougo : La tête de buffle, Lafing : Le ventre blanc du buffle et Nongana, La pintade sauvage. En dehors des toponymes liés à cette activité, on trouve aussi de nombreuses références liées au cadre naturel (annexe 30).

88L’affirmation des droits sur la terre remonte donc à la fondation du village, dont le souvenir n’est pas toujours très précis. Elle est le fondement présent des relations entre les hommes et la terre.

La transmission des droits sur la terre

89Dans le cas le plus général, le fondateur, détenteur des droits sur la terre, les a transmis à son neveu utérin et ainsi de suite, jusqu’à nos jours. Mais un “petit frère” a pu succéder à son “grand frère” et de plus en plus, un fils à son père. Quoi qu’il en soit, ce schéma simple est celui de plusieurs villages : Toungboli, Pongafré, Toba, Koundé, Pingvogo et Plagouno, où, aujourd’hui encore, il n’y a qu’un chef de terre.

  • 33 Kasséré s’attribue volontiers 17 chefs de terre en y incluant celui de Plagouno, absorbé aujourd'h (...)

90Pour tous les autres villages, la situation se complique. Kasséré a 16 chefs de terre33 (Lafing 15, Leunyougo 10, Tyasso 7, Kpalo 5. Et, dans tous ces cas, les villageois emploient le terme tarfolo. Une explication simple peut être donnée à partir de l’évolution que décrit L. Roussel :

91Le droit d’appropriation intéresse les unités économiques élémentaires que constituent les quartiers. Il s’agit de la portion du terroir attribué par le fondateur, c’est-à-dire le premier tarfolo à chaque segment de lignage de son groupe (SEDES, 1965, vol. 2, p. 61). Et l’auteur d’ajouter plus loin : Le pouvoir du katiofolo sur son segbo ne souffrait pas, dans la réalité, de la superposition à son propre droit, du droit éminent du tarfolo : il était maître de répartir, comme il lui convenait, la terre dont il disposait et de concéder à tous les membres de son katiolo en état de cultiver, un droit d’usage plus ou moins permanent sur une partie du domaine familial. (SEDES, 1965, vol. 2, p. 62.)

  • 34 En fait, s’il y a eu élargissement de la signification de tarfolo à celle de détenteur du droit de (...)

92Cette attribution de portions du terroir, par le fondateur ou ses successeurs, à des groupes venus s’établir peu après la fondation, qu'ils soient de même origine ou étrangers, est un phénomène que nous ont décrit les villageois interrogés. Le seul changement, mais combien significatif, par rapport à la description de L. Roussel, est l’emploi du terme tarfolo pour désigner celui qui, aujourd’hui dans les petites unités que constituent les quartiers, détient les droits sur la terre34 (Cependant, la prééminence du descendant du fondateur du village s’exerce encore dans le cadre de certains rituels religieux essentiels et aboutit même à l’affirmation d’un pouvoir juridique supérieur : celui de chef de canton. Certains villages, comme Paha, Syenré, Kofré, Syonfan, Kpalo, Nongana et Yélé, présentent donc le partage de leur terre entre plusieurs chefs de terre comme le fait du fondateur lui-même. Trois villages (Kasséré, Lafing et Leunyougo) présentent un schéma différent. Des quartiers dont l’existence remonte à la fondation même du village coexistent avec d’autres plus récents, dont la création résulte des destructions de villages par les guerres du xixe siècle (p. 56).

93Prenons l’exemple de Kasséré et de ses 16 chefs de terre. Il semblerait qu’il y ait eu, dès l’origine, 4 quartiers propres à la famille du fondateur dont les terres s’appellent Togorgo, Kokomon, Zaragbama et Nouveau Kokomon. S’y seraient ajoutés 6 quartiers attribués par le fondateur à d’autres groupes. Les noms des terres relevant de ces quartiers sont : Segongo, Zoudiémé, Zankaha, Ouezomon, Naniono et Nangorofa. Enfin, on trouve 6 quartiers (Kafonon, Namasséré, Sissogo, Zouané, Zouagounou et Oufiré) qui sont d’anciens villages dont les populations se seraient rassemblées à Kasséré, dans un souci de protection lors de troubles. Ce déplacement de population s’est accompagné du maintien des droits antérieurs sur la terre d’origine, englobée désormais dans l’ensemble plus vaste des terres de Kasséré. Ces droits ont longtemps été transmis sans qu’il y ait occupation réelle de la terre. Plus tardivement, ces villageois sont repartis sur leur terre et y ont établi des campements de culture, devenus pour la plupart, de vrais villages. Néanmoins, leur cohabitation avec les gens de Kasséré et le maintien à Kasséré de leur résidence principale leur font affirmer qu’ils sont gens de Kasséré.

94Les terroirs villageois peuvent donc être morcelés en plusieurs quartiers, mais l’unité du village reste la plus forte et le terroir demeure un patrimoine aux limites précises.

Les tendances présentes

95Dans la sous-préfecture de Kasséré, les droits traditionnels sur la terre sont encore très affirmés et reconnus, même si quelques villages, comme Kpalo ont eu parfois des difficultés à retrouver la totalité des tarfolo ; dans d’autres cas les chefs de terre n’ont pas su situer précisément les limites de leurs terres ; enfin, il existe même des cas d’implantation de cultures étrangères au village, inconnues du chef de terre (p. 160).

96Pourtant, on peut parler d’un maintien et même d’un renforcement des droits traditionnels, la présence de zones contestées et vigoureusement appropriées par deux villages voisins prouvant bien un sens aigu de la notion du terroir. Se sont ainsi précisées au cours de nos enquêtes, des oppositions verbalement violentes, entre Kpalo et Leunyougo, Kpalo et Pingvogo, Paha et Yélé, auxquelles on peut ajouter quelques points de discorde entre des villages du Pongala et d’autres extérieurs à la sous-préfecture. Ces contestations traduisent le plus souvent un stade où pression démographique et besoin de terre atteignent les seuils de rupture, définis plus haut.

97Pour appréhender ce phénomène, nous avons mesuré, dans les limites de chaque terroir du Pongala, les rapports entre la surface cultivée (estimée d’après les photographies aériennes de 1975) et la population officiellement recensée. De part et d’autre de la surface moyenne cultivée par habitant, qui est de 65 ares, se situent deux groupes de terroirs (figure 10, annexe 32) :

  • terroirs ont une surface moyenne cultivée par habitant inférieure à 65 ares ; la taille moyenne des villages est de 1 570 habitants ; le taux moyen d’occupation du sol est de 11 % ; la densité moyenne de 21 hab. par km2 ;
  • 10 terroirs ont une surface moyenne cultivée par habitant supérieure à 65 ares ; la taille moyenne des villages est de 300 habitants ; le taux moyen d’occupation du sol est de 7 % ; la densité moyenne de 6 hab. par km2

98Aux écarts importants entre les densités de population (21 contre 6 hab. par km2) des deux groupes de terroirs, correspond un large éventail de surfaces moyennes cultivées par habitant, les extrêmes étant Leunyougo avec 36 ares et Toba avec 415 ares. Mais ces valeurs sont théoriques. En réalité les habitants de Leunyougo cultivent davantage que les 36 ares par habitant situés sur leur terroir, car près de 45 % des surfaces qu’ils cultivent sont situés sur les terroirs des villages environnants. Quant aux habitants de Toba, ils ne cultivent pas autant que laissent croire les 415 ares par habitant parce que 80 % des surfaces cultivées sur le terroir de Toba le sont par des habitants d’autres villages. Ainsi s’expliquent la faiblesse des écarts entre les taux d’occupation des sols (11 et 7 %) de ces deux groupes de terroirs et l’importance des différences de leurs densités de population.

99Il existe donc un ample mouvement de prêts de terres qui place les habitants de certains villages en position de demandeurs vis-à-vis des chefs de terre des terroirs voisins, moins densément occupés. Ces prêts semblent respecter encore les coutumes ancestrales, qui impliquent certains rituels et des restrictions d’utilisation des terres prêtées, en particulier l’interdiction de récolter les fruits du néré et du karité. Toutefois, sous l’apparent respect des droits anciens, se dessine déjà une nouvelle situation où le besoin en terre prime le droit traditionnel. L’étude plus précise du village de Kasséré (annexe 31) confirme le sens de cette évolution ; l’extension de son domaine de culture au détriment d’anciens villages disparus et la multiplication des campements sur la terre des villages limitrophes s’accompagnent de l’affirmation d’un pouvoir juridique de son chef sur l’ensemble du canton, devenu sous-préfecture en 1975.

Quelques éléments sur les structures d’exploitation du sol

100Si la terre relève du droit éminent du chef de terre, son exploitation est l’œuvre d’unités de résidence, de production et de consommation, aux dimensions démographiques, spatiales et temporelles très variées : les cellules d'exploitation. L’essentiel de nos informations provient d’une étude réalisée par S. Brun (1977) qui utilise les données brutes de l’enquête statistique agricole nationale de 1975, pour analyser les structures d’exploitation dans la région de la Bagoué.

101L’enquête nationale était fondée sur la collecte d’informations dans 6 exploitations d’un certain nombre de villages regroupés en strates, dont les limites ne correspondent pas à celles de la région de la Bagoué. Néanmoins, cette enquête a touché 318 exploitations réparties en 53 villages situés dans cette région. La bonne dispersion de ces villages et le nombre de personnes concernées (4 647 soit 2,6 % des habitants de la Bagoué) permettent une approche intéressante des structures d’exploitation de la région. Nous utilisons donc cette source d’informations, même si certains résultats sont différents de ce que d’autres recherches ont établi, laissant planer un doute sur la validité d’ensemble de l’enquête, dans cette zone.

L’évolution de la notion de cellule d’exploitation

102À l’origine, la notion de cellule d’exploitation pouvait être assimilée à celle du quartier qui exploitait collectivement un champ collectif ou segbo. Rares étaient les champs individuels, ou kagon, distribués le plus souvent aux hommes mariés travaillant sur le segbo.

103Aujourd’hui, l’exploitation est l’œuvre des cellules familiales, restreintes ou élargies et non plus d’un lignage dans son ensemble. Cette évolution s’accompagne d’un glissement du sens des mots segbo et kagon : le segbo est devenu le champ collectif de la famille, le kagon est une parcelle personnelle dont l’utilisateur peut être célibataire (SEDES, 1965, vol. 2). Dans le Pongala, l’évolution s’est même accompagnée de l’abandon des termes, devenus inadéquats pour recouvrir la réalité nouvelle.

104La situation la plus fréquente désormais est celle d'un chef de famille ayant obtenu du tarfolo une bande de terre ; il la met en valeur progressivement par avancée régulière de son front de culture, avec retour à la jachère des parcelles déjà exploitées, toute la famille participant à cette mise en valeur. En outre, le chef de famille peut distribuer sur sa bande de terre des parcelles qui seront cultivées individuellement par des membres de sa famille, ou encore il peut demander au tarfolo l’attribution, à certains membres de sa famille, de petites parcelles individuelles hors de la terre qui lui a été concédée.

105Cette situation, encore la plus fréquente, subit des modifications. La multiplication des parcelles individuelles perturbe le schéma classique, à la fois par la croissance des surfaces cultivées et surtout par le détournement de main-d’œuvre qu’elle implique au détriment du “champ du père”. En ce sens, le développement de la culture du coton, culture spéculative par excellence, renforce cette évolution, les jeunes hommes réclamant de plus en plus le droit de cultiver personnellement du coton.

La taille des cellules d'exploitation

106Il existe une grande diversité de situations qu’illustre le tableau vu.

Tableau VII. Région de la Bagoué en 1975. Répartition par taille des exploitations agricoles

Taille

<4 ha

4- 6 ha

> 6 ha

 % du nombre d'exploitation

55

15

30

 % de la population totale

41

13

46

 % de la surface cultivée totale

27

14

59

Nb moyen de personnes par exploitation

11

13

23

Surface moyenne cultivée par habitant (en ares)

36

58

70

Source : Enquête statistique agricole nationale de 1975, analysée par S. Brun (1977).

107Outre une assez forte concentration de la population et de la terre et un nombre relativement limité de grandes exploitations, on relève une corrélation forte entre la taille des exploitations, le nombre moyen de personnes qui y vivent et la surface moyenne cultivée par habitant. Plus l’exploitation est grande, plus elle comporte de membres et plus importante est la surface que chacun y travaille. Le calcul de quelques médianes éclaire ce phénomène :

  • 50 % des exploitations ont plus de 3,7 ha ;
  • 50 % de la population vit dans des exploitations de plus de 5,1 ha ;
  • 50 % de la surface cultivée l’est dans des exploitations de plus de 7,1 ha (annexes 33, 34 et 35).

108La concentration des hommes et des surfaces en un petit nombre de grandes exploitations confère à celles-ci, ou plutôt à leur chef, un rôle économique prépondérant et surtout une capacité d’investissement en travail et en matériel permettant de meilleures réponses aux incitations des sociétés de développement.

109Dans ces conditions, l’établissement de moyennes régionales n’a guère de signification : dire que la taille démographique moyenne est de 15 personnes et que la surface moyenne est de 5,2 ha recouvre en fait trop de situations hétérogènes. Le fait majeur est la croissance régulière de la taille des exploitations du sud-est (3 ha), c’est-à-dire à proximité de Korhogo, jusqu’au nord-ouest (7 ha), notamment dans les sous-préfectures de Tingréla et Goulia. Les variations internes à la région doivent donc s’accompagner de la mise en place de politiques d’aménagement nuancées.

Les parcelles d'exploitation

110La parcelle d’exploitation est la plus petite unité exprimant l'emprise de l’homme sur l’espace : elle peut se définir comme une unité de culture indivisible, portant sur une seule culture ou sur une même association de cultures, exploitée par un individu ou une cellule d’exploitation.

  • 35 Dans nos enquêtes sur le Pongala, nous avons estimé à 25 % le nombre des hommes de plus de 15 ans, (...)

111Selon la même enquête de 1975, l’exploitation moyenne de la région de la Bagoué se compose de 4 parcelles. Ce nombre correspond au fonctionnement traditionnel du système agricole, fondé sur la mise en culture pendant quatre ans de la même parcelle. Mais une telle moyenne ne doit pas faire oublier toutes les parcelles individuelles (parcelles d’arachide et de riz pour les femmes, parcelles de coton pour les hommes)35 qui, dans chaque exploitation, viennent s’ajouter au champ familial effectivement partagé en quatre, tout particulièrement dans les grandes exploitations.

112Par ailleurs, une corrélation forte apparaît entre la taille de l’exploitation agricole et le nombre et la taille des parcelles (tableau VIII). Plus l’exploitation est grande, plus elle a de parcelles et plus ces parcelles sont de grande taille. Toutes les exploitations de plus de 3 ha ont plus de quatre parcelles.

Tableau viii. Région de la Bagoué en 1975. Répartition des parcelles en fonction de la taille des exploitations

Taille des exploitations

Nb de parcelles par exploitation

Surface moyenne par parcelle

0-1 ha

1,9

0,3 ha

1- 3 ha

3,2

0,7 ha

3-8 ha

4,5

1,1 ha

> 8 ha

5,8

2,2 ha

Source : Enquête statistique agricole nationale de 1975, analysée par S. BRUN (1977).

  • 36 Pour les campements de Kasséré, nous avons estimé à 7 % le nombre des femmes entièrement indépenda (...)

113Les petites exploitations de moins de 3 ha, dont le nombre de parcelles est inférieur à quatre, peuvent difficilement être de véritables exploitations fondées sur l’existence d’un champ commun, destiné à subvenir aux besoins d’une communauté de résidence et de consommation. Il s’agit, soit d’exploitations de vieilles femmes36 (disposant d’une certaine autonomie, soit d’exploitations d’individus ou de familles restreintes disposant effectivement de parcelles propres, mais non encore entièrement détachées de plus grandes familles, soit enfin d’exploitations nouvellement créées, dans des campements de culture, par exemple.

Tableau ix. Région de la Bagoué en 1975. Répartition des parcelles en fonction de la localisation des exploitations

Localisation

Nb de parcelles par exploitation

Surface moyenne par parcelle

Sud-est

3,9

0,8 ha

Centre

4,0

1,2 ha

Nord-ouest

4,7

1,5 ha

Source : Enquête statistique agricole nationale de 1975, analysée par S. Brun (1977).

114Le nombre et la taille des parcelles varient également avec la localisation des exploitations : du sud-est au nord-ouest de la région, on constate en effet un accroissement progressif du nombre moyen de parcelles par exploitation et un accroissement de leur surface unitaire (tableau ix).

115Cette orientation sud-est—nord-ouest est aussi celle de la croissance de la taille moyenne des exploitations et celle de la croissance de la surface moyenne cultivée par habitant (p. 63) (de 38 ares par habitant dans la sous-préfecture de Korhogo au sud-est, à 82 ares dans la sous-préfecture de Goulia au nord-ouest). Ce trait majeur de la structure des exploitations agricoles de la région est lié au moins en partie à des différences de densité humaine : 12 hab. par km2 au sud-est et 5 hab. par km2 au nord-ouest. Les exploitations agricoles utilisent donc au mieux l’espace où elles évoluent. Par ailleurs, elles s’inscrivent aussi dans la durée.

Le temps et les structures d'exploitation

Temps et cellules d'exploitation

116Si les terroirs sont caractérisés par leur pérennité et leur intangibilité, il n’en va pas de même pour les cellules d’exploitation dont la stabilité ne peut guère excéder une vie d’homme adulte. Cette non-permanence est une réponse à l’impossible accumulation de biens au sein d’un même groupe pérennisé, ce que souligne L. Roussel (SEDES, 1965, vol. 2, p. 83) :

117Le lien suprême n’est pas la quantité de richesses, mais la qualité et la vigueur des rapports humains et avant tout la cohésion de la communauté villageoise. Tout processus d’accumulation est condamnable dans la mesure où il tend à rompre la solidarité égalitaire du groupe. Toute concurrence économique entre les personnes ou les lignages est une atteinte grave à l’unité.

  • 37 Dans la tradition, cette instabilité se trouve compensée par une certaine permanence du corps soci (...)

118Traditionnellement, la cellule d’exploitation change de composition en fonction des décès, des mariages, des naissances, des départs ou des arrivées. Sa composition démographique ne connaît aucune stabilité, ce qui se répercute sur sa force de travail. Les projets de développement ne doivent donc pas négliger l’instabilité des cellules d’exploitation qui, de toute façon, disparaissent à la mort de leur chef, pour renaître autrement avec l’un des neveux ou des fils37 (Il n’y a pas de transmission des biens du défunt à d’éventuels héritiers. La pratique des funérailles, obligatoires même plusieurs mois après le décès, correspond à une certaine forme de distribution du “capital”, accumulé par le défunt, dont profitent tous ses parents et amis. Pendant deux ou trois jours, 150 à 200 invités festoient en consommant le mil, le maïs, le riz, tirés des greniers de la famille du défunt, mais aussi d’abondants plats de viande arrosés de bière de mil ou de maïs. Les orchestres mêlant balafons et percussions jouent en permanence, moyennant rétribution. Des dizaines, parfois des centaines de pagnes sont ensevelis avec le défunt. En outre, il faut couvrir certaines dépenses rituelles fondamentales qui consistent à sacrifier des bœufs et d’autres animaux.

119Les funérailles joueraient donc le rôle d’une soupape de sûreté qui s’opposerait à l’accumulation excessive de ressources dans une seule famille ; elles veilleraient ainsi au maintien d’un principe cher à la société sénoufo, à savoir l’égalitarisme de tous ses membres. (S. Coulibaly, 1978.)

120L’introduction de cultures de rente, le développement de la culture attelée, les projets de mécanisation et de stabilisation des cultures, les progrès de l’individualisme risquent de développer des inégalités nées de l’accumulation par certains, du capital humain et matériel, voire foncier. Toutefois, de telles accumulations n’impliquent pas nécessairement une plus grande stabilité des cellules d’exploitation, tant il est vrai que la famille peut éclater et le salariat la remplacer ou qu’elle peut disparaître si le chef de famille quitte la terre pour investir son capital dans le commerce ou le transport. Ainsi, la cellule d’exploitation de type familial se trouve aujourd’hui confrontée à des problèmes de cohésion, nés du choc des incitations extérieures.

Temps et exploitation du sol : les jachères

121L’exploitation du sol est soumise à des rythmes bien réglés. La même portion d’espace est cultivée quatre ans et ensuite mise au repos pour dix, quinze, vingt ans ou plus.

122Pour la région de la Bagoué, l’enquête statistique agricole de 1975 analysée par S. Brun (1977) donne les résultats suivants : les temps de repos de la terre dépasseraient 10 ans dans 85 % des cas, 15 ans dans 54 % des cas, 20 ans dans 33 % des cas (tableau x). Or, selon des informations orales de J. Audru, le temps de repos minimum pour rendre au sol son potentiel de fertilité serait de 15 ans. Il est donc surprenant que dans une région où l’espace ne manque pas, les temps de jachère soient dans 46 % des cas, inférieurs au seuil d’équilibre. L’étude réalisée au sud de la région de la Bagoué (annexe 36) aboutit d'ailleurs à des résultats fort différents : les paysans pourraient mettre leur terre en repos pendant plus de 20 ans, dans 72 % des cas (tableau x). Enfin, J. Peltre-Wurtz (p. 241) observe des jachères de 30 ans sur le terroir de Syonfan, alors que la densité y est déjà relativement élevée (20 hab. par km2)

Tableau X. Région de la Bagoué en 1975. Temps de jachère

Temps de jachère d'après l'enquête statistique agricole de 1975 en % de l'espace étudié

Temps de jachère possibles pour le sud de la région de la Bagoué en % de l'espace étudié (annexe 36)

<10 ans

15

6

10-15 ans

31

10

15- 20 ans

21

12

> 20 ans

33

72

Source : Enquête statistique agricole nationale de 1975, analysée par S. BRUN (1977).

123Même en prenant en compte la non-concordance des bases sur lesquelles sont fondées ces deux séries de résultats, ceux-ci paraissent considérablement éloignés et nous serions enclin à douter de la validité de l’enquête statistique agricole nationale sur la durée des jachères, dans la région de la Bagoué. L’expérience prouve, d’ailleurs, que les paysans sont souvent incapables de préciser la durée d’une jachère ayant précédé un défrichement, sans la mise au point d’un calendrier précis propre à chaque village.

Temps et exploitation du sol : les travaux agricoles

124Pour l’étude des temps de travaux, nous renvoyons notamment à O. Sevin (1977) et à X. LE Roy (1983) en soulignant cependant l’importance fondamentale du facteur temps dans l’exploitation du sol. Le temps, vécu quotidiennement, pèse sur le choix des cultures, en fonction de leur complémentarité dans la répartition des travaux ou de leur éventuelle concurrence. Sa surabondance ou sa rareté conditionne non seulement la possibilité de réaliser tel ou tel travail, mais aussi la qualité de celui-ci, les sarclages par exemple. L’étude du village de Syonfan (p. 247) développe ce thème et le temps y apparaît comme un facteur plus contraignant encore que l’espace.

Conclusion

125Les rapports de l’homme et de l’espace sont entrés dans une phase critique. Certes, les terroirs restent stables mais dans certains secteurs, la forte croissance démographique accentue dangereusement la pression foncière et l'exercice des droits traditionnels peut s’en trouver ébranlé. L’exploitation collective de la terre au sein de la famille élargie demeure et bien des formes d’entraide restent vigoureuses, mais le nombre de parcelles individuelles augmente et des cas de location de terre ont été observés dans les villages de Bolona et San, au sud de Tingréla. Nous avons même relevé des cas d’appropriation personnelle de la terre, selon les règles d’un droit foncier étranger aux coutumes, mais qui s’impose progressivement dans le cadre de la législation nationale et auquel se réfèrent des fonctionnaires ou des commerçants désireux d’accroître leurs revenus et leur puissance. Par ailleurs, le temps devient un facteur limitant, lié à l’extension des surfaces et au départ des jeunes, part importante de la force de travail. En particulier, l’extension des surfaces consacrées au coton et la part considérable des temps de travaux que lui consacrent les hommes semblent atteindre des seuils préoccupants puisqu’une telle charge bloque toute autre possibilité d’activité pendant la saison des cultures. Ces évolutions remettent en cause une certaine stabilité des relations existant entre les hommes et la terre et imposent donc des réponses nouvelles et originales.

Notes

1 Boundiali est une préfecture etTingréla la plus grande sous-préfecture du même département, située non loin de la frontière avec le Mali.

2 Il s'agit de San, Bolona, Blességui, Ouomon, Zinguinasso, Podyo, Kouto, Gbon et Kolia.

3 Il se peut que cette évaluation soit sous-estimée. En effet, une petite enquête dans la sous-préfecture de Kasséré a permis de découvrir des campements non répertoriés, ce qui laisse supposer qu’il peut en être ainsi ailleurs.

4 Des travaux récents remettent en cause cette version jusqu’alors incontestée et tentent de prouver un peuplement sénoufo autochtone plus ancien (S. Coulibaly, 1978).

5 R. Caillie décrit assez longuement le village de Tingréla dans son Voyage à Tombouctou (chapitres xiv, xv, xvi, 1830), récit très riche sur les paysages, les hommes et leurs activités.

6 Ceux de Lafing parlent de Yatiaba, Kafongo, Sétionon, Gokourou, Ziékaba, Ziéplékaha, Kabolo ; ceux de Leunyougo, outre des villages encore existants et dont les habitants se seraient réfugiés temporairement chez eux, évoquent deux villages disparus : Katiébé et Kodel ; les villageois de Yélé ont parlé de Gofiwin ; ceux de Koundé, de Kaniéhé ; ceux de Plagouno, de Bolozonna et de Zangokaha ; ceux de Paha de Katiébé (comme ceux de Leunyougo) et de Zangokaha (comme ceux de Plagouno) ; ceux de Pongafré, de Sienkigo.

7 Cette croissance résulte de l'application à la population de 1955 du taux de croissance moyen régional estimé à 41 %.

8 Nous avons également choisi cette sous-préfecture parce que s’y trouve le village témoin de Syonfan.

9 La corrélation est toutefois forte pour les très gros villages plus touchés par l’émigration que les autres.

10 Par situation familiale, nous entendons surtout l’état des rapports de dépendance qui lient les femmes à leur mari ; bien que cela paraisse étrange, l’existence des enfants n’a jamais été évoquée devant nous comme déterminant dans ces départs.

11 Canton situé au sud de la région de la Bagoué. Une étude postérieure à notre enquête prouve que les flux migratoires ont des destinations encore plus méridionales (X. Le Roy, 1981).

12 Propice à la culture du coton pour deux raisons : d’une part, il s’agit de zones vides où les sols sont encore fertiles parce que non exploités, d’autre part, la CIDT encourage ces implantations qu’elle encadre de façon peut-être plus rigoureuse qu’ailleurs.

13 Un peu moins de 1 000 km2, situés au nord-est, n’ont pas pu être analysés faute de photographies aériennes récentes.

14 Il s’agit ici des cartes de synthèse réduites fondées sur des carrés de 49 km 2, proches de la surface moyenne (51 km2) des terroirs de la région. On utilise le même carroyage pour toutes les cartes de la région de la Bagoué.

15 A.M. Cotten, dans son ouvrage sur les petites villes de Côte-d’Ivoire (ORSTOM, 1968) évaluait à plus de 55 % la part des hommes vivant de l’agriculture à Odienné en 1966, pour une population de 8 000 habitants (p. 152).

16 Le cas de Goulia est un peu à part, à cause de l’installation massive de paysans maliens, non comptés dans les recensements ce qui entraîne une sous-estimation de la population et donc un gonflement des résultats évoqués ici.

17 Illustrons ce raisonnement par un exemple : soit un espace où la densité humaine est de 25 hab. par km2 et le taux d’occupation du sol de 5 %, ce qui correspond à un rapport de 5, très supérieur au rapport moyen régional de 1,8 ; il s’agit bien d’un espace où la surface moyenne cultivée par habitant est faible, puisque 20 ares par habitant est très inférieur à la moyenne régionale de 54 ares par habitant.

18 L’étude entreprise par S. Brun (1977), à partir de l’enquête statistique nationale agricole de 1975, prouve une croissance progressive de la surface cultivée par habitant du sud-est au nord-ouest.

19 Outre le cas de Kasséré, c’est aussi le cas des espaces situés à quelques kilomètres à l’ouest de la piste Boundiali-Tingréla aux latitudes de Kolia, Gbon et Kouto. Dans certaines zones, nous avons relevé des surfaces moyennes cultivées par habitant supérieures à 300 ares !

20 Les résultats obtenus pour la région de la Bagoué sont très éloignés de ceux obtenus pour la région de Béoumi (V. Lassailly-Jacob, 1980).

21 Il est évident que ce seuil de rupture est théorique, dans la mesure où il est défini sans tenir compte des évolutions socio-économiques ni des éventuelles mises en valeur de milieux de potentialités différentes. Mais il demeure valide puisque, précisément, de telles évolutions répondent bien à une impossibilité de prolonger plus longtemps le système ancien.

22 Selon plusieurs informateurs (J. Audru de L’IEMVT, entr.e autres), 15 ans de jachère semblent suffisants pour rendre au sol sa fertilité dans la région de la Bagoué.

23 Il est certain que la généralisation de la culture attelée et l’introduction de la mécanisation, prévues pour accroître les surfaces cultivées, risquent de bouleverser encore plus vite la situation.

24 13 % d’occupation du sol correspondent à 13 ha de cultures par km 2 ; or, à Goulia par exemple, la surface moyenne cultivée par habitant est de 82 ares (annexe 28) ; il suffit de diviser 13 par 82 pour obtenir la densité limite associée à 13 % d’occupation du sol.

25 Quel que soit le raisonnement retenu, on aboutit à une liste assez précise : Tingréla, Niougani, San, Bolona, Néguépié, Zinguinasso, Ouora, Syanhala, Kouto, Kolia, Duokama, Torotiéri, Kasséré, Kpalo, Pingvogo, Paha, Leunyougo, Boundiali et Syempurgo.

26 Cette estimation, établie à partir des statistiques officielles de la CIDT, semble inférieure à la réalité. Le cas de Syonfan nous conduit à le penser. En 1975 la CIDT évaluait à 66,75 ha les surfaces en coton cultivées par les habitants de Syonfan ; la même année, J. Peltre-Wurtz (annexe 56) les mesurait et obtenait 77,58 ha, soit 16 % en plus. D’autres cas ont été signalés de cette apparente imprécision des mesures de la CIDT. Si l’on considère la valeur de 16 % obtenue à Syonfan, ce serait donc près de 30 000 ha de coton qu’il faudrait compter, soit plus de la moitié de l’accroissement des surfaces cultivées enregistrées en 20 ans.

27 Au nord-ouest de Boundiali, dans la zone de la Palé entièrement vide, les autorités ont fait procéder à d’importants aménagements, destinés à fixer les Peul et leurs troupeaux de zébus ; ces aménagements ont favorisé le déplacement des parcours culturaux traditionnels des paysans, à l’étroit sur les terroirs voisins : l’ouverture de champs buttés, sous couvert arboré dense, prouve bien l’attrait pour le maintien du système agricole traditionnel de type extensif.

28 Ces réponses ne sont pas spécifiques aux agriculteurs sénoufo. G. Savonnet observe les mêmes réponses au Burkina Faso ainsi que V. Lassailly-Jacob (1980) en pays baoulé.

29 Outre ceux du Pongala, nous avons étudié une dizaine de villages épars dans la région de la Bagoué (Tomozomo, Néguépié, Papara, Kaloa sur la figure 4, mais aussi Dagbaha, Wodoro, Nombélékaha de la sous-préfecture de Korhogo, Flabougou de la souspréfecture de Tingréla, non localisés sur la figure 4 parce que regroupant moins de 500 habitants).

30 L’importance du pacte conclu avec les génies nous a été révélée par l’inquiétude des habitants de Wodoro. Des projets de lotissement du village devaient entraîner le percement d’une rue passant au milieu de la concession du chef, là où précisément la tradition veut que le pacte fondateur du village ait été conclu. La situation n’était pas encore réglée à notre départ.

31 Certaines traditions l’appellent Sienkoligo.

32 La place aujourd’hui prépondérante de Kasséré, résidence principale du chef de canton, et surtout siège de la sous-préfecture, explique peut-être une autre approche des relations entre les trois villages. Certaines traditions, en contradiction avec celles que nous évoquons, affirment que Kasséré, devenu un grand village guerrier, aurait imposé son pouvoir à deux petits villages, Yélé et Syonfan, en y plaçant comme chefs deux frères du chef de Kasséré. Quoi qu'il en soit, les relations familiales sont étroites entre Kasséré et Syonfan, ainsi que le souligne plusieurs fois J. Peltre-Wurtz.

33 Kasséré s’attribue volontiers 17 chefs de terre en y incluant celui de Plagouno, absorbé aujourd'hui par l’extension de Kasséré.

34 En fait, s’il y a eu élargissement de la signification de tarfolo à celle de détenteur du droit de culture sur une zone déterminée, cela ne peut se comprendre que pour des chefs de famille ayant obtenu, dès l’origine, d’étendre leur droit au-delà de leurs stricts besoins en terre ; il est bien sûr impossible de généraliser ce glissement de sens à tout chef de famille.

35 Dans nos enquêtes sur le Pongala, nous avons estimé à 25 % le nombre des hommes de plus de 15 ans, non chefs d’exploitation cultivant une parcelle individuelle ; 53 % des femmes de Kasséré qui vivent dans les campements de culture possèdent aussi une parcelle individuelle.

36 Pour les campements de Kasséré, nous avons estimé à 7 % le nombre des femmes entièrement indépendantes.

37 Dans la tradition, cette instabilité se trouve compensée par une certaine permanence du corps social villageois autour des chefs de quartier ou même du chef de village.

Table des illustrations

Légende Figure 5 - Région de la Bagoué. Densité de la population en 1955.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Figure 6 - Région de la Bagoué. Densité de la population en 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Tableau i. Région de la Bagoué en 1975. Répartition de la population selon la densité
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau ii. Région de la Bagoué en 1975. Répartition de la population selon la taille des villages
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15602/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Tableau III. Région de la Bagoué en 1955 et 1975. Répartition de la population par groupe de taille de villages
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15602/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Tableau iv. Sous-préfactures de Boundiali et de Tingréla de 1955 à 1975. Évolution de la population
Légende Note 77
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15602/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Figure 7 - Région de la Bagoué. Occupation du sol en 1955.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15602/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Figure 8 - Région de la Bagoué. Occupation du sol en 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15602/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Tableau v. Région de la Bagoué de 1955 à 1975 .Répartition de l'espace cultivé en fonction des taux de surface agricole utilisable
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15602/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 9 - Région de la Bagoué. Repérage des zones pouvant être intéressées par un système de cultures intensives en 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15602/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Légende Figure 10 - Sous-préfecture de Kasséré. Exploitation des terroirs en 1975.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15602/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 477k

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540