Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Deuxième partie. La région de la Bagoué, expansion cotonnière et mutation de l'espace rural

Introduction

Texte intégral

  • 1 Tous les chefs-lieux de sous-prefecture sont localises sur la figure 4, sauf Goulia, Nielle et Kor (...)

1Telle qu’elle vient d’être décrite, la politique de la CIDT destinée à l’ensemble du Nord-Ouest de la Côte-d’Ivoire a d’abord été mise en œuvre dans la zone située au nord de Boundiali, parce que le coton y était bien développé et que les défrichements nécessaires à l’utilisation de la charrue semblaient plus aisés à réaliser qu’ailleurs. On peut parler de région, puisque cette zone présente, du point de vue de son évolution récente, une certaine originalité par rapport aux unités spatiales immédiatement environnantes, mais elle n’est pas homogène ni structurée par des pôles ou des axes attractifs. La plus grande partie est occupée par le département de Boundiali, le reste par une fraction de ceux de Korhogo et d’Odienné, soit la totalité des sous-préfectures de Tingréla, Kouto, Gbon, Kolia, Kasséré, Nyofouen et M’Bengué, une grande partie de celles de Goulia, Madinani, Boundiali, une fraction de celle de Korhogo et deux villages de celle de Niéllé (figure 4)1.

2La Bagoué est un affluent du Niger qui traverse la région du sud vers le nord. Ce n’est pas un axe majeur qui organiserait l’espace environnant. Nous avons néanmoins choisi cette appellation pour reprendre le nom d’une mutuelle créée en 1974 par des natifs, devenus cadres citadins et désireux de participer au développement de leurs pays d’origine. La Bagoué est donc une région en devenir.

3Nous avons défini ses limites en tenant compte des principaux points d’impact de la politique de la CIDT (résidence des propriétaires de charrue, localisation des premiers défrichements au bulldozer), mais aussi des données climatiques, ethniques et nationales (J. Wurtz, 1974 ;). Peltre-Wurtz, 1976 b) (figure 4).

4À l’ouest, se situe la ligne de séparation entre le peuplement sénoufo et le peuplement malinké qui ne s’opère pas de façon tranchée de part et d’autre d’une ligne nettement définie, mais correspond plutôt à une zone de transition progressive où se mêlent les deux ethnies.

Figure 4 - Région de la Bagoué. Localisation des villages.

5Au sud, court une limite climatique, au-delà de laquelle la saison des pluies s’allonge à plus de sept mois ; cette limite correspond également à une densité accrue de la strate arborée, liée à une moindre densité de population qui favorise les reboisements drus de longues jachères.

6À l’est, c’est la limite occidentale de la zone dense de Korhogo qui marque la fin de la région de la Bagoué ; au-delà, la forte densité de peuplement, qui va croissante vers le sud-est (plus de 40 hab. par km2), contraint les villageois à une occupation dense et pratiquement constante de l’espace, entièrement voué à la production de vivriers, ce qui interdit l’introduction du coton.

7Au nord enfin, la frontière nationale avec le Mali ne constitue une limite ni pour les paysans, ni pour le peuplement, mais délimite les choix économiques majeurs et les projets de développement, créant ainsi une discontinuité inévitable dans les évolutions en cours.

8Ainsi, pour reprendre une expression volontairement ouverte, la région de la Bagoué est d’abord et avant tout “un territoire de recherche” et non une entité préexistant à toute analyse, dans laquelle se serait coulée cette recherche. Le choix d’un espace manifestement plus vaste que ne l’exigeait la simple localisation des actions de la CIDT répond au souci de capter le maximum d'informations nécessaires pour cerner les effets d’une politique de développement sur un milieu rural mal connu.

9Ainsi délimitée, la région de la Bagoué présente sur 15 000 km2 de vastes étendues planes et monotones, d’où s’élèvent quelques inselbergs, et dans lesquelles s’incisent les éléments du réseau hydrographique. À l’est, l’aspect tabulaire domine sur un substrat géologique essentiellement schisteux. À l’ouest de l’axe Boundiali-Tingréla, sur un sous-sol granitique, apparaît un paysage d’aspect plus montagneux : les altitudes atteignent localement plus de 800 m ; les dénivellations se traduisent par des versants très raides et on y distingue une orientation privilégiée sud-ouest—nord-est ; enfin le paysage y est beaucoup plus morcelé qu’à l’est, bien qu’il demeure relativement ouvert.

10Le réseau hydrographique pose ici un problème majeur. Le tracé des pistes qui épouse régulièrement le profil “haut-glacis—moyen-versant—basse entaille” se heurte au franchissement des cours d’eau dont le val inondable peut être large, au maximum de la crue. Sans parler du franchissement de la Bagoué ou même du haut Bandama, l’état des ponts, en fin de saison des pluies, ne permet pas toujours une collecte facile du coton et l’isolement de certains villages se prolonge parfois assez longtemps en saison sèche.

11Toute la vie régionale est ainsi liée à cette alternance saisonnière et le climat est l’élément géographique déterminant pour la spéculation cotonnière. Globalement, avec une moyenne annuelle de précipitations proche de 1 400 mm, la région de la Bagoué est propice aux cultures vivrières et à celle du coton, à condition que les pluies soient régulières (annexe 3). Généralement, celles-ci commencent en avril et s’achèvent en octobre. Mais la pluviométrie n’est excédentaire, par rapport à l’évapotranspiration potentielle mensuelle, qu’entre juin et septembre. La saison sèche, d’octobre à mai, n’est pas absolue : sur 35 ans de mesures climatiques, aucun mois ne présente de moyenne pluviométrique mille, mais il ne s’agit que de petites pluies sans conséquence sur le système agricole. Celui-ci est adapté à la longue saison sèche, mais l’alimentation en eau des hommes et du bétail, la préparation de la terre en fin de saison sèche et la poursuite de certaines cultures après les dernières pluies posent de sérieux problèmes. Aussi la région de la Bagoué est-elle particulièrement concernée par des aménagements en cours de réalisation, visant à améliorer la situation hydraulique : forages de puits, construction de barrages, etc.

12L’abondance, la concentration et l’intensité des pluies favorisent aussi une réelle agressivité de l’érosion (p. 89). Cependant les sols de la région sont assez propices à l’activité agricole. La surface agricole utilisable (SAU) y est égale à environ 60 % de l’espace total. Une opposition nette se dégage entre l’est de la région où la SAU dépasse 60 % et l’ouest où l’on rencontre de vastes espaces peu fertiles, particulièrement au sud de la piste Boundiali-Madinani (SAU inférieure à 40 %) (figure 4). De tels résultats doivent néanmoins être utilisés avec précaution. En effet, ils dépendent des seuils retenus dans l’appréciation des facteurs limitants et ces seuils varient en fonction des types ou des méthodes de culture.

13La région de la Bagoué est naturellement une région de forêt claire et de savane boisée qui couvrent encore de vastes espaces, notamment à l’ouest de Boundiali. Cette végétation est indispensable à la protection des sols, au maintien d’une certaine humidité et à la satisfaction des besoins en bois des villageois. Son recul, sans précaution pour la sauvegarde d’un certain taux de boisement, est dangereux. Les villageois pratiquent bien une protection sélective et c’est ainsi que s’est constitué un véritable parc à néré et karités, espèces très répandues ici. On constate cependant une extension de plus en plus importante des zones déboisées.

  • 2 Le poro est le cycle initiatique réservé aux jeunes garçons sénoufo. C’est au cours de 3 cycles de (...)

14Cette approche succincte du milieu invite à souligner le poids des interventions humaines dans son évolution. Celles-ci, pour importantes qu’elles soient devenues avec les changements techniques et économiques récents, n’en sont pas moins anciennes. Une population de 180 000 habitants vit ici, à la limite du pays sénoufo et du pays malinké. Les Sénoufo sont majoritaires puisque leur aire historique d’extension constitue la majeure partie de la région, mais les Malinké, installés vers le nord-ouest, et les Dioula, venus de la région de Kong, à l’est, se sont répandus un peu partout, notamment le long de l’axe routier Boundiali-Tingréla. Les Sénoufo ne forment pas une entité simple : les principaux sous-groupes représentés sont les Nafana, les Kpaouré, les Tiébabi, les Tagbambélé, les Pongabélé, les Kassembélé, les Ténébélé et les Fodobélé (figure 4), ces derniers ayant fortement subi l’influence des Malinké. Ces distinctions ne sont pas vaines, car même si les différences semblent parfois minimes, elles sont toujours profondément ressenties par les populations. Une des plus importantes concerne la pratique du poro2 et les formes de son maintien ; une autre, liée en partie à la précédente, naît de l’extension de l’influence islamique et des conversions à la religion nouvelle.

  • 3 Le mot de subversion a ici tout son sens de renversement de l’ordre établi.

15Cette partie s’articule en deux chapitres. Le premier présente le peuplement de la région, l'occupation du sol et les problèmes fonciers. Le second décrit le système agricole soumis à la “subversion” cotonnière qui le bouleverse dans ses composants majeurs3, il met aussi l’accent sur les projets d’association entre l’agriculture et l’élevage.

16Alors que la première partie concerne l’approche de l’ensemble du Nord-Ouest ivoirien, celle-ci combine deux autres échelles : l’approche régionale qui repose sur le traitement de documents couvrant tout l’espace (photographies aériennes, recensements, rapports de divers organismes de développement) et l’approche sous-régionale qui implique l’enquête directe dans le cadre d’une sous-préfecture, celle de Kasséré, correspondant au Pongala, le pays des Pongabélé, où se situe Syonfan, notre village témoin.

17En plaçant au premier plan de nos préoccupations l’étude de l’occupation des sols, nous voulons mettre en évidence la primauté de la logique paysanne sur les projets de développement dont elle est devenue l’objet de la part de la CIDT et de la SODEPRA. On s’interrogera ensuite sur les réponses faites par les paysans aux incitations dont la CIDT ou la SODEPRA sont maîtres d’œuvre.

Notes

1 Tous les chefs-lieux de sous-prefecture sont localises sur la figure 4, sauf Goulia, Nielle et Korhogo situés hors de la région, sur la figure 1.

2 Le poro est le cycle initiatique réservé aux jeunes garçons sénoufo. C’est au cours de 3 cycles de 7 ans, ponctués de temps forts dans le bois sacré, que se transmettent la culture, le savoir, la sagesse et le contrôle de soi, nécessaires pour devenir un homme digne de ce nom, un sage.

3 Le mot de subversion a ici tout son sens de renversement de l’ordre établi.

Table des illustrations

Légende Figure 4 - Région de la Bagoué. Localisation des villages.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 363k

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540