Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Première partie. Politique de la CFDT et de la CIDT dans le Nord-Ouest ivoirien

Conclusion

Texte intégral

1L’analyse des résultats de la politique de la CFDT-CIDT met en évidence le très rapide succès de la culture cotonnière dans l’ensemble du Nord-Ouest ivoirien. Alors que son introduction ne datait que de 1962, la production atteignait 50 000 tonnes en 1977 ; elle s’était élevée peu à peu, grâce à l’augmentation des rendements passant de 400 kg/ha en 1962 à plus d’une tonne à l’hectare à partir de 1972 et grâce à l’accroissement des surfaces cultivées dépassant 45 000 ha en 1977. Nous estimons que deux familles paysannes sur trois cultivaient du coton dans le Nord-Ouest en 1975 (zone dense de Korhogo exceptée). Ce double succès s’explique d’une part, par la mise en place de bonnes techniques agricoles et d’un encadrement méthodique des paysans, d’autre part par les caractéristiques de cette culture qui n’exige pas d’investissement financier, mais uniquement du travail et de la terre, en suffisance, tout au moins dans un premier temps, pour la plupart des paysans. La culture cotonnière offrait enfin un revenu assuré, puisque toute la récolte était achetée par la CFDT puis la CIDT.

2Mais un tel succès peut provoquer des déséquilibres. Cette culture devenant le plus sûr moyen de gagner une assez forte somme d’argent, les paysans pouvaient être tentés d’augmenter toujours davantage leurs surfaces cotonnières, au risque de négliger le travail agricole indispensable aux cultures vivrières, notamment en réduisant leurs surfaces, en retardant les semis et en négligeant les sarclages.

3À partir de 1973, la CIDT prit à sa charge la modernisation des exploitations agricoles, afin d’accroître la productivité par une stabilisation des champs, par des assolements rationnels et une intégration de l’élevage à l’agriculture. Les résultats étaient encore partiels en 1978.

4On notait une meilleure intégration du coton aux cultures vivrières pluviales depuis que la CIDT préconisait pour chaque exploitation le regroupement du coton et des vivriers en un même lieu, mais cette intégration était loin d’être complète. La concurrence entre le coton et les cultures vivrières pluviales de base (maïs et riz) pour occuper la première place dans la succession culturale était encore bien réelle en 1978, la CIDT encourageant les paysans à privilégier la culture du coton, alors qu’une saine politique aurait consisté, selon nous, à accorder plus de soins aux cultures vivrières de base. L’usage de l’engrais préconisé par la CIDT sur les champs de maïs et de riz pluvial semés en culture pure progressait peu, dans la mesure où les rendements obtenus sur ces champs étaient comparables à ceux obtenus sans engrais sur des champs de maïs associé au riz pluvial. De plus, le développement de ces cultures vivrières aurait nécessité la mise en place d’un réseau de commercialisation, mal assuré sauf dans les régions proches de Korhogo.

5Parmi toutes les techniques nouvelles proposées par la CIDT, c’est la culture attelée qui remporta le plus vif succès, notamment dans les zones les moins boisées, où les dessouchages annuels peuvent être rapidement réalisés. Dans ces conditions, le développement de la charrue, sans fixation immédiate des champs est un objectif intéressant et les paysans adaptaient d’ailleurs le système de culture à longue jachère à leur nouvel outil.

6En revanche, dans les noyaux moyennement peuplés (30 à 40 hab. par km2), l’emploi de la charrue sans l’indispensable régénération des sols, pourtant prônée par la CIDT, mais jamais réalisée, ne pouvait qu’entraîner un appauvrissement des sols.

7Enfin, partout où la CIDT n’était pas assurée de fixer les champs, il paraissait néfaste de la voir poursuivre sa politique de défrichements au bulldozer : prix de revient à l’hectare très élevé pour la faible durée de la mise en culture (5 à 6 ans) et surtout processus de ravinement et de compactage des sols dilapidant le potentiel agricole de la région.

8Le développement de la culture attelée a modifié les rapports économiques et sociaux entre les exploitants agricoles, mais il était trop tôt pour en faire l’analyse. Par ailleurs, la mise en place de tracteurs, dans une vingtaine d’exploitations agricoles du Nord-Ouest en 1978, traduisait la nouvelle orientation de la CIDT pour la promotion d’une élite rurale. Cet outil transformera les rapports socioéconomiques d’une manière plus radicale que la charrue, à moins que des problèmes techniques et économiques n’entravent sa progression.

9Enfin, on pouvait espérer que la mutation économique et sociale du monde rural, orchestrée par la CIDT, trouvât un écho dans les structures que le CENAPEC et l’ONPR mettaient en place en 1975 pour associer davantage les paysans du Nord-Ouest ivoirien à leur propre développement.

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540