Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Première partie. Politique de la CFDT et de la CIDT dans le Nord-Ouest ivoirien

De la production cotonnière à la modernisation des exploitations agricoles

Texte intégral

La production cotonnière

  • 1 La CIDT n’encadrait pas les planteurs de coton de ces services et nous manquons d’informations sur (...)

1Jusqu’en 1967, les informations fournies par la CFDT se limitent à des statistiques de production cotonnière : 87 ha de coton en 1962, dans les quatre départements du Nord-Ouest, un peu plus de 7 000 ha en 1966, avec des rendements passant de 400 à plus de 800 kg/ha (annexes 1 et 2). La culture du coton était alors exclusivement manuelle, sauf une petite partie mécanisée, prise en charge par les services de l’Agriculture de Korhogo (jusqu’en 1967), par le Service civique ou par l’Animation rurale1.

2A partir de 1967, l’encadrement pyramidal, comprenant une direction générale, des chefs de secteur et des moniteurs, fut enrichi de deux échelons supplémentaires, celui du chef de région au-dessus des secteurs, entre 1967 et 1976, et celui des chefs de zone au-dessous des chefs de secteur. Les rapports annuels des chefs de région, puis ceux des chefs de secteur permettent alors de mesurer plus précisément l'application des programmes de la CFDT-CIDT dans le Nord-Ouest ivoirien.

3De 1967 à 1977, le nombre de moniteurs passa de 241 à 376, chacun d’eux contrôlant 56 ha de coton et 58 planteurs en 1967, 128 ha de coton et 118 planteurs en 1977. L’action de ces moniteurs concernait l’organisation des blocs de coton, le contrôle des semis, des engrais et des traitements phytosanitaires.

La politique des blocs de coton

4Le travail des moniteurs fut facilité par le regroupement des parcelles de coton en très grands blocs. De cette façon, la CFDT obtint une bonne distribution des engrais et un contrôle efficace des travaux agricoles, en particulier des traitements phytosanitaires. Ces blocs, dont les formes géométriques étaient aisément repérables dans le paysage agraire, groupaient des parcelles de 50 à 100 mètres de côté, qui formaient des carrés ou des rectangles juxtaposés de 25, 50, 75 ou le plus souvent 100 ares, piquetés en début de campagne sous la direction des moniteurs. Le chef de terre, souvent chef de village, donnait son accord à la mise en culture du bloc et des paysans volontaires, sans relations familiales particulières, exploitaient chacun une ou plusieurs parcelles. La plupart des arbres étaient brûlés et la mise en culture durait quelques années, jusqu’à ce que les mauvaises herbes rendent les sarclages trop difficiles. Les blocs étaient alors abandonnés, tandis que d’autres étaient ouverts ailleurs.

5Chaque planteur de coton travaillait aussi sur sa propre exploitation de cultures vivrières pluviales ou sur celle du chef d’exploitation dont il dépendait. Les blocs de cultures vivrières pluviales regroupaient des parcelles allongées relevant d’une même famille. Ils se déplaçaient lentement dans l’espace, du bas vers le haut des versants. Chaque année, la parcelle la plus ancienne située à 1 aval du bloc et qui portait généralement les cultures les moins exigeantes en sarclage, telles que l'arachide, le sorgho ou le millet, était abandonnée à la jachère, à cause de la prolifération des mauvaises herbes. Dans le même temps, une nouvelle parcelle de forme allongée était brûlée et débroussaillée en amont, à l’autre extrémité du bloc de cultures ; sur cette parcelle riche en humus et débarrassée de ses adventices par une longue jachère, des cultures associées, généralement de l'igname, du maïs et du riz pluvial étaient bouturées ou semées. Les arbres étaient abattus sur plusieurs années, au fur et à mesure des besoins de la famille en bois de chauffage. Chaque famille avait reçu l'autorisation du chef de terre de s’installer dans la zone où se déplaçait son bloc de cultures et ce droit était maintenu tant que la zone restait cultivée.

6Ainsi, les deux systèmes de cultures temporaires (blocs de coton, blocs de cultures vivrières pluviales) sont totalement différents aux plans des cultures pratiquées, de la maîtrise des arbres, des formes des parcelles, des déplacements des champs et du droit de culture. Mais dans l’un et l’autre cas, la durée de la succession culturale était d’autant plus courte et la jachère d’autant plus longue que les réserves d’espace étaient grandes, donc que la densité humaine était faible.

7De 1967 à 1970, le pourcentage de champs de coton regroupés en blocs de 10 ha passa de 50 à 43 puis à 30 %, au grand dam de la CFDT qui déplorait la dislocation des blocs au profit de parcelles isolées. L’abandon de ce système est la conséquence de la récupération par les paysans des anciennes parcelles cotonnières pour la culture de vivriers rustiques (sorgho, millet, arachide). En 1974, le thème des blocs fut remplacé par le thème inverse qui visait à regrouper toutes les parcelles d’une même exploitation autour du champ de coton. Ainsi la CIDT reprenait à son compte les méthodes habituelles de travail des paysans, en partie abandonnées sous la pression de la CFDT.

Les semis

Les problèmes de pluviométrie

8Le cycle végétatif du coton est de 120 à 130 jours. Il s’étale de juin à octobre en fonction du régime pluviométrique local. Autant et plus que le total des pluies, c’est leur chronologie qui importe ici. Chaque année, la pluviométrie était observée dans les six stations météorologiques installées dans le Nord-Ouest par la CIDT (figure 3 et annexe 3), (p. 89 et p. 157). L’Institut de Recherche du Coton et des Textiles tropicaux (IRCT) déterminait les dates de semis qui, de toute façon, devaient être achevés à la fin du mois de juin pour obtenir de bons rendements. Quand les pluies tardaient à venir, les paysans n’avaient pas le temps de préparer leurs champs de cultures vivrières ni de faire les semis, si bien que ceux du coton étaient effectués en juillet et les rendements baissaient. De 1967 à 1976 (annexe 4), la quasi-totalité des semis fut effectuée dans les temps prévus. Quatre années font exception : pour trois d’entre elles (1969, 1973 et 1974), c’est la faible pluviosité enregistrée en mai (et même en avril pour 1969) qui a effectivement empêché les paysans de se libérer assez tôt de la préparation des champs et des semis de vivriers pour s’occuper du coton ; en revanche, pour l’année 1970, ce retard s’explique mal.

9Les semis lèvent en quatre jours. Cette levée dépend aussi d’une bonne pluviométrie. En dix ans, il ne semble pas qu’il y ait eu de difficultés, sauf en 1976 où les pluies furent extrêmement faibles en juin et juillet, ce qui obligea les paysans à semer une seconde fois sur 21 % des surfaces cotonnières des départements de Ferkéssédougou et de Korhogo.

10À partir de juillet, on pénètre au cœur de la saison des pluies jusqu’à fin octobre. Si les pluies sont trop fortes, elles accroissent le parasitisme des cotonniers, provoquant parfois une asphyxie des semis qui interrompt le développement de la végétation. À l’inverse, si les pluies sont trop irrégulières ou faibles, elles ne permettent pas non plus un bon développement des cultures. Entre 1967 et 1976, trois années furent marquées par un régime pluviométrique défavorable au coton : en 1967 (trop de pluies en juillet et octobre), en 1970 (pluies trop faibles en juin, arrêt des pluies fin septembre) et en 1976 (pas de pluie en juin-juillet, trop de pluies en septembre-octobre). On enregistre effectivement, pour ces trois années, une chute des rendements de coton par rapport aux années voisines (annexes 3 et 4).

La densité des plants de coton

11À partir de 1967, la CFDT contrôla très strictement la densité des plants de coton car les rendements croissent avec elle : un faible écartement des plants permet une couverture rapide des sols, ce qui limite les sarclages et simplifie les traitements insecticides. En 1967, on encouragea les paysans à construire des billons tous les mètres et à espacer les poquets de coton de 20 cm sur chaque billon. En 1969, on tenta de réduire l’écartement des poquets à 18 cm et même à 15 cm en 1970. En 1973, la CIDT préconisa des billons espacés de 80 cm. En fait, on enregistre peu de progrès de 1967 à 1976 : le pourcentage des champs ayant une densité supérieure à 70 000 plants par hectare reste très stable autour d’une moyenne de 75 % et les pourcentages supérieurs intéressent aussi bien les années 1968-69 que les années 1974-75-76 (annexe 4).

Moyenne annuelle, période 1961-1975.
Source : H. Berron. Climat. Côte-d'Ivoire.
Atlas Jeune Afrique, p. 13.

Figure 3 - Précipitations (en mm) dans le Nord-Ouest de la Côte-d'Ivoire. En haut, localisation des six stations pluviométriques de la CFDT-CIDT En bas, station CFDT-CIDT de Boundiali.
Moyennes mensuelles, période 1966-1976.

Les engrais

  • 2 Les prix des engrais ont varié au cours des années : fumure de fond : 4 450 F CFA/ha en 1968 et 12 (...)

12C’est dans ce domaine que les techniques se sont le plus affinées (annexe 5). La quasi-totalité des champs de coton était fumée chaque année, les paysans payant les engrais au moment de la vente du coton2.

  • 3 La répartition des champs de coton en fonction de leur âge n’a pratiquement pas varié de 1970 à 19 (...)

13La formule de la fumure de fond (phosphates d’ammoniaque, azote, soufre) fut modifiée en 1968, 1971 et 1975, notamment pour lutter contre le déficit en bore constaté dès 1970 sur les vieilles plantations de coton3. La dose d’engrais fut augmentée deux fois : en 1972, en même temps qu’un changement de formule, elle passait de 160 à 200 kg/ha et en 1976, la dose de 300 kg/ha était généralisée sur une grande partie des champs cultivés à la charrue. La place de l’épandage de l’engrais dans le processus cultural fut elle aussi modifiée : alors qu’en 1967, le démariage paraissait le meilleur moment pour enfouir l’engrais, en 1969 on essaya de l’épandre avant les semis, pour en assurer une meilleure diffusion et en 1975 ce procédé fut préconisé à chaque fois que les paysans avaient l’intention d’ajouter une fumure complémentaire à l’engrais de fond.

14La fumure complémentaire a été utilisée à partir de 1968 : on choisit d’abord de l’urée dosée à 50 kg/ha et épandue lors de la floraison, soit 60 jours après les semis, puis en 1972, une fumure de sulfate d’ammoniaque dosée à 100 kg/ha. En 1976, 59 % des champs de coton recevaient une fumure complémentaire et il était prévu de généraliser cette technique à l’ensemble des champs en 1977.

Les traitements phytosanitaires

15Pour lutter contre les parasites dits végétatifs : Lygus, jassides, acariens et contre les ravageurs de capsules : Héliothis, Diparopsis, Platyedra, Argyroploce, la CFDT-CIDT testa toute une série de produits remis gratuitement aux paysans (annexe 6). Les plants de coton étaient aspergés avec les produits, à l’aide d’appareils de mieux en mieux adaptés et plus nombreux : en 1967, on utilisait 1 183 pulvérisateurs, 2 907 en 1972 ; enfin, en 1976, on testait des traitements ULV (Ultra Low Volume) sur 808 ha, dans les départements de Korhogo et de Ferkéssédougou.

16L’efficacité des traitements dépend beaucoup de la date à laquelle ils sont effectués et de leur nombre. Les deux premiers traitements, dits végétatifs, étaient déclenchés chaque année par la Direction de la protection des végétaux, en fonction de l’apparition des parasites, donc à des dates variables selon les secteurs et selon les années, généralement dans la deuxième ou la troisième décade du mois d’août. Puis une série de traitements systématiques effectués tous les quatorze jours débutait à partir de la première ou de la deuxième décade de septembre et se terminait fin octobre-début novembre. Les traitements étaient peu nombreux en 1967 : 2,5 traitements en moyenne par champ de coton. En 1976, ils avaient plus que doublé : 5,5 traitements par champ en moyenne et, ce qui est important, la quasi-totalité des champs recevait à cette date au moins quatre traitements par an.

Conclusion

17Ainsi, dans les quatre départements du Nord-Ouest de la Côte-d’Ivoire, de 1967 à 1977, on a pu observer : un triplement du nombre de paysans planteurs de coton, passant de 14 000 à 42 000, un triplement des surfaces cotonnières, passant de 13 000 à 45 000 ha, enfin une augmentation de 40 % des rendements, passant de 785 à 1 114 kg/ha.

18Des conditions favorables, particulières au nord-ouest du pays (entre 1 100 et 1 600 mm de pluie annuelle, généralement pas de concurrence avec d’autres cultures, pas de problèmes de terre ou de main-d’œuvre) et particulières à la culture du coton (pas d’investissement financier préalable, techniques relativement faciles à acquérir, grosse rentrée d’argent annuelle) ont contribué à rendre cette culture populaire. Mais ces conditions favorables ne sont pas suffisantes pour expliquer des résultats aussi brillants ; elles ont été renforcées par la mise en place d’un encadrement efficace.

19Toutefois, l’augmentation de la production cotonnière s’est accompagnée d’un accroissement des temps de travaux, notamment lors des sarclages, des traitements phytosanitaires et de la récolte. Aussi, dans les régions les plus cotonnières, au cours des années soixante-dix, il devint moins facile pour les paysans de concilier la progression de cette culture et le maintien d’une production vivrière suffisante pour la consommation familiale.

La modernisation des exploitations agricoles

20L’objectif est ambitieux, il s’agissait d’augmenter la productivité du travail et des terres, en mettant en place des exploitations agricoles dont les champs, portant successivement du coton et des plantes vivrières, auraient été stabilisés par la pratique de la culture attelée et par l’introduction de plantes fourragères.

21Nous analysons ici l’intégration du coton aux cultures vivrières, les défrichements préalables à l’utilisation de la charrue, le développement de la culture attelée et les problèmes de stabilisation des champs.

L’intégration du coton aux cultures vivrières

La succession culturale

22Bien que la politique des blocs de coton ait freiné l’intégration du coton aux blocs familiaux de cultures vivrières pluviales, elle fut pourtant préconisée par la CFDT pendant plus de dix ans. Comme l’écrivait le chef de la région Nord en 1970 :

23Les planteurs s’apercevront que les cultures venant après plusieurs années de coton profitent de l’arrière-effet de fumure. Mais l’introduction de ces cultures dans les blocs s’est faite de façon anarchique et il faudra essayer les prochaines années de pousser cette intégration, sans pour cela détruire le système des blocs.

24En fait, ce système ne permettait pas une véritable intégration de l’ensemble des cultures pluviales, car les parcelles contiguës des blocs de coton, cultivées par des planteurs issus de familles diverses, ne pouvaient se déplacer progressivement dans l’espace. Les paysans se contentèrent donc de profiter de l’arrière-effet de fumure, en semant des plantes vivrières rustiques sur les blocs de coton, avant de les abandonner à la jachère et il fallut attendre 1974 pour que la CIDT préconise la dispersion des parcelles cotonnières entre les exploitations.

25Peut-on estimer la part des surfaces cotonnières, intégrées aux surfaces de cultures vivrières pluviales, que cette intégration se limite à la succession coton-vivriers rustiques (sorgho, millet, arachide) ou qu’elle soit complète et comprenne aussi les vivriers exigeants (igname, maïs et riz pluvial) ?

26La simple succession coton-vivriers rustiques fut pratiquée dès l’introduction du coton. La part des surfaces concernées resta très stable de 1967 à 1976 (annexe 7) avec un maximum de 25 % de champs de coton utilisés pour y semer des vivriers rustiques en 1970 et un minimum de 10 % en 1969.

27Il est plus difficile d’estimer la part du coton intégré à l’ensemble des cultures vivrières pluviales d’une même exploitation. Néanmoins, des statistiques de la CIDT sur les précédents culturaux et les successions culturales (annexe 7), pour l’ensemble du Nord-Ouest ivoirien, éclairent un peu la question. Ainsi, en 1976, 60 % des champs de coton portaient cette culture depuis deux ans au moins (59,2 % si l’on se réfère aux précédents culturaux, 63,5 % si l’on se réfère aux successions culturales). Une partie des champs de coton portait même cette culture depuis trois ans (20 %), quatre ans (8 %) et cinq ans (2 %). Or, le coton n’occupait au mieux que le tiers des champs d’interfluve, cultivés jusqu’à six ans, dans la région très cotonnière de la Bagoué, par exemple (p. 74). Dans cette région, une intégration complète de ces cultures se serait donc traduite par des champs portant des vivriers quatre années et du coton deux années au plus. Dans les autres régions encore moins cotonnières, l’intégration de toutes les cultures pluviales d’une même exploitation se serait signalée par des champs cultivés tout au plus un an en coton et deux, trois ou quatre ans en vivriers. Le pourcentage élevé de champs portant du coton depuis deux ans ou plus indique donc que l’intégration complète n’était encore que très rarement réalisée en 1976 dans l’ensemble du Nord-Ouest.

28Le véritable frein à cette intégration résidait dans la succession coton — vivriers exigeants et dans la succession inverse, les paysans ayant le plus grand mal à obtenir de bonnes récoltes de coton, de maïs ou de riz pluvial sur des champs vieux de trois, quatre ou cinq ans envahis par les adventices. À quelles plantes faire courir le risque d’une mauvaise récolte si les sarclages n’étaient pas effectués avec suffisamment de soins ?

29La CIDT préconisait les semis de coton sur défriche, arguant que les cultures vivrières qui leur succéderaient profiteraient des engrais apportés auparavant. Son argument ne tenait pas tout à fait, puisqu’elle s’employa à intensifier la culture du maïs et du riz pluvial, notamment par apport d’engrais. En fait, la CIDT n’acceptait pas que la production d’igname, de maïs et de riz pluvial, base de l’alimentation rurale, soit réalisée dans les meilleures conditions, en tête de succession culturale, parce qu’elle ne voulait pas faire peser de risques sur la culture cotonnière. Cette question était loin d’être tranchée en 1978 et la multiplicité des mutations en cours ne permettait pas encore aux paysans de faire clairement leur choix et de l’imposer éventuellement à la CIDT.

30Quoi qu'il en soit, alors que le pourcentage de champs de coton occupés auparavant par de l’igname, du maïs et du riz pluvial, passait de 3,4 à 7,7 % de 1969 à 1976, celui des anciens champs de coton, occupés ensuite par du maïs ou du riz pluvial, progressait plus vite et passait de 5,2 à 15,4 % (annexe 7). Ce succès était lié à la récente vulgarisation des successions coton-riz pluvial intensif et coton-maïs intensif prise en charge par la CDFT-CIDT. En 1972, la CFDT avait préconisé en effet deux types de succession : dans la partie méridionale du Nord-Ouest, deux ans de coton, un an de riz pluvial-maïs, un an d’arachide, puis trois à cinq ans de jachère et, dans la partie septentrionale, trois ans de coton', un an de maïs et cinq ans de jachère.

L'intensification des cultures vivrières

31On proposa l’intensification des cultures vivrières de base, riz pluvial et maïs, aux paysans propriétaires de charrue.

  • 4 En 1977, le riz pluvial intensif couvrait 1 322 ha, le maïs intensif 3 595 ha et l’arachide intens (...)

32Après des essais effectués en 1972, la technique de la culture intensive du riz pluvial fut généralisée, notamment sur Odienné et au sud des départements de Boundiali et Korhogo. À cette occasion, l’encadrement de la CIDT reçut une formation spéciale, donnée en partie par des agents de la Société de Développement du Riz (SODERIZ). Les variétés sélectionnées de riz pluvial étaient semées en ligne et à plat sur d’anciens champs de coton, à l’aide d’un semoir. Une fumure de fond était enfouie avant le binage et une fumure complémentaire épandue à la montaison. On effectuait la récolte à la faucille. Les rendements du riz pluvial intensif passèrent de 1,4 t/ha en 1971 à 2,5 t/ha en 1972, mais ne progressèrent guère ensuite. De 1972 à 1976, les surfaces de cette culture augmentèrent de 76,75 à 1 461 ha4 (annexe 8).

33Le maïs intensif fut surtout développé dans la partie septentrionale du Nord-Ouest ivoirien. Tout comme pour le riz pluvial, on semait des variétés sélectionnées sur d’anciens champs de coton, mais cette fois-ci dans les billons. On utilisait aussi une fumure de fond et une fumure complémentaire. Les rendements du maïs intensif oscillèrent entre 2,5 et 3 t/ha pendant la période de 1972-1976 et les surfaces cultivées passèrent de 22,50 à 2 360 ha pendant la même période (1) (annexe 8).

34Cette intensification appelle deux remarques :

  • La mise au point de techniques d’intensification de la production du maïs et du riz pluvial fut insuffisante pour intéresser les paysans à une augmentation de la production de ces cultures, dans la mesure où aucun réseau efficace de commercialisation ne les assurait de la vente de leurs éventuels surplus.
  • Les résultats obtenus par Y. Bigot (1979 a) dans les sous-préfectures de Kasséré et de Niéllé, à la suite d’une enquête sur les rendements agricoles de parcelles de vivriers cultivés avec et sans engrais, justifient une réflexion critique sur la politique d’intensification des vivriers. On sait que dans cette région, les paysans cultivaient sur buttes, en première année de culture, de l’igname associée à du maïs et à du riz pluvial, puis sur billons, en deuxième année, du maïs pur, et toujours sur billons, en troisième année, du riz pluvial mélangé au maïs. Venaient ensuite, les années suivantes, des cultures moins exigeantes. Or, les observations effectuées par Y. Bigot en 1976-77 sur 70 parcelles de première, deuxième ou troisième année de culture sans engrais, montrent (annexe 98) que le rendement du maïs était de 2 t/ha de grains secs, que le maïs soit pur ou associé, cultivé sur buttes ou sur billons. Sur les 33 parcelles de cultures associées observées, le rendement du riz pluvial était de 0,8 t/ha. Ainsi en première et troisième années de culture, lorsque le maïs et le riz pluvial sont associés, la production de grains atteignait 2,8 t/ha5 ce qui est très comparable aux résultats obtenus sur les parcelles de culture intensive préconisée par la CIDT et observées au cours de cette même enquête (0,47 t/ha pour le riz et 2,6 t/ha pour le maïs). Certes, sur les parcelles de culture intensive, les temps de travaux sont allégés puisque les paysans utilisaient un semoir et un multiculteur. Mais ces outils supposaient un investissement financier et surtout ces cultures nécessitaient des dépenses d’engrais, égales à 16 000 F CFA par hectare en 1975, pour un rendement identique à celui obtenu sans engrais en associant les cultures vivrières. De plus, ces dépenses n’étaient pas remboursées, puisque les familles consommaient le plus souvent cette production, faute de pouvoir la vendre.

Les défrichements préalables à la culture attelée

L’obstacle de la jachère boisée

  • 6 Toutefois, la fixation des champs dans la zone dense de Korhogo n’a pas été accompagnée des effort (...)

35L’intégration du coton aux cultures vivrières, l’intensification des cultures de maïs et de riz pluvial doivent permettre la rationalisation des successions culturales et l’augmentation de la production vivrière. Ce sont des objectifs qui peuvent avoir pour cadre aussi bien un système de cultures à longue jachère qu’un système de cultures permanentes ou semi-permanentes. En 1975, dans le Nord-Ouest ivoirien, dominait le système de cultures temporaires à longue jachère, moins exigeant en travail pour une même production, puisque dans ce système c’est la nature et non le paysan qui améliore la structure du sol et qui nettoie les vieux champs envahis par les adventices. Les cultures permanentes n’apparaissaient que lorsque s’installait un cycle d’années moins pluvieuses qui rendait les récoltes aléatoires. Les jardins de case permettaient alors d’avoir des récoltes précoces sur des terres bien travaillées et enrichies par les ordures ménagères et les récoltes des rizières de bas-fond compensaient la baisse de rendement du riz pluvial sur les interfluves. Elles apparaissaient aussi, non seulement autour des villages et dans les bas-fonds, mais encore sur les interfluves lorsque la terre manquait. Le système de cultures quasi permanentes sur les interfluves n’était donc pratiqué que dans la zone dense à l’est de Korhogo6.

36Néanmoins, le développement des surfaces cotonnières et l’augmentation des surfaces de cultures vivrières liés à l’accroissement de la population risquaient d’entamer une réserve de terre déjà limitée dans les noyaux moyennement peuplés (20 à 40 hab. par km2) du Nord-Ouest (figure 2). Lorsque la réserve de terre diminuait, les paysans émigraient à la périphérie de ces noyaux pour s’installer dans des hameaux plus ou moins permanents (p. 66 et p. 152), jusqu'à ce que le manque de terre s’y fasse aussi sentir. L’autre solution qui aurait consisté à rester sur place, à accepter la disparition de la jachère et à lutter contre l’appauvrissement des sols et les mauvaises herbes avec des sarclages continuels, des herbicides, des engrais, des cultures de légumineuses fourragères pâturées par les troupeaux, représentait trop de travaux et de dépenses aux yeux des paysans.

37L’introduction de la charrue pouvait modifier ce choix dans les noyaux plus densément peuplés. En effet, les gains de temps lors des labours, des hersages et des sarclages pouvaient compenser ou tout au moins réduire l’augmentation des temps de travaux indispensables à la gestion de champs permanents ou semi-permanents. Ailleurs, lorsque les réserves de terre étaient abondantes, les gains de temps liés à l’emploi de la charrue étaient déjà annulés, totalement ou en partie, par des travaux supplémentaires de dessouchage annuels indispensables à la mise en culture de jachères boisées, en saison sèche. Ce transfert était néanmoins intéressant puisqu’il permettait de réduire la surcharge de travail de saison des pluies.

38La CIDT préconisa la charrue aussi bien sur les terroirs où la densité des champs était élevée que sur ceux moins exploités et elle se chargea des défrichements préalables à l’emploi de cet outil.

39On utilisa trois méthodes de défrichements. La première était prise en charge par les paysans qui n’avaient pas pu obtenir les services de la CIDT, les deux autres étaient du ressort de la CIDT :

  • Les défrichements paysans étaient effectués à la hache et s’attaquaient généralement à des parcelles déjà cultivées depuis un ou deux ans, donc débarrassées d’un bon nombre de leurs arbres dont les souches pourrissaient lentement dans le sol. La CIDT n’a pas fourni de statistiques à ce sujet et nos observations se limitent aux défrichements de ce type effectués à Syonfan (p. 255).
  • Les défrichements manuels au treuil7 étaient réalisés par des manœuvres de la CIDT, aidés par les paysans. Le treuil pouvait être monté sur tracteur (cas des défrichements effectués au coupe-racine par MOTORAGRI ou SAMEX en 1975, au nord du département de Korhogo).
  • Les défrichements mécaniques au bulldozer, suivis d’un sous-solage et d’un pulvérisage effectués à l’aide de tracteurs à chenilles, étaient tous pris en charge par la société MOTORAGRI, pour la CIDT.

40Les défrichements manuels au treuil, débutés en 1972, couvraient 7 557 ha en 1976 dans tout le Nord-Ouest, dont 3 995 ha réalisés la dernière année. À ces surfaces s’ajoutaient celles défrichées au coupe-racine MOTORAGRI et au treuil motorisé SAMEX, soit 437 ha. Les défrichements mécaniques, débutés en 1971, couvraient 4 047 ha en 1976, dont 2 294 ha effectués la dernière année. Ainsi, en six années (1971 à 1976), 8 000 ha furent défrichés au treuil et 4 000 ha au bulldozer, la moitié des deux types de défrichements ayant été effectuée en 1976 (annexe 9).

Les défrichements au treuil

41Ces défrichements furent effectués dans de très nombreux villages (la CIDT n’en a pas relevé le nombre). Ils étaient dispersés sur les terroirs, couvraient deux à quatre hectares le plus souvent et concernaient un parfois deux propriétaires de charrue qui avaient l’intention d’ouvrir un champ de coton. Comme les jachères boisées de plus de quinze ans exigeaient de longs travaux de dessouchage, la CIDT leur préféra souvent de jeunes jachères ou même des champs cultivés depuis un an ou deux, afin d’accélérer le travail et servir les très nombreuses demandes paysannes. Après un dessouchage au treuil, il ne restait plus qu’une vingtaine d’arbres utiles à l’hectare (p. 255).

  • 8 Le calcul est le suivant : Le treuil coûtait 300 000 F CFA en 1973, il fallait ajouter à cette som (...)

42Ces défrichements, gratuits pour les paysans, revenaient en moyenne à 6 665 F CFA l’hectare à la CIDT en 1971 et à 9 075 F en 1975. B. Tondu, responsable de la culture attelée, calculait en 1973 que le prix réel du dessouchage d’un hectare déjà cultivé depuis un ou deux ans était de 2 000 F8, somme à laquelle s’ajoutait le salaire des manœuvres de la CIDT. Il préconisait la création de petits groupements d’une dizaine de planteurs qui achèteraient un treuil (300 000 F CFA) afin d’effectuer tous leurs travaux de défrichement et éventuellement ceux d’autres planteurs du village.

Les défrichements au bulldozer

43À la fin de 1976, la CIDT avait ouvert des blocs de dix à trente hectares, dans 180 terroirs du Nord-Ouest. Chaque terrain était choisi avec l’accord des autorités villageoises, après une prospection pédologique sommaire. Les propriétaires de charrue, qui recevaient les terres défrichées, effectuaient des layonnages tandis qu’un topographe établissait le relevé altimétrique. Des couloirs antiérosifs, larges de 5 à 7 mètres, alternant avec les futures bandes de cultures larges de 50 mètres, étaient tracés perpendiculairement à la pente. Le bulldozer défrichait l’ensemble du bloc, sur lequel il ne restait plus un seul arbre ; la sous-soleuse extirpait les racines, sur la longueur des bandes de culture, à une profondeur moyenne de 30 cm. Les paysans transportaient ensuite les racines, avant que le tracteur n’exécute le pulvérisage lourd sur les bandes de cultures. Ces bandes étaient partagées entre les propriétaires de charrue, en fonction du nombre d’actifs de leur exploitation, soit en moyenne deux ou trois hectares pour chacun. Les défrichements étaient gratuits pour les paysans, mais ils coûtaient à la CIDT 66 000 1 CFA par hectare en 1971 et 110 000 F CFA en 1975.

44Ces défrichements reproduisaient le plus souvent la politique des blocs, abandonnée peu à peu par la CIDT, pour ce qui concerne la culture manuelle du coton. Témoin, une enquête que nous avons réalisée à la fin de 1978, couvrant les quatre départements, sur les 711,75 ha défrichés au bulldozer entre 1971 et 1974 (annexe 10). Sur ces blocs, presque tous les champs de première année (98,13 %) et de deuxième année (90,97 %) étaient cultivés en coton. De façon générale, cette culture dominait largement : toutes années confondues, elle occupait 77,27 % des surfaces cultivées, le maïs et le riz pluvial seulement 13,05 % et les cultures vivrières rustiques 9,56 %.

45Ce rapport ne reflète pas la pratique paysanne ordinaire, puisque même dans la région de la Bagoué par exemple où la culture du coton était pourtant très développée, elle ne représentait que le tiers des surfaces cultivées sur les interfluves en 1975, les cultures vivrières pluviales en occupant les deux tiers. On peut donc se demander si la CIDT n’oubliait pas que l’un de ses objectifs était l’intégration de toutes les cultures pluviales d’une exploitation sur un même bloc cultivé à la charrue. En 1977, l’idée cheminait peut-être, puisqu’il était envisagé d’ouvrir des blocs pour quatre exploitants seulement, de façon que chacun puisse défricher à la périphérie les champs dont il aurait besoin.

Le développement de la culture attelée

46La culture attelée a débuté en 1970 à Gbon, dans le département de Boundiali, elle s’étendait aux trois autres départements du Nord-Ouest l’année suivante (annexe 1). Néanmoins en 1975, le département de Boundiali conservait son avance, la moitié des propriétaires de charrue (annexe 12) et des surfaces labourées à la charrue (annexe 14) y étant recensée. Les trois autres départements se répartissaient, de façon à peu près égale, l’autre moitié des propriétaires et des surfaces labourées à la charrue. En 1976, le département de Ferkéssédougou prenait la deuxième place derrière Boundiali. En fait, la culture attelée se développa surtout dans les sous-préfectures les plus septentrionales : Tingréla, Gbon, Kasséré (département de Boundiali), Niéllé et Ouangolodougou (département de Ferkéssédougou), là où la végétation naturellement plus savanicole et la densité relativement importante des champs facilitent les défrichements préalables aux labours (figure 1).

L’encadrement

47Un encadrement spécialisé fut mis en place lors du lancement de la culture attelée, mais dès 1973 la CIDT implantait des centres de formation (dix en 1975) pour améliorer les connaissances techniques et pédagogiques de l’ensemble de ses agents, si bien qu’en 1978, tous les moniteurs étaient responsables à leur niveau de l'ensemble de la politique de la CIDT, y compris culture attelée. Ces centres de formation avaient aussi d’autres fonctions : le dressage des bœufs appartenant aux paysans des villages environnants, la conduite d’une exploitation agricole modèle menée par un paysan choisi dans le village où était installé le centre, la conduite des programmes d’essais pour le coton, le riz et le maïs, enfin la formation des paysans.

48En plus des moniteurs, l’encadrement comprenait les topographes qui mettaient en place les blocs défrichés au bulldozer (annexe 11) et les équipes responsables des treuils (5 équipes en 1972 et 165 en 1975). Nous verrons plus loin le rôle des forgerons et l’encadrement spécifique des bœufs dressés.

Les propriétaires de charrues vendues par la CIDT

  • 9 Soit environ 15 % des familles cultivant du coton. En 1977, on en comptait 5 411.
  • 10 À Syonfan, de 1974 à 1978, les exploitations regroupant 12 personnes ou davantage possédaient quas (...)

49On comptait 4 145 propriétaires de charrues en 1976 (annexes 11 et 12)9. Une enquête effectuée par la CIDT entre 1973 et 1974 auprès de 639 propriétaires de charrues montre que ces propriétaires possédaient des exploitations agricoles cultivées par 7 actifs en moyenne, soit 16 ou 17 personnes dans chaque exploitation, alors que la moyenne régionale devait avoisiner une douzaine de personnes vivant sur chaque exploitation agricole10. Ces informations confirment, d’une part que les chefs de familles nombreuses étaient les seuls à rassembler une main-d’œuvre suffisante pour cultiver des surfaces cotonnières, de sorte qu’une partie des revenus du coton puisse être investie dans l’achat d’un attelage, d’autre part qu’ils étaient aussi les seuls à diriger une exploitation agricole assez importante pour rentabiliser l’emploi d’une charrue. Notons qu’au sud, dans la région de Bouaké, le développement de la culture attelée était freiné notamment par la taille des familles, souvent limitées à un seul ménage, ce qui ne permettait pas la mobilisation d’une main-d’œuvre abondante pour cultiver de grandes surfaces, indispensables à la rentabilisation de cet outil.

Le matériel agricole

  • 11 Les bœufs n’dama et baoulé généralement utilisés pour tirer les charrues et les charrettes pèsent (...)
  • 12 La CIDT estimait à 2 155 le nombre d'attelages en service en 1975 alors que 2 260 charrues avaient (...)

50Sur les 2 260 charrues vendues par la CIDT entre 1970 et 1975, 2 094, soit presque la totalité, étaient en fait des multiculteurs, de type Arara, fabriqués à Dakar (annexe 12). Ce multiculteur comprend un équipement charrue, un équipement sarcleur 5 dents muni de 3 socs et 2 demi-socs, enfin un équipement butteur à ailes mobiles. Compte tenu de la petite taille des bœufs11 (le multiculteur n’était pas utilisé dans les meilleures conditions, mais c’était un matériel bon marché, robuste et convenant à des terrains parfois insuffisamment dessouchés. Les autres charrues plus légères et moins chères, étaient généralement vendues à des propriétaires de multiculteurs Arara désirant acquérir un nouvel outil tracté. Quant aux charrettes, elles comprenaient un train de roues de une tonne importé et une caisse de fabrication locale ; des charrettes à frein furent aussi importées du Sénégal. En 1975, la CIDT n’avait vendu que 994 charrettes. Ainsi, à cette date, le nombre de multiculteurs en état de marche (2 155)12 était-il légèrement supérieur au nombre de propriétaires de charrues (2 046), mais le nombre de charrettes (994) était deux fois plus faible.

51Sur les champs de coton, on utilisait les multiculteurs de la façon suivante : un grattage du sol était réalisé avec l’équipement sarcleur aux premières pluies d’avril, puis un labour à la charrue avait lieu en mai (un seul passage pour un ancien champ, deux passages pour un nouveau champ). Enfin, une fois les semis exécutés, le plus souvent à plat, les billonnages et les sarclages occupaient les paysans jusqu’à la floraison.

52La CIDT cédait aux paysans le multiculteur et la charrette en début de campagne cotonnière (avril) et demandait le remboursement du matériel, généralement en trois annuités, au moment de la vente du coton (décembre-janvier).

53Il est important de noter, que de 1973 à 1976, l’augmentation du prix des engrais, des multiculteurs, des charrettes et surtout des bœufs fut telle que malgré l’augmentation du prix du coton, le pouvoir d’achat des paysans diminua. Nous avons ainsi calculé qu’il fallait fournir les revenus de 2,5 ha de coton soit 460 journées de travail, pour acheter un attelage complet au comptant en 1973, et les revenus de 3 ha de coton soit 550 jours de travail, pour obtenir ce même attelage en 1976 (annexe 13 et tableau xxv).

Les forgerons

54Afin d’assurer l’entretien des charrues et des charrettes, la fabrication des pièces détachées et des jougs, la CIDT recensa les artisans forgerons installés dans les villages des quatre départements. Puis après sélection, elle entreprit de former ces forgerons et de leur fournir à crédit un équipement destiné à réparer le nouveau matériel agricole des paysans. Deux stages d’un mois furent organisés en 1974, deux autres en 1975, le dernier pour perfectionner les premiers forgerons formés. Ces stages groupaient sept ou huit personnes. Ils étaient dirigés par un forgeron ayant reçu lui-même une formation au Mali où une expérience semblable avait été menée en 1970 par la CFDT. Le but du stage était triple : d’abord aménager les ateliers traditionnels pour permettre le passage de la position assise traditionnelle à la position debout adaptée aux techniques nouvelles, ensuite améliorer l’outillage traditionnel et apprendre à utiliser des outils simples, enfin acquérir de nouvelles techniques et des notions élémentaires de gestion.

55En 1974, 14 forgerons étaient installés, leur nombre s’élevait à 22 en 1975. Nous manquons d’informations sur leurs chiffres d’affaires ou tout au moins sur le nombre de pièces de rechange et de jougs vendus.

Les bœufs dressés

  • 13 En 1977, on comptait 13 396 bœufs dressés dans le Nord-Ouest.

56En 1975, 5 481 bœufs dressés13 étaient utilisés pour tracter 2 155 charrues en fonctionnement et 994 charrettes. En moyenne, on comptait donc 2,5 bœufs par charrue, ce rapport n’étant que de 2 bœufs par charrue les années précédentes (annexe 9). La CIDT encourageait cette politique qui devait permettre aux paysans de faire face à l’indisponibilité ou la disparition éventuelle d’un bœuf dressé. L’objectif optimum était que chaque propriétaire d’une charrue possède trois paires de bœufs dressés : une paire de bœufs âgés de 7 ans à l’embouche, une paire de bœufs âgés de 3 à 6 ans en phase de plein travail et une paire de bouvillons de 12 à 18 mois en cours de dressage, afin d’étaler les dépenses et les recettes.

  • 14 Il s’agissait parfois de zébus lorsque les bovins étaient achetés dans les troupeaux transhumants (...)

57Les bœufs provenaient du troupeau du propriétaire de la charrue ou étaient achetés à des voisins ou sur des marchés. Ces achats devinrent de plus en plus coûteux au fil des années. Ainsi, en 1973, alors qu’un bœuf de trois ans non dressé (généralement un taurin)14 coûtait 15 000 F CFA, son prix triplait, pour s’élever à 45 000 F CFA en 1976. La culture attelée risquait donc d’être freinée par ces augmentations de prix, à moins que les paysans n’améliorent leur propre élevage de façon systématique pour sélectionner des bêtes aptes à tirer charrues et charrettes.

  • 15 La période de dressage durait 25 jours et comprenait 1 jour d’isolement du troupeau, 5 jours d’acc (...)
  • 16 On vaccinait contre la péripneumonie, la trypanosomiase, la peste, la pasteurellose et le charbon.

58Des bouviers furent mis à la disposition des paysans pour les conseiller dans la construction des étables, pour les aider à choisir leurs animaux, les dresser15 les nourrir et les soigner. Tous les bœufs étaient vaccinés, dès la première année de dressage, par les soins de la CIDT. Chaque bœuf était numéroté à l’oreille et possédait une fiche individuelle. Les vaccinations étaient effectuées gratuitement par le Service d’Elevage de Korhogo16. Les soins se limitaient aux pansements de plaies et au déparasitage interne et externe.

L’extension des labours à la charrue

  • 17 Dans ce même rapport, Y Bigot, P. N’daw, C. Pretot (1976) notent que la motorisation devrait être (...)

59De 15 ha labourés en 1970, on passait à 13 585 ha en 1976, avec, depuis 1972, des surfaces qui doublèrent chaque année (annexes 9 et 14). Néanmoins, les surfaces labourées par charrue ne variaient guère, elles étaient de 3 ha en 1970 et passaient à 3,5 ha en 1975. Par ailleurs, en 1976, la CIDT notait que l’évolution était caractérisée par une substitution des cultures attelées aux cultures manuelles, sans augmentation marquée de la surface totale par actif (Y. Bigot, P. N’Daw, C. Pretot, 1976). Ce phénomène peut s’expliquer d’abord par l’obligation d’exécuter un défrichement spécial sur les interfluves avant tout nouveau labour à la charrue puisque les champs restaient temporaires, ensuite par l’impossibilité de réduire le temps des autres travaux agricoles puisqu’une partie des sarclages ainsi que toutes les récoltes continuaient à se faire à la main17, enfin par la nouveauté de cette technique qui exige plusieurs années de pratique avant d’être bien assimilée.

  • 18 En 1977, sur les 45 089 ha cultivés en coton dans les quatre départements, on comptait 949 ha de c (...)

60Sur les interfluves (annexe 9), 65 % des champs labourés à la charrue en 1976 portaient du coton18, le maïs et le riz pluvial venaient ensuite, le reste étant négligeable. La part des vivriers les plus utiles ne devint relativement importante parmi les surfaces cultivées à la charrue, qu’à partir de 1975, quand chaque propriétaire de charrues fut encouragé par la CIDT à utiliser un ancien champ de coton labouré à la charrue, pour y cultiver du maïs et du riz pluvial intensif.

61Sur les rizières de bas-fond, les surfaces labourées à la charrue sont vraisemblablement très sous-estimées (annexe 9), car la CIDT ne relevait que les surfaces labourées par les propriétaires de charrues sur leur propre exploitation. Si cette façon de procéder ne conduit pas à une sous-estimation des surfaces sur les interfluves, où seuls étaient labourables les champs spécialement dessouchés pour (ou par) les exploitants agricoles possédant une charrue, en revanche dans les bas-fonds naturellement dépourvus d’arbres, non seulement les propriétaires de charrue labouraient leurs propres rizières, mais aussi celles de leurs voisins qui ne possédaient encore que des houes, puisque les défrichements étaient inutiles. Ceci pour des salaires substantiels (2 500 F CFA la journée en 1975 dans la zone de Kasséré), ce qui multipliait les surfaces rizicoles effectivement labourées à la charrue dans les bas-fonds.

  • 19 Différences entre les rendements cotonniers en culture attelée et en culture manuelle : 1970 : 26  (...)

62Notons enfin que l’augmentation moyenne de 10 % des rendements cotonniers enregistrée sur les champs labourés, buttés et sarclés au multiculteur n’est pas obligatoirement liée à l’emploi de cet outil19, car la CIDT préconisait aussi de plus grands apports d’engrais sur ces champs. Il faudra attendre que tous les champs de coton reçoivent les mêmes quantités d’engrais pour mesurer d’éventuelles différences de rendement, liées à l’outillage utilisé.

La stabilisation des cultures

Contre l’enherbement et la stérilisation des sols, une seule technique très mal diffusée, le Stylosanthes

63En introduisant la culture attelée sur l’ensemble du Nord-Ouest ivoirien, où le système de culture à longue jachère était le plus souvent pratiqué, la CIDT partait du principe que les paysans préféreraient cultiver en permanence les mêmes champs avec une charrue, plutôt que d’en dessoucher chaque année, ou plutôt que de revenir à la culture manuelle si les défrichements se révélaient trop difficiles. Pour fixer les champs, la CIDT a proposé le semis d’une plante fourragère légumineuse, le Stylosanthes.

64Cette plante exige des conditions de culture bien particulières. Pour couvrir régulièrement les champs envahis par les mauvaises herbes et pour ne pas se transformer en taillis, le Stylosanthes doit être pâturé pendant un an et demi (à partir des six mois après les semis effectués en mai-juin). Pour enrichir le sol en matières vertes, en azote et azoto-bactéries contenues dans les nodosités fixées sur les racines de la plante, il doit être enfoui après deux ans de culture (au-delà, les réserves contenues dans les nodosités disparaissent, la plante vivant sur ses réserves). Les racines du Stylosanthes, longues parfois de 70 cm, permettent alors un bon nettoyage du sol et une augmentation des réserves en matières organiques, en approfondissant l’horizon humifère jusqu’à 18-22 cm. Pour mener à bien l’ensemble du processus, trois conditions au moins doivent être réunies (p. 127) :

  • Puisque le Stylosanthes reste en place durant deux saisons sèches, il doit être semé sur des champs hors d’atteinte des feux de brousse, c’est-à-dire dans de vastes zones de champs jointifs débarrassés de leurs chaumes ou couverts eux-mêmes de Stylosanthes, ou bien il faut construire des pare-feu, ce qui exige un gros travail supplémentaire. De plus, il est nécessaire de trouver à proximité un point d’eau pour abreuver les bovins qui pâtureront le champ, ce qui est rare, les bovins devant marcher de longues heures en saison sèche pour atteindre des points d’eau non taris20.
  • Pour que le Stylosanthes couvre bien le sol et ne se transforme pas en taillis, il faut éviter la sous et la surpâture. Les champs doivent donc être clôturés et si possible divisés en parcelles sur lesquelles se déplacera le troupeau21.
  • Enfin, pour enfouir le Stylosanthes, il faut utiliser un tracteur ou tout au moins une charrue plus puissante que celle diffusée par la CIDT, dont le soc ne s’enfonce qu’à 12 cm et dont le ressort est trop court. Une charrue de type brabant aurait convenu mais la CIDT ne l’a pas prévue. De plus, la force de traction exigée pour couper et arracher les longues racines de Stylosanthes est bien supérieure à celle qui est fournie pour les labours, buttages et sarclages ordinaires ; elle est de l’ordre de 200 kg, soit la force d’au moins deux paires de bœufs.
  • 22 Selon les statistiques de la CIDT, il y aurait eu 797,35 ha défrichés au cours de 1971, 1972, 1973 (...)
  • 23 Dans les noyaux moyennement peuplés, non seulement une partie des habitants émigrent ou simplement (...)

65Nous avons enquêté en juin 1978 sur tous les blocs défrichés au bulldozer entre 1971 et 1974, donc cultivés depuis au moins cinq ans et pour lesquels se posaient ou s’étaient déjà posés des problèmes d’enherbement (annexe 15). L’ensemble couvrait 711,75 ha22 répartis en 40 blocs dispersés dans 27 villages. Seuls 4 ha de Stylosanthes furent semés dans les blocs de deux de ces villages après cinq ans de culture ; l’essai échoua dans les deux cas, les champs ayant été détruits par le feu ou par les bovins. Dans neuf villages, les paysans affirmèrent que leur moniteur n’avait jamais demandé de semer cette plante et dans seize autres villages, où la proposition fut faite, les habitants formulaient les deux réserves suivantes : d'abord les bovins n’avaient pas besoin de plante fourragère, car la brousse suffisait à les nourrir23, ensuite les champs de Stylosanthes risquaient d’être détruits par les animaux s’ils n’étaient pas protégés par des clôtures avant la période prévue pour le pâturage, or la mise en place de ces clôtures n’était pas envisagée car elle apparaissait trop coûteuse. Enfin, dans trois de ces villages (dont Syonfan), la CIDT et la SODEPRA firent conjointement pression sur les paysans pour qu’ils labourent un champ de Stylosanthes hors des blocs défrichés au bulldozer, encore trop récents pour porter cette légumineuse. Ce fut à chaque fois un échec pour les raisons précédemment indiquées. Cette enquête montre donc que les paysans n’avaient assimilé qu’un des avantages du Stylosanthes : la nourriture pour les animaux dont ils affirmaient ne point manquer, le rôle régénérateur de la plante pour les sols n’était pas perçu. De ce fait, les blocs ouverts au bulldozer furent peu à peu abandonnés (annexe 10). Au bout de huit ans, c’est-à-dire au moment où l’enquête fut réalisée, 75,6 % des surfaces des blocs les plus anciens ouverts en 1971 étaient abandonnés.

66En 1978, la fixation des champs, grâce à leur régénération par le Stylosanthes n’était donc pas encore réalisée en milieu paysan. Certes, les exploitants paraissaient hostiles ou indifférents, mais la CIDT n’avait pas essayé non plus de démontrer l’intérêt de cette légumineuse, ne serait-ce que sur un seul bloc ouvert sur un terroir choisi pour ses difficultés foncières, afin que ce travail supplémentaire réponde effectivement à une nécessité.

67En 1976, la CIDT fit ouvrir dix exploitations de 5 à 5,5 ha, dans ses dix centres de formation du Nord-Ouest. Ces exploitations étaient tenues par des paysans volontaires qui devaient tester des rotations culturales, préconisées par la CIDT, intégrant une culture fourragère (annexe 16). Ainsi, la solution au problème de la fixation des champs était remise à cinq ou six ans au moins.

Les défrichements au bulldozer : une technique inadaptée aux cultures temporaires

68Dans la mesure où les réserves de terre étaient importantes dans presque tout le Nord-Ouest, la solution au problème de la fixation des champs pouvait effectivement être remise à quelques années, sauf dans certaines zones déjà densément occupées par les champs. En revanche, tout un pan de la politique de la CIDT, celui des défrichements au bulldozer, devait être remis en cause puisque l’utilisation des charrues sur ces blocs n’avait pas suffi à les rendre permanents. Nous avons vérifié en effet que, dans ces conditions, les défrichements au bulldozer constituent une erreur du point de vue financier et surtout du point de vue de la gestion du potentiel agricole régional, ce qui n’est apparemment pas le cas des défrichements au treuil.

  • 24 Éléments de calcul pour effectuer cette évaluation en 1975 : prix du kilo de coton : 70 F CFA ; pr (...)

69Dans la mesure où les défrichements au bulldozer ou au treuil étaient gratuits pour les paysans, la journée de travail sur un champ de coton labouré à la charrue rapportait davantage (387 F CFA en 1975 d’après nos calculs)24 que celle effectuée sur un champ de coton cultivé à la houe (295 F CFA). Mais si ces défrichements avaient été payés par les paysans :

  • Ils auraient coûté 10 000 F CFA l’ha en 1975 pour le dessouchage au treuil d’un champ en partie déboisé après deux années de cultures vivrières exigeantes par exemple. Sur ce champ, un paysan pouvait encore cultiver du coton pendant deux années, puis du sorgho et de l’arachide pendant deux autres années. Le dessouchage du champ n’aurait donc pu être remboursé que sur les deux récoltes de coton, puisqu’il était difficile de vendre la production des cultures vivrières rustiques. La journée de travail sur un champ de coton labouré à la charrue aurait donc rapporté 356 F CFA, après remboursement du dessouchage, ce qui reste plus rentable que la culture à la houe.
  • Ils auraient coûté 110 000 F CFA l’hectare en 1975 pour le défrichement au bulldozer. Comme nous avons observé (annexe 10) que près de la moitié des blocs de ce type, défrichés entre 1971 et 1974, avaient été abandonnés au bout de cinq ans, les deux tiers au bout de sept ans, les trois quarts au bout de huit ans, on peut avancer que les plus vieux blocs, encore en partie cultivés en 1978, ont été vraisemblablement abandonnés deux ans plus tard, soit une durée moyenne de 5,5 années de culture par hectare défriché au bulldozer. Même en admettant, ce qui n’est pas souhaitable, que les paysans ne cultivent que du coton facilement commercialisable, pendant ces 5,5 ans, leur revenu par journée de travail sur ce champ n’aurait pas dépassé 262 F CFA, après remboursement du défrichement au bulldozer. La culture attelée est donc moins rentable que la culture à la houe. Ceci suffit à montrer l’échec économique des défrichements de champs temporaires au bulldozer, d’autant plus que ne sont pas comptabilisés dans le prix du travail à la journée, l’amortissement de l’attelage, le temps passé à nourrir, garder et soigner les bêtes et le manque à gagner par la diminution du rendement du coton en fonction de l’usure du champ.
  • 25 À moins que le dessouchage systématique du champ (conservation de 20 arbres à l'hectare, selon les (...)

70Il y a plus grave encore. Alors que les défrichements de champs temporaires réalisés au treuil ne dilapident pas le potentiel agricole régional, du moins de façon visible25, ceux pratiqués au bulldozer dégradent les sols : aux blocs de champs de petite taille dispersés en brousse, défrichés à la hache ou au treuil avec préservation des arbres utiles, s’opposaient en effet les blocs beaucoup plus vastes dessouchés au bulldozer et dépourvus d’arbres où l’érosion apparaissait très rapidement. Nous avons observé ce phénomène sur le bloc de 17 ha ouvert au bulldozer en 1973, sur le terroir de Syonfan : des photographies aériennes au 1/10 000, prises en août 1974, montraient déjà de longues griffures sur le sol tandis qu’alentours, les autres blocs de champs cultivés sur brûlis étaient intacts. Certains encadreurs de la CIDT expliquaient l’érosion rapide des blocs défrichés au bulldozer par le mauvais entretien des couloirs antiérosifs et par l’absence totale d’arbres sur de grandes surfaces qui modifiait dangereusement la structure physique au sol (l’absence de racines ne permet plus une bonne aération de la terre ni des échanges suffisants d’eau et de matière organique entre l’horizon humifère et les horizons sous-jacents). Par ailleurs, des travaux de pédologues de L’ORSTOM, en pays baoulé (Côte-d’Ivoire), montraient que la technique même du défrichement, qui exige plusieurs passages d’engins lourds, tassait le sol et entraînait une diminution de l'infiltration et une augmentation du ruissellement. Enfin, les labours sur 30 cm enfouissaient l’horizon humifère peu épais (12 à 18 cm) et ramenaient en surface des horizons profonds, pauvres en matière organique donc moins fertiles (G. Charriere, 1984).

71L’analyse de l’échec économique et écologique des défrichements au bulldozer perdait de son intérêt en 1977, quand la CIDT limita à 256 ha les surfaces défrichées mécaniquement dans le Nord-Ouest (alors que 2 294 ha avaient été défrichés de cette façon en 1976). Cependant dès 1978, le bulldozer revenait en force, non plus pour favoriser l’utilisation de la charrue, mais celle du tracteur : 350 ha étaient ainsi défrichés cette année-là, pour permettre le travail des 20 premiers tracteurs de 22 CV, cédés à des paysans volontaires. L’emploi des tracteurs s’est développé les années suivantes et, en 1982, des informateurs nous apprenaient que la mise en place de cultures fourragères, nécessaires à la stabilisation des cultures des nouveaux blocs labourés au tracteur, ne semblait toujours pas à l’ordre du jour. Il est donc à craindre que la dégradation des sols causée par les passages de bulldozers, sans aucune mesure de protection, ne se poursuive et ne s’accentue dans l’avenir.

L'avenir de la culture attelée

72À l’issue d’une expérience de six années de culture attelée, dans le Nord-Ouest ivoirien, intéressant en 1976 plus de 4 000 exploitations agricoles et plus de 13 500 ha de terres cultivées (parmi lesquelles 4 000 ha défrichés au bulldozer et 8 000 ha au treuil) et compte tenu de l’ajournement de la mise en place d’un système de cultures permanentes, on peut s’inquiéter de l’avenir de la culture attelée.

73Des informations ponctuelles, intéressant le comportement des propriétaires de charrues à Syonfan, conduisent à penser néanmoins qu’en zone moyennement peuplée et relativement sèche, le développement de la culture attelée était de moins en moins lié à la politique de défrichement de la CIDT. Trois séries d’observations vont dans ce sens :

  • Les charrues étaient utilisées non seulement sur les champs de cultures pluviales, qui nécessitaient un défrichement spécial préalable, mais aussi sur les nombreuses rizières quasi permanentes, là où les gains de temps obtenus avec cet outil n’étaient pas réduits par des travaux de dessouchage.
  • Les propriétaires, qui ne pouvaient obtenir de défrichement au treuil sur les interfluves, dessouchaient eux-mêmes à la hache d’anciens ou même de nouveaux champs ; en particulier les paysans qui avaient abandonné le bloc ouvert au bulldozer en 1973, acceptèrent d’effectuer des dessouchages à la hache pour continuer à utiliser leur charrue.
  • Les paysans allongeaient la durée de la succession culturale des champs d’interfluve labourés à la charrue pour diminuer les surfaces à dessoucher chaque année. Ces changements montrent qu’ils tentaient d’adapter leur système de culture à la charrue et qu’ils avaient dû vérifier que les travaux de sarclage sur de vieux champs, ajoutés à des travaux de dessouchage annuels limités réduisaient moins les gains de temps obtenus avec la charrue que des dessouchages annuels de grands champs cultivés quatre ou cinq ans.

74Ces quelques informations traduisent l’intérêt éprouvé par ces paysans pour la culture attelée, laquelle nous semble donc avoir des sérieuses chances de se maintenir et de se développer même dans le cadre d’une agriculture temporaire pratiquée dans les zones moyennement peuplées de savane boisée.

Pour une association des paysans à leur propre développement

75Le Centre de Promotion des Entreprises coopératives (CENAPEC) et l’Office national de la Promotion rurale (ONPR), qui fusionnèrent à la fin de 1977, s’étaient associés à la CIDT en 1975, pour tenter de rendre plus effective la participation des paysans du Nord-Ouest au développement rural de leur pays.

L’action du CENAPEC

76À partir de 1975, le CENAPEC a suscité notamment la création de coopératives de planteurs de coton. Ces coopératives devaient assurer le marché du coton produit par leurs adhérents, c’est-à-dire peser la récolte de chaque producteur, établir un ticket d’achat indiquant le poids de la récolte et le revenu brut, duquel on retranchait le prix de l’engrais et éventuellement celui du matériel de culture attelée, enfin elle devait charger la récolte dans un camion fourni et acheminé à l’usine d’égrenage par la CIDT. La CIDT pesait et achetait alors l’ensemble de la récolte et en 1976 elle ristournait à chaque coopérative 1 F CFA par kilo de coton vendu non stocké et 1,50 F CFA par kilo de coton vendu après stockage. Chaque coopérative remboursait ensuite à la CIDT les sommes dues pour les engrais et le matériel agricole et remettait à chacun de ses adhérents la somme inscrite sur son ticket d’achat.

77Pour la CIDT, cette formule présentait l’avantage de la soulager d’un gros travail de comptabilité. Pour les coopérateurs, l’intérêt résidait dans la possibilité qui leur était donnée de mieux comprendre les mécanismes des transactions cotonnières, mais aussi ceux des autres marchés agricoles. La formation technique que le CENAPEC donnait aux dirigeants, caissiers-comptables, peseurs et secrétaires de ces coopératives aidait par ailleurs les paysans à mieux défendre leurs intérêts, en leur donnant accès à la bascule et en les aidant à lire un ticket d’achat. Enfin le CENAPEC insistait sur la force que pouvait constituer ces coopératives grâce à la solidarité de leurs membres. Il faut admettre néanmoins qu'il ne fut jamais question que cette force permette aux paysans de faire pression sur la CIDT pour augmenter les prix du coton par exemple. Il s’agissait plutôt, grâce aux ristournes versées par la CIDT aux coopératives, de constituer un pécule qui puisse servir de caution à l’obtention d’un crédit auprès de banques ou qui permette de prêter de l’argent à l’un des adhérents ou d’acheter du matériel collectif (une bascule, un treuil, etc.). Cette formule obtint un vif succès : ainsi, on comptait 13 groupements à vocation coopérative (GVC) spécialisés dans la vente du coton en 1975 et 45 en 1976 qui commercialisèrent, cette année-là, 22 % de la production cotonnière du Nord-Ouest (annexe 17).

  • 26 Ces séances s’organisaient autour des thèmes suivants : les différentes motivations pour des actio (...)

78Ce succès est lié au dynamisme du CENAPEC qui, en 1976, organisa 121 séances de sensibilisation dans 53 villages26 et 97 journées de formation pour 78 dirigeants de coopératives, 44 caissiers-comptables et 18 peseurs. Le CENAPEC participait aussi au déroulement de la campagne de commercialisation du coton, notamment auprès des nouvelles coopératives, pour les assister dans cette tâche ardue.

  • 27 Voir les bases de calcul retenues dans la note de la page 37.

79Les gains perçus par les coopératives pour réaliser les achats de coton sont appréciables : en 1975, chacune des 45 coopératives, groupant en moyenne 135 adhérents, reçut une ristourne moyenne de la CIDT égale à près de 200 000 F CFA, à laquelle s’ajoutaient 100 000 F CFA provenant de la sous-estimation de la récolte villageoise (en effet, selon les conseils du CENAPEC, les pesées étaient légèrement inférieures au poids réel, afin d’être assuré que le poids de coton enregistré au village ne soit pas supérieur à celui enregistré à l’usine par la CIDT). La ristourne de 200 000 F CFA correspond aux recettes qui auraient été fournies par la récolte d’un champ de coton de 3 ha27 sur lequel chacun des 135 adhérents aurait travaillé 4 jours.

80Pour réussir, l’action du CENAPEC devait être poursuivie sur une longue durée afin que la majorité des adhérents reçoive une formation comptable et que les coopératives soient effectivement l’affaire de tous.

L’action de l’ONPR

81En 1975, l’ONPR fut sollicité par la CIDT pour entreprendre deux actions : l’une à Niéllé dans le département de Ferkéssédougou, l’autre à Kouto, Gbon, Kolia, Kasséré et Boundiali, dans le département de Boundiali.

82À Niéllé, la CIDT et le Service universitaire canadien outre-mer (SUCO) demandèrent à l’ONPR la mise au point d’une méthode d’alphabétisation en français, pour les paysans planteurs de coton, adhérents aux coopératives cotonnières créées par le CENAPEC. Dix classes d’une trentaine d’élèves furent assurées de janvier à mai 1976 (pendant la saison sèche), à raison de cinq cours de deux heures par semaine. Chaque élève payait 250 F CFA pour une semaine de cours. D’après P. Thomas, linguiste à l’université d’Abidjan, il s’agissait là d’un excellent modèle d’alphabétisation fonctionnelle.

83Une opération plus ambitieuse débuta en mai 1975, dans le département de Boundiali, pour tenter de changer le comportement des paysans, qui selon l’ONPR se réduisait à appliquer les consignes techniques données par les moniteurs de la CIDT (analyse qui nous semble bien éloignée de la réalité). Une éducation agricole de base devait aider les paysans à participer à la détermination des objectifs de développement de leur région. Deux phases furent prévues, la première se terminant en 1978.

  • 28 7 000 puits ont été forés dans le nord du pays de 1974 à 1978, dans le cadre d’un programme d’urge (...)

84Au cours de la première phase, l’ONPR s’efforça de sensibiliser les paysans à leurs problèmes, par des films projetés dans les villages, les uns valorisant le rôle du paysan dans la nation, les autres proposant de nouvelles actions paysannes : culture attelée, groupements coopératifs, aménagements de puits28. Toutes les séances étaient suivies de discussions, animées par les moniteurs de la CIDT. Une distribution de documents visuels permettait ensuite aux villageois de mémoriser les images-forces des films.

85Dans la deuxième phase qui débuta en juin 1978, L’ONPR devait organiser le milieu à deux niveaux :

  • Le village : L’ONPR voulait repérer les communautés villageoises désireuses de prendre en charge certains de leurs besoins, afin qu’elles choisissent en leur sein des représentants qui recevraient et retransmettraient aux autres villageois une courte formation adaptée à leurs besoins.
  • Le pays rural (groupement de quelques villages autour des villages centres de chaque sous-préfecture) : un comité des représentants des villages précédemment repérés devait contrôler un centre de promotion qui abriterait les sessions de formation dans chaque village centre. Ce centre serait un lieu de rencontre des paysans venant s’informer des techniques nouvelles et l’installation de la télévision permettrait la diffusion de programmes éducatifs et distractifs. L’ONPR se chargerait de réaliser les programmes éducatifs, de soutenir les structures d’autopromotion et les actions de développement villageois, elle assurerait enfin la liaison avec les autorités administratives.

86Ce vaste programme, qui ne devait prendre une forme concrète qu’après plusieurs années, nous semble une ouverture intéressante des organismes de développement vers les paysans qui souffrent de l’absence de structures reconnues pour se faire entendre des développeurs. La formation de groupes de pression paysans sera-t-elle l’aboutissement normal d’une telle expérience ? On peut l’espérer. Si c’est le cas, ces groupes limiteront les erreurs techniques de certains projets ; ils exprimeront la diversité des intérêts des paysans d’un même pays rural, en fonction de potentialités agricoles villageoises différentes mais aussi de situations socio-économiques inégales ; enfin (faut-il s’en plaindre ?), ils réduiront peut-être la liberté des sociétés de développement.

Notes

1 La CIDT n’encadrait pas les planteurs de coton de ces services et nous manquons d’informations sur l’organisation de la mécanisation de cette culture.

2 Les prix des engrais ont varié au cours des années : fumure de fond : 4 450 F CFA/ha en 1968 et 12 300 F CFA/ha en 1976 (18 450 F CFA/ha si la dose d’engrais s’élève à 300 kg/ha au lieu de 200) ; fumure complémentaire : 1 500 F CFA/ha en 1968 et 4 000 F CFA/ha en 1976. Les engrais ont été fournis gratuitement aux paysans en 1977. Durant cette même période le prix du kilo de coton a augmenté de 33,50 F CFA à 80 F CFA. Il faut noter des variations importantes entre ces deux séries de prix : en 1968, il fallait vendre 176 kg de coton pour acheter l’engrais nécessaire à un hectare de coton, 147 en 1970, 232 en 1974 et 1975 et 203 en 1976.

3 La répartition des champs de coton en fonction de leur âge n’a pratiquement pas varié de 1970 à 1976 : 40 % des champs de coton ont 1 an, 30 % ont 2 ans, 20 % ont 3 ans, 8 % ont 4 ans et 2 % ont 5 ans.

4 En 1977, le riz pluvial intensif couvrait 1 322 ha, le maïs intensif 3 595 ha et l’arachide intensif 30,25 ha.

5 De plus en première année de culture, il faut ajouter aux 2,8 t/ha de grains, l’igname dont le rendement moyen, d’après les enquêtes d’Y. Bigot, est de 5 t/ha.

6 Toutefois, la fixation des champs dans la zone dense de Korhogo n’a pas été accompagnée des efforts techniques nécessaires pour conserver le potentiel agricole de la région, de sorte qu’elle est la cause de l’appauvrissement des sols.

7 Il s’agit d’un treuil manuel très simple avec un tambour à cliquet, manœuvré par un levier qu’enroule le câble fixé à la souche.

8 Le calcul est le suivant : Le treuil coûtait 300 000 F CFA en 1973, il fallait ajouter à cette somme 100 000 F de réparation et de pièces de rechange pour un outil qui pouvait être amorti en 5 ans après avoir dessouché 200 ha : soit un coût de 400 000 F CFA pour 200 ha ou 2 000 F CFA par hectare.

9 Soit environ 15 % des familles cultivant du coton. En 1977, on en comptait 5 411.

10 À Syonfan, de 1974 à 1978, les exploitations regroupant 12 personnes ou davantage possédaient quasiment toutes une charrue, elles comptaient en moyenne 18,5 personnes dont 7,9 actifs (individus de 15 à 59 ans). Sur ce même terroir, pendant ces quatre années, la taille moyenne de l’ensemble des familles est restée stable, regroupant en moyenne 10,2 personnes dont 4,7 actifs.

11 Les bœufs n’dama et baoulé généralement utilisés pour tirer les charrues et les charrettes pèsent entre 180 et 250 kg. La force de traction d’un bœuf est environ de 50 kg.

12 La CIDT estimait à 2 155 le nombre d'attelages en service en 1975 alors que 2 260 charrues avaient été vendues de 1970 à 1975. Nous évaluons donc la perte à 4,6 % du matériel en 6 ans.

13 En 1977, on comptait 13 396 bœufs dressés dans le Nord-Ouest.

14 Il s’agissait parfois de zébus lorsque les bovins étaient achetés dans les troupeaux transhumants du Mali ou de la Haute-Volta devenue Burkina-Faso depuis 1983.

15 La période de dressage durait 25 jours et comprenait 1 jour d’isolement du troupeau, 5 jours d’accoutumance à l’homme, 4 jours d’accoutumance au joug dans un couloir de contention, 5 jours de traction d’un tronc d'arbre, 5 jours de marche à la raie, 5 jours de traction à la charrue.

16 On vaccinait contre la péripneumonie, la trypanosomiase, la peste, la pasteurellose et le charbon.

17 Dans ce même rapport, Y Bigot, P. N’daw, C. Pretot (1976) notent que la motorisation devrait être introduite pour effectuer des travaux non réalisables à la charrue et limitant de ce fait l’extension des surfaces labourées, c’est-à-dire : le traitement des récoltes (battage du riz et égrenage du maïs, de façon à les rendre commercialisables dans de bonnes conditions) et l’enfouissement des résidus de récolte pour assurer un statut agronomique satisfaisant dans les terres et se dispenser des fumures chimiques à coût élevé.

18 En 1977, sur les 45 089 ha cultivés en coton dans les quatre départements, on comptait 949 ha de culture motorisée, 11 821 ha de culture attelée et 32 319 ha de culture manuelle. Ainsi, plus du quart des surfaces cotonnières étaient cultivées à la charrue.

19 Différences entre les rendements cotonniers en culture attelée et en culture manuelle : 1970 : 26 % en plus, 1971 : 15,5 %, 1972 : 14,5 %, 1973 : 8,5 %, 1974 : 9,5 %, 1975 : 10 % et 1976 : 12 % en plus.

20 SODEPRA était en train de transformer cet état de choses en creusant des puits et en créant des barrages pour abreuver les animaux dans tout le Nord.

21 Les champs de Stylosanthes doivent être fumés dans la journée par le troupeau, J. de Rochemonteix nous a fourni ces informations à partir de l’expérience qu'il menait à Katanhra (sous-préfecture de Kolia), en collaboration avec la CIDT pour le compte de la SODEPRA. Il ajoutait qu’il serait utile qu’une parcelle ayant été cultivée deux ans et demi en Stylosanthes soit utilisée comme parc à bœufs, de nuit pendant un an, avant d’être remise en culture, afin d’y être enrichie par le fumier.

22 Selon les statistiques de la CIDT, il y aurait eu 797,35 ha défrichés au cours de 1971, 1972, 1973 et 1974 (annexe 10) ; les paysans interrogés sur place ont donné des mesures de surface un peu inférieures.

23 Dans les noyaux moyennement peuplés, non seulement une partie des habitants émigrent ou simplement cultivent sur les terroirs périphériques moins peuplés, mais une partie du troupeau est aussi envoyée “en pension” dans les zones voisines moins peuplées (p. 121 et p. 210)

24 Éléments de calcul pour effectuer cette évaluation en 1975 : prix du kilo de coton : 70 F CFA ; prix de l’engrais obligatoire pour un hectare de coton (quantité moindre pour un champ cultivé à la houe : 16 300 F CFA que pour un champ cultivé à la charrue : 22 450 F CFA) ; rendement moyen du coton dans le Nord-Ouest en culture manuelle : 1 100 kg/ha, en culture attelée : 1 211 kg/ha ; nombre de journées de travail de 8 heures pour un hectare de coton (évaluation effectuée par nos soins à Syonfan, annexe 107) : 205 journées en culture manuelle (durée du défrichement initial répartie sur cinq années de culture), 161 journées en culture attelée (défrichement à la charge de la CIDT non compris). Notons qu’en 1975, les revenus obtenus pour la culture d’un hectare de coton étaient sensiblement les mêmes en culture manuelle (61 700 F CFA) et en culture attelée (62 320 F CFA). Les moins bons rendements en culture manuelle étaient compensés par des achats d’engrais moins coûteux. Les revenus par journée de travail étaient plus intéressants en culture attelée, en partie parce que le défrichement n’était pas à la charge du paysan, en partie parce que la charrue faisait gagner du temps.

25 À moins que le dessouchage systématique du champ (conservation de 20 arbres à l'hectare, selon les observations faites à Syonfan) ne retarde la régénération des sols par la jachère naturelle.

26 Ces séances s’organisaient autour des thèmes suivants : les différentes motivations pour des actions de groupe ; la coopérative, forme moderne du système traditionnel d’entraide ; l’organisation d’un marché de coton ; la commercialisation du coton ; l’assemblée générale ; la constitution d’un GVC.

27 Voir les bases de calcul retenues dans la note de la page 37.

28 7 000 puits ont été forés dans le nord du pays de 1974 à 1978, dans le cadre d’un programme d’urgence national.

Table des illustrations

Légende Moyenne annuelle, période 1961-1975.Source : H. Berron. Climat. Côte-d'Ivoire.Atlas Jeune Afrique, p. 13.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Figure 3 - Précipitations (en mm) dans le Nord-Ouest de la Côte-d'Ivoire. En haut, localisation des six stations pluviométriques de la CFDT-CIDT En bas, station CFDT-CIDT de Boundiali.Moyennes mensuelles, période 1966-1976.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540