Version classiqueVersion mobile

Les charrues de la Bagoué

 | 
Jacqueline Peltre-Wurtz
, 
Benjamin Steck

Première partie. Politique de la CFDT et de la CIDT dans le Nord-Ouest ivoirien

Introduction

Texte intégral

1Afin de créer une industrie textile en Côte-d’Ivoire et pour couvrir les besoins du pays, la Compagnie française pour le Développement des Textiles (CFDT) lança en 1962 la culture du coton allen, puis en 1968 celle d’un hybride mis au point à l'Institut de Recherche du Coton et des Textiles tropicaux (IRCT). Cette culture débuta en 1962 dans les départements de Korhogo et Boundiali, en 1963 dans celui de Ferkéssédougou et en 1965 dans celui d’Odienné.

  • 1 Ministère du Plan, ORSTOM, IGT : Atlas de Côte d’ivoire 1971-1978 - Notice de la carte de la popul (...)

2Toutes les sous-préfectures de ces départements ont donc été touchées par Faction de la CFDT-CIDT, sauf celles de la zone dense, entre Korhogo, Sinématiali et Napiéolédougou (figure 2) où la terre est plus rare. En 1965, on pouvait estimer à 400 000 personnes la population susceptible d’être intéressée par le coton, sur les 540 000 habitants des quatre départements du Nord-Ouest ivoirien, en écartant environ 62 000 citadins et 78 000 paysans de la zone dense à l’est du Korhogo1. (A cette époque (quatrième année de campagne cotonnière), cette population cultivait 3 500 ha de coton produisant 2 500 tonnes, soit par personne, à peine 1 are fournissant 6 kg de coton.

  • 2 D’après les résultats du recensement démographique national de 1975.
  • 3 Pour calculer ce revenu en 1975, nous avons tenu compte du rendement moyen : 1,1 t de coton par he (...)
  • 4 Entre 1974 et 1978, les familles de Syonfan regroupaient en moyenne 10 personnes ; en 1977, celles (...)
  • 5 La CIDT a recensé 38 000 planteurs de coton en 1975 ; d’après nos observations très localisées, il (...)

3En 1975, on recensait 625 000 habitants2 (dans ces quatre départements, dont 425 000 personnes environ susceptibles de cultiver 35 000 ha de coton (dix fois plus qu’en 1965) produisant 40 000 tonnes, soit par personne, une moyenne de 8 ares et de 88 kg de coton récoltés pour un revenu annuel de 4 800 F CFA3. (Certes, les 425 000 personnes, soit environ 40 000 familles4 ne cultivaient pas toutes du coton. Néanmoins, nous estimons que cette culture intéressait environ deux de ces familles sur trois5.

4La CIDT puis la CIDT se chargèrent de la vulgarisation des techniques culturales cotonnières. En 1973, la CIDT entreprit de moderniser les exploitations agricoles par le biais de la culture attelée et par l’intensification des cultures vivrières de base, telles que le maïs et le riz pluvial. Elle dut faire face à de nouvelles contraintes : les défrichements nécessaires à l’utilisation de la charrue, l’enherbement des champs destinés à devenir permanents et l’intégration de l’élevage à l’agriculture. Par ailleurs, à partir de 1975, en liaison avec la CIDT, l'Office national de Promotion rurale (ONPR) lança une campagne de vulgarisation des méthodes modernes d’agriculture et le Centre national de Promotion des Entreprises coopératives (CENAPEC) encouragea les paysans à créer des coopératives.

Notes

1 Ministère du Plan, ORSTOM, IGT : Atlas de Côte d’ivoire 1971-1978 - Notice de la carte de la population.

2 D’après les résultats du recensement démographique national de 1975.

3 Pour calculer ce revenu en 1975, nous avons tenu compte du rendement moyen : 1,1 t de coton par hectare, du prix d’achat du coton : 70 F CFA, du prix des engrais : 16 700 F CFA par hectare de coton. En 1977, les quatre départements du Nord-Ouest produisaient 50 000 t de coton sur un peu plus de 45 000 ha soit un rendement de 1,1 t/ha. Le prix d’achat était de 80 F CFA le kg de coton et l’engrais était gratuit. Si l’on admet que la population avait légèrement augmenté (438 000 personnes susceptibles de pratiquer la culture du coton), le revenu individuel était alors de 9 000 F CFA par an.

4 Entre 1974 et 1978, les familles de Syonfan regroupaient en moyenne 10 personnes ; en 1977, celles du Pongala étaient formées de 12 personnes, selon B. Steck ; en 1975, celles des 318 exploitations agricoles situées dans la région de la Bagoué et touchées par l’enquête nationale agricole regroupaient en moyenne 15 personnes. Enfin, la SEDES (Société de Développement économique et social), dans une étude portant sur la région de Korhogo, comptait 9 personnes par exploitation agricole en 1963.

5 La CIDT a recensé 38 000 planteurs de coton en 1975 ; d’après nos observations très localisées, il est vrai, on pouvait estimer à 1,2 ou 1,5 le nombre de planteurs par famille, soit à cette date, entre 26 000 et 32 000 familles cultivant du coton dans les quatre départements du Nord-Ouest.

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search