Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le pari du tracteur

 | 
Philippe Tersiguel

Conclusion : plaidoyer pour la traction bovine

Texto completo

1La recherche des causes d’un « mal-développement » s’attache trop souvent à désigner des boucs émissaires parmi lesquels l’apport de techniques exogènes occupe une place de choix. La mécanisation de l’agriculture fait l’objet de procès où les paradoxes d’une modernité dangereuse sont confrontés aux multiples facettes idéalisées de la tradition.

  • 1 Réalisé par la Caisse de stabilisation des prix.

2Au Burkina Faso, les grands acteurs du développement, État, agriculteurs et techniciens, s’engagent, chacun à leur niveau, sur la voie de la mécanisation de l’agriculture avec des logiques qui leur sont propres. Les visées productivistes de l’État, mises en œuvre par la société cotonnière, s’accompagnent d’une série de mesures qui visent à l’augmentation de la productivité du travail, la diminution des coûts de production et, par voie de conséquence, la diminution des prix payés aux producteurs. L’alimentation des caisses de l’État par un prélèvement sur le montant des ventes1 reste l’objectif prioritaire. Les techniciens postulent l’augmentation de la production par l’utilisation des outils tractés et par l'intensification des systèmes de culture cotonniers, dans le cadre d’une politique cohérente de préservation de l’environnement. Ils soutiennent que la mécanisation agricole favorise la stabilisation des cultures et l’exploitation continue des parcelles. Les agriculteurs, dont les objectifs de satisfaction des besoins fondamentaux restent prioritaires, n'envisagent l’augmentation de la production que dans le cadre d’une rémunération satisfaisante du travail et de l’assurance d’une sécurité alimentaire familiale.

3Pour être opérationnels, les objectifs proposés par l’administration doivent s’ajuster aux stratégies paysannes, qui dépassent le cadre de la seule production et dont la logique repose, principalement, sur le maintien de la stabilité des structures sociales et le contrôle de l’espace.

4Le souci de rompre avec les représentations spontanées et univoques qui font de la mécanisation soit un cheval de bataille du développement, soit un danger de la modernité, invite l’observateur à un examen attentif des conséquences de l’introduction de l’innovation. Examen qui, en définitive, doit permettre de savoir si la charrue est à l’origine du développement d’une agriculture plus permanente et plus respectueuse des ressources naturelles.

De l’agrandissement des surfaces à l’augmentation du travail

5L’équipement agricole facilite la mise en valeur de plus grandes surfaces mais n’entraîne pas une diminution du travail de l’ensemble des actifs. La désagrégation des anciens groupes de production, organisés dans le cadre du lignage, s’est réalisée au profit de petites unités dont la force de travail constitue le facteur de production le plus important. Le chef d’exploitation, qui essaie de stabiliser la main-d’œuvre en enrayant le processus de segmentation et la tentation d’autonomie des dépendants, attache une attention particulière au maintien de la cohésion familiale. Aussi, lors de l’affectation des revenus en fin de campagne, doit-il satisfaire les obligations de remboursement des dettes, les besoins familiaux collectifs, prévoir l’autofinancement pour les investissements futurs et ne pas oublier les rémunérations individuelles. L’accaparement exclusif des revenus par le chef de famille signerait, à court terme, l’éclatement du groupe et le départ d’une partie des membres de la famille. En cas de conflit latent, l’emprunt contracté auprès de la caisse de crédit agricole peut assurer une cohésion fictive le temps du remboursement mais, une fois la dette régularisée, la pression de la collectivité n’est plus suffisante pour éviter la séparation. Parallèlement au désir du maintien de l’intégrité familiale, le chef de famille tente, dans le cadre d’une stratégie matrimoniale appropriée et dans le but de rassembler un grand nombre d’actifs autour de lui, de conclure des mariages au bénéfice des membres de sa famille pour assurer l’avenir du groupe. Enfin, dans la mesure où la mécanisation se développe dans les grandes unités capables de dégager des surplus monétaires, elle renforce le salariat agricole pendant la période de récolte et pour les travaux spécialisés, et stimule les échanges entre exploitations. Les échanges de travail manuel contre des prestations mécanisées s’inscrivent dans des rapports de dépendance au profit des grosses exploitations.

La simplification du système de culture

6L’extension des surfaces cultivées a largement bénéficié aux cultures du coton et du maïs, au détriment d’un ensemble complexe : mil, sorgho, arachide, cultures secondaires et associations de cultures ont largement cédé la place aux deux premières. Les causes de l’extension des surfaces sont à rechercher, au cours des trois dernières décennies, dans le démantèlement des anciennes « maisons » remplacées par des exploitations qui ont ouvert de nouveaux champs et, plus récemment, dans l’utilisation des outils tractés. Avec le développement de la culture cotonnière et de la mécanisation, le paysage agraire se recompose et la répartition bipolaire autour des cultures de coton et de maïs se renforce. Compte tenu des surfaces emblavées, les surplus céréaliers dégagés sont très largement supérieurs à ce qu’ils étaient dans le passé et la sécurité alimentaire est assurée, pour la plupart des exploitations mécanisées, les années où les conditions climatiques ne sont pas extrêmes. La simplification du système de culture s’accompagne d’une augmentation du nombre des opérations culturales et des quantités d’engrais et de pesticides consommées. Parallèlement à l’appauvrissement du système de culture, l’exploitant mécanisé diversifie ses activités par la constitution d’un petit troupeau bovin et initie un début d’intégration de l’élevage à l’agriculture.

Les stratégies foncières : du collectif à l’individuel

7L’agencement ancien des terroirs en auréoles concentriques a évolué vers la mise en culture de terres de brousse de plus en plus lointaines. La mécanisation a ouvert l’accès aux terres lourdes de meilleure valeur agricole, au détriment des terres plus légères et plus proches du village, exploitées par le passé. Le parcellaire des champs de brousse a largement évolué vers des blocs géométriques regroupés dans des zones de culture collective et structurés à partir d’allées de circulation rectilignes qui desservent les parcelles. Dans la dynamique de colonisation des terres de brousse, les réserves de bonne valeur étant limitées, les stratégies foncières des producteurs visent à constituer des domaines fonciers d’exploitation par le cumul des droits de culture sur les anciennes jachères. L’extension des surfaces et le changement fréquent de bloc de culture aboutissent à une appropriation individualisée de l’espace qui remet en cause la traditionnelle gestion de la terre par le lignage.

8Dans cette course à la terre, pour le « marquage » de l’espace, les autochtones détenteurs des droits fonciers permanents sont mieux placés que les allochtones qui tentent, malgré tout, de se constituer des domaines fonciers par l’exploitation régulière de la terre empruntée, et de transformer un droit de culture temporaire en droit de culture permanent. L’extension des surfaces, motivée par la volonté d’agrandir le domaine familial, n’est limitée que par le défrichement complet qu’exige le passage d’outils tractés.

9En définitive, même si la durée de mise en culture d’un bloc s’allonge de quelques années dans les exploitations mécanisées, la culture continue et la permanence des parcelles sont loin d’être réalisées. En ce sens, dans un contexte où les réserves foncières de qualité sont limitées et où les enjeux d’une appropriation des terres orientent les stratégies des producteurs, la mécanisation agricole ne participe pas à la stabilisation des exploitations mais, au contraire, elle incite les paysans à marquer de plus larges espaces.

L’amélioration de la production, de la productivité du travail et des revenus

10Le développement conjoint de la culture du coton et de la traction animale est à l’origine de l’augmentation de la consommation des intrants et des quantités produites. La production par travailleur augmente de façon spectaculaire avec le niveau d’équipement, dans un rapport de 1 (culture manuelle) à 2,4 (culture à traction animale) et 6,4 (culture motorisée). Entre la culture manuelle et la culture mécanisée, l’augmentation de la production à l’unité de surface est relativement faible pour la culture cotonnière mais nettement plus élevée pour le maïs. Si l’amélioration apportée par la culture attelée sur la houe est indéniable, les résultats obtenus par le tracteur, au cours d’une longue période, ne penchent pas en sa faveur.

11Dans la mesure où les temps de travaux investis à l’unité de surface diminuent en fonction de l’équipement, la productivité du travail augmente de façon substantielle pour la culture du maïs mais elle n’est pas aussi marquée pour la culture cotonnière. Cette augmentation de la productivité du travail masque une implication différenciée des hommes et des femmes. En effet, le volume de travail masculin n'augmente pas sensiblement avec le niveau d’équipement, alors que la participation des femmes aux travaux des champs devient primordiale. Dans un passé récent, les femmes ne se chargeaient que des semis et du transport des récoltes alors qu’aujourd’hui elles interviennent tout au long du cycle cultural. Paradoxalement, c’est dans les exploitations motorisées que les femmes travaillent le plus car, tout en continuant d’assurer l’ensemble des tâches ménagères, elles sont largement impliquées dans l’agriculture. Cette dégradation de la position des femmes entraîne une tension dans les exploitations motorisées, qui doit trouver une solution au risque de voir la cohésion de ces grands groupes de production remise en cause.

12La traduction économique des résultats n’est pas à l’avantage de l’utilisation des tracteurs. Les charges fixes liées principalement à la mécanisation viennent, en effet, affaiblir très largement les résultats, à tel point que les revenus dégagés à l’unité de surface sont plus faibles que dans les exploitations en culture à traction animale et que les revenus par travailleur sont du même ordre quand ils sont comparés aux meilleurs résultats de la traction bovine.

13La récente dévaluation, intervenue en janvier 1994, modifie le contexte économique dans lequel opèrent les agriculteurs de l’aire cotonnière du Burkina Faso. Il est probable que les prix agricoles, et notamment ceux du coton, augmenteront, mais beaucoup moins que ceux des produits importés qui constituent les charges directes mais aussi les charges de structure dans les exploitations qui disposent d’un tracteur. Cet accroissement récent des charges grèvera encore plus la valeur des productions et réduira encore davantage le nombre des agriculteurs qui pourront continuer de cultiver au tracteur.

14Dans ces conditions, compte tenu des subventions importantes qui sont allouées à la motorisation et de son faible impact économique sur la région, l’opportunité du soutien à ce type de projet devrait être reconsidérée par les bailleurs de fonds qui financent ce genre d’opération. Un transfert des subventions allouées à la diffusion des tracteurs au profit de l’organisation et du soutien des opérations de vulgarisation de la culture à traction animale serait plus judicieux.

L’orientation vers une agriculture précaire

15L’évolution de la production agricole et de l’environnement écologique de l’aire cotonnière au Burkina Faso laisse l’observateur dubitatif, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, sur le plan agronomique, le système de culture dominant attribue une place majeure au coton et à son indispensable associé, le maïs. L'alternance des deux cultures, déjà largement pratiquée par un grand nombre de paysans, est à l’origine d’un déséquilibre agronomique. Le développement des parasites du coton, la dégradation de la fertilité du sol, notamment la lente acidification des sols, et les difficultés de commercialisation du maïs en sont les conséquences les plus immédiates. Seule une diversification des cultures permettrait d’enrayer la tendance actuelle. La consolidation et l’amélioration des systèmes de production de faire cotonnière passent par l’introduction de cultures nouvelles ou oubliées et par une amélioration des circuits de commercialisation, notamment céréaliers. La stabilité des prix des céréales étant une condition essentielle pour fixer à long terme une bonne répartition des cultures dans les exploitations.

16Dans cet esprit, le riz pluvial représente une solution de substitution partielle au coton et au maïs sur les terres lourdes. Les prix de vente élevés, à la suite de la forte demande urbaine, laisseraient une marge intéressante aux producteurs et concurrenceraient efficacement le riz d’importation. Certes, le soutien à la vulgarisation du riz pluvial pose le problème de la maîtrise des adventices et de la diffusion d’herbicides efficaces. Mais l’ouest du Burkina Faso possède de nombreux bas-fonds non aménagés, qui représentent un potentiel important pour diversifier les systèmes de culture. Encore une fois, le riz peut constituer une excellente possibilité de diversification dans les cas où des aménagements sommaires suffisent à la mise en valeur des bas-fonds.

17Sur le plan économique, le cadre monopolistique dans lequel s’inscrivent les relations commerciales des producteurs impose un rapport de totale dépendance avec la société cotonnière et freine les initiatives d’organisation collective. Les groupements villageois, dont le rôle se limite, pour le moment, à la distribution des intrants en début de campagne et aux opérations de vente et de chargement du coton en fin de saison, pourraient bénéficier à l’avenir d’un élargissement de leurs attributions afin de se transformer en véritables coopératives. À long terme, il serait envisageable qu’ils puissent se charger de l’approvisionnement de l’ensemble des intrants en diversifiant les fournisseurs, du stockage et de la vente des céréales et, pourquoi pas, de l’organisation locale du financement et de la gestion des exploitations. Mais pour cela il faut qu’un nombre croissant de jeunes agriculteurs puisse avoir accès à l’école et se former aux techniques nécessaires pour contrôler les institutions villageoises, afin qu'elles ne soient plus seulement l’affaire de quelques notables.

18Le passage d’une économie de subsistance à une économie de marché, où l'endettement à court terme devient une situation habituelle, laisse les agriculteurs démunis face à un marché céréalier non organisé. Une différenciation des exploitations s’opère et des écarts impressionnants, inconnus jusque-là, apparaissent dans les sociétés rurales. Alors que des exploitations acquièrent du matériel et du cheptel, qu’elles embauchent de la main-d’œuvre et commercialisent la plupart des céréales produites, d’autres n’assurent que partiellement la couverture des besoins alimentaires de la famille. Pour éviter que de tels écarts ne s’aggravent, les politiques agricoles devraient tenir compte des distorsions induites par les financements injectés dans le monde rural.

19Enfin, sur le plan écologique, la restitution de la fertilité des sols ne s’opérant, aujourd’hui, que dans le cadre de la jachère de longue durée et la demande de terre ne cessant d’augmenter, les paysans en viennent à diminuer le temps de repos des parcelles et compromettent, à terme, la reproductibilité des ressources naturelles. Dans l’aire cotonnière, la protection de l’environnement doit s’organiser autour de plans régionaux d’aménagement du territoire et de gestion des ressources naturelles. Les expériences de gestion de l’environnement dans le cadre du terroir villageois ont pour objet d’élaborer une méthode d’intervention limitée à un cadre restreint. Cette première approche devrait être complétée par le développement d’axes de recherche plus larges pour permettre, à terme, l’inventaire des ressources naturelles, l’évaluation du potentiel productif, l’identification et le suivi des terres à vocation agricole, pastorale ou forestière, la prévision des récoltes et, plus globalement, la surveillance en vue de la protection du milieu. Dans ce suivi à l’échelle régionale, l’apport de la télédétection peut de toute évidence alléger les phases d'enquête de terrain en les déplaçant du registre de la prospection exhaustive vers celui de la vérification ponctuelle.

20Certes, la mécanisation semble répondre aux objectifs d’intensification de l’agriculture. Toutefois, l’examen des différentes composantes du nouveau système de culture cotonnier vient tempérer l’optimisme de cette assertion. En effet, s’il y a bien un progrès significatif entre la culture manuelle et la culture à traction animale, la motorisation n’apporte pas de réelle amélioration et présente donc peu d’intérêt dans le contexte économique actuel. Si la culture du coton répond au processus d’intensification, la culture du maïs enregistre les meilleurs résultats, lesquels sont à l’origine du développement spectaculaire de cette culture. Le maintien de grandes surfaces de maïs ne saurait être effectif à long terme sans une organisation de la commercialisation et la mise en place d’un système étatique de régulation des fluctuations de prix. Quant à l’influence de la mécanisation sur la fixation des exploitations dans l’espace, elle n’existe pas et, au contraire, représente dans la réalité un outil privilégié dans la course à la terre.

21Si la culture du coton est à juste titre considérée comme la plus grande réussite économique en Afrique de l’Ouest au cours de ces trois dernières décennies, il est urgent de mettre en œuvre des observatoires de suivi de l'ensemble des conséquences de la propagation et de la modernisation de cette culture. Des analyses régulières et sans complaisance devraient éviter les opérations de développement de prestige sans issue et favoriser l’émergence d’une politique agricole en vue d’assurer un développement durable pour la majorité des agriculteurs.

Notas

1 Réalisé par la Caisse de stabilisation des prix.

© IRD Éditions, 1995

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540