Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pari du tracteur

 | 
Philippe Tersiguel

Troisième partie. Parcours d'exploitants

6. La houe et le joug ou la culture à traction animale

Texte intégral

1Deux exploitations, l’une peule et l’autre bwa, illustrent deux situations de culture à traction animale. La première, issue d’un groupe installé à Boho-Kari depuis plusieurs générations, a adopté les techniques de culture des autochtones, tout en conservant un cheptel bovin important. Les surfaces cultivées et les techniques mises en œuvre sont représentatives des pratiques des Peuls sédentarisés de Boho-Kari. Leur adhésion au système de culture autochtone est totale mais l’accès à la terre, toujours problématique, rappelle à ces immigrés anciens qu’ils sont toujours des étrangers. À l’inverse, la seconde exploitation appartient au lignage détenteur de la chefferie de terre. Petite unité de production à main-d’œuvre réduite, elle obtient de bons résultats économiques et s’inscrit dans une véritable perspective de progrès.

UNE EXPLOITATION PEULE OU LE HANDICAP DE L’ACCÈS À LA TERRE

  • 1 « Wula » en dioula signifie roux. Les Peuls « roux » sont les anciens esclaves des Peuls « clairs  (...)

2Cette exploitation appartient au clan des Sidibé qui rassemble les descendants d’un ancêtre mythique « Wula »1, originaire de Barani et esclave de la famille des Sidibé. Rappelons que ces Peuls « rimaïbé », anciens esclaves des Peuls « nobles », sont installés depuis plusieurs générations sur un campement à l’écart du village. Ils n’ont pas suivi leurs maîtres quand ceux-ci ont décidé d’émigrer vers le sud, à la fin du dix-neuvième siècle. Dès lors, ils sont devenus agriculteurs au même titre que les autochtones.

3L’ampleur des surfaces cultivées et des quantités de coton commercialisées fait de cet exploitant un producteur agricole important. L’agriculture prend une place de plus en plus grande dans la production globale, au détriment de l’élevage. La difficulté à dénombrer le cheptel bovin n’a pas permis de saisir correctement les revenus de l’élevage. L’éleveur, qui n’a vendu aucun bovin pendant l’année d’observation, a augmenté le nombre de ses animaux sans qu’il ait été possible de quantifier cet accroissement. Cependant, les estimations laissent supposer que l’augmentation ne porte que sur quelques jeunes animaux. Dans les calculs qui suivent, les produits de l’élevage sont donc sous-estimés, dans la mesure où les variations de stock ne sont pas prises en compte. Les surplus laitiers, vendus frais ou sous forme de lait caillé, reviennent aux femmes et ne sont donc pas comptabilisés dans les revenus de l’exploitation. Par contre, les ventes de volailles et de produits de l’apiculture sont contrôlées par le chef de famille et ont donc été comptabilisées dans les revenus. Mais, en définitive, les revenus de cette famille sont, avant tout, d’origine agricole.

4L’exploitation comprend 23 personnes et exploite 17,08 ha. La population est répartie en trois ménages dont la moitié des personnes sont actives (figure 32).

Figure 32. Organigramme familial d’une exploitation en culture à traction animale (exploitation 3), Boho-Kari, 1988.

  • 2 S. Sanon (1986) relève une attribution permanente de terre à un groupe peul, au village de Sébédou (...)

5Bien que la famille soit installée depuis longtemps à Boho-Kari, elle n’a pas été attributaire d’une portion de brousse comme ont pu l’être certains groupes peuls de la région2. N’étant pas attributaire de droits fonciers permanents, la famille doit obtenir un droit de culture auprès des autochtones qui relèvent des lignages fondateurs. Ces derniers se réservent les parcelles les plus proches du village et octroient les parcelles restantes aux autres autochtones, détenteurs de droits d’usage permanents. Les « allochtones » doivent donc se contenter de parcelles encore plus éloignées et, bien souvent, les demander à l’extérieur du village. En 1988, la majorité des Peuls de Boho-Kari cultive à 12 km au sud, sur le terroir villageois voisin, au lieu-dit Kankanan.

6À cet endroit, la famille Sidibé exploite un bloc de culture de 13,47 ha. Les deux fils, chefs de ménage, organisent conjointement les travaux sous la supervision de leur père qui est le véritable chef d’exploitation. Un deuxième bloc, de taille réduite (3,61 ha), est mis en valeur par le père qui ne cultive que du sorgho, sans gros investissements (figure 33).

7Le deuxième champ est situé à 4 km du village sur un quartier de brousse anciennement cultivé par un grand nombre de paysans de Boho-Kari. Les terres n’y sont pas labourées, l’exploitant semant directement sur le sol après avoir nettoyé la parcelle et arraché les mauvaises herbes, il n’utilise ni engrais, ni pesticides ; les sarclages sont les seules opérations réalisées en cours de végétation. Si la production provient des deux blocs de culture, les récoltes rejoignent les greniers collectifs dans la concession familiale et relèvent de l’autorité du père. L’autonomie des jeunes s’exprime dans l’organisation des travaux, sans qu’il y ait appropriation individuelle des récoltes.

Figure 33. Parcellaire d’une exploitation en culture à traction animale (exploitation 3), Boho-Kari, 1988.

8Deux niveaux d’intensification caractérisent la production. Le premier est observé sur le bloc principal où les quantités d’azote et d’engrais de fond sont élevées. Les apports d’azote sont supérieurs de 80 % à la moyenne du groupe sur la culture du coton et de 20 % sur celle du maïs.

9À côté des deux cultures principales, le sorgho, qui couvre 7,34 ha soit 43 % de la surface totale, ne reçoit aucun intrant. Cette culture est pratiquée sur les deux blocs avec une dépense de travail minimale. Il y a donc dualité entre les modes de culture.

10Deux raisons peuvent expliquer le maintien des deux blocs, éloignés d’une dizaine de kilomètres. En ouvrant un deuxième champ, le père a donné la possibilité à ses deux fils de prendre la direction des travaux les plus importants, tout en se dégageant de la lourde responsabilité de la gestion quotidienne. En gardant l’ancien bloc, il continue de produire de façon autonome et signifie, du même coup, à la communauté que sa famille a toujours besoin de ce champ. La raison principale, non avouée, concerne, en définitive, le droit foncier. Le champ cultivé par le père correspond à l’ancien bloc principal que la famille a mis en valeur pendant 19 années consécutives ; le père y maintient un droit de culture par l’exploitation continue. Le détenteur du droit originel ne peut reprendre un champ quand il est cultivé alors qu'il lui est toujours possible de réoccuper ou de réattribuer une terre en jachère, même s’il lui faut l’accord de l’ancien exploitant, accord qu’il peut toujours obtenir avec la pression de la communauté.

11Au cours de la campagne 1988-1989, chaque actif travaille, en moyenne, 1,42 ha ; chaque homme fournit 125 jours de travail dans les cultures et chaque femme 94 jours. Avec les activités d’élevage, les hommes travaillent 188 jours dans l’année (tableau XXXI).

Tableau XXXI. Temps de travaux par culture et par hectare de l'exploitation 3.

Tableau XXXI. Temps de travaux par culture et par hectare de l'exploitation 3.

12Ces chiffres sont légèrement inférieurs à la moyenne du groupe et révèlent la faible dépense de travail sur la culture du sorgho. À part les trois pointes de travail lors de l’implantation des cultures, de la récolte du maïs et de la récolte du coton, l’emploi du temps des travailleurs n’est pas saturé. L’utilisation d’herbicide permet de désherber chimiquement la totalité de la surface de maïs et 70 % de la surface de coton. Le reste des sarclages est assuré par la traction bovine. La forte utilisation de la culture à traction animale est à l’origine de la baisse des temps de travaux. Les attelages sont utilisés pour les labours, les sarclages et les buttages des deux cultures principales. En revanche, le sorgho ne voit l’intervention de la culture à traction bovine que pour la première opération (tableau XXXI).

13Les semis, réalisés avec trois semaines de retard par rapport aux exploitations motorisées, sont pratiqués sur des labours grossiers sans aucune préparation superficielle ; les nombreuses souches et racines empêchent une implantation régulière (figure 34).

14Cette mauvaise préparation du sol se traduit par des rendements se situant dans la moyenne du groupe bien que la fertilisation azotée soit beaucoup plus importante (1 592 kg/ha pour le coton et 2 041 kg/ha pour le maïs). De plus, la consommation d’insecticide (7,8 litres/ha) n’est pas en mesure d’assurer une protection sanitaire correcte de la culture.

Figure 34. Calendrier cultural d’une exploitation en culture à traction animale (exploitation 3), Boho-Kari, 1988.

15Au regard des rendements obtenus, les charges directes sont élevées (50 659 F CFA/ha) et supérieures de 36 % à celles du groupe. L’exploitant tente de rattraper les conséquences d’un travail du sol déficient par une augmentation des doses d’engrais. Cette forte consommation d’intrants est aussi l’indicateur de la totale acceptation du modèle technique prôné par les organismes de développement et mis en œuvre par les agriculteurs autochtones bwa, sans pour autant qu’il soit appliqué avec rigueur. À l’opposé, les faibles consommations d’intrants sur la culture du sorgho se traduisent par des rendements de 196 kg/ha. Dans ces conditions, la rémunération d’une journée de travail est de 7 F CFA pour le sorgho alors qu’elle est de 687 F CFA pour le coton et de 584 F CFA pour le maïs. Le maintien du droit de culture coûte cher, car, pour des récoltes insignifiantes, le sorgho nécessite 333 jours de travail. Mais, pour l’exploitant, le maintien du droit de culture ne semble pas avoir de prix.

  • 3 Rappelons que les revenus du gros bétail sont supposés nuls dans la mesure où l’éleveur n’a commer (...)

16Les activités d’élevage dégagent un revenu de 88 500 F CFA, le miel de 47 225 F CFA et les activités artisanales de 4 250 F CFA3. En définitive, le revenu global d’exploitation s’élève à 885 709 F CFA et ramené à l’actif à 73 809 F CFA. Le revenu par actif, inférieur de 36 % à la moyenne du groupe, s’explique par le handicap économique de la culture du sorgho et son importance dans la répartition des cultures.

17Les échanges de travail de l’exploitation concernent principalement les récoltes et se réalisent, prioritairement, avec les voisins immédiats qui appartiennent au même lignage. Le solde est favorable à l’exploitation : bénéficiaire de 37,75 jours, il provient des journées effectuées par les associations d’entraide propres au campement peul, qui interviennent, principalement, pour le battage et le vannage du sorgho. Si le gros des échanges de travail se passe entre agro-pasteurs peuls, le chef de famille tient à réaliser quelques journées de travail dans les exploitations bwa : 14,75 journées leur sont consacrées dans 17 exploitations. Ces échanges peuvent s’analyser comme une redevance des populations allochtones envers les autochtones et, dans le cas précis de l’exploitant, elles correspondent à une manifestation d’allégeance sous-tendue par la volonté de faire perdurer un droit de culture dans une brousse fertile. La volonté de sédentarisation de cette famille se manifeste par l’adoption d’un système de production où l'agriculture prend le pas sur les activités d’élevage, tout en continuant de transformer une partie des surplus monétaires en cheptel.

UNE EXPLOITATION BWA À MAIN-D’ŒUVRE RÉDUITE

18Le second exemple concerne une exploitation bwa qui a adopté le système de culture dominant et qui ne dispose que d’une faible main-d’œuvre (figure 35).

Figure 35. Organigramme familial d'une exploitation en culture à traction animale (exploitation 4), Boho-Kari, 1988.

19Il s'agit d’une exploitation de 7,34 ha, composée de huit personnes dont cinq sont actives. Elle appartient au lignage Hamboni, détenteur de la chefferie de terre et d’un droit d’appropriation collective sur la partie nord du terroir villageois. Elle exploite un champ au lieu-dit Bongoro, après avoir obtenu le droit de culture du lignage Douwani.

20La famille se compose du chef d’exploitation, de sa femme et de leurs six enfants dont trois sont actifs. La surface par actif (1,46 ha) est supérieure de 26 % à la moyenne du groupe. Pendant l’hivernage 1988-1989, deux paires de bœufs travaillent en alternance car le déficit énergétique de la ration alimentaire de saison sèche est tel qu’au début de l’hivernage les bœufs sont dans l’impossibilité de travailler plus de deux ou trois heures par jour.

21La répartition des cultures traduit les objectifs de l’exploitant, qui vise à assurer largement la couverture des besoins vivriers en diversifiant les céréales et en assurant une production maximale de coton dans le cadre d’une surface maîtrisable par la main-d’œuvre familiale. Le déséquilibre dans leur répartition induit une mauvaise rotation des cultures. Le coton occupe 62 % de la surface (4,55 ha), les céréales 28 % (2,05 ha) et l’arachide 10 % (0,74 ha) (figure 36).

Figure 36. Parcellaire d’une exploitation en culture à traction animale (exploitation 4), Boho-Kari, 1988.

22La faible utilisation d’insecticide, alliée à l’importance de la culture cotonnière, est à l’origine d’une forte infestation de parasites.

23Les faibles apports d’engrais et de pesticides et l'absence de restitution de matière organique condamnent l’exploitant à changer de parcelle rapidement et traduisent la conception de l’agriculteur en matière de gestion de la fertilité du sol. Pour l'exploitant, la terre doit donner le maximum, tout de suite, et retrouver sa fertilité après un repos de très longue durée. Cette conception est à mettre en relation avec l’appartenance au lignage détenteur de la chefferie de terre, qui confère une sécurité totale dans l’accès aux nouveaux champs de brousse.

24Dans la mesure où les temps de travaux, à l’unité de surface, se situent dans la moyenne du groupe des exploitations en culture à traction animale et que la surface par actif est supérieure, la main-d’œuvre se trouve très sollicitée tout au long de l’année. Le faible nombre de jours de repos des hommes actifs illustre une situation où les travailleurs sont à la limite de leur capacité. Néanmoins, les labours précoces et le respect du calendrier des opérations culturales sont les indicateurs d’une bonne organisation (figure 37).

Figure 37. Calendrier cultural d’une exploitation en culture à traction animale (exploitation 4), Boho-Kari, 1988.

25Aucune culture n’est délaissée. Le sorgho, qui reçoit 68 jours de travail par hectare, atteste d’une attention particulière de l’agriculteur. La volonté d’occuper l’ensemble de la main-d’œuvre, à tout moment de l’hivernage, se traduit par une relative sous-utilisation des bœufs de trait. Ces derniers interviennent au moment où le nombre des travailleurs n’est plus suffisant pour faire face à l’enherbement. Les temps de sarclage élevés sont aussi un bon indicateur des soins portés aux cultures.

26Le solde des échanges de travail avec les autres exploitations est déficitaire de 19 jours, soit à peine 4 jours par actif. Les apports proviennent d’associations qui ont travaillé pendant deux journées.

27Au cours de la première, 18 personnes sont venues récolter le coton et pendant la seconde un groupe de 35 personnes s’est consacré au chargement de la récolte. Les échanges sont plus intenses avec une exploitation du même lignage dont le responsable détient la chefferie de terre et avec les exploitations motorisées, qui offrent toujours un recours possible en cas de surcharge de travail.

28Les rendements obtenus par la culture du coton sont faibles (1 340 kg, contre 1 489 kg pour le groupe), alors que la charge de travail à l'hectare est correcte et que les travaux sont réalisés dans les temps. Les doses d’azote (22 unités à l’hectare contre 33 pour le groupe), la couverture insecticide (8,8 litres à l’hectare, en 7 passages, contre 15 litres préconisés) et le niveau de fertilisation de fond sont relativement faibles.

29Ces faibles consommations génèrent des charges opérationnelles de 26 493 F CFA à l’hectare, inférieures de 18 % à la moyenne. À l’inverse de l’exemple précédent, l’exploitant tente de limiter les dépenses de culture en compensant par un surcroît de travail et de surveillance.

30Compte tenu de la petite surface de maïs, qui doit couvrir l’alimentation de la famille, l’exploitant assure, cette fois, un niveau élevé de charges opérationnelles (34 996 F CFA, supérieur de 50 % à la moyenne) pour garantir la couverture des besoins alimentaires.

31Mais la relative faiblesse des consommations d’engrais et de pesticides est à l'origine des résultats agricoles moyens. Une augmentation des consommations serait particulièrement bien valorisée dans la mesure où le travail du sol et le suivi des cultures sont de très bonne qualité. Avec un revenu global et un revenu par hectare qui atteignent respectivement 493 492 et 71 934 F CFA, cette exploitation aux moyens réduits, notamment en main-d’œuvre, apparaît relativement performante d’un point de vue économique. Les revenus des petits ruminants et des volailles apportent, en plus, 34 500 F CFA.

32En somme, l’intensité de travail relativement élevée, couplée à des rendements moyens et à de faibles charges, permet une rémunération de 727 F CFA par jour de travail pour le coton, de 553 F CFA pour le maïs et de 447 F CFA pour le sorgho. Cette exploitation bien gérée devrait, dans les années à venir, se développer fortement car cinq fils doivent se marier prochainement et assurer, par l’apport de nouvelles épouses, le doublement de la force de travail. La répartition des cultures traduit un déséquilibre volontairement entretenu par l’exploitant, qui tente de maximiser le revenu monétaire en travaillant de grandes surfaces de coton au détriment des céréales. Le faible niveau de consommation des intrants et le déséquilibre dans la répartition des cultures condamnent l’exploitant à l’abandon rapide de sa parcelle. Sa stratégie foncière n’est possible que parce que le lignage, dont dépend la famille, détient les clefs de l’accès à la terre.

33À Boho-Kari, le succès de la culture à traction animale repose sur la culture cotonnière qui, par ses rentrées sûres et régulières, permet au paysan de financer l’acquisition d’outils. Une fois l’investissement réalisé, les charges liées à la culture à traction bovine restent faibles au regard de l’amélioration de la production. Amélioration d’autant plus sensible que les épandages d’engrais et de pesticides sont plus soutenus. Si, dans un premier temps, la culture à traction animale est acquise pour diminuer la pénibilité du travail et transporter des marchandises, les paysans constatent rapidement que l’efficacité du matériel dans le travail du sol est indéniable. La culture à traction bovine spécialise, jusqu’à la caricature dans certains cas, le système de culture dont la fragilité se confirme par l’impossibilité de diversifier les productions. Les cultures de substitution sont limitées dans la mesure où les circuits de commercialisation n’existent pas. La diffusion de la culture à traction animale auprès d’une population qui traditionnellement ne pratiquait pas l’élevage pose les inévitables problèmes de formation des paysans aux techniques d’élevage. La mortalité élevée des bœufs de trait est un indicateur des difficultés rencontrées et de l’impuissance des services techniques à proposer des solutions efficaces. Le nécessaire complément alimentaire des bœufs n’est pas assuré par les paysans, qui préfèrent l’acquisition d’attelages supplémentaires pour ménager les animaux. La période alimentaire critique de fin de saison sèche n’est pas perçue comme telle et les paysans sont peu nombreux à stocker suffisamment de fourrage en prévision de cette période.

34En comparaison de la culture manuelle, la traction bovine permet d’augmenter les surfaces, d’améliorer la productivité du travail et les revenus à l’unité de surface et par travailleur. Elle permet aussi au propriétaire de louer son matériel et d’entretenir des relations de dépendance qu’il peut toujours solliciter en cas de besoin ponctuel à la récolte. Enfin, la culture à traction bovine participe à une stratégie qui vise à la sécurité alimentaire des exploitations en permettant de cultiver de grandes surfaces sur des terres plus lourdes et de meilleure qualité.

Notes

1 « Wula » en dioula signifie roux. Les Peuls « roux » sont les anciens esclaves des Peuls « clairs » (« Fula gwe »).

2 S. Sanon (1986) relève une attribution permanente de terre à un groupe peul, au village de Sébédougou, au sud de Boho-Kari, en pays bobo.

3 Rappelons que les revenus du gros bétail sont supposés nuls dans la mesure où l’éleveur n’a commercialisé aucune bête durant la campagne et que les variations d’inventaire n’ont pas été quantifiées.

Table des illustrations

Légende Figure 32. Organigramme familial d’une exploitation en culture à traction animale (exploitation 3), Boho-Kari, 1988.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Figure 33. Parcellaire d’une exploitation en culture à traction animale (exploitation 3), Boho-Kari, 1988.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Tableau XXXI. Temps de travaux par culture et par hectare de l'exploitation 3.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15531/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 34. Calendrier cultural d’une exploitation en culture à traction animale (exploitation 3), Boho-Kari, 1988.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15531/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 35. Organigramme familial d'une exploitation en culture à traction animale (exploitation 4), Boho-Kari, 1988.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15531/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Figure 36. Parcellaire d’une exploitation en culture à traction animale (exploitation 4), Boho-Kari, 1988.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15531/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Figure 37. Calendrier cultural d’une exploitation en culture à traction animale (exploitation 4), Boho-Kari, 1988.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15531/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© IRD Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540