Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pari du tracteur

 | 
Philippe Tersiguel

Deuxième partie. Mécanisation agricole et différenciation économique

4. Différenciation économique des exploitations

Texte intégral

1L’approche économique par les revenus de l'exploitation peut sembler une gageure dans une société où la production est intimement liée à la vie sociale et n’est pas dissociée de l’économie domestique. Dans un contexte de faible monétarisation, la notion de revenu relève plus d’un point de vue « économiciste » que d’une approche globale de la circulation des biens, avec leur contrepartie sociale. Mais dans le cas de Boho-Kari l’analyse est, toutefois, justifiable dans la mesure où la majorité des exploitations a largement intégré l’économie de marché et que la part de la production vendue est très largement supérieure aux quantités consommées par les familles. L’analyse micro-économique basée sur les revenus est aussi utilisée par les partisans de la motorisation, qui fondent leur stratégie sur le postulat d’un développement conjoint des investissements et des revenus. Ce qui reste à prouver.

2L’approche économique implique la description de la production, de la consommation des intrants et des charges liées à la structure des unités de production. Que la mécanisation réduise sensiblement la quantité de travail dépensée à l’unité de surface n’empêche pas une élévation des autres ressources productives, capital et consommations intermédiaires, qui aboutit à une augmentation des quantités produites.

LES RÉSULTATS DE LA PRODUCTION AGRICOLE

  • 1 La valeur des produits comprend le montant des ventes des produits végétaux et animaux, la valeur (...)

3L’observation des composantes de la production et des résultats économiques repose sur la notion de revenu agricole, qui correspond aux subsides théoriques dont dispose le producteur après avoir déduit de la valeur de la production vendue, consommée ou stockée celle des charges réelles1.

  • 2 Quand il n’est pas possible d'affecter correctement les charges de main-d’œuvre temporaires à des (...)

4Le revenu agricole peut être approché par les calculs successifs des marges brutes et des marges nettes pour chacune des cultures. La marge brute constitue la différence entre le produit brut, qui représente la valeur de la production, et les charges directement imputables à la culture considérée. Ces dernières sont constituées par les engrais, les semences, les produits phytosanitaires, les herbicides, les insecticides et la main-d’œuvre saisonnière spécifique à la culture. La marge nette est ensuite obtenue par déduction des charges de structure, qui correspondent aux facteurs fixes liés à la structure de l'unité de production et non imputables à une activité particulière. Les principaux postes des charges de structure sont le petit matériel, les frais de main-d’œuvre, les prestations de services mécanisés pour le travail du sol ou le battage du maïs, les frais de mécanisation pour les exploitations motorisées et les amortissements du matériel de culture à traction animale2. L’ensemble des charges de structure est mis en relation avec la surface totale de l’exploitation et rapporté à l’hectare. La somme des marges nettes des différentes cultures constitue le revenu agricole auquel il faut ajouter les revenus de l’élevage et des autres activités pour obtenir le revenu de l’exploitation.

Productions à destination du marché

5Selon l’Organisation mondiale de la santé, les besoins alimentaires peuvent être estimés à 190 kg de céréales par an et par habitant. À Boho-Kari, ils correspondent à 172 tonnes de céréales pour l’ensemble du village, soit 20% de la production globale. Aux 558 ha de culture correspond une production de 913 tonnes (tableau XIV). Le maïs et le coton représentent 92% de la production totale. Si la majorité de la production est commercialisée, les cultures secondaires telles que le sorgho, l’arachide, le mil, le haricot et le pois de terre sont consommées par les paysans et ne sont vendues que très exceptionnellement. Les paysans commercialisent la totalité du coton et 80% du maïs, qui constitue donc une véritable culture commerciale, au même titre que le coton.

Tableau XIV. Production et rendement moyen à Boho-Kari, campagne 1988-1989.

Tableau XIV. Production et rendement moyen à Boho-Kari, campagne 1988-1989.
  • 3 Dans la région de Houndé, les propriétaires d’égreneuses mécaniques demandent un sac de 100 kg pou (...)

6À Boho-Kari, 71% des exploitations qui cultivent le maïs égrènent les épis pour stocker les grains en sacs normalisés de 6 ou 7 tines fournis par la société cotonnière. Leur production représente 91% de la production villageoise. Comme les paysans se souviennent précisément du nombre total de sacs battus et engrangés à la fin de la récolte, ainsi que du nombre de sacs laissés en contrepartie du battage motorisé, la production est connue avec précision3.

7Enfin, 93% de la production agricole du village est assurée par les exploitations qui possèdent un moyen de traction et la population bwa concourt pour 88% de la production, alors qu’elle ne représente que 69% de la population.

  • 4 La société cotonnière, qui se charge de rétrocéder les tracteurs, organise la vente du maïs produi (...)

8Dans les calculs qui suivent, le maïs est valorisé à 45 F CFA le kilogramme. Ce montant, fixé par l’Office national du commerce, correspond au prix officiel de la campagne 1988-1989 dans la région de Houndé4. Par souci de simplification, le sorgho a été valorisé à 45 F CFA, qu’il soit destiné à la vente ou à la consommation familiale, bien que les prix sur le marché de Boho-Kari aient largement fluctué au cours de la campagne. En effet, la tine de sorgho se vendait 700 F CFA à la récolte (41 F CFA/kg), se négociait à 1 000 F CFA à la fin de la saison sèche (59 F CFA/kg) et atteignait 1 200 F CFA en plein hivernage (70 F CFA/kg). Il reste, toutefois, que les quantités de sorgho commercialisées sont très faibles au regard des quantités consommées.

9Les prix officiels du coton sont les seuls à être respectés sur les marchés où la société cotonnière, qui procède au classement et au paiement de la fibre, achète le coton à 95 F CFA le kilogramme et à 65 F CFA en cas de déclassement à la suite d’une livraison de mauvaise qualité. Pour la campagne considérée, le prix moyen du kilogramme de coton vendu à Boho-Kari est de 93 F CFA. Le «premier choix» représente 94% des livraisons et les déclassements sont donc largement minoritaires. Parce qu’il est appliqué sur la totalité de la livraison, le déclassement constitue une mesure très pénalisante pour les paysans qui s’attachent à toujours livrer la meilleure qualité possible. Si la fibre est trop sèche ou si les impuretés sont trop importantes, l’ensemble du conteneur est déclassé, au risque de pénaliser les voisins dont les livraisons font partie du même voyage. Cette mesure répressive vise à maintenir la qualité du coton livré.

Prépondérance des revenus agricoles

10La valeur de la production globale, à Boho-Kari, pour la campagne 1988-1989 est de 60,9 millions de F CFA pour 558 ha, soit un produit brut moyen de 109 000 F CFA/ha. Le montant global des charges directes s'élève à 13 millions et celui des charges de structure à 11,9 millions, soit respectivement 23 300 et 21 300 F CFA/ha. Les charges directes sont composées essentiellement par les engrais (55%), les herbicides et les insecticides (43%), alors que les semences ne constituent que 2% du total.

11Les charges de structure calculées sur l’ensemble des exploitations de Boho-Kari mettent en évidence l’importance de la motorisation qui représente 65% des charges alors que seuls sept paysans possèdent un tracteur (tableau XV). Le revenu moyen (64 500 F CFA) masque une grande diversité selon les cultures. En moyenne, les marges nettes du coton et du maïs sont respectivement de 89 300 et 65 000 F CFA alors que celle du sorgho n’est que de 8 500 F CFA/ha, celles de l’arachide et du petit mil étant négatives. Seules les cultures de coton et de maïs arrivent donc à supporter un niveau de charges de structure élevé, caractéristique du système de culture bwa actuel.

Tableau XV. Composition moyenne des charges de structure des exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989 (en F CFA).

Tableau XV. Composition moyenne des charges de structure des exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989 (en F CFA).
  • 5 La valeur des ventes réalisées pendant l’exercice a donc été assimilée au produit de l’activité d’ (...)

12Le caractère agricole de l’économie de Boho-Kari est très marqué, les revenus tirés de l’agriculture assurant 84% du revenu total. Les activités d’élevage ou d’artisanat et les prestations de service entre agriculteurs se partagent le reste (tableau XVI). L’étude des effets de la mécanisation n’ayant pas pour objet principal l’analyse des activités d’élevage, la méthode mise en œuvre pour estimer les revenus de cette activité a été simplifiée. Elle n’a pas permis de saisir les variations de stock des animaux entre le début et la fin de la campagne5. En volume, les revenus de l’élevage sont équivalents au chiffre d’affaires dégagé par les prestations de service assurées par le tracteur. L’élevage n’est exercé de façon significative que par les Peuls et par quelques autochtones bwa qui ont constitué leur troupeau récemment. Bien que la culture à traction bovine soit largement diffusée, les troupeaux de la plupart des exploitations autochtones sont réduits et les gains obtenus de l’activité d’élevage assez marginaux.

Tableau XVI. Composition du revenu d’exploitation, Boho-Kari, campagne 1988-1989 (en F CFA).

Tableau XVI. Composition du revenu d’exploitation, Boho-Kari, campagne 1988-1989 (en F CFA).

13La valeur de la production de miel est supérieure à celle des activités artisanales qui sont pratiquées plus spécialement, en saison sèche, par les familles de forgerons. Bien que l’apiculture soit exercée par un grand nombre de paysans, les revenus du miel restent faibles au regard de ceux des cultures. Cependant, le miel occupe une place importante dans la société bwa en tant qu’ingrédient à l’origine des boissons alcoolisées, remède thérapeutique ou support des rites religieux. La fabrication de bière de mil, d’eau-de-vie ou de boisson fermentée à base de miel, ainsi que toutes les transformations alimentaires dont les revenus vont aux femmes ou aux cadets, ne font pas partie des revenus de l’exploitation. Ces activités ne rentrent pas dans le budget global car la répartition des gains repose sur le principe des budgets séparés entre époux. Ces revenus correspondent, en fait, à un transfert de gains, principalement des hommes vers les femmes, sans qu'il y ait, pour autant, d’accroissement du revenu global. Par contre, les activités artisanales dont les revenus sont contrôlés par le chef d’exploitation intéressent les revenus de la famille: fabrication de claies de paille tressée, de nasses, de ruches et d’outils agricoles.

14Dans la mesure où les activités annexes sont limitées, la différenciation des exploitations s’opère à partir des revenus de l’agriculture.

L’extrême diversité des revenus d’exploitation

  • 6 Ces extrêmes correspondent à des structures d’exploitation très différentes: le plus faible concer (...)

15La grande variabilité des surfaces cultivées a pour conséquence, un large éventail des résultats économiques. Les revenus extrêmes varient de 5 200 à 4 201 500 F CFA6, dans un rapport de 1 à 800 où la progression est régulière. Ces écarts impressionnants, inconnus à Boho-Kari jusqu’à l’introduction récente des tracteurs, sont le résultat d’une politique volontariste de différenciation des exploitations. Les revenus les plus faibles se concentrent dans les exploitations en culture manuelle, les revenus intermédiaires dans les exploitations en culture à traction animale et les revenus les plus élevés dans les exploitations motorisées. Ces écarts, qui pourraient être pondérés par l’importance relative de la main-d’œuvre familiale, se trouvent, en fait, confirmés par le calcul des revenus par actif. En variant de 5 200 à 350 100 F CFA, les valeurs extrêmes s’établissent, cette fois, dans un rapport de 1 à 67 où subsiste la régularité de la progression. Les exploitations non équipées se concentrent majoritairement dans les revenus inférieurs à 50 000 F CFA et les exploitations propriétaires d’un attelage bovin principalement dans les revenus compris entre 50 000 et 200 000 F CFA. Les exploitations motorisées obtiennent des revenus par travailleur beaucoup plus hétérogènes: elles se répartissent dans les cinq classes, tout en constituant la majorité des hauts revenus (tableau XVII).

16L’hétérogénéité des revenus, qui découle des niveaux de la production et des charges d’exploitation, est telle que la différenciation économique entre producteurs devient la composante majeure de la dynamique sociale du village.

Tableau XVII. Classement des revenus par actif dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

Tableau XVII. Classement des revenus par actif dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

LE PARI DE LA MÉCANISATION: L’AMÉLIORATION DES REVENUS

Rendement des cultures et niveau d’équipement

17Le rendement des deux cultures principales, le coton et le maïs, augmente très sensiblement avec le niveau d’équipement (tableau XVIII). Les exploitations mécanisées obtiennent des rendements très largement supérieurs à ceux des unités non équipées, les gains, pour la culture du coton, étant de 25% dans les exploitations en culture à traction animale et de 51% dans les exploitations motorisées. Si, globalement, les rendements augmentent avec l’équipement, il subsiste une grande hétérogénéité dans chaque niveau. Les rendements en coton des paysans non équipés varient de moins de 500 à 2 500 kg/ha; la moitié d’entre eux sont compris entre 10 et 20 quintaux. Les exploitants qui disposent de la traction animale obtiennent des résultats plus homogènes, 93% d’entre eux ayant des rendements compris entre 10 et 20 quintaux. Il en est un peu de même des exploitants motorisés, dont 85% des rendements sont situés dans une fourchette de 15 à 25 quintaux.

Tableau XVIII. Rendement des cultures dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

Tableau XVIII. Rendement des cultures dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

18La culture du maïs, qui est très sensible aux apports d’azote, peut procurer des rendements remarquables, si bien que les écarts se creusent encore plus. En comparaison de ceux obtenus par les paysans non équipés, les rendements à l’hectare sont multipliés, respectivement, par 1,8 et 2,9 dans les deux autres groupes; les paysans motorisés produisent, en moyenne, 3 297 kg de grain à l’hectare. L’excellence de ces résultats trouve son explication dans les effets conjugués d’un travail du sol de bonne qualité, l’emploi de plus grandes quantités d’intrants et le respect des calendriers culturaux.

19Les résultats en sorgho sont faibles et stables pour les trois groupes, ce qui reflète le peu d’intérêt que les paysans portent à cette culture. La production d’arachide, qui ne concerne qu’une faible surface, s’assimile plus à une cueillette qu’à une réelle mise en culture. Si les rendements en culture cotonnière obtenus par les Peuls sont comparables à ceux des Bwa, les écarts observés sur la culture du maïs augmentent sensiblement et s’expliquent par une consommation inégale d’intrants.

Les intrants, complément indispensable aux outils tractés

  • 7 Si le premier n’est pas retenu par le sol, les deux autres sont fixés temporairement sur le comple (...)

20Engrais de couverture, engrais de fond, semences, herbicides et insecticides constituent les principaux intrants utilisés par les exploitants. Les engrais complets comportent trois éléments qui contribuent à l’alimentation des plantes: l’azote, l’acide phosphorique et la potasse7 (tableau XIX).

Tableau XIX. Utilisation des intrants et niveaux de fertilisation phosphorique et potassique dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

Tableau XIX. Utilisation des intrants et niveaux de fertilisation phosphorique et potassique dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

21Les cultures de coton et de maïs sont les seules qui reçoivent une fumure minérale, au détriment des autres cultures qui bénéficient, néanmoins, des reliquats laissés par les premières, les années précédentes. Sur la culture cotonnière, la fumure azotée et les traitements insecticides et herbicides sont assez proches dans les trois groupes d’exploitations. Ces niveaux d’épandage communs sont la conséquence de l'application du schéma technique proposé par les organismes de développement. Malgré l’emploi de doses assez voisines de produits, les rendements en coton s’avèrent différents.

22Les faibles rendements du coton du premier groupe d’exploitations s’expliquent, principalement, par une mauvaise utilisation des produits et par une protection insecticide déficiente. Bien que la dose utilisée soit supérieure à celle des autres groupes, le nombre de passages est presque deux fois plus faible (tableau VIII).

23Les agriculteurs bwa et peuls ont des comportements assez proches en ce qui concerne les consommations d’engrais et de produits phytosanitaires. Seule l’utilisation d'herbicide sur la culture cotonnière est deux fois plus importante chez les Peuls et traduit la volonté de diminuer l’ampleur des sarclages.

24En ce qui concerne la culture du maïs, le niveau de fertilisation azotée est pratiquement aussi soutenu que pour la culture cotonnière. Là encore, à même niveau de fertilisation azotée, les exploitations en culture manuelle et à traction animale obtiennent des rendements qui varient du simple au double. Le supplément d’azote apporté par les agriculteurs motorisés est très largement valorisé. Avec 44 unités d’azote à l’hectare, les cultivateurs couvrent les exportations théoriques de 30 quintaux de grain et produisent réellement 33 quintaux. Les exploitations en culture à traction bovine, en apportant 27 unités, couvrent les exportations de 18 quintaux et produisent effectivement 20 quintaux. Globalement, les paysans équipés de matériel valorisent donc bien les apports d’azote sur la culture du maïs et auraient tout intérêt à augmenter la fertilisation pour un gain immédiat, sans travail supplémentaire.

  • 8 Bien que, dans certains cas, les exploitants du premier groupe commencent les travaux à temps, le (...)

25En revanche, les paysans non mécanisés valorisent mal les leurs: les 29 unités apportées autorisent la production de 20 quintaux de maïs, alors que la production réelle n’arrive qu’à la moitié de ce potentiel. Dans la mesure où le premier groupe sarcle le maïs 2,67 fois et le deuxième groupe 2,23 fois (voir chapitre 3), le manque de travail n’est pas à l’origine du déficit de rendement qui est encore à rechercher dans le non-respect des stades auxquels les travaux devraient être effectués8. Les retards dans l’exécution des opérations entraînent un surplus de travail et sont à l’origine de la baisse de la production. Il est, en effet, plus facile de désherber de très jeunes adventices que d’arracher, avec peine, des mauvaises herbes bien développées et fortement enracinées qui ont prélevé une partie des éléments nutritifs disponibles. Alors que les exploitants motorisés ne sarclent que 1,28 fois, le rendement moyen du maïs est supérieur de 60% à celui du deuxième groupe et représente le triple de celui des exploitations non équipées.

26La quasi-absence de fertilisation azotée sur la culture du sorgho explique l’homogénéité de rendements médiocres. Un léger apport d’azote se traduirait, sans conteste, par un accroissement de la production qui n’engendrerait pas de travail supplémentaire.

27Si la fertilisation de fond peut paraître importante part rapport à d’autres régions du Burkina Faso, elle n’en reste pas moins modeste quant aux exportations d’éléments nutritifs dans le sol par les cultures. Seule la fumure des exploitations motorisées est suffisante pour couvrir les exportations. Sous réserve d’un apport de matière organique important, ces parcelles pourraient être cultivées en permanence. En fait, les pratiques de la plupart des agriculteurs consistent à puiser dans le sol les éléments nécessaires à la couverture des besoins phosphoriques et potassiques et à changer de parcelle quand le sol, trop appauvri, ne permet plus l’obtention d’un niveau de production jugé correct. La quantification des apports de fertilisation de fond constitue un bon indicateur des stratégies paysannes en matière d’utilisation de l’espace et de gestion des réserves foncières.

28Des consommations d’intrants et des productions agricoles inégales induisent une grande variabilité dans les résultats économiques: marges brutes mais aussi marges nettes et revenus.

Coûts de production et revenus largement influencés par le tracteur

29La stabilité des charges directes de la culture cotonnière est la conséquence de pratiques similaires dans l’ensemble des exploitations où le montant total et la répartition des charges sont assez semblables (tableau XX). Pour la culture du maïs, la consommation augmente avec le niveau d’équipement, les charges directes des paysans non équipés étant inférieures de moitié à celle des paysans motorisés. La répartition des charges varie dans les trois groupes car les agriculteurs non équipés utilisent, en valeur relative, plus d’engrais que les autres, bien que leur consommation globale soit nettement inférieure.

Tableau XX. Charges directes du coton et du maïs (en F CFA à l’hectare) dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

Tableau XX. Charges directes du coton et du maïs (en F CFA à l’hectare) dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

30Les charges de structure, identiques dans les deux premiers groupes, s’alourdissent dans les exploitations motorisées (tableau XXI). L’identité des charges de structure dans les deux premiers groupes peut paraître surprenante mais s’explique par l’importance des prestations de services motorisés pour les exploitants manuels et par la faiblesse relative des amortissements de matériel de culture à traction animale, dans le deuxième groupe. La valeur des prestations motorisées dans le premier groupe correspond au labour d’un tiers d’hectare, soit 13% de la surface moyenne du groupe. Ces prestations sont en constante augmentation depuis quelques années.

  • 9 Rappelons qu’à Boho-Kari il n’y a que 7 tracteurs pour 68 exploitations.

31Globalement, les charges de structure constituent 36% du coût de production dans le premier groupe, 24% dans le deuxième et 66% dans le dernier. L’hétérogénéité dans la composition des charges de structure caractérise aussi les trois groupes: les charges liées au tracteur représentent respectivement 75%, 45% et 91% des charges de structure. Bien qu’en nombre limité, les tracteurs influencent de façon décisive l’économie agricole par le biais des prestations de service pour la réalisation des façons culturales9.

32Dans les deux premiers groupes, le poids relatif des charges de structure est faible au regard des charges directes, perçues comme beaucoup plus lourdes par les agriculteurs. L’importance des charges de structure est à l’origine de la chute de la marge nette dans les exploitations motorisées, bien que les rendements soient nettement plus élevés qu’ailleurs (figure 25). La marge nette du coton n’est que de 14% supérieure à celle des agriculteurs ne disposant d’aucun matériel et inférieure de 22% à celle des exploitations utilisant la traction bovine. Compte tenu du coût de production, les agriculteurs motorisés sont condamnés à obtenir de hauts rendements pour couvrir les charges, avant de pouvoir dégager un surplus de revenu, par unité de surface cultivée.

  • 10 Dans les exploitations motorisées, la valeur des prestations de services motorisés correspond à l’ (...)

Tableau XXI. Composition des charges de structure (en F CFA à l’hectare) dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-198910.

Tableau XXI. Composition des charges de structure (en F CFA à l’hectare) dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-198910.

33Cependant, l’ampleur des surfaces travaillées, associée à de bons rendements, permet aux exploitations motorisées de dégager des revenus globaux assez importants (figure 26).

34Le rendement « critique » que le paysan doit atteindre pour couvrir les coûts globaux est variable d’un groupe d’exploitants à l’autre et dépend directement des charges engagées (tableau XXII).

Tableau XXII. Rendement critique des cultures à Boho-Kari, campagne 1988-1989.

Tableau XXII. Rendement critique des cultures à Boho-Kari, campagne 1988-1989.

Figure 25. Charges et marges par culture et par hectare dans les exploitations agricoles de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

35Les niveaux de rendement exigés des exploitations motorisées laissent peu de marge de manœuvre: une tonne de coton ou près de deux tonnes de maïs sont nécessaires pour couvrir les charges et doivent être dépassées pour que l’agriculteur puisse dégager un revenu. Ces valeurs peuvent être considérées comme maximales compte tenu du faible prix des céréales au cours de la campagne 1988-1989.

Figure 26. Marges par culture dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

36En année normale, dans l’ouest du Burkina Faso, la pluviosité est largement suffisante pour satisfaire les besoins en eau des cultures. Toutefois, les aléas peuvent perturber la production. Aussi, pour éviter les déboires des années capricieuses, l’agriculteur motorisé doit profiter des premières pluies pour ensemencer rapidement le maximum de surface. En début d’hivernage, la rapidité d’exécution des travaux conditionne, en grande partie, les résultats économiques des exploitations qui engagent des charges importantes.

37Quand les rapports entre les revenus globaux d’exploitation s’établissent de 1 à 17, ceux des revenus par actif varient du simple au quadruple (tableau XXIII). La présence des tracteurs explique l’importance des revenus des exploitations bwa et se concrétise par des surfaces et des charges de structure largement plus élevées que dans les exploitations peules. Bien que les charges directes de la culture cotonnière soient plus importantes chez les Peuls et traduisent une consommation légèrement supérieure en engrais et pesticides, la valeur de la production brute reste inférieure, ce qui, en définitive, résulte d’une moins bonne maîtrise de la conduite des cultures.

Tableau XXIII. Ecarts de revenu entre les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

Tableau XXIII. Ecarts de revenu entre les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

38Les charges de structure, près de trois fois plus faibles chez les Peuls, compensent des rendements plus faibles et permettent aux Peuls de dégager, à l’unité de surface, des bénéfices équivalents. Mais, dans la mesure où un actif bwa exploite en moyenne 1,47 ha, contre 0,73 ha, le revenu par actif est pratiquement deux fois plus faible chez les Peuls que chez les Bwa (figure 12 en annexe).

39Avec une augmentation du revenu à l’unité de surface et une diminution de la dépense de travail manuel, il est logique que, dans les exploitations mécanisées, la rémunération du travail soit meilleure que dans les exploitations non équipées.

Une meilleure rémunération du travail dans les exploitations mécanisées

40La rémunération de la journée de travail, calculée en rapportant le revenu dégagé par la culture au temps nécessaire pour l’obtenir, varie en fonction de l’équipement et des cultures (tableau XXIV). Globalement, la rémunération journalière augmente avec le niveau d’équipement, dans un rapport de 1 à 4 entre la culture manuelle et la culture motorisée. Cette rémunération est un indicateur de la rentabilité des cultures et explique l’intérêt que les paysans lui accordent.

Tableau XXIV. Rémunération de la journée de travail dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

Tableau XXIV. Rémunération de la journée de travail dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

41Pour les paysans dotés de matériel de traction bovine, la journée de travail consacrée à la culture du coton est légèrement mieux rémunérée que celle du maïs (+ 12%). De ce fait, dans ces exploitations, le coton couvre la moitié des surfaces et le maïs occupe seulement 29% du total. Compte tenu des bons rendements de maïs obtenus pendant la campagne et des résultats économiques mitigés qui en découlent, il est peu probable que les paysans dotés de matériel de traction bovine augmentent leurs surfaces de maïs. Seule une amélioration durable des prix les inciterait à développer un peu plus cette culture.

42À l’inverse, les agriculteurs motorisés dégagent une rémunération du travail sur la culture du maïs de 40% supérieure à celle dégagée sur la culture du coton, malgré un contexte de prix défavorable. La bonne rémunération du travail renvoie à la faiblesse des travaux d’entretien et des sarclages que les exploitants motorisés accordent à cette culture.

  • 11 Un prix de 75 F CFA le kilogramme de maïs autoriserait une rémunération 1,7 fois supérieure à la j (...)
  • 12 Dans le sens où le maïs devient prépondérant et prend la place des autres cultures.

43Ces bons résultats expliquent le succès que le maïs obtient auprès des paysans motorisés. Grâce à l’obtention de rendements élevés et réguliers, cette culture peut constituer une véritable «rente» les années où les prix de vente sont élevés11. Le maintien, voire l’extension, des surfaces n’est limité que par la difficile commercialisation du produit. L’espoir d’un prix toujours meilleur incite les paysans à retarder la vente du maïs au risque de brader leur production en fin de saison sèche quand ils doivent vider leurs greniers à l’approche de la nouvelle campagne. En définitive, le caractère exclusif12 et spéculatif de cette culture n’est pas un élément stabilisateur de l’équilibre agro-économique des exploitations fortement endettées.

44La rationalité technique qui inspire les actions des organismes de développement a pour objectif la croissance de la production et des rendements alors que les paysans recherchent une rémunération optimale de la journée de travail. Cet objectif pousse les agriculteurs à adopter un système de culture simplifié reposant presque exclusivement sur le coton et le maïs. Dans ce contexte, si pour certains agriculteurs les revenus élevés autorisent un endettement étalé sur plusieurs années, la majorité d’entre eux a recours à un endettement à court terme, mais permanent.

Importance de l’endettement à court terme

45Le revenu agricole est un bon indicateur de la vitalité économique de l’exploitation mais ne renseigne pas sur son endettement. Les encours réels des emprunts contractés par les paysans ont pour objet le matériel de culture à traction bovine et motorisée. À Boho-Kari, l’endettement principal à moyen terme concerne l’acquisition des chaînes de traction motorisée, l’enveloppe des emprunts qui financent la culture à traction animale restant limitée.

46L’endettement à court terme est généralisé dans la mesure où le préfinancement de la campagne agricole est organisé par la société cotonnière et se rapporte à la distribution des intrants avant l’hivernage. Le remboursement du capital emprunté, correspondant à la valeur des achats et du coût du financement, est réalisé au moment du paiement de la récolte du coton, par soustraction sur le montant de la vente.

47En plus de l’endettement lié à l’approvisionnement, les autochtones bwa qui ne dégagent pas de surplus monétaires par le travail agricole et qui n’ont pas constitué de troupeau suffisant sont couramment endettés auprès de collègues plus fortunés. La pratique des activités artisanales est limitée et ne permet pas de générer des revenus qui soient en rapport avec les besoins monétaires. L’emprunt à court terme, remboursable à la récolte suivante, constitue donc le recours obligé des petits paysans. Les prestations mécanisées, les avances de céréales ou de sommes d’argent font l’objet d’emprunts auprès de paysans appartenant, le plus souvent, au même lignage. Quand l’argent est vraiment trop rare, certains agriculteurs, qui ont acquis des engrais à crédit pour la nouvelle campagne, s’empressent de les revendre pour disposer de liquidités. Une fumure réduite et une production médiocre ne peuvent qu’accentuer les difficultés de remboursement à la récolte suivante.

48Les dysfonctionnements passagers de la société cotonnière se traduisent par des retards de paiement à la livraison du coton et obligent les agriculteurs à repousser le remboursement des annuités de l’emprunt contracté auprès de la caisse de crédit agricole. Celle-ci facture, alors, des frais financiers correspondant au retard. Bien que la société cotonnière paie en priorité les paysans endettés et notamment les exploitations motorisées, elle déclenche régulièrement la vindicte des paysans.

49Pour juger de la fiabilité économique de la motorisation et ses chances de pérennité, les bons résultats obtenus par les exploitations motorisées de Boho-Kari ont été pondérés par un ensemble plus large de résultats régionaux à partir d’une série statistique de longue durée.

LES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES DE LA MOTORISATION DANS L’AIRE COTONNIÈRE DU BURKINA FASO

Les résultats de la campagne 1988-1989

  • 13 Les données présentées ici concernent le projet « Motorisation intermédiaire » géré par la société (...)

50La comparaison des résultats économiques obtenus par les exploitations motorisées de Boho-Kari et de celles de l’aire cotonnière met en évidence les bons résultats des premières13. En effet, les rendements régionaux de la culture du coton sont inférieurs de 21% à ceux de Boho-Kari et ceux du maïs de 38% (tableau XXV). Il est probable qu’il en est de même pour la traction bovine mais, en l’absence de données régionales fiables, il n’est pas possible de quantifier les écarts.

51En l’absence de ces données chiffrées, il est néanmoins intéressant de comparer les résultats régionaux de la motorisation agricole, qui rassemble un grand nombre de données et de situations diverses, à ceux des exploitations de Boho-Kari utilisant la traction bovine, dans la mesure où ces dernières sont suffisamment nombreuses et leurs résultats très divers. Dans ce cas, les résultats régionaux montrent que le tracteur n’apporte pas d’augmentation de rendement des cultures de coton et de maïs par rapport à la traction bovine. En définitive, le seul gain significatif de production intervient entre la culture manuelle et la culture à traction animale: la production augmente de 25% pour le coton et de 80% pour le maïs.

Tableau XXV. Surface d’exploitation, rendement des cultures et production par actif à Boho-Kari et dans l’aire cotonnière, campagne 1988-1989.

Surface (ha)

Coton (kg/ha)

Maïs (kg/ha)

Production globale par actif (t)

Exploitation en culture manuelle de Boho-Kari

2,36

1185

1125

0,7

Exploitation en culture attelée de Boho-Kari

9,57

1489

2043

1,7

Exploitation en culture motorisée de Boho-Kari

23,50

1797

3297

4,5

Exploitation en culture motorisée de l'aire cotonnière

28,66

1413

2038

4

  • 14 L’amélioration de la productivité du travail par la culture à traction animale et la traction moto (...)

52Si l’on maintient cette comparaison, au regard des exploitations non équipées, la production par actif dans les exploitations motorisées n’est plus multipliée par 6,4 mais par 5,7. Compte tenu de l’augmentation des rendements par niveau d’équipement et de la diminution du temps de travail investi à l’unité de surface, la productivité du travail augmente de façon substantielle pour la culture du maïs dans les exploitations mécanisées, mais elle n’est pas aussi marquée en ce qui concerne la culture cotonnière. L’augmentation de la productivité du travail, exprimée en kilogrammes de coton produits par jour de travail, passe de la base 1 en culture manuelle à 1,4 en culture à traction animale et à 2 en culture motorisée. Pour le maïs, les indices passent respectivement de 1 à 1,8 et 2,714. Rappelons que ces moyennes masquent une implication inégale des hommes et des femmes dans les exploitations motorisées. L’implication des femmes dans la production, qui devient primordiale tout au long du cycle cultural, est la source d’un conflit latent qui menace l'unité de ces grosses exploitations.

53Les exploitations motorisées de l’aire cotonnière obtiennent des rendements nettement moindres que celles de Boho-Kari, surtout en maïs. De façon curieuse, la culture à traction animale à Boho-Kari s’avère aussi performante, par unité de surface cultivée, que la culture motorisée au niveau régional. Mais les exploitations motorisées de l’aire cotonnière sont encore plus grandes qu’à Boho-Kari. Il est possible que cette tentation de cultiver le plus grand possible se fasse aux dépens d’une bonne maîtrise des facteurs de production.

54Le gros investissement que représente l’acquisition du tracteur se traduit par des charges de structure six à sept fois plus importantes que dans les autres exploitations. L’amortissement du matériel et du tracteur, les frais financiers liés au crédit de campagne et à l’achat du matériel, enfin l’entretien de la machine sont à l’origine de l’accroissement rapide des charges de structure. En conséquence, le tracteur exige des rendements très élevés pour assurer la couverture des coûts de production. Les résultats régionaux de la motorisation confirment qu’il faut près de 900 kg de coton à l’hectare ou 1 400 kg de maïs pour couvrir les coûts, alors que 500 kg de coton ou 600 kg de maïs suffisent dans les autres exploitations (tableau XXVI).

Tableau XXVI. Revenus et coûts de production des cultures (en F CFA à l’hectare) à Boho-Kari et dans l'aire cotonnière lors de la campagne 1988-1989.

Coton

Culture manuelle Boho-Kari

Culture attelée Boho-Kari

Culture motorisée Boho-Kari

Culture motorisée Aire cotonnière

Produit brut

110 203

138 512

167 113

131 692

Charges directes

34 856

32 364

35 512

33 869

Charges de structure

7 726

7 228

54 920

45 483

Marge nette

67 621

98 920

76 981

52 340

Rendement critique (kg/ha)

458

425

969

851

Maïs

 

 

 

 

Produit brut

50 625

91 963

148 359

91 710

Charges directes

15 476

22 529

27 699

17 317

Charges de structure/ha

7 726

7 228

54 920

45 483

Marge nette

27 423

62 206

65 740

28 910

Rendement critique (kg/ha)

515

661

1 836

1 395

55Le revenu moyen des exploitations motorisées de l’aire cotonnière au cours de la campagne 1988-1989 est de 88 179 F CFA par actif et de 34 753 F CFA par hectare. Ces résultats sont inférieurs de moitié aux résultats obtenus par les paysans motorisés de Boho-Kari. Mais, par rapport aux exploitations en culture à traction animale, ils sont aussi inférieurs de moitié à l’unité de surface et de 13% par actif. Ces mauvais résultats s’expliquent par la baisse de rendement observée au niveau régional et par le maintien des charges de structure à un niveau élevé. Dans ces conditions, le risque économique lié à l’utilisation du tracteur est important, d’autant plus que les caprices météorologiques ne laissent espérer aucune assurance, ni régularité, dans la production. Mais, avant de conclure et pour éviter le particularisme d’une seule campagne, la présentation des résultats de la motorisation intermédiaire sur une période plus longue s’avère nécessaire.

Les résultats pluriannuels des campagnes agricoles de 1983 à 1988

  • 15 Moyenne 1978-1988: Houndé, 893 mm; N’Dorola, 916 mm; Solenzo, 921 mm. Ces moyennes, observées à pa (...)

56Les résultats économiques disponibles à propos des exploitations motorisées de l’aire cotonnière concernent six campagnes agricoles successives, de 1983 à 1988. Au cours de cette période, trois récoltes sont plutôt favorables et trois autres plutôt médiocres. Un déficit pluviométrique global, accompagné d’une forte irrégularité des pluies, caractérise les campagnes de 1983-1984, 1984-1985 et 1987-1988. Les trois autres, meilleures, relativement plus régulières, présentent une hauteur d’eau proche de la moyenne décennale 1978-198815. Les meilleurs résultats en culture de maïs sont observés à la suite des hivernages les plus humides: 1985,1986 et 1988. Au cours de cette période, le prix d’achat du coton a augmenté de 43% entre 1983 et 1985, pour diminuer de 5% à partir de la campagne 1987. Les prix du maïs sont beaucoup plus instables et varient du simple au double d’une année sur l’autre (tableau XXVII).

Tableau XXVII. Rendement, prix de vente et rendement critique des cultures dans les exploitations motorisées de l’aire cotonnière de 1983 à 1988.

Tableau XXVII. Rendement, prix de vente et rendement critique des cultures dans les exploitations motorisées de l’aire cotonnière de 1983 à 1988.

57Au cours de la période, les prix des facteurs de production ont légèrement, mais régulièrement, augmenté alors que les prix de vente des produits ont très largement varié pour le maïs. Les rendements critiques du coton s’en trouvent relativement stabilisés alors que ceux du maïs restent très variables d’une année à l'autre. Quoi qu’il en soit, les moyennes régionales confirment la tendance exprimée par les résultats de la campagne 1988-1989-Pendant les six campagnes agricoles de 1983-1984 à 1988-1989, le revenu des cultures par hectare s’élève en moyenne à 55 000 F CFA et le revenu par actif à 134 300 F CFA, ce qui reste nettement inférieur aux résultats des paysans motorisés de Boho-Kari, l’année de l’enquête. Les exploitations motorisées obtiennent des rendements de l’ordre de 1,5 tonne de coton et de 2 tonnes de maïs et doivent produire 800 kg de coton ou 1 000 kg de maïs à l’hectare pour couvrir l’ensemble des charges. De 1985 à 1989, les rendements critiques du coton et du maïs augmentent sensiblement, restreignant la marge des surplus de production qui génèrent les revenus agricoles. La culture de sorgho et les autres cultures secondaires ne sont pas en mesure de supporter les charges de structure liées à la motorisation et sont déficitaires; elles diminuent les bénéfices dégagés sur les cultures de coton et de maïs.

CONCLUSION: LA MOTORISATION AGRICOLE, SOLUTION RÉSERVÉE À UNE ÉLITE

58L’analyse des revenus agricoles illustre la forte vitalité de l’économie cotonnière et ses retombées sur les exploitations. À l’unité de surface, le revenu agricole, toutes charges déduites, est, à Boho-Kari, bien supérieur aux autres régions du Burkina Faso. En moyenne, il correspond à 1 400 kg de céréales ou à 700 kg de coton par hectare. Ce revenu moyen masque une grande hétérogénéité entre les exploitations où des écarts impressionnants, inconnus jusqu’à ces dernières années dans les savanes du Burkina Faso, renforcent une différenciation déjà existante. Alors que l’effet de la traction animale sur les revenus est largement positif, la motorisation agricole obtient des résultats relativement médiocres, par suite de l’importance des charges liées au tracteur. Toutefois, les effets de la mécanisation sur la productivité du travail sont indéniables: un travailleur appartenant à une exploitation motorisée produit 6,4 fois plus que son homologue d’une exploitation non équipée et 2,6 fois plus que son collègue d’une exploitation ne disposant que de la traction bovine.

59Mais que penser des résultats de la motorisation lorsque les revenus globaux dégagés à l’unité de surface sont plus faibles que dans les exploitations en culture à traction bovine et que les revenus par actif sont à peine supérieurs? Dans ces conditions, le soutien à la motorisation agricole n’a que très peu de chances d’aboutir et les espoirs suscités auprès des paysans sont vains. Il serait plus judicieux de soutenir les producteurs sur les voies, beaucoup moins risquées, de la traction animale et de transférer les importantes subventions allouées à la diffusion des tracteurs, et distribuées sur un petit nombre d’agriculteurs, à l’organisation d’opérations touchant un grand nombre de paysans.

60Il reste que la petite motorisation agricole peut représenter une perspective possible de développement pour une minorité d’agriculteurs. Les bons résultats obtenus par quelques exploitants de Boho-Kari, lors d’une bonne année mais avec des prix du maïs défavorables, illustrent la formidable capacité du tracteur pour décupler les surplus monétaires quand le dispositif technique est maîtrisé. La facilité d’accès à la terre, l’extension des surfaces cotonnières, le dynamisme démographique familial, la capacité du chef d’exploitation à mobiliser la main-d’œuvre et l’habileté à combiner la traction motorisée et la traction bovine sont à l’origine de la récente prospérité de ces « nouveaux riches » et de l’apparition d’un groupe d’« entrepreneurs » dans le milieu rural.

Notes

1 La valeur des produits comprend le montant des ventes des produits végétaux et animaux, la valeur des prélèvements en nature effectués par les paysans, des variations de stock observées entre le début et la fin de l’exercice et le montant des prestations de services réalisées dans d’autres unités de production. Les produits sont valorisés au prix moyen auquel ont été réalisées les ventes, et les charges aux prix facturés.

2 Quand il n’est pas possible d'affecter correctement les charges de main-d’œuvre temporaires à des cultures particulières, elles sont comptabilisées avec les charges de structure.

3 Dans la région de Houndé, les propriétaires d’égreneuses mécaniques demandent un sac de 100 kg pour 10 sacs de maïs obtenus. Dans les calculs de revenus agricoles, cette quantité de maïs laissée pour paiement de l’égrenage a été comptée simultanément en « produit » de la culture du maïs et en « charge » d’égrenage.

4 La société cotonnière, qui se charge de rétrocéder les tracteurs, organise la vente du maïs produit par les paysans motorisés. Dans le cadre d’un contrat avec les brasseries industrielles de Bobo-Dioulasso, elle négocie, pour les agriculteurs, un prix garanti supérieur au prix officiel (60 F CFA contre 45 F CFA/kg pour la récolte 1988-1989). Bien que les paysans motorisés de Boho-Kari bénéficient de ces prix avantageux, le prix officiel, qui reflète le prix moyen de la campagne, a été appliqué à l’ensemble des exploitations pour que les résultats puissent être comparables.

5 La valeur des ventes réalisées pendant l’exercice a donc été assimilée au produit de l’activité d’élevage. Du chiffre d’affaires dégagé par la vente des animaux ont été déduites les charges d’élevage et la différence a été assimilée au revenu de l’activité. La variation de stock étant très généralement positive, les résultats de l’élevage sont donc sous-estimés. Il n’en reste pas moins que les revenus de l’élevage restent largement secondaires, à l’inverse de ce qu’a mis en évidence P. Lhoste au Sine Saloum entre 1970 et 1980 (P. Lhoste, 1982). Ceci peut s’expliquer par une carrière des bœufs de labour pratiquement deux fois plus longue qu’au Sénégal (5 ans en moyenne contre 3 et un âge moyen en fin de carrière de 9 ans contre 6 au Sénégal). D’autre part, les importantes pertes d’animaux constatées dans les élevages, couplées à un marché du bétail assez peu actif, concourent à la faiblesse des revenus de cette activité.

6 Ces extrêmes correspondent à des structures d’exploitation très différentes: le plus faible concerne un exploitant âgé travaillant seul une surface d’1 ha, le second une exploitation de 25 personnes, dont 12 actives, mettant en valeur 25 ha.

7 Si le premier n’est pas retenu par le sol, les deux autres sont fixés temporairement sur le complexe argilo-humique et peuvent être disponibles les années suivantes. L’azote apporté pendant l’hivernage n’a d’autre issue que d’être utilisé par les plantes ou d’être lessivé par les eaux de pluie. Pour cette raison, dans la comparaison des consommations d’intrants entre exploitations, les fertilisations phosphorique et potassique ont été réparties sur l’ensemble des surfaces de l’exploitation, alors que la fertilisation azotée a été affectée à la culture qui l’a reçue.

8 Bien que, dans certains cas, les exploitants du premier groupe commencent les travaux à temps, le rythme est moins soutenu que dans les autres exploitations.

9 Rappelons qu’à Boho-Kari il n’y a que 7 tracteurs pour 68 exploitations.

10 Dans les exploitations motorisées, la valeur des prestations de services motorisés correspond à l’égrenage du maïs réalisé par le seul exploitant disposant d’une égreneuse motorisée. Une rémunération en nature correspondant à l’amortissement de l’égreneuse, d’un sac de grain pour 20 sacs obtenus, est retenue pour l’égrenage. Dans ces conditions, l’utilisateur doit fournir le tracteur et le carburant.

11 Un prix de 75 F CFA le kilogramme de maïs autoriserait une rémunération 1,7 fois supérieure à la journée de travail investie dans la culture du coton dans le groupe des exploitations en culture attelée et 3,6 fois supérieure dans le groupe des paysans motorisés.

12 Dans le sens où le maïs devient prépondérant et prend la place des autres cultures.

13 Les données présentées ici concernent le projet « Motorisation intermédiaire » géré par la société cotonnière du Burkina Faso (Sofitex: Société burkinabé des fibres textiles). Le tracteur commercialisé à Boho-Kari correspond au modèle unique vulgarisé sur l’ensemble de l’aire cotonnière. Les paysans choisissent une chaîne de matériel, plus ou moins complète, en fonction de leur budget. La fiabilité des informations économiques recueillies par le projet a été testée et jugée suffisante pour que 1 048 revenus agricoles soient calculés pour la campagne 1988-1989, puis sur la période 1983-1988. En 1983, le projet comptait 58 tracteurs, et 261 en 1988.

14 L’amélioration de la productivité du travail par la culture à traction animale et la traction motorisée apparaît ici plus nettement que dans le sud du Mali et le nord de la Côte-d’Ivoire (G. Raymond et al., 1990; Y. Bigot et G. Raymond, 1991).

15 Moyenne 1978-1988: Houndé, 893 mm; N’Dorola, 916 mm; Solenzo, 921 mm. Ces moyennes, observées à partir de trois postes météorologiques, ne sauraient masquer une grande hétérogénéité régionale. La hauteur d’eau n’est qu’un indicateur grossier de la qualité de l’alimentation hydrique de la plante. Une « mauvaise » année, avec 600 ou 700 mm de pluie bien répartis, peut donner d’excellents résultats alors qu’une année excédentaire peut être désastreuse à cause de la mauvaise répartition des pluies.

Table des illustrations

Titre Tableau XIV. Production et rendement moyen à Boho-Kari, campagne 1988-1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau XV. Composition moyenne des charges de structure des exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989 (en F CFA).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Tableau XVI. Composition du revenu d’exploitation, Boho-Kari, campagne 1988-1989 (en F CFA).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau XVII. Classement des revenus par actif dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau XVIII. Rendement des cultures dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau XIX. Utilisation des intrants et niveaux de fertilisation phosphorique et potassique dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau XX. Charges directes du coton et du maïs (en F CFA à l’hectare) dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau XXI. Composition des charges de structure (en F CFA à l’hectare) dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-198910.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau XXII. Rendement critique des cultures à Boho-Kari, campagne 1988-1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 25. Charges et marges par culture et par hectare dans les exploitations agricoles de Boho-Kari, campagne 1988-1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 26. Marges par culture dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Tableau XXIII. Ecarts de revenu entre les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau XXIV. Rémunération de la journée de travail dans les exploitations de Boho-Kari, campagne 1988-1989.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau XXVII. Rendement, prix de vente et rendement critique des cultures dans les exploitations motorisées de l’aire cotonnière de 1983 à 1988.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15522/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© IRD Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540