Version classiqueVersion mobile

Le pari du tracteur

 | 
Philippe Tersiguel

Première partie. Boho-Kari : les évolutions de la société bwa

2. La course à la terre

Texte intégral

L’ORGANISATION FONCIÈRE

1L’analyse des différentes formes d’occupation de l’espace et des règles d’utilisation de la terre repose sur le double examen du régime foncier, des puissances de l’univers religieux qui président à son organisation et sur une description de l’utilisation passée et actuelle de la terre. La mécanisation favorise-t-elle réellement le passage d’une agriculture itinérante à une agriculture sédentarisée ? Quelles sont les stratégies foncières des agriculteurs et, enfin, quelle place peuvent espérer les non-détenteurs de « droit d’appropriation collective » sur la terre ? Tel est le fil conducteur de l’étude des rapports à la terre.

Le régime foncier traditionnel

  • 1 En 1964, G. Savonnet et J.L. Boutillier abordent la description des structures foncières en pays b (...)

2Les règles qui sous-tendent l’organisation foncière se réfèrent à un corpus de croyances définissant l’univers religieux bwa1. La pensée foncière repose sur les pactes passés par les villageois avec les deux puissances principales : Nyumuni et Tû. À la création du village, le fondateur doit solliciter, par un sacrifice, la puissance Nyumuni pour obtenir l’autorisation de s'installer et de cultiver. À l’endroit du sacrifice, un autel est édifié sur lequel les descendants du lignage fondateur perpétuent les sacrifices à Nyumuni, qui règne sur la brousse et sur les champs. L’accord de Nyumuni permet d’unir la terre, symbole de fertilité, à l’homme, symbole de fécondité. L’offrande d’un sacrifice ouvre la possibilité d’obtenir une nombreuse descendance, de bonnes récoltes, une protection efficace contre tous les dangers de la brousse et enfin permet de cultiver un nouveau champ et de fonder un lieu pour l’implantation d'un habitat collectif.

3Le nyuminiso, qui a la charge de l’autel Nyumuni, joue un rôle de médiateur entre le groupe humain et la terre nourricière pour réaliser les sacrifices qui touchent les membres vivants du groupe mais aussi les morts et les enfants à naître. L’établissement de relations avec Nyumuni, sur un espace de brousse libre, fonde un droit d’appropriation de la terre, dit « droit d’appropriation collective », qui s’assimile au droit du premier occupant et qui concerne l’ensemble des membres du lignage. Le pacte de vie qui lie Nyumuni au groupe humain lui assure une expansion démographique par croissance naturelle et par assimilation progressive d'éléments extérieurs. Le droit du premier occupant ne peut être remis en cause que si l’ensemble du groupe abandonne définitivement le village. En ce sens, la terre est inaliénable en pays bwa et les droits fonciers ne peuvent se perpétuer qu’avec le groupe social.

4Après l’enracinement de la communauté, obtenu à la suite du pacte avec Nyumuni, le groupe fonde le village et les différents lignages sacrifient à pour investir le lieu d'une personnalité juridique et d’une assise territoriale. La terre est alors conçue comme matière et support de l’habitat des vivants, mais aussi des morts. C’est le groupe tout entier, avec sa personnalité juridique, qui détient un droit d’appropriation de type Tû, fondé sur une relation d’autorité qui lie les membres du groupe détenteur du droit au chef qui les commande, le tûso.

5Le tûso, ou chef de terre, a la responsabilité de l’intégrité et de la bonne gestion du terroir. Quand ce dernier a été partagé entre les différentes « maisons », chaque chef de maison assure la fonction de tûso et doit sacrifier sur l’autel des ancêtres. Le tûso est donc le gérant et le garant de l’intégrité du droit d’appropriation collective de la terre du groupe dont il est le responsable. Si le nyuminiso ne peut refuser le droit d’utilisation du patrimoine foncier à un des membres du groupe, le tûso est en mesure de rejeter la demande si la cohésion ou l’unité du groupe qu’il commande se trouvent menacées. La notion de Nyumuni correspond à un droit naturel qui inspire la pensée foncière et la notion de à un droit sociopolitique qui organise le système foncier.

6Le rôle du chef de terre du village, le lotûso, est d’ordre religieux et juridique. Il officie et sacrifie à toutes les obligations des rapports entre l’homme et la terre. Il est le garant du respect de la répartition des droits d'appropriation collective entre les lignages. Il intervient dans le règlement des litiges fonciers. Enfin, il connaît les limites des domaines familiaux, celles du terroir villageois, les attributions de droit d’usage et, en cas de « brousse vacante », il est chargé de l’affectation et du respect du droit d’exploitation des parcelles. Le principe qui organise les rapports fonciers repose sur l’obligation sociale, pour celui qui dispose de plus de terres qu’il ne peut en mettre en valeur, de prêter la terre à celui qui la demande. Cette attitude pourrait expliquer l’acceptation, sans restriction, de l'implantation des populations mossi venues pour s’installer au pays bwa. Règle qui permet l’ouverture du groupe en échange, très certainement, de l’acceptation par l’étranger du jeu des échanges matrimoniaux. La pérennité et la reproduction du groupe sont alors assurées plus facilement.

7Quand le terroir villageois est réparti entre les lignages fondateurs, le chef de lignage a alors la charge de la gestion du domaine foncier familial. Il représente et défend les droits des membres vis-à-vis des étrangers. Il arbitre les litiges internes portant sur les limites des champs et peut intervenir sur la reprise de parcelles en jachère, suite à l’extinction d’une famille, à son départ, ou simplement à la suite d’un abandon prolongé. C’est lui qui entérine, en dernier ressort, l’octroi d’un droit d’usage permanent ou temporaire à un étranger, après qu'un chef d’exploitation de son lignage lui en a fait la demande et après en avoir informé le chef de terre du village.

8Ainsi, droit d’appropriation collective de type Nyumuni et de type répartis entre les lignages fondateurs du village et droit d’usage temporaire ou permanent attribué à un individu structurent le régime foncier. Plusieurs cas peuvent se présenter.

9Le premier correspond à un chef d’exploitation faisant partie du groupe lignager qui détient le droit d’appropriation collective et qui a obtenu un droit d’usage permanent : il se trouve, alors, dans une sécurité totale. De même, un paysan qui défriche une terre non attribuée se retrouve dans la même situation.

10Le deuxième cas est illustré par un paysan ayant obtenu un droit de culture par héritage de son père qui l’avait, lui-même, obtenu d’un titulaire du droit d’appropriation collective. Un tel droit devient permanent car le détenteur du droit originel ne peut plus reprendre une terre mise en valeur depuis deux ou trois générations (J.L. Boutillier, 1964). La sécurité foncière de ce dernier est aussi très bonne.

11Enfin, un paysan peut obtenir un droit d’usage provisoire issu d’un prêt en provenance d’un droit d’appropriation collective ou d’un droit d’usage permanent. Dans ce cas, la situation foncière est plus précaire. Un droit de culture peut être transmis par héritage mais n’est reconnu par la collectivité que si le groupe emprunteur l’utilise régulièrement. La culture continue des champs de case et des champs de village peut transformer le droit d’usage temporaire en droit d’usage permanent et donner, de fait, un accès stable à la terre aux familles qui ne détiennent pas de droits fondamentaux. Par contre, si le champ est laissé longtemps en jachère, il peut attirer la convoitise d’un membre de la communauté qui, pour l’exploiter, doit obtenir l’accord commun du cultivateur précédent ou de ses héritiers et du détenteur du droit d’appropriation collective ou droit d’usage permanent.

12Dans la mesure où l’agriculture est l’activité dominante, l’accès à la terre constitue donc un puissant moyen de contrôle social du groupe sur l’individu car le non-respect des règles peut aboutir à l’éviction définitive de l'emprunteur, en cas de faute grave. À Boho-Kari, la répartition des droits d’appropriation collective entre les lignages fondateurs et les prêts de terre lors de la campagne 1988-1989 illustrent les rapports de dépendance entre lignages et exploitations agricoles.

L’appropriation des terres par les lignages autochtones

  • 2 Les limites actuelles du terroir ne comprennent plus les terres du lignage Hamboni retenues par l’ (...)

13Aujourd’hui, la chefferie de terre de Boho-Kari est autonome, comme dans tous les villages du pays bwa, et le terroir villageois a été partagé entre les trois lignages fondateurs, Douwani, Hamboni et Baza, qui détiennent les droits originels sur la terre. Douze domaines fonciers de segments de lignage, autonomes et disposant de droits d’appropriation collective ou de droits d’usage permanent, ont été créés à partir des trois domaines familiaux (figure 12)2.

14Autant la prédominance dans l’appropriation foncière des lignages Douwani et Baza est nette, autant il est difficile d’analyser l’importance relative des autres segments de lignage, dans la mesure où la délimitation de leur domaine foncier est délicate à mettre en évidence. Cependant, deux segments de lignage ont des droits d’appropriation collective plus importants, soit sur un nombre de quartiers de brousse élevé, tel le lignage Péni avec neuf quartiers, soit sur un quartier de grande superficie, tel le lignage Layouni avec le quartier de Zabo

15Les autochtones ont choisi dans leur domaine foncier les parcelles les plus proches du village et ont prêté les champs les plus éloignés aux autres détenteurs de droits d’appropriation collective. En conséquence, les non-détenteurs de droits originels obtiennent difficilement des parcelles sur le terroir de Boho-Kari et doivent cultiver sur un village voisin. Les Peuls, par exemple, sont cantonnés aux abords de leur campement ou doivent exploiter des terres à plus de 10 km (figure 6 en annexe). Ainsi, les quatre segments du lignage Douwani exploitent, au nord, des terres qui leur appartiennent ; le sud du quartier de brousse Bongoro est mis en valeur par les segments de lignage autochtones, notamment Baza.

Figure 12. Répartition du droit d’appropriation collective de la terre à Boho-Kari en 1988.

16Si l’accès à la terre est déterminé par la détention des droits fonciers originels, ces derniers, tout comme le niveau d’équipement, influencent-ils la répartition des cultures dans l’espace ? Dans un autre contexte, au Yatenga, où la densité de population est beaucoup plus élevée, J.Y. Marchal, note que les exploitants cultivent moins de céréales sur les parcelles empruntées que sur les autres parcelles, dans le but de montrer au propriétaire que ses terres se présentent comme un appoint et non comme une nécessité (J.Y. Marchal, 1983). À Boho-Kari, les parcelles d’une exploitation sont regroupées, le plus souvent, sur un seul bloc de culture, quelquefois sur deux. Que les cultures soient céréalières ou cotonnières, elles se côtoient ; il n’y a donc pas de répartition spatiale des cultures sur le terroir, comme a pu le montrer X. Le Roy en pays senoufo (X. Le. Roy, 1983). De même, il n’existe pas de volonté d’implantation prioritaire du coton sur les parcelles empruntées. Le statut foncier n’influence pas la mise en culture. L’implantation des exploitations agricoles ne répond pas non plus à une appropriation spatiale spécifique à chaque niveau de mécanisation et les exploitations sont réparties également sur l’ensemble du terroir. L’implantation dépend en priorité du type de droits fonciers détenus (figure 7 en annexe). Compte tenu de l’important investissement en travail que représente l’ouverture d’un champ destiné à être travaillé au tracteur, les paysans motorisés cultivent en priorité des terrains appartenant à leur segment de lignage. Quelques jeunes exploitants, cultivant manuellement à la houe, ont ouvert des champs dans le quartier de Bongoro, à l’est du terroir, et se sont ménagé des possibilités d’extension en prévision de l'acquisition de la traction animale. Un groupe d’agro-pasteurs peuls se singularise par sa position au centre du terroir et exploite les terres autour de son campement. Enfin, quelques agriculteurs âgés ne disposant d’aucun outil mécanique continuent de travailler d’anciennes parcelles et retardent le plus possible le moment où ils devront changer de champ (figure 8 en annexe).

17La structuration de l’espace habité et de l’espace de brousse obéit donc à des règles édictées par le droit coutumier, que l’émergence de stratégies foncières nouvelles, dans lesquelles la mécanisation joue un rôle de premier ordre, se charge de modifier rapidement.

La constitution de domaines fonciers d’exploitation

18L’antériorité de l’occupation de la terre crée une hiérarchie entre les lignages détenteurs de droits d’appropriation collective et les lignages demandeurs de droits de culture. La facilité d’accès à la terre est conditionnée par la position lignagère mais, une fois le barrage franchi, le droit d’usage prend le pas sur le droit d’appropriation collective. Une parcelle cultivée régulièrement ne saurait être reprise par le lignage « propriétaire », quand bien même la parcelle retourne en jachère. Le fonds appartient toujours au segment de lignage détenteur du droit fondamental qui reste chargé des rites socio-religieux, mais le droit de culture revient à l’emprunteur.

19Ainsi, la « cristallisation » des droits d’usage sur les parcelles de brousse a débouché sur la constitution de domaines d'exploitation par le cumul des droits acquis antérieurement sur les anciennes parcelles de culture. La légitimité du droit d’appropriation collective est remise en cause par le droit d’exploitation temporaire, qui se pérennise dans la mesure où les exploitants reviennent régulièrement sur les mêmes parcelles. Dans ce contexte, la mécanisation agricole, qui autorise la mise en culture de surfaces importantes puisées dans les réserves foncières des lignages fondateurs, favorise la constitution de domaines fonciers familiaux qui sont ensuite revendiqués devant la communauté. Le droit de culture limite donc sérieusement le droit d'appropriation collective. Par ce moyen, les lignages, que le droit coutumier privait de sécurité foncière, trouvent une possibilité de faire valoir leurs droits à la terre et d’accéder à une légitimité de fait.

20À l’intérieur d’un segment de lignage détenteur de droit d’appropriation collective, les exploitants mènent une stratégie d’agrandissement de leur domaine foncier d’exploitation en transformant un droit de culture temporaire en droit de culture permanent. Pour les membres d’un même segment de lignage, la lutte pour l’appropriation de la terre est féroce car tous veulent mettre en valeur les meilleures terres de leur segment de lignage, en vue de constituer des domaines dont la pérennité sera incontestable. Le théâtre de la compétition pour la terre se joue, en premier lieu, entre les membres d’un même segment de lignage puis, dans un second temps, entre les membres des autres lignages. Aujourd’hui, un agriculteur de Boho-Kari revendique ses réserves foncières constituées par ses anciennes jachères ; il ne fait pas de doute pour lui qu’il en a la totale maîtrise et il se déclare prêt à s’opposer à toute reprise éventuelle. Mais qu’adviendra-t-il de ces revendications quand la concurrence pour la terre obligera un détenteur de droits fonciers originels à reprendre sa parcelle ? Le conflit sera inévitable.

21La primauté du droit d’usage sur le droit d’appropriation s’exerce tant que le cultivateur ou ses descendants restent au village car le premier est transmissible aux héritiers. Le terroir se trouve ainsi marqué par le passage de l’exploitant qui fige le droit de culture jusqu’à l’extinction ou le départ de sa famille.

  • 3 Le chef d’exploitation peut se réserver les graines de néré pour son usage personnel alors que la (...)

22La primauté du droit de culture peut aussi se lire au travers des règles de gestion du parc arboré. La règle veut que les gousses et les fruits des arbres des parcelles de culture reviennent à l’exploitant : l’exploitation prime donc sur la détention des droits fonciers3. En ce qui concerne les parcelles de brousse, les noix de karité, comme les gousses de néré, n’ont pas d’attributaire particulier et peuvent être ramassées par tous les habitants du village. Dans la réalité, les karités sont si nombreux et le travail demandé pour la fabrication du beurre si peu rémunérateur que les paysans ne récoltent qu’une partie des noix tombées sur leurs propres champs, sans chercher ailleurs.

23Bien que l’État ait promulgué une nouvelle loi régissant le domaine foncier national, les règles ancestrales constituent le seul cadre respecté pour la gestion de la terre. Néanmoins, la loi moderne est censée réglementer les transactions foncières. L’ordonnance traitant de la réorganisation agraire et foncière au Burkina Faso (1984) et le décret d’application qui s’y rattache entérinent la constitution d’un domaine foncier national de plein droit, propriété exclusive de l’État. Les terres détenues en vertu des « coutumes » sont devenues propriété de l’État et ont été juridiquement assimilées au domaine national par simple incorporation. Les terrains ruraux « sont attribués à ceux qui en ont un réel besoin social, sans distinction de sexe ou de statut matrimonial, et tout bénéficiaire d’un titre de jouissance relatif à une terre du domaine foncier national est tenu à son occupation et à son exploitation effectives » (CNR, 1984). La nouvelle loi prévoit l’attribution des terrains ruraux par des commissions comprenant obligatoirement les membres du bureau « CDR des paysans » (Comité de défense de la Révolution), avec la participation de ceux du bureau « CDR des villages ».

24Autant l’État est en mesure de contrôler la distribution des parcelles en ville, autant dans les villages ruraux la terre reste sous le contrôle des notables locaux qui n’entendent pas se dessaisir de prérogatives anciennes. Les nouvelles structures de représentation paysanne mises en place par l’État sont, en fait, la réplique exacte du pouvoir local représenté par les lignages fondateurs, qui contrôlent complètement les institutions nouvellement créées. À Boho-Kari, la gestion de la terre n’a donc pas changé avec la loi de réorganisation foncière. Par contre, dans les villages bwa, où la migration mossi est importante, les nouveaux venus utilisent la nouvelle loi pour avoir accès à la terre et résoudre les nombreux conflits avec la population autochtone, qui n’a plus le poids suffisant pour faire respecter le droit coutumier.

25En définitive, les paysans de Boho-Kari tentent de « marquer » le territoire par la mise en valeur successive de blocs de culture sur les terres les plus profondes et les plus aptes à la culture intensive, dans le but de cumuler des surfaces réservées sous forme de jachères. Cette stratégie individuelle est d’autant plus efficace que les chefs d’exploitation possèdent un moyen de traction et contrôlent une main-d’œuvre importante. Elle est en rupture avec la gestion traditionnelle lignagère et favorise l’individualisation des domaines et le transfert de la gestion de la terre du chef de lignage au chef d'exploitation. Ce transfert de responsabilités n’est pas sans incidence sur les modes d’occupation de l’espace.

DYNAMIQUE DE L’OCCUPATION DE L’ESPACE

  • 4 Le logiciel de traitement des données, « Didactim », a permis des essais successifs de classificat (...)

26L’étude de l’évolution de l’environnement naturel par le biais des formations végétales à différentes dates tente de cerner l’influence de la mécanisation dans la dynamique de l’occupation de l’espace. L’interprétation classique des photographies aériennes de 1952, 1973 et 1981 et le traitement numérique de « l’image satellitaire » de 19884 ont abouti à une structuration de la végétation où la formation végétale dominante est représentative du domaine soudanien et se caractérise par une savane avec tapis de graminées, sous un étage arboré ou arbustif.

L’organisation spatiale ancienne : les terroirs à auréoles concentriques

  • 5 De nombreux auteurs ont décrit la structure auréolaire du paysage agraire bwa dans les années 1950 (...)

27Dans les temps anciens, les terroirs à auréoles concentriques5 du pays bwa s’organisaient autour du village qui regroupait l’ensemble des habitations dans un bourg compact. Le village était entouré d’un parc à Acacia albida dont le rayon s’étendait sur quelques centaines de mètres et dont la couleur de végétation tranchait nettement avec celle des environs.

28En hivernage, l’acacia perd ses feuilles qu'il retrouve en saison sèche, où la couleur vert clair de son feuillage ressort nettement sur la brousse de couleur jaune paille. Cette inversion de végétation laisse entrevoir tout l’intérêt que les agriculteurs tirent de l’absence de feuillage en saison des pluies et de l’ombre que l'arbre projette en saison sèche. À cette période, les animaux attirés par les gousses et par la fraîcheur des ombrages séjournent sous les arbres et enrichissent le sol de leurs déjections. Les cultures d’hivernage implantées quelques mois plus tard, au même endroit, bénéficient de cette fumure naturelle sans être gênées par l’ombre des arbres. Ce début d’intégration de l’élevage à l’agriculture est une caractéristique des parcs à Acacia albida. Cette judicieuse combinaison subsiste toujours dans les villages qui ont su préserver le parc.

29Les champs de case qui jouxtaient la concession, appelés ka dans la région de Houndé, étaient entourés d’une clôture en paille tressée et portaient des cultures spécifiques. Pendant la saison sèche, ils recevaient régulièrement les déchets ménagers, qui étaient enfouis juste avant les pluies. L’étendue de ces champs dépendait de la production de fumure domestique de chaque « maison ». Dans les villages où ils subsistent encore, les champs de case sont exploités depuis des générations, sans interruption et avec des résultats toujours satisfaisants. Ils sont en général semés après les champs de brousse, à la fin juillet, et ne couvrent que de petites surfaces.

30Les champs de village, appelés wa, situés sous le parc d’acacias, bénéficiaient également d'une attention particulière des paysans qui y multipliaient les façons culturales et y appliquaient régulièrement une fertilisation organique. Ces champs étaient cultivés de façon quasi permanente et faisaient la transition entre le village et la brousse. La limite entre les champs de village et les champs de brousse n’était pas toujours facile à identifier car les premiers pouvaient s’étendre au-delà du parc. Leur caractéristique résidait dans la permanence des cultures et leur superficie était adaptée à la quantité de fumier fournie par le cheptel de la « maison » ou disponible dans le village. Bien que tous les champs sous parc ne fussent pas systématiquement fumés chaque année, leur surface était néanmoins directement proportionnelle au cheptel disponible sur le terroir. Ainsi, dans le sud-est du pays bwa où la présence d’animaux était plus importante, la superficie des champs permanents était-elle plus grande. Au début des années 1950, avant la monétarisation de l’économie bwa, les champs de village portaient une grande diversité de cultures : maïs, sorgho rouge et blanc, coton, mil, arachide et haricot y étaient cultivés à plat et, le plus souvent, en association.

31La dernière auréole, constituée par les champs de brousse, ouverts à la suite d’un brûlis, représentait la plus grosse partie du terroir. Le champ de brousse nécessitait un important travail de défrichement pour le mettre en valeur. Le plus souvent, l'emplacement retenu correspondait à une ancienne parcelle de culture qui avait déjà été travaillée par le lignage, dans le passé ; il pouvait appartenir au lignage ou avoir fait l’objet d’un emprunt. La première année d’exploitation, seule une superficie réduite était mise en culture et les années suivantes les paysans ajoutaient une nouvelle défriche jusqu'à la taille souhaitée. Après 8 ou 10 années d’exploitation, quand les rendements des cultures ne pouvaient plus se maintenir, la parcelle retournait à la jachère pour une longue durée. Le champ de brousse portait les cultures vivrières principales : le sorgho, le millet et le maïs, puis, plus tard, le coton quand il se développa dans la région.

32La description du paysage agraire « ancien » ne serait pas tout à fait complète sans évoquer les parcelles de bas-fonds qui concernaient, quand elles existaient, la culture du riz et du maïs. La production était hypothétique car les aménagements sommaires ne permettaient pas un réel contrôle de l’eau et les résultats dépendaient des caprices de la nature. En fait, le paysan hésitait à les mettre en culture car il était peu enclin à travailler sur des parcelles où les risques étaient plus élevés qu’ailleurs.

33Les villages qui, à la suite d’événements particuliers, avaient été déplacés sur une surface latéritique ne possédaient pas de champ de case, ni de champ sous parc. Le parc lui-même n’existait pas si le sol était complètement stérile.

  • 6 Daboura est un village situé au centre du pays bwa, à 20 km à l’est de Solenzo, au sud de Dédougou

34À Boho-Kari, la structure auréolaire n’existait plus en 1952. L’anéantissement du village en 1916 et l’abandon de son ancien emplacement pour un endroit moins fertile et moins humide ont incité les paysans à ouvrir de nouveaux champs à plusieurs kilomètres de leurs nouvelles habitations et à réduire la superficie les champs proches du village. À Daboura6, autre village bwa, M. Benoît a quantifié les superficies des champs des différentes auréoles en 1952. Le terroir de culture couvrait 485 ha dont 10 ha de champs de case (2 %), 75 ha de champs de village (15 %), 395 ha de champs de brousse (85 %) et 5 ha (1 %) situés dans les bas-fonds (M. Benoît, 1977). La plus grande partie de la production agricole était, déjà à l’époque, largement obtenue en brousse.

35Au cours de son histoire mouvementée, le pays bwa, qui fut obligé de résister aux agressions peules et dioula dans la période précoloniale, puis française au début de la colonisation, semble avoir structuré son paysage agraire et son habitat en fonction des fréquentes attaques dont il fut l’objet. M. Benoît suppose que le parcellaire fut beaucoup plus lâche avant ces périodes de conquêtes et que les paysans investissaient, alors, plus largement l’espace (M. Benoît, 1977). Le regroupement dans un habitat protégé d’où l’on pouvait se défendre plus facilement et la volonté de ne pas trop s’éloigner en brousse auraient conduit les paysans à une forme de culture plus intensive près des habitations. Le grand nombre de travailleurs de chaque maison autorisait des opérations culturales rapprochées. Plus tard, quand l’armée coloniale instaura une paix relative, les paysans investirent, à nouveau, les brousses éloignées et exploitèrent de plus grandes surfaces en simplifiant les techniques culturales.

La diminution des savanes arborées entre 1952 et 1988

36Depuis 1952, de nombreuses transformations ont affecté la végétation sur le terroir de Boho-Kari ; elles se caractérisent principalement par une diminution du couvert arboré au profit de savanes herbeuses et arbustives. « L’étage herbacé est formé de plusieurs strates, avec pour espèces essentielles l’Andropogon pseudapricus, amplectens ou gayanus, le Berinicetum pedicillatum, le Dactyloctenium aegyptum, l’Eragrôtis tremula ou ciliaris, le Schoenefeldia gracilis et le Loudetia togoensis. » (M. Marchal, 1983). La savane arbustive est constituée par le même tapis graminéen continu associé à une strate ligneuse arbustive dont l’espacement des ligneux peut varier considérablement. L’étage arbustif atteint 7 à 8 m et les espèces les plus fréquentes sont Anogeissus leiocarpus et Pterocarpus lucens. Les peuplements naturels sont le plus souvent détériorés par les hommes qui ne conservent que les arbres les plus utiles dont le karité, le néré, le kapokier, le jujubier et le prunier. Entre les étages herbacé et arbustif peut s’intercaler un étage de buissons formé de Terminalia avicennoïdes, Piliostigma thonningii et Guiera senegalensis (G. Pallier, 1978). La savane arborée comporte deux strates, l’une herbacée et l’autre arborescente, indissolublement liées, où le tapis graminéen est continu et atteint son optimum d'épanouissement. Les formations ligneuses denses à Daniellia oliveri et à Mitragyna inermis sont caractéristiques des vallées (M. Marchal, 1983).

  • 7 Les savanes arbustives ou arborées claires, assez denses et denses ont été regroupées dans les cat (...)

37La mesure de l’étendue des différentes unités de végétation à partir des états de surface de 1952 à 1988 retrace l’évolution des cultures et des jachères, des savanes herbeuses, arbustives et boisées (figures 13, 14, 15 et 16)7.

38Entre 1952 et 1988, les surfaces cultivées et les jachères visibles passent de 3 % à 8 %. En 1988, la surface des cultures implantées sur le terroir n’est que de 427 ha car les paysans ont mis en valeur 131 ha sur le terroir du village voisin. Bien que l’augmentation des surfaces cultivées soit importante, les cultures ne représentent que 5 % du terroir (tableau IV). En comparaison de la saturation foncière de certains villages de l’aire cotonnière, le terroir de Boho-Kari est « sous-utilisé », contrairement à la perception des habitants qui se représentent leur terroir comme trop restreint, ce qui motive leur refus de (installation d’étrangers.

39Le cumul des savanes herbeuses et arbustives met en évidence un développement de ces surfaces qui passent de 67 % à 73 %, au détriment des savanes arborées qui diminuent de 11 %. La diminution de l’étendue de la végétation arborée (870 ha) s’est aussi réalisée au profit des cultures.

40La dégradation de la végétation ligneuse peut paraître inquiétante dans la mesure où les cultures n’occupent que 5 % du terroir, avec une pression foncière qui reste faible. Que penser des villages voisins où le taux d’occupation du sol peut atteindre 40 voire 60 % et où les réserves foncières sont limitées ?

Tableau IV. Évolution des états de surface (en hectares) à Boho-Kari entre 1952 et 1988.

Tableau IV. Évolution des états de surface (en hectares) à Boho-Kari entre 1952 et 1988.

41Le développement des surfaces cultivées s’est opéré en deux phases, une première augmentation de 160 ha entre 1952 et 1973, puis une nouvelle extension de 160 ha, entre 1973 et 1988. La première correspond à l’important mouvement de scission des maisons, suite à l’accroissement de la population et à l'ouverture de nouveaux champs. Les 11 maisons de 1952 n'existaient plus 20 ans après et avaient donné naissance à de nombreuses implantations en brousse. La seconde correspond, en 1973, à l’introduction de la traction bovine dont le développement favorisa l’extension des surfaces cultivées. Enfin, l’augmentation observée entre 1981 et 1988 résulte, pour partie, de l’introduction des petits tracteurs.

La mise en valeur des terres profondes

42En 1952, la zone de culture se situe dans la partie sud-ouest du terroir sur un rayon de 3,5 kilomètres autour du village. Seuls quelques champs de case sont encore présents et le nombre limité des champs de brousse correspond aux 11 maisons de l’époque qui ont, chacune, un bloc de culture, voire deux au maximum, isolés l’un de l’autre. Les paysans ont abandonné collectivement, au cours de deux campagnes, les champs sous parc à la fin des années 1940, à la suite de dégâts provoqués par les animaux domestiques. Des parcelles secondaires peuvent s’adjoindre au bloc principal ou, au contraire, être nettement séparées. En 1952, 22 parcelles de culture, dont huit de taille réduite, correspondent à l’ensemble des champs du village (figure 13).

43En 1973, l’implantation des cultures est plus diffuse : la partie sud-ouest est toujours bien exploitée mais les paysans ont ouvert de nouveaux champs au sud du terroir, à plus de 7 kilomètres du village ainsi que quelques autres au nord et dans la partie est. La distance maximale entre les champs les plus éloignés est de 10 kilomètres. Les blocs de culture sont contigus lorsqu’il est nécessaire de surveiller les champs et les campements de brousse. À cette époque, les Peuls augmentent les surfaces qu’ils cultivent autour de leur campement principal (figure 14).

Figure 13. État des surfaces à Boho-Kari en 1952.

Figure 14. État des surfaces à Boho-Kari en 1973.

Figure 15. État des surfaces à Boho-Kari en 1981.

44En 1981, la partie nord du terroir est investie par les paysans et la pénétration à l'est, amorcée en 1973, se poursuit très légèrement alors que dans la partie sud-ouest persiste un éparpillement de petits champs qui appartiennent, pour certains, à des Peuls. Les terres des Peuls, autour du campement principal, sont toujours largement exploitées (figure 15). Au nord, les blocs forment de vastes espaces de culture ininterrompue sur plusieurs kilomètres. Des champs se trouvent maintenant de l’extrême nord à l’extrême sud du terroir et seules les terres de la partie est sont encore épargnées. Bien qu’elles soient considérées comme « vierges », ces terres sont revendiquées par quelques segments de lignage qui y détiennent des droits d’appropriation collective.

45En 1988, les paysans ont pratiquement abandonné l’ouest et ont commencé à ouvrir de nouveaux champs sur des terres qu'ils exploitaient en 1981. Ils ont investi toute la partie est et empiété sur le village limitrophe. En effet, 23 % des cultures se trouvent à l’extérieur du village. C’est au cours de la campagne 1982-1983 que les paysans ont commencé à cultiver en dehors du terroir (figure 9 en annexe). Les Peuls ont maintenant abandonné les cultures autour de leur campement pour investir les nouvelles terres dont les parcelles les plus éloignées se trouvent à une douzaine de kilomètres (figure 6 en annexe).

46En 1989, la photographie aérienne ne couvre que la partie ouest et nord mais elle est suffisante pour rendre compte de la réinstallation massive des agriculteurs sur un bloc de culture continue de plus de 3 kilomètres. Les implantations à l’est du village se sont encore renforcées

47L’évolution vers une colonisation de la brousse était déjà décrite par G. Manessy au début des années 1950 (G. Manessy, 1960). G. Savonnet, en 1963, notait que « les cultures, chaque année, s’éloignent un peu plus de la ferme et peuvent parfois se trouver à plusieurs kilomètres de celle-ci. Quand la distance est trop grande et que les jachères sont suffisamment reposées, on défriche à nouveau pour y installer des champs plus proches » (cité par J.L. Boutillier, 1964). L’exemple de Boho-Kari, ceux de quelques villages de la région de Houndé ou les cas relevés dans la bibliographie confirment le déplacement de la production agricole vers la brousse. Aujourd’hui, le problème de la distance est en grande partie résolu par l’utilisation de bicyclettes dont disposent tous les hommes adultes et une partie des femmes actives. Néanmoins, quelques femmes et l’ensemble des enfants doivent faire le trajet à pied pour se rendre aux champs situés à une ou deux heures de leur quartier d’habitation. Au moment des récoltes, les paysans séjournent dans les campements de brousse. En hivernage, quand les rivières sont en crue après un orage et qu’il est difficile de les traverser, les paysans passent la nuit sur place, en brousse.

Figure 16. État des surfaces à Boho-Kari en 1988. Composition colorée de l’image satellitaire du 22 octobre 1988.

1. De décembre à mars, la récolte du coton mobilise les énergies. Les travailleurs séjournent dans les « campements de brousse » pendant toute la récolte.

2. Avant d’être chargé sur les camions de la Sofitex, le coton est entassé provisoirement au bout du champ, en énormes tas.

3. Le maïs récolté au début du mois d'octobre est battu quelques semaines plus tard. Les sacs de 100 kg seront ensuite transportés au village. À droite, l’égreneuse ; elle est entraînée par le tracteur lors de l’égrenage du maïs.

4. Un « campement de culture » bwa. À droite, un petit abri au toit de terre qu’il faut consolider chaque année avant les grandes pluies d’hivernage. À gauche, un séchoir à maïs fait de pieux fichés dans le sol et de petits bois horizontaux laissant passer l'air.

5. Séchage d’épis de sorgho sur une claie de bois avant que le grain soit transporté et entreposé au village dans les greniers de la concession. À l’arrière-plan, les champs de culture.

6. Le centre d’un village bwa. Les toits en terrasse permettent le séchage des végétaux et du sorgho germé destiné à la fabrication de la bière. Les ouvertures sont fermées par des tôles clouées sur des cadres de bois. Le bois pour la cuisine est stocké à l’extérieur des concessions.

7. Un « campement de culture » bwa. Il est généralement situé au centre du bloc de culture. L'ombre des karités procure de la fraîcheur au moment du repos. Au premier plan, la préparation de la bière.

8. Un « campement de culture » peul. Toujours situés au centre des cultures, les abris sont succincts.

48À Boho-Kari, le faible taux d’occupation du sol suffit à expliquer la sous-utilisation des bas-fonds et des zones irrigables où la production demande un investissement important en travail pour un résultat aléatoire. Le système de culture qui s’y pratique ne s’intègre, d’ailleurs, pas toujours facilement à celui des terres hautes. En tout état de cause, l’exploitation des bas-fonds constitue, pour l’avenir, une possibilité de diversification des systèmes de culture actuels.

49Un autre élément d’explication du déplacement des cultures vers la brousse réside dans la dynamique de scission des maisons, enclenchée depuis plusieurs décennies. Aux 11 maisons de 1952 correspondent, en 1988, 68 exploitations autonomes qui ont ouvert, chacune, au moins un bloc de culture. Dans la période récente, les paysans se sont éloignés du village pour conquérir une brousse de plus en plus lointaine. Ce mouvement centrifuge est à la base de la dynamique des paysages agraires dans la région de Houndé où la « déconcentration » des cultures vers les terres à meilleure potentialité n’a été possible qu’avec l’introduction de la traction bovine et la présence de sols favorables. Aujourd’hui, les paysans autochtones ont la volonté d’ouvrir de nouveaux champs dans des zones jusque-là considérées comme trop difficiles à travailler ou trop éloignées du village. Le cumul des étendues mises en culture et des jachères identifiées aux différentes dates, 1952, 1973, 1981 et 1988, révèle les surfaces qui ont déjà été cultivées au moins une fois pendant les quatre dernières décennies (figure 10 en annexe). La partie sud-ouest du terroir, la plus anciennement cultivée, est la plus sollicitée dans la période 1952-1981, le nord du terroir et plus récemment l’est le sont pour la période 1981-1988. Les faibles recoupements du parcellaire aux quatre dates mettent en évidence les importantes réserves de terres.

50La dynamique de l’occupation de l’espace exprime une logique du système de culture mais elle n’est pas indépendante des sols sollicités par les nouveaux défrichements.

Les sols légers à l’origine du succès de la culture à traction animale

  • 8 20 échantillons de terre, prélevés sur des parcelles en culture ou en jachère, ont été analysés en (...)

51Les caractéristiques texturales de la terre fine des blocs de culture ont été identifiées sur le quartier de Bongoro où la majeure partie des sols, en jachère ou en culture, sont des sols ferrugineux tropicaux, plus ou moins gravillonnages et lessivés ; ce sont des sables limoneux dont la fraction argileuse est réduite8. En moyenne, ils se composent de 64 % de sable, 26 % de limon et 10 % d’argile. La composition texturale explique la facilité avec laquelle l’eau est drainée et la promptitude des paysans à aller aux champs après la pluie. Pour la plupart, ces sols sont faciles à travailler et sont à l’origine du succès de la traction animale. L’état d’amaigrissement des animaux, à la fin de la saison sèche, n’aurait pas permis de labourer des sols trop lourds. Si le ressuyage rapide des sables limoneux constitue un avantage pour le travail de la terre, en contrepartie, leur faible réserve hydrique exige des pluies régulières pour assurer la réussite des cultures. Un intervalle de deux semaines entre les pluies suffit pour que la végétation s’en ressente et que les feuilles commencent à flétrir. Certains sols, plus riches en limon (plus de 40 %) et mieux pourvus en argile (15 à 20 %), offrent de très bonnes potentialités agronomiques que le cultivateur peut valoriser quand il arrive à bien les travailler. Ils sont âprement disputés par les paysans mécanisés.

52La faiblesse du pH, de l’ordre de 5,5 sur les parcelles de culture et de 5 sur les jachères, est caractéristique des sols de la région et limite l’éventail des plantes cultivées. Si le sorgho et le maïs peuvent supporter une relative acidité, le cotonnier préfère des sols neutres. Le déficit en calcium, caractéristique des sols acides, compromet la bonne valorisation des apports de matières organiques dans la mesure où les micro-organismes ne peuvent se développer dans un milieu acide. Ainsi, les efforts de restitution de fumier peuvent être limités par l’acidité du sol et, dans la mesure où il ne semble pas y avoir d’alternative à la culture cotonnière, dans un avenir proche, le contrôle de l’acidité du sol devrait constituer un axe de réflexion prioritaire.

53Les sols hydromorphes de bas-fonds se regroupent sur les aires de drainage du terroir et se caractérisent par un excès d’eau temporaire ou permanent. Ces sols, très argileux, n’ont pas été investis par les paysans car leur mise en culture nécessiterait des aménagements importants.

54Enfin, la catégorie des sols minéraux bruts et gravillonnaires, impropres à la culture, représente une fraction dominante des sols de Boho-Kari. Le traitement numérique de l’image satellite fait ressortir deux classes majeures qui occupent les 9/10 du terroir : les sols ferrugineux tropicaux sablo-limoneux plus ou moins gravillonnaires (40 % du terroir) et les sols « rouges » gravillonnaires ou cuirassés, inaptes à la culture (50 %). La troisième classe, minoritaire, correspond aux sols hydromorphes de bas-fonds et des cordons ripicoles.

55La traduction littérale des noms vernaculaires confirme la typologie, la plupart des dénominations faisant référence à la texture du sol et décrivant les sols ferrugineux, gravillonnaires et peu profonds, riches en sables. Les sols sansana contiennent de nombreux graviers dans l’horizon de surface. Les paysans savent qu’il est possible de les travailler peu de temps après la pluie, mais qu’en contrepartie, le « striga » (Striga senegalensis) envahit rapidement la parcelle. Les autres sols sont différenciés par leur couleur : bande loue (sable), bande kouni (sable beige), hanneti (terre brune riche en sable), timouhin (terre rouge latéritique). Les sols hydromorphes font référence à la forte teneur en argile et à la difficulté de les travailler : tikotjo mouhin (argile rouge difficile à travailler), tikotjo kouni (argile beige des bas-fonds inondables).

56La superposition du traitement numérisé de l’image Spot avec le cumul des surfaces cultivées et des jachères visibles en 1952, 1973, 1981 et 1988 (figure 10 en annexe) met en évidence une étroite corrélation entre les parcelles de culture et les sols ferrugineux. En effet, près de 80 % des parcelles cultivées appartiennent à cette catégorie. Par extrapolation, l’évaluation des sols à vocation agricole pouvant être mis en valeur sans aménagement spécifique correspond à 3 000 ha, les sols gravillonnaires ou cuirassés à 4 000 ha et les sols hydromorphes, dont la mise en culture imposerait des travaux d’aménagement, à 800 ha environ. L’estimation des sols cultivables ne tient pas compte de la profondeur, ni de la texture, qui restent deux éléments déterminants pour juger de la valeur des parcelles.

57Une faible partie des sols gravillonnaires a pu être mise en culture par les paysans dans le passé, quand ils travaillaient à la houe et que le critère de profondeur n’était pas prioritaire dans le choix des parcelles. L’introduction des outils tractés a fait évoluer les critères de choix des parcelles et les sols « légers » se sont avérés moins intéressants. La colonisation des terres « neuves » a donné naissance à un paysage agraire nouveau, caractéristique de l’aire cotonnière et du pays bwa méridional.

Les blocs de culture sous les parcs à karités

58L’organisation du parcellaire agricole traduit les importantes modifications du système de production traditionnel et des techniques culturales qui s’y rattachent. Les semis en ligne, la division des blocs de culture en unités d’un hectare, délimitées par de larges allées de circulation, et le regroupement des blocs impriment au terroir agricole un caractère très spécifique. Les allées facilitent la manœuvre des attelages tractés en bout de parcelle et permettent aux paysans de réaliser des labours en planches. Les blocs sont concentrés sur les terres les plus profondes et sont contigus pour former des espaces de culture ininterrompue d'une centaine d’hectares. Chaque bloc est systématiquement divisé en parcelles de 100 m de côté et est relié aux autres par un réseau de sentiers de brousse (figure 17).

59Ce paysage agraire en damier, aux formes géométriques régulières, est caractérisé par la présence systématique et ordonnée des arbres sur les parcelles, en majorité des karités. Les paysans ont construit des parcs de karités sur les champs de brousse et un parc d’Acacia albida sur les anciens champs permanents près du village autochtone et du campement peul.

Figure 17. Les blocs de culture à Boho-Kari en 1988.

60Des baobabs et des fromagers ont été plantés dans les jardins de case et leur présence, en brousse, sur les blocs de culture indique les anciens lieux d'habitation. Dans les parcs, Vitellaria paradoxa (karité) représente 92 % des ligneux, Tamarindus indica (tamarinier) 3 %, Parkia biglobosa (néré) 2 % et Adansonia digitata (baobab) 1 %. Quelques caïlcédrats (Kaya senegalensis), nim (Azadirachta indica) ou raisiniers (Laumia macroptera) constituent le reste.

  • 9 Le comptage a porté sur 637 arbres dans les parcs à karités des champs de brousse.
  • 10 Avec une récolte de 20 à 30 kg de fruits frais par arbre, un exploitant dispose de l’ordre de 250  (...)

61Quand les parcelles sont travaillées à la main, à l’aide de la traction bovine ou du tracteur, les paysans préservent respectivement 16, 10 ou 8 arbres à l’hectare9. L’élimination d’une partie de la couverture arborée est le résultat de l’utilisation récente de la traction mécanisée qui nécessite des espaces libres plus vastes pour l’évolution des nouveaux outils de travail. Le tracteur renforce légèrement la tendance mais n’est pas à l’origine d’un abattage excessif des karités, comme le laissent souvent entendre les détracteurs de ce nouveau moyen de traction. Dès la troisième année d’exploitation, la densité définitive est atteinte. Les paysans n’exploitent qu’une faible partie des karités disponibles sur leurs parcelles et se désintéressent complètement des karités de brousse. Ainsi, 6 000 arbres sont susceptibles d’être exploités par les villageois, ce qui représente en moyenne 13 karités par personne. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, l’importance économique du parc est négligeable. Les femmes qui assurent la production de beurre de karité sont largement sollicitées par les travaux des champs au moment de la récolte des noix. Une exploitation de 10 ha pourrait produire une centaine de kilos de beurre si elle était prête à fournir 500 heures de travail (M.N. Terpend, 1982)10. Compte tenu du prix abordable de l’huile de coton sur le marché, la production de beurre de karité n’est plus une priorité. Les paysans n’hésitent donc pas à supprimer les karités qu’ils jugent gênants et d’autant plus facilement qu’ils sont mieux équipés en matériel de traction.

  • 11 Récipient sphérique de terre cuite à petite ouverture

62À l’inverse, le néré fait l’objet d’une attention particulière dans la mesure où les arbres sont peu nombreux et que la récolte s’effectue en dehors des travaux agricoles. L’ensemble des gousses est récolté par les femmes, qui se chargent de piler le fruit décortiqué pour séparer les graines de la farine qui est stockée dans des canaris11, puis distribuée aux enfants. Les graines, après fermentation, constituent un condiment apprécié pour la préparation des sauces qui accompagnent le plat de maïs. Aussi, la plupart des nérés de brousse sont-ils récoltés.

63Les interdits portant sur l’abattage des arbres concernent des lieux spécifiques, notamment les endroits où se pratiquent les rites religieux. En principe, les essences fruitières et les baobabs sont protégés sur les parcelles de culture mais les paysans n’hésitent pas à les abattre quand ils estiment devoir le faire. Dans la mesure où l’implantation des nouveaux blocs de culture nécessite un gros investissement en travail lors du défrichement, les paysans sont tentés de se maintenir le plus longtemps possible sur les parcelles, mais ils savent que le contrôle de la terre et la constitution de domaines familiaux passent par une rotation rapide. Le labeur du défrichement ne peut effacer la motivation profonde des paysans et le temps d’exploitation des blocs reste soumis à la nécessité du contrôle de l’espace.

Le temps d'exploitation des blocs de culture

64La durée d’exploitation des blocs est un bon indicateur de la pression foncière. À l’augmentation de la densité de population correspond habituellement un allongement du temps d'exploitation des terres. Au Togo, dans un environnement de 95 habitants au km2, dans les savanes du nord du pays moba, « la pratique de la jachère, autrefois fondement essentiel de la restauration de la fertilité des terres, a presque entièrement disparu. La culture continue, principalement de céréales, est devenue la règle. » (G. Faure et al., 1988). Dans cette région, où le coton ne représente que 4 à 6 % des cultures, 75 % des surfaces sont travaillées de façon continue depuis plus de 15 ans. À l’inverse, dans un terroir peu peuplé, J. Peltre-Wurtz, dans l’étude de Syonfan, en pays sénoufo, au nord de la Côte-d’Ivoire, met en évidence, au début des années 1970, que les 4/5 des champs sont ouverts depuis moins de 4 ans et que seuls 10 % des surfaces sont cultivées (J. Peltre-Wurtz, 1976). Dans cette région, le temps de jachère est de 15 à 20 ans.

65Au début des années 1960, en pays bwa, G. Manessy fait état d’une exploitation intensive dans une région où la densité de population est faible. « Ce déplacement des cultures est une éventualité que l’on s’efforce d’écarter le plus longtemps possible. En règle générale, le soi est exploité jusqu’à complet épuisement. » (G. Manessy, 1960). Les parcelles sont travaillées pendant 6 à 9 ans pour être ensuite laissées au repos pendant une période au moins équivalente. Dans ce contexte, la rotation des cultures sur la parcelle est organisée en fonction de l’exigence des plantes.

66En 1988, à Boho-Kari, les blocs de culture sont ouverts en moyenne depuis 5 ans et 9 mois ; 87 % des blocs ont moins de 8 ans de culture, 67 % moins de 6 ans et 39 % moins de 4 ans. Le nombre moyen de récoltes réalisées depuis l’ouverture du bloc est plus faible pour les exploitations en culture manuelle (4,4) et augmente significativement pour les agriculteurs utilisant la traction bovine ou le tracteur (6,5). Le nombre d’années de culture observé dans les exploitations motorisées est identique à celui des exploitations en culture à traction animale mais doit être relativisé compte tenu de l'introduction récente des tracteurs. La culture motorisée nécessite, en effet, l’agrandissement des surfaces et représente l’occasion d’ouvrir un nouveau bloc dont l’extension à venir est possible et prévue dès le départ.

67Le passage de l’ancien au nouveau bloc de culture se réalise sur deux campagnes. La première année, une nouvelle parcelle est défrichée et ensemencée avant l’hivernage pendant qu’une partie de l’ancien bloc est abandonnée. Au cours de la saison sèche suivante, le nouveau bloc est agrandi alors que la meilleure partie de l’ancien est ensemencée une dernière fois pendant l’hivernage pour être définitivement abandonnée l’année suivante. Il est possible d’augmenter légèrement la surface totale de l’exploitation pendant la transition pour compenser les faibles rendements sur les défriches, mais la marge de manœuvre est faible car la main-d'œuvre familiale disponible pendant les sarclages n’est pas extensible. Une extension trop importante conduirait le paysan à un surplus de travail et aboutirait, en définitive, à l’impossibilité de maîtriser le développement des mauvaises herbes durant la période végétative.

68De l’avis des paysans, le temps d’exploitation des blocs de culture est plus long aujourd’hui qu’au cours des décennies antérieures. Dans la région de Houndé, des paysans exploitaient déjà leur champ depuis 12 ou 15 ans, au moment où ils avaient acquis le tracteur. En 1988, ils ont pratiqué une vingtaine de récoltes et préfèrent restituer régulièrement de la matière organique plutôt que d’envisager un défrichement total sur un nouveau bloc. Pour que le travail au tracteur puisse s’effectuer dans de bonnes conditions, l’ensemble des souches et racines doit être enlevé, alors que la traction bovine peut s’accommoder d’un défrichement plus grossier. Le travail manuel à la houe n’exige qu’un sectionnement des arbres à un mètre du sol, ce qui donne lieu à une reprise de végétation plus rapide quand la parcelle retourne en jachère. Il n’est pas rare de voir des souches reverdir dans les cultures, trois ou quatre ans après l’ouverture du champ.

69Les paysans investissent ensemble les mêmes zones de culture, dans le souci de regrouper les champs pour assurer une surveillance collective. Les paysans sont arrivés ensemble dans le quartier de brousse Bongoro et envisagent de le quitter pour aller cultiver, collectivement, de nouvelles terres dans les brousses inhabitées de Kari, à l’est du village. Ce souhait de déplacement du secteur cultivé s’inscrit dans la dynamique d’appropriation de terres inexploitées.

  • 12 Ce chiffre est légèrement supérieur à d'autres observations faites dans la région des savanes (G. (...)

70Le rapport entre la surface cultivable (3 000 ha) et les surfaces de culture sur le terroir pour la campagne 1988-1989 (427 ha) est de 1 ha cultivé pour 6 ha au repos. Si l’on considère que le temps de mise en culture d’un bloc est de 8 ans12 pour l’ensemble des exploitations, la durée de jachère théorique est de l’ordre de 50 ans en moyenne. La durée de jachère réelle est, en fait, inférieure car les réserves de terre n’ont pas la même potentialité agricole. Si certains terrains très sableux ont été cultivés à la houe par le passé, aujourd’hui, les paysans ne veulent plus les travailler avec les outils tractés. En considérant, arbitrairement, que les paysans n’exploitent que le tiers des terres cultivables, soit 1 000 ha, la durée de jachère théorique est dans ce cas de l’ordre de 18 ou 19 ans. Cette durée élevée de la jachère ne se rencontre pas fréquemment dans la région de Houndé où les paysans interrogés font état de durées inférieures à 7 ou 8 ans. Dans un terroir non protégé, où la pression foncière serait plus forte à la suite de l’installation de populations étrangères, les chiffres seraient évidemment beaucoup plus faibles.

71Les motivations à l’origine du changement de champ relèvent d’une stratégie de contrôle de l’espace mais des motivations d’ordre technique peuvent aussi engager l’agriculteur à défricher un nouvel emplacement qu’il choisira à partir de critères spécifiques.

Le choix d’un nouveau bloc de culture

  • 13 Dans les temps anciens, les champs de village étaient entourés par une tapade de claies en paille (...)

72La modification de l’organisation spatiale ancienne du terroir est intervenue dans la décennie 1940-1950. Les raisons de cet abandon, invoquées par les paysans, concernent essentiellement les dégâts provoqués par les animaux domestiques13. La « paix coloniale » n’obligeait plus les paysans à cultiver, pour des raisons de sécurité, les champs proches du village, régulièrement dévastés par les animaux, et leur permettait de mettre en valeur les champs de brousse. Aujourd’hui, les paysans ne veulent toujours pas ouvrir de nouveaux champs dans les quartiers de brousse trop proches du village, de peur que les animaux en divagation ne détruisent les récoltes. La seconde motivation d’abandon des champs sous parc concernait la difficulté à maîtriser les mauvaises herbes. Le striga « parasitait » régulièrement les cultures et il est fort probable que les terrains ne recevaient plus suffisamment de matière organique et ne livraient, en définitive, que de maigres récoltes.

73Aujourd’hui, les raisons de l'abandon des champs de brousse sont multiples. L’envahissement des mauvaises herbes et plus particulièrement du striga constitue, encore, la première cause de départ. Les paysans relèvent que des apports réguliers de matière organique et qu'un travail du sol en profondeur à l’aide d’outils tractés peuvent combattre efficacement les mauvaises herbes et maintenir l’exploitation du champ quelques années de plus. Les conséquences de l’érosion et la dégradation de la structure du sol, notamment l’apparition rapide d’une « croûte de battance », sont aussi régulièrement avancées comme causes de départ. La baisse de la production qui en résulte constitue, en définitive, l’élément déterminant.

74Les paysans sont unanimes sur les critères de choix d’un nouveau bloc de culture : l’emplacement doit présenter une végétation particulièrement abondante, avec des herbes hautes et de grands arbres. Les paysans assimilent la hauteur de la végétation à l’aptitude agronomique du sol. Si le nouveau bloc doit présenter une végétation abondante, il doit aussi se situer, de préférence, sur les pentes faibles des bas glacis où la terre est « noire », « profonde » et sans « gros cailloux ». Ces caractéristiques se trouvent rassemblées dans les bas de glacis appelés « bontioni ». Le choix de la parcelle revient, en dernier lieu, aux anciens qui connaissent le potentiel des terres, les inconvénients du relief et du type de sol, ainsi que les interdits socio-religieux.

75Bien que la faible densité de population ait préservé l’environnement des actions anthropiques, l’organisation ancienne de la production qui reposait sur un ensemble d’auréoles concentriques à gradient d’intensification décroissante a disparu au profit de l’exploitation unique des champs de brousse. Le déplacement des terroirs de culture des sols légers et peu profonds vers les bas de glacis correspond à un souci d’augmentation de la production, en contrepartie d’une dépense d’énergie plus forte où la puissance de la traction animale ou motorisée se substitue à l’énergie humaine. Des espaces de culture continue côtoient des grandes brousses au repos et illustrent l’excellente situation foncière de Boho-Kari. Malgré cela, la population développe des stratégies collectives de stricte protection du domaine foncier villageois en refusant l’installation des étrangers. En même temps, il se produit une appropriation individuelle de la terre sur fond de droit coutumier. Le contrôle des autorités traditionnelles sur la gestion du patrimoine foncier s’estompe au profit des chefs d’exploitation. En déplaçant les espaces de culture vers la brousse, les paysans ont largement modifié les systèmes de culture.

LE DOMAINE DES CULTURES

76Les changements dans la gestion du patrimoine foncier ont une influence décisive dans le domaine des cultures. La structure de la production agricole a beaucoup changé, par rapport aux temps anciens.

L’ancien système de culture bwa

77Dans le système de production agricole des temps anciens, l’espace était aménagé en auréoles concentriques comprenant des champs de case, de village et de brousse.

  • 14 Les plants de tabac avaient été cultivés, auparavant, en pépinière et repiqués quand ils étaient b (...)

78Le champ de case était cultivé par les hommes et était enrichi par les déchets domestiques déposés tout au long de la saison sèche et enfouis juste avant les pluies. Les semis se faisaient à plat dans une terre riche en humus et finement préparée. Un maïs hâtif y était semé début juin, souvent en association avec du sorgho rouge destiné à la fabrication de la bière et dont les tiges pouvaient servir parfois à la confection des clôtures. En général, deux sarclages suffisaient à contrôler les adventices pendant la période végétative. Courant septembre, les tiges de maïs étaient enfouies dans de profonds sillons et le tabac prenait la place des céréales sur une superficie plus restreinte14 en n’étant récolté qu’après les dernières pluies. En attendant la production des plantes tardives sur les champs de brousse, le maïs des champs de case assurait la soudure alimentaire lors des années déficitaires. Le champ de case n’existait pas de façon systématique dans tous les villages et pouvait se confondre avec les champs de village ou ne pas exister si le village avait été construit sur un emplacement latéritique (G. Savonnet, 1959).

79Le champ de village constituait, avec le champ de brousse, le support de la production agricole de l’époque. L’éventail des cultures pratiquées y était très large et les associations végétales variées. Le type de sol déterminait le choix des cultures ; maïs, sorgho, mil et haricot étaient cultivés sur les hautes terres et maïs tardif, patate douce, igname, riz et taro étaient réservés aux zones plus humides des bas-fonds. Le pois, l’arachide, le fonio et le mil étaient semés sur les sols plus légers. Le paysan enrichissait les terres avec du fumier de mouton ou de bovin qu’il avait recueilli à l’étable et qu’il mélangeait avec précaution à la terre, lors des premières pluies. Il semait à plat le maïs, le sorgho, le mil qui ne tardaient pas à lever ; et un mois plus tard il procédait à un premier binage qui donnait l’occasion de semer l’arachide, le pois, le haricot ou le coton, en association avec la première culture. À la fin juillet, un deuxième binage éliminait les mauvaises herbes et assurait le buttage des plants de maïs, de sorgho et de mil, afin d'augmenter leur résistance à la verse, lors des grosses pluies et des coups de vent du mois d’août. À proximité du sentier qu’elles empruntaient, chaque jour, pour aller puiser l’eau, les femmes semaient quelques plants de gombo, de dâ (hibiscus), de piment ou d’indigo qu’elles pouvaient facilement cueillir par la suite. Les récoltes s’étalaient de la fin août au mois de décembre : le maïs à la fin août, le sorgho rouge hâtif en septembre, les pois et arachides en octobre, le sorgho blanc et le mil à la fin novembre et le coton en décembre. À cette époque, la rotation des cultures paraissait extrêmement limitée et les cultures se succédaient à elles-mêmes, sans réel souci d’alternance (G. Savonnet, 1959). De janvier à mars, le champ était laissé à la vaine pâture des animaux. Le système de culture des champs de village reposait sur la capacité des exploitations à produire de la matière organique qui restait globalement insuffisante. Le cheptel restreint ne permettait pas d’envisager la fumure d’une surface correspondant aux besoins céréaliers de la famille. Certaines parcelles, les plus éloignées du village, ne recevaient pas de fumier.

80Les terres de bas-fonds étaient aménagées plus facilement dans les régions de plaines que dans les pays de collines où le courant des rivières est plus vigoureux. Les aménagements consistaient en l’élévation de buttes de terre de 50 cm, sur plusieurs mètres de long, qui brisaient la force des flots. Dans les bas-fonds où le courant n’était pas trop fort, les paysans semaient du riz sans aménagement particulier. Les buttes de terre recevaient le maïs, la patate ou l’igname. Après les récoltes, chaumes et mauvaises herbes étaient enfouis et les buttes repiquées avec des plants de tabac. Ainsi, le champ de village, qu’il fût sur les terres hautes ou dans les bas-fonds, bénéficiait d’un ensemble de techniques intensives qui se démarquaient nettement de celles mises en œuvre dans les champs de brousse.

81Conquis par défrichement et par brûlage, le champ de brousse était le plus éloigné du village et le plus vaste. Le défrichement pouvait avoir lieu en période sèche ou au mois d’août, lors des grosses pluies ; il était réalisé collectivement avec l’aide de voisins ou de parents venus de l’extérieur. À l’ouverture d’un nouveau champ, on préservait soigneusement les arbres fruitiers. À la fin du mois d’août, quelques poignées de sésame étaient jetées sur la défriche et le grain était récolté en décembre. Les années suivantes, le défrichement se poursuivait pendant la saison sèche, le bois de chauffage étant transporté au village et le reste brûlé sur place, au pied des grosses souches. Aux premières pluies, le sorgho blanc associé au maïs tardif était mis en place ; les arachides et les pois étaient réservés aux sols plus légers. La superficie du champ de brousse dépendait de l’importance de la famille et s’étendait sur plusieurs dizaines d’hectares pour les familles qui regroupaient jusqu’à cent personnes. Chaque année, une partie du champ était abandonnée et une partie équivalente conquise sur la brousse. La culture sur billon était de règle pour les champs de brousse qui regroupaient le sorgho blanc et rouge, le maïs, le mil et plus tard le coton ; pouvaient s’y adjoindre du sésame, des pois, du fonio, des haricots et plus rarement du taro, du chanvre, des calebasses (G. Manessy, 1960). À cette époque, la majeure partie du coton produit était filée sur place et seuls quelques surplus étaient commercialisés.

82Compte tenu de la complexité des systèmes de culture, l’emploi du temps des agriculteurs était très chargé en hivernage et ne s'allégeait qu’en fin d’année ou au début de l’année suivante (figure 18). En général, les agriculteurs se spécialisaient dans un système de culture et, quand ils travaillaient dans les bas-fonds, ils ne cultivaient pas les hautes terres. Devant la variété des plantes et la complexité des techniques culturales, les paysans retenaient celles qui leur semblaient les mieux adaptées à l’environnement de leur parcelle. Quand la disponibilité en terres hautes et profondes était limitée, les paysans préféraient aménager des bas-fonds près du village, à condition que les courants ne soient pas trop violents.

83Au début du siècle, les populations n’utilisaient pas la fibre de coton pour se vêtir bien qu’il existât des variétés locales de cotoncotonnier ; le costume bwa n’était constitué que de deux bouquets de feuilles soutenus par une simple ficelle (L. Tauxier cité par G. Manessy, 1960). Les efforts de l’administration coloniale pour l’introduction du coton furent anéantis par la suppression de la culture obligatoire en 1946, qui entraîna un très net recul de la production. Les paysans continuèrent à cultiver le coton uniquement pour les besoins familiaux et il fallut attendre les années 1950 pour que le volume commercialisé amorce un timide « redémarrage » dans la région de Houndé : 92 tonnes en 1955, 186 tonnes en 1957 et 350 tonnes en 1958 (G. Savonnet, 1959). Ce n’est que dans les décennies suivantes que la culture du coton prit son véritable essor.

84Dans les années 1950, l’évolution du système de culture se traduit par un appauvrissement des plantes cultivées et particulièrement des plantes empruntées aux populations méridionales telles que l’igname, la patate, le manioc, le taro ou les tubercules forestiers (G. Manessy, 1960).

Figure 18. Calendrier cultural bwa « ancien », aux environs des années 1950.

85Entre 1948 et 1950, la Direction des services agricoles vulgarisa le riz blanc asiatique (Oryza sativa) en remplacement du riz rouge indigène (Oryza glaberrima). Les paysans préféraient cette variété nouvelle à port courbé dont le rendement était plus important que celui des variétés locales. À cette époque, les plantes commerciales, l'arachide, le coton, le tabac, l’igname ou le sésame, se développèrent et chaque village se spécialisa dans la vente d’un produit assurant aux producteurs des revenus monétaires inconnus jusqu’alors (G. Savonnet, 1959). La production agricole bwa, au début des années 1950, est à l’aube d’un grand changement. La transformation radicale du système de culture par l’introduction du cotonnier se réalisera au cours des trois décennies suivantes.

Le domaine cultivé en 1988 et l’importance du coton

86Lors de la campagne 1988-1989, le domaine cultivé est de 427 ha sur le terroir et de 131 ha sur le village voisin. Trois cultures principales représentent 94 % de la surface totale : le coton domine largement, suivi par le maïs et le sorgho (tableau V).

Tableau V. Répartition des cultures à Boho-Kari, campagne 1988-1989 (en hectares).

Tableau V. Répartition des cultures à Boho-Kari, campagne 1988-1989 (en hectares).

87Le coton et le maïs représentent, à eux deux, 78 % des cultures et le sorgho 16 %. Les autres cultures sont marginales : l’arachide, le mil, le haricot et le sésame sont régulièrement cultivés sur de petites surfaces et destinés à l’alimentation familiale dans les semaines qui suivent les récoltes. Ces cultures sont consommées dans les campements de brousse pendant le ramassage du coton. L’économie de Boho-Kari s’articule autour de deux pôles : la culture cotonnière, source de revenus monétaires, et le maïs, base de l’alimentation et de revenus complémentaires plus aléatoires.

  • 15 Au moment du paiement de la récolte du coton, la bière de mil est souvent remplacée par la bière i (...)

88Si la population bwa ne consomme pas le sorgho régulièrement sous forme de pâte et lui préfère le gâteau de maïs, elle apprécie volontiers la bière de sorgho tout au long de l’année et plus particulièrement pendant la saison sèche. À tel point que l’absorption de boissons alcoolisées constitue un problème majeur de santé publique15.

89Les cultures associées sont pratiquées par quelques agriculteurs âgés qui, bien qu’ils aient adopté de nouvelles techniques, ne se sont pas résolus à semer toutes les plantes séparément. L’ensemble des cultures est implanté sur les champs de brousse dans le cadre d’un système extrêmement simplifié au regard de l'organisation ancienne. Dans la mesure où chaque paysan exploite, la plupart du temps, un seul champ, les cultures sont uniformément réparties sur l’ensemble du terroir (figure 19).

90Le groupe bwa représente 68 % de la population du village et met en valeur 81 % de la surface cultivée, alors que les Peuls (26 %) ne travaillent que 15 % des terres. Ceci s’explique, en partie, par la motorisation de quelques exploitations bwa qui ont doublé leur surface après et par une plus forte adoption de la traction bovine par les autochtones. Plus de la moitié de la population du village relève d’exploitations possédant un moyen de traction et 490 ha (89 % des cultures) sont mis en valeur par des unités dotées de la culture à traction animale ou du tracteur. À l’inverse, les 19 % de la population des exploitations en culture manuelle ne travaillent que 11 % de la surface totale. La mécanisation agricole constitue bien le critère essentiel de différenciation des exploitations.

Figure 19. Les cultures à Boho-Kari en 1988.

91En effet, 65 % des autochtones bwa sont équipés de matériel de traction bovine ou motorisée : 51 % des paysans bwa détiennent un matériel de traction animale (contre 44 % chez les Peuls) et 15 % possèdent un tracteur. L’acceptation de la traction bovine par les Peuls, au même titre que l’adoption du système de culture bwa, est un bon indicateur de sédentarisation et d’intégration.

92La surface moyenne des exploitations de Boho-Kari est de 8,2 ha. Avec des extrêmes de 0,38 à 30,53 ha, les écarts de surface, de 1 à 80 en valeur absolue, témoignent de la grande diversité des unités de production. Le quart des exploitations ont une surface inférieure à 2,5 ha ; le chef est, alors, âgé et le nombre des personnes présentes dans l’exploitation limité. Celles dont la surface est comprise entre 2,5 ha et 5 ha sont constituées, principalement, par des jeunes non équipés, installés récemment à la suite d’une séparation d'une unité plus importante. Plus globalement, la moitié des exploitations du village ont une surface supérieure à 5 ha et possèdent un moyen de traction animale ou motorisée.

93La part du coton dans la surface d’exploitation représente entre le tiers et la moitié de la surface totale suivant l’équipement en matériel agricole. Si la part cumulée du coton et du maïs représente 48 % dans les exploitations en culture manuelle et 77 % dans les exploitations en culture à traction animale, elle atteint 91 % chez les paysans motorisés. L’augmentation de la part relative du maïs se fait au détriment du sorgho qui a pratiquement disparu des exploitations motorisées. La simplification, à l’extrême, du système de culture dans le dernier groupe se traduit par la polarisation sur les cultures de coton et de maïs, la diminution très sensible du sorgho et la disparition d’un ensemble complexe de cultures secondaires.

  • 16 L’adoption de la culture à traction animale n’a pas toujours pour effet d’augmenter les superficie (...)

94La moyenne des surfaces travaillées par actif augmente avec le niveau de mécanisation (tableau VI). Au regard d’une exploitation en culture manuelle, elle est 1,5 fois supérieure dans une exploitation en culture à traction bovine et 2,6 fois dans une exploitation en culture motorisée16.

Tableau VI. Surface, population et répartition des cultures dans l'ensemble des exploitations agricoles de Boho-Kari, campagne 1988-1989.

95La surface par actif dans les exploitations peules équipées se rapproche de celle des agriculteurs en culture manuelle. Ainsi, deux éleveurs qui exploitent moins de 2 ha ont néanmoins acquis la charrue. Les Peuls n’ont pas de difficulté à se procurer des bœufs de labour qui proviennent de leur élevage et peuvent, quand ils en ont fait le choix, investir dans du matériel de culture à traction animale. En effet, la valeur de l’équipement minimal correspond au prix d’un ou deux bovins adultes. Dans les exploitations peules, le nombre d’hectares par actif (0,73) est deux fois plus faible que dans les exploitations autochtones bwa (1,41).

Les cultures pratiquées

  • 17 A base, notamment, de pyréthrinoïdes de synthèse pour les insecticides.

96Le système de culture consiste principalement en une alternance de coton et de céréales dont le maïs est l’élément essentiel. Dans la mesure où les parasites et les maladies cryptogamiques sont contrôlés par les pesticides17, les paysans ne cessent d’augmenter les surfaces de coton et de son complément indispensable, le maïs, en réduisant les autres cultures. Quand c’est le cas, le non-respect des doses d’application d’insecticides engendre un développement parasitaire d’autant plus sérieux que les surfaces de coton sont étendues. La décennie passée, la rotation des cultures préconisée par l’Institut de recherche agronomique du Burkina Faso comportait une culture de coton, suivie d’une céréale, et se terminait par une légumineuse. Les paysans n’ont pas suivi cette recommandation et ont délaissé l’arachide pour privilégier le sorgho et s’orienter vers une rotation coton-maïs-sorgho. Aujourd’hui, les paysans mécanisés réduisent fortement les surfaces de sorgho et simplifient encore la rotation.

97Un des facteurs de développement du cotonnier réside dans le fait qu’il s’intègre bien à la production céréalière et que la concurrence lors de l’implantation des cultures est résolue par l’alternance des semis liée à la souplesse de culture du coton. En effet, le coton tolère des dates de semis tardives et supporte d’être mis en terre jusqu’au début juillet, sans que la production en soit trop affectée. En fin de saison, le maïs est récolté dès les premiers jours d’octobre, avant le ramassage du coton qui mobilise toutes les énergies. En effet, une fois les capsules ouvertes, le coton doit être récolté rapidement pour éviter une perte de poids à la suite d’une exposition persistante au soleil et aux vents de saison sèche. La récolte suit la maturité des capsules qui s’échelonne de novembre à février. Cette adéquation des calendriers culturaux est à l’origine du développement conjoint des deux cultures, d’autant que le potentiel élevé du maïs couvre largement les besoins alimentaires du groupe et offre l’opportunité de surplus commercialisables, pour peu que la fertilisation chimique soit suffisante.

98Les paysans qui possèdent un attelage de traction bovine cultivent, dans la grande majorité des cas, le coton et le maïs. Le sorgho et l’arachide sont pratiqués respectivement par 82 % et 65 % des paysans du groupe, et le mil par un paysan sur cinq. Le haricot, le sésame et les cultures associées sont quasiment abandonnés. L’appauvrissement de la diversité des espèces cultivées est aussi une caractéristique des exploitations qui ne disposent pas de matériel. Dans une palette relativement restreinte de cultures, coton, maïs, sorgho, arachide et cultures associées, les paysans ne pratiquent, généralement, que deux cultures et quelquefois trois. Leur champ porte une culture vivrière ou une association de céréales et une autre culture, le plus souvent du coton. Les associations de cultures n’apportent pas de diversité dans les plantes cultivées et ne sont que le mélange de plantes semées individuellement par les autres paysans.

99Les associations de cultures sont réalisées, plus particulièrement, par les paysans non équipés et ne représentent que 11 ha, soit 2 % du terroir de culture. Onze agriculteurs pratiquent l’association de cultures : neuf n'ont pas de matériel agricole, et n’exploitent qu’une surface voisine de l’hectare. Ils ont une moyenne d’âge de 58 ans et deux pratiquent la traction bovine. Avec la diffusion de la culture cotonnière, les services de développement agricole ont imposé un mode de culture unique. La difficulté d’application des insecticides quand le coton est associé à une autre culture, la compétition entre les plantes pendant la période végétative ou la nécessité des semis en ligne pour le passage des outils tractés ont eu raison de l’association de cultures. Cette ancienne technique est en voie de disparition avec la cessation d’activité des paysans âgés qui la pratiquaient encore.

100L’arachide se cantonne aux exploitations bwa, sur des surfaces résiduelles, et n’est pratiquement pas cultivée par les Peuls. Elle est réservée aux terres très légères sans qu’elle fasse l’objet d’une attention suivie. De même, bien que le mil soit le support matériel de nombreux rites socio-religieux, les paysans réduisent les surfaces, tout en lui reconnaissant des qualités de résistance à la concurrence des adventices, au repiquage après avoir été démarié et à la présence du striga. Les paysans lui réservent toujours les plus mauvaises terres.

101En 1988, le sésame n’existe pratiquement pas sur le terroir. Pourtant, les paysans déclarent l’utiliser comme culture de défriche après l’ouverture d’un nouveau champ. Si c’était vraiment le cas, l’importance de la culture serait un excellent indice de mobilité des champs sur le terroir. En fait, les paysans sèment régulièrement le sorgho ou le coton sur la défriche et utilisent le sésame quand il est trop tard pour semer les autres cultures. Plante à cycle court, il peut être semé jusqu’à la mi-août, après les importants travaux de défrichement et d’essouchage, facilités par une terre détrempée. Quand c’est le cas, à la fin de la première campagne, le paysan dispose de quelques sacs de sésame très appréciés.

102Quelques planches de patates douces et de pieds de manioc ou d’igname en bout de champ constituent les rares vestiges du système de culture ancien, généralement maintenus par les agriculteurs âgés, dans le souci de préserver des cultures menacées de disparition.

103Dans un système de culture simplifié et largement dominé par le coton et le maïs, la gamme de la succession des plantes sur la parcelle est forcément limitée.

Les successions de cultures

  • 18 L’analyse a porté sur un échantillon de 81 parcelles en production en 1988 qui ont été mises en cu (...)

104À Boho-Kari, 86 % des successions de cultures, observées sur une période de 6 ans, comportent soit deux plantes, soit trois plantes différentes18. Dans le premier cas, qui concerne 41 % des observations, les quatre cinquièmes des successions comportent au moins une année de coton dans la période des 6 ans et consistent, pour la plupart, en une alternance de la culture du coton avec le maïs ou le sorgho. Dans ce type de succession, la culture cotonnière représente, en moyenne, trois récoltes sur six et revient tous les deux ans sur la parcelle, en alternance avec une céréale. Pour le cinquième restant, le coton est remplacé par une céréale ou par de l’arachide. Dans le second cas, qui représente 45 % des observations, les parcelles ont une succession qui comporte trois plantes dont deux systématiques : le coton et le maïs. Dans cette succession, la majorité des cultures sont alternées et les paysans évitent de faire revenir une même plante deux années consécutives : les trois quarts des observations de ce groupe ne comportent pas de répétition deux années de suite, pendant les six ans. La troisième plante est principalement du sorgho et éventuellement une autre culture. Dans ce cas, la part du coton dans la succession est moins importante et l’on observe une rotation du type coton-maïs-sorgho ou autre culture.

105En définitive, dans 86 % des cas, les paysans pratiquent deux types de successions dominants : coton-céréale ou arachide, le coton revient tous les deux ans, ou coton-maïs-sorgho ou autre, le coton revient alors tous les trois ans.

106Le reste des successions est marginal. Sur l’échantillon, seuls deux cas de monoculture de sorgho (2 %) ont été relevés sur la période des 6 ans. Enfin, les successions comportant quatre plantes représentent 12 % de l’ensemble des observations. Dans les exploitations mécanisées, où la part du coton représente 50 % de la surface, le coton alterne régulièrement tous les deux ans avec, principalement, du maïs dans les exploitations motorisées et avec du maïs et du sorgho ou une autre culture dans les exploitations de culture à traction animale.

107Si, par le passé, la variété et la complémentarité des cultures assuraient aux paysans un régime alimentaire équilibré dans les années fastes mais déficitaire dans les moments de crise, ceux-ci n’étaient jamais à l’abri de disettes passagères au moment de la soudure. Cependant, les réserves accumulées dans des greniers prévus à cet effet permettaient d’attendre les nouvelles récoltes. L’introduction du coton dans les systèmes de culture basés sur la polyculture vivrière a eu pour première conséquence positive de rompre les successions de cultures céréalières et, dans la mesure où le coton reçoit une fumure minérale, de provoquer une amélioration des rendements des céréales qui le suivent. Aujourd’hui, le processus de simplification du système de culture, qui repose, dans sa version la plus simple, presque exclusivement sur le coton et le maïs, est induit et renforcé par le succès conjoint de la culture cotonnière et de la traction bovine. La culture du maïs s’intègre bien au calendrier cultural du coton tout en bénéficiant de son équipement et en justifiant l'investissement. Le maïs devient la base de l’alimentation humaine qui perd la variété des sources de protéines de l’ancien régime mais bénéficie d’une couverture régulière des besoins. Avec la diminution des espèces, une rotation équilibrée des cultures n’est plus possible et le risque de voir s'installer durablement les parasites grandit. L’utilisation systématique d’insecticides de plus en plus performants dans le cadre d’un programme strict devient une condition essentielle pour la réussite du coton. À l’inverse, le maïs ne pose pas de problèmes parasitaires particuliers et supporte la monoculture sur de longues périodes. La simplification du système de culture instaure un équilibre précaire et rend les paysans plus dépendants des aléas climatiques et des variations de prix. Ce nouvel environnement exige des acteurs l’acquisition de nouveaux savoir-faire et de meilleures capacités de gestion qui dépassent la seule production. Enfin, la diffusion de la culture à traction animale est à l’origine de la diversification des activités des paysans autochtones dans le domaine de l’élevage.

LE DOMAINE DE L’ÉLEVAGE

108À Boho-Kari, seul l’élevage bovin est important ; les petits ruminants, les porcins et la volaille sont élevés dans la majorité des exploitations mais à une échelle restreinte. L’élevage bovin est directement lié à la mécanisation et représente, pour les agriculteurs, une réserve monétaire facilement mobilisable pour satisfaire les nombreuses obligations sociales. Les funérailles, les rites socioreligieux, les accidents et les longues maladies, l’alimentation des travailleurs temporaires et des étrangers, ainsi que les besoins monétaires exceptionnels, constituent les principales causes de prélèvement. Pour les paysans qui possèdent des femelles reproductrices et qui pratiquent la culture à traction animale, l’intérêt majeur reste la production de bœufs de labour et, dans une moindre mesure, de fumier pour l’enrichissement des sols.

Remise en cause des domaines de compétence entre paysans bwa et éleveurs peuls

  • 19 73 % des chefs de famille se regroupent sous le patronyme Barry et le reste sous les patronymes Ta (...)

109En saison sèche, de nombreux troupeaux se déplacent pour pâturer l’herbe des bas-fonds ou les tiges de céréales restées sur les champs. La plupart des troupeaux viennent des villages voisins et notamment du campement peul installé à la périphérie du terroir. Ce campement de 15 familles « nomades » rassemble 150 personnes qui tentent de se sédentariser dans la région où les pâturages sont suffisamment vastes19. L’autorisation de pâturage sur le terroir a été obtenue auprès du chef de terre et des chefs de lignage, après consultation des éleveurs déjà sur place.

  • 20 La fiabilité des données de l’enquête nationale lancée en 1988-1989 par le ministère de l’Agricult (...)

110Au cours de la saison sèche, d’autres troupeaux viennent des villages du sud. Rassemblant une centaine de bêtes ou plus, ils sont guidés par plusieurs bouviers qui préfèrent entraîner les animaux vers les repousses de mauvaises herbes sur les chaumes plutôt que de les guider vers les pâturages de brousse. Dans l’ensemble de l’aire cotonnière, une évaluation récente fait état d’un chargement moyen d’un animal adulte pour 13 ha de parcours (CCCE, 1990). En extrapolant ce chiffre, avec beaucoup de réserve, au terroir de Boho-Kari, l’ordre de grandeur de la capacité de chargement du terroir est de 600 bovins20. Aujourd’hui, la plupart des troupeaux sont détenus par les Peuls sédentarisés.

111Dans la région de Houndé, les agriculteurs qui utilisent la culture à traction animale détiennent, en moyenne, un petit troupeau de cinq bêtes par exploitation (M. Berger, 1988). Ces animaux sont traditionnellement confiés aux éleveurs peuls. Ainsi, 65 % des troupeaux gardés par les Peuls appartiennent aux populations sédentaires et regroupent en moyenne 80 bovins, avec une majorité de femelles (H. Guibert, 1988). La proportion des femelles dans le troupeau varie au cours de l’année et augmente sensiblement à la fin de la saison sèche, après la vente des bœufs destinés à la traction bovine.

  • 21 Pratique consistant à confier les animaux aux éleveurs peuls sur de longues durées par accord cont (...)

112La pratique du « confiage »21 des animaux commence à s’effriter à Boho-Kari. Quelques agriculteurs ayant eu de sérieux conflits avec les éleveurs qui avaient la garde du cheptel préfèrent se charger eux-mêmes de leurs animaux. Les agriculteurs autochtones aisés tentent d'acquérir des bovins après avoir été familiarisés aux pratiques de l’élevage, à la suite de la première expérience d'entretien des bœufs de labour. Quand la main-d’œuvre est suffisante, ils font garder les animaux par un enfant de la famille qui ramène le petit troupeau au village, en fin de journée. Puis, quand le troupeau prend de l’importance, un bouvier peul, sans bétail, est recruté et rémunéré sur une base contractuelle pendant la saison sèche.

113Néanmoins, les agriculteurs utilisent souvent les services des éleveurs pour soigner leurs animaux. Le savoir-faire des pasteurs est largement reconnu et mis à contribution par les autochtones. En cas de blessure, l’éleveur cautérise les plaies avec un fer rouge ; il sait construire les parcs à bestiaux et choisit les bons emplacements pour le pâturage. Bien que la pratique du confiage soit en régression, de nombreux agriculteurs font cependant garder leurs bêtes et se libèrent ainsi des tâches de gardiennage, dans un contexte où la main-d’œuvre familiale est rare. Quand le pasteur connaît bien les pâturages et les points d’eau de la région, la croissance et la sécurité des animaux sont assurées tout au long de l’année. Encore faut-il que le bouvier assure correctement sa tâche, ce qui n’est pas toujours le cas.

114En outre, les paysans autochtones sont amenés à remettre leurs quelques vaches à l’éleveur pour qu’elles soient montées par les géniteurs du troupeau d’accueil, plutôt que d’entretenir un mâle non castré, improductif. En saison sèche, l’éleveur peul déplace les animaux vers des zones de pâturages et de points d’eau afin de pourvoir une alimentation correcte au cheptel. Chaque année, un éleveur transhumant de Boho-Kari descend en pays lobi, au cours d’un long et difficile périple.

115Les conflits entre éleveurs et agriculteurs autochtones sont légendaires et illustrent les rapports difficiles qu’entretiennent les deux communautés. De nombreux paysans autochtones se plaignent des exactions des éleveurs ; les différends portent souvent sur la perte d’un animal. Un agriculteur, retraité de l’armée, raconte ses déboires : « Quand j’étais en garnison au Mali, j’avais 50 bœufs que j'avais confiés à un Peul. J’avais acheté ces bœufs avec l’argent de l’armée. Quand je suis rentré, le Peul a dit qu’ils étaient tous morts. En 1975, j’ai racheté 4 bœufs et en 1976, 4 autres que j’ai confiés à un autre Peul, bientôt décédé. Ses enfants m’ont dit que tous mes bœufs étaient morts. » La véracité de cette histoire mériterait d’être éclaircie par la version des éleveurs. Quoi qu’il en soit, elle traduit bien l’opinion des agriculteurs, qui pensent que les éleveurs veulent les gruger. Néanmoins, ils continuent de leur confier leurs animaux à condition de ne plus partir en transhumance.

  • 22 La tine est une unité de mesure qui correspond à 17 kg de maïs.

116Les contrats de confiage sont très variés. Suivant les cas, l’éleveur garde un veau pour 10 nés vivants et reçoit, à chaque vêlage, une ou deux tines22 de sorgho avec un peu de sel et des condiments. Il peut être aussi rémunéré à la fin de chaque mois par une somme variant de 1 500 à 5 000 F CFA, avec un complément non systématique de vivres et de sel. L'éleveur a la charge de la surveillance des saillies et de l’état d’embonpoint des reproductrices qu’on lui a confiées. Quand le propriétaire reprend ses animaux, il donne, en général, un géniteur mâle en complément de la rémunération déjà versée. En hivernage, le lait est laissé à l’éleveur, qui se doit d’en remettre une petite quantité au propriétaire pour sa consommation personnelle.

117Les éleveurs sont de plus en plus conscients de détenir, avec le fumier des animaux, une nouvelle richesse qui commence à se monnayer. Les exemples ne manquent pas d’agriculteurs qui, désirant obtenir du fumier, ont dû donner soit une tine de maïs contre 42 charrettes de fumier, ou bien la valeur d’un parc à bestiaux pour 8 tines de maïs et 2 sacs de sel. La plupart des éleveurs donnent le fumier en exigeant en contrepartie que l’agriculteur en dépose dans leur champ une charretée, après en avoir prélevé dix pour lui. Ces pratiques concernent les détenteurs de charrettes et, plus particulièrement, les paysans qui disposent d’un tracteur. En contrepartie du fumier, les éleveurs peuvent obtenir un droit de pâture sur les chaumes. Cette pratique n’est tolérée qu’à la fin de la récolte du coton, au mois de février ou au mois de mars, mais elle est largement entravée par la présence des billons qui empêchent les animaux de s’allonger et de se reposer sur les parcelles.

La conduite du troupeau bovin

118Au début de l’hivernage, au mois de juin, les premières pluies sont à l’origine d’un tapis herbacé dense et de bonne qualité. Le fourrage est abondant et les éleveurs qui avaient quitté le village pour la saison sèche sont de retour. C’est le moment des vêlages qui s’étalent principalement sur deux périodes, d’avril à juillet et de septembre à octobre. L’éleveur essaie de faire saillir ses femelles, note précisément les retours en chaleur des reproductrices et tente de faire prendre du poids à l’ensemble des animaux (figure 20).

119Au mois de septembre, les plantes annuelles sont en fructification et n’ont plus une grande valeur alimentaire alors que les formations de vivaces représentent encore un pâturage de qualité. À cette période, l'éleveur essaie de parfaire l’embonpoint du bétail et de faire saillir les femelles retardataires. Les zones d’inondation se sont asséchées et de riches pâturages ont ainsi repoussé. Au cours de la saison sèche, d’octobre à fin mars, les plantes vivaces ont fructifié et deviennent difficilement consommables. Il faut alors attendre la récolte pour que les résidus soient disponibles à un moment où toutes les herbes sont sèches et, par endroits, où le feu a mis le sol à nu. À cette période, les arbres ont perdu leurs feuilles, le pâturage s’appauvrit, la qualité du fourrage devient médiocre et l’abreuvement un véritable problème. Dans certains endroits, le passage du feu peut stimuler les repousses de vivaces qui sont très appréciées des animaux.

Figure 20. Calendrier de conduite de l’élevage à Boho-Kari en 1988.

120À Boho-Kari, quatre éleveurs pratiquent une transhumance éloignée et partent vers le sud pendant la saison sèche. Les autres troupeaux pâturent le terroir ou celui du village de Kari et séjournent en brousse pendant la période sèche, sans s’éloigner de plus d’une vingtaine de kilomètres. La famille reste au village et le chef d’exploitation visite son cheptel plusieurs fois par semaine alors que les jeunes enfants, qui gardent les animaux, se relaient régulièrement, après quelques jours passés en brousse. Au mois de mars, les jeunes feuilles des arbres servent de pâturage en attendant les premières pluies mais ne suffisent pas à couvrir les besoins alimentaires. Pendant cette période critique, les animaux sont faméliques et les pertes nombreuses car les pratiques de stockage et de réserve d’aliments sont inexistantes. Seuls les agriculteurs utilisant la culture à traction animale stockent quelques charretées de fourrage et de fanes d’arachide ou de tiges de sorgho et en emmagasinent, tout au plus, trois à quatre charrettes par paire de bœufs.

Le cheptel de trait

  • 23 Au Sénégal, dans le Sine Saloum, 20 % des attelages sont formés de vaches et se retrouvent plus pa (...)
  • 24 Dans la région de Houndé, seuls 8 % des bœufs proviennent du cheptel familial, 70 % sont issus du (...)

121La culture à traction bovine et le dressage des bœufs sont des pratiques relativement nouvelles pour les autochtones, qui les ont adoptées massivement au cours de la décennie 1980. Dans l’aire cotonnière du Burkina Faso, seuls les mâles castrés sont attelés et, contrairement à d’autres régions d’Afrique de l’Ouest, les vaches ne le sont pas23. La castration, quand elle est trop tardive, n’efface pas le caractère turbulent de l'animal et certaines difficultés de dressage rencontrées par les agriculteurs bwa en sont la conséquence. Une castration précoce, avant la fin de la première année, aurait de fâcheuses conséquences sur le développement de l’animal compte tenu des disponibilités fourragères réduites pendant la saison sèche. Aussi les possesseurs d’animaux préfèrent-ils attendre que l’animal soit adulte. Majoritairement, les bœufs sont achetés à l’extérieur du village et, après l’achat, l’agriculteur se retrouve, du jour au lendemain, avec des animaux qu’il doit dresser et conduire, sans en avoir l’habitude24 Le dressage s’effectue à la fin de la saison sèche ou au début de l’hivernage, pendant un mois. Dans un premier temps, l’agriculteur habitue sa nouvelle paire de bœufs à la pose et à la tolérance du joug, puis l’initie aux déplacements et aux changements de direction. Quand les bœufs se sont habitués l’un à l’autre et supportent l’entrave du joug, l’agriculteur peut commencer l’apprentissage de la traction. Les paysans préfèrent commencer le dressage juste avant l’hivernage pour qu’ils puissent enchaîner sur les labours, dès les premières pluies. Les animaux sont dressés par paire et attelés solidairement par un joug double de garrot constitué par une « pièce de bois grossièrement arrondie au contact de l’encolure et creusée en écuelle sur sa face inférieure pour bien s’adapter au garrot. La fixation du joug fait appel à des cordes ou à des fers courbés en U qui se réunissent à la partie inférieure de l’encolure. » (P. Jabert, 1985). L’écartement entre les deux animaux est de l’ordre de 75 à 90 cm et la longueur du joug de 120 à 140 cm. Le joug de garrot est bien adapté aux zébus qui peuvent tracter plus facilement avec les épaules et restent plus libres de leurs mouvements.

122L’équipement tracté est constitué principalement par la charme, le sarcleur et le butteur. Ces matériels sont vendus par les services techniques de l’État à des prix officiels et uniformes sur le territoire national. Un autofinancement de 20 % du montant de l’investissement est exigé pour avoir accès à un emprunt de la Caisse nationale de crédit agricole à 11 %, dont les remboursements annuels sont constants. Il est possible aussi d’acheter le matériel au comptant.

123C’est après le paiement de la récolte du coton que le nouvel adepte de la culture à traction animale se met en quête des bœufs de labour et du matériel de traction.

L’alimentation des bœufs de trait

124La contrainte majeure de la conduite des bœufs de trait réside dans la recherche d’une ration alimentaire équilibrée et régulière tout au long de l’année. À la fin de la période critique de la saison sèche, les bœufs n’ayant pas reçu de complément alimentaire se retrouvent dans un état de dénutrition très marquée, alors que les travaux d’hivernage doivent commencer (P. Jabert, 1985). Une des raisons du retard observé dans les calendriers culturaux trouve son origine dans la dénutrition des bœufs, qui doivent se remettre du stress de la saison sèche en pâturant les jeunes graminées annuelles à haute valeur énergétique et protéique.

125Une analyse des besoins énergétiques des animaux à cette période montre que les pâturages peuvent largement couvrir les besoins d’entretien et de déplacement de l’animal et une partie des besoins de travail. Mais le coefficient d’encombrement des graminées pâturées étant trop élevé, le pâturage ne peut satisfaire la totalité des besoins générés par le travail. Un complément énergétique faisant appel aux céréales ou à des sous-produits agro-industriels est donc nécessaire. Dans la mesure où les paysans n’apportent pas de complément alimentaire lors des travaux, si ce n’est la pierre à lécher qui libère les éléments minéraux nécessaires à la régulation du transit intestinal, les animaux sont plus vite fatigués et souvent exténués à la fin de la période des labours. Les paysans pallient ce déficit énergétique en utilisant plusieurs paires de bœufs qu’ils laissent au repos après un travail quotidien de 2 ou 3 heures. L’obligation de posséder une deuxième paire de bœufs, pour pallier leur état déficient, génère des dépenses supplémentaires, à la défaveur de la traction animale.

126La capacité maximale d’ingestion de matière sèche, suivant la qualité des fourrages, varie de 1,5 à 3 kg de matière sèche par 100 kg de poids vif. Cette capacité d’ingestion peut être limitée si l’animal n’a pas à sa disposition suffisamment d’eau. En hivernage, le problème ne se pose généralement pas, car les points d’eau sont nombreux, le pâturage très riche en eau et les villageois attentifs à un abreuvement régulier des animaux. En saison sèche, la majorité des fourrages disponibles dans les parcours naturels ne forme alors qu’un aliment de lest de médiocre qualité, pauvre en énergie et très insuffisant en matière protéique.

  • 25 Dans la région de Houndé, 40 % des exploitations utilisant la traction bovine distribuent, en moye (...)

127Le déficit alimentaire d'une ration à base de paille de graminées (valeur moyenne 0,30 unité fourragère et 5 g de matière azotée digestible au kg de matière sèche) est impressionnant : la ration de base d'un animal qui pâture la brousse sèche ne couvre que 50 à 60 % de ses besoins en énergie et seulement 13 % de ses besoins en matière protéique. Le bilan extrêmement déficitaire peut, dans la réalité, être légèrement atténué dans la mesure où l'animal pâture quelques feuilles d’arbres, gousses ou fruits, plus riches en matière protéique. Mais, globalement, un déficit important subsiste, très en deçà du seuil critique, obligeant les animaux à catalyser une partie de leurs protéines musculaires. Le calcul du déficit d’une ration à base de résidus de récolte, tels que les pailles de sorgho, donne le même résultat. Si les résidus de récolte constituent un stock de mauvaise qualité, ils restent néanmoins intéressants au regard des faibles possibilités offertes par la brousse à cette époque. Le calcul du déficit alimentaire montre à quel point la période sèche constitue un stress pour les bœufs de trait, une fois qu’ils sont remis dans le troupeau pour le gardiennage, jusqu’au début de l’hivernage. Quand ils passent la saison sèche à l’attache au village et que les paysans distribuent des tiges de sorgho et des fanes d’arachide, les dommages sont largement minorés25.

128Pour les travaux des champs, les bœufs de trait sont utilisés à 50 % lors des labours, 19 % pendant les sarclages et 31 % au cours des buttages. Les labours non affinés par un passage d’outil supplémentaire rendent l’utilisation du semoir très difficile et expliquent l’absence de semoirs tractés. Le transport des marchandises constitue, pour les agriculteurs, l'élément déterminant dans l’adoption de la traction bovine ; la culture à traction animale n’étant pas l’élément premier dans la décision. Les tâches domestiques de transport d’eau, du bois de chauffe, des récoltes, des fourrages, du fumier et des matériaux de construction sont largement assurées par les charrettes. Ces activités sont rémunératrices pour les détenteurs de bœufs de trait qui assurent le transport de marchandises pour leurs voisins.

La « carrière » des bœufs de trait

  • 26 Dans la région de Houndé, les bœufs commencent à travailler entre 3 et 4 ans. L’âge moyen des bœuf (...)
  • 27 Au Sénégal, dans le bassin arachidier, la carrière moyenne d’un boeuf de trait est de 3 ans. La du (...)

129Le type génétique des bœufs de trait, dans la région de Houndé, est fortement métissé : le type méré, de petite taille, a été amélioré par le type zébu pour donner naissance à un bovin dont le phénotype se rapproche du second. Il a hérité, en partie, de la trypanotolérance des taurins et a gardé une bosse cervicale résiduelle qui facilite la pose du joug de garrot. Ces bœufs d'un gabarit de 300 à 350 kg sont prisés par les agriculteurs pour leur puissance de traction et leur qualité de viande de boucherie, en fin de carrière26. Une forte mortalité incite les paysans à garder le plus longtemps possible les animaux qui ont pu résister jusque-là. Dans la mesure où ils redoutent la période du dressage et préfèrent maintenir un boeuf âgé plutôt que de renouveler fréquemment l’expérience de l’apprentissage, la carrière des animaux est longue27.

130Une épizootie de peste bovine, en 1985, a touché très largement le cheptel de trait et décimé jusqu’à 20 % des effectifs. Les pertes par mortalité restent la première cause de prélèvement sur le cheptel et seule une pratique sanitaire efficace permettrait d’enrayer le phénomène. De même, la valorisation des bœufs de trait en fin de carrière pourrait être sensiblement améliorée en proposant aux paysans de réformer leurs animaux plus jeunes afin qu’ils puissent les valoriser correctement pendant la période d’embouche ; ce changement nécessiterait, en contrepartie, un dressage plus précoce pour les bœufs de remplacement.

RENCONTRE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ÉLEVAGE : LA DIFFICILE RESTITUTION DE LA MATIERE ORGANIQUE

131Dans la logique « technicienne », la « sédentarisation » des paysans sur leur bloc de culture et le maintien de la fertilité du sol nécessitent la restitution de matière organique, sous forme de terre de parc ou de fumier. Le manque de bétail dans les exploitations et la non-valorisation des déjections disponibles sur les terres de culture ont poussé l’Institut d’études et de recherches agricoles du Burkina Faso (Inera) à proposer la production de fumier et la constitution d’un cheptel dans chaque exploitation (M. Bergeret al., 1986, 1988).

132Une étude sur les sols ferrugineux tropicaux de l’aire cotonnière montre que 50 % des échantillons collectés présentent un taux de matière organique faible, variant de 0,80 à 1,30 %, et un pH moyen de 5,9 (M. Berger et al., 1986). Les auteurs relèvent que, d’un point de vue pratique, les cultures ne « répondent » plus aux engrais quand le taux de matière organique est inférieur à 0,6 % et que le coton ne se développe pas dans les sols où le pH est inférieur à 5. Une restitution de matière organique s'impose donc pour relever le taux d’humus et protéger le complexe argilo-humique du sol.

133Dans la région, le taux de minéralisation annuelle de la matière organique est de 2 % et la densité apparente du sol est de 1,6, en moyenne. Si l'on retient un taux de matière organique dans le sol de 1 % et que l’on considère un horizon travaillé de 20 cm, le poids de terre travaillée par hectare est de 3 200 tonnes, le poids de matière organique disponible de 32 tonnes et le poids de matière organique dégradée chaque année de 640 kg. Cette dégradation est compensée avec un apport de 2 tonnes de fumier à 30 % de matière organique ou un apport de 6 tonnes tous les 3 ans. Dans cette suggestion, l’Inera propose d’incorporer le fumier avant la culture du maïs.

  • 28 La terminologie « parc d’hivernage » fait référence à la maturation du fumier qui a lieu, en grand (...)

134Deux solutions sont envisagées pour restituer la matière organique : soit par la voie traditionnelle de la production de « terre de parc », soit par la technique du « parc d’hivernage ». La terre de parc est constituée des déjections séchées des animaux ayant stationné au même endroit, sur les aires de repos, pendant la saison sèche. Une enquête de l’Inera sur les exploitations utilisant la traction bovine montre qu’avec une surface moyenne de 8 ha et 5 têtes de bovins la production de terre de parc est de 3 tonnes par exploitation (Inera, 1985). Dans cette hypothèse, la couverture des pertes de matière organique d’une exploitation de 8 ha nécessite la présence de 27 animaux adultes. Les grandes exploitations motorisées dont la surface moyenne est de 27 ha nécessitent 90 bovins. Ces quelques chiffres montrent clairement qu’il n’est pas possible de résoudre la restitution de la matière organique par la technique traditionnelle de production de terre de parc. L’Inera a donc proposé et tenté de vulgariser la fabrication de fumier dans un parc d’hivernage28.

La production de fumier dans le parc d’hivernage

135L’objectif de la technique dite du parc d’hivernage est de produire du fumier de qualité à partir des résidus de récolte de sorgho, dans un endroit clos où les animaux séjournent en saison sèche. La production du fumier s’étale sur deux campagnes agricoles.

136Après la récolte du sorgho, un parc, où sont déposées les tiges, est construit à proximité de la parcelle. Les tiges de sorgho sont déposées par couches successives et, pendant la saison sèche, les animaux passent la nuit dans le parc, en assurant le piétinement et l’enrichissement des tiges par leurs déjections. L’hivernage suivant, les pluies imbibent le fumier qui est ensuite laissé au repos pendant la nouvelle saison sèche pour être épandu l’année suivante, au début du second hivernage, quand il est prêt à l’emploi. Une période de repos d’un an est en effet nécessaire pour recevoir les eaux de pluie, accélérer les fermentations et permettre aux acides, inclus dans les tiges, de se dégrader (figure 21).

Figure 21. Cycle de production du fumier dans le parc d'hivernage.

137Un fumier trop « jeune » comporterait des risques d’accident de germination pour les cultures suivantes. La parcelle de sorgho, d’où ont été prélevées les tiges, est semée avec du coton pendant le premier hivernage, puis avec du maïs pendant le second, après avoir reçu le fumier à raison de 6 tonnes par hectare avant le labour de la parcelle.

138La succession sorgho-coton-maïs est respectée et les manipulations des tiges et du fumier sont limitées à la parcelle. Dans la mesure où la culture de sorgho change de parcelle chaque année, plusieurs parcs doivent être établis si les parcelles sont éloignées. Quand elles sont réunies sur un champ, un seul suffit. Pour assurer le piétinement des tiges d’un hectare de sorgho, 800 nuitées de bovin sont nécessaires et quand les animaux sont présents, suivant les cas, 100 ou 150 jours pendant la saison sèche, la transformation demande 5,3 ou 8 bovins par hectare.

  • 29 Cette surface correspond à la moyenne des exploitations motorisées de l’aire cotonnière pour lesqu (...)

139Pour couvrir les besoins en matière organique, une exploitation de 27 ha29 a besoin de 54 tonnes de fumier et, pour les produire, 9 ha de sorgho et 47,7 animaux présents pendant 150 jours ou 72 animaux pendant 100 jours sont nécessaires. En fin de saison sèche, avant la culture du maïs, le fumier doit être enfoui rapidement dans le sol pour éviter que la pluie ne lessive les éléments nutritifs issus de la dégradation. L'introduction de phosphates naturels pendant la maturation du fumier augmente son efficacité une fois dans le sol.

140Bien que la proposition technique soit d’un intérêt majeur et qu’elle demande un troupeau moins important que la technique traditionnelle, elle présente néanmoins de sérieuses limites.

Les limites du parc d’hivernage

141D’un point de vue strictement technique, la réussite de cette innovation est conditionnée par l’état de santé des animaux, la qualité de leur abreuvement et de leur alimentation autour des parcs d’hivernage pendant la saison sèche, d’une part, et par la détention d’une surface suffisamment grande de sorgho, d’autre part. L’enquête menée par l’Inera a montré que seulement 10 % des exploitations de la région possédaient suffisamment de bovins et cultivaient assez de sorgho pour réaliser le plan de fumure proposé (Inera, 1985). Les axes de vulgarisation consistent donc à suggérer aux agriculteurs de semer plus de sorgho et de constituer des troupeaux adaptés à la surface cultivée.

142La confrontation de cette proposition technique au contexte du village de Boho-Kari, qui est un terroir peu « saturé », met en évidence un ensemble de contraintes.

143En 1988, les troupeaux importants sont aux mains des éleveurs peuls sédentaires et « nomades » qui pâturent le terroir avec l’autorisation des lignages détenteurs des droits fonciers permanents. Dans le même temps, des agriculteurs autochtones bwa tentent d’acquérir des troupeaux à l’aide de l’épargne des revenus cotonniers. Ainsi, à titre d'exemple, une des exploitations les plus importantes du village a augmenté son troupeau de 24 bêtes en 4 ans et est passée de 7 têtes en 1984 à 31 en 1988. Qu’adviendra-t-il des droits de pâture des éleveurs peuls si tous les agriculteurs autochtones acquièrent le cheptel suggéré par le schéma technique de l’Inera ? La compensation des pertes en matière organique des 558 ha de culture demande la présence de 985 à 1 488 bovins suivant qu’ils sont là 150 ou 100 jours pendant la saison sèche, alors que le chargement moyen d’un animal adulte pour 13 ha de parcours n’autorise l’alimentation que de 600 bovins sur le terroir. La restitution de matière organique n’est donc pas envisageable dans ces conditions car aux 250 bovins déjà détenus par les autochtones s’ajoutent les troupeaux des éleveurs qui saturent déjà le terroir. À l’avenir, une augmentation du cheptel exclurait d’office les étrangers et contesterait le droit au pâturage des éleveurs peuls sédentarisés, sans que le nouveau cheptel villageois puisse, pour autant, satisfaire totalement ses besoins. De plus, la technique du parc d’hivernage nécessite la présence des animaux sur l’exploitation pendant plusieurs mois en saison sèche. L’agriculteur autochtone qui n’a pas les compétences requises devra les acquérir pour concurrencer, en définitive, l’élevage traditionnel peul et remettre en cause les rapports contractuels entre les deux communautés. Dans ces conditions, les conflits ne manqueront pas de surgir.

144Le parc d’hivernage trouve sa raison d’être dans la mesure où la part du sorgho représente le tiers des cultures. À Boho-Kari, il ne représente plus que 16 % des surfaces totales et tombe à 7 % dans les exploitations motorisées. Compte tenu de la rentabilité économique de la culture du sorgho, il est impensable que les agriculteurs augmentent cette culture de façon significative.

145Faut-il persévérer dans cette voie, dans la mesure où, en outre, la production de fumier entre en compétition avec les autres travaux agricoles ? Le transport des tiges de sorgho vers le parc d’hivernage est à effectuer pendant la récolte du coton qui représente le temps de travail le plus important de l’année. De même, l’épandage du fumier doit être réalisé au début de l’hivernage, à une période où les paysans sont occupés aux labours et aux semis.

  • 30 Soit 45 F CFA le kg de céréales et 95 F CFA le kg de coton. Il s’agit de francs CFA d’avant la dév (...)

146D’un point de vue économique, les estimations du coût de production de la matière organique sont de 19 000 F CFA par hectare, dans l’hypothèse la plus favorable. Ce chiffre correspond à 422 kg de céréales ou à 200 kg de coton30. Il équivaut à la fumure minérale déjà dépensée par les agriculteurs dans les exploitations motorisées. Autant, pour le paysan, un prix élevé pour l’achat d’engrais chimique peut se comprendre, autant des dépenses similaires paraîtront excessives pour l’apport de matière organique, quand bien même elles ne correspondraient pas à des sorties de numéraire.

147D’autre part, au cours de la saison sèche, les tiges de sorgho constituent un fourrage grossier de mauvaise qualité, mais très apprécié dans un contexte de grande pénurie. Le dilemme est de taille pour l'agriculteur qui augmente son cheptel et ses besoins en fourrage grossier : doit-il stocker les tiges pour les distribuer au cheptel en saison sèche ou les transformer en fumier ?

148Enfin, dans les exploitations motorisées, la concurrence entre les investissements agricoles est importante et l’agriculteur doit choisir entre le matériel et le cheptel. En fait, le paysan investit, en priorité, dans le matériel complémentaire au tracteur tant qu’il ne possède pas la chaîne complète et se résout tout juste à renouveler ses bœufs de labour.

149En définitive, si la technique du parc d’hivernage représente une tentative de solution au problème majeur de la dégradation de la matière organique et correspond à une volonté de pérenniser l’exploitation sur le bloc de culture, les difficultés énumérées montrent les limites de cette proposition qui s’applique au domaine restreint du maintien de la fertilité des sols, mais a des conséquences sur l’ensemble de la production. Cette démarche ne correspond pas à la façon dont les agriculteurs conçoivent le maintien de la fertilité des sols et l’utilisation des réserves de terres. Les paysans ne tiennent pas forcément à exploiter longtemps la même parcelle car leur souci premier est de pérenniser leur droit sur leurs anciennes jachères par la mise en culture régulière. Dans l’esprit de l’agriculteur, le maintien de la fertilité du sol ne se raisonne que dans le cadre de son domaine foncier d’exploitation qu’il tente toujours d’agrandir.

CONCLUSION : CHOIX TECHNIQUES ET STRATÉGIE FONCIERE

150Les dynamiques d’utilisation de la terre repérées à Boho-Kari s’observent aussi largement dans l’ensemble de l'aire cotonnière du Burkina Faso, où la mécanisation agricole participe à la transformation de l’organisation de l’espace en ouvrant l’accès aux terres lourdes, dans les brousses éloignées. Un choix difficile se pose aux exploitants, qui doivent fournir un gros travail de défrichement des parcelles, sachant qu’ils ne doivent pas les travailler trop longtemps s’ils veulent réexploiter leurs anciens champs pour y maintenir leurs droits de culture ou en ouvrir de nouveaux. Dans ce contexte, l’amélioration de la fertilité du sol par l’apport de matière organique n’est pas à l’ordre du jour et la jachère de longue durée s’impose comme passage obligé. En outre, par l’extension des surfaces cultivées qu’elle autorise, la mécanisation devient un outil d’appropriation des nouvelles terres et, dans ce sens, elle s’oppose à la stabilisation des exploitations. La « course à la terre », dans le cadre d’une appropriation individuelle de l’espace et d’un agrandissement des surfaces, constitue l’enjeu majeur des chefs d’exploitation. Du fait que le droit de culture vient à primer sur les droits fonciers originels, les non-détenteurs de droits d’appropriation collective trouvent un moyen pour accéder durablement à la terre et s’inscrivent dans un rapport de force avec les populations autochtones.

151L’extension des surfaces cultivées profite aux cultures du coton et du maïs, au détriment d’un ensemble complexe de cultures secondaires et associées ; elle participe à la simplification du système de culture. L’acquisition de la traction bovine et des petits tracteurs renforce largement cette tendance. Enfin, la diversification des exploitations autochtones vers des activités d’élevage remet en cause les rapports contractuels liant les agriculteurs aux pasteurs. À tel point que le risque de voir se dégrader la situation des éleveurs n'est pas négligeable, dans la mesure où l’accès aux terres agricoles, contrôlées par les autochtones, leur est de plus en plus difficile. De plus, la nouvelle augmentation des troupeaux détenus par les agriculteurs risque de limiter, à terme, leur droit au pâturage.

9. Labour d’un bloc de culture. Le champ a été très largement essouché et toutes les racines ont été enlevées. Quatre personnes sont ici nécessaires : un jeune guide l’attelage à l’avant, un adulte maintient la charrue dans le sillon et deux jeunes enfants évitent les écarts des animaux sur les côtés.

10. Le buttage motorisé des plants de coton. Quelques rares karités subsistent encore sur la parcelle. Un enfant suit la machine pour intervenir au cas ou un plant serait versé.

11. Le tracteur « Bouyer » de 30 chevaux, monté dans les ateliers d’assemblage de la Sofitex de Bobo-Dioulasso. Une prise de force à l’arrière lui permet d’entraîner un moulin à céréales ou une égreneuse à maïs. Une charge de 500 kg peut être transportée sur te petit plateau à l’avant du tracteur.

Notes

1 En 1964, G. Savonnet et J.L. Boutillier abordent la description des structures foncières en pays bwa ; en 1973, J. Capron présente les principes et les puissances de l’univers religieux de la communauté bwa qui président à l’organisation foncière.

2 Les limites actuelles du terroir ne comprennent plus les terres du lignage Hamboni retenues par l’administration pour la forêt classée de Maro. Les terres de ce lignage sont donc restreintes en comparaison des deux autres.

3 Le chef d’exploitation peut se réserver les graines de néré pour son usage personnel alors que la farine revient aux femmes (G. Savonnet, 1962).

4 Le logiciel de traitement des données, « Didactim », a permis des essais successifs de classification par méthode barycentrique et méthode des hypercubes jusqu’à l’obtention de résultats satisfaisants. L’essai a été réalisé sur des compositions colorées combinant canaux bruts et néocanaux. Le meilleur résultat a été obtenu par une composition colorée associant indice de végétation sur le plan rouge, X S2 sur le plan vert et indice de brillance sur le plan bleu.

5 De nombreux auteurs ont décrit la structure auréolaire du paysage agraire bwa dans les années 1950 et suivantes : G. Savonnet (1959), G. Manessy (1960), et J. Capron (1973).

6 Daboura est un village situé au centre du pays bwa, à 20 km à l’est de Solenzo, au sud de Dédougou.

7 Les savanes arbustives ou arborées claires, assez denses et denses ont été regroupées dans les catégories « savane arbustive » ou « arborée ». La mesure de l’étendue pour les années 1952, 1973 et 1981 a été réalisée à partir des photographies aériennes et, pour l’année 1988, à partir du traitement numérique de l’image satellitaire. Le traitement numérique n’a pas permis de distinguer clairement les cultures sèches des savanes herbeuses, des cuirasses latéritiques et des terrains nus qui ont été regroupés. Un bon repérage de terrain a permis de différencier clairement les savanes arborées des savanes arbustives et le parcellaire de culture de la campagne 1988-1989 a été mesuré dans sa totalité.

8 20 échantillons de terre, prélevés sur des parcelles en culture ou en jachère, ont été analysés en vue de la détermination du pH et de la texture. Il ne s’agit en aucun cas d’une étude pédologique exhaustive et systématique mais d'un « éclairage » ponctuel sur le type de sol dominant.

9 Le comptage a porté sur 637 arbres dans les parcs à karités des champs de brousse.

10 Avec une récolte de 20 à 30 kg de fruits frais par arbre, un exploitant dispose de l’ordre de 250 kg par ha ; 100 kg de fruits donnent 50 kg de noix fraîches, puis 20 kg d’amandes sèches qui, une fois travaillées, produisent 3 à 4 kg de beurre. Cette transformation nécessite une vingtaine d’heures de travail. La transformation de la production d’une exploitation de 10 ha nécessite 500 heures de travail.

11 Récipient sphérique de terre cuite à petite ouverture

12 Ce chiffre est légèrement supérieur à d'autres observations faites dans la région des savanes (G. Faure et al., 1988 ; J. Peltre-Wurtz, 1976).

13 Dans les temps anciens, les champs de village étaient entourés par une tapade de claies en paille que les agriculteurs âgés fabriquaient en grande quantité. Il est probable que la moins bonne qualité des claies, puis plus tard leur suppression, ait favorisé les incursions d’animaux et décidé les agriculteurs à ouvrir de nouveaux champs éloignés du village.

14 Les plants de tabac avaient été cultivés, auparavant, en pépinière et repiqués quand ils étaient bien vigoureux.

15 Au moment du paiement de la récolte du coton, la bière de mil est souvent remplacée par la bière industrielle commercialisée par les brasseries.

16 L’adoption de la culture à traction animale n’a pas toujours pour effet d’augmenter les superficies cultivées par travailleur. G. Faure, au Nord-Togo, a relevé que certaines exploitations équipées de matériel de traction bovine avaient des surfaces par actif inférieures à celles des exploitations non équipées (G. Faure, 1988).

17 A base, notamment, de pyréthrinoïdes de synthèse pour les insecticides.

18 L’analyse a porté sur un échantillon de 81 parcelles en production en 1988 qui ont été mises en culture au moins 6 années consécutives de 1983 à 1988.

19 73 % des chefs de famille se regroupent sous le patronyme Barry et le reste sous les patronymes Tall et Boly. Un des chefs de famille du campement, après avoir séjourné 7 ans sur le terroir de Boho-Kari et 6 ans dans un village voisin, est venu s’installer en 1988 sur ce nouvel emplacement.

20 La fiabilité des données de l’enquête nationale lancée en 1988-1989 par le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage du Burkina Faso n’a pas été jugée suffisante pour que les données concernant le village de Boho-Kari puissent être retenues.

21 Pratique consistant à confier les animaux aux éleveurs peuls sur de longues durées par accord contractuel.

22 La tine est une unité de mesure qui correspond à 17 kg de maïs.

23 Au Sénégal, dans le Sine Saloum, 20 % des attelages sont formés de vaches et se retrouvent plus particulièrement dans les exploitations ayant déjà une paire de bœufs (P. Lhoste, 1982). Au Cameroun, en 1978, M. Roupsard fait état d'une expérience d’équipements tractés par des femelles et relève 150 attelages dans le bassin cotonnier (M. Roupsard, 1984).

24 Dans la région de Houndé, seuls 8 % des bœufs proviennent du cheptel familial, 70 % sont issus du village et 22 % d’un village extérieur (B. Guibert, 1988).

25 Dans la région de Houndé, 40 % des exploitations utilisant la traction bovine distribuent, en moyenne, 175 kg de graines de coton par bœuf et par an (P. Lhoste, 1988). Cette quantité, distribuée sur 3 mois, réduit très sérieusement le déficit énergétique.

26 Dans la région de Houndé, les bœufs commencent à travailler entre 3 et 4 ans. L’âge moyen des bœufs en activité est de 8 ans (50 % des animaux ont moins de 7 ans et 30 % ont plus de 10 ans) et certains d’entre eux travaillent pendant 12 campagnes successives. La carrière moyenne d’un bœuf est de 5 campagnes et l’âge moyen en fin de carrière est de 9 ans (B. Guibert, 1988).

27 Au Sénégal, dans le bassin arachidier, la carrière moyenne d’un boeuf de trait est de 3 ans. La durée observée dans la région de Houndé, en 1988, est donc nettement plus longue (P. Lhoste, 1982).

28 La terminologie « parc d’hivernage » fait référence à la maturation du fumier qui a lieu, en grande partie, pendant l’hivernage.

29 Cette surface correspond à la moyenne des exploitations motorisées de l’aire cotonnière pour lesquelles a été mise sur pied cette expérimentation.

30 Soit 45 F CFA le kg de céréales et 95 F CFA le kg de coton. Il s’agit de francs CFA d’avant la dévaluation intervenue en janvier 1994. Avant cette date 1 FF = 50 F CFA, après cette date 1FF = 100 F CFA.

© IRD Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search