Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pari du tracteur

 | 
Philippe Tersiguel

Introduction : culture du coton et modernisation de l’agriculture

Texte intégral

1L’aire cotonnière du Burkina Faso présente des conditions naturelles plus favorables pour l’agriculture que le reste du pays et attire de nombreux migrants venus des régions plus arides. Les prémices d’une agriculture « performante » sont à l’origine de nombreux changements dont l’ampleur et la rapidité doivent être observées pour être mieux maîtrisées.

  • 1 En 1990, l’aire cotonnière regroupe 120 000 exploitations agricoles dont 57 % pratiquent la cultur (...)

2La dynamique du changement repose, principalement, sur la diffusion conjointe de la culture cotonnière et de la mécanisation agricole, qui ont connu un développement sans précédent au cours de la dernière décennie. La production de coton du Burkina Faso, très largement concentrée dans l’ouest du pays, est passée de 62 500 tonnes en 1980 à plus de 150 000 tonnes en 1990, pour retomber à 113 000 tonnes en 1993. Au cours de la même période, la mécanisation de l’agriculture, qui repose, principalement, sur la traction bovine et sur une expérience limitée de vulgarisation de tracteurs de petite puissance, a connu un véritable engouement de la part des agriculteurs1.

3L’assurance de l’achat de la totalité de la récolte du coton représente, pour les paysans, un incontestable avantage sur les autres productions. L’écoulement sûr, le paiement régulier de la fibre à un prix connu en début de campagne et l’accès à un système de crédit bancaire constituent des conditions favorables pour que les paysans soient en mesure de faire face à un investissement important et de procéder au remboursement de la dette qu’il leur est possible de contracter.

4Le développement de la culture du coton et de la mécanisation est à l’origine de l’équipement des exploitations, de l’accroissement des surfaces cultivées et, plus généralement, des profondes mutations que le monde rural de l’ouest du Burkina Faso connaît aujourd’hui. En pays bwa, la société organisée autour de la famille élargie montre une forte capacité à intégrer les innovations techniques dans la mesure où celles-ci ne mettent pas en cause les fondements du cadre social et qu’elles s’intègrent dans un processus de « modernisation conservatrice ».

5Les organismes de développement chargés de la mécanisation de l’agriculture légitiment l’intensification des systèmes de culture et la stabilisation des exploitations dans l’espace par l’utilisation des outils tractés. La mécanisation permet-elle, réellement, une intensification de l’agriculture et favorise-t-elle le passage d’une agriculture itinérante à une agriculture sédentarisée, comme l’affirment les techniciens du développement ? Ne s’agit-il pas là d’un leurre ?

6La notion d’intensification fait référence à l’usage de la terre. L’agronome qualifie d’intensive une agriculture qui autorise une production élevée par unité de surface, obtenue soit par une utilisation de ressources productives en quantité importante, soit par une combinaison judicieuse des ressources appliquée dans le cadre d'un schéma technique cohérent. L’intensification du système de culture a pour objectif un accroissement du volume de production engendré par une augmentation des quantités de travail et de capital employées. En dernier lieu, l’intensification de l’agriculture vise à produire plus en améliorant les revenus et à diminuer la pénibilité du travail par l’utilisation d’outils mécaniques.

7Dans la mesure où la culture cotonnière est à l’origine du développement de la mécanisation, on peut penser que cette dernière devrait renforcer les systèmes de culture dominés par le coton, les spécialiser largement et engager les paysans vers des itinéraires techniques de plus en plus complexes. Parce que les innovations techniques risquent de n’être adoptées que par une partie des agriculteurs, qui auront le plus souvent acquis des biens d’équipement, des pratiques différenciées devraient voir le jour dans les modes de conduite de culture. Des systèmes de culture intensifs où le volume des ressources apportées à l’unité de surface est élevé côtoieront des systèmes extensifs où le travail représentera la seule dépense.

8Le processus d’intensification repose sur les stratégies d’utilisation des différents facteurs de production et s’articule, principalement, sur l’utilisation des outils mécaniques, de la main-d’œuvre et des consommations d’engrais et de pesticides.

9La main-d’œuvre familiale, qui constitue le facteur de production principal dans les systèmes agraires de l’Ouest africain, est une ressource rare dans l’aire cotonnière du Burkina Faso. Ce manque de main-d’œuvre est le résultat combiné de la segmentation des exploitations agricoles traditionnelles, de l’émigration des forces vives vers les pôles de travail, plus particulièrement vers les centres urbains de la Côte-d’Ivoire, et du dynamisme démographique, qui créent un déséquilibre, au sein des exploitations, entre la population active et inactive. L’introduction de la culture du coton s’est faite de façon préférentielle dans les exploitations les mieux dotées en force de travail et détenant les surplus monétaires nécessaires à l’acquisition de la traction bovine.

10Dans la mesure où toutes les opérations culturales ne sont pas réalisées à l’aide des outils tractés, la part du travail manuel reste prépondérante dans les exploitations utilisant les outils mécaniques et la demande globale de travail s’avère d’autant plus importante que le niveau d’équipement est plus élevé. Dans cette hypothèse, plutôt qu’un allégement des tâches, la charrue entraîne, au contraire, une surcharge en travail. Si la charge de travail des actifs est plus forte dans les exploitations mécanisées, le chef de famille (confronté au manque de main-d’œuvre) est obligé de mener une politique d’alliance matrimoniale et d’attirance de la main-d’œuvre vers son unité de production, soit par des échanges de travail contre des prestations mécanisées, soit par l’embauche de salariés temporaires. De surcroît, dans un contexte de démantèlement des unités de production traditionnelles, le chef d’exploitation doit gérer subtilement les rapports avec ses dépendants pour satisfaire leurs revendications et éviter qu’ils ne quittent le cercle familial.

11En ce qui concerne les autres facteurs de production, l'élévation de la consommation des engrais et des pesticides pour la culture du coton constitue la condition impérative d’une meilleure production. Il n’est pas assuré que cette augmentation d’intrants bénéficie aussi aux cultures vivrières. Quoi qu’il en soit, compte tenu de l’importance du coton et de la répartition égalitaire entre cette culture et les cultures vivrières, le niveau de fertilisation constaté sur la première doit concourir, par les fumures résiduelles, à l’obtention de bons rendements sur les secondes. Dans la mesure où les agriculteurs appliquent un mode de culture assez semblable sur toutes les plantes, la culture du coton doit constituer l’élément moteur et devenir un modèle d’itinéraire technique pour les cultures vivrières. Dans ces conditions, le cotonnier et les plantes vivrières, plus particulièrement le maïs, doivent être complémentaires et se développer conjointement. En conséquence, dans les exploitations mécanisées, les excédents céréaliers et la forte production de coton doivent garantir, simultanément, la sécurité alimentaire des populations et la possibilité de nouveaux investissements productifs.

12Sur le plan économique, une augmentation des revenus ne saurait découler systématiquement d’une amélioration du niveau de la production ou encore moins de l’acquisition d’un nouvel équipement. C’est pourquoi il n’est pas certain que les exploitations motorisées soient rentables sur le strict plan financier car l’équilibre ne peut s’envisager que dans le cadre d’une bonne maîtrise du processus technique qui accompagne l’investissement. Mais, pour les agriculteurs qui le maîtrisent, les possibilités de surplus monétaires peuvent être alors très importantes et concourir à la formation d’un groupe de véritables « entrepreneurs ».

13Avec l’éradication de l’onchocercose et de la maladie du sommeil, les migrations de populations observées dans les années 1960, entre le nord et l’ouest du pays (J M. KOHLER, 1972), se sont accélérées ces dernières années, au point d’inverser les rapports numériques entre les populations autochtones et allochtones, dans les villages de l’aire cotonnière. L’installation des populations sur les terres disponibles a provoqué un accroissement de la demande de terre et une perturbation des équilibres écologiques anciens. Par les défrichements et le pâturage, hommes et animaux accentuent la pression sur le milieu et enclenchent un processus de dégradation irréversible caractérisé par un retour prématuré des jachères en culture, un séjour prolongé des animaux autour des points d’eau et une diminution des formations végétales arborées. Les nouveaux venus défrichent, exploitent et produisent avec les mêmes systèmes « miniers » qui ont ruiné le potentiel naturel de leurs terroirs d’origine. L’attrait du sud-ouest burkinabé repose sur la culture du coton qui ouvre l’accès à des revenus monétaires substantiels et à l’espoir d’une vie meilleure. Mais les modes d’exploitation de la terre nouvellement pratiqués ne sont plus reproductibles à long terme et, en se développant, concourent à la dégradation du milieu naturel. Bien que les processus évoqués soient constatés dans de nombreux secteurs, ils ne sont pas généralisés et une grande hétérogénéité subsiste dans les terroirs, dont certains sont encore totalement épargnés.

14Sur le plan de l’organisation de l’espace, le développement de la culture du coton et l’arrivée des migrants se sont traduits par la colonisation de « terres neuves ». La mécanisation, parce qu’elle autorise la mise en culture de plus grandes surfaces, constitue un outil privilégié de conquête de l’espace et, lorsque la pression foncière est faible, elle devient un moyen efficace pour l’appropriation de nouvelles terres.

15L’organisation traditionnelle des terroirs à auréoles concentriques et à gradient d’intensification a largement évolué au profit d’une exploitation de champs de brousse de plus en plus éloignés des habitations. L’utilisation de la charrue, qui autorise la mise en culture de terres plus « lourdes », participe à la colonisation de nouveaux secteurs ; les champs permanents de village sont largement délaissés et l’habitat a tendance à se déplacer et à se stabiliser vers les brousses lointaines.

16La dynamique de l’implantation des parcelles nouvellement défrichées trouve son origine dans les règles coutumières de gestion de la terre. En pays bwa, l’appropriation et la mise en valeur de la terre dépendent de la position de l'exploitant dans la structure lignagère où l’accès à la terre est d’autant plus facile que les groupes lignagers sont détenteurs de droits fonciers originels. Ainsi, une famille d’un lignage fondateur du village peut mettre en valeur ses propres terres ou s’en servir pour obtenir une autre parcelle, alors qu’une famille non détentrice de droits fonciers permanents se trouve en situation précaire et dans l'obligation de demander un droit de culture, qui reste toujours aléatoire. Sachant que les autochtones ne peuvent refuser la terre à celui qui la demande, l’octroi d’une parcelle est toujours possible mais sur des terres dont la qualité dépend du bon vouloir des responsables coutumiers. Dans un contexte de rareté, il est probable que les paysans qui appartiennent aux lignages fondateurs et qui possèdent des équipements tractés investissent, en priorité, les parcelles de brousse les plus propices à l’agriculture et que les autres se contentent du reste.

17Dans un passé récent, la reproduction des ressources naturelles reposait sur la jachère de longue durée mais, aujourd'hui, avec le développement du cotonnier et des techniques qui l’accompagnent, l’organisation de la production et le mode d’utilisation de l’espace évoluent. La durée de la jachère ne cesse de diminuer et, en conséquence, les formations végétales arborées disparaissent. De même, les pâturages de brousse se restreignent et les éleveurs doivent se contenter d’espaces de plus en plus limités. Dans ce contexte, la coexistence du droit de culture et du droit foncier originel peut être la source de conflits latents ou exprimés que, seul, le rapport numérique des différentes communautés arrive à résoudre. Le maintien des équilibres écologiques exige des modes d’exploitation qui soient capables d’entretenir la fertilité des sols et de fixer définitivement les populations en assurant, d’une part, la cohabitation des éleveurs et des agriculteurs et, d’autre part, en privilégiant les techniques d’intégration de l’élevage à la production agricole. Mais les systèmes actuels le permettent-ils ?

18L’analyse proposée s’organise autour de deux problématiques qui concernent, d’une part, l’intensification de l’agriculture par la mécanisation et, d’autre part, le mode d’organisation de l’espace et les dynamiques qui s’y rapportent.

  • 2 Au sens où l’entend R. Badouin (1987). Le système productif peut être décomposé en trois notions : (...)

19Dans la mesure où les développements des équipements et de la culture cotonnière sont intimement liés, l’analyse des effets de l’un ne peut être dissociée de l’observation des effets de l’autre. Dans un contexte de relative concentration des exploitations mécanisées, la comparaison entre la culture manuelle, la culture à traction bovine, très largement diffusée, et la culture motorisée, dont l’introduction est beaucoup plus récente et marginale, a pour objectif d’analyser les effets différenciés de la mécanisation sur le système productif2. Cette catégorisation de base repose sur la détention et la propriété du matériel, qui recoupent très largement l’importance de la main-d’œuvre familiale et des surfaces cultivées, et qui sont à l’origine de la forte différenciation économique des exploitations.

20Les effets des équipements sur la dépense de travail engagée, la production et les revenus obtenus sont traités successivement. L'analyse des effets sur le travail implique une description de la répartition des tâches tout au long de l’année, selon le sexe. En ce qui concerne le travail agricole, une mesure des temps passés aux différentes tâches est réalisée pour juger de l’efficience des outils tractés. La description des pratiques culturales, des itinéraires techniques et des échanges de travail entre exploitations, selon le niveau d’équipement, complète l’étude des temps de travaux.

21L’étude de la production repose sur une quantification précise des surfaces cultivées et des quantités obtenues, et celle des revenus tient compte d’une observation des charges de culture et des frais fixes des différentes unités de production. Enfin, l’analyse de l’espace est abordée par une étude diachronique des formations végétales et du mode d’utilisation du sol.

22La démarche exige donc une approche selon plusieurs niveaux : la description du système productif des exploitations repose sur une étude des unités de production et des parcelles de culture. La compréhension des stratégies foncières et de l’organisation de l’espace nécessite une analyse à l’échelle du terroir villageois. Enfin, le diagnostic de la rentabilité économique de l’utilisation du tracteur exige une observation sur un grand nombre de données qui dépassent le cadre restreint du village et les résultats économiques d’une seule campagne. Une analyse régionale sur une série de résultats pluriannuels est donc indispensable. Mais l’étude monographique à partir du village s’impose d’abord car la bonne connaissance du tissu social et des relations entre les acteurs conditionne la qualité de ce type d’analyse.

23Boho-Kari, le village étudié, se situe au sud du pays bwa et au centre de l’aire cotonnière (figure 1), dans une zone fortement mécanisée. Il fait partie de ces terroirs peu peuplés, dont la population autochtone a refusé l’accès aux migrants, où les réserves foncières sont importantes, alors que les villages des alentours sont totalement saturés. Boho-Kari présente aussi l'avantage d’avoir une taille accessible pour que l’ensemble des producteurs puisse être pris en compte et il rassemble les différents niveaux d’équipement agricole. La culture manuelle, la culture à traction animale et la culture motorisée y sont pratiquées.

24Dans la mesure où les rapports économiques entre les acteurs s’inscrivent dans un cadre social en évolution, la présentation de la société traditionnelle bwa et des changements récents, ainsi que des différents niveaux de structuration de la société, lignages, segments de lignage et exploitations agricoles, constitue un préalable indispensable.

Figure 1. Localisation de Boho-Kari dans l’aire cotonnière du Burkina Faso.

25Ainsi, avant d’étudier l’intensification et la stabilisation des exploitations, il s’agit de restituer l’organisation de la société ancienne et contemporaine, de repérer les acteurs, puis d’aborder les modes d’organisation de l’espace dans une perspective dynamique. Dans un deuxième temps, l'examen du travail, de la production et des revenus, puis la description des différenciations socio-économiques apportent une réponse aux légitimations institutionnelles, trop souvent fondées sur des présupposés théoriques qui nécessitent d’être mis à l'épreuve des faits.

Notes

1 En 1990, l’aire cotonnière regroupe 120 000 exploitations agricoles dont 57 % pratiquent la culture du coton. Le tiers des exploitations utilise la culture attelée bovine, 1,3 % la Traction asine et 0,4 % la traction équine. Le tracteur ne concerne que 280 familles qui représentent 0,2 % de l’ensemble. Dans l’aire cotonnière, la moitié des paysans qui produisent du coton utilisent la traction animale ou le tracteur (A. Schwartz, 1991).

2 Au sens où l’entend R. Badouin (1987). Le système productif peut être décomposé en trois notions : le système de culture, le système de production et le système d’exploitation.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Localisation de Boho-Kari dans l’aire cotonnière du Burkina Faso.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© IRD Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540